La pratique avancée, l’avenir des infirmières libérales ? - Albus, l'appli des infirmiers

La pratique avancée, l’avenir des infirmières libérales ?

 

Le nombre d’infirmières libérales en pratique avancée (IPAL) va-t-il connaître une augmentation conséquente dans les années à venir ? C’est le souhait du conseil international des infirmiers mais aussi l’ambition des autorités sanitaires françaises avec la signature de l’avenant 9 à la convention infirmière.

 

 

L’avenir de la profession infirmière, un enjeu essentiel pour imaginer le système de santé de demain

 

Loin des querelles partisanes, pouvant prévaloir dans certains pays, le conseil international des infirmiers (CII) milite depuis de nombreuses années pour le renforcement et / ou la reconnaissance des compétences propres des infirmières et des infirmiers. Selon le directeur général du CII, Howard Catton, les infirmières et infirmiers ont prouvé leur rôle essentiel au cours de la pandémie de coronavirus pour l’efficience des différents systèmes de santé, alors même que partout dans le monde, la pénurie d’infirmières et d’infirmiers se fait de plus en plus sentir. Il a également appelé les pays développés à stopper immédiatement le recrutement d’infirmières dans des pays plus fragiles économiquement. « ces pays ne peuvent pas se permettre de perdre leur main-d’œuvre » insiste-il.

Outre ces mises en garde pour préserver la santé au niveau mondial, le CII se projette aussi dans l’avenir, en tentant d’apporter ses contributions pour faire face à la nécessaire transformation des systèmes de santé à travers le monde. La pénurie de médecins et de professionnels de santé en général se fait sentir partout dans le monde, alors que les prévisions démographiques soulignent une inéluctable augmentation de la demande de soins. La situation bien que complexe ne constitue pas, selon le CII, une impasse à condition de reconnaître rapidement les atouts des infirmières praticiennes et des infirmières en pratique avancée. C’est ce que le président du CII a rappelé avec force au cours de la 12ème conférence du réseau des infirmières praticiennes et des infirmiers en pratique avancée, organisée à Dublin en ce mois d’aout 2022.

 

La pratique avancée pour les infirmières libérale et hospitalières, un socle pour un système de santé plus efficient

 

  1. Howard Catton ne s’est pas limité à citer les nombreux rapports, dont certains rédigés par l’OMS, attestant des bienfaits de ces infirmières praticiennes. Il s’est évertué à décortiquer les apports incontestables de ces infirmières et infirmiers sur la qualité des soins, sur l’amélioration des conditions d’accès aux soins mais aussi sur l’organisation même des différents systèmes de santé. Il a ainsi pu détailler comment ces infirmières praticiennes ont pu contribuer à pallier la pénurie de médecins aux États-Unis.

« Les services dirigés par des infirmières doivent être au cœur de l’expansion et du renforcement des systèmes de santé dans le monde. (…) Il est maintenant temps que les pays initient, étendent et amplifient des modèles de soins dirigés par des infirmières »

 

Le conseil international des infirmiers appelle donc les pouvoirs publics à s’emparer de cette problématique et à créer les conditions requises pour favoriser le développement de ces IPA. En France, c’est tout l’objectif de l’avenant 9 à la convention infirmière, signé au cours de l’été dernier : favoriser l’installation des infirmières en pratique avancée libérales (IPAL). Cet avenant, dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2023, élargit le champ d’intervention des IPAL en leur permettant d’intervenir, outre le suivi régulier des patients chroniques, « dans le cadre d’une prise en charge ponctuelle (bilan ou séance de soins ponctuels IPA) ». Cette première avancée doit permettre de rendre le modèle économique pour l’infirmière libérale en pratique avancée plus « viable ». L’avenant 9 augmente aussi de manière significative les aides versées au moment de l’installation d’une infirmière libérale en pratique avancée. Dans les zones sous-denses, l’aide à l’installation est ainsi portée de 27.000 à 40.000 €. Pour les autres zones, non seulement les aides sont versées, en quasi-totalité, au moment de l’installation (et non plus en fractionné comme cela pouvait être le cas avant cet avenant), mais elles ne sont plus conditionnées à l’exercice exclusif de l’infirmière libérale. Ces évolutions seront-elles suffisantes pour faire de la France une des nations répondant aux attentes du CII ? Il faudra donc attendre 2023 pour le savoir.

Et vous, estimez-vous que la pratique avancée pour les infirmières libérales va se développer de manière significative ? Quelles seraient selon vous les autres mesures à prendre rapidement pour y parvenir ?

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

tous les commentaires

22 septembre 2022

Bonjour, En ce qui me concerne je pense qu’une valorisation des acquis ne serait pas idiots. Je suis veuve avec une jeune adulte Etudiante en étude supérieure je ne me vois pas reprendre deux ans d’études payées une misère. J’ai rencontré des infirmières en pratique avancée je ne me sens pas obsolète. Bien au contraire mes dix ans de réa m’ont été très utile pendant la pandémie ainsi que mon implication sur la Cpts de mon secteur.

autres actualités
Je souhaite
être rappelé

Je souhaite
être rappelé