La non observance du médicament : un danger imminent, un coût pour l’Etat, quelles solutions à apporter ?

La non observance du médicament : un danger imminent, un coût pour l’Etat, quelles solutions à apporter ?

Une étude récente menée par le CRIP (Cercle de Réflexion de l’Industrie Pharmaceutique) et l’IMS Health France concernant l’observance des traitements médicamenteux sur six grandes pathologies, malheureusement très répandues, a rendu des résultats édifiants. Selon cette étude, seuls 13 à 52 % des patients suivent correctement le traitement qui leur a été prescrit, d’autant plus que les pathologies chroniques étudiées sur ces patients ont de lourdes conséquences sur leur santé mais aussi provoquent un lourd gaspillage d’argent public. Que faire pour stopper l’hémorragie et quel rôle ont les professionnels de santé dans cette mission ô combien importante ?

Le respect des traitements médicamenteux : un enjeu médical comme d’argent public

Les six pathologies examinées lors de ce bilan sont : l’hypertension artérielle (HTA), l’ostéoporose, le diabète de type 2, l’insuffisance cardiaque, l’asthme (traitement de fond) et l’hypercholestérolémie. Des maladies aujourd’hui de plus en plus fréquentes et aux conséquences de plus en plus graves sur l’individu.

Taux d’observance optimale du patient selon le type de maladie

0%
Hypertension
0%
Ostéoporose
0%
Diabète T2
0%
Insuf cardiaque
0%
Asthme
0%
Cholestérol

 

Ces résultats ont été menés grâce à un suivi de plus de 170.000 patients en France dans 6.400 pharmacies en utilisant le ratio MPR mesurant le nombre de patients se présentant à la fin effective de la durée de leur traitement pour un renouvellement.

Selon les pathologies les résultats sont plutôt disparates mais il est assez simple de comprendre les principes de fonctionnement des non observances dans ces cas. Dans le cas de l’asthme par exemple, nous parlons du suivi du traitement de fond, or bien souvent les patients n’utilisent ce traitement que lorsque les crises sont plus fréquentes ou que les raisons (allergiques par exemple) deviennent gênantes. Même principe pour les maladies les plus insidieuses telles que l’hypertension, le diabète ou l’hypercholestérolémie. Sans compter les multiples autres causes extérieures telles qu’un certain déni de la maladie, un manque d’implication du patient dans son traitement, de réels oublis chez les personnes âgées…

Pourtant nous savons bien que ces pathologies fréquentes sont la cause de maux beaucoup plus dangereux voire mortels, ainsi pour compléter cette étude, sont inclus pour chaque pathologie son aggravation directe (par exemple le diabète 2 avec pour conséquence un infarctus du myocarde) afin d’une part de mettre en relief la dangerosité d’un traitement non suivi et d’autre part d’évaluer les coûts de tels comportements « irresponsables » pour notre budget de santé publique.

9,3 milliards d’euros par an: le coût pour la CPAM de la mauvaise observance par les patients

Il en résulte que ces mauvaises observances de traitements cumulées auraient un coût de 9,3 milliards d’euros annuels sur le système de santé français et que, selon l’OMS, pour les mêmes raisons de non observance les journées d’hospitalisation induites sont estimées à 1 000 000 et les décès à 8 000 … De quoi faire réfléchir…

Le rôle des professionnels de santé, dont les IDELs, dans le suivi du soin médical

Ce constat effectué des évidences s’impose et trouver les moyens humains, financiers voire technologiques pour changer cette donne semblerait devenir une priorité. Beaucoup de pistes ont été évoquées, certaines évidentes d’autres plus allégoriques, pour tenter d’endiguer ce Mal du mal qui ronge nos corps et nos ministères de la Santé.

Tout d’abord le système punitif, comme nous l’avions évoqué pour l’apnée du sommeil, en instaurant un système de télésurveillance sur les fameuses PPC prescrites aux malades et en déremboursant petit à petit les « mauvais élèves » qui ne l’utiliseraient pas assez… Un système jugé arbitraire par beaucoup de patients tant et si bien que le Conseil d’État a tranché le 13 février dernier en suspendant l’arrêté ministériel pris le 22 octobre 2013.

Puis une étude faite Outre-manche par Observia, une société de conseil et d’ingénierie de programmes d’observance, démontra que d’autres solutions étaient envisageables pour répondre à ce problème. En Grande Bretagne, on constate par exemple que « 64 % seulement des malades du sida sous trithérapie restent observants ou bien encore que deux ans après la greffe d’un rein qui a transformé leur vie, près d’un tiers des transplantés suivent correctement leur traitement antirejet ».

Ainsi donc fut testée une solution inédite : inciter financièrement les malades à prendre leur traitement « Les incitations citées dans ce travail varient de 5 dollars pour un patient atteint de tuberculose à 1 000 dollars pour un individu suivant un programme de désintoxication à la cocaïne ». Malgré tout, cela améliorerait l’observance des traitements pharmaceutiques de seulement 20 %, ce qui n’est pas spectaculaire et surtout, une fois le financement supprimé, les résultats seraient en chute libre.

Enfin, on teste actuellement au service de cardiologie de l’hôpital de la Timone à Marseille, une solution moderne et peu couteuse, l’envoi de SMS aux patients pour leur rappeler la prise de leur traitement. Pourquoi pas ?

Quant à la fameuse étude de l’IMS, elle prévoit 6 grands leviers pour changer cet état de fait :

  • une meilleure information au patient sur l’utilité et l’efficacité des traitements,
  • une meilleure formation des professionnels de santé concernant la communication sur l’importance du traitement,
  • la création d’outils simples d’usage pédagogique que ce soient pour les consultations en cabinet ou pour la consultation à distance (sites internet, mails, SMS…),
  • inciter tous les professionnels de santé, de façon financière par exemple, à promouvoir de façon plus importante et régulière le bon suivi d’un traitement,
  • apprendre à mobiliser les associations et l’entourage des malades, pour que la pathologie ne soit plus isolée mais bien l’affaire de tous,
  • déclarer l’observance « Grande cause nationale » afin de bénéficier d’une meilleure couverture médiatique et institutionnelle.

Ainsi donc la meilleure des solutions viendrait, en priorité, du personnel médical. Que ce soit dans le rôle pédagogique du prescripteur du traitement donné ou dans le suivi du patient au long court, ce qui revient aux personnels médicaux de ville tels que le médecin traitant ou encore vous, les infirmiers libéraux, les plus proches de ce type de malades !

Mais nul ne doute que sans la totale implication du patient à vos côtés, point de résultat… Ainsi donc ce problème de non observance des traitements des maladies pathologiques est bien l’affaire de tous !

Et vous, infirmières et infirmiers libéraux, êtes-vous surpris par les résultats consternants de cette nouvelle étude ? Souhaiteriez-vous que l’Observance devienne « grande cause nationale » afin de vous aider à médiatiser une des priorités de votre travail quotidien ? De quelles façons agissez-vous, en tant qu’IDELs, pour que vos patients atteints de maladies pathologiques suivent correctement leurs traitements médicaux ?

 

By | 2018-04-12T15:37:09+00:00 25 novembre 2014|IDEL au quotidien|90 Comments

90 Commentaires

  1. Ma Laga Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Il faudrait d’abord que la surveillance et la préparation des traitements au delà de 15 jours et excluant les maladies « psy » rentrent dans notre nomenclature …..

  2. Et si on se penchait sur tous les prestataires qui font un gâchis sans nom question matériel ????? Je sais aucun rapport mais ça me pose problème !

    • Steph Lapointe Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Quand le materiel n est pas facturer 2 fois, car remis dans les stocks.
      Mais vue les sous (€) brassés par ses sociétés ,beaucoup de moyen pour se défendre plus compliqué a attaqué que une petite idel isolé

    • Ma Laga Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Je confirme !!! J’ai bossé en HAD….. (3 mois après j’ai craqué !) et les pharmacies c’est pareil!

    • Belinda Plichon Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Si si tu as raison. On rembourse un fauteuil coque ou autres matériels car on ne rembourse pas le changement des roues d’un fauteuil!!!!!

    • Yen aurait des choses à faire pour que le trouve de la sécu soit rempli petit à petit …
      Mais comme d’habitude ça profite à certains et ça en arrange très certainement bien du monde à part nous …

    • Rem's Idel Le 27 novembre 2014 - Répondre

      Il n’existe pas le trou de la sécu …. L’argent des entreprises pour la sécu est employé ailleurs ….
      Et dans 5-10 ans , vous aurez tous des assurances privées ….

    • Véronique Salingue Le 28 novembre 2014 - Répondre

      exact quand on voit la tarification de ces sociétés , elle fait quoi la Sécu ? Et nos syndicats qui nous défendent pas contre ces HAD qui nous piquent notre boulot ….

  3. Steph Lapointe Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Plus dur demanderais de vraiment prendre en compte la santé.
    Plus facile de traitter de fraudeuse la fourmis besogneuse

  4. Angelique Berger Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Ils devraient nous consulter aussi nous qui sommes sur le terrain !! Des idées pour de véritables economies on en a plein …

  5. Jodie Andris Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Et inciter les labos a délivrer les médicaments a l unité…
    30jours de traitement = 30 médicaments ça éviterai certainement beaucoup de gâchis…
    Comme le disait le collègue un peu plus haut des idées pour faire des économies on en a plein !

  6. Catherine Hervy Deure Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Et tout pour tout cela il manque l essentiel le lien entre nous tous : idel/ pharmacie / hôpitaux / med généraliste / associations diverses / services sociaux …. La est le véritable sens du travail ! C est ds ce sens q devrait s orienter la cpam ! Cela engendrait un gain de temps d énergie et d argent !

  7. Chantal Fiechter Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Maître mot : la COORDINATION Bcp de problèmes et d’économies seraient faits …….

  8. Anne Leithu Le 25 novembre 2014 - Répondre

    J’ai des patients ages qui ont un stock affolant et pourtant à chaque fois que je leur dis de ne pas prendre les médicaments prescrits qu’ils ont encore pour au moins 2 ans..si pas plus..ils se fachent et m’écoutent pas! C’est sur qu’il y aurait une économie énorme à faire de ce côté là!

    • Nadine Salkowsky Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Tu sais Anne ac ma collégue on comptabilise les médocs avt de les envoyer à la pharmacie, comme ça ils n’ont que ce dont ils ont besoin

    • Anne Leithu Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Mais on essaye aussi de faire ça seulement on a des patients tetus qui gèrent toujours ça eux meme et qui avaient déjà un stock impressionnant quand on les a pris en charge..

    • Nadine Salkowsky Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Ha oui alors là c’est plus compliqué. Peut être voir ac le doc au moment du renouvellement qu’il ne prescrive pas ceux pour lesquels il y a un « wagon »

    • Fabienne Pallier-Audiot Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Moi j informe le pharmacien des stocks et il ne delivre plus que ce qui est manquant

    • Joelle Capdeville Le 25 novembre 2014 - Répondre

      souvent je faisait la liste de ce qu’il manquait et …le doc arrivait l’ordo toute prête et fraîchement imprimée sur l’ordi .si je la voyais avant qu’elle soit donnée à la pharmacie ,je corriger sinon ,le stock augmentait

    • Nadine Salkowsky Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Voilà

    • Sabine Roperch Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Ou des patients qui s arrangent pour Filer l ordo le plus vite possible a l aide ménagère avant qu on arrive et qui elle y court pour être bien vu

    • Jeannie Baglin Le 27 novembre 2014 - Répondre

      Les médecins sont fautifs . Ils font des ordonnances qui ne correspondent en rien à certains maux des personnes âgées . .J’en ai fait l’expérience avec ma mère et son médecin …. il était là toutes les semaines … Rente de situation . Ma mère est entrée en maison de retraite . Elle a 2 fois moins de médicaments et se porte très bien pour ses 93 ans …

  9. Ma Thieu Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Avec comme meilleur argument pour les personnes agées qui stockent des tonnes de médicaments chez eux « je m’en fous, j’ai cotisé toute ma vie »… OK.

    • Sabine Roperch Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Punaise ça est exact et ça me révolte aussi le toubib s en fou il recopie son ordo tous les mois sans se poser de questions le pharmacie lui demande pas mieux et les mamies qui te répondent de toutes les façons c est gratuit donc je veux toute l ordo et qui m engueule si j ai le malheur de rayer ou de marquer ne pas délivrer

    • Moi je ne leur demande pas, je note en face du médicament à ne pas délivrer « NPD » et la pharmacie s’y tient, en principe et si ce n’est pas le cas, je vais moi même à la pharmacie ramener les mdts en trop,en principe ils râlent car ne peuvent sois disant pas les reprendre,alors j’averti bien que la prochaine fois c’est moi qui viendrait alors avec l’ordonnance du patient. Les personnes âgées il faut leur expliquer le pourquoi et nombre de fois où je me suis fâchée en leur expliquant que rien n’est gratuit!!! C’est vrai qu’ils sont pénibles qqls fois. Mais je ne laisse pas faire.

    • Véronique Salingue Le 28 novembre 2014 - Répondre

      Pareil nous aussi on vérifie les ordos et on va chercher nous mêmes les ordonnances à la pharmacie

  10. Joelle Capdeville Le 25 novembre 2014 - Répondre

    quand on voit des pharmaciens delivrer tous les mois des boites de 90jours de traiement ,c’est sur le stock des patients est enorme !!l’informatisation ne leur permet -elle pas de veiller à ça ? comment donc le secu ne s’en rend t-elle pas compte ,alors que 6€50 de facturer en trop par une IDEL suffit à declancher un controle ?

    • Les pharmaciens aussi sont contrôlés, ils ne peuvent pas délivrer 90 jours de traitement tous les mois. Par contre je suis OK sur le fait qu’on ne nous ménage pas, ATTENTION, la c…. de ministre de la santé va autoriser les pharmaciens à pratiquer des vaccinations, très peu mentionné par les journaleux pourris et pourtant, ça va passer!! Quel manque de respect pour notre profession. A nous d’informer les patients que les pharmaciens ne sont pas habilités à pratiquer des injections,à chacun son métier.

    • Joelle Capdeville Le 28 novembre 2014 - Répondre

      tu veux les miens deja traitement ? tu verras s’ils peuvent pas :j’ai 3 boites d’altais 45 de 90 jours alors que j’allais renouveler mon januvia ,et tu n’as jamais eu des boites de 2 ampoules de feldene en lieu et place de boites de 1 …. tous les jours je ramenais des medicaments et tous les jours il me repondait ;on ne peut plus echanger quand la carte vital est passée …mais oui ils sont controlé à posteriori comme nous

    • Romain Maigrot Le 28 novembre 2014 - Répondre

      C’est aussi a nous a demander aux pharmacies a ne pas delivrer les medicaments dont les stock sont trop importants, perso j’y veille : ils nous ont pas fait de cadeau en nous piquant les vaccinations et bientot suivi de patients sous avk, je ne leur en fais pas non plus : pour chaque ordo je glisse un mot avec les medic a ne pas delivrer et si obstination de leur part conseil de l’ordre des pharmaciens avec photo des stocks phenomenaux chez les patients…mais bon j’espere ne mas en arriver la…

  11. Ellynn O'byrne Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Moi je note NPD en face du médicament (ne pas delivrer) et la pharmacie ne le delivre pas. … bon certaines pharmacie ont besoin d’un petit astérisque avec la traduction^^ ms j’ai réussi à reguler les stocks de mes patients.

    • Isabelle Moureau Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Idem !!

    • Olivier Elpikador Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Je faisais ça jusqu’à ce que je m’aperçois qu’effectivement le pharmacien ne donnais que les médicaments demandés , jusqu’au jour où je me suis rendu compte qu’il facturait la totalité à la sécurité sociale

    • Ellynn O'byrne Le 25 novembre 2014 - Répondre

      t’as vu que tout était facturé derrière l’ordo?*

    • Sabine Roperch Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Mais c est du vol il n y a pas d autre mot !! Qu ils fassent bien leur travail

    • Sabine Roperch Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Et après ils ont le culot de faire les vaccins antigrippe et les pillulier

    • Marie Ange Page Le 26 novembre 2014 - Répondre

      Idem pour notre cabinet c’est nous qui allons chercher les médicaments

    • C’est exactement ce que je fais. C’est notre responsabilité. Mes patients n’ont pas de stock et j’explique tout en imposant et cela se passe bien.

  12. Nouara Fetimi Zouaoui Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Coordination avec le prescripteur il ne prescrit pas ce qui est en stock.

    • Ellynn O'byrne Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Je pense que c’est un peu utopique. … je ne me vois pas dire au médecin de faire l’inventaire des stocks ou lui dire ce qu’il doit prescrire. .. en tout cas les médecins dans mon risquent de m’envoyer paître … chez nous c’est le bordel tout le monde est débordé que ce soit a l’hôpital ou a domicile, du médecin à l’aide soignante. …

    • Ellynn O'byrne Le 25 novembre 2014 - Répondre

      *coin

    • Nouara Fetimi Zouaoui Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Avec certains médecin je vous assure que ça marche très bien sans pour autant leur dire quoi prescrire mais juste il nous reste tant de ….sur la feuille de transmissions.

    • Julie Mauban Capone Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Surtout pas ! L ordonnance est la preuve de ce que le medecin prescrit et de ce que le patient doit prendre ! Admettons que le medecin ne prescrive pas le kardegic car le patient en a en stock et qu’ensuite en cas de probleme le medecin vous accuse d’avoir donné du kardegic au patient sans ordonnance ? A nous de gérer ca avec notre patient et le pharmacien !

    • Audrey Bx Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Nous on lui fait la liste des médicament dont on a du stock ( genre : préviscan reste 4 boîtes !!) et il nous prescrit que le reste …

    • Nouara Fetimi Zouaoui Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Wi c ça.

  13. Et si les laboratoires arrêtaient de faire des boîtes de 30 comprimés quand on en a besoin que de 15 !!! La aussi y aurait des économies à faire !!

  14. Franck Chalon Le 25 novembre 2014 - Répondre

    si on arrêtait de fabriquer des maladies… nécessitant 15 lignes d’ordonnance à vie !… -_-

  15. Carole Daguset Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Mais ne vous inquiétez pas les économies sont toutes trouvées : 2eme soin payé à moitié et a partir du 3 ème payé 0€ ! Sans oublier moins de 3 km du cabinet pas de km pris en compte, super quand on tourne 5h sur une même ville ou encore les actes non nomenclaturés comme les gouttes ophtalmo ou les rinçages de sondes urinaires 3x/jrs ou pose de bandes de contension et Alleezzz les vaches à lait

  16. Carole Daguset Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Moi j’ai une collègue qui a dû rembourser la sécu de moins de 20 € 2 ans après car elle a fait hospitalisé un patient dialysé (dialyse péritonéale) après sa 1ere dialyse du matin (dialyse toutes les 4heures) et la sécu à décrétée que ma collègue n’avait pas pu le dialyser car il était hospitalisé ce jour là elle est bien bonne 😉

  17. Ma Laga Le 25 novembre 2014 - Répondre

    En gros on est tous d’accord …. Sauf que la ministre capte rien……. Et nous on fait rien non plus pour se défendre !!!

    • Carole Daguset Le 25 novembre 2014 - Répondre

      Carrément d’accord les syndicats préfèrent défendre un AMI 14 pour les perf sc qui dans mon département ne nous sera pas pris en charge par les organismes qui dont sensés nous payer comme santé service ou soins 16 en Charente total une grosse connerie !!! Ils nous défendent hyper mal

    • C’est ça a part râler on ne fait rien ( et moi la première … ) pourtant on est tellement nombreux qu’on pourrait en faire des choses … à commencer par exiger un ordre qui sert à quelque chose … je pense à me syndicaliser mais j’avoue qu’avec le cabinet qui nous prend déjà beaucoup de temps quand j’ai du temps libre j’ai envie d’en profiter et prendre du recul plutôt que de me bouger …

  18. Laure Hrouch Le 25 novembre 2014 - Répondre

    au lieu de mettre plein phare pour les coûts que nous générons, nous les fraudeurs potentiels, je n’arrete pas de dire que nous faisons bien économisé car prévenons les hospit et placements, les risques de chute etc ….CQFD

  19. Belinda Plichon Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Un exemple: le fauteuil coque qui est changé ts les 3 ans car on ne rembourse pas le changement des roues.
    Un autre exemple: le conditionnel de médoc pr 90 jrs avec 1cp/jr et certaine pharmacie qui renouvelle la boîte ts les mois si l’idel n’a pas la présence d’esprit de notifier ne pas délivrer.
    Ou le médecin qui passe à domicile pr prescrire la betadine demandé par l’idel.
    La surveillance systématique du médecin à domicile 1x/sem malgré la surveillance de l’idel.

  20. Belinda Plichon Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Moi on me demande de rembourser des injections IM de 3 produits dont de l’acupan qui se passe seul. Pas bien de facturer 1ami1 + 1ami1/2 car l’hosto a oublié d’écrire IM au pluriel. Et les recommandations pharmacologiques sont pr les cochons. J’adore être contrôlée par un administratif qui ne connaît pas notre métier.

    • Saida Mezi Le 25 novembre 2014 - Répondre

      L’acupan et le profenid ou voltarene précipite ensemble !!!
      Ils s’en foutent!!!! A la sécu!!!?

  21. Samira Benouadfel Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Moi g juste envie de dire que le contrôle Cpam pour les Idel n’est pas du tout conforme car nous avons face à nous des agents administratifs qui ne connaissent rien a notre métier!!!!!!!

    • Saida Mezi Le 25 novembre 2014 - Répondre

      J’ai déjà eu un contrôle et j’ai appris bcp bcp bcp de chose…
      On ne m’a fait aucun indus ni aucun reproche mais bon mes patients qui ont été visités…
      Ça leur a fait quelques choses…
      Et c’est pas cool…à vivre…
      Le truc avec la Cpam c’est que les agents sont légèrement formes sur à la ngap et les articles qui s’y réfère!!!
      Du coup c’est bcp a l’interprétation de chacun!!!!

    • Rem's Idel Le 27 novembre 2014 - Répondre

      Cherchez : association infirmiere solidaire ….
      Asso qui lutte contre les indus anarchiques des Cpam…

  22. Claudine Merlet Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Pourtant on leur en fait des économies quand on prend en charge un patient en permission le weekend puisqu’on ne peut pas facturer nos passages du samedi soir et du dimanche matin…

  23. Laure Hrouch Le 25 novembre 2014 - Répondre

    Y’a une pharma qui a facturé un médoc non délivré car marqué non en besoin … Bon, elle est connue pour être « légère »…

  24. Flo Ves Le 26 novembre 2014 - Répondre

    Parfois on a beau écrire npd la pharmacie n’en a que faire et dit au patient ou à l’asv qui leur est impossible de délivrer partiellement des ordos….. C tt benef pr eux….

  25. Marie Wascat Le 26 novembre 2014 - Répondre

    Taxer c’est plus simple… Moi je dis Marisol Touraine démissio!!

  26. Patricia Vincens Le 26 novembre 2014 - Répondre

    et les nursing pourquoi pas les aides soignantes

  27. Sonia Benzema Le 26 novembre 2014 - Répondre

    Au lieu de vous plaindre pourquoi vous ne faites pas des actions nationales ? Ce n’est pas un reproche mais c’est ce que je constate malheureusement dans notre profession. On se plaint sans pour autant agir et encore pire on accepte ce qu’on nous « impose ». Tandis que les médecins pharmaciens et d autres n’ont qu a dire « non » et voilà.

    • Mais où est donc passée la Coordination des Infirmières? ??

    • Rem's Idel Le 27 novembre 2014 - Répondre

      Association infirmière solidaire ….
      Asso sur Marseille qui lutte contre les indus de la Cpam….
      Vous voulez agir ?! Et bien vous pouvez !

    • Sonia Benzema Le 28 novembre 2014 - Répondre

      Vous avez raison ! Seulement qui agit ? Même en milieu hospitalier, les infirmières sont les premières à trinquer lorsqu’il y a des restrictions…
      Dommage d aller jusque Marseille pour agir 🙂

  28. Nathalie Chatelat Le 27 novembre 2014 - Répondre

    Un an de préparation et dispensation du traitement à raison de 2 fois par jour revient moins cher que deux jours de réa plus l’hospit après , les examens complémentaires, l’intervention sur un fémur cassé … Etc.. On évite en plus la « collection » de boîtes de médicaments à domicile . Il faudrait un jour qu’un gouvernement comprenne qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser d’oeufs et qu’à vouloir tout économiser , on va tous et toutes droit dans le mur … Enfin moi je dis ça , je dis rien !!!!

  29. Florian Yanowsky Le 27 novembre 2014 - Répondre

    Mais bien entendu ! Quand je vois les pharmacies de certains patients chez eux !!!! De quoi endormir un régiment

  30. ranking page Le 27 novembre 2014 - Répondre

    Ton blog m’aide beaucoup ! Merci pour ces precieux conseils !

  31. Marc Brunier Le 27 novembre 2014 - Répondre

    ah ! quand on se met a parler sous … M.

  32. Fabienne Meersseman Le 27 novembre 2014 - Répondre

    Et il faudrait aussi que ce soit les idel qui préparent les traitements et non pas la femme de ménage!! Découverte récente lors d un transfert d une de mes patientes par les pompiers suite a mon appel après que j intervenais pour im antibio (problème respi

  33. Régis Gaudun Le 27 novembre 2014 - Répondre

    et je me répète souvent si on donnait les traitements correspondants aux nombres de jours de traitements et non pas des boites de 30 unités pour des traitements de 10 jours?

  34. Rem's Idel Le 27 novembre 2014 - Répondre

    Association infirmière solidaire ….
    Asso sur Marseille qui lutte contre les indus de la Cpam….
    Vous voulez agir ?! Et bien vous pouvez !

  35. Rem's Idel Le 27 novembre 2014 - Répondre

    Agissez et rejoignez l’association ….

  36. Romain Maigrot Le 28 novembre 2014 - Répondre

    Si chacun d’entre nous se faisait respecter par la sécu et les toubibs en premier lieu on en serait pas là : on est tellement peu respectés que même certains patients sont étonnés quand on leur demande la carte vitale : l’image de l’infirmière bonne soeur dévouée et soumise au médecin tout puissant persiste bel et bien….

  37. L’ETP!!!!

  38. Pour une meilleure observance il faudrait que les patients soient accompagnés et qu’on ne leur impose pas un trt sans prendre en compte ses croyances et connaissances !!

  39. IDIER Le 28 novembre 2014 - Répondre

    Bonjour
    Je ne suis pas surprise par les resultats….je constate d une façon generale une baisse de la discipline…de la concentration…de la population..
    A l ecole il y aurait déjà une education à faire en pronant les bienfaits de la discipline et de la persévérance ..
    En tant qu infirmière Ide je fais de la stimulation ,du coaching; je répète pendant tous les soins l intérêt de respecter à la lettre les protocoles et d êtres francs avec le corps soignant. ..pour le bien de tous…..santé physique…mentale….financière.
    Il faut beaucoup communiquer..

  40. IDIER Le 28 novembre 2014 - Répondre

    Oui je souhaite que l observance devienne grande cause nationale

Laisser un commentaire