Devenir infirmière en 2021, une rentrée « normale » espérée ! - Albus, l'appli des infirmiers

Devenir infirmière en 2021, une rentrée « normale » espérée !

 

Devenir infirmière en 2021, une rentrée « normale » espérée !

 

Dans quelques semaines, ils seront plus de 30.000 étudiantes et étudiants à commencer leur cursus pour devenir infirmier. Entre le regain d’attractivité et le bouleversement du cursus traditionnel, la crise sanitaire du coronavirus ne sera pas restée sans effet sur les études en IFSI.

Devenir infirmière, une vocation pour répondre à un besoin pressant

 

La crise sanitaire liée au coronavirus a redoré l’image des métiers du soin aux yeux de la population. Les infirmières libérales et / ou hospitalières bénéficient elles-aussi de ce regain d’intérêt et cela se traduit naturellement dans les choix d’orientation des lycéennes et des lycéens. Avec 8.7 % des vœux exprimés par les nouveaux bacheliers sur Parcoursup, les Instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) conservent en 2021 leur place de leader en termes de formation la plus demandée. Cependant, in constate une hausse importante en 2021, puisque 13 % de bacheliers supplémentaires ont exprimé un tel vœu par rapport à l’année 2020.

Outre la crise sanitaire et ses conséquences sur l’image de l’infirmière, la profession bénéficie aussi d’une profonde ambition de revalorisation de la part des pouvoirs publics. Rémunération, conditions de travail, possibilité d’évolution, … tout est fait pour séduire les talents et attirer de nouvelles recrues. Le Ségur de la Santé a officialisé ses ambitions principalement pour l’hôpital, alors que les infirmières libérales bénéficiaient elles-aussi d’une reconnaissance officielle. Cette ambition de transformer le système de santé de manière durable et pérenne a conduit les autorités sanitaires à accroitre la capacité de formation. Dès 2020, 1300 places supplémentaires étaient prévues en IFSI, et l’effort devrait se poursuivre jusque 2022, puisque le gouvernement table sur une hausse de 15 % de la capacité d’accueil des IFSI entre 2020 et 2022.

Cela concourt donc à faire de l’IFSI un choix de plus en plus plébiscité par les jeunes, ambitieux de concrétiser leur vocation.

 

Des études repensées pour les futures infirmières libérales et hospitalières

 

Avec plus de 300 IFSI répartis sur l’Hexagone, les études pour devenir infirmière suscitent encore la polémique. Les inégalités, notamment en ce qui concerne les frais de scolarité, entre les IFSI sont souvent dénoncées et pointées du doigt. Pourtant, le cursus pour devenir infirmière a grandement bénéficié de l’universitarisation de ces études infirmières. Depuis la réforme des études de santé (et la disparition de la PACES), l’entrée en IFSI s’effectue désormais nécessairement via Parcoursup. Le concours d’entrée a fait place à l’examen du dossier du candidat.

Le diplôme d’Etat d’infirmier confère à ses titulaires le grade de licence, BAC +3 avec la possibilité de prolonger ses études vers le Master ou le Doctorat. La reconnaissance des Infirmières en pratique avancée et la volonté de multiplier ces IPA et IPAL (grade de Master) a ouvert de nouvelles opportunités en termes d’évolution de carrière notamment. Ces nouveaux dispositifs participent, à leur façon, à redorer l’image de la profession.

 

Des questions en suspens pour les étudiants en soins infirmiers

 

De 31462 places en 1ère année en 2020, la capacité des IFSI augmentera donc jusqu’à atteindre 36104 à la rentrée de septembre 2023. Comme nous l’avons vu ci-dessus, les autorités publiques ont redoublé d’efforts pour rendre la formation et la profession plus attractives. En revanche, les étudiants actuellement en IFSI s’inquiètent de leur formation, largement pénalisée par la crise sanitaire. En effet, depuis le début de l’épidémie, les étudiants en IFSI ont été mobilisés pour participer à l’effort national. Entre les cours annulés (confinement), ceux assurés en distanciel, les stages décalés ou supprimés, le service sanitaire (3 mois pour tous les étudiants de 2ème année dans le domaine de la santé), …les craintes ne cessent de se renforcer. Et le sujet concerne la quasi-totalité des étudiants, puisque 85.2 % des étudiants en IFSI étaient mobilisés, le plus souvent dans le cadre d’un stage, au plus fort de la crise sanitaire.

Tous espèrent connaître une année 2021-2022 plus conforme à la normale et ainsi se tranquilliser en ce qui concerne le niveau de leur formation.

 

Et vous, vous souvenez-vous de vos études pour devenir infirmière ? Estimez-vous que les conditions inédites et exceptionnelles de ces deux années auront des répercussions sur le diplôme en lui-même ?

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire.
autres actualités