Santé de proximité : un amendement pour les pharmaciens…Et les Idels ?

Santé de proximité : un amendement pour les pharmaciens…Et les Idels ?

La loi de Santé 2015 de Marisol Touraine apporte de nombreux changements. Certains dont les professionnels de santé auraient préféré se passer, tel le tiers-payant généralisé, d’autres en revanche sembleraient bénéfiques au réseau médical de proximité. Reconnaître enfin par un amendement les compétences des officines en matière de soins bénins, un premier pas vers une reconnaissance plus globale de tous les acteurs paramédicaux de ville ? Espérons qu’il en sera de même pour les infirmiers libéraux. Rien n’est moins sûr…

La reconnaissance des pharmaciens dans le traitement des soins dits bénins

Face au nombre grandissant de pathologies lourdes, de traitements de longue durée, du vieillissement de la population et à un numerus clausus ancré dans les facultés de médecine comme un caducée tatoué au plus profond, il devient primordial de savoir décliner l’offre de santé en plusieurs pôles. Les médecins généralistes sont débordés et les urgences hospitalières ne se désengorgent toujours pas. Dans un tel contexte, on ne peut que se féliciter de vouloir « confier » les pathologies bénignes aux pharmaciens, tout à fait compétents en la matière depuis bien longtemps. La médecine de proximité prendrait donc enfin son envol en décentrant certaines des multiples responsabilités des médecins généralistes vers les autres professionnels de santé tels que les pharmaciens. Un amendement à la future loi de Santé 2015 a ainsi été ajouté sur demande des députés Dominique Orliac, Stéphane Claireaux et Jacques Krabal. Il s’agit de « contribuer à la reconnaissance du rôle joué quotidiennement par le pharmacien dans le cadre de l’identification et du traitement des symptômes bénins et du suivi des patients, notamment par sa capacité d’orientation vers un autre professionnel de santé comme le médecin généraliste » selon les trois députés qui ont proposé cet amendement. De ce fait, l’État reconnaîtra officiellement les compétences des officines dans le cadre par exemple  des douleurs légères ou modérées, la fièvre, le rhume, les maux de gorge, l’herpès labial, le reflux gastro-œsophagien occasionnel. Des maux légers pour lesquels il n’est pas indispensable de consulter son médecin généraliste. En tant qu’infirmiers libéraux nous imaginons parfaitement qu’il vous aurez été logique que vos compétences dans ce même type de syndromes légers soient reconnues de même façon. Malheureusement, il semblerait que nous n’en soyons pas encore là…

La reconnaissance des compétences médicales de l’infirmier libéral : et la loi de Santé 2015 ?

Rappelons que, selon le Code de la Santé publique (Article R4311-1), les compétences infirmières sont les suivantes :

  • l’analyse,
  • l’organisation,
  • la réalisation de soins infirmiers et leur évaluation,
  • la contribution au recueil de données cliniques et épidémiologiques,
  • la participation à des actions de prévention, de dépistage, de formation et d’éducation la santé.

En Finlande, en cas de pénurie de médecin dans une spécialité, les infirmiers peuvent accomplir, après une formation adaptée, certains actes médicaux.

Ajoutons que la France possède une population riche de 98 249 infirmiers libéraux en métropole au 1er janvier 2014 (selon la DREES) et que cette profession est la plus représentée des professions de santé de proximité. Alors pourquoi encore aujourd’hui doit-on regretter de ne pas avoir reconnu ces sources de compétences infirmières au même titre que les compétences des pharmaciens dans le traitement des maladies bénignes .

Si l’on observe nos voisins proches, l’utilisation de ces compétences infirmières est largement supérieure à celle faite en France. Un rapport de Le CISS de 2010 fait état de cette situation illogique. Ainsi on y constate que d’autres pays européens semblent bien mieux utiliser les multiples compétences de ses infirmières que nous : « En Norvège et au Royaume-Uni, des infirmiers sont formés à la médecine d’urgence pendant 2 ans et sont habilités à faire des actes médicaux. En Finlande, en cas de pénurie de médecin dans une spécialité, les infirmiers peuvent accomplir, après une formation adaptée, certains actes médicaux. La Suède les autorise également, après une formation spécifique, à prescrire un nombre limité de médicaments ». Des exemples qui font rêver nos IDELs français.

En France il semblerait nécessaire voire primordial d’accorder à ces professionnels de santé au plus proche des patients, une place bien plus importante dans le parcours de soin de proximité. Une cohérence qui est à espérer de tout cœur pour enfin répondre aux problèmes urgents de pénurie des médecins généralistes comme de la gestion de la dépense de santé publique. Et vous, infirmières et infirmiers libéraux, êtes-vous satisfaits de la reconnaissance par un texte de loi du rôle des pharmaciens dans le parcours de soin ? Pensez-vous que cette première démarche puisse aboutir à un élargissement de votre rayonnement dans la médecine de proximité ? Estimez-vous que la France puisse, à l’instar d’autres pays européens, vous confier des tâches médicalement mieux reconnues ?

By | 2015-03-27T15:15:54+00:00 27 mars 2015|IDEL au quotidien|43 Comments

43 Commentaires

  1. Céline Foret Le 27 mars 2015 - Répondre

    oui dire que notre ordre est obligatoire mais qu il ne sert fichtrement à rien !!!!!! lamentableeeeeeeeeeeeeeee 🙁 🙁

    • Cindy Gartner Le 27 mars 2015 - Répondre

      Si a réglementer et surveiller qu’on ne fasse pas de publicité!!!!

    • Céline Foret Le 27 mars 2015 - Répondre

      pfffffffffff ils ne servent qu ‘ à ça !!!!!!!!!!! eh bé re lamentableeeeeeeeeeeeee

    • Bastino Lamour Le 27 mars 2015 - Répondre

      Et encore même pas

    • Ils servent à encaisser ton chèque et t’envoyer un très joli caducée lol

    • Magnolia Poiré Le 27 mars 2015 - Répondre

      Actuellement en conflit avec une Idel ils ont été très réactifs

    • Kam Ionnette Le 28 mars 2015 - Répondre

      Magnolia Poiré, je suis d’accord avec toi pour la gestion des problèmes. Mais quand il s’agit de prendre des initiatives on n’en entend jamais parler.

    • Claude Henri Le 31 mars 2015 - Répondre

      Pourtant je crois qu’ils ont appuyé justement l’amendement afin de retirer la vaccination par les pharmacien ..

  2. Sont bien représentés c’est tout !!!

  3. Bah ils ont du pognon et des lobbies derrière eux

    • Marie Line Le 27 mars 2015 - Répondre

      J’allais le dire. Nous on ne « sert à rien » aux yeux de ceux qui brassent. Au pire on peu nous taxer/contrôler plus.

  4. On a trop de conscience professionnelle, quand on se met en grève, on met simplement un petit brassard en grève autour du bras…Les médecins ferment leur cabinet..et les pharmaciens leurs officines!

  5. Notre ministre de la santé ne doit pas savoir que l’on existe nous les infirmiers et infirmières. Nous avons un décret écrit par notre ordre que l’état ne veut pas reconnaître.

  6. Isabelle Larousse Le 27 mars 2015 - Répondre

    et les ergo ???!!!!!nada !!!

  7. Simone Girard Le 27 mars 2015 - Répondre

    Faut arrêter ce gouvernement de changer la logique des actes chez les professionnels….des conneries!!!!!!!!!!!!!!

  8. Nous reconnaître cette compétence engendrerait une rémunération alors que le pharmacien s’auto-rémunère en vendant des boîtes de médocs sans ordo… Arrêtez de rêver…

  9. Oú est L ONI???? Que font ces bureaucrates ? Allez ! Au boulot! Montez au front et battez vous pour nous défendre!

  10. Serge Sagot Le 27 mars 2015 - Répondre

    L’ordre connais pas. Sert a rien.

  11. Janick Palleau Le 28 mars 2015 - Répondre

    La Marisol Touraine et ses nouvelles LOIS!!!!

  12. Nathalie Hauguel Le 28 mars 2015 - Répondre

    Et les généralistes passent leur consultations

  13. Pof Tipo Le 28 mars 2015 - Répondre

    dommage de vous battre entre vous! l enemi est les grandes surfaces.

  14. cette loi est pourrie

  15. Nadege Gery Le 28 mars 2015 - Répondre

    Ça me dégoûte , notre métier n’a plus d’avenir si les choses ne changent pas .
    Nous sommes la dernière roue du carrosse.
    L’ordre ne nous sert pas à grand chose …..

    • Non, ce sont les aide soignantes, la dernière roue du carrosse…

    • Nadege Gery Le 29 mars 2015 - Répondre

      En libéral on fait des soins de nursing , y a pas d’aides soignants nous ne sommes pas à l’hôpital ….
      Soins du rôle propre et prescrit …. Pas de soutient d’équipe , on se débrouille seul . Apres ça reste un choix mais c de plus en plus compliqué

    • Ben non ce n’est plus un métier d’avenir…des mendayes bon a tout faire et a tout supporter !! Et a tout endosser !!! Sérieux..avant oui c’était un métier d’avenir…maintenant c’est le don de soi !!!

  16. Lucien Genest Le 28 mars 2015 - Répondre

    Si j’avais pas eu mes infirmières à domicile le pharmacien il serait venu? ?? Non !!! Alors reconnaissé les infirmières et infirmiers !!!!

  17. Fabrice Opart Le 28 mars 2015 - Répondre

    L’état plie toujours devant les lobies des médecins et des pharmaciens qui sont puissants Quid du tiers payant qui fait hululer ces pauvres gens ahahah

  18. Estelle Peltier Le 28 mars 2015 - Répondre

    Ça ne sert pas à grand chose de taper sur le dos de l’Ordre.
    On connaissait Didier Borniche et ses limites après l’avoir eu quelques années au sein de l’AFIDTN.
    On veut que les choses changent, il n’y a qu’une solution : se bouger les fesses et aller chercher les COMPETENCES que l’on veut nous voir attribuer.
    L’Ordre n’est que notre propre reflet, celui de notre incapacité à se mobiliser ENSEMBLE pour un système de santé que l’on veut sauver.
    Pleurnicher ne fait pas avancer.

  19. Dominique Diry Le 28 mars 2015 - Répondre

    quelle victoire ! sic … et notre ordre s’en glorifie , LAMENTABLE

  20. On ne prête qu’aux riches c’est connu. Et que dire des ass et ide salariés du privé qui n’ont à la base pas les mêmes salaires que les fonctionnaires du public déjà eux mêmes mal payés

  21. Mais pourquoi opposer les infirmières aux pharmaciens?

  22. Isa Marty Barré Le 29 mars 2015 - Répondre

    A chacun ses compétences non mais !

  23. Aurelie Planus Le 29 mars 2015 - Répondre

    C à nous de crier et de nous battre pour nos valeurs! Je suis d accord arrêtons de pleurnicher et descendons ds la rue sans laisser le choix, pourquoi les autres y arrivent : médecins , pharmaciens….. !!!! Les IDEL l ont déjà fait.

  24. Franck Vignier Le 29 mars 2015 - Répondre

    Je vois que personne n’a compris…l état à deja un coup d avance et on n a rien vu venir…arrêtez de vous pleindre et de chercher des coupables en rejetant inexorablement la faute sur les autres.si on veut avoir du poids lors de négociations il suffit juste de nous rendre rare et indispensable.comment?et bien en faisant comme les médecins et les pharmaciens justement,un numerus closus .vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi on ouvrait tant d Ifsi alors que l on réduit les postes d Ide?juste pour rendre précaire notre profession et ainsi avoir le contrôle.si on ajoute à ca l obligation de continuité des soins et donc l impossibilité de faire réellement grève…ca y est on est mort

    • Et oui, les budgets diminue, y’a un déséquilibre entre l’offre et la demande, du coup l’IDE est quasi obliger d’accepter la merde, sinon elle cherche ailleurs…et du coup on peut lui imposer tout et n’importe quoi !!! Tactique…inhumain…mais budgetairement malin !!!

  25. caroh Le 29 mars 2015 - Répondre

    Et les pharmaciens vont a domicile aussi?? C’est qui qui vaccine les patients alités ou qui ne peuvent pas se déplacer ?? Ben bien sur, ca sera nous vous, vu que forcément il y a un Soins infirmier…

  26. Bravo première bataille de gagner ce n’est pas la guerre mais c’est un premier pas 😀 partage fait

  27. On a rien gagné du tout ! On va pouvoir prescrire du paracétamol et continuer de vacciner des personnes qui de toute façon ne se déplacent plus de chez elles…. Voilà le constat !

  28. Jacques Samoun Le 30 mars 2015 - Répondre

    On est considéré comme des voleurs par la sécu

  29. Jacques Samoun Le 30 mars 2015 - Répondre

    Il faudrait soigner les gens a gratis et ne demander aucun remboursements des injection a 3.15 euros un depllacement a 2.5 euros pansement a 11.5 euros in est vraiment pas cher quel plombier électricien ou peintre travaille pour ce tarif? Aucun

  30. Marie Line Le 1 avril 2015 - Répondre

    Vous avez reçu un mail où l’on parle du droit qu’auront les AS et auxiliaires de vie pourront faire les soins?

Laisser un commentaire