Ces services qui viennent concurrencer les infirmières libérales…

Ces services qui viennent concurrencer les infirmières libérales…

Être une infirmière libérale c’est gérer une véritable petite entreprise. Et comme toute entreprise, il est difficile de passer entre les mailles de la concurrence. Cependant, il peut arriver que cette dernière ne provienne pas d’autres infirmières libérales mais de structures plus officieuses. Petit point sur cette concurrence parfois jugée comme déloyale.

Qui sont les personnes qui concurrencent les infirmières libérales ?

Il faut savoir que les infirmières libérales ne sont pas les seules personnes qui peuvent se concurrencer entre elles. En effet, il n’est pas rare de voir se développer d’autres structures ou petites entreprises qui agissent plus ou moins dans l’ombre pour proposer elles aussi des soins à domicile.

On peut tout d’abord citer les aides-soignants à domicile qui se rendent chez des patients pour réaliser quelques actes comme la toilette, la prévention, la surveillance, la prise de médicaments, etc. En principe, ce type de professionnel de santé ne doit réaliser que des soins basiques mais il s’avère parfois que leurs actes vont au-delà de leurs attributions et que c’est en fait une infirmière libérale qui devrait intervenir. D’ailleurs certains SSIAD (Services de Soins à Domicile) faisant intervenir majoritairement des aides-soignants seraient à l’origine d’actes de concurrence déloyale. Le constat est d’ailleurs le même avec les services de HAD (Hospitalisation à Domicile).

Il est aussi important de noter que si les infirmières libérales n’ont pas le droit de faire de la publicité, les services du type SSIAD ou même HAD ont à ce niveau beaucoup moins de restrictions…

En plus du fait que ces actes retirent du travail pour les infirmières libérales, cela peut remettre en cause la qualité de la prise en charge avec un personnel pas toujours qualifié pour exercer les soins qui lui sont confiés. C’est notamment pour cela que la FNI a à plusieurs reprises porté plainte contre ce type d’établissements.

Les aides-soignants libéraux, une menace pour les IDEL

concurrence ssiad had aide soignant liberal infirmière domicile

Il faut savoir que si des aides-soignants peuvent travailler en collaboration avec des infirmières, ils ne peuvent pas agir de manière indépendante, mais revendiquent fortement ce droit. D’ailleurs, plusieurs projets de lois ont déjà été déposés pour créer un statut d’aide-soignant libéral. Aucun d’entre eux n’a encore été accepté mais il se pourrait bien que dans quelques années certains patients puissent faire appel à des aides-soignants libéraux pour des soins basiques. Les infirmières libérales craignent l’arrivée d’un tel statut car pour beaucoup cela signifie une perte de clientèle étant donné que les soins des aides-soignants seront facturés à des prix moins importants que leurs équivalents réalisés par une IDEL (dont la facturation peut être facilement gérée avec un logiciel de gestion infirmier). Il se pourrait même que certaines infirmières libérales ne réalisent plus suffisamment de soins pour vivre et soient obligées de stopper leur activité.

Et vous, en tant qu’infirmière libérale, comment jugez-vous l’activité de ces personnes qui viennent concurrencer votre travail ? Avez-vous déjà été confrontée à de la concurrence déloyale ? Si oui, comment avez-vous géré cette situation ? Et que pensez-vous du statut d’aide-soignant libéral ?

By | 2018-04-12T15:46:21+00:00 13 février 2013|IDEL au quotidien|65 Comments

65 Commentaires

  1. CrégutdelaVega Le 7 février 2013 - Répondre

    Je suis « pour » les AS libérales mais à ce jour, si on m’enlève mes nursing, je pointe au chômage. Les HAD récupèrent tous les soins techniques…

    • emynonA Le 19 juillet 2013 - Répondre

      Bonjour,

      J’ai pratiqué des soins à domicile pour un ssiad en tant qu’AS pendant 8 ans. Je pense que c’est une question d’éthique, milieu rural ou urbain c’est du pareil au même. Devant le peu de reconnaissance des employeurs (surtout salaire) mais abus concernant la disponibilité, horaires coupés pour certains, j’ai souvent pensé au libéral. Je suis contre!
      Pourquoi?… En voyant certains(e)de mes collègues travailler; passez 15 mn chez un patient alors que le temps imparti de 30mn, je me pose la question, si nous étions libéraux ce n’est pas 15mn mais 5mn; le patient n’aurait même plus le temps de s’apercevoir que quelqu’un est passé le voir pour prendre soin de lui, et là, la belle réputation des AS disparaîtrait du jour au lendemain, si si les filles, il faut avoir eu une entreprise pour le comprendre, c’est très difficile de ne pas céder à la tentation du gain, même les meilleurs peuvent succomber.
      Ce constat, malheureusement est aussi vrai pour certains(es) IDEL, la différence, c’est que faire plus de 3 ans d’études difficiles donne un avantage bien légitime aux IDE, il faut vraiment en vouloir pour faire ce job.
      D’un autre côté j’admire le dévouement et l’abnégation de mes collègues AS, c’est un métier extrêmement difficile, et il ne faut pas comme j’ai pu le lire plusieurs fois dans ce forum, dire qu’être sous payé « c’est pas grave », justement ça l’est! sinon la question de libéral, pas libéral ne se poserait pas.
      Mais faire ses 8 heures ou un temps partiel c’est confortable, ne pas avoir a gérer les comptes d’un cabinet d’infirmier en rentrant chez soi, c’est pas mal aussi. Sinon il reste toujours la possibilité de franchir le pas, et tenter de passer IDE, perso j’ai essayé à l’âge de 51ans, on a du juger que j’étais déjà trop vieux, alors il m’a été très facile de devenir AS.
      Pour faire court: laissons travailler les ide en libéral, c’est très bien ainsi, mais il faudrait penser à revaloriser celles et ceux IDE et AS qui travaillent en structure ou pour des ssiad, pensez-y, un éboueur gagne bien plus qu’une AS.
      Libéral ou pas, battez-vous!

    • Nazabal Le 8 octobre 2013 - Répondre

      Pas que les soins techniques. Moi ils récupèrent même les patients avec seulement du nursing et des préparations de médicaments

  2. Caillaullt Le 7 février 2013 - Répondre

    La concurrence des différents organismes cités est totalement déloyale. Ils font de la publicité partout, les hôpitaux orientent les patients vers ce types d’organisme nous squeezant totalement. L’hopital aurait le droit de conseiller ces organismes et pas les infirmieres…De plus il en pousse à tous les coins de rue. Je suis heureuse d’apprendre qu’une plainte à été déposé par le FNI. Personnellement ce type de comportement déloyale m’a fait perdre plusieurs chroniques en peu de temps. Je ne suis pas contre eux, ils participent aussi au maintien des gens à domicile mais contre leurs agissements sont scandaleux.

    • Pierre Francois GONOT Le 7 février 2013 - Répondre

      L’hopital recommande déja certaines IDEL issues de leur sérail et les Prestataires de service HAD ont aussi des carnet d’adresses IDEL très limités et peu concurrentiel ils s’autorisent meme à convaincre les patients de changer d’IDEL pour les leurs en leur affirmant que les soins seront de meilleurs qualité. Quant aux AS libérales je rattrappe deja les erreurs de celles des SSIAD alors si on les laisse seule bonjour !

      • Anonyme Le 12 avril 2013 - Répondre

        bonjour
        C’est comme de tout il y a des bonnes et des mauvaises as du moins + ou – professionnelles, de même avec les ide car des fois pardon….!
        je suis moi meme as à domicile, je suis diplomée depuis 13 ans et à domicile je n’ai jamais dépassé mes fonctions, toujours en accord avec les ide mais par contre en structure alors là c’est différent les dépassements de fonctions sont nombreux et réguliers.
        de plus les ssiad emploi de plus en plus d’auxiliaires de vie car elles coutent moins chère mais n’ont pas la meme formation
        je suis persuadée qu’il y a du travail pour tout le monde dans sa fonction respective et puis il y a une donnée qu’il ne faut pas zapper c’est : milieu rural et milieu citadin grosse, grosse différence
        voilà !

      • equizi Le 17 avril 2013 - Répondre

        bonjour pour les infirmières, dont les aides-soignantes rattrapent aussi leurs erreurs, personne n’est parfait et surtout pas certains infirmiers

      • Anonyme Le 26 août 2013 - Répondre

        voilà bien une réflexion d’IDEL!!!bien sur, il y a de mauvaises AS, et certainement demauvaises IDE!!!de toute façon, l’AS travaillera tjs sur délégation de l’IDE!!!pensez auxinf; qui gérent d’importants secteurs, surtout ruraux et qui seraient certainement heureuses de déléguer les soins d’hygiènes aux As libéraux!! cela éviterait certainement de voir ces soins effectue=és par du personnel non qualifié, obligé d’accepter de le faire pour ne pasêtrelicencié!! si chacun pouvait faire le travail pour lequel il est qualifié, il y aurait du boulot pour tous et les gagnants seraient les patients!!!!!!

      • Chacha Le 25 novembre 2014 - Répondre

        Je ne vois pas pourquoi les AS ne pourraient pas travailler en libéral, et il n’y a pas que les AS qui font des erreurs!
        Après 3 ans d’école d’IDE, j’ai abandonné le diplôme.
        Aujourd’hui je suis AS dans un service technique, et c’est souvent moi qui forme les nouvelles IDE débarquées de l’école.
        Un(e) IDE non formée peut faire bien de mal qu’une AS non formée, puisqu’une AS ne fait pas de soin invasif.
        J’ai beau n’être qu’ AS, j’ai fait des stages infirmiers et je peut vous dire que je vois des horreurs de la part de certaines IDE.

        Je suis plus que compétente dans mon travail et je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas travailler en libéral dans le cadre de mes compétences, à part le fait que cela vous fasse de l’ombre aux IDE sur un point de vue financier, vous n’avez aucun argument valable. Chacun à droit à sa chance nous en avons assez d’être des esclaves.

  3. Morand Le 7 février 2013 - Répondre

    Mais surtout, c’est que nous, les IDEL, ont a pas le droit de faire de la pub hein ????!!!!!! Alors que ces organismes si…..

  4. Guy-Letrouvé Le 7 février 2013 - Répondre

    Tout à fait d’accord,si les HAD et SSIAD ne fonctionnaient pas en terme de remplissage de lits et surtout que pour cela ils n’amenaient des arguments tels que »l’HAD c’est mieux c’est du personnel de l’hopital mieux qualifié que des IDEL »car tout le monde sait bien que les IDEL sont de très très vieux infirmiers(et mières) qui n’ont pas évolués!!!!Quant aux coups bas,il y a ici un médecin de l’HAD qui étzit avant médecin libéral sur le secteur.Il y a – mois alors que l’hopital nous demandait de prendre une patiente en fin de vie en charge(parce que l’HAD n’avait pas de place),au bout de 15 jours de soins ce médecin est venue la voir un dimanche en lui disant qu’elle avait de la place dans son service et qu’elle s’occuperait bien d’elle puisqu’elle la connaissait depuis longtemps!

  5. Penkalla Le 7 février 2013 - Répondre

    Il fallait s’y attendre, je travaille en secteur rural et la plupart des cabinets d’IDEL refusent les nursing, en ville les IDEL ne prennent plus du tout de nursing. Il est donc normal d’en arriver là.
    Nous, nous continuons à prendre les nursing.
    En plus, on travaille avec les HAD et ils nous laissent les soins techniques.
    Il y a du travail pour tout le monde, il faut juste savoir se remettre en question.

    • Eric Le 7 février 2013 - Répondre

      enfin un commentaire censé, en effet dans certains départements les IDEL ne pouvant assumer les soins d’hygiène et de confort (étant déjà surchargés) heureusement que les SSIAD (et leur personnel AS) existent pour réaliser le rôle propre de ces même IDEL… AS bien sur sous l’autorité d’IDE de coordination remplissant le rôle et les missions de cadre de santé, coordonnant ainsi l’ensemble des intervenants au domicile d’un patient X (IDEL, AS, kiné, aide à domicile, ergothérapeute, etc…)

      • Anonyme Le 10 février 2013 - Répondre

        enfin un commentaire tout a fait raison avec vous

        • camille.38 Le 21 février 2013 - Répondre

          tout a fait d’accord avec vous… sur mon secteur rural, nous travaillons avec des auxilliaires de vie travaillant dans une ADMR et des AS au sein d’un SSAD.. un travail de qualite, ou nous avons reussit a toutes trouver notre place et surtout ou chaqu’une realise les soins en fonction de leur competence…

          • frd Le 21 février 2013

            Définition du métier d’aide-soignant(e)

            L’aide-soignant(e) dispense, dans le cadre du rôle propre de l’infirmier * en collaboration avec lui et sous sa responsabilité, des soins de prévention, de maintien, de relation et d’éducation de la santé pour préserver et restaurer la continuité de la vie, le bien être et l’autonomie de la personne.
            * Actes professionnels, textes réglementaires de l’exercice de la profession d’infirmier, code de la santé publique, articles R.4311-1 à R.4311-15r

          • caroline Le 26 février 2013

            je suis infirmiere liberale ds un secteur rural et je suis présidente d un ssiad et ssad.nous travaillons en collaboration tous ensemble.Il m arrive meme de leur confier des patients lorsque nous sommes saturés.Je pense qu ‘il ne faut pas faire de généralités et de voir les problémes cas par cas.

      • ELO Le 13 mai 2013 - Répondre

        Je suis d’accord avec vous je vis en Corrèze, un des départements les plus « vieux » de France, les IDEL sont surchargées de travail et certaines ne seraient pas contre s’associer avec une AS pour les soulager des soins de nursing, je pense qu’ils ne faut pas confondre les soins en milieu rural et ceux en ville. En ce qui concerne le fait de rattraper les erreurs des AS, je pense que comme dans tous les métiers il y a de bons comme de mauvais professionnels, je suis As depuis 10 ans j’ai travaillé en EHPAD, en HAD, en clinique au bloc et en Urologie et je peux affirmer que dans tous ces services j’ai pu récupérer pas mal d’erreurs d’IDE sans pour autant dépasser mon rôle (sauf au bloc, je l’avoue c’est pour cela que j’ai quitté le poste).

    • cacao Le 9 février 2013 - Répondre

      tout a fait d accord avec vous je pense que la prise en charge du nursing devrait etre exclusivement reserve aux siad et aux as en effet la formation d ide doit nous amener a prendre en charge des soins tecnique de surveillance ou d education qui correspondent a notre role propre dans notre secteur nous ne faisons plus de nursing depuis longtemps et nous avons beaucoup de sois malgre cela les cabinets qui ne tournent plus q avec des nursing ne devraient plus exister

      • pfff Le 3 avril 2013 - Répondre

        le nursing est du role propre de l’ide! c’est la premiere chose que ns apprenons à l’école!
        Nous dans notre secteur, si nous n’etions pas la, les gens resteraient croupir dans leurs selles au fond de leur lit car il n’y a pas assez d’aides soignants! Vous etes sans doute trop bien pour mettre les mains dans la M….!

    • André david Le 20 février 2013 - Répondre

      PENKALLA,
      ETES-VOUS INFORME(E) DES RAISONS POUR LESQUELLES LES INFIRMIERS NE PRENNENT PLUS LES « NURSING » C’EST A DIRE PRISE EN CHARGE GLOBALE DU PATIENT DANS LE CADRE D’UNE DSI ???
      LES CONTRÔLES DES CPAM ET LE QUOTA/JOUR IMPOSE PAR LES CAISSES A DE NOMBREUX IDEL EN SONT CERTAINEMENT LES RAISONS.
      A VOTRE DISPOSITION POUR PLUS DE DÉTAILS SUR LA PAGE FACE BOOK INFO DES IDEL OU : informidel@gmail.com

    • Anonyme Le 20 février 2013 - Répondre

      C est faux à Paris nous prenons autant de nursing que de soins techniques informez vous avant de généralisé

    • mimi Le 26 février 2013 - Répondre

      Bonjour,
      Je suis aide soignante à domicile (ssiad) et je n’ai pas le sentiment que les choses se passent mal entre les différents acteurs de santé bien au contraire. Nous téléphonons au médecin à l’ide en cas de nécessité et une collaboration est instaurée entre les IDE libérales et les aides soignantes. Il s’agit d’un ssiad de 80 patients et tout le monde trouve sa place. Les soins de nurcing ne sont en général plus réalisés par les IDE chez nous. Le tout est la bonne entente entre tous, ce qui devrait être pour la prise en charge de qualité du patient.

    • Nazabal Le 8 octobre 2013 - Répondre

      Oui il y a du travail pour tout le monde, mais en campagne, sans nursing on vit pas, car on a pas de soins techniques. Jamais fait de chimio. Et débrancher des Baxter : 2 patients en 23 ans de travail …..

  6. virginie puslecki Le 7 février 2013 - Répondre

    Moi je travail en ville et je fait tout type de soins, le nursing et le technique, je travail en collaboration avec les ssiad et autre strucutre du meme genre, je pense que ca peut fonctionner…Pour l’ Had je suis inquiète, nous avons des patients qu on gère très bien tous seul (perf, alimentation…)et qui nous sont « piqué » par le CH a cause du généraliste qui passe le relais a l’HAD, par ce que les patients refuse l’hospitalisation et lui ne veut pas répondre a une demande 24h/24…on travail souvent avec eux aussi, mais pour les arranger, eux, dans l’autre sens c est loin d être réciproque. Pour ce qui est de la pub et de la conduite des hôpitaux je trouve ça scandaleux, surtout quand ils dise au patients de faire eux meme les sous cutanés ou pansements et qu’on récupère les pots cassés derrière… l’idéal, a mon sens, serait qu’on puisse embaucher les AS pour leur déléguer nos nursing.

  7. thierry Le 7 février 2013 - Répondre

    Moi je suis pour que les infirmiers libéraux puissent embaucher une aide soignante, mais une seule par infirmière. Dans un cabinet à deux ou à trois cela ferait 2 ou 3 aide-soignantes pour tourner. Ainsi nous pourrions nous décharger tout en contrôlant le nursing et notre activité.

    • Eric Le 7 février 2013 - Répondre

      la seule différence est que les soins réalisés par les AS durent la plupart du temps plus longtemps que les actes réalisés par les IDE, en effet on ne fait pas une toilette complète avec mise au fauteuil par lève-personne par exemple en 10 minutes…

      • ELO Le 13 mai 2013 - Répondre

        Vous arrivez à faire une toilette complète et une mise au fauteuil d’une personne non autonome en moins de 10mn!!!! Dites-moi comment vous faites, cela fait 10 ans que je suis aide-soignante je n’ai jamais réussi, je l’avoue je n’ai même pas cherché au grand désarrois des différentes cadres que j’ai rencontré, pour le confort, le respect et l’autonomie de la personne c’est impossible c’est excusez moi le terme de l’abattage!!!!!!!!

  8. Pierre Francois GONOT Le 7 février 2013 - Répondre

    Que de bêtises sorties en si peu de temps … j’ ai une conciliation en cours avec la CPAM pour récupérer le nursing de patient de SSIAD qui jugent trop longue les toilettes de grabataires. l’autre dossier n’a plus cours car la dame est DCD et la 3e est deleguée APF donc ils accepte de passer 1h15 pour la laver lever habiller mettre au fauteuil. Les SSIAD ont voulu prendre le boulot des IDEL ils l’ont eu mais ils ne veulent que les toilettes de moins de 1/2h… Et personnellement je ne connais que 2 cabinets su 21 à Sarreguemines qui refusent les nursings sauf que il n’ y a que 24h dans la journée

  9. Blanc Le 19 février 2013 - Répondre

    Bonjour,
    je vais être le trublion de service.
    Notre formation requière des compétences reconnues par décret.
    Parmi lesquels maintenir , promouvoir, restaurer….
    les soins d’hygiènes et de confort appartiennent à 100% aux ide.
    Après libre à chacun de VOULOIR ou pas de les faire.
    Mais à ce moment là il ne faudra jamais , au grand jamais se plaindre que les SIADD et autres structures privés viennent s’installer!
    nous avons une grande part de responsabilité, certains ou certaines de nos collègues ne voulant prendre en charge ce type de soisn … »dégradant » pour notre égo!
    alors évidement , d’autres sont fortement intéressé …et après on pleure que certains siadd ou had marchent sur nos plates bandes!!!
    nous avons aussi où je travaille Siadd et Had, qui ne peuvent se développer comme il le souhaite sur notre secteur, car les 2 cabinets présents soit 9 -10 idel sur un secteur de 5000 hbts prennent en charge ces soins, et les médecins jouent le jeu aussi.
    et d’un autre côté, ces soins là n’assurent ils pas notre fonfd de roulement financier? ces soins chroniques ne remboursent t ils
    pas les frais fixes?

    un conseil, continuez à refuser …et nous pourront encore plus nous plaindre…

    • cathy Le 21 février 2013 - Répondre

      je suis entièrement d’accord avec vous les soins de nursing dépendent entièrement de notre formation et les laisser faire pae des as nous empecherait de voir la personne soignée dans son intégralité.

      • EAS Le 26 février 2014 - Répondre

        et donc, pas une AS ? les soins de nursing ne dependent pas de nous non plus ?

    • Armata paramedica Le 28 février 2013 - Répondre

      ça c’est dit! La vrai vie en fait!!!

  10. laetitia Le 20 février 2013 - Répondre

    Moi aussi l had et les ssad m inquietent mais ce qui ne m empeche pas de collaborer avec eux en bonne entente. Je n ai pas envie de voir mon métier disparaitre au détriment d autres « boites » mais je pense qu il y a moyen de travailler ensemble sans se faire la guerre.
    Dans notre cabinet nous acceptons tous les soins mais quelque fois nous sommes obligés de refuser certains nursing par manque de temps, nous ne sommes pas des machines et nous privilégions l’aspect relationnel avec nos patients c’est à dire de prendre le temps. Dans ces la ns sommes contents de travailler avec d’autres services !

  11. adele37 Le 20 février 2013 - Répondre

    oui concurrence déloyale de la part des HAD et en plus ils refusent de nous payer les majorations MCI ET MAU sous pretexte qu’ils effectuent la coordination. Mais il me semble que lorsque l’on travaille avec eux, on participe aussi à la coordination donc mauvaise raison.Je ne comprends pas que impunément ils se permettent de détourner la législation tout simplement parce qu’ils ne veulent pas payer plus. ECOEURANT

    • Armata paramedica Le 28 février 2013 - Répondre

      Ne pas confondre coordination administrative et coordination au chevet du patient! Je ne vois jamais l’IDE coordinatrice venir voir mes patients de SSIAD. Pour Armata paramedica, la coordination de soins ne doit pas se sufir à des écrits type :  » a fé kk et pipi assize sur la chaise percer à 11h15  » (c’est du vécu).

      Les contrats de droit privé entre IDEL et SSIAD nous font travailler sur PM du médecin. A l’avenir nous travaillerons (selon les nouveaux contrats) sur ordre de mission de l’IDE coordinatrice du SSIAD et non plus sous PM.
      Quid du patient à qui l’on doit mettre une perf un vendredi soir après 19h ? Devrat-il attendre le lundi que l’IDE coordinatrice lui donne son ordre de mission?
      Quid de l’IDE coordinatrice en vacances ? Est-ce que ce sera l’AS qui l’a remplace pour faire les planning qui nous donnera l’ordre de mission ?
      Ah ah ah!!! (rire jaune) Même pas en rêve, une AS me délivrera l’autorisation de prendre en charge un de mes patients.

  12. Franck Le 20 février 2013 - Répondre

    nous travaillons en collaboration avec le ssiad de notre secteur en bonne intelligence !sauf qu’il a fait faillite l’année dernière,3 mois non payé,en perte!il vient d’être repris et,maintenant la nouvelle convention prevoit des frais de gestion de 5% sur nos factures!impossible de refuser,sinon reprendre nos malades pour les nursing,et vu notre charge de travail nous ne pouvons pas le faire!c’est de l’abus de pouvoir!!!!

    • Armata paramedica Le 28 février 2013 - Répondre

      Vous vous faites avoir comme des bleus!
      Si aucunes ÌDEL ne va faire les soins techniques vous mettrez le SSIAD en faillite. C’est le jeu du plus fort en négociation qui gagne! Un SSIAD dans l’incapacité de prendre en charge des soins techniques… Pensez-y! Les SSIAD n’ont pas les moyens d’embaucher des IDE salariées avec le code du travail (plage et quantité horaire…). Mettez les face à la réalités. Mon SSIAD de secteur (Doubs) paie les MAU et MCI après qu’on ai menacer de rompre le contrat. :-)Nous ont a osez!!!

  13. Kam Le 20 février 2013 - Répondre

    NON NON et RE NON à un statut d’AS en Libéral !

  14. Co. Liver Le 20 février 2013 - Répondre

    je cite l’article « les soins des aides-soignants seront facturés à des prix moins importants que leurs équivalents réalisés par une IDEL  »
    dites-moi qui accepterait avoir moins de 12 € (brut !!! soit 6€/h net) pour une heure de soins ?
    A part nous, les IDEL…. j’vois pas 🙂

  15. Sam27inf Le 21 février 2013 - Répondre

    L’hôpital force les patient à sortir sous couverture de l’HAD, donc on perd des soins techniques, de plus en plus de chimiothérapie se font en hôpital de jour ou grâce à l’HAD, les auxiliaires de vie font les nursings, les piluliers voir les petits pansements et voilà qu’on nous parle d’aide soignante libérale. C’est à se demander si l’on ne veut pas la mort des IDEL. Je crois surtout que l’on veut que nous devenions salariés à temps plein en HAD ou SSIAD. Cette concurrence déloyale qui coûte plus chère aux différentes caisses devrait un jour remonter aux médias et ministère car notre profession est en train de perdre en qualité et en crédibilité. Ça sent notre mort prochaine.

  16. Anonyme Le 21 février 2013 - Répondre

    J’ai travaillé en SSIAD il y avait aussi un service d’aide ménagère.Il y avait un chantage les AS devait regarder si une IDE intervenait si c’était le cas l’AS devait faire pressions pour prendre le personnel du SSIAD sinon le ménage ne serait plus assuré. Deplus il faut savoir que les soins d’hygiènes faite par le SSIAD par des AS ne sont pas facturés en ais mais en protocole c’est bcp plus chére par ce qu’elle peuvent venir à 2 pour faire la toilette « mais préfère les soins sur les personnes autonomes .Maintenant autre chose s’ajoute au problème c’est que la CPAM laisse aux IDE libérales faire ses soins avec entente préalable puis 2 ans plus tard reprend les sommes gagnés sous prétexte qu’ils sont faits en 20mn .

    • Armata paramedica Le 28 février 2013 - Répondre

      Tu serai pas du Doubs toi ?
      Nous avons eu le même problème. Y’a pas des 107 publicitaire sur ton secteur 😉

  17. TONYIDEL Le 21 février 2013 - Répondre

    Il suffit de regarder le coût d’une HAD et d’un libéral.Source d’économie certaine a promouvoir les libéraux…Enfin un libéral doit pouvoir justifier de 24 mois pour exercer seul.Les IDE des HAD sont parfois des débutants à qui on laisse des soins techniques (car le marché est fait en amont auprès des hôpitaux,publicité dissimulée)La sécurité du patient dans tout cela….certainement un coût supplémentaire car les erreurs sont bien cachées.C’est l’hôpital qui intervient et non un libéral.
    Pour les AS libérales , pourquoi pas.Mais attention aux dépassements de fonctions. Elles doivent être encadrées au minimum par IDEL.

    • ELO Le 14 mai 2013 - Répondre

      Je suis As et je pense que nous sommes capables de dire non lorsqu’on nous demande d’outre-passer notre fonction, j’ai même quitté 2 postes à cause de cela, je pense que nous aide-soignante nous voulons juste travailler en cololaboration avec vous les IDEL pour prodiguer des soins de qualité au patient, c’est le but de notre métier…

    • ELO Le 14 mai 2013 - Répondre

      J’ai travaillé 8 mois dans une HAD en tant qu’AS et secrétaire, je peux vous dire que j’ai vu les 2 côtés de l’organisation. Sur un secteur les IDEL ont fait du forcing et ont obtenu qu’il n’y ai pas d’IDE embauché par l’hôpital sur ce secteur, du coup un grand nombre d’ide de l’hôpital d’où l’on dépendait se sont installées en libérales pour fonctionner avec l’Had et elles étaient bien contente car les montants qu’elles percevaient étaient souvent astronomique (en tant que secrétaire c’est moi qui éditait leur relevé mensuel ça pouvait aller jusqu’à 3000€ pour un pateint!!!)en 6 mois elles passaient d’une twingo à un quaskai! Alors que sur l’autre secteur les IDE embauchés par l’hôpital touchait en moyenne 1500€ pour le même travail voir +.

  18. camille.38 Le 21 février 2013 - Répondre

    vous parlez tous de SSAD et HAD, mais personnellement la concurence (deloyale selon moi) vient des nouvelles structures hospitalieres privees. En effet, a cote d’un medipole (prive et public) flanbant neuf, la clinique prive a cree une « maison des consultants » ouvert 24/24, consultation en urgence, visite pre-op; post -op .. tous les chirurgiens y ont leur cabinet de consulations.. mais se sont installes dans ce batiment des liberaux : sage-femmes, kine, ergotherapeute,… et aussi des idel franchement partis de leur poste de la clinique.. Les patients en sortie de chir, retrouvent une prise de rdv avec ce cabinet qui pratiquent l’abaltion des fils, des agraffes… nous sommes justes devenues des idels qui refont des pansement de proprete.. La derniere en date, j’adresse un patient en urgence pour une plaie infectee a J6 au chirurgien, 8j apres j’âpprends que le patient est retournee voir les ide de la clinique tous les jours faire selon lui des soins ‘tres techniques »… un lavage de plaie et un mechage!!! a la fin des idels va peut etre venir d’ailleurs que des SSAD et des HAD.. merci de votre attention

  19. mitch Le 24 février 2013 - Répondre

    a force de vouloir niveler les soins vers le bas a cause de la crise financiere qui affecte aussi le secteur de la sante et en particulier lexercice liberal des infirmieres on arrive a creer des proffessions subsidiaires moins remunerees mais qui soulevent une question fondamentale celle de la competence. en effet, un soin dit « d’hygiene » requiert aussi une demarche reflexive sur l’etat de sante du patient sur la gestion d’une situation d’urgence si cela est necessaire et meme si je trouve que les aides soignantes sont de bonnes « aides » pour les soins infirmiers il manque la dimension des actes de l’acuite propre a linfirmier de sa connaissancr des traitements des effets secondaires que na pas une aide soignante..il ne sagit pas ici de savoir qui a raison ou tort mais de sinterroger sur la prise multifactiorielle des patients a domicile. il est necessaire de faire des etats generaux de la medecine de ville des soins infirmiers , des soins de podologie de kinesitherapie des interventions psycho-sociales en relation avec l’etat (hopital, ministere) afin de cartographier les attentes et de mieux definir les besoins et de creer des reseaux pour mutualiser les prises en charge..limiter le soin a la seule question de leconomie budgetaire meme si cedt aussi un des parametres ne resoudra pas la qualite des soins a domicile.

    • Armata paramedica Le 28 février 2013 - Répondre

      Houla!
      Et puis on peut devenir salarié des réseaux aussi? Désolé mais ça manque de cortication tous cela.Ne regarde pas la partie de l’iceberg qui dépasse mais plutôt celle que tu vois pas. On trouve pas mal d’article sur les réseaux en ce moment mais rien de bien réjouissant pour l’avenir de l’exercice libéral. Faut lire entre les lignes ;- Regarde aussi ce que cela coûte et quels en sont les plus values. Jamais trouvé d’enquête épidémio-médico-économique randomisée sur les réseaux!!!

      « il est necessaire de faire des etats generaux de la medecine de ville des soins infirmier »: va y organise! on va se marrer.

  20. mary Le 2 avril 2013 - Répondre

    je suis aide-soignante depuis 1998, j’ai travaillé dans le public pendant plusieurs années sans jamais être titularisée, quand au privé je n’ai pas trouvé ma place non plus. On nous demande d’en faire toujours plus sans reconnaissance et sans rémunérations conséquentes. J’ai tenté le concours ide la semaine dernière et attend les résultats mais qu’en j’apprend que 6 personnes sur environ 65 seront acceptées pour la formation cela me dégoute. Sachant mes compètences je sais que je pourrai apporter beaucoup de chose en libérale sans prendre la place de nos « collègues IDE »

    • ELO Le 14 mai 2013 - Répondre

      Idem, nous pouvons apporter aux IDEL sans pour autant leur piquer leur travail, nous ne voulons pas faire fortune cela fait longtemps que nous somme fait une raison (avec 10 ans d’ancienneté je touche 1200€ net avec 2 dimanche en 12h et une nuit et je m’en contente)nous voulons juste exercer notre métier sans le carcans des institutions actuelles qui ne pensent pas soins mais budget!!!!!!

  21. Baptiste Le 19 mai 2013 - Répondre

    Bonjour,

    Ma femme est aide soignante elle travaille depuis 4 ans à l’hopital qui normalement devrait la titulariser dans deux ans …. 6 ans c’est la règle dans la fonction publique.
    Et contrairement à beaucoup de collègue qui ne pensent qu’à leurs congés et horaires elle à une conscience pro.

    Je lui ai démontré le potentiel et l’intérêt quelle aurait de devenir infirmière libérale et en lisant ce post je vois avec ce post que c’est encore magouille et compagnie dans notre pays.

    Bravo à vous messieurs dames infirmier et infirmières et bon courage à vous.

    • Jojo Le 16 octobre 2013 - Répondre

      Ben oui, vous avez raison!
      Je suis cadre de santé en SSIAD et tous les mois je pleure sur les « pauvres » infirmières libérales qui perçoivent au bas mot 8000€ pour un cabinet de 3 IDE pour s’occuper de 12 patients. Ceci pour des distribution de comprimés, quelques prises de sang et pansements simples.

      C’est bien français de miauler sur son sort.

  22. Marc idée Le 7 janvier 2014 - Répondre

    Rrr

  23. Marc ide Le 8 janvier 2014 - Répondre

    Je suis surpris que l assistante social de l hôpital m indique qu après avoir essuyé le refus de l d’île habituel de faire la toilette elle se tourne directement vers le ssiad.
    Cependant ma collègue et moi avons toujours informé que nous prenons en charge les toilettes et nous sommes sollicités si et seulement si le ssiad n a plus de place
    Il me semble que dans la charte du patient hospitalise ce dernier a le choix de son professionnel de santé et donc ssiad et idéel devrait être proposé spontanément.
    Il s agit de la loi
    Je ne comprends pas que l assistante social salariee de l hôpital ne respecte pas l engagement cité dans cette charte
    Qu en pensez vous?

  24. marc Le 14 janvier 2014 - Répondre

    Rebonjour j avance dans ma volonté de mieux comprendre notre système de soin. Je posais une question concernant les assistantes sociales hospitalières.
    Je regrette que personne ne me donne son avis
    J ai appelle l’oni Qui m indique la même organisation alors que personne ne me précise le cadre législatif. A ce jour il n existe aucun texte qui précise que le ssiad est prioritaire sur les idel.donc pourquoi personne ne dit rien

  25. VIATGE Nadine Le 18 mai 2014 - Répondre

    Bonjour,

    Chez nous, on n’est ni IDE , ni AS mais nous en avons besoin tous les jours. Mon mari est tétraplégique assez autonome puisqu’il conduit et a une vie sociale comme tout un chacun.

    Les IDE? Il y a belle lurette qu’elles ne veulent plus de nursing généralement mais il existe encore , des communes où les nursings sont acceptés . A mon avis, plusieurs explications retrouvées plus haut dans les commentaires ; il y a 20ans, elles ne voulaient s’abaisser à de telles besognes ; depuis quelques années, s’ajoute le fait qu’elles ont peu de temps dans leurs plannings pour y inclure des soins qui sont relativement longs ( 1H de nursing = combien de piqûres, prise de sang ou autre?) . Penser ne pas former d’infirmières pour limiter la consommation de soins alors même que les besoins existent est une aberration . Ce sont toujours les plus faibles qui en paient les conséquences .

    Les SSIAD? S’ils peuvent être reconnus comme une nécessité là où les IDE ne peuvent ou ne veulent assurer les nursing, ce sont très souvent des entreprises (le vilain mot mais bien réel!) qui profitent du système , même si parfois ils peuvent avoir de réels problèmes financiers.
    Perso, je souhaite que l’Etat regarde la façon dont les SSIAD dépensent l’argent et organisent les soins.
    Les AS font un boulot fort peu reconnu par leur employeur qui les exploite très souvent . C’en est un honte!

    Par expérience , et parce que nous le vivons en ce moment , les SSIAD virent les patients ( client , je ne peux pas !) car ils prennent trop de temps dans leur planning, parce que les AS ont trop mal au dos , parce qu’ils coûtent trop cher ….Bref, on peut rapidement se retrouver dans une situation d’exclusion de soins .
    Il suffit de tomber sur une seule personne qui décide , tranche et exclue .

    Nous , officiellement, on se « fait virer » pour ne pas accepter une solution réclamée par le SSIAD mais qui supprimerait l’autonomie de mon conjoint ? Est-ce vraiment acceptable ? Je croyais que l’une des missions des SSIAD était de promouvoir l’autonomie?
    IDE ou AS y avez-vous seulement penser?
    Vous traitez de l’humain pas de la marchandise

  26. hoche Le 2 août 2014 - Répondre

    Il manque des infirmeieres dans les structures, chu, clinique, hepad etc
    il manque des as dans le secteur toilette dans milieu rurale et ville !
    il y a le boom des dépendances sur le personnes agées, et jeunes personnes aussi !
    et vous parlez de concurence ?
    Non mais de qui vous foutez vous ?
    L’argent ce manque d’argent dnt vous avez peur ! vous en avez rien a foutre des besoins de prises en charge des personnes dépendantes ?
    seul votre conditions financière se voit à l’oeil nu, même un aveugle serait en mesure de le lire.
    Nous aurons notre statut parce que le ministre de la santé va avoir de serieux probleme de gestion personnes dependantes sur le sol français. Et que les infirmiers ières manquent cruellement dans le secteur hospitalier, clinique hepad , etablissements public et privés ! et que pour laver une personne y’a pas besoin de bac = 3 !.

  27. cecile Le 6 septembre 2014 - Répondre

    moi je suis as en had quand je vois dans l’etat ou je récupère certains patients qui ete pris en charge par des idel ca fait peur!!!!!! Moi je dis que ce serait complètement normal que nous les as on puisse travailler en collaboration avec les idel, qui nous confie les toilettes eux garderai les
    soins thecniques, en prenant un petit pourcentages sur les toilettes et autre soins que l’on fait sans depasser nos fonctions les prises en charge setai meilleure pour le patient on peux tous travailler en bonne intelligence mais les idel ne veulent pas perdre un centimes, certains s’ en foute que les patients sois sale …..

  28. FRANCK Le 12 novembre 2014 - Répondre

    Aide-soignant aimant l’indépendance dans l’exercice de ma fonction, c’est tout naturellement que je me suis penché vers la possibilité d’un exercice libéral auquel hélas, je ne crois pas du tout… La hiérarchie de valeur est manifeste dans ce métier, autant que la hiérarchie des responsabilités. Tout en haut donc, nous avons le responsable en chef et représentant de la toute puissance médicale: Le médecin; autant dire qu’après son avis, point de salut pour ses récalcitrants( Il ne faut pas se leurrer…)D’autre part, les enjeux économiques(Non négligeable), la notion de compétence scientifique reconnue, s’imbrique parfaitement dans les prébendes technocratiques et gestionnaires de nos décideurs. Mieux vaut pour eux maximiser les compétences, et à contrario diminuer les postes nécessitant une faible formation plutôt qu’optimiser le rayon d’action d’une fonction qui peut être supplée par des non qualifiés(AS) sans dommage pour les finances: Autant dire à moindre coût. Je crois que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin. L’ère du « Low cost » à bien plus de chance d’atteindre nos professions faiblement qualifiées: C’est à dire en clair, reconnues à minima du point de vue des responsabilités, mais surtout facilement remplaçables. Voir ce qui se passe en hepad et à domicile (Je pense en effet qu’il y a en ces secteurs matière à creuser le débat…) Sans oublier qu’il faut gagner la confiance d’un large publique, toujours plus exigeant en matière de santé lorsqu’il s’agit de la sienne: C’est pas gagner!! (Et c’est à la fois très facile à comprendre pour qui accepte de regarder lucidement comment tout cela fonctionne.)
    (Mon expérience terrain en S.S.I.A.D me la fait comprendre.) Et oui, la confiance….

  29. polette Le 28 janvier 2015 - Répondre

    Bonjour,
    Rien que lire  » soin a domicile et concurrence » est insupportable !
    C’est clairement ce que je constate dans mon travail d’auxiliaire de vie (qui sont formé et habilité a faire des toilette d’ailleurs !) oui clairement leur intérêt premier est de faire du fric et elles en fond énormément. 9 sur 10 (et je suis gentil) fond mal voir très mal leurs travail. c’est lamentable honteux catastrophique.
    Je suis pour viré les infirmières a domicile cela ferai des économies énorme pour la sécu ou les faire pointé et qu’elle soit payé au temps passé.
    Cela est un peu dur mais je les vois tout les jours et je sais de quoi je parle.
    Cordialement.

  30. P.GERARD Le 17 avril 2015 - Répondre

    écrire un « billet » avec si peu de culture professionnelle est déplorable….madame, avant de raconter n’importe quoi renseignez vous !

    1/les SSIAD,qui existent depuis les années 70, sont des ESMS (même statut qu’un EHPAD) et a ce titre les ASD,salariés de cet etablissement, travaillent sous la responsabilité ,au minimum,d’un IDEC dans le cadre de son rôle propre.

    2/ le décret professionnel aide soignant liste précisément tous les actes autorisés dans le cadre de leurs fonctions…et tous les actes que vous citez en font partis.

    3/la sécurité et la qualité des soins sont garantie par le statut même des SSIAD grace aux controles qualités effectués tous les 7 ans dans le cadre des renouvellements d’autorisation de l’ARS en sont la preuve formelle….a quand un contrôle de l’activité sur le terrain des IDEL et de leurs aptitudes a prendre en charge des patients a domicile ?

    4/ si il y a concurrence…c’est sur le domaine de la qualité des soins,qui, pour certaine IDEL est le « cadet « de leurs soucis ! et cela se ressent,auprès des patients et de leurs familles, quand il y a changement de prise en charge…..

    5/ si il y a concurrence, interrogez vous pour savoir pourquoi les patients ,en attente de soins de nursing et de confort ,se tournent vers les SSIAD…c’est peut être parce que ils ont été échaudé a force de recevoir des refus de votre part et de vos confrères,non ?

    la paille dans l’oeil du voisin ne doit pas vous empêcher de voir la poutre qui est dans le votre !
    balayez devant votre porte avant de venir faire des remarques sans maitrise du sujet…..

  31. sandrine Le 26 juillet 2015 - Répondre

    A chacun son job, c’est tout. Une AS est formée pour le nursing, une IDE est formée pour les soins techniques, point final. Vous avez donc tous oublié ce que vous avez appris en formation?

    • P.GERARD Le 3 août 2015 - Répondre

      vous,oui,c’est sur !

Laisser un commentaire