Médicaments écrasés : attention danger ?

Médicaments écrasés : attention danger ?

Le 30 juin 2014, un communiqué de presse retranscrivait les résultats d’une étude effectuée par le CHU de Nice et Solidages (société spécialisée dans la recherche sur la santé buccale et la nutrition) concernant les dangers des médicaments écrasés dans l’alimentation des seniors, en particulier en matière de dénutrition. Bien que de multiples recommandations aient déjà été effectuées à ce sujet, il semblerait que cette pratique perdure, pourtant…

L’étude CHU de Nice et Solidages : le médicament écrasé tue le goût mais pas seulement

Les personnes âgées ou dépendantes, ont bien souvent des difficultés à ingérer leur alimentation tout comme leurs prescriptions médicales. Ainsi bien souvent pour en faciliter la prise, les gélules sont ouvertes et mélangées au mortier à un aliment liquide de type compote ou eau gélifiée. Cette méthode très compréhensible de par les difficultés de temps et de gestion du personnel hospitalier ou de soin, est toutefois relativement dangereuse à deux points de vue : le premier est pharmacologique, le second qui semblerait moins établi mais notable sur des personnes fragilisées, serait gustatif.

0%
des principes actifs tolèrent mal l’écrasement
0%
des médicaments distribués sont écrasés par les IDE
0%
des patients en fin de vie souffrent de dénutrition
0%
des IDE s’estiment assez informés sur ces sujets

Ainsi il a été démontré par une enquête menée en juin 2009 auprès des malades de 23 unités de gériatrie de la région de Rouen  qu’un tiers des médicaments étaient écrasés pour être donnés aux patients, tous types de pathologies concernées, mais que pour 42 % de ces mêmes médicaments il était contre-indiqué de le faire ! « Ces pratiques entraînent non seulement un risque d’interaction entre les principes actifs des différents médicaments, mais également avec les ingrédients auxquels on les mélange pour faciliter leur ingestion, en raison de leur pH ou de leur température qui peuvent entraîner des réactions chimiques indésirables. » selon le professeur Doucet du CHU de Rouen.

Sur des personnes fragilisées et vieillissantes à l’appétit diminué et au goût délicat, ces effets indésirables seront bien sûr démultipliés

Toutefois, les actions menées conjointement entre le CHU de Nice et Solidages, ont voulu pousser cette révélation encore plus loin en effectuant de nouveaux tests : la dangerosité ne viendrait pas uniquement du mélange des substances mais aussi des conséquences de leur goût sur l’appétit de nos aînés.

Le protocole de cette expérience a donc inclus 8 professionnels du goût, dont 2 chefs étoilés Michelin, des psychologues, des représentants des usagers et 8 médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes et aides-soignants du CHU de Nice et de maison de retraite (EHPAD) des Alpes-Maritimes. Le résultat est sans appel : « Sur les 10 médicaments testés, 6 sont trop amers, 3 ont été jugés mauvais, 3 très mauvais et le mélange de 6 médicaments a été qualifié d’insupportable par l’un des chefs. ».

Évidemment, sur des personnes fragilisées et vieillissantes à l’appétit diminué et au goût délicat, ces effets indésirables seront bien sûr démultipliés, ce qui pourrait être une des causes probables de leur dénutrition. Cette étude veut donc mettre ce problème grave en exergue pour tirer la sonnette d’alarme mais aussi pour trouver des solutions.

Des alternatives aux gélules écrasées : un constat, plusieurs possibilités

Le professeur Doucet lors de la première étude sur le sujet admettait toutefois que « Ces erreurs s’expliquent par l’absence flagrante de guides de bonnes pratiques et concerne tout autant les patients hors hôpital. C’est pourquoi il est urgent de fournir des recommandations aux médecins de ville, au personnel des établissements de santé, mais aussi aux pharmaciens de ville en contact avec les patients concernés ou leurs auxiliaires de vie ».

La question est donc bien sûr de changer des habitudes par d’autres plus appropriées plutôt que de pointer du doigt un personnel qui bien souvent appliquent des directives avec le matériel en sa possession. Voici donc les recommandations officielles publiées par la HAS dans les guides suivants : Outils de sécurisation et d’auto-évaluation de l’administration des médicaments  et la Liste des comprimés non sécables et non broyables.

Ainsi il est devenu indispensable d’adapter les traitements au mode d’administration des personnes fragilisées qu’ils soient âgés ou enfants, car, au final le même problème se pose, bien que les conséquences pédiatriques sembleraient différentes des gériatriques. Il faut nécessairement que les prescripteurs agissent pour limiter dans la mesure du possible le nombre de médicaments sur l’ordonnance ou trouver d’autres solutions (autres formes, autres molécules, moins de prises au cours de la journée…).

D’autre part limiter ces mélanges ne suffit pas et redonner le goût de manger à des personnes qui ne l’ont plus peut se recréer en leur donnant des aliments mieux adaptés à leur besoin nutritionnel, qui de par leur aspect appétissant séduisent et de par leur métabolisme étudié et breveté nourrissent bien plus qu’ils ne veuillent bien le montrer. C’est ainsi que la petite galette Protibis a fait le succès de cette belle association du privé et du public, entre le CHU de Nice et Solidages redonnant par le plaisir de croquer et de mastiquer, l’énergie nécessaire à nos anciens pour vouloir de nouveau dévorer la vie !

Et vous les IDELs, quelles sont vos pratiques en matière d’administration des médicaments des personnes âgées ? Pensez-vous que ce type de nouveau protocole puisse être concret ? Avez-vous noté une évolution des prescriptions des médecins afin de faire disparaître le problème de dénutrition et d’interaction médicamenteuse ?

By | 2018-04-12T15:39:12+00:00 15 juillet 2014|IDEL au quotidien|49 Comments

49 Commentaires

  1. GimGim Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Bah ils ont qu’à élaborer des formes galéniques adaptés aux patients pour qui les prises sont difficiles….

  2. Fanny GimGim Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Bah ils ont qu’à élaborer des formes galéniques adaptés aux patients pour qui les prises sont difficiles….

  3. Malibou Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Et qu’elle est votre solution face aux patients qui refusent de suivre leur traitement !!!(alzeihmer,patients atteints de pathologies psy…. )

  4. Madoume Malibou Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Et qu’elle est votre solution face aux patients qui refusent de suivre leur traitement !!!(alzeihmer,patients atteints de pathologies psy…. )

  5. Moniez Barth Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Et gastrotomie ?

  6. Mazuel Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Ok faut pas faire ça, si on nous disait plutôt comment faire ????

  7. Vaulot Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Et on fait comment pour les patients qui font des fausses routes??

  8. Tophe Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Bien sur qu on peut le faire. Juste faire attention a certains médicaments qui ne doivent pas etre écraser. Il existe des listes pour ca et ceux qui ne peuvent être écrasé peuvent etre remplacé par d autres. Melanger avec un peu de confitures ou compotes et voilà. Il est evident qu on va pas mettre ca dans la soupe faut pas nous prendre pour des cruches !

  9. Dt Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Et ne pas les écraser tu étouffes tes patients … C pas mieux !!!!

  10. Havagulu Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Tu leur mets ds l’oignon…

  11. Fred Mustafa Havagulu Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Tu leur mets ds l’oignon…

  12. Cloudstone Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Il vaut mieux risquer d’ altérer leur efficacité que ne pas les prendre du tout non ? On fait comme avec une sonde de gastro par exemple ?

  13. Kev Cloudstone Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Il vaut mieux risquer d’ altérer leur efficacité que ne pas les prendre du tout non ? On fait comme avec une sonde de gastro par exemple ?

  14. Hivert Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Après mon. By pass j ai une quantité industrielle de médocs à prendre (vit) qui sont gros à passer (heureusement j en ai beaucoup moins maintenant) donc pendant un mois on doit manger mouline et j ai été dans l obligations de les écrasés. Je peux vous dire que c est degueulasse tellement c est amère. J en avais des hauts de cœur à chaque fois. Maintenant hé vais éviter de les écrasés pour les patients car je sais ce que c est que d avalér des médocs écrasés : BIRK

  15. Piola Le 15 juillet 2014 - Répondre

    on le sait mais on fait comment quand la forme galénique n’existe pas … peut être Albus le logiciel infirmier a la solution !!!

  16. Huguette Piola Le 15 juillet 2014 - Répondre

    on le sait mais on fait comment quand la forme galénique n’existe pas … peut être Albus le logiciel infirmier a la solution !!!

  17. Michèle Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Facile à dire tt ce quiest negatif mais la solution personne ne la donne! Aller faire avaler un comprimé de metformine à qqn qui n a plusde dents tiens! et a qqn qui a une sonde de gastrostomie et vous repondez quoi à ça? rien du tout bien sûr!

  18. Ternisien Le 15 juillet 2014 - Répondre

    C est quelquefois mieux que pas de mdcts du tout et pour la nutrition par enterale par sonde nasale je fais même pire je fais fondre dans de l eau quelques heures avt afin que la sonde ne se bouche pas et oui lol

  19. Callewaert Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Ôo
    Et pour le comprimé d’Augmentin, on fait comment ?

    • Céline Le 1 août 2014 - Répondre

      L’Augmentin existe en solution buvable pour les enfants, ça doit être possible de s’en procurer. Ce n’est pas l’exemple qui me semble le plus représentatif du problème !

  20. Vadia Callewaert Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Ôo
    Et pour le comprimé d’Augmentin, on fait comment ?

  21. Rougerie Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Faut pas nous le dire c’est au laboratoire qu’il faut faire la leçon… ils n’ont qu’à faire plus de suppo

  22. Didier Rougerie Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Faut pas nous le dire c’est au laboratoire qu’il faut faire la leçon… ils n’ont qu’à faire plus de suppo

  23. Demulsand Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Oui, alors comment fait on, en gériatrie où plus de la moitié de nos patients ont des pbs de déglutition, et sachant qu ils ont des tonnes de comprimés à avaler? Si vous avez une réponse adaptée je suis preneuse.

  24. Rougerie Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Et puis faut arrêter si on en vient à écraser les médicaments ben faut arrêter de les donner ça s’ appelle du gavage

  25. Didier Rougerie Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Et puis faut arrêter si on en vient à écraser les médicaments ben faut arrêter de les donner ça s’ appelle du gavage

  26. Martins Le 15 juillet 2014 - Répondre

    Haaaaa la badouille

  27. Pellegrin Le 16 juillet 2014 - Répondre

    Encore une fois, la faute reviens aux autres et non les Labo qui eux devrait réfléchir a une façon de faire les médocs ????

  28. Zidane Le 16 juillet 2014 - Répondre

    Il on cas faire tous les médoc en poudre pour les patient en difficulté pour avaler ou risque de fosse route !!!

  29. Bricout Le 16 juillet 2014 - Répondre

    En même TPS kil fasse tous les traitement en liquide ds ce cas car pour les gep tu veux mettre les médoc entier bon courage

  30. Maucherat Le 16 juillet 2014 - Répondre

    Si la forme galénique n’est pas adaptée, et que le médicament est inefficace écrasé, il faut chercher une forme injectable ou buvable, sinon on ne le donne pas ! a quoi bon forcer quelqu’un à avaler quelque chose qui sera et dégueulasse et inutile ? Je trouve cela ridicule. Et puis si on faisait un peu notre boulot de prévention alimentaire et sur l’hygiène de vie il y aurait moins besoin de médicaments.

  31. Frederic Maucherat Le 16 juillet 2014 - Répondre

    Si la forme galénique n’est pas adaptée, et que le médicament est inefficace écrasé, il faut chercher une forme injectable ou buvable, sinon on ne le donne pas ! a quoi bon forcer quelqu’un à avaler quelque chose qui sera et dégueulasse et inutile ? Je trouve cela ridicule. Et puis si on faisait un peu notre boulot de prévention alimentaire et sur l’hygiène de vie il y aurait moins besoin de médicaments.

  32. Babeth Despeghel Le 17 juillet 2014 - Répondre

    Je suis pas infirmière comme orny mais j ai ete auxiliaire de vie et il faut leur donner avec de l eau gélifié comme je faisais avec mes papy et mamy comme ca que je les appelés tous vous voyez mais orny a simplement voulu vous prévenir quand je vois certains commentaires il y a qui devrait s abtenir de faire des coms je trouve ca déplacé merci a Marie Hivert pour son com bisous a tous et merci a orny bisou

  33. Vanessa Vicente Le 17 juillet 2014 - Répondre

    On ecrase le previscan pour plusieurs patients et leurs INR a toujours été bon et varie de temps en temps… pourtant il fait parti de la liste a ne pas écraser

  34. Lise Robin-Ray Le 18 juillet 2014 - Répondre

    Je les coupe en 4 dans un peu de compote. Après 1 ou 2 min ca commence à fondre… a ce moment là on donne au patient qui avale tout en bloc. Ensuite on donne qques cuillères à café d’eau. Ça évite de les écraser et ca évite de les faire fondre complètement. Ceci dit ce problème est comme remplir le tonneau des Danaïdes…. On nous bassine avec toutes sortes d’interdictions à la con mais On n’est pas foutu d’apporter une réponse cohérente de substitution!!! Alors entre le moins pire le plus pire et le hyper pire ben con comme le sont les ides ils choisissent le moins pire!!!!! Courage à toutes et tous et vogue vogue la galère!!!!

  35. Babeth Despeghel Le 18 juillet 2014 - Répondre

    Ca suffit vos coms demander a votre medecin et voilà que d histoires pour rien c ‘est un simple avertissement c’est tout

  36. Didou Lgd Le 18 juillet 2014 - Répondre

    ……on comment. on nous demande de le faire tous jours….

  37. Sandrine Sesone Le 18 juillet 2014 - Répondre

    Y a t’il une alternative a ce procédé ?

  38. Christelle Demulsand Le 18 juillet 2014 - Répondre

    Oui et qd on a 53 patients a qui on doit pour la plupart écraser les ttt, et qu on est seule pour leur donner en 1h15 max, je ne peux pas attendre de faire fondre les cps ds la compote, donc les écraser est le seul moyen pour finir en temps et en heure. Oui je sais, c est inhumain, dégueulasse, et j en passe, je suis dégoutée de mon w.

  39. Ophelie Duduyer Le 18 juillet 2014 - Répondre

    oui d’accord, mais vous faites comment lorsque c’est une personne âgée qui ne peut pas avaler les comprimés?

  40. Christian Mondracke Le 19 juillet 2014 - Répondre

    Je prends dix comprimés par jour je ne me vois pas les écraser je préférerai faire une injection.

  41. Familia Linda Le 19 juillet 2014 - Répondre

    Faire attention certe …Mais pour certains médicaments on peut le faire !

  42. Gilles Fabre Le 19 juillet 2014 - Répondre

    Je suis l’aidant de ma maman. J’ecrase au pilon les médicaments. Réduits à de la poudre, je les mélange à de l’eau gélifiée (parfum orange ou menthe) qui est donnée à la petite cuillère. Ma mère les avale sans problème !

  43. Val Le 1 août 2014 - Répondre

    Bien, c’est très bien les études. Je suis partante pour toutes les améliorations. Et maintenant, on fait quoi ? Les labos cherchent-ils une alternative, le médecin traitant à réfléchi à une autre possibilité ? Parce que, au bout du bout, qui reste à côté du patient ? L’IDE qui dispense le traitement. On peut faire toutes les études que l’on veut, écrire de beaux articles, donner des conseils (fais pas si, fais pas ça) mais à un moment donné, faut agir.
    Bon alors, on fait comment ?

  44. Boivin Le 1 août 2014 - Répondre

    Pr info l augmentin et glucophage ( metformine) existent en poudre !!

Laisser un commentaire