Et si la reconnaissance de la mission des IDEL(s) passait par l’utilisation d’un logiciel ?

Et si la reconnaissance de la mission des IDEL(s) passait par l’utilisation d’un logiciel ?

La reconnaissance de la mission des IDEL(s) ne passe-t-elle pas par l’utilisation d’un logiciel infirmier ?

Comme toutes les professions, les IDEL(s) doivent s’adapter aux évolutions de la société et aux nouvelles attentes de tout un chacun. Plus que les autres, les infirmières et infirmiers libéraux ont à cœur de démontrer leur professionnalisme et leur passion, et l’utilisation d’un logiciel infirmier représente alors une force dans cette recherche de reconnaissance.

Infirmière ou infirmier libéral, plus qu’une profession, une vocation

Même si l’actualité place les infirmières et les infirmiers libéraux sous les feux de la rampe, force est de constater que la profession se transforme et s’adapte aux nouvelles exigences de notre époque. Délaissons les débats, qui font rage et qui opposent les IDEL(s) à la Cour des Comptes mais aussi de manière moins violente au Ministère de la santé, et concentrons-nous sur cette profession si particulière.

Profession ou vocation, le débat n’est pas, et ne le sera probablement jamais, clos. La passion et le dévouement des infirmières et des infirmiers libéraux ne sont certes pas uniques et exclusifs à cette profession, mais en les accompagnant au quotidien, nous pouvons néanmoins souligner que peu de professions libérales font preuve d’autant d’attachement à leur mission.

Il suffit de lire vos si nombreux témoignages sous les articles du blog d’Albus pour comprendre, que les IDEL(s) n’abandonnent pas leur mission, une fois leur journée achevée. Après des journées à rallonge, des tracas de toute sorte, les infirmières libérales doivent trouver les moyens d’oublier ou tout du moins d’adoucir les expériences traumatisantes, qu’elles peuvent rencontrer.

Des exigences de plus en plus nombreuses pour un suivi de plus en plus personnalisé

Chaque infirmière et chaque infirmier libéral réagit différemment face à ces situations du quotidien, mais toutes et tous doivent néanmoins faire face à un système de santé, qui se réforme. De nombreux débats engagent les infirmières et les infirmiers libéraux. Si ces derniers participent activement à la réflexion, ils doivent néanmoins faire face au quotidien, quitte à devoir anticiper les décisions, qui tardent à venir. Il nous est impossible de tous les citer, mais évoquons-en quelques-uns parmi tant d’autres :

  • Le vieillissement de la population avec les conséquences médicales et sociales, que cela implique
  • Les progrès fulgurants de la science en général et de la médecine en particulier, avec dans le même temps les innovations technologiques, imaginées pour accompagner ces progrès
  • L’ambition collective de privilégier le maintien à domicile le plus longtemps possible, impliquant le recours aux IDEL(s)
  • Le raccourcissement extrême de la durée des hospitalisations, avec l’intensification du développement des services ambulatoire notamment

Quelques années, voire quelques dizaines d’années, ont entraîné une (r)évolution de la pratique libérale des infirmières et des infirmiers. L’ambition affichée de maitriser les dépenses de santé (et donc de réaliser de substantielles économies dans les années à venir), la volonté publique de privilégier les soins infirmiers à domicile plutôt qu’à l’hôpital (les services ambulatoires sont appelés à accélérer leur développement),…, représentent les nouveaux enjeux de la médecine de demain. Les infirmières et les infirmiers libéraux devront, une fois encore, s’adapter et faire évoluer leur pratique.

La profession infirmière en voie d’une reconnaissance officielle de leur utilité ?

C’est dans ce contexte exigent et difficile et avec la passion qui est la leur, que les IDEL(s) entendent donc s’imposer dans ce parcours de soins, qui se complexifie. Chaque infirmière et chaque infirmier libéral s’adapte à sa patientèle, en répondant aux demandes des familles mais aussi aux exigences du corps médical. La présence infirmière représente un véritable trait d’union entre toutes les parties, sans que cette mission ne soit réellement reconnue à la profession.

Pour pallier à cela, les IDEL(s) s’organisent et se forment pour remplir au mieux cette nouvelle exigence. L’utilisation d’un logiciel de dossier de soins s’inscrit dans cette professionnalisation de la relation médecins/patient/famille/IDEL(s). Transmettre les données médicales et communiquer sur la santé de leurs patients sont deux tâches dévolues aux infirmières et infirmiers libéraux. Pratique au quotidien, le logiciel infirmier facilite aussi les missions du quotidien, en permettant la conservation de photos, en assurant le suivi instantané des constantes, ou en aidant au travail d’équipe par des transmissions plus rapides et efficaces. Une appli comme AlbuSoins apparaît bien comme le prélude d’une reconnaissance plus officielle et peut-être d’un nouveau statut pour l’infirmière et l’infirmier libéral.

 

Infirmières et infirmiers libéraux, utilisez-vous déjà un logiciel de suivi des états cliniques de vos patients ? Quels sont, selon vous, les principaux avantages d’un tel outil ? Et qu’attendez-vous de plus de ces logiciels infirmiers dans les mois et années qui viennent ?

 

By | 2018-04-12T15:29:02+00:00 7 octobre 2015|IDEL au quotidien|48 Comments

48 Commentaires

  1. Edouard Gioanetti Le 7 octobre 2015 - Répondre

    un dossier de soins infirmlier est obligatoire pour les patients chroniques……pas besoin d’un logiciel quand on voit un ais 6 ou 3 quand on voit le tarif brut sinon je vais faire de l’humanitaire….; remarquez y a plus grande difference avec le liberal

  2. Edouard Gioanetti Le 7 octobre 2015 - Répondre

    pis inutile d »utiliser le mot « valoriser » pour vendre un produit….. c’est nous prendre pour des imbecile ….. notre seule valorisation c’est la qualité de notre travail , l’entente entre nous (meme si c »est pas toujours le cas) et certainement pas un logiciel

    • Dites Edouard Gioanetti faut vous détendre. Regardez les thèmes des 50 derniers articles publiés sur cette page. Vous trouvez qu’on est dans une démarche qui consiste uniquement à vendre nos logiciels ? Notre propos ici, c’est de dire que la valorisation du travail des infirmiers, ça passe aussi par la valorisation de la traçabilité des soins, la possibilité de mettre en perspective l’évolution des plaies, des constantes, des états des patients. Non seulement auprès du patient lui-même quand c’est possible, mais également vis-à-vis des familles et des prescripteurs. Mais je suis d’accord avec vous, il y a PLEIN d’autres choses qui participent à la reconnaissance du métier d’IDEL.

    • Edouard Gioanetti Le 7 octobre 2015 - Répondre

      Il existe ce que l’on appel un crayon et du papier pour tracer …. Et des photos pour les plaies ( à ce jour n’importe quel tel portable le fait et ai reconnu par la sécu )

    • Ok, chacun son truc 🙂

    • Evelyne Devin Le 21 octobre 2015 - Répondre

      Traçabilité. ….pour encore lire depuis des puces encore……non.
      La maladie appartient au patient son médecin et son soignant .point.!

  3. Claire Descamps Le 7 octobre 2015 - Répondre

    Bonjour. Le petit soucis c est que c est disponible uniquement avec i phone. J au un Samsung et impossible de l avoir de ce fait. Bien dommage.

    • Lucia Dupuis Le 16 octobre 2015 - Répondre

      Nous avons créé notre propre dossier de soins, nous n’utilisons pas l’application d’ALBUS (pas pratique quand on est nombreux surtout avec les remplaçants) Donc papier et stylo! rien de mieux en plus les patients peuvent les emmener pour les consultations extérieures.

  4. Chris Tophe Le 7 octobre 2015 - Répondre

    Complètement d accord avec claire descamps! Il n y a pas qu apple il y a Android et Windows….. Ca serait sympa de penser aux autres!?!?!

  5. Notre cabinet utilise le dossier de soins infirmiers en classeur . C rapide et très pratique, minimise le risque d’erreurs, toutes les infos s’y trouvent . Lorsque nos patients vont en consultation ( diabète,cardio , etc ) les médecins apprécient. Nous avons donc la traçabilité et tous les intervenants apprécient !

    • Yvette Lise Jeandet Le 8 octobre 2015 - Répondre

      Et à quelle rémunération est appréciée la qualité de ton travail et du temps passé sur ces dossiers ? Un merci ou même pas ?

    • Ces dossiers ne nous prennent pas de temps , c’est une question d’habitude .. Moins de 10 mn au départ , et moins d’1 mn chaque jour .. Mais ma tranquillité juridique et le fait qu’il y ait clairement moins d’erreurs n’a pas de prix .. Et oui, les pros de santé apprécient d’avoir un dossier, les médecins communiquent dessus sur les feuilles de liaisons et du coup les retours de consultation avec zéro information ont diminué de moitié .. Donc notre quotidien est amélioré ?

    • Patricia Cabioch Le 11 octobre 2015 - Répondre

      Nous remplissons aussi des classeurs pour faire dès dossier de soins que nous remplissons à chaque passage les médecins et autre intervenant apprécié et communique avec nous sur ces dossier

    • Elisabeth Lamothe Le 11 octobre 2015 - Répondre

      Vous avez de la chance . .nous les médecins ne les ouvrent même pas….c’est décourageant

    • ?je comprends ..

    • Martine Lucidarme Le 12 octobre 2015 - Répondre

      Moi aussi j’ai des dossiers , utiles certes , mais surtout pour la tracacbilite de mes actes !
      Et justement c’est l’occasion de faire connaitre la charge réelle de notre travail et le temps et les compétences que çà engendre.
      Des écrits c’est bien !
      Le dire dans la rue !
      Ensemble !
      C’est mieux!

  6. Sandra Virecoulon Le 8 octobre 2015 - Répondre

    « Valoriser « ..Le terme me dérange dans le sens où c’est obligatoire !!!!! Chaque IDE a un logiciel ! Non ? Je me trompe ???

  7. Sandrine Champ Le 8 octobre 2015 - Répondre

    Bjr, est ce q l administrateur du groupe peut me contacter svp. Dsl, c est pas l endroit pr ça mais j ai pas trouvé d autre moyen pr le contacter
    Bonne soiree

  8. Francois Carrière Le 9 octobre 2015 - Répondre

    Parler de valorisation de nos compétences alors que la Cour des Comptes vient de nous humilier c’est sacrément gonflé et opportuniste de votre part. Vous feriez mieux d’utiliser votre capacité créatrice à nous aider dans la lutte qui nous opposent à la loi MST. DEMAIN VOUS LES VENDREZ À QUI VOS OUTILS VIRTUELS ? PAS À NOUS CAR NOUS SERONT MORTS, SALARIÉS DES MEDECINS . Mais au vu de votre publication de charognard je ne doute pas que vous aurez la capacité à trouver un nouvel OS à ronger.

    • Je pense que vous vous trompez de colère Francois Carrière.

    • Martine Lucidarme Le 12 octobre 2015 - Répondre

      Non non ! il n »y a pas « différentes colères »
      Il y a celle des IDEL et même si vous ne suivez pas , nous vous demandonos de respecter le travail épuisant (tout que nous faisons depuis un mois pour pouvoir garder la tête hors de l’eau et tout en assurant les soins..)
      La profession est en grand danger(reconnaissance des différentes et multiples compétences professionnelles , nomenclature , surcharge administrative…) et nous serons les plus touchés par la loi santé car les moins représentés donc les moins défendus.
      C’est maintenant que nous devons agir !
      Vous les IDEL êtes vous satisfaits de votre statut et des accusations actuels ?
      Ne voyez vous pas la fin de l’exercice libéral infirmier poindre à l’horizon (maison de santé , ssiad …) ??
      À qui vont être vendu les lecteurs , les logiciels et leur maintenance ?
      Retirez vos oeillères !!
      MANIF le 16 NOVEMBRE
      à PARIS

    • Christelle le Cam Le 14 octobre 2015 - Répondre

      marre de tout cet « administratif »!!!je suis infirmière,pas secrétaire!!mon rôle est de soigner les gens!!!!nos journées ne sont -elles pas encore assez longues???et pourquoi ce serait à nous de tenir ce rôle!!!demandez aux médecins!!!

    • Kathy Gaillard Le 20 octobre 2015 - Répondre

      Ok avec toi Christelle le cam!!!

    • Laurette Bertet Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Bien répondu

  9. Attention danger enfin à mon avis ne nous prenons pas pour des médecins 5 ans d’études nous séparent ce n’est pas rien

    • Francois Carrière Le 13 octobre 2015 - Répondre

      Rien à voir en terme de capacités ou de compétences. Faut arrêter de penser en terme de au – dessus et en – dessous. Deux exercices différents, avec des qualifications différentes , POINT BARRE! Le cuisinière à besoin du plombier et du menuisier. Qui est plus que l’autre ? SCHMIDT bien sûr ! Lol

    • Martine Lucidarme Le 15 octobre 2015 - Répondre

      C’est nul ce raisonnement , Brigitte…..

  10. Sophie Montmejat Le 11 octobre 2015 - Répondre

    Un classeur avec des fiches SIDERAL voilà déjà ca sera très bien. C est pas l outil qui fait la compétence des celui qui l utilse mais comment il l utilise comment il se l approprie s adapte reinvente…..

    • Martine Lucidarme Le 12 octobre 2015 - Répondre

      Non !! C’est juste le classeur qui te rend compétent !
      Surtout s’il est beau , bien grand ,que tu l’as composé toi même en fonction des besoins du patient… que tu notes dessus… ah? Et bien oui ! Il faut noter dessus !
      Ah! Ces IDEL !
      Pas étonnant qu ‘on les piétinent tout le temps!

      Allez ! écris moins de bla bla…le 16 novembre et viens plutôt défendre ta profession …et tu auras la journée pour expliquer aux ignorantes de consoeurs l’utilité de tenir LE bon CLASSEUR

      16 NOVEMBRE à PARIS

    • Anne Marie Serra Le 14 octobre 2015 - Répondre

      Oui. Il faut tous venir le 16 novembre à Paris défendre notre belle profession

  11. Sophie Montmejat Le 11 octobre 2015 - Répondre

    Qui a réellement lu le document de la coyrs des comptes ?

  12. Anne Marie Serra Le 11 octobre 2015 - Répondre

    Vous pourriez parler de la montée en puissance de la colere des IDEL en ce moment ça serait plus judicieux MANIF A PARIS DES IDEL LE 16 NOVEMBRE TOUS ENSEMBLE

  13. Babeth Despeghel Le 14 octobre 2015 - Répondre

    P

  14. Lucia Dupuis Le 16 octobre 2015 - Répondre

    Je ne suis pas totalement convaincu qu’un dossier de soin valorise notre profession, mais il a le mérite de rendre visible notre travail par l’écrit. Il sert à décrire tout ce que nous faisons, nous défendre en cas de litige, transmettre à sa collegue certaines informations que nous n’avons pas dite aux transmissions. Bref c’est un outil de travail essentiel et que nous sommes tenu de remplir, puisque l’excuse à ce jour est « ce qui n’a pas été noté n’a pas été fait » (absurde règle, et la confiance dans tout ça??). C’est très discutable certes, mais c’est ainsi. C’est une charge de travail supplémentaire, oui mais dans un monde de plus en plus régit par l’administratif on n’y échappera pas…

    • Kathy Gaillard Le 20 octobre 2015 - Répondre

      Et ouvrir et fermer les volets.changer 1 ampoule

    • Kathy Gaillard Le 20 octobre 2015 - Répondre

      C est note ds le dossier etc etc etc..

    • Lucia Dupuis Le 21 octobre 2015 - Répondre

      Oui mais là on parle de notre fonction d’infirmière, ce qui est noté dans notre decret. Le reste c’est autre chose, très important mais on ne peut pas réclamer quelque chose pour avoir simplement voulu rendre service à nos patients.

  15. Clairelise VanEe Le 16 octobre 2015 - Répondre

    Sur Android bientôt? ?

  16. Valérie G. Féline Le 19 octobre 2015 - Répondre

    Bien sûr, il faut éviter les généralités, mais, me basant sur mon vécu professionnel, je pense que plus d’humanité et de respect seraient le meilleur outil de valorisation de la profession.

  17. Martine Lucidarme Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Les IDEL sont dans la rue
    Le 16 NOVEMBRE à PARIS et en RÉGIONS !!

    https://www.facebook.com/events/895500377208753/?ref=4&feed_story_type=308&action_history=null

  18. Yvette Lise Jeandet Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Dossier de soins =charge de travail supplémentaire non rémunérée. En plus on nous prend pour des cons en nous disant « c’est pour le patient « . Mon cul! C’est du pistage secu ni plus ni moins. Avec ou sans , si la cpam te réclame quelques choses , même avec toutes les preuves du monde …TU L’AS DANS L’OS!

  19. Silviana Tereva Le 8 novembre 2015 - Répondre

    .

    BNP PARIBAS désormais avec un taux d’intérêt de 2 %

    La banque BNP PARIBAS vient d’ouvrir ses portes pour les offres de prêt particuliers et ceci en toute sécurité puis-qu’étant moi même à la recherche de prêt , un ami m’a recommandé l’organisation CRÉDIT BNP entre particulier très honnête sur internet , une organisation de la banque BNP-PariBas . Et je viens d’obtenir mon prêt de 15.000€ au près cette organisation comme ça j’ai peu réalisé mes rêves . Vous qui êtes à la recherche de prêt d’argent entre particulier , je ne sais comment vous faire part de ma joie car c’est cette opportunité qui me permet de faire ce témoignage de CRÉDIT BNP-PARIBAS qui est prête à satisfaire tous ses clients dans les 72 heures suivant la réception de leur demande formulée . Je vous recommande alors d’adressez vos demandes à l’adresse E-mail : financerapide72h@gmail.com et celle ci en toute sécurité afin d’arrêter de vous faire escroquer par des hommes malintentionnés sur internet .

    Email : financerapide72h@gmail.com
    Tel : (0033) 0980301051

Laisser un commentaire