Des infirmiers libéraux et des pansements : quand un nouveau réseau aide à « panser les plaies »

Des infirmiers libéraux et des pansements : quand un nouveau réseau aide à « panser les plaies »

Depuis 2007, les infirmiers libéraux sont autorisés à effectuer certaines prescriptions eux-mêmes dans le cadre de leurs soins infirmiers. Le traitement des plaies aigües ou chroniques est donc devenu en quelques années de leur quasi-unique responsabilité. Parfois, les IDELs ont besoin de conseils en matière de matériel, tant il est varié, et jusqu’ici seuls les pharmaciens étaient a même, ou pas, à les renseigner. Un nouveau réseau « Suite de soins » propose aux professionnels d’être leur allié dans cette lutte parfois complexe pour la cicatrisation.

Le traitement des plaies aigües et chroniques : une compétence infirmière à part entière

Depuis l’arrêté du 13 avril 2007 fixant la liste des dispositifs médicaux que les infirmiers sont autorisés à prescrire, les infirmiers libéraux sont en charge du traitement et de la prescription des plaies aigües chroniques ou accidentelles. Rappelons le texte du Législateur : « A l’exclusion du petit matériel nécessaire à la réalisation de l’acte facturé, les infirmiers sont autorisés, lorsqu’ils agissent pendant la durée d’une prescription médicale d’une série d’actes infirmiers et dans le cadre de l’exercice de leur compétence, à prescrire aux patients, sauf en cas d’indication contraire du médecin. ».

Cependant cette nouvelle acquisition de prescription, bien qu’elle fasse appel à des compétences infirmières de longue date, s’accompagne de multiples questionnements. En effet, les infirmiers libéraux sont tout à fait formés aux soins des plaies mais face à la quantité importante de dispositifs, de pansements, de produits ou de protocoles les IDELs sont parfois bien seuls face à leur « plaie béante ».

D’ailleurs un guide méthodologique de l’HAS  a voulu venir en aide à nos IDELs préférés, débordés de nouveaux produits sans en connaître forcément les bénéfices. Ce guide pour le développement clinique des pansements affirme aussi que : « De  nombreuses  études  cliniques  évaluant  l’efficacité  des  pansements  dans  le  traitement  des plaies chroniques ont été publiées. Cependant, leur  valeur ajoutée pour aider les cliniciens et les régulateurs  à  identifier  les  meilleurs  traitements est  souvent  limitée  en  raison  de  leurs  lacunes méthodologiques ».

Le pharmacien doit être en mesure de répondre à ces questions, toutefois leur activité étant elle aussi très diversifiée, il n’est pas toujours en leur possibilité de connaître toutes les ressources utiles à l’infirmier libéral. De ce fait, un réseau privé nommé « Suite de soins » s’est installé en France afin de répondre aux besoins et aux questions des infirmiers libéraux et de leurs patients.

Quand un réseau de soins propose aux IDELs un service de pansements alliant rapidité et conseil

Qu’est-ce que le réseau « Suite de soins » ? C’est un réseau de franchisés installé depuis 2012 en 17 agences actuellement qui proposent, livrent et conseillent les patients comme les infirmiers libéraux en matière de produits de cicatrisation.

« Suite de soins » s’installe sur le créneau de l’aide et du conseil aux professionnels en leur proposant des produits à la livraison rapide chez le patient mais aussi une application mobile les aidant à faire le meilleur choix de pansement en fonction de la plaie. De plus il dispose de la présence d’une infirmière référente dans chaque agence et dispensent même des formations. Inutile de dire que le succès d’une telle formule est au rendez-vous !

Lola B., infirmière à Lyon, explique l’intérêt de ce nouveau réseau franchisé au Figaro « Ce réseau apporte un appui appréciable. L’infirmière référente nous apporte son expertise en visitant les patients avec nous ou en correspondant via Internet.

[…] Cela nous aide à avoir les produits adaptés à la plaie alors que les pharmaciens ne savent pas toujours quels pansements sont nécessaires. Et la livraison est plus rapide qu’en officine ». Qui plus est le patient est remboursé exactement de même façon que s’il effectuait sa demande auprès d’un pharmacien.

Toutefois, ne nous y méprenons pas, il ne s’agit pas de rétribuer les infirmiers libéraux. Les IDELs conseillent à leurs patients d’effectuer leur commande auprès de Suite de soins, il n’y a donc ni compérage, ni détournement de patientèle.

Il est fort à parier que le réseau de franchisés « Suite de soins » ait de beaux jours devant lui !

Et vous, infirmières et infirmiers libéraux, avez-vous déjà eu affaire au réseau « Suite de soins » ? Que pensez-vous du type de services apportés à votre profession ? Trouvez souhaitable que ce type d’enseignes s’installe en « concurrence » des pharmacies ?

By | 2018-04-12T15:33:12+00:00 15 avril 2015|IDEL au quotidien|20 Comments

20 Commentaires

  1. perso je prefere me former et faire un DU que dependre d’un autre infirmier « qui sait », je n’y voit pas d’interet

  2. Cass Dlt Le 15 avril 2015 - Répondre

    Mélissa Errachidi

  3. Emmanuelle E. Le 15 avril 2015 - Répondre

    Je trouve cette idée complètement incohérente !!! Nous travaillons en rural avec des petites pharmacies, qui doivent rester dans les villages !!!! Nous allons faire travailler des prestataires , des revendeurs, en échange de conseils que nous pouvons avoir en consultation plaies, ou bien auprès d’un réseau plaies et cicatrisation. Une aberration !

  4. Nadine Malhomme Le 15 avril 2015 - Répondre

    Le petit missel de la plaie chronique fait par le CHU de Clermont Ferrand est tres bien fait pour aider à trouver le bon pst , le mode d’emploi , le coût et s il est remboursé ou non avec une échelle colorielle pour les escarres etc … très bon outil !

    • pouchin christian Le 25 avril 2015 - Répondre

      Sympa cette info …Pourrais tu partager avec nous ton missel ou peut etre son lien pour que nous puissions nous aussi s informer ..

  5. Emmanuelle Eymard Le 15 avril 2015 - Répondre

    Encore un moyen pour faire travailler des prestataires au lieu de conserver nos officines de campagne, en échange d’un  » service » que l’on peut très bien avoir auprès d’un réseau plaie sérieux et sans influence des labos ou bien d’une consultation plaie en structure. n’importe quoi, et en plus , on leur fait de la pub !

  6. Sonia Le 15 avril 2015 - Répondre

    Pourquoi pas si l’infirmière conseil est vraiment compétente … Chez moi il n’y a pas de consultations plaies, le délai pour un rdv en dermato est long, obligé de passer par les urgences et le réseau plaie de l’hôpital n’intervient pas au domicile …

  7. Céline Sellin Le 15 avril 2015 - Répondre

    Reconnaître les infirmières DU serait plus judicieux. L’entraide entre les IDEL et le recours à des réseaux plaies et cicatrisation me semble plus judicieux pour faire reconnaître nos compétences. Je préfère que l officine de mon village travaille plutôt qu’un prestataire.

  8. Heloise F Le 15 avril 2015 - Répondre

    Ma collègue et moi même avons l’habitude de travailler avec « suite de soins », ils sont d’une très grande aide, le conseil en plaie est très enrichissant, la livraison est rapide, nous effectuons un travail de collaboration avec des Ide Du plaie et cicatrisation.
    Tout ceci nous est très utile lors de notre installation de autant que les pansements de plaies complexes ne faisait pas parti de notre activité hospitalière.

  9. Marc Le 15 avril 2015 - Répondre

    Je ne connais pas mais je travaille déjà avec des prestataires pour la perfusion … Mon pharmacien a préféré embaucher une nutritionniste qui donne des conseils pour maigrir et vendre des pillules miracles qui coûtent supers chères que de donner des infos sur les pansements …

  10. Hélène Matergia Le 16 avril 2015 - Répondre

    Je suis en train de passer mon DU et je pense aussi qu’une entraide entre Ide est importante et surtout la reconnaissance de ce diplôme… mais faut reconnaître que l’idée est bonne.

  11. Anne France Gaspard Le 16 avril 2015 - Répondre

    J’ai mon DU plaies er cicat il est vraiment très utile et intéressant. Dommage qu’il ne soit pas davantage reconnu et valorisé… Ça inciterai sans doute plus d’IDE à se former… Après l’existence de ce type de réseau peut renforcer et soutenir notre profession car qd on est en liberal on peut des fois se sentir « seul » ds les difficultés… Et les médecins généralistes sont assez démunis qd il s’agit des plaies…

    • Sébastien Dambrine Le 16 avril 2015 - Répondre

      C’est le moins qu’on puisse dire. Et pas que pour les plaies. La douleur c’est compliqué avec certains MG.

  12. Delphine Mabon Le 16 avril 2015 - Répondre

    Formons nous plutôt et créons des réseaux entre IDEL, c’est tellement plus valorisant et ça fait parti de notre devoir de soignants que de se remettre en question sur nos pratiques et de se former en permanence… C’est bon pour la tête que d’être toujours dans une dynamique d’apprentissage… C’est tellement facile de rester sur des acquis vieillissants si vite.

  13. Soumia El Asri Le 16 avril 2015 - Répondre

    Julie Unternehr Pfitz Jenn

  14. clergerie Le 17 avril 2015 - Répondre

    Vous devriez prévenir le lecteur qu’il s’agit d’une publicité pour un prestataire de service privé à but commercial. Le nom de réseau est une tromperie.

  15. Pierre Jonqueur Le 17 avril 2015 - Répondre

    Aucun intérêt…tout comme le D.U d’ailleurs….Bientôt on verra apparaître un D.U pour laver les derrières..

  16. Hamid La Le 18 avril 2015 - Répondre

    1) j’entend bcp de critique concernant les prestataires mais contrairement au HAD ils font travailler les libéraux
    2) Concernant le rapport à l’argent la critique est facile quand on sait que beaucoup d’infirmières de villes ont quitté l’hôpital pour le libéral non seulement pour une pratique différente mais également pour gagner en qualité de vie ( temps et argent ) …l’aspect économique fait partie intégrante de la santé
    3) beaucoup de médecins Sont titulaires de DU alors quand j’entend dire par certains que c’est de la merde je me dis que notre profession n’avancera jamais avec des commentaires de ce genre autant donné le Diplôme d’infirmier a des brancardiers
    4) enfin apprenez à vérifier vos sources car une partie de l’article émmane du figaro avec beaucoup d’élément erroné car retranscris par un journaliste

  17. pouchin christian Le 25 avril 2015 - Répondre

    Toute Info est bonne a partager …Pour les infirmieres isolees mais aussi ,pour les « vieux » professionnels comme moi qui n ai pas la chance de cotoyer de jeunes Pros au courant des derniers pansements …et aussi peut etre ne prenant pas le temps d aller en stage de formation ….

Laisser un commentaire