Infirmière libérale à distance, une réalité dans les semaines à venir ? - Albus, l'appli des infirmiers

Infirmière libérale à distance, une réalité dans les semaines à venir ?

 

Pouvoir s’inscrire dans l’essor de la e-santé. Le projet est partagé par de nombreuses infirmières libérales depuis de nombreuses années. L’épidémie de coronavirus a impliqué la légalisation du suivi infirmier à distance. Cette mesure répond à des circonstances particulières et doit théoriquement prendre fin le 10 juillet prochain. A moins que …

L’inédite explosion de la télémédecine avec l’épidémie de coronavirus

 

Depuis des années, tous les professionnels de santé, tant à l’hôpital qu’en ville, sont incités par les autorités publiques à se lancer dans l’e-santé et la télémédecine. Les infirmières libérales comme les médecins généralistes n’ont pas été massivement engagés dans cette ambition, en tous les cas avant la crise du coronavirus. Le télésoin, encadré et organisé par le cadre de la Réforme de la Santé « Ma Santé 2022 », n’avait même pas encore de réalité juridique. L’épidémie de Covid-19 a accéléré le processus.

Avec le confinement, les patients ne pouvaient plus se rendre chez leur médecin généraliste ni même aux urgences sans craindre d’être contaminés. De nombreux médecins de ville ont fermé leur cabinet. Pourtant, les presque deux mois de confinement n’ont pas suspendu la nécessité de se faire soigner. Les patients ont du continuer à se faire traiter pour leur pathologie chronique, continuer à faire appel aux infirmières libérales pour l’organisation et le respect du maintien à domicile, …. Naturellement, puisque le présentiel devenait difficile à gérer et même à garantir, le distanciel s’est donc imposé comme la solution la plus adaptée tant pour les autorités publiques que pour les professionnels de santé.

Avant le confinement, la téléconsultation ne représentait ainsi que moins de1 % du nombre total de téléconsultation. Pendant le confinement, on a enregistré une moyenne de 500.000 consultations à distance par semaine. Cette explosion de la télémédecine a été imposée par les circonstances, et les patients ont compris tout l’intérêt de cette consultation à distance. En effet, la « peur de la déshumanisation » faisait partie des principales craintes de la population avant le début de cette crise sanitaire, alors que la période leur a permis de comprendre que ce télésoin s’inscrivait dans le parcours de soin. Un suivi infirmier à distance n’est pas synonyme de devoir renoncer à la visite « physique » de l’infirmière, mais simplement à une réorganisation du parcours.

Les infirmiers libéraux, un élargissement de leurs prérogatives en matière de télésoin

 

Dès le 19 mars (le confinement n’a été décidé que le 17 mars) les infirmières et infirmiers libéraux de France étaient autorisés à suivre à distance les patients contaminés par le Covid-19 ou sortant d’hospitalisation suite à cette infection. Mais les infirmières libérales ne sont pas les seules à avoir bénéficié de cet élargissement en raison des conditions sanitaires. 7 professions de santé paramédicales ont vu leurs compétences élargies en la matière, mais aussi les pharmaciens. Pour les IDEL(s) comme pour toutes les autres professions concernées, le télésoin reste possible jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire, soit jusqu’au 10 juillet prochain.

Pour de nombreuses infirmières libérales, c’est le moment idéal de tester grandeur nature l’efficacité du dispositif mais aussi la capacité des IDEL(s) à s’approprier cette nouvelle modalité de soins. Pour certains, il faut pérenniser cette avancée en inscrivant le télé suivi infirmier mais aussi plus généralement la mobilisation des infirmières libérales dans la e-santé, dans la durée. Les autorités publiques, aussi, s’interrogent, et soulignent que des premières études chiffrées seront disponibles d’ici peu quant à l’ampleur de ce télé suivi infirmier.

Nul doute que la question du télésoin, de la téléconsultation, du télé suivi infirmier et de tout ce qui constituer la e-santé fait partie intégrante des discussions entamées dans le cadre du Ségur de la Santé. Il reste à savoir si la décision sera prise d’inscrire ce suivi infirmier à distance dans les prérogatives des IDEL(s). Car ce n’est là qu’une infime partie des revendications de la profession. Alors qu’adviendra-t-il de ce télé suivi infirmier à l’issue des discussions entamées au cours de ce Ségur de la Santé ?

Pensez-vous que ce télé suivi infirmier sera maintenue dans le temps et deviendra un acte durable pour les infirmières libérales ? Sera-t-il, selon vous, élargi ?

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire.
autres actualités