Journée de la femme et profession infirmière, des objectifs communs ? - Albus, l'appli des infirmiers

Journée de la femme et profession infirmière, des objectifs communs ?

 

Le 8 mars 2022 célébrera la journée Internationale des droits des Femmes. Bien que la situation soit différente d’un pays à l’autre, en France, les problématiques soulevées se retrouvent aussi dans celles soulevées par une profession largement féminisée : les infirmières.

 

La journée internationale des droits des femmes, une date symbolique ou un rappel des engagements ?

Depuis 1977, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a fixé au 8 mars la journée internationale des droits des Femmes. Appelée plus génériquement Journée de la Femme, cette date permet, chaque année, d’étudier le monde moderne sous un angle différent, mais aussi de constater les progrès ou les retards pris dans les différentes mesures depuis des décennies en la matière. En 2022, le thème retenu interroge sur la place des femmes dans la transition écologique, qui s’annonce : « L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable ». Mais au-delà de cette thématique, l’édition 2022 sera également la première à pouvoir s’interroger sur les deux années de crise sanitaire, que nous venons traverser. Et cette crise a mis en lumière, à travers le monde, des inégalités flagrantes entre les Hommes et les femmes.

En France, comme partout ailleurs dans le monde, les professions largement féminisées sont presque toujours associées à cette date du 8 mars, et des sages-femmes aux infirmières libérales ou hospitalières, les professionnelles de santé figurent en bonne place pour :

  • Refléter la position de la femme dans la société française,
  • Témoigner des dysfonctionnements de notre société, mais aussi des problèmes du quotidien frappant exclusivement les femmes.

La profession infirmière, un symbole de la place des femmes dans la société ?

 

Selon les données de la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (Drees) pour l’année 2020, on comptabilise en France 644.359 infirmières et 99.948 infirmiers. Avec 86.6 % de femmes, la profession infirmière demeure largement féminisée. Certes, la part des infirmiers progresse depuis plusieurs années, mais cette évolution reste lente et contenue. On comptait, en 2010, 88 % de femmes dans la profession. La profession d’infirmière permet donc de s’interroger sur les 3 grandes revendications, qui reviennent chaque année à l’occasion de la journée de la femme :

  • L’égalité salariale: Il suffit de se souvenir des propos mêmes du ministre de la Santé et du Président de la République pour comprendre, que les autorités publiques ont admis une rémunération bien trop faible du personnel soignant en général et des infirmières en particulier.
  • La parité et la représentation dans les instances dirigeantes: Là encore, s’il est difficile d’obtenir des chiffres précis et des études détaillées sur le sujet, nous ne pouvons que constater que la présidence de l’Ordre National des Infirmiers est assurée par un …. Président. Sans aucunement contester cette réalité, la question de la représentativité peut cependant légitimement être posée.
  • La reconnaissance et le respect:Depuis des années, les infirmières libérales et hospitalières ne plaident-elles pas pour une meilleure reconnaissance de leur rôle et de leur statut. Et nous nous sommes déjà interrogés pour savoir si cette « non-reconnaissance » n’était pas du en partie à la féminisation de la profession.

Les infirmières, un rôle moteur pour faire changer les mentalités ?

Au-delà de la féminisation de la profession, les infirmières libérales et hospitalières apparaissent aussi comme une cible privilégiée pour faire changer les mentalités. L’ensemble du personnel soignant est constitué avant tout de femmes (70 %) et en 2021 l’initiative mondiale sur la place des femmes dans le secteur de la santé et des soins voulait mettre en avant cette spécificité et souligner les conséquences que cela avait pu engendrer sur la gestion de la crise sanitaire du Covid-19. Au-delà des résolutions prises par les différents organismes initiateurs de cette initiative, cela avait permis au ministre de la Santé, M Olivier Véran, de confirmer avoir pris conscience de cet enjeu :

« Promouvoir la place des femmes, qui jouent un rôle crucial au cœur de nos systèmes de santé et sont souvent les premières concernées par l’accroissement des inégalités, est plus que jamais nécessaire »

 

Est-ce la première étape d’une meilleure reconnaissance des infirmières et des autres professions de santé concernées ? Et n’est-ce pas alors le signe, que de telles prises de conscience sont désormais attendues pour la place des Femmes dans la société française ? Les prochaines semaine devraient nous donner des éléments de réponse.

 

Et vous, en tant qu’infirmière libérale, vous mobiliserez-vous pour cette journée du 08 mars 2022 ? Quel est votre jugement sur la place de la femme dans la société d’une part, et sur celle de la profession infirmière dans l’univers de la santé ?

 

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire.
autres actualités