Comment concilier vie personnelle et vie professionnelle quand on est infirmière libérale

Comment concilier vie personnelle et vie professionnelle quand on est infirmière libérale

Travailler dans un cabinet infirmier libéral exige une grande implication sur le plan professionnel. Mais cette activité demande aussi des efforts importants pour pouvoir être conciliée avec sa vie personnelle. Il faut imposer à ses proches un emploi du temps souvent contraignant. Voici quelques conseils que nous vous suggérons pour gérer le relationnel dans votre environnement familial.

En libéral, les infirmiers – et notamment les infirmières, car environ 80% du corps professionnel est composé de femmes – sont confrontés à la difficulté qu’il y a à mener une vie de couple et de famille avec des horaires chargés. Le travail du dimanche, l’astreinte de nuit et des journées qui montent souvent à douze voire quinze heures de travail, sont le lot commun des soignants en libéral. Le suivi des patients se fait 24/24 et 7/7. Malgré le travail en équipe et les horaires tournants, toute infirmière est régulièrement confrontée à ces plages qui ne s’harmonisent guère avec la vie privée. Emmener ses enfants à l’école, leur consacrer du temps le weekend et rester auprès d’eux la nuit… des choses aussi banales peuvent devenir un casse-tête.

Notre conseil : n’hésitez pas à demander de l’aide pour garder vos enfants. Ne culpabilisez pas vis-à-vis de vos proches : tout le monde peut y mettre du sien pour que les problèmes pratiques soient résolus.

D’abord, il faut s’organiser le mieux possible : se répartir les tâches avec son conjoint le cas échéant, trouver une assistante maternelle disponible à des horaires exceptionnels, mettre son entourage à contribution… Notre conseil : n’hésitez pas à demander de l’aide pour garder vos enfants. Ne culpabilisez pas vis-à-vis de vos proches : tout le monde peut y mettre du sien pour que les problèmes pratiques soient résolus.

working-momsLe noeud du problème est de parvenir à faire accepter cette situation exigeante à son entourage. La clé : communiquer. Plutôt que de tout prendre sur vos épaules et d’encaisser les difficultés sans rien en dire, il ne faut jamais manquer une occasion de faire comprendre aux autres que la situation n’émane pas de votre volonté, mais qu’elle est la condition sine qua non de votre travail. Faites comprendre à votre conjoint, mais aussi à vos enfants, à votre famille et à vos amis, que vous êtes la première ou le premier à faire des sacrifices. Si votre entourage se place dans la compassion, il lui sera plus facile d’accepter la situation.

Communiquer implique une chose : collectiviser le problème. Votre travail de doit pas paraitre accessoire, mais essentiel pour subvenir aux besoins de toute la famille. Ce n’est pas une option : c’est votre source de revenus. Les sacrifices que le métier d’infirmier implique sont d’ailleurs généraux à toute la profession, et n’appartiennent pas qu’à vous. En tous cas, cette situation concerne toute la famille : c’est le problème de tous, et l’effort doit être partagé : vous ne devez pas rester seule avec le problème.

Pour donner une image plus positive de ces contraintes à votre entourage et ménager votre vie de couple comme votre vie de famille, pourquoi par ailleurs ne pas souligner « l’endroit » de la médaille : vos disponibilités sont variées ; si vous travaillez le dimanche, vous êtes libre en semaine, ce qui n’est pas le cas de beaucoup. Si vous travaillez de nuit, vous avez du temps en journée… Le roulement horaire engendre un emploi du temps varié et une absence de routine ! Vous pouvez ainsi montrer qu’une telle liberté peut être mise à profit. N’hésitez pas non plus à vanter les mérites de votre travail sur le plan humain : vous soignez des patients, vous aidez beaucoup de personnes, vous servez la société et l’humanité… Ce n’est pas donné à tout le monde de faire le bien !

Diversifier vos pistes pour assumer la situation.

Enfin, n’oubliez pas que vous n’êtes pas isolé(e) : vos collègues connaissent des difficultés du même ordre ; vous pouvez partager vos préoccupations avec eux. Chacun aura sans doute de bons conseils à échanger. En outre, vous avez accès à plusieurs soutiens qui ne sont pas à négliger : la médecine du travail, l’aide d’un psychologue… Diversifier vos pistes pour assumer la situation plutôt que de vous enfermer dans une impasse, voilà une attitude qui pourra vous être très utile.

Et vous, quel est votre avis ? Votre métier d’infirmière libérale vous a-t-il déjà posé des problèmes dans votre vie de famille ou votre vie de couple ? Quelles sont vos astuces pour faire comprendre et accepter la situation à vos enfants et votre conjoint ? Trouvez-vous que vous êtes suffisamment comprise et soutenue par votre environnement ? La parole est à vous !

By | 2018-04-12T15:45:35+00:00 10 avril 2013|IDEL au quotidien|71 Comments

71 Commentaires

  1. Gnito Le 10 avril 2013 - Répondre

    Je ne travaille pas le mercredi pour m oqp de mon fils, et les we de garde mon chéri gère.
    et puis j ai une super nounou et srtt on ne compte pas qui a fait quoi, srtt que mon mari a aussi des horraires particuliers.

  2. Landier Le 10 avril 2013 - Répondre

    Organisation béton le maître mot

  3. Salès Le 10 avril 2013 - Répondre

    avec ma collegue, nous avons ttes les deux de jeunes enfants… donc, on travaille soit le matin, soit le soir, avec une remplacante 6 jours par mois… ca nous fait travailler plus de jours, mais passer plus de temps en famille… 😉

  4. chague Le 10 avril 2013 - Répondre

    Il est vrai qu’une organisation en béton est indsipensable, surtout que je me suis retrouvée à travailler 49 jours sans repos suite au départ de mon collègue. D’autant plus que mon mari travaille en 2×8, et que je dois aller chercher les enfants au lycée, collège à 20 km

  5. Capdeville Le 10 avril 2013 - Répondre

    certainement moins difficile à gerer que les pauvres femmes qui font les 3×8 à l’usine !! c’est pas le bagne non plus ..comment auriez vous fait 35 ans plus tot quand 2 fois par jour il fallait stereliser tous le materiel ‘seringues ,instruments ) et que les pampers n’existaient pas pour changer les enfants ! salatiees nous faisions 45 h liberale on ne les comptait pas (deja) et on est encore en vie .je trouve la jeune generation bien plus ‘fatigagle’ que les vieilles

  6. Hermitte Le 10 avril 2013 - Répondre

    çà y est c’est fait!

  7. Marrouat Cogez Le 10 avril 2013 - Répondre

    Pas de mal à gérer mais quelquefois c’est le quotidien qui est difficile ( beurk le ménage revient trop vite !) 😉

  8. Slama Le 10 avril 2013 - Répondre

    c est un désastre familiale ,une détestation d un futur métier pour les enfants et 2 divorces à la clef.on n acheté pas le bonheur !!! ma directrice d école m a dit lors de la remise du diplôme  » on ne peut pas réussir sa vie et réussir dans la vie’ à méditer fortement …….

  9. Cassar Le 10 avril 2013 - Répondre

    bien vrai!!! beau métier, mais à quel prix!…

  10. Tincq Le 10 avril 2013 - Répondre

    Nounou super, mari compréhensif et tout peut très bien se passer….( pourtant mari très pris et enfant en bas âge)

  11. Durot-Renaudin Le 10 avril 2013 - Répondre

    3 paniers de repassage …1 paniers à laver..le lave vaisselle est plein..et la, j’ai pas fini..7 personnes à voir, ce soir ça sera pizza pai drive comme d’hab ..mais tout va bien !!!!!

  12. Domingo Barbot Le 10 avril 2013 - Répondre

    J’ai pris le parti de ne pas faire plus d’heures que si j’était salariée. On a dons adapter notre tournée en fonction. Je commence à 7h le matin et je fini a 19h30 avec une très belle coupure au milieu. Je peux aller chchr les enfants à l’école le midi et c mon mari qui les récupère le soir

  13. Herbin Le 10 avril 2013 - Répondre

    Avoir un homme au foyer !!!!

  14. Soumia Le 10 avril 2013 - Répondre

    Après lecture, j’ai bien l’impression que le secteur LIBERAL ne porte pas le même discours que les salariés… Tout porte a croire que d’un service à un autre, la profession d’infirmier n’est pas la même !! A méditer aussi ! 🙂

  15. Gillet Le 10 avril 2013 - Répondre

    maman célibataire de 2 jeunes enfants, dur dur de les voir grandir à mi temps. beaucoup de reproches de la part de ma petite fille de 6 ans

  16. Lainé Buttigieg Le 10 avril 2013 - Répondre

    Mon mari est aussi infirmier libéral et nous travaillons à l’inverse !! Pas toujours simple !! Heureusement qu’il y a les vacances !!! Je comprends aujourd’hui pourquoi les infirmières étaient des religieuses …… Quel beau métier !!

  17. Flamion Le 10 avril 2013 - Répondre

    idem…2filles qui n’ont jamais voulu faire ce metier….elle m’ont trop vu rentree devastee..lol..et un divorce a la cle..avec un mari qui en a eu marre de tout gerer les soirs et le we..et mon stress en plus…si je dois rencontrer qq’un ..pas facile de lui imposer ça..

  18. Rossi Le 10 avril 2013 - Répondre

    Des jeunes enfants et bébés pour ma collègue et moi même, privilégiant la vie de famille, nous travaillons entre 7h et 19h ,une semaine chacune avec une remplaçante tous les mercredis pour garder nos enfants.Il y a plus dur c est vrai quand tout va bien!

  19. Ansinelli Le 10 avril 2013 - Répondre

    moi je vis seule ma fille est maman est vis sa vie, je bosse 2 wend par mois (vendredi samedi et dimanche) et lorsque ma collègue a besoin de moi ( 2 à 4 jours dans le mois..) une pré retraite donc mais avec une rémunération qui va avec..

  20. Matmour Le 10 avril 2013 - Répondre

    Nous mômes 2 avec des enfants jeunes. On a un roulement fixe. On ne travaille pas un mercredi sur 2 . Un week-end end de 3 jours toutes les 2 semaines. On ne commence pas avant 7 h et à 19h30 la journée est finie. Alors des fois, ça nous amène à refuser des soins, mais il faut être capable de dire non et de connaître ses priorités

  21. Ferracci Le 10 avril 2013 - Répondre

    mème parcours que carole mais g refait ma vie , travaille 1 semaine/2 et là je voudrai travailler à 3 pour ne bosser plus que 10 jours par mois …..

  22. Ansinelli Le 10 avril 2013 - Répondre

    et puis plus on bosse plus on touche et plus on se crée des besoins!!! je préfère profiter de la vie et quel bonheur quand Louka me dit avec son joli sourire, manou je suis content de manger chez toi tous les midi et que tu me gardes le mercredi, autrement comment je ferai!!!!!!

  23. Capdeville Le 10 avril 2013 - Répondre

    moi aussi j’ai divorcé mais c’est pas le boulot la cause c’est trop facile de dire ça .mon mari etait aide -soignant ,nous avions les mêmes horaires une creche à l’AP-HP ou les enfants etaient gardes pdt nos heures de boulot …. on ne devait pas etre fait pour vivre ensemble c(est tout

  24. Chaduc Le 10 avril 2013 - Répondre

    Mari hyper compréhensif, qui bosse que le week-end, et moi taf à mi temps, le matin ( du lundi au dimanche) une semaine sur deux, les loulous (3) étant gérés à la maison les week-end par des jeunes filles Baby siter…..et malgre ça , ça reste bien compliqué parfois !!!!! Chapeau à celles qui arrivent à tout gérer…….

  25. Drui Le 10 avril 2013 - Répondre

    Comme vous me rassurez !! Je pensais être la seule a gérer ma vie privée comme une nulle…. Je me pensais Incapable d être une bonne mère tout simplement….

  26. Capdeville Le 10 avril 2013 - Répondre

    tu ferais caissiere ou blanchisseuse ,les ‘reproches’ seraient les mêmes

  27. Capdeville Le 10 avril 2013 - Répondre

    si tu travaillais en usine et bien c’est un luxe que tu n’aurais pas

  28. Crouvizier Le 10 avril 2013 - Répondre

    Mon boulot est en train de dévaster la vie privée car je n arrive pas a décrocher mais c était pareil à l hôpital!!!

  29. Poirier Le 10 avril 2013 - Répondre

    moi aussi j’ai divorcé mais à l’époque je travaillais à l’hopital et c’etait pas mieux (rappels le we ..les enfants étaient petits..) mais ce ne fut pas la cause

  30. Poirier Le 10 avril 2013 - Répondre

    personne n’a repris le flambeau mais mon fils ainé a épousé une aide soignante

  31. L'riche Le 10 avril 2013 - Répondre

    moi j’ai fait le choix de travailler que les matins ( excepte les wk end ou je travaille toute la journee) c un bon compromis entre boulot et vie de famille 3 enfts dont la derniere a 5 mois. ca m’oblige a travailler tous les jours mais je suis la a 16 h30 pr recuperer mes enfts et c vraiment tres agreable. evidemment mon chiffre d’affaire n’est pas hyper eleve mais ma priorite n’est pas la pr le moment.

  32. Capdeville Le 10 avril 2013 - Répondre

    je pense que les jeunes mamamns culpabilisent beaucoup le fait de travailler à l’exterieur .la qualité du temps passé vaut beaucoup mieux que la quantite !!

  33. Ansinelli Le 10 avril 2013 - Répondre

    j’en suis consciente et je profite de ma liberté

  34. Poirier Le 10 avril 2013 - Répondre

    j’etais salariée et j’en ai entendu aussi quand je faisais soir mat ,je les emmenais à l’école pour 9h et je retournais les chercher le lend à 16h30 dur

  35. Mondeilh Pourquier Le 10 avril 2013 - Répondre

    Ben moi j’ ai 3 enfants de 5 mois a 3 ans , dont 2 jumelles, et j’ ai une super nounou qui me les prend a 6h30 s’il le faut, et un mari au top ! C sur c difficile mais rester a la maison , hors de question !! Bon je bosse que 10 jours / mois en libéral donc ça reste gérable !!

  36. Poirier Le 10 avril 2013 - Répondre

    chacun fait comme il peut mais par rapport qq années en arrière ,il est plus facile de se faire aider avec les cesu ,repassage ,femme de ménage .. même 1sem /2 ça se trouve et profitez en les filles c’est déductible et quel confort

  37. Foray Le 10 avril 2013 - Répondre

    Moi g un mari qui fait les 3/8 et des super collègues qui font mon planning et le leur en fonction de mon mari! Du coup pas besoin de nounou , juste la cantine à midi ! On a même du temps pour nous! Vive le liberal!

  38. Capdeville Le 10 avril 2013 - Répondre

    alors si tu en es consciente ..agis en consequence si tu tiens à preserver ta famile …..

  39. Petit Le 10 avril 2013 - Répondre

    Mes astuces : un mari et des enfants au top !!! Un roulement sympa entre collègues ..

  40. Gillet Le 10 avril 2013 - Répondre

    JOELLE, si c’est pour démoraliser les gens un peu plus c’est pas la peine. Peut être serait il les mêmes, mais je n’ai pas la chance de les voir matin et soir. La questions est posée, je réponds c »est tout.

  41. Henry Le 10 avril 2013 - Répondre

    je pense que liberale ou salariée, ca reste ereintant aussi bien physiquement que psychologiquement!! nous sommes en effet obligées de mettre toute la famille (enfants et conjoint mais aussi grand-mères et autres ) au diapason de notre emploi du temps, ce n’est pas facile meme si nous aimons notre métier et meme s’ il y a toujours pire que nous c’est vrai!!! c’est un beau métier mais nous faisons énormément de sacrifices sur le plan personnel pour l’exercer correctement; je trouve donc facile de dire que c’était plus « difficile » avant et que notre génération est plus « fatiguable », nous exprimons notre ressenti, on est pas en train de se plaindre ou de raler, c’est juste une constatation generale!!!

  42. Emilie Le 10 avril 2013 - Répondre

    Moi j’ai fais le choix de finir ma journée vers 16h. Effectivement comme Sandy le chiffre n’est pas très élevé mais je m’éclate au boulot et je profite de mon petit loup de 7 mois. Pour mon mari et moi le choix a été vite fait. De toute façon dans tout cette histoire chacun fait comme il l’entend . Pas de famille pour nous aider à gérer donc hors de question que mon fils passe plus de temps avec la nounou qu’avec moi.

  43. Ldine Le 10 avril 2013 - Répondre

    Le prozac.

  44. Capdeville Le 10 avril 2013 - Répondre

    bien sur que c’est un constat mais tout le monde peut faire un choix dans sa vie ,y compris celui e rester a la maison .j’ai toujours vecu dans une famile de femmes qui bossent veuves ou divorcées pour plus des 3/4 (moi y compris) et même avec 3 enfants dont les aines ont 10mois1/2 d’ecart ,elles ont eu une vie bien plus laborieuse que la mienne .maintenant oui je dis que je suis fatiguée mais j’ai ..63 ans bientot et jusqu’a il y à 2 ans en arriere c’est un mot qui ne faisait pas partie de mon vocabulaire .ça aussi c’est un constat

  45. Babel Le 10 avril 2013 - Répondre

    Ben on est des femmes et il n’y a pas le choix!!!! et oui 4 enfants en bas âge compréhensifs et un mari très présent !!!!

  46. Azzopardi Perry Le 11 avril 2013 - Répondre

    Salariée, j aurai 5 semaines de congés par an, en libéral, j ai la moitié de l année… Certes, il faut aussi préparer la compta etc… mais Faut quand même pas abuser … Même si c est dur quand on bosse, c est du pain béni comme métier!

  47. Bazzinotti Palumbo Le 11 avril 2013 - Répondre

    Tout à fait d’accord avec Céline. On travaille la moitié de l’année et aux horaires choisis. Moi j’ai 15 ans de libéral et j’ai toujours travaillé avec 3 enfants. Pour moi le secret c’est un bon mari et une collègue SUPER. Je ne retournerai pour rien au monde à l’hôpital

  48. Capdeville Le 11 avril 2013 - Répondre

    au final :c’est un choix ..un point c’est tout on ne se met pas à son compte et ce quel que soit le metier sans peser le pour et le contre et de tous les metiers que je connaisse ou les gens sont parons ,peu on notre liberte de temps et la compta ben ils font aussi ,les enfants egalement et un commerce par exemple travaille de 5h à 22h au moins pour le patrons tous ça pour nos satisfaire ,nous clients et je sais de quoi je parle pour avoir un fils boucher

  49. Vicent Le 11 avril 2013 - Répondre

    bravo cc 🙂

  50. Dejean-Bracq Le 11 avril 2013 - Répondre

    J’espère Céline Azzopardi Perry que tu appliques ces conseils. Bises.

  51. Maciąg Le 11 avril 2013 - Répondre

    Y’a rien de pire que les vieilles infirmières donneuses de leçons. On les écoute, elles ont fait le Vietnam.

    • Christel.cabezon@gmail.com Le 20 avril 2013 - Répondre

      Les vieilles infirmières peuvent effectivement te donner bien des leçons !!

  52. Azzopardi Perry Le 11 avril 2013 - Répondre

    C est sûr Claire qu’ on est toujours très investi et qu’ on ne compte pas malgré tout nos heures de travail, mais j ai plus de compassion avec la nana qui bosse comme caissière ou le mec qui travaille sur les chantiers pour gagner un smic et qui ont eux aussi une vie de famille que pour l infirmière libérale… Après 8 ans d hôpital et 6 ans de libéral, je vois quand même la différence. Au contraire de certains, je peux certifier que le libéral a sauvé ma vie de famille même si on réfléchi à 10 fois avant de mettre en route un autre enfant etc… Ça me gonfle quand les gens se regardent trop le nombril… Y à pire quand même.

  53. Capdeville Le 11 avril 2013 - Répondre

    mais si c’esta ce point demoralisant il faut faire autre chose …

  54. Capdeville Le 11 avril 2013 - Répondre

    vieille oui je le suis et alors !! la difference entre vous les jeunes et nous c’est de vouloir ou d’avoir voulu le beurre et l’argent du beurre .. moi on m’a tjrs appris que dans la vie on a rien sans rien ,ce qui n’est plus le cas aujourd’hui

  55. MD Le 11 avril 2013 - Répondre

    Toutes les jeunes infirmières ne sont pas des fainéantes il existe encore une conscience professionnelle, c.est bien malheureux de classer tous le monde dans le même sac!

  56. Petit Le 11 avril 2013 - Répondre

    Cela fait 22 ans que j’exerce en libéral et je n’ai jamais regretté ce choix. Le libéral m’a permis d’avoir pour un revenu de temps complet, un mercredi sur 2, la moitié des vacances scolaires. Le reste du temps j’ai fait comme toutes les mères qui travaillent, j’ai fait appel à tous les modes de gardes possibles : son père, sa grand mère, etc.. et puis parfois,il m’a accompagné. je dis souvent qu’on a inventé la game boy pour lui… je crois vraiment que le libéral m’a permis de passer plus de temps auprès de mes enfants que d’autres modes d’exercice. je suis sans doute une vieille infirmière, mais j’ai du mal à supporter cette ambiance misérabiliste qui règne souvent sur toutes les discussions autour de notre exercice. Après, si on veut rester auprès de ses enfants après l’école , les weekend et les vacances, et être bien payée en plus, on ne choisi pas cette profession!!!Quel que soit son mode d’exercice.

  57. Azzopardi Perry Le 11 avril 2013 - Répondre

    À ludovic: je suis une infirmière de 36 ans uniquement, avec la vie de famille active qu’ on a dans la trentaine… Je pense que pour les filles qui nous ont précédé ce devait être plus compliqué de bosser en libéral sans téléphone portable, ordinateur… avec logiciel pour télétransmettre… Etc … Tu te verrai remplir toutes les feuilles à la main pour attendre un mois avant que la sécu daigne te régler etc etc. J ai des amies proches de la retraite qui me relatent un sacré parcours…

    • Christel.cabezon@gmail.com Le 20 avril 2013 - Répondre

      Merci Perry pour votre commentaire ! J ai 30 ans de libéral derrière moi !j ai travaillé 14 jours /15pendant très longtemps avec très peu de vacances (difficile de se faire remplacer ) j ai élevé mes 2 fils avec un mari compréhensif et pourtant chef d entreprise! J ai 56 ans et une associée depuis seulement 4ans avec laquelle je partage le temps de travail ! C est à l ‘heure d ‘aujourd’hui le bonheur car je peux enfin penser à moi ! Mes fils sont bien dans leurs baskets et savent ce qu est la valeur du travail ! Je ne regrette rien!! J ai vécu une autre époque ou on ne se posait pas de question ! On était simplement heureux de travailler et de faire un merveilleux métier ! Autres temps autres façons de voir les choses !

  58. Dejean-Bracq Le 11 avril 2013 - Répondre

    Pas cool du tout Ludovic !!!Si vous aviez assisté à l’investissement de ces filles , vous auriez une autre réflexion, moi je les ai vu et chapeau les filles et de plus contrairement à ce que vous dites elles ne présentent pas leurs boulots comme des faits de guerre , et leur sourire et leur dévouement ne sont qu’à louer.Et elles n’ont rien de donneuses de leçon . apprenez que lorsqu’on choisi ce métier ce n’est ni l’appât du gain ,ni la vie pépére qui guide.

  59. Mondeilh Pourquier Le 11 avril 2013 - Répondre

    Bien sur que c plus confortable a notre époque, et que l’ ancienne génération a bcp plus galérer mais de là a tjs dénigrer les jeunes infirmières non !! On a aussi notre lot de souci ! Et on est pas des feignasses, et on a aussi une conscience pro !!

  60. Boissady Le 11 avril 2013 - Répondre

    7 enfants un super mari et une bonne collègues et super heureuse sans ce métier et un homme dévoues on aurait pas une famille nombreuse j ai pas pris de congé maternité juste une semaine a l accouchement de chaque enfant mais un papa qui gère tout et se métier nous fait tous très bien vivre ce que les enfants comprennent et savent que si papa gère le quotidien maman gére le budget et pour ça doit travailler la semaine ou je travaille tout le monde c est que je suis entièrement dans mon boulot mais ma semaine de repos je suis pour la famille

  61. Welleman Le 11 avril 2013 - Répondre

    Ludovic tu vas avoir des problèmes 🙂

  62. Maciąg Le 11 avril 2013 - Répondre

    J’ai versé une larme.
    Beaucoup parle sans connaître la vie de chacun, on trouve toujours pire ailleurs, mon père m’a toujours dit que ce n’était pas pire que d’aller à la fosse comme les mineurs, il y a pire, les enfants qui fabriquent nos pompes à la mode, nos portables… On sait tous que les gars du bâtiment par exemple sont esquintés avant l’âge et ne feront pas de vieux os!
    Le sujet de base n’était pas de dire comment c’était avant ou « moi je » fais mieux que toi. Alors ça peux t’énerver Céline qu’ici les filles donnent leurs façons de vivre leur profession et leur vie de famille et donc se regardent le nombril mais c’est le sujet. On n’a pas demandé non plus de dire que tous les jeunes sont fainéants. Des jeunes stagiaires j’en ai eu de très bons qui ne comptaient pas leurs heures non plus en étant avec moi en stage et qui étaient de grande qualité. A ce moment-là tous les vieux coûtent un oeil à la société!
    Claire si vous aviez compris le sens de mon message vous n’auriez pas écrit ça et si vous connaissiez mon investissement, mon dévouement et mon sourire, qui plus est avec le charme slave 🙂 , vous louiez aussi mes qualités. Je n’ai plus grand chose à apprendre sur ce métier que je connais sous pas mal de facettes, je commence à être un vieux loup de mer même si encore jeune. Je n’ai rien à apprendre non plus sur la valeur du travail, je suis petit fils d’immigrés polonais du Nord de la France et moi non plus je n’ai jamais entendu mes grands parents ou mon père se plaindre.

  63. Loupias Le 11 avril 2013 - Répondre

    à l’hôpital je bossais de nuit donc j’avais du temps pour voir mes enfants grandir. actuellement je suis en libéral, et comme plusieurs filles ici, on a des horaires cool. je suis rarement là pour le petit déj, mais je suis souvent là le soir, et quand je bosse le soir, je rentre vers 19h30 donc à temps pour passer à table en famille. mon mari gère quand je suis absente. je bosse 2 we par mois, les enfants le savent et l’acceptent, ils savent que mon salaire est nécessaire. le libéral permet pas mal de libertés, j’ai pu quand c’était nécessaire aller chercher mes enfants malades à l’école, on peut se débrouiller ce qui n’est pas le cas quand on est salariées. parfois on peut pas et c’est au conjoint de prendre le relais. je suis contente de ma situation et je ne pense pas rater tant de moments importants de la vie de mes enfants. mon mari qui rentre le plus souvent à 19h minimum et qui part parfois en déplacement en rate plus je pense, même si il est là tous les we. on bosse un peu à l’envers des autres, mais quel bonheur de faire ses courses quand le supermarché est vide!! et de ne jamais aller ds les zones commerciales le we car on peut y aller en semaine! on a quand même des avantages je trouve! j’ai une amie qui a de super horaires (9h/17h) mais elle ne peut pas amener ses enfants au sport le mercredi après midi, moi je peux car je ne travaille jamais les mercredi après midi! voilà un avantage indéniable je trouve!

  64. Ravez Laronde Le 11 avril 2013 - Répondre

    je longtps travaillé de nuit il fallait etre organisé mais avec des horaires « strictes » finalement..alors que là en liberal tu t’organise comme tu veux !!! j’ai etait pdt des mois tte seule alors oui là c’etais galere +++ car travaille 7/7 ; mais depuis decembre j’ai 1 super collab qui me fait 2j/mois dont 2 wk end et la moitié des vacances scolaires = je dit juste LE PIED !!! je choisi mes horaires : pas de nounou je ne bosse pas entre 7h et 8h30 le matin pour pouvoir m’occuper des mes 3 monstres et les ammener à l’ecole ; le soir je n’accepte pas de soins entre 16h et 17h pour puvoir aller les chercher. le papa m’aide ++++ surtout pour le menage, les courses j’y vais en fin de tournée entre midi et deuxqd il n’y a paersonne…bref je kiffe 😉

  65. Gael Le 15 avril 2013 - Répondre

    Dis-donc, c’est chouette cet article

    • Sabine Le 15 avril 2013 - Répondre

      Oui, ils sont très intéressants

  66. Christel.cabezon@gmail.com Le 20 avril 2013 - Répondre

    La médecine du travail pour les libéraux !!! Désolée jamais entendu parler !

  67. Martin Le 21 avril 2013 - Répondre

    Bonjour a toutes

    Mon collègue et moi avons des enfants en bas âges
    Nous avons choisit de travailler ainsi : pour un soignant une petite semaine mercredi et jeudi puis la semaine suivante la grande c’est a dire lundi mardi vendredi samedi et dimanche. Le rythme est assez doux et pas fatiguant

    Nous avons une troisième infirmière qui travaille environ 4 jours ds le mois et qui nous fait un mercredi jeudi ainsi nous pouvons bénéficier d une semaine de repos par mois en ne posant que deux journées
    Un rythme idéal, des familles satisfaites voili voilou si cela vous tente …

  68. lili Le 29 août 2013 - Répondre

    Bonjour à tous. je suis infirmière libérale de 1 an et demi et enceinte de mon premier enfant. Je réfléchis a l organisation futur une fois mon pti bout arrivé. Avons nous droit à des aides de la CAF si je me tourne vers une assistante maternelle pour la garde?
    Merci a tous

    Et en effet un mari compréhensif et aidant ça aide beaucoup

Laisser un commentaire