L’évolution de la profession d’aide-soignante irrite les infirmières libérales - Albus, l'appli des infirmiers

L’évolution de la profession d’aide-soignante irrite les infirmières libérales

 

Discutée depuis de nombreux mois, la réingénierie de la profession d’aide-soignante a été définitivement adoptée au début de cet été. Les infirmières et infirmiers libéraux estiment ces décisions contestables et l’ont fait savoir.

 

L’aide-soignante, une partenaire incontournable de l’infirmière

 

 

Les infirmières libérales et hospitalières font régulièrement part de leur mécontentement voire de leurs revendications quand il s’agit d’évoquer leurs relations avec les médecins de manière générale. C’est bien souvent l’occasion, pour la profession, de souligner le manque de reconnaissance de leurs compétences propres mais aussi d’insister sur un partenariat, qu’un grand nombre d’infirmières jugent à sens unique. On retrouve une approche similaire quand il s’agit d’évoquer les relations unissant les infirmières aux aides-soignantes. Ces dernières portent alors un raisonnement et un jugement comparable, bien que la situation soit radicalement différente. Si ces relations entre infirmières et aides-soignantes sont à nouveau au cœur des débats au cours de cet été, c’est que la profession d’aide-soignant (AE) a fait l’objet d’une récente réforme, dont les textes constitutifs ont été publiés au Journal Officiel du 12 juin dernier. Cette réforme, initiée avant la crise sanitaire, a permis de faire évoluer la formation, les compétences et les missions mêmes des aides-soignantes, en vue d’adapter la profession aux nouveaux défis, que doit relever le système de santé en France. Au cours de la dernière édition du salon infirmier, Mme Marine Lamarche, chargée de mission au ministère de la Santé à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) était revenue sur cette nécessaire réforme en rappelant les liens étroits entre les deux professions : « En 1946, les infirmiers qui ne pouvaient pas obtenir leur diplôme d’État ou faire valoir leur titre d’exercice ont dû se constituer aides-soignants ». C’est donc la professionnalisation des infirmières, qui a fait émerger cette profession d’aide-soignante, dont l’évolution jusque-là était intimement liée à celle des infirmiers. Mais aujourd’hui, de nombreuses infirmières libérales ont déjà fait part de leur mécontentement et de leur agacement face à cette nouvelle réforme.

Les infirmières libérales inquiètes et en colère contre l’évolution du métier d’aide-soignante

 

La réingénierie de la profession d’aide-soignante a notamment permis de faire évoluer les compétences, en élargissant le périmètre de ces dernières et en introduisant de nouveaux actes de soins. Pour les infirmières et infirmiers libéraux, ces évolutions sont en contradiction avec les textes régissant la question de la délégation de l’acte aux aides-soignants. Or, le Syndicat National des Infirmières et Infirmiers libéraux (SNIIL) explique son opposition en soulignant : « Les infirmiers rendent deux styles de soins : les soins qui relèvent de leur rôle propre, qu’ils peuvent déléguer à l’aide-soignant, et les soins techniques, qui leur sont délégués par le médecin et qu’ils ne peuvent pas déléguer aux aides-soignants ». Et les IDEL(s) ne sont pas prêts à accepter une telle remise en cause. Pour les infirmières et infirmiers libéraux, cela remet en cause la qualité de la prise en charge des patients notamment à domicile. La présidente du SNIIL, Mme Catherine Kirnidis justifie cette contestation :

Nous ne sommes pas forcément contre l’évolution du métier d’aide-soignant. Ce qui nous préoccupe, ce sont les vannes que cette réforme pourrait ouvrir, à savoir un exercice libéral des aides-soignants qui ne serait pas encadré.

 

Les infirmières libérales regrettent de ne pas avoir été plus sollicitées lors des négociations de cette réforme, en pointant les différentes entre l’exercice hospitalier et celui en libéral. Toujours est-il, que les tensions se sont accrues en cette période estivale entre infirmières libérales et aides-soignantes, même si tous les acteurs concernés espèrent vite retrouver un climat plus apaisé.

 

Et vous, comment jugez-vous cette réforme de la profession d’aide-soignante ? Quelles seraient selon vous les dispositions à adopter pour apaiser la situation et pour garantir la qualité de la prise en charge des patients ?

 

 

 

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire.
autres actualités
Je souhaite
être rappelé

Je souhaite
être rappelé