Infirmiers libéraux et aidants : l’entente cordiale au service du patient

Infirmiers libéraux et aidants : l’entente cordiale au service du patient

Aidant naturel ou familial, aidant formel, proximologie … De multiples noms pour parler des 8,3 millions de personnes qui accompagnent au quotidien la maladie d’un proche, d’un ami ou d’un parent. Les infirmiers libéraux connaissent une bonne partie de ces alliés de poids mais pour autant est-il toujours facile de pouvoir « aider » vraiment les aidants ?

Derrière un patient handicapé ou lourdement malade il y a aussi un proche qui souffre

Les infirmiers libéraux sont là en priorité pour dispenser leurs soins aux malades. Des malades âgés et handicapés, parfois plus jeunes avec des pathologies lourdes ou bien encore des enfants nés avec la malchance de ne pas avoir été bien-portant dès leurs premiers cris.

Pendant des années, seuls ces patients comptaient, pendant des années la médecine ignorait que pour chaque patient il y a avait une famille, un couple, des parents désorientés parfois éreintés par un rôle qu’ils ont pris par nécessité. On ne choisit pas d’être aidant, on le devient… À quel prix ?

On estime que les aidants subissent, en moyenne selon les études faites, un taux de mortalité supérieur de 63 % à la moyenne de la population durant les quatre premières années de la prise en charge. L’impact du stress, de l’épuisement face à la prise en charge de la pathologie malgré toute la bonne volonté du monde est un facteur de vieillissement et de mise en danger de la santé largement accéléré.

Ces aidants familiaux sont en général âgés eux-mêmes, entre 51 et 75 ans, sont à 90% des aidants membres de la famille, 50% les conjoints et 30% les enfants. Alors bien sûr, leur rôle est une évidence pour la quasi-majorité, mais il en est pas moins que pour beaucoup les relations sociales deviennent quasi-inexistantes, le temps libre n’est que le repos et la vie professionnelle s’inscrit comme elle le peut dans ce contexte morcelé.

Comment être aidant tout en se préservant soi-même ? Vaste question auxquels beaucoup n’ont pas de réponses. Pire encore, plusieurs d’entre eux n’osent même pas la poser. Pourtant sans aidant le maintien à domicile serait beaucoup plus complexe voire impossible. Ne pas soutenir ces piliers du patient serait oublier l’importance du lien affectif, psychologique et moral que joue l’entourage auprès la personne malade.

Les infirmiers libéraux semblent avoir une vision plus globale de cette problématique et, par ailleurs, sont souvent cités par les aidants comme des interlocuteurs privilégiés.

 

Les infirmiers libéraux et la « proximologie » : un savoir-faire reconnu par les aidants

Est-ce par leur approche en soins infirmiers au chevet du patient ou par leur sens inné du « prendre soin », les IDELs sont perçus pour les aidants naturels comme des oreilles attentives pour leur patient comme pour eux-mêmes.

En effet lorsque l’on interroge les aidants sur les aides qu’ils perçoivent comme les plus pertinentes ils citent :

0%
Infirmiers libéraux
0%
Aides ménagères
0%
Auxilliaires
0%
Aides financières

 

Ainsi, au plus près du malade comme de sa famille, les infirmiers libéraux, habitués à une grande proximité, une facilité d’écoute et formés à des parcours de prévention sont tout à fait amènes de repérer un proche dans l’entourage dont la situation médicale semble inquiétante. Il s’agira alors de savoir diriger l’aidant vers l’interlocuteur idéal mais aussi vers des associations dévolues totalement à ce rôle. Tout en leur rappelant que demander de l’aide c’est aussi être plus efficace auprès de la personne souffrante…

Enfin, rappelons que l’aidant est aujourd’hui indiscutablement considéré pour les professionnels de santé à domicile une aide et un soutien indispensable à la bonne prise en charge du malade : 96 % des professionnels de santé estiment que l’entourage est « un véritable partenaire» dont le rôle est « bénéfique » dans la relation soignant/soigné. Donc guider les aidants dans leurs démarches et dans de meilleures conditions de santé correspond bien sûr à une approche plus globale d’un réseau de santé à domicile efficace. Aujourd’hui et demain.

Et vous, infirmières et infirmiers libéraux, pensez-vous que la communication envers les aidants est suffisante ? Pensez-vous qu’ils manquent de considération dans notre société ? Comment arrivez-vous à entrer en contact avec un aidant en danger ?

 

By | 2018-04-12T15:31:21+00:00 7 juillet 2015|IDEL au quotidien|60 Comments

60 Commentaires

  1. Anne Sophie Briand Le 7 juillet 2015 - Répondre

    Mais les aidants ne sont pas oubliés!!!!! Bien au contraire !!!!….qu’est ce que cette vérité toute faite ???!!!!

  2. Mary O'fret Le 7 juillet 2015 - Répondre

    oubliés par qui? on est à leurs côtés à chaque instt on ne risque pas de les oublier…

  3. Les aidants…..ce sont eux qui nous appellent …..et nous aussi les ide nous sommes des aidants car nous avons des malades dans nos familles. ..qui se soucie vraiment de nous soutenir…. …

  4. Les IDE libéraux et hospitaliers nous sommes souvent à la foi soignants et aidants. ….qui nous soutient vraiment? ???

  5. Sarah Papillon Le 7 juillet 2015 - Répondre

    Les aidants se déchargent bcp sur les intervenants libéraux et nous devenons bien souvent à notre insu des aidants

  6. Emilie Schilling Le 7 juillet 2015 - Répondre

    Les aidants…. Il y a des gens très bien et d autres qui sont sur le fil de la maltraitance
    Je trouve qu on leur confie un peu à la va vite leur proche sans que personne ne s assure vraiment ensuite que la personne est entre de bonnes mains à la maison…

    • Martine Lucidarme Le 8 juillet 2015 - Répondre

      Si nous ! Nous qui nous retrouvons au milieu de cette situation et inévitablement nous devons assurer une prise en charge globale du patient et de l’aidant pour éviter les conséquences ( stress , culpabilité , solitude , manque de sommeil….) qui mènent trop souvent à l’épuisement (physique et psychologique) et parfois même à la maltraitance(souvent involontaire) …. et l’infirmière est trop souvent, elle aussi bien seule au milieu de tout çà !
      Çà fait nécessairement parti de l’ensemble des soins palliatifs mais sans être reconnu…(donc pas rémunéré)
      Beaucoup de temps , d’investissements, de compétences pour peu de reconnaissance professionnelle !!
      C’est trop souvent la situation la plus fréquente : le patient , l’aidant , l’ide … et rien ! ou presque rien !

  7. Lucie Bozon Le 7 juillet 2015 - Répondre

    Justine Carreira tiend bb

  8. Ho Oponopono Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Oubliés ?! Eh bien je suis desolé mais je ne sais pas comment vous faites pour les oublier… 😀 Souvent les aidants, s’ils le sont, font tout pour se faire remarquer, et a moins d’etre autiste, on les remarque de façon diverse. Bien qu’ils denaturent souvent la relation soignant soigné, ils font partie de la prise en charge globale et a ce titre ils beneficient d’un « soin », non coté celui-ci, mais bel et bien existant. 😉

    • Gwénaëlle Marcadé Le 9 juillet 2015 - Répondre

      ça c’est vrai 🙂 Parfois si il n’y avait les aidants sur place nous passerions ( je parle en tant qu’AS ) beaucoup moins de temps chez certains patients, voici la preuve qu’ils sont autant pris en considération, la plupart du temps les soins sont faciles et rapides, ce qui les rendent + complexes c’est la présence des aidants qui vient interroger notre prise en charge à chaque passage , les aidants sont nos allié pour une bonne prise en charge , ils peuvent être nos alliés comme notre pire cauchemar alors nous sommes obligés de les prendre en consideration, non pas parce que nous n’avons pas le choix , mais pas que ce sont des êtres humains et que nous ne pouvons les ignorer !

  9. Joelle Capdeville Le 8 juillet 2015 - Répondre

    j’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour rous ces parents ,conjoints et enfants qui accompagnent leur proches jusqu’au bout du voyage :autiste encombrants maltraitant parfois ….waouh ….vous etes qui pour les juger ainsi ?

    • Juger? ??? Personne ne juge….on s exprime c est tout. .les aidants ne sont pas oubliés par les ide au contraire. …ce sont les infirmiers qui sont oubliés …..et vous pourquoi cette agressivité envers nous?????

    • Martine Lucidarme Le 8 juillet 2015 - Répondre

      On peut avoir de l’admiration , de l’empathie serait professionnellement plus juste mais ne pas oublier pour autant certaines dérives (involontaires ou non , souvent prévisibles) que nous constatons trop souvent et que nous devons gérer Seul , car tout est beaucoup trop cloisonné dans le système de santé au domicicle … Pour être efficacement aux côtés des aidants , il faut savoir analyser et gérer tout celà sinon on va continuer à se faire bouffer tout cru par les asso de soins à domicile (déjà adminstrativement et donc financièrement très chouchoutés )
      Il n’y a là aucune prétention à se sentir meilleurs ou supérieurs aux autres , seulement reconnaître nos compétences professionnelles lorsque nous prenons en charge des patients et leurs aidants avec tout la diversité que çà représente.

    • Joelle Capdeville Le 8 juillet 2015 - Répondre

      je lis Marie Christine et vos coms sont de loin les moins durs ce n’est pas de l’agrssivité et en 38 ans de liberale je n’ai eu qu’à me louer des aidants familiaux et je peux compter sur les doigts des 2 mains ,les patients qui sont DCD à l’hopital . je le repete ils sont admirables ,toujours à leur place ,heureusement qu’ils sont là

    • Joelle Capdeville Le 8 juillet 2015 - Répondre

      je ne parle que de la famille dans mon compas des AS ni des aux de vie…pour plus des 3/4 de mes patients en fin de vie ,elles n’intervenaient d’ailleurs pas au domicile

    • Laila Newton Le 8 juillet 2015 - Répondre

      il y a des bons et des mauvais des deux cotés faut juste être assez honnête pour le reconnaitre j’ai la chance d’avoir une infirmière extra qui s’occupe de mon père qui à 82 ans vit chez moi je m’en occupe malgré sa maladie alzheimer et à 2 on fait un super travail

    • Laurence Lambert Le 10 juillet 2015 - Répondre

      j’ai été aidant de ma belle-mère alitée pendant 3 ans et non je ne faisais pas perdre de temps aux soignants, bien au contraire… une toilette va plus vite à 2 que tout seul….
      En raison d’un demenagement, nous avons eu affaire à 2 equipes soignantes differentes avec lesquelles tout s’est toujours bien passé…
      Il est vrai que je remplissais les fonctions d’aide-soignante, relayée par ma fille aînée, j’étais donc le seul interlocuteur ; le reste de la famille ne s’ingerait pas du tout, du moment que la prise en charge était bonne…
      Je suis d’accord avec joelle, beaucoup de commentaires sont blessants pour nous dont la situation est loin d’être evidente…
      Alors oui, il y a des abrutis partout mais ne generalisez pas svp…
      Par exple, j’ai de très mauvais souvenirs avec un kiné (qui massouillait pendant 1/4 d’h. 1 genou de ma belle-mère en regardant la bande de Stephane Bern qui le faisait mourir de rire (sic) ) et je ne suis pas allée me rependre en disant que tous les kinés sont des cons!

  10. Bélinda Houbart Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Très bonnes

  11. Cassandre Rose Laura Faivre Poiraudeau Cécile pour hajera et son mémoire

  12. Inco Gnito Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Quand ils sont présents! Combien de fois ils se déchargent sur l ide!
    Ex la semaine dernière canicule annoncée 37° et bien plus d eau minérale pour la dame de 87 ans, la fille vit l appartement 2 étages au dessus! Et qd j ai téléphoné on m a dit de prendre l eau du robinet! Qui est infecte. Bravo les aidants

  13. Emeline Guinle Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Ines Talhaoui

  14. Cathy Ducoin Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Quand on prend en charge 1 patient c le patient + le ou les aidant on ne va pas l 1 sans l autre si le patient va bien l aidant va bien et inversement certes se n est pas toujours facile avec eux mais le dialogue et le recadragre sont fait pour ça

  15. Emilie Tardieux Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Les aimants sont toujours présent et loin d’être mis de côtés. On peut lire des commentaires d’ IDE qui se considèrent comme aidant et ne se sentent pas soutenu, faut pas oublié qu’il y a les aides soignantes entre les deux! Nous représentons la majeur partie du prendre soin et bien aussi des aidants.

  16. Nos relations avec les aidants sont des relations de confiance qui deviennent au fil des années parfois des relations d’amitié !sans les aidants certaines prises en charge ne pourraient être faites à la maison…la fin de vie à la maison n’est possible que grâce aux aidants et à notre relation infirmière aidants!!

    • Murielle Marie Le 8 juillet 2015 - Répondre

      Tout a fait. Assistante de vie diplômée, mes bénéficiaires me font toute confiance. J’ai réussi à mettre en place la visite d’une IDE pour leur pilulier hebdo. Ils sont contents d’avoir ainsi une personne supplémentaire qui leur apporte conseils, chaleur humaine et bienveillance. Nous sommes des relais capitaux en lien avec les familles, quand celles ci s’intéressent au devenir de leurs anciens. Il en est de même personnellement, ayant pris une aide de vie pour ma mère. Les contacts sont entre nous sont réguliers pour ajuster les choses à mettre en place. Nous travaillons ainsi à « 3 » et chacun y trouve son compte pour le bien être physique et moral de la personne aidée.

  17. Laila Newton Le 8 juillet 2015 - Répondre

    mais quand les aidants font beaucoup ont leur reproche aussi je le subit actuellement avec mon papa le Conseil général trouve que l’infirmière libérale n’en fait pas assez il l’a font venir le matin pour faire des activités pour moi qui suis diplômée assistante de vie c’est une honte c’est mon boulot pas celui de l’infirmière

    • Marie Femmeenblanc Le 8 juillet 2015 - Répondre

      le conseil general qui fait venir une infirmiere liberale ?? pastout saisi là….en tant que liberale on ne depend absolument pas du conseil general…bizzare cette histoire ! de + quels « acitivites » fait elle ?? impossbile a cote ce truc bref c pas net

    • Mary O'fret Le 8 juillet 2015 - Répondre

      Si si…Certains services du conseil général, qui aident les personnes démunies par ex ou chez qui personne ne veut aller, peuvent se charger de contacter les libéraux pour une pec.

    • Laila Newton Le 9 juillet 2015 - Répondre

      Marie Femmeenblanc c’est moi qui à la base avait fait venir l’infirmière de mon village car je ne voulais pas des aides soignantes (raison perso) et oui le consiel général est venue le 24 juin voyez ce n’est pas vieux vous pouvez regarder sur ma page Eugène et Barbara maintien à domicile par Amour et l’assistante sociale du CG a demandé à ce que l’infirmière passe le matin pour aider aux activité c’est très clair au contraire

  18. Cathy Mini Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Je ne crois pas qu’ils soient oubliés! Ils sont un maillon indispensable au maintien à domicile. Sans eux rien ne serait possible et ils luttent parfois jusqu’à épuisement . Ce sont souvent des aimants car l’amour donne des ailes…

  19. Murielle Bar Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Chercher un Rémi sans famille si les aidant vous dérange pour ma

  20. Murielle Bar Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Part ils ne me dérange pas du tout j ai de très bons rapports avec eux

  21. Justine Carreira Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Merci ma belle ! 🙂 meme en vacance sa bosse ce mémoire
    Lucie Bozon

  22. Marie Femmeenblanc Le 8 juillet 2015 - Répondre

    et que dire des aidants qui vous considérent plus comme des bonnes, que comme des soignants ?? RAS LE Q DE CES FAMILLES QUI EMMERDE….c decidé jme laisse plus marcher dessus, et j’arrete les PEC ds ces familles

  23. Jean Paul Rase Le 8 juillet 2015 - Répondre

    Très juste et pertinent. Merci !!!!

  24. Marie Chalancon Le 9 juillet 2015 - Répondre

    il n’ y pas que la famille ;mais aussi les aides à domicile et les auxilieres de vie

  25. Caroline Olivier Le 9 juillet 2015 - Répondre

    Il faudrait un peu ce recentrer sur notre rôle propre, nous sommes le soignant avec tout son rôle: d’aide, d’ecoute et de soins…l’aidant en question est une personne très proche emotionnellement du malade qui souffre au quotidien de la detresse ou penibilite, comme vous l’entendez. L’ecoute, la reassurance, l’encouragement et j’en passe son de notre rôle alors vos commentaire m’exaspère, arretez de vouloir trop travailler pour vouloir gagner plus, le temps de repos est primordial, pour ne pas s’épuiser psychologiquement car oui on a envie d’aider mais ne soyez pas trop pretencieux, je connais une personne Idel qui au sein de sa famille en plus des soins c’est occupé de 2 personnes de sa famille dont son papa qu’elle a accompagné jusqu’au bout et je ne l’ai jamais entendu ce plaindre…elle n’a jamais

    • Caroline Olivier Le 9 juillet 2015 - Répondre

      (Suite)..
      dénié ce plaindre!
      Faisons notre metier avec coeur, n’oubliez pas de vous proteger emotionnellement meme si cela est très dur…ne prenez pas au premier degré les reactions ou comentaires des familles, reflechissons au pourquoi de leur reactions…ne nous epuisons pas…le burn out est vicieux et s’installe tres rapidement…Les familles soufrent et c’est a nous d’essayer de les comprendre, ils n’ont pas toujours le temps de faire attention à nous alors protegeons les malgré leur reactions parfois excessive qui révèlent bien des détresses! !!

  26. Gwénaëlle Marcadé Le 9 juillet 2015 - Répondre

    Je sais qu’onest une sur page dédiée aux infirmières , moi même je ne le suis pas, j’espère l’être un jour, et je trouve cela toujours formidable le processus avec lequel les aides soignants sont toujours oubliés de vos démarches sauf pour vous prendre les toilettes des patients qui vous prennent beaucoup trop de temps ! Shit !

  27. Delphyne DG Le 9 juillet 2015 - Répondre

    J’aimerais beaucoup imprimer cet article ou pui je le trouver svp?

  28. Myrane Galva Le 9 juillet 2015 - Répondre

    Arretons ces polèmiques, et soignons nos patients en étroite collaboration. Ce sera certainement plus bénéfique et gratifiant pour tous car se retrouver de l’autre coté de la barrière n’est pas IMPOSSIBLE!!!

  29. J’ai toujours remarqué au début de mes prises en charge, j’ai de l’aide, puis au fur et à mesure après 6 mois je finis seul pendant mes soins à faire transferts trousseau lavage des bassines réfection de lit … Les IDEL sont dans la durée pas dans le coup d’éclat…

  30. Françoise Mermet-Maréchal c’est dans le thème du moment…

  31. Bernadette Poulain Le 9 juillet 2015 - Répondre

    pour mes collegues et amies aides soignantes , maillon important dans une équipe bises

  32. Catherine Christofle Le 9 juillet 2015 - Répondre

    ??

  33. Rachel Riviere Le 10 juillet 2015 - Répondre

    comment faire pour etre « aidant bénévoles » ?? g éxérçé dans le domaine de la santée pdt 22 ans,aujourd’hui,jeune retraité de 50 ans .ce contact aux patients me manquent énormément,comment retourner dans le milieu,en tant que volontaire,sans solliciter mon corp,pour cause de santée,mais pour aider psychologiquement !!

    • Anne Marie Serra Le 10 juillet 2015 - Répondre

      Rachel il faut prendre contact avec un réseau de soins qui sera ravi de ta disponibilité

    • Les petits frères des pauvres cherchent des aidants bénévoles.Les liens entre bénévoles sont TRES FORTS car il y a un encadrement et une formation très pointus.Personnellement j’ai pu chez divers patients rencontrer ces personnes et admirer ces instants de bonheur offert aux gens isolés.Pour la 1ère projection de la VIE des GENS à Lyon je les ai invité pour les remercier de vive voix d’exister.

    • Bonne chance… quand on donne on reçoit beaucoup même si on ne le fait pas dans le but de recevoir!

  34. Bravo et merci pour tous ces témoignages.Je ferai passer TOUS ces messages véritables les 16 et 17 juillet.Le 21 septembre sur la 5′(1mn en début du magazine de la santé ) « les aidants familiaux »avec leur amour pour leur proche et les difficultés (relation et temps).

  35. Fabienne Legros Le 10 juillet 2015 - Répondre

    Je viens de lire certains commentaires. .. et je suis très choquée. … Ayant été « aidante » je ne pense pas avoir gênée le travail de mes chères infirmières que je remercie encore au passage pour leur soutien, je pense que nous les aidant sommes le liens avec les infirmières avec qui nous lions des liens très fort…. nous avons vécu ensemble la maladie et à l’heure d’aujourd’hui malgré le décès nous continuons à garder des liens…. une certaine amitié est née. … encore merci à Nathalie et Bénédicte pour leur précieux soutien….

  36. Gaëlle Szymczykowski Le 10 juillet 2015 - Répondre

    Charlene Ducher après les.oraux lol

  37. Une émission télé sur la 5 (1mn avant le magazine de la santé) vous montre les aidants familiaux encore en activité auprès de leurs parents vieillissants.Déjà 90 heures de diffusées.Les 16 et 17 juillet prochain enregistrement auprès de ma patientèle(dont les Italiens très aimés dans La Vie des Gens) par Christophe un ancien IDE reconverti.La séquence en voix off sera diffusée le 21 septembre.Une autre approche du grand age

  38. Personnellement je pense que travailler avec les aidants familiaux ou salariés est une richesse dès l’instant qu’une complicité,un respect et une collaboration s’installent.C’est travailler en EQUIPE même si on n’intervient pas au même moment.Des mauvais éléments il y en a partout , dans TOUTES les FAMILLES ou PROFESSIONNELS de santé.A nous de savoir trouver « la bonne place…Bon week end du 14 juillet pour ceux qui sont au frais et vive les ventilots pour les autres…

  39. Axelle Lambert Le 16 juillet 2015 - Répondre

    https://www.facebook.com/groups/demosophie/

    Si vous n’êtes pas content, c’est mnt qu’il faut le dire !!! à Paris samedi ! ils sont déjà prés de 5000 depuis mercredi dans les rues. Personnes n’en parlent dans les médias, mais le mouvement prend de l’en pleurs, les flics ne savent plut ou donner de la tête, c’est ce week end qu’il faut s’exprimer !

    ( PS: Désoler pour les fautes d’orthographes ! )

  40. Silviana Tereva Le 8 novembre 2015 - Répondre

    .

    BNP PARIBAS désormais avec un taux d’intérêt de 2 %

    La banque BNP PARIBAS vient d’ouvrir ses portes pour les offres de prêt particuliers et ceci en toute sécurité puis-qu’étant moi même à la recherche de prêt , un ami m’a recommandé l’organisation CRÉDIT BNP entre particulier très honnête sur internet , une organisation de la banque BNP-PariBas . Et je viens d’obtenir mon prêt de 15.000€ au près cette organisation comme ça j’ai peu réalisé mes rêves . Vous qui êtes à la recherche de prêt d’argent entre particulier , je ne sais comment vous faire part de ma joie car c’est cette opportunité qui me permet de faire ce témoignage de CRÉDIT BNP-PARIBAS qui est prête à satisfaire tous ses clients dans les 72 heures suivant la réception de leur demande formulée . Je vous recommande alors d’adressez vos demandes à l’adresse E-mail : financerapide72h@gmail.com et celle ci en toute sécurité afin d’arrêter de vous faire escroquer par des hommes malintentionnés sur internet .

    Email : financerapide72h@gmail.com
    Tel : (0033) 0980301051

Laisser un commentaire