Le burn-out reconnu comme maladie professionnelle, et vous les IDELs comment allez-vous ?

Le burn-out reconnu comme maladie professionnelle, et vous les IDELs comment allez-vous ?

Une trentaine de députés se sont rassemblés afin de lancer un appel au gouvernement pour que le burn-out, lié principalement au travail, soit enfin reconnu comme maladie professionnelle. Ce mal, fléau des années 2.000 et résultat du productivisme à outrance, fait de plus en plus de victimes parmi tous les travailleurs. Certaines catégories professionnelles sont plus touchées que d’autres et les personnels soignants font partie des plus vulnérables à cette dépression professionnelle. Quant aux infirmiers libéraux, malheureusement, ils ne sont guère mieux lotis que leurs collègues…

L’épuisement professionnel des infirmiers libéraux : un fléau

Souvenez-vous nous vous parlions déjà du burn-out des infirmiers en octobre dernier, vous avez été très nombreux à réagir sur le sujet et à partager vos expériences difficiles ainsi que les solutions que vous aviez trouvées pour parvenir à sortir de cet état d’épuisement nerveux. En parler est donc la toute première solution.

Si l’épuisement professionnel pourrait devenir le sujet d’un débat national (enfin !), n’oublions pas que vous faites partie en tant qu’infirmiers libéraux des professions les plus touchées par ce mal. Ainsi, il est nécessaire de s’exprimer à nouveau, encore et toujours, afin que ce sujet « tabou » soit dévoilé au grand jour. Contrairement à l’idée commune, soigner ne fait pas de vous des super-héros intouchables…

L’enquête réalisée par l’AAPML et l’URPS concernant le burn-out dont les résultats viennent de paraître est très éloquente : 62% des infirmiers(ères) et 61% des masseurs-kinésithérapeutes se sentent personnellement menacé(e)s par l’épuisement professionnel. Pourquoi vos professions sont-elles plus sensibles que les autres ?

Tout simplement parce que le moteur même du choix de la profession de soignant nait de la notion de « rendre service » aux autres, d’être « utile aux autres » tout « en prenant soin de »… Une très belle et bonne raison qui va parfois se transformer en un sacerdoce qui intervertira à tort le « rendre service » à être « au service de », de la part des exigences exubérantes de certains de vos patients ou de la part de vos défis personnels qui vous pousseront au-delà de vos limites nerveuses et émotionnelles. Tout le problème étant en effet dans ces professions de savoir délimiter les possibilités de soin à ses moyens et à ses capacités pour les patients, mais aussi pour son bien-être, le maintien d’un équilibre familial ou bien encore sa sécurité, sur la route notamment.

Cette même enquête livrait les principales causes de ce stress accumulé :

  • l’excès de paperasserie (87% des infirmiers et 90% des masseurs-kinésithérapeutes),
  • le manque de temps pour sa vie privée (84% des masseurs-kinésithérapeutes),
  • des patients de plus en plus exigeants (79% des infirmiers).

Sarah Dauchy, psycho-oncologue à l’Institut Gustave Roussy à Villejuif (Val-de-Marne), expliquait dans l’Express les raisons pour lesquelles les soignants, d’une manière générale, sont touchés à plus de 40 % par l’épuisement professionnel : « une charge émotionnelle très forte, des horaires changeants qui pèsent sur la vie familiale et sociale, un rythme de travail excessif et une forte tension, « surtout pour les non-décideurs qui sont soumis à des décisions changeantes et parfois contradictoires » »…

Le burn-out doit faire partie des maladies professionnelles

Bien tristement, le syndrome de l’épuisement professionnel est bien loin de s’arrêter aux professions médicales. On considère aujourd’hui qu’environ 3,2 millions d’actifs risquent un épuisement nerveux au travail selon le Journal du Dimanche, premier grand média à avoir relayé l’appel des députés dans son édition du 6 décembre 2014.

Pourquoi ce cri d’alarme des élus ? Pour deux raisons ô combien légitimes : la première étant de juguler un mal qui ronge potentiellement un salarié sur quatre du secteur privé (selon le baromètre Cegos de novembre 2014), le second étant de partager la responsabilité de cette pathologie avec ceux qui la cause, les employeurs.

Ainsi selon cette même enquête, 26% des salariés et 22% des manageurs  considèrent que le travail est la raison de leurs troubles et plus de 50% disent subir un stress régulier au travail. Un fléau qui touche toutes les catégories professionnelles et qui ne fait que s’étendre au fur et à mesure des années noires où la productivité, le temps de travail et le management humain poussés à leurs extrêmes font oublier dans le sens de « ressources humaines » l’humain… Remplacé par l’importance des bénéfices et profits…

D’une façon plus économique et pragmatique, toutes ces maladies psychologiques liées au stress professionnel incombent à la seule et unique charge de la Sécurité Sociale, donc de l’État. Le constat des élus signataires de l’appel est simple : la Sécurité Sociale est en déficit lourd depuis des années alors que la branche Accident du Travail et Maladies Professionnelles (AT-MP financée par les cotisations patronales) est excédentaire, selon la Cour des Comptes.

Il s’agit de « faire ainsi basculer le financement des effets du burn-out sur la branche Accident du travail et maladies professionnelles – financée par les cotisations patronales à 97% – mettrait fin à une situation inéquitable ». De plus les députés considèrent qu’ « il ne s’agit pas de définir un système punitif mais de s’engager dans la voie de la responsabilité partagée et ce pour le bien commun ».

Et vous, que pensez-vous de cet appel des élus pour que l’épuisement professionnel soit reconnu comme une maladie professionnelle ? Quand bien même en tant que professionnel libéral ce changement ne vous concernera pas directement, pensez-vous que cela puisse avoir un bénéfice important sur tous ces troubles graves causés par le travail ? Avez-vous déjà fait appel dans votre cas à des cellules de soutien aux soignants en état de burn-out ? Cela vous-a-t-il aidé ?

By | 2018-04-12T15:36:23+00:00 18 décembre 2014|IDEL au quotidien|139 Comments

139 Commentaires

  1. Celine Dayan Pinteaux Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Loupé perso! J’enquille 8 jours d’affilé à partir de samedi!!!! (9 avec aujourd’hui)!

  2. J ai mieux: du 10 au 27 decembre entrecoupés de 2 fois 1 journee de repos…..

  3. Teeko Gribouille Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Moi je tourne seule depuis 3 mois auxun repos

  4. Gisèle Prat Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Reposez-vous les filles moi je vais attaquer lundi non stop jusqu’à samedi donc semaine à peu près normale mais aprés youpiiiiii !!!!! 1 semaine au soleil les pieds en éventail aux Canaries dans un complexe all inclusive !!! Mes meilleures vacances de l’année !!!!!!

  5. Pierre-françois Gonot Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Un séminaire dans un pays moins bling bling et je me détends ! Vu qu’ebola a contrarié ma mission le nez dans le guidon

  6. Angélique Méli-Ya Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Pas de remplaçant dispo donc pas de repos j’enchaîne les semaines depuis des mois … Pr décembre 2×2 jours de repos .. C’est tout … Raz le bol ..

    • Martine Lucidarme Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Je connais ce rythme là depuis 22ans …maman solo , je ne pouvais pas financièrement m’ associer….je me fais un peu plus remplacer depuis 4 ans…mais l ‘ épuisement reste latent, les dés sont jetés. …

    • Mado Loulou Cloé Manon Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Vous etes d’oú pour ne pas trouver de remplacant?

    • Angélique Méli-Ya Le 18 décembre 2014 - Répondre

      En Charentes .. En train de divorcer et deux enfants à charges seules en plus … Je songe à arrêter le libéral en 2015 pas le choix …

    • Angélique Méli-Ya Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Je prends une collaboratrice en janvier pr reprendre un statut de salariée progressivement même si j’adore mon libéral …

  7. Martine Lucidarme Le 18 décembre 2014 - Répondre

     » un bon soignant est un soignant en forme  » ? Qui a pondu cette connerie ??
    Une fois de plus ce n’ est pas pour nous que l ‘ on s ‘ inquiète ni pour nos enfants mais surtout pour ceux que l’ on soigne ….
    Et puis bcp d ‘ entre nous sont déjà en overdose depuis longtemps :
    de boulot , de paperasse , de charges , d’insécurité , d’honnoraires sous payés, de manque de reconnaissance de nos compétences, de l’inexistence de l’arrêt maladie…et j’en passe…alors que l’ on reconnaisse aujourd’hui le burn out parce que c’est dans l’actualité d ‘ en parler , me ferait presque pouffer de rire si la situation de certain(e)s n’était pas aussi grave.

    • Lélene A'd Le 19 décembre 2014 - Répondre

      je en trouve pas cette phrase risible. Au contraire, c’est une façon de dire que dans la vie c’est donnant donnant… pour avoir des soins de qualité il faut du personnel respecté

    • Martine Lucidarme Le 22 décembre 2014 - Répondre

      je ne vois pas où j’ai rigolé ! il faut savoir interpréter ce qui est écrit….

  8. Clo Tilde Le 18 décembre 2014 - Répondre

    18 jours de boulot, 7 jours de repos avec la crève, une maladie chronique en pleine poussée, puis de nouveau 8 jours de boulot du 22 au 29/12 ! Pour autant, je pense bien faire mon boulot !

  9. Emilie Schilling Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Parce qu il y des remplaçants qui bossent sur les fêtes?
    Moi je bosse toutes les fêtes comme depuis que je ne suis installée car pendant les fetes les remplaçants ne sont jamais dispo…quel hasard….

    • Mado Loulou Cloé Manon Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Je suis remplacante et je travaille du 23 au 28 decembre inclus

    • Emilie Leh Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Arrêtez de taper tjrs sur les remplaçantes c lassant! A voir comment certaines en parlent je comprends pquoi personne ne veut les remplacer….
      Les remplaçantes st des remplaçantes, non des bouches-trous et ne st pas nécessairement à la disposition des idel en place!
      Qui dit remplacement dit choisir son planning, tout comme les intérimaires.
      Après il faut s associer si l on veut moins travailler, mais aussi partager la galette. Et là bizarrement personne ne veut…

    • Laurent Cot Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Je crois que tout les remplaçants devrait ouvrir un cabinet 🙂

    • Valérie Deusy Le 18 décembre 2014 - Répondre

      je suis associée nous travaillons une semaine sur deux les vacances d’été 1 mois chacun je gagne bien ma vie la semaine ou je bosse c hard mais aprés 1 semaine de repos ça fait 23 ans …la paperasse ça me prends 15 mn par jour comparé à il y a plusieurs années ou il fallait faire les feuilles de soins (a la main).avec Scor tout est simplifié. avec mon associé c’est 50/50 si l’un est malade celui ci rends ses jours mais pas de perte de revenus.c’est pour nous un confort de vie.

    • Marine Faustine Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Heu si je bosse pour les fêtes d’ailleurs je fais 16 jrs 😉

    • Valérie Binson Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Ma remplaçante est dispo pour Noël!!!

    • Celine Dayan Pinteaux Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Je suis remplaçante, c’est le 1er noel de ma 2eme fille, et pourtant je bosse d’aujourd’hui jusqu’au 28… Alors s’en prendre plein la tête parce qu’on est remplaçante et qu’on veut rien fouttre, à d’autres!

    • Il y a certainement des remplaçantes très bien!Ceci dit,plus que le travail,ceux sont elles avec leur caprice et leurs éxigences qui m’ont fait plonger,plus que les patients!C’est dingue,non?1 an avec des folles qui disaient et ne faisaient pas,qui se défilaient au moment où elles étaient au courant,patients ,nomenclature et hop,plus interressant ailleurs,elles se barraient….Il fallait gagner toujours plus en un minimum de temps….les enfants,la grand-mère,le mari…j’ai tout entendu!C’est sûr,perso,jevis dans un couvent,suis orpheline.A part rétrocéder des honoraires ,expliquer le libérale,pour qu’elles se tirent ailleurs,je n’avais que çà à faire!

    • Frédérique Louradour Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Les remplaçantes ont elles aussi une vie de famille…

    • Amelie Hernu Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Oui mais quand on s’engage à remplacer, faut assurer derrière!!! Que de désillusions!! Les remplaçants remplacent, c’est comme ça! Perso je ne vais pas fêter Noël en avril ou prendre mes congés d’été en novembre pour que ça les arrange!!!

    • Caroline Perrier-vernet Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Idem 12 personnes passees, pas les we les mercredi les vacances scolaires pas tot pas tard pas de patients lourds j’ ai entendu TROP de choses ! J’ai remplacé pendant 7 ans et je prenais ce qu’on me donnait ! A bon entendeur …

    • Marie Noelle Pradaries Le 19 décembre 2014 - Répondre

      il y a des remplaçants tres bien le mien me fait du 23 décembre au 4 janvier en contrepartie je prends les jours où il est dispo je n’impose rien, si j’ai besoin d’une journée je la pose longtemps à l’avance. nous fonctionnons somme ça depuis plusieurs années et tout le monde y trouve son compte mais j’avoues que j’ai trouvé une perle rare. parfois j’enchaine 3 semaines d’affilée parce qu’il n’est pas dispo je ne dis rien on ne peut pas tout avoir , il faut aussi savoir composer

    • Anne Leithu Le 21 décembre 2014 - Répondre

      Moi j’ai 51 ans, 30 ans d’ancienneté en 2015 et après 14 ans en SCP je ne fais plus que des remplacements depuis fin 2011 et du 21 au 31 décembre je n’ai que les 21,24 et 27 de libre..et je fais quasiment 3 mercredi sur 4 pour que les infirmières que je remplace puisse profiter de leurs enfants…alors ne nous mettez pas tous dans le même panier svp..merci 🙂 Sur ce Joyeuses fêtes à toutes et tous 😀

  10. Corine Syliam Le 18 décembre 2014 - Répondre

    on assume pas le choix !!!

  11. Nathalie Hauguel Le 18 décembre 2014 - Répondre

    En meme temps comme le terme l indique..ils sont remplaçants..

  12. Moi aussi j’ai enchainé pour 8 jours et ensuite la collègue fera pareil .. Oui le burn out on en parlait encore hier .. Parfois je crois qu’on y est en plein dedans en tout cas pour moi ! Quand aller au travail devient une corvée quand on arrive plus a se lever et surtout quand on arrive plus a supporter les jérémiades de certains patients .. Je prends sur moi .. mais au fond de moi je meurs !

    • Nathalie Cestor Magro Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Courage. ..

    • Véronique Salingue Le 18 décembre 2014 - Répondre

      loupé pour moi , 3 mois non stop mais c’est pour la bonne cause ma collégue va nous faire un beau petit mec fin janvier ;

    • Emmanuelle Nony Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Courage !

    • Anne Michèle Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Je n arrivais plus à supporter non seulement les jeremiades des patients mais aussi celles de mon associée !

    • Ah heureusement que ma collègue et moi nous nous soutenons et nous parlons .. Pour moi c’est plus qu’une collègue de travail , je peux me confier a elle et lui dire quand ça va pas .. Et idem je pense . On est deux alors faut qu’on parle quand ça va pas .. Et se voir aussi c’est important on se sent moins seule.

  13. Cécile Andre Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Ça me fait doucement rigoler(ou pleurer comme vous voudrez) la reconnaissance du burn-out,tout le monde s’en fout,votre assurance ne vous verse pas d’indemnités,parce que forcément il vous manque toujours une paperasse,ils sont les spécialistes de l’assurance des soignants mais leur médecin conseil, le cul dans son bureau parisien pense plus à sa prime de fin d’année et à faire prospérer sa boîte qu’à essayer de comprendre ce qui vous a pousser à bout.Bref entre les consult chez le psy,les cotis urssaf carpimko …..et vos assurances à la MACSF pour ne pas la citer que vous êtes obligé de continuer à payer et bien en cette fin d’année je racle les fonds de tiroirs …Vivement 2015 que je recommence à bosser!

  14. Laurent Cot Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Sinon vous avez à prendre des remplaçants 🙂

    • Nathalie Cestor Magro Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Y en a po

    • Virginie Touron Lopez Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Pour info les remplaçants ne sont pas des bouches trou !!!

    • Nathalie Cestor Magro Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Ba non …. Quelle drôle de réponse? !!!

    • Laurent Cot Le 18 décembre 2014 - Répondre

      Pour trouver un ou une infirmière remplaçante je te conseille le site stethonet ou tu peux déposer une demande avec les jours ou tu aimerai être remplacer . Tu pourrai être surprise de la vitesse pour trouver . Après il faut être réaliste et demander à être remplacer juste pour Noël. Et le premier janvier peu de personne souhaiterai se gâcher les fête pour qq centaine euro .. Pour info je suis infirmier remplaçant et c’est mon 3 eme Noël ou je travail 🙂 mais vu elle me font travailler pdt l’année c’est une manière de montrer ma reconnaissance 🙂 après ma région c’est midi pyrennees ou les infirmiers remplaçant sont nombreux ….

    • Nathalie Cestor Magro Le 19 décembre 2014 - Répondre

      En guadeloupe pas evident…..

    • Orely Bailly Nonat Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Moi y en a pas
      Quand j’en trouve
      Elles sont nulles sauf une
      Elles veulent pas trop bosser
      Mes patients veulent pas d’hommes
      Moi perso 7 mois non stop
      Je suis épuisée vidée
      Mais j’ai pas le choix

  15. Christelle le Cam Le 18 décembre 2014 - Répondre

    burn out pas loin….entre les journées « pro » de ouf et la vie privée(ménage,enfant,conjoint etc…)j’ai la chance d’avoir une semaine de vacances!!!histoire de faire la compta et les dossiers!!!!mon remplaçant répond tj présent,mais à moi de faire ses dossiers ensuite!!!alors quel est le bénéfice de ces vacances????

  16. Joli Pocalia Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Soutien aux infirmières & infirmiers libéraux et à tous bon courage .

  17. Florence Foray Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Nous on est 4 et tout le monde aura 4 jours à Noël ou au jour de l an.ça c de la bonne ntente entre collègues!

  18. Mélabyss Nour Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Qd G ouvert mon cabinet il y a 5 ans, 180 jours non stop! 6 mois de migraines sur les jours de repos ensuite! Pas de burn! On est costaud les IDE L! Lol

  19. Inco Gnito Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Ns sommes 3, les fêtes ç est chacun son tour, 1 fait noël, l autre nouvel an et moi entre les 2. Et l année prochaine on tourne.

  20. Sophie Durand Perelli Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Je n’ai plus de repos d’ici le 26 janvier, notre collègue nous lâche. Avec mon autre collègue on va tourner 15 jours sur une tournée et 15 sur l’autre (on a 2 tournées ). Bref, bonne année!

  21. Stéphanie Darnajoux Le 18 décembre 2014 - Répondre

    burn out aussi chez les as en ehpad!

  22. Amelie Hernu Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Plantée par mon rpt hier matin, vais vachement me détendre ouais!!!!!

  23. Nicole Sudre Le 18 décembre 2014 - Répondre

    déjà explosée en vol ..;plus de sommeil , plus d’appétit , perte de mes repères et tt a sauté , je ne pouvais plus parler , ne faisais que pleurer , cette angoisse permanente qui me griffait de l’intérieur , envie que cette souffrance cesse , rendez vous pris à mon insu , diagnostiquée dépressive par mon médecin de l’époque , 3mois d’arret sans rien que qq brindilles de mon assurance privée , les charges qui continuent de tomber, un psy , des anti dépresseurs , et c’est reparti mais plus comme avant , plus jamais comme avant …!

  24. Laurent Cot Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Pour trouver un ou une infirmière remplaçante je conseille le site stethonet ou tu peux déposer une demande avec les jours ou tu aimerai être remplacer . Tu pourrai être surprise de la vitesse pour trouver . Après il faut être réaliste et demander à être remplacer juste pour Noël. Et le premier janvier peu de personne souhaiterai se gâcher les fête pour qq centaine euro .. Pour info je suis infirmier remplaçant et c’est mon 3 eme Noël ou je travail 🙂 mais vu elle me font travailler pdt l’année c’est une manière de montrer ma reconnaissance 🙂 après ma région c’est midi pyrennees ou les infirmiers remplaçant sont nombreux ….

  25. Emilie Schilling Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Ici rempla à l année mais c est ma remplacante qui me donne ses dates, pas de fêtes, pas de week-end… Même si on a son cabinet on aimerai quand même avoir uné vie de famille et au moins couper la poire en deux à ces moments là.

    • Elle dicte ses conditions,les jours de fêtes Pfff elles disparaissent!A l’hôpital elles étaient obligées,elles faisaient!Elles prennent le beurre ,l’argent du beurre,magnifique!

    • Nathalie Baratte Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Changez de remplacante c quoi non mé???

  26. Odile Bérard Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Les IDE libérales oui, mais les autres spécialités aussi sont concernées…. merci de penser aussi à elles !

  27. Stef Anie Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Bon courage aux idel pour ma part j ai gouter pdt un an et avec 3 loulous en bas âges j ai vite compris ma.douleur et repris mon statut de salariée même si le burn out est la aussi ! J adore le liberal mais j ai ete decu de la considération des patients envers notre metier. J avais parfois la sensation d exercer le metier de larbin…et ceux dans tout les domaines. J ai adore cette experience mais avec toute ces charges qui nous tirailles et les demandes des patients grandissante je n ai pas eu votre courage et ai capituler…. Binne fetes de fin d années a vous et courage a celles et ceux qui seront sur les routes

    • Nathalie Baratte Le 19 décembre 2014 - Répondre

      J ai attendu quils soient grands mes enfants. …peut etre plus tard vous y reviendrez. ..et pis les patients il faut pas tout accepter. ..pas troo se laissee faire

    • Stef Anie Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Oui peut etre on verra ou l avenir me.mene mais je n ai aucun regret ni de l.avoir tenter bi de l avoir abandonné… Pour le moment…

  28. Laetitia Cantet Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Même les infirmières hospitalières ramassent

  29. Marie Fontaine Le 18 décembre 2014 - Répondre

    en lisant vos com’ je peux vous dire que je n’échangerais ma place pour rien au monde!!! Une société de 6 (collègues extra)donc un we sur 6 de travail, une garde 24/24 juste une fois la semaine. Des tournées avec des gens peu relou!!! En bref moi je kiffe mon job, je ne bosse pas pour amasser de la tune mais je vis très bien avec ce que je fais, et je profite de ma famille. On vient d’intégrer un pole avec de nouvelles pratiques, et technologie. Je suis méga heureuse d’être libérale!

    • Sarah Bahi Le 21 décembre 2014 - Répondre

      Faut avoir une sacrée tournée pour être à 6 et vivre avec un salaire correct

    • Marie Fontaine Le 21 décembre 2014 - Répondre

      28 par tournee et un salaire Tres correct qui me suffit. De 6h30 a 14h et zéro toilette

    • Marie Fontaine Le 21 décembre 2014 - Répondre

      On tourne pas a 6 tous les jours. Le Max c 4 en tournée, et un au pole toute la matinée.

  30. Christel Julia Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Oui le Burn touche aussi les infirmieres!!!! Comment? ? Ces guerrières ( et guerrièrs… ) est ce possible? Pouvons nous enfin exprimer cette souffrance « taboue » il y a encore peu … Quand les journées paraissent des semaines, quand nos sourires et nos soins deviennent une éternelle rengaine, quand le soir venu la seule voiture sur nos routes de campagne est la notre, quand nous faisons un détour la nuit avant de rentrer car le soin dit palliatif vous a remué jusqu’au fond des tripes, et que vous ne pouvez pas rentré ainsi… Quand ces soins vous remplissent de joies mais aussi de tellement de tristesse devant une fin inévitable…. Quand vous avez le sentiment d’etre seul au monde dans votre voiture entre deux patients …( merci « rire et chansons » ) eh bien oui parfois l’envie est bien la de jeter le tablier… Non la blouse…. Et le lendemain on se ressaisi et on se dit non c’est un chouette métier … On se ressource dans sa famille, au détour d’un simple merci, d’un regard, un projet de vacances, un café vite pris au troquet de son village… Et hop les guerrières c’est reparti ! Alors oui le Burn existe bien et le fait d’en parler nous fait déjà du bien ! Joyeux Noël a vous tous et toutes! Et que la force soit avec vous !

    • Fabienne Meersseman Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Bravo vous avez vraiment tout dit concernant notre joli mais dure profession!! On se sent utile mais souvent impuissant lors de grand drame

    • Christel Julia Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Merci pour votre joli message, de très bonnes fetesde fin d’année a vous aussi, ces messages échangées entre nous infirmières nous mettent du baume au cœur! au plaisir aussi de vous lire, serrons nous les coudes entre consœurs par quelques mots échangés et qui ont l’immense faculté de nous faire tant de bien en toute simplicité.

    • Stephanie Piveteau Le 19 décembre 2014 - Répondre

      Merci

    • Aurelie Laventure Le 20 décembre 2014 - Répondre

      C’est tellement vrai!! Je me sens moins seule!! Merci

    • Babeth Châtel Le 20 décembre 2014 - Répondre

      Merci, c’est exactement ça, Bonnes Fêtes à vous <3

    • Karinne Sevin Le 20 décembre 2014 - Répondre

      Pour avoir travaillé longtemps auprès de Vous toutes et tous, que de belles Personnes ai-je rencontrées prenez soin de Vous, un petite emède miracle facile à utilisé la Mindfulness essayez, parlez en facile rpide partout EFFICACITE ABSOLUE ! partagez avec vos patients, n’oubliez jamais Vous etes des personnes IMPORTANTES !!! Ne lâchez pas !!!!

    • Vanessa Paget Le 21 décembre 2014 - Répondre

      Tous ces témoignages sont formidables . Quel baume au cœur

  31. Corinne Ayala Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Je viens de lire ts vos commentaires et, en effet l’activité en libéral est prenante, tournées, papiers, comptabilité, puis journée à rallonge puisque biensur qd on a des enfants, il y a un certain nombre de tâches qui nous attendent à la maison. Je suis infirmière depuis 18 ans, en libéral depuis 7 ans. Nous sommes 3 à tourner. We, fériés, fêtes partagés donc on s’en sort bien. La vie est courte, nos enfants grandissent vite, donc hors de question de se faire  » manger  » par le boulot. Et puis l’argent ne nous rendra pas ce que nous n’aurons pas partager avec nos proches. Et oui j’adore mon métier et aider l’autre, mais il faut savoir mettre des limites à ceux qui sont du genre à penser que vous êtes là pour ça. J’ai 4 enfants et depuis mon 1er enfant, il y a 16 ans, il était clair que ma priorité serait tjrs eux. Oui il faut du courage, mais il faut un équilibre sinon comment tenir et surtout s’épanouir ?? Bonnes fêtes à tous les collègues 🙂

  32. Marie-laure Leclercq Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Mkde ai pris le mur en juillet 2011. Monoprat on doit se remettre en selle

  33. Marsann Ayala Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Jimagine bien ce que peuvent vivre les infirmières libérales, surtout en vous lisant…. Je me demande si c’est pas une dégradation générale de la fonction infirmière, après 13 ans en psy, les conditions ne font que se dégrader et la motivation baisser… Le brun out nous guette tous, soutien à toutes les infirmières ! Libérales, publiques ou privées !

  34. Christophe Gros Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Purée ben ce lien tombe bien tient!! Je viens justement de parler de cela avec une amie qui est aide a domicile pour personnes handicapées. .meme problème. .

  35. Anne Michèle Le 18 décembre 2014 - Répondre

    Eh bien cette année je me suis pris 2 jours, c est la 3e infirmière qui va me faire les 2 jours apres tout. Quand au burn out jen aifais un il y a 2ans, il etaitde taille, car je suis encore suivie et je ne suis pas encore tirée d affaires.

  36. Muriel Constantin Le 19 décembre 2014 - Répondre

    26 ans de liberal dans les pattes …2 burn out…..et toujours liberale avec un avertissement de mon medecin il y a 15 jours…le 3eme n est pas loin si je ne m impose pas des limites…on a beau aimer notre metier il est tres tres difficile et il nous grignotte….il faut etre en plein dedans pour comprendre ça…courage à tous et à toutes et bonnes fetes malgre tout…

  37. Frederic Meunier Le 19 décembre 2014 - Répondre

    C est marrant ça me parle le burn out… à 2 pour gérer 2 cabinets de puis cet été. . Envie de me pendre à l approche des fêtes. …

  38. Danielle Di Majo Le 19 décembre 2014 - Répondre

    allez !!allez !!!!!les filles soyez au top en cette fin d année comme toujours !!!!bizzzzzzz !!!

  39. Francois Carrière Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Ce n’est pas temps le rythme qui est à mettre en cause que l’absence REELLE de considération. On nous dit merci certes,on nous apprécié voire on nous aime mais c’est uniquement par besoin.. il y a l’infirmière et l’être humain. Je ne me souviens plus quand un patient s’est inquiété pour moi simplement en me demandant « comment vas tu ? ». Bon et puis après le rythme c’est à chacun d’assumer son choix. Nous avons le droit de ne pas prendre en charge. C’est à peu près le seul avantage que nous avons…Quand vous êtes hyperbookees ou que vos revenus vous suffisent,pourquoi travailler plus ?

  40. Nathalie Baratte Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Moi une semaine 7 j sur 7 puis c mon collègue 7 j sur 7

  41. Sabine Qdx Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Euhh les fêtes pour se reposer… bien 5 petits jours de repos suivis de 8 jours non stop de boulot! Ça ne va pas être facile de se détendre!

  42. Fanny GimGim Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Oh oui Corinne Ayala !!! Que c bon de lire ça… Ça me rassure tellement

  43. Veronique Coustenoble Le 19 décembre 2014 - Répondre

    30 ans d’exercice , oui on en est toute là ou presque ….Que faire ? la mentalité des patients s’est aussi fortement dégradée , il faut tout , tout de suite , du 24/24 , et ce portable , bien pratique certes car j’ai connu les années avant portable , ce n’était pas drôle , mais l’avènement de ce petit joujou , nous bouffe la vie quand même !!!! tant que tu ne décroches pas , on te le fais sonner , ou 10 messages pour une demande … ça , ça me bouffe mon énergie !!!!! Alors je pars faire des missions à l’étranger , là ou je peux retrouver la vraie notion d’un vrai malade , d’un vrai patient et non des « tamalous » …. Auparavant je supportais tout cela mais depuis quelques mois …. serait ce le burn out ? Battons nous déjà pour qu’il soit reconnu par nos assurances privées qui ne veulent pas indemniser cette  » maladie » , ni la dépression d’ailleurs !!!!

  44. Elodie Nancy Kaplan Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Courage à vous toutes! Moi je suis Ide depuis 2011, ancienne militaire sérieuse motivée constante et disponible (actuellement vacataire ) je cherche des remplacements sur l’année ( pas que pour les fêtes ) sur la région parisienne mais je ne trouve pas. A chaque fois que j’appelle trop de candidats. Alors je désespère.

  45. Quatreveau Muriel Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Ma solution la tournée en chantant

  46. Catherine Fruitier-Hespel Le 19 décembre 2014 - Répondre

    je pense qu’on n’y arrive tous, un jour ou l’autre, trop de boulot, la course contre la montre, les gens qui chaque jour, vous en rajoutent une louche, et au final, on culpabilise de ne pas être assez dispo…suis contente d’avoir décroché, avant d’en être arrivée là !

    • Edwige Régnard Le 20 décembre 2014 - Répondre

      J ai décidé de décrocher progressivement aussi après 20 ans de libéral, je n en peux plus !!!!

  47. Ferrari Le 19 décembre 2014 - Répondre

    bonjour, votre article est le triste reflet de la réalité qui me touche actuellement, c’est pourquoi oui je le trouve utile!! Poursuivez

  48. Pedenon Frédérique Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Moi j’aimerais prendre du temps mais ce n’est pas possible .je travaille seule depuis plusieurs mois avec une collègue qui a le statut de remplacante et a qui on refuse l’installation car zone surdotee!! Avant elle je n’ai rencontre que des idels qui ne voulaient rien changer a leur vie.et qui ont leurs feuilles et ne travaillent qu’en remplacement .le monde a l’envers!

  49. Claire Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Le burn out, il faut avant tout l’anticiper en connaissant ses limites personnelles et savoir se faire aider par les bonnes personnes quand le vase est plein! Pour cela il existe les psychologues d’ailleurs il devrait yen avoir dans chaque service pour aider les familles les patients les enfants et aussi le personnel soignant!!!! Après il existe les chiropracteurs, les soins en institut, les psychologues de ville….. Tous ça coûte cher et n’est pas rembourser par la sécu!!! Et oui c’est l’employeur qui doit financer les dégâts du burn out et prendre en charge les soins!!!!

  50. Stephanie Piveteau Le 19 décembre 2014 - Répondre

    Ce manque de considération , de reconnaissance ,cette impression qu’on finit par nous prendre pour des meubles ..et nous,toujours la ,présentes, réconfortantes, donnant encore et encore de nous mm ..tout ça me pèse de plus en plus et qu’on ne me parle pas de caractère ! J’ai un p..de caractère mais j’aime ou j’aimais mon job. .je ne suis pas du genre à me laisser bouffer et mes patients le savent et pourtant j’en ai assez de ne pas être assez égoïste ..

  51. Gina Montana Le 20 décembre 2014 - Répondre

    Samir Sonia Kaïs lool

  52. Emilie Miart Le 20 décembre 2014 - Répondre

    C’est pour ça que les prises en charges compliquées on les laisse ou elles sont!

  53. Je pense que les aide soignantes peuvent être.compter dedans… Je pense aussi à.mes.collègues ide en had

  54. Sabine Cervera Lombardo Le 20 décembre 2014 - Répondre

    Bonjour à tous, je crois que nous en sommes tous au même point IDE salariés dans le public, le privé, libéraux, cadres de soins….. Notre métier est beau et difficile. Cela fait 16 ans que je suis diplômée et 1 an que je suis cadre. Je peux vous dire qu’aujourd’hui je n’ai qu’1 but c’est repasser infirmière pour m’occuper de mes patients même si je sais que ce n’est pas tous les jours faciles et avoir du temps pour ma famille. Car comme l’a dit 1 d’entre vous, pour s’occuper des autres il faut avant tout que nous nous soyons bien. Je peux vous dire qu’avec le travail qu’il y a sur le terrain et en entendant tous les IDEL qui sont surbookés, se mettre en libéral aujourd’hui est un parcours du combattant voir impossible. Mais j’y arriverais. Passez de bonnes fêtes de fin d’année et courage…

    • RV Lemoine Le 21 décembre 2014 - Répondre

      J’ai passé le cap il y a 4 ans. Passer de cadre au libéral, c’est retrouver la passion de s’occuper des patients avec ses propres valeurs. Pas celles des institutions, ni de l’hôpital- entreprise.
      Que du bonheur, malgré les difficultés.

    • Sabine Cervera Lombardo Le 21 décembre 2014 - Répondre

      Merci pour ce message qui me conforte mais actuellement difficile de s’installer

  55. Myriam Billoué Le 20 décembre 2014 - Répondre

    C bien … Mais une fois de plus que fait on pour les libéraux ? Une bonne démarche pour les salariés mais aucune solution pour les autres ….

  56. Wendy Reynat Le 20 décembre 2014 - Répondre

    Même chose pour les assimilées!

  57. Marie Christine Idier Le 20 décembre 2014 - Répondre

    Noubliez pas la MEDITATION BONNES FÊTES Une Ide liberale deouis 1987

  58. Zig Zig Le 20 décembre 2014 - Répondre

    Je dis Voui !

  59. Marie Ange Duday Le 20 décembre 2014 - Répondre

    Les secrétaires medicales en sont victimes aussi…parfois on gère jusqu’à 4 postes simultanément …. et on ne bénéficie d’aucune reconnaissance alors que pour nous non plus le metier n’est pas facile

  60. Huguette Marin Le 20 décembre 2014 - Répondre

    ON DOIT faire nos soins et en plus du social car beaucoup sont assistés les assistantes sociales sont debordées la société a changée malheureusement c est la solution de facilité

  61. Séverine Ferreira Le 20 décembre 2014 - Répondre

    Afin de profiter au max de ma famille! J ai opter pour 2 fées..
    Une s occupe de tout mon linge et la deuxième du Menage..ce qui allege la vie d une Idel.! Et permet de souffler.. a la maison c est zen! Et le bureau..c est quand j ai envie…

  62. Aude Delon Le 21 décembre 2014 - Répondre

    Une petite coupe et c’est reparti!

  63. Laetitia Meilleroux Le 21 décembre 2014 - Répondre

    Valerie Vedrenne

  64. Matthias Giraudon Nicolai Le 21 décembre 2014 - Répondre

    Karo Line je pense que la plupart des commentaires te parleront…

  65. Valerie Vedrenne Le 21 décembre 2014 - Répondre

    Personnellement, 100% sur le »qui-vive » toujours hyper active, toujours a vouloir le meilleur pour mes patients.. Je l ai pas vu venir..

  66. Edith Borvo Le 21 décembre 2014 - Répondre

    ya pas que les libéraux !!!

  67. Vanessa Paget Le 21 décembre 2014 - Répondre

    En ce dimanche matin de repos ( enfin ) avant de tirer mes 10 jours de taf fêtes comprises je suis émue et rassurée que nous soyons quelques uns à ressentir tout cela . J ai travaillé des années en hôpital a droite a gauche et 7 ans d urgences de nuit pour passer en libéral. J aime mon taf . Mais il est usant et pesant parfois de cumuler les heures les jours les situations douloureuses . Et être seule seule car le libéral a cet aspect difficile être seule …. Être seule entre deux patients seuls dans des choix ne jamais se ressourcer avec des collègues décompresser ……. Mais voilà je me rends compte ce matin que nous partageons tout ceci . Bonnes fêtes a vous en repos ou au travail …..

  68. Tanguy Monceau Le 21 décembre 2014 - Répondre

    Mon sujet de mémoire…

  69. tarizzo valerie Le 21 décembre 2014 - Répondre

    40 jours de congé depuis 2006, pas beaucoup de temps libre(uniquement entre 13 et 17h) je travaille seule, mais bien que difficile, je préfère.Les remplaçantes sont difficiles à trouver, heureusement j’en ai 2 ou 3 qui me remplacent, mais je m’y prend 6 mois à l’avance.Santé de fer, moral d’acier.Vive le libéral, je ne pourrais plus re devenir salariée.Mes 7 patients par jour me suffisent amplement.Je gère mon travail comme je veux, mes patients habitent tous dans mon quartier.

  70. Capucine Boulanger Le 22 décembre 2014 - Répondre

    Je travaille actuellement sur un projet qui vise à réduire le temps passé à la prise de contact et prise de rendez-vous avec vos patients. Dans ce cadre je cherche à interviewer des infirmières libérales sur leur quotidien (par téléphone ou skype). Ces interviews sont rémunérés 10€ pour 20-30min. N’hésitez pas à m’envoyer un message si vous souhaitez participer !

Laisser un commentaire