La France à l’heure de l’épidémie de coronavirus, les IDEL(s) s’organisent - Albus, l'appli des infirmiers

La France à l’heure de l’épidémie de coronavirus, les IDEL(s) s’organisent

 

Les infirmières et infirmiers libéraux font partie de ces soignants en première ligne pour juguler et endiguer l’épidémie qui frappe l’Hexagone depuis plusieurs semaines. Des mesures sont prises pour faciliter leur travail au quotidien, et une solidarité nationale se fait jour pour venir en aide à tous les soignants de France.

Les soins de ville s’organisent pour faire face à l’épidémie

Depuis le début de l’épidémie, et plus encore depuis les mesures de confinement adoptées sur tout le territoire hexagonal, les autorités publiques ont toujours cherché à mobiliser les soignants de ville. Le Ministère de la Santé a ainsi publié, le 16 mars dernier, un document destiné à tous les professionnels libéraux de santé.

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a ainsi rappelé aux infirmières libérales, que les infirmiers libéraux engagés dans le suivi à domicile des patients peuvent coter un acter AMI 5,8. Ce suivi infirmier pourra désormais être réalisé par téléconsultation (voir ci-dessous). Dans ce même document, le Ministère souligne la place de l’infirmière libérale dans ces soins de ville : « « La place de l’infirmier est bien dans le suivi et la surveillance des patients et non pas dans le diagnostic d’une décompensation respiratoire qui doit être fait par le médecin »

Le suivi infirmier par téléconsultation, recommandé et en cours de déploiement

Tout le personnel soignant dit de ville est mobilisé et désormais en première ligne. Les infirmières libérales sont elles-aussi confrontés directement à cette épidémie de coronavirus COVID-19 et rencontrent les mêmes problèmes, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en accessoires de protection. Les autorités publiques avaient prévenu, que la situation exceptionnelle, que nous traversons, impliquera des mesures exceptionnelles, et bien évidemment le domaine des soins et de la Santé Publique est le premier visé par ces adaptations en temps réel.

La Haute Autorité de la Santé a ainsi réagi rapidement, en émettant un avis favorable pour « l’inscription de l’acte de télé suivi infirmier renforçant un suivi médical des patients Covid-19 » tant pour les patients maintenus et confinés à leur domicile que pour ceux, sortant d’une hospitalisation. Bien évidemment, la HAS souligne que cette décision a été prise « compte-tenu du contexte d’urgence sanitaire lié à l’épidémie de Covid-19 ».

Ainsi, un patient contaminé par le virus peut être maintenu à domicile, en suivant un des protocoles définis. Et le suivi médical d’une IDEL fat partie des modalités possibles. Ce suivi peut alors être effectué en présentiel mais aussi à distance avec les possibilités de télé suivi. C’est le médecin , qui devra décider de la modalité la plus adaptée, même si un mixte (suivi en présentiel et à distance) pourra également être prescrit. Les préconisations de la HAS soulignent que « Le télé suivi se déroule préférentiellement par vidéotransmission ou par téléphone (dans ce premier cas, autant que possible après une première visite présentielle), en fonction des équipements de l’infirmier(e) et du patient« .

Une solidarité qui s’organise sur tout le territoire

Cette crise sanitaire exceptionnelle fait réagir de nombreuses infirmières libérales. Certaines veulent se joindre à l’appel des nombreux médecins, appelant toute la population à respecter drastiquement les mesures du confinement. Restez chez vous est le mot d’ordre dans toutes les professions médicales. Mais les IDEL(s) comme tous les autres veulent aussi faire entende leurs besoins urgents en matériel et accessoires de protection, à commencer par ces masques indispensables à la continuité des soins.

Depuis plusieurs jours, toute l’équipe d’Albus est elle-aussi mobilisée notamment en relayant les initiatives pour partager les masques et les solutions hydroalcooliques (#coronaSHA et #coronaMasques sur Facebook et sur Twitter). Sur les réseaux sociaux et sur le terrain, des initiatives locales sont prises pour faciliter le travail quotidien des infirmières libérales.   Plus que jamais, la population toute entière est solidaire de l’ensemble du personnel soignant, et le traditionnel rendez-vous de 20 heures est devenu le moyen de l’exprimer encore plus activement.

Et vous, quels sont vos besoins les plus urgents ? Quelles sont vos avis ou initiatives pour vous adapter à cette crise sanitaire exceptionnelle ? Des suggestions pour renforcer cet élan de solidarité ou l’organiser ?

 

 

 

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire.
autres actualités