Un local municipal pour des infirmières libérales

Un local municipal pour des infirmières libérales

Si la volonté des infirmières libérales est généralement de ne pas se sédentariser, il est obligatoire de disposer d’un local pour pour exercer son activité, recevoir les patients, etc. Plutôt que de laisser chacune se débrouiller avec les moyens du bord, la commune de Fontenoy, située dans l’Yonne, a décidé d’investir dans un bâtiment qui abritera deux IDELs. C’est un exemple particulièrement intéressant de coopération entre professionnels de santé et services municipaux, dont pourraient s’inspirer bien des communes !

village1Prendre soin de ses IDELs

On ne le répètera jamais assez mais toute commune, peu importe sa taille ou sa démographie, nécessite un personnel médical sur place. Si les hôpitaux ou cliniques se situent à des dizaines de kilomètres, de nombreux citoyens se trouvent dépourvus d’assistance médicale d’urgence ou de professionnels pour exécuter les soins courants.

Le rôle des infirmières libérales se situe dans cette proximité au jour le jour et la commune de Fontenoy l’a parfaitement compris. De peur de voir les IDELs du cru partir vers d’autres destinations et afin de rassurer la population locale, les élus de cette petite commune de seulement 300 habitants ont pris une décision importante : investir la coquette somme de 65.000 euros pour créer un cabinet d’infirmières libérales.

Les deux IDELs y officiant, Aurore et Virginie, se voient ainsi assurées de pouvoir rester dans leur secteur d’origine après avoir écumé les routes du département pendant presque deux années. Ce soutien décidé par le conseil municipal est une marque de confiance pour ces professionnelles de la santé mais aussi un signal fort lancé aux habitants qui se voient considérés avec attention et prévenance par leurs élus.

Une démarche mûrement réfléchie

Si l’investissement est raisonné à l‘échelle nationale, il n’en va pas de même pour la commune de Fontenoy, qui, du fait de sa petite taille, dispose de moyens limités. Cette somme reste importante mais le calcul a été judicieusement pensé.

La recherche d’un local ne s’est pas faite sans mal et, devant la difficulté de cette démarche, la solution de la construction s’est imposée afin que ce local soit visible par tous les habitants et qu’il puisse remplir toutes les conditions inhérentes à un bâtiment hébergeant des actifs du secteur médical.

Les deux infirmières libérales sont comblées par cette prise d’initiative. L’échange de bons procédés se fait dans la mesure où elles se sont engagées à louer ce local pour une période de quinze ans afin que l’entièreté des frais d’emprunt et la TVA soient couvertes. À l’heure où les politiques sont souvent taxés de garder l’argent de leurs mairies ou de leurs partis pour des frais personnels, cette initiative d’utilité publique donne du baume au cœur. La volonté de proposer une solution tout en y mettant les moyens est saluée par tous et, dans la perspective où les deux infirmières décident de changer de vie, ce local pourra servir à des remplaçantes voire à une deuxième vie (commerce, local public autre).

Et vous, trouvez-vous cette démarche positive ? Aimeriez-vous que votre commune vous propose une telle solution afin de vous héberger ? Trouvez-vous que les moyens mis en œuvre pour les IDELs sont suffisants en France ? Vous engageriez-vous sur une période de quinze ans afin de bénéficier d’un local ?

By | 2018-04-12T15:43:10+00:00 17 novembre 2013|IDEL au quotidien|5 Comments

5 Commentaires

  1. samiez Le 17 novembre 2013 - Répondre

    idem a zuydcoote dans le nord où l’on a emménagé dans des locaux tout neufs avec un nouveau médecin.

  2. TARGET GHISLAINE Le 17 novembre 2013 - Répondre

    bonne iniative, connaissez vous les communes ou les régions ayant des besoins infirmiers en France

    • frederic bourchouk Le 21 décembre 2013 - Répondre

      Cabinet paramédical à Triel s/seine loue :
      – une salle de 8m2, loyer 285€ + 35€ de charges.
      – une salle de 6.20 m2, loyer 215€ + 35€ de charges.
      – Possibilité de louer les deux salles — 520€ charges comprises.
      Composition actuelle : un médecin, ostéopathe, sophrologue, pédicure-podologue, micro-kiné, psy.
      Ses avantages : Parking extérieur privé – Accès handicapé – Salle d’attente – Sanitaire.
      Situé dans le centre ville à 400m de la gare, face à l’arrêt de bus, 15min de l’A13.
      Préférence : infirmière, diététicienne, kinésithérapeute, allergologue, nutritionniste, psy, gynécologue, gastro-entérologue, masseur, consultant, avocat,… .
      Toute demande sera étudiée.
      Contactez M. Frédéric BOURCHOUK au : 07.77.38.41.87 ou fredericbourchouk@gmail.com

  3. Arielle Le 20 novembre 2013 - Répondre

    2 infirmières pour 300 habitants sans médecin ni pharmacien ? Folie pure surtout si elles ont des collègues dans les communes proches. Echec à craindre mais le maire s’en fiche : il veut être réélu en 2014.

  4. IDEL témoin Le 22 novembre 2013 - Répondre

    Moi je me suis installé dans une commune de 800 Habitants, la première année je n’ai pas pû me rémunérer et à présent la mairie veut augmenter mon loyer, me faire participer gratuitement à la promotion de ses services, je devais etre exonéré du foncier (je viens de recevoir la note quand meme) etc…

    Il y a des jours où j’ai l’impression d’être moins libre qu’à l’hopital, les gens croient que vous devez satisfaire l’absence de médecin dans la ville, on m’a meme demandé si je pouvais faire des arrets de travail.
    La mairie presente la maison de soins (ou je suis seul) comme un service de la municipalité (tout bénéf. pour la notoriété du maire) et du coup certains pensent que vous devez satisfaire toutes leurs exigeances.

Laisser un commentaire