Un nouveau Ministre à la Santé, quels changements pour les infirmières libérales ? - Albus, l'appli des infirmiers

Un nouveau Ministre à la Santé, quels changements pour les infirmières libérales ?

 

Ce lundi 17 février, Mme Buzyn a cédé sa place à Mr Olivier Véran, qui st donc devenu Ministre des Solidarités et de la Santé. Cela va-t-il changer quelque chose pour les infirmières libérales, alors que la Réforme de la Santé est en plein déploiement ?

Le départ précipité de Mme BUZYN Agnès du ministère de la Santé

 

C’est dans l’urgence, et pour faire face à la crise provoquée par le retrait de M Griveaux de la course aux municipales de Paris, que la commission d’investiture du parti La république en Marche a désigné Mme Agnès Buzyn comme candidate officielle. L’ancienne Ministre des Solidarités et de la Santé a donc dit adieu à son ministère au cours d’une cérémonie toute en émotion. Après presque 3 ans passés Avenue Duquesne, Mme Buzyn a été remplacé par le Dr Olivier Véran, neurologue hospitalier. Le nouveau Ministre de la Santé, qui est également député de l’Isère, reprend donc l’en semble des dossiers, et ils sont nombreux, de Mme Buzyn.

M Patrick Chamboredon, président de l’Ordre National des infirmiers (ONI) a rapidement réagi à ce remplacement précipité en expliquant dans un communiqué : « Nous tenons à saluer le travail réalisé par Madame Agnès Buzyn qui, en tant que Ministre de la Santé et des Solidarités, a eu le mérite d’être à l’écoute de toutes les professions de santé, médicales comme paramédicales ». Bien évidemment, des tensions ont existé entre les infirmières libérales et le Ministère de la Santé au cours de ces trois années, mais les IDEL(s), il faut s’en souvenir, s’étaient réjoui de l’arrivée de Mme Buzyn pour remplacer Mme Marisol Touraine, qui avaient cristallisé beaucoup d’opposition autour de sa personne. Ceci explique peut-être cela.

Les infirmières libérales et l’action de Mme Buzyn

 

Dans son communiqué, le président de l’ONI a ainsi tenu à souligner les avancées significatives connues pendant cette durée, à commencer par la mise en place de la pratique infirmière avancées, l’élargissement des droits à prescription, …. Il termine en affirmant que les infirmières libérales et hospitalières sont prêtes à « poursuivre nos efforts afin de construire avec les pouvoirs publics la profession infirmière de demain. Il reste tant à faire ». Ce constat met la pression au successeur de Mme Buzyn.

Déjà député de l’Isère, cet ancien socialiste devenu membre du parti présidentiel a de nombreux dossiers urgents à régler, à commencer par la crise actuelle du coronavirus, les revendications persistantes du personnel hospitalier, les attentes des infirmières et infirmiers libéraux. En revanche, il a été accueilli fraichement tant par la classe politique, qui lui reproche d’avoir voulu faire disparaitre le terme de « Sécurité Sociale » de la Constitution, que par les médecins libéraux , qui estiment qu’un médecin hospitalier n’est pas le mieux placé pour défendre la médecine de ville, qui est, selon eux, en constante dégradation. Et les infirmières libérales ?

 

Le nouveau ministre de la santé et les infirmières libérales

 

Dans son allocation de prise de fonction, Mr Olivier Véran a rassuré les infirmières libérales et l’ensemble des personnels médicaux et paramédicaux, même si tous attendent des actes avant de se prononcer. Toujours est-il qu’il a souligné vouloir protéger et prendre soin « de celles et ceux qui prennent soin de nous lorsque nous en avons besoin ».Pour rassurer les premières réactions des médecins libéraux, il a souligné reconnaitre le même engagement dans la médecine de ville qu’à l’hôpital, et pour attester de sa bonne volonté, il a d’ores et déjà fait savoir qu’il allait « recevoir prochainement les ordres et les syndicats professionnels de ville pour les associer aux changements en cours, celui de la médecine de parcours ».

Si les syndicats d’infirmiers libéraux préfèrent attendre des actes pour se prononcer, c’est en partie parce qu’ils n’ont pas oublié le soutien du nouveau ministre à la création du rôle « d’infirmier référent » et son opposition stricte à accorder aux infirmiers le droit de constater un décès. C’est donc dans une position d’attente que se trouvent les infirmières et infirmiers libéraux, et on devrait très rapidement connaitre les premières tendances.

Et vous, que pensez-vous du départ précipité de Mme Buzyn ? Et de l’arrivée toute aussi rapide de Mr Véran ?

 

 

POSTER UN COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aucun commentaire.
autres actualités