La profession infirmière s’oppose à la création d’un nouveau métier médical - Albus, l'appli des infirmiers

La profession infirmière s’oppose à la création d’un nouveau métier médical

 

Une proposition de loi, visant à créer une profession intermédiaire de santé, a provoqué la colère des médecins mais aussi des infirmières. Tous ont été entendu, avec notamment la prise en compte des infirmières en pratique avancée, instaurées justement pour pallier aux carences du système de santé.

 

Profession intermédiaire de santé, un nouveau métier entre infirmière et médecin

C’est pour faire suite au Ségur de la Santé, vastes négociations organisées du 25 mai au 10 juillet dernier, qu’une parlementaire de la majorité présidentielle a soumis au Parlement sa proposition de loi pour améliorer le système de santé par la confiance et la simplification. Et le premier article de cette loi a suscité l’émoi, l’incompréhension et la colère de très nombreux, et même tous, professionnels de santé. Dans le texte de présentation, les auteurs de la proposition expliquent ainsi :

« L’exercice légal de la médecine en France conduit à un cloisonnement important des professionnels de santé avec d’une part le médecin diplômé d’un Bac + 10 et, d’autre part l’infirmière titulaire d’un Bac +3 »

 

Les médecins, mais aussi les infirmières ainsi que toutes les autres professions de santé se sont tous mobilisés (et ce regroupement est assez rare pour être souligné) pour dénoncer ce projet. Il ne s’agit plus – ou alors c’est une demande supplémentaire – d’autoriser les actuels auxiliaires médicaux, dont la profession infirmière au premier chef, à « exercer en tant que profession médicale intermédiaire » mais bien de créer une nouvelle profession, entre le médecin et l’infirmière. Si la piste avait été évoquée lors des négociations du début de l’été, une commission devait fixer les contours de ce nouveau métier au nom encore trop générique : profession intermédiaire de santé.

Les infirmières et les médecins contre une désorganisation du système de santé

Les arguments sont connus depuis longtemps, et les justifications de la proposition reviennent encore sur la démographie médicale, pointant les difficultés pour les médecins à faire face à l’ensemble de leurs missions. La proposition de loi évoque la notion de « paramédical praticien » qui viendrait soulager les médecins d’une partie de leurs obligations. Bien que les contours précis de cette nouvelle profession ne soient pas encore définis, l’opposition est totale du coté des principaux concernés. Les médecins s’alarment d’un transfert de compétences, réalisé dans l’urgence et sans concertation et qui pourrait à terme être nuisible à la santé des patients eux-mêmes.

De leur côté, les infirmières se désolent de cette proposition, alors même que les infirmières en pratiques avancées (IPA) ont fait leur apparition dans l’univers de la Santé en France. Le efforts entrepris depuis des années sur cette notion de pratique avancée visait justement à former des infirmières aux compétences élargies. Une proposition a même été faite, à l’issue du Ségur, pour élargir le rôle de l’IPA en 1er recours en « permettant aux patients de les consulter directement ». Elle n’a finalement pas été retenue.

La reconnaissance d’expertise au cœur des demandes de la profession infirmière

Sans même évoquer la reconnaissance financière, et donc la revalorisation salariale des IPA, la profession infirmière dans son ensemble regrette que cette spécialisation ne se soit pas extirpée du statut « d’auxiliaire médical » . Une pratique avancée de la profession Infirmière pour les autorités sanitaires et non pas une véritable profession intermédiaire comme le revendiquent les professionnelles concernées. Et il en va de même des infirmières anesthésistes et de bien d’autres spécialités (infirmières puéricultrices, …)

Les infirmières libérales et hospitalières, car la problématique se révèle aussi pressante en ville qu’à l’hôpital, demandent donc plutôt une évolution de cette approche « Pratique avancée », qui, soulignent-elles, a déjà fait ses preuves à l’étranger. De leur côté, les médecins sont vent debout contre cette ambition de créer une nouvelle profession médicale, qui serait, selon eux, le premier pas vers une « médecine à deux vitesses »

L’auteure de cette proposition de loi, Mme Stéphanie Rist, n’a pu que constater cette opposition totale et a donc dû faire marche arrière. Bien qu’elle n’abandonne pas l’idée de créer à l’avenir cette profession intermédiaire, elle a ainsi expliqué vouloir « faire évoluer les métiers, notamment dans le cadre des protocoles de coopération ». Nul doute que le débat sera relancé dans quelques mois ou quelques années, avec néanmoins une différence notable : la profession infirmière a été entendue, comme le confirme Mme Rist en déclarant :

« Pour moi, les IPA pourraient entrer dans le cadre de la profession intermédiaire, mais c’est aussi le cas de l’ensemble des auxiliaires médicaux »

 

Et vous, que pensez-vous de cette idée de créer une nouvelle profession intermédiaire ? Estimez-vous que la profession infirmière peut combler ce vide, dénoncé par la proposition de loi ?

 

 

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

tous les commentaires

01 février 2021

Manu Bakvil

01 février 2021

Pour ça que je t’ai taguer

01 février 2021

Pierrick Lancien il y a confusion avec IPA pas assez reconnu et cette profession qui n’a pas de contour définit

25 janvier 2021

Ils le font déjà dans certains pays et ça fonctionne pas mal. Au Canada il y a l'infirmière auxillaire, l'infirmière et l'infirmière clinicienne

29 janvier 2021

Melinda Coupeau le problème en France c est qu'il y aura toujours des glissements de tâches organisés et sur qui ça va retomber !! Et oui Sur bibi

26 janvier 2021

Steph Ane Non infirmière auxillaire ne correspond pas à aide soignante qui serait plutôt une préposée aux beneficiaires, rien à voir. C'est comme ça au Canada et ça fonctionne bien, si c'était pareil en France ça fonctionnerait aussi

26 janvier 2021

Melinda Coupeau aide soignante -ide - ipa Y’a déjà c’est bon

22 janvier 2021

Il y a déjà l'aide soignante, l AMP, l'infirmière et les qualifications ( post opératoire, anesthésiste, puéricultrice.......)

25 janvier 2021

Cathy Leroy je pense qu’elle fait référence à IBODE

22 janvier 2021

Cathy Leroy c'est quoi l'infirmière post opératoire? En tout cas ce n'est pas une spécialité

17 décembre 2020

Omerta complète dans cette pandémie sur les remèdes naturels souvent connus depuis l'Antiquité et la médecine holistique, qui non seulement sont efficaces mais une révolution sur le plan économique par leur faible coût ............... mépris total de la soeurette de l'humble moisissure devenue pénicilline, l'argile verte https://youtu.be/kczrY_-sZrk

17 décembre 2020

La santé c'est ça : https://youtu.be/10LwbhNg_WE

01 février 2021

Manu Bakvil

01 février 2021

Manu Bakvil

29 janvier 2021

Ils le font déjà dans certains pays et ça fonctionne pas mal. Au Canada il y a l'infirmière auxillaire, l'infirmière et l'infirmière clinicienne

26 janvier 2021

Ils le font déjà dans certains pays et ça fonctionne pas mal. Au Canada il y a l'infirmière auxillaire, l'infirmière et l'infirmière clinicienne

26 janvier 2021

Ils le font déjà dans certains pays et ça fonctionne pas mal. Au Canada il y a l'infirmière auxillaire, l'infirmière et l'infirmière clinicienne

25 janvier 2021

Il y a déjà l'aide soignante, l AMP, l'infirmière et les qualifications ( post opératoire, anesthésiste, puéricultrice.......)

22 janvier 2021

Il y a déjà l'aide soignante, l AMP, l'infirmière et les qualifications ( post opératoire, anesthésiste, puéricultrice.......)

autres actualités