Les patients craignent pour l’avenir de l’organisation de la santé - Albus, l'appli des infirmiers

Les patients craignent pour l’avenir de l’organisation de la santé

Les infirmières et infirmiers libéraux et hospitaliers, à l’instar des autres professions de santé, ont entrepris de faire part de leurs inquiétudes mais aussi de leurs préconisations pour ce qui touche à l’évolution de notre système de santé. Adressées aux candidates et candidats à l’élection présidentielle, ces recommandations doivent, dans l’esprit des IDEL(s) et des autres soignants, guider les décisions à prendre pour garantir l’efficience de l’organisation de la Santé publique en France. Il est donc naturel, à l’aube de l’élection présidentielle, de considérer ce que les patientes et les patients eux-mêmes pensent de notre système et des craintes, qu’ils peuvent éventuellement nourrir quant à son avenir. C’est à cette mission, que répond la vaste enquête de l’institut de sondages Odoxa, publiée en mars dernier : Baromètre Santé 360°. Réalisée auprès de patients et de médecins, tant en France que dans les autres pays d’Europe, cette étude confirme certes une grande confiance mais souligne aussi de grandes inquiétudes.

 

Le système de Santé en France, le plus efficace et le plus efficient au monde ?

 

Sans surprise, les européens ont plutôt une bonne image de leur système de santé (76 %) et les Français ne font pas exception à la règle (75 %). Pour près de 3 Français sur 4 (72 %), le système de santé en France est même considéré comme le meilleur d’Europe. Les médecins eux-mêmes confirment cette conviction dans leur grande majorité (63 %). S’ils sont conscients et fiers de cette efficience, les Français n’en demeurent pas moins inquiets quant à l’avenir de celui-ci. De nombreux sujets concentrent leur attention, qui ne se focalise pas uniquement sur la pénurie de personnels soignants ni même sur l’organisation de l’hôpital. Une majorité de Français (59 %) estime ainsi que le système de santé sera moins bon à l’avenir que celui existant aujourd’hui. La publication du livre – enquête du journaliste Victor Castanet, Les fossoyeurs : révélation sur le système qui maltraite nos aînés, a notamment créé le doute et la méfiance vis-à-vis des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

La question de la vieillesse, la grande peur des Français concernant leur santé

 

Alors que les infirmières et infirmiers libéraux apparaissent comme les premiers soignants de proximité pour accompagner le maintien à domicile des personnes âgées, cette question de la vieillesse et de la perte d’autonomie constitue une véritable angoisse pour une grande partie des citoyens. 65 % des Français se déclarent ainsi « inquiets » pour leur propre vieillesse. Cela confirme, que les patients français ont tiré du livre-enquête sur les Ehpad privés des enseignements généraux. Près de 3 français sur 4 (72 %) estiment que les Ehpad ne prennent pas suffisamment soin de leurs résidents. Ils considèrent, dans leur très grande majorité (72 %), que la prise en compte et la gestion de cette question est insuffisante. Une opinion, qui est confortée par l’avis même des médecins, qui sont 60 % à la partager.

Des sources d’espoir pour une plus grande efficacité de la santé en France !

 

Ce pessimisme ne doit cependant pas occulter des raisons d’espérer pour les Françaises et les Français. Ces derniers veulent croire aux atouts et aux avantages de la télémédecine pour pallier à bien des dysfonctionnements. Cette conviction s’est renforcée depuis la crise sanitaire, qui a permis une généralisation des téléconsultations et autres actes de soins à distance, y compris ceux dispensés par les infirmières et infirmiers libéraux. Si 62 % des patients estiment que cette télémédecine représente une « opportunité pour la qualité des soins » , ils sont plus de 3 sur 4 (76 %) à la considérer comme une « opportunité pour améliorer la prévention ». Cet élan d’optimisme est partagé en grande partie par les médecins français (respectivement à 73 et 84 %).

 

Ces considérations de la population française seront, au même titre que la réflexion des IDEL(s) et des autres soignants, une base pour commencer à réfléchir sur l’avenir de l’organisation de la santé en France.

Et vous, partagez-vous le jugement des Français sur notre système de santé actuel ? Êtes-vous optimiste ou pessimiste quant à son avenir ?

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire.
autres actualités