Les robots-infirmiers : un réel progrès médical ?

Les robots-infirmiers : un réel progrès médical ?

Présenté à Tokyo en 2011, le voilà maintenant arrivé sur le marché depuis novembre 2013 : le robot-infirmier de Panasonic, Hospi. Si son écran HD affiche un large sourire, sa commercialisation ferait en revanche plutôt grincer des dents. Après le robot qui réalise les prises de sang, cette nouvelle invention incarne-t-elle l’avenir du monde médical ou sa déshumanisation programmée ?

Une aide médicale utile

Tout d’abord mis en place et étudié dans un des hôpitaux du groupe Panasonic, Hospi a su convaincre le personnel soignant d’Osaka. Malgré son poids important (120 kg), il a su se faire apprécier de ses « collègues » en les délestant de certaines tâches fastidieuses. Il sait gérer la programmation de la distribution des médicaments à heures fixes en les déposant aux infirmières. Mieux encore, un modèle permettrait de laver les cheveux du patient de façon semi-automatique !

infirmier-robotUn gain de temps très appréciable pour les infirmières qui avouent avoir ainsi été déchargées de diverses tâches ingrates grâce à ces assistants, elles pourraient de ce fait mieux assurer leurs rôles de soin et de surveillance auprès des malades.

Hospi et ses camarades prototypes robotisés seraient des assistants médicaux parfois même « plus patients que les infirmières » selon Roselind Picard : ils n’hésitent pas, par exemple, à répéter inlassablement et autant de fois que nécessaire les recommandations et prescriptions faites aux malades, contrairement aux personnels soignants, malheureusement trop souvent débordés. Le personnel précise toutefois qu’il  ne croit pas que les robots vont un jour remplacer médecins et infirmières …

Pourtant le robot Hospi n’a-t-il pas été créé, selon son concepteur, pour répondre à un manque de personnel au Japon ?

Et si le robot remplaçait l’infirmière

Si la technologie a rendu de nombreux services médicaux, notamment dans le domaine de la chirurgie , doit-on pour autant estimer que l’on puisse répondre à une surcharge continue  de responsabilités et de travail du personnel hospitalier en lui offrant un amas de circuits intégrés. Un manque cruel de main-d’œuvre causé par un désamour de la profession d’infirmier pourrait-il trouver réponse grâce à un service robotisé ?

Et le patient dans tout cela ? Sa dignité, son besoin d’écoute et de réconfort, la magie d’un sourire, d’un regard compatissant, d’une main tendue… N’oublions pas que les soins infirmiers découlent en effet des deux faces du concept soigner : traiter la maladie, et prendre soin de la personne.

Il y a quelques années, en 2008 précisément, on craignait les bracelets d’identification risquaient de « chosifier » le malade en lui ôtant son identité, pourtant, depuis octobre 2012, son usage s’est généralisé. Le malade ne deviendrait-il plus à l’avenir qu’un dossier, une pathologie ?

Le futur devient incertain, et si pour l’instant il n’est guère question en France de remplacer le personnel par une armée d’automates souriants, mieux vaut rester vigilants et surtout… humains !

Alors qu’il semble primordial d’un point de vue gouvernemental de restituer à son maximum le lien patient/soignant, peut-on réellement imaginer qu’un robot puisse s’emparer de l’hôpital pour en faire une « usine à soins » ? Et que penser des soins à domicile ? Peut-on imaginer demain substituer le passage d’une infirmière libérale par un humanoïde automatisé ?

Infirmières, infirmiers, en hôpitaux, en cliniques ou en libéral, vous qui pratiquez ce métier par amour de l’autre et de son bien-être, laisserez-vous un robot rassurer ou réconforter votre patient ?

 

By | 2018-04-12T15:41:30+00:00 8 février 2014|IDEL au quotidien|12 Comments

12 Commentaires

  1. Collignon Le 8 février 2014 - Répondre

    C est surtout a mes yeux totalement desinhumanisé!!!!

  2. Darriet Le 8 février 2014 - Répondre

    « Un manque cruel de main-d’œuvre causé par un désamour de la profession d’infirmier pourrait-il trouver réponse grâce à un service robotisé ? » ??????!!!!!!!! On marche sur la tete là quand on voit les nouvelles diplomées pointer au chomage alors que leur collègues sont débordées dans des hopitaux où l’on n’embauche pas par restriction budgétaire. Le vrai problème est ailleurs, dans la gestion calamiteuse de nos cliniques et hopitaux où règne la loi du rendement au détriment de la qualité.Alors ces robots seront bienvenue pour réduire encore plus le personnel, car eux ne tombent pas malades, ne se plaignent jamais et coutent bien moins cher.

  3. Printemps Le 8 février 2014 - Répondre

    Et vous croyez qu’on va les obliger a adhérer a l’ordre ????

  4. Michèle Le 8 février 2014 - Répondre

    et les robots ils paieront l urssaf et la carpimko à notre place?

  5. Dehaudt Apchain Le 9 février 2014 - Répondre

    ou est le contact humain ? on en a besoin quand on est malade !!!!

  6. Saladé Le 10 février 2014 - Répondre

    Ben voilà je vais me faire piquer mon TAF par un robot

  7. Saladé Le 10 février 2014 - Répondre

    Ben voilà je vais me faire piquer mon TAF par un robot

  8. Saladé Le 10 février 2014 - Répondre

    Ben voilà je vais me faire piquer mon TAF par un robot

  9. Petit Le 10 février 2014 - Répondre

    Vivement les robots sexuel

  10. Aube Le 10 février 2014 - Répondre

    Bon OK. Il est capable de faire mon boulot.mais sait il réconforter et rassuré un patient? De parler aux familles ? De prendre la main d’un patient qui a peur? De parler ou de rire avec les patients ? Si oui je m’incline il prend mon boulot et moi je m’inscris au pole emploi

  11. Aube Le 10 février 2014 - Répondre

    Bon OK. Il est capable de faire mon boulot.mais sait il réconforter et rassuré un patient? De parler aux familles ? De prendre la main d’un patient qui a peur? De parler ou de rire avec les patients ? Si oui je m’incline il prend mon boulot et moi je m’inscris au pole emploi

Laisser un commentaire