Quand le travail des infirmières et infirmiers libéraux est jugé sur une base…arithmétique !

Quand le travail des infirmières et infirmiers libéraux est jugé sur une base…arithmétique !

La récente décision du tribunal correctionnel de Montpellier atteste, que les infirmières et les infirmiers libéraux peuvent se faire entendre face aux reproches et condamnation des CNAM et autres organes administratifs. Mais comment faire pour justifier de sa bonne foi et de son intégrité ?

Du cas particulier au cas général, la défense des infirmières et des infirmiers libéraux

Nous nous sommes déjà fait l’écho des procédures, engagées par les autorités sanitaires contre les infirmières et les infirmiers libéraux. Ces réclamations d’indus se multiplient ces derniers mois, et le rapport de la Cour des Comptes, qui a suscité tant de réactions, ne devrait pas réduire le nombre de ces procédures. S’il apparait inutile de revenir sur l’origine de cette inflation procédurière de la part des Cnamts notamment, un exemple précis de ces actions judiciaires mérite d’être expliqué plus en détails, puisqu’elle a vu l’infirmière libérale incriminée faire reconnaitre le bien-fondé de ses arguments. Une infirmière libérale de Montpellier a été relaxée par le tribunal correctionnel, devant lequel elle comparaissait pour avoir… trop travaillé.

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie de l’Hérault a donc demandé le remboursement d’indus à cette IDEL, au prétexte que selon les calculs effectués, les 185.000 euros d’actes facturés entre 2011 et 2013 n’auraient pas pu être accomplis. Selon ces mêmes estimations, la CNAM soulignait donc que même des journées de travail de 24h00 n’auraient pas permis d’accomplir l’ensemble des actes infirmiers facturés. L’organisme a alors saisi la justice pour récupérer ce qu’il considérait être des indus, puisque comme l’explique l’avocat de la CNAM, Maître Cauvin : Soit les temps de soins étaient faux, soit la qualité de ces soins n’était pas au rendez-vous

Qualité ou quantité, quand le travail des IDEL(s) est remis en cause

Si nous évoquons ce cas particulier, c’est qu’il traduit (malheureusement) une situation qui a tendance à se multiplier. On ne compte plus les procédures de ce genre qui se multiplient et la suspicion, jetée sur la profession infirmière, par les magistrats de la Cour des Comptes, ne devrait pas apaiser cet accroissement spectaculaire des actions engagées contre les IDEL(s).

Le raisonnement (et donc les procédures qui en découlent) sont toujours les mêmes : on reproche aux infirmières et infirmiers libéraux un nombre trop important d’actes de soins. Dans tous les cas, les faits reprochés plongent les IDEL(s) des années en arrière, puisque les faits incriminés concernent des soins effectués deux, trois, ou même quatre ans auparavant. Cette chronologie rend la défense alors bien plus difficile, d’autant plus qu’au fil du temps, de nouvelles dérives se font jour comme, par exemple, le refus de considérer les soins effectués le jour d’une entrée ou sortie d’une hospitalisation comme justifiés.

Les procédures engagées reposent alors sur deux reproches récurrents : ou alors le nombre d’actes réalisés par l’infirmière ou l’infirmier libéral est trop élevé, et c’est alors la quantité qui est clairement visée (en clair, l’IDEL est accusé de fausses factures ?). Ou alors, c’est le temps passé à la réalisation de ces soins infirmiers, qui est contesté, et c’est alors au tour de la qualité des soins d’être pointée du doigt. (En clair, l’IDEL est accusé d’avoir mal fait son travail.).

Professionnalisme et suivi, la défense nécessaire des infirmières et des infirmiers libéraux

Dans le cas particulier de cette infirmière libérale montpelliéraine, les magistrats ont débouté la CNAM, estimant que les soins mis en cause pouvaient tous être prouvés, et qu’il est donc ainsi prouvé qu’aucun soin fictif ne peut lui être reproché. Mais c’est aussi la mauvaise utilisation de la nomenclature (NGAP) qui a été mise en avant avec la défense de l’IDEL de Montpellier. Les CPAM se bornent, en effet, à une application purement (oserait-on pousser le qualificatif jusqu’à bêtement) arithmétique.

Quelques minutes de moins ne retirent en rien la justification d’un AIS 3, par exemple, d’autant plus que la complexification des dossiers médicaux mais aussi le vieillissement de la patientèle des cabinets d’infirmières et d’infirmiers libéraux rendent quasi impossible l’analyse acte par acte.

Il ressort de cet exemple particulier, que si les CNAM doivent s’adapter (et donc mieux connaître l’activité quotidienne des IDEL(s)), les infirmières et infirmiers libéraux doivent se préparer à devoir se justifier plus fréquemment. Le recours à un dossier de soins électronique permet de satisfaire à cette dernière exigence. Quant à la première, le chemin va être long et difficile, tant la prise de conscience (de la CNAM et des autorités sanitaires) s’annonce difficile. Pour preuve de cette difficulté, le parquet s’est empressé de faire appel de la décision rendue au bénéfice de l’infirmière libérale de Montpellier ?

Infirmières et infirmiers libéraux, comment jugez-vous cette position de la CNAM vis-à-vis des soins, que vous prodiguez au quotidien ? Avez-vous déjà été confronté à pareille situation ? Et surtout, êtes-vous prêt à affronter cette expérience difficile et douloureuse ?

 

 

 

 

By | 2015-10-24T17:37:03+00:00 24 octobre 2015|IDEL au quotidien|189 Comments

189 Commentaires

  1. Bastino Lamour Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Bravo à elle et va te faire la sécu et ta logique de lerde

  2. Angele Angele Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Je dis bravo j me bat actuellement pour l absurdite des horaires de nuit que j ai compte pour des patients diabetiques ou j passe 3 x par jour donc a intervalles regulieres 7h 12h 19h mais comme pas les horaires non specifiees sur ordo on me demande un indus sur 3 ans !! Toutes mescollegues idem

    • Marina Chou Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Mon Dieu quelle plaie … Bon courage

    • Ay Sha Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Pffff….c’est hallucinant!

    • Pfffff incroyable! Perso pour éviter cela je fais refaire l’ordonnance par LE médecin traitant en lui demandant de noter les heures de passage sur l ordo comme ça j ai pas encore eu de soucis
      Mais il S acharnent vraiment sur les idel

    • Marie Hugeke Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Ce ne sont que des bureaucrates qui appliquent ce qu’ils ont appris
      Ils n interprètent pas, ne connaissent rien aux actes infirmiers
      Il faut que les médecins apprennent à rédiger des ordonnances correctement, et à ns de vérifier et à demander les détails.

    • Angele Angele Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Oui j pense qu ils feraient mieux de revoir les medecins et de les informer sur les ordos c est a dire faire de la prevention plutot que de depouiller les IDEL

    • Corinne Argeo Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Certaines caisses ne paient plus les tarifs de nuit ,même si c’est noté sur l’ordo

    • Angele Angele Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Au moins comme ca se serait clair

    • La-petite Carole Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Et ben on commencera à bosser à 8h ….comme des bureaucrates. ….

    • Nadia Echaouri Le 24 octobre 2015 - Répondre

      La-petite Carole mais rien ne nous en empeche

    • Geraldine Fernandes Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Sauf que si on commence qu’ à 8h en comptant 1h par toilette complète… on sera vraiment pas riche à la fin du mois… ?

    • Lola Cabello Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Oui pour passage de nuit .Les horaires doivent être spécifiés et l’ordonnance jointe à la demande de DSI …La Cpcam nous avait envoyée un courrier pour que l’on justifie ce passage de nuit par 1 ordonnance .

    • Angele Angele Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Nous pas un courrier une belle note d indus elle nous a envoye.

    • Sylvie Podgorski Le 25 octobre 2015 - Répondre

      En fait les médecins n’ont pas notre NGAP, pas plus que celle des autres paramédicaux, en effet c’est à nous d’aller leur expliquer pourquoi il faut précisément rédiger l’ordonnance. A plus forte raison pour les majorations de nuit à 18,30 € faire écrire l’horaire et non se contenter d’un « à 12 heures d’intervalle ». Et depuis le 14 octobre 2014, ne pas oublier de faire noter s’il s’agit d’une pathologie cancéreuse ou d’un malade immunodéprimé car la formulation de la NGAP a changé et on ne parle plus d’actes spécifiques mais de soins à des malades cancéreux ou immunodéprimés. Donc des hbpm chez un cancéreux sont cotés AMI1,50 et non AMI 1 chez un malade en ALD pour un diabète par exemple.

    • Isabelle Hannaert Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Nous aussi mais pas d accord !!! Pour la santé et le respect des patients on va tout de même pas obéir et faire des horaires sécu 9h 16h

    • Cathy Maka Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Bonjour. Je commence a 6h mais ne facture q les hbpm en nuit. Pourkoi on te réclame 3 ans alors q je pensais q au dela de 2 ans c trop tard ??

    • Sylvie Podgorski Le 29 octobre 2015 - Répondre

      Cathy Maka c’est trop tard pour se faire rembourser les soins mais je pense que comme pour les impôts c’est trois ans en arrière plus l’année en cours donc 4 ans. Donc ici, deux ans plus celle en cours.

  3. Bao Nguyen Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Bravo

  4. Frederique Chachoua Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Perso on fait les même horaires et on a jamais compté des nuits…

    • Marie Cozic Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Nous non plus …

    • Frederique Chachoua Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Et ça ne me viendrait pas à l’idée…

    • Michelle Poirier Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Idem…

    • Lise Desormeaux Le 24 octobre 2015 - Répondre

      En même temps si cest pas préscrit aucune raison de les facturer !!!

    • Frederic Maucherat Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Et bien vous avez tort de faire ce cadeau injustifié. On peut tranquillement continuer à nous exploiter

    • Frederique Chachoua Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Je trouve ça excessif… N’importe quelle INFIRMIÈRE LIBÉRALE commence a 7h voire avant donc à ce moment la elle devrait facturer tous ces actes faits avant 8h de nuit… C est n’importe quoi…

    • Angelique Cornu Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Et Pk pas??? Puisque avant 8h c’est nuit et après 20h aussi! Pk on ne coterai pas? Je vois pas où est le pb!

    • Lise Desormeaux Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Le prescription « tarif de nuit  » est au bon vouloir du médecin .. Meme pour des dextro x3/j certains refusent de les notifier sur l’ordonnance – donc ce n’est pas légal de facturer un tarif de nuit s’il n’est pas noté ! Soyons logiques !

    • Frederique Chachoua Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Je trouve quand même que certain(e)s ont peu de scrupules…???

    • Marie Hugeke Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Il y a des soins qu il ne faut pas tarifer en nuit, mais d autres peuvent l être, si c’est stipulé par le médecin et reconnu dans la nomenclature

    • Frederique Chachoua Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Évidemment mais jamais pour convenance personnelle de l’infirmière… Avec de telles pratiques je ne m’étonne plus que la profession que j’exerce depuis 20 ans soit pointée du doigt…

    • Loïc Astier Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Ou est ce pour convenance du patient

    • Claris Benedicte Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Idem…on commence de bonne heure pour convenance personnelle me semble t’il!

    • Anne Debomy Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Pas forcément des prise de sang a 5h30 du matin parce que le patient est agriculteur ou fait les 3 /8 non c pas par convenance personnelle celle qui commence à 7h ont bien de la chance

      • halize Le 26 octobre 2015 - Répondre

        si c’est à la demande du patient c’est à lui de régler le tarif de nuit……. non?

    • Angelique Cornu Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Je parle si il est stipulé sur l’ordonnance bien sûr! Pour ma part je le demande au médecin qui me le spécifie lorsque c’est le cas!!!! Et je vois pas Pk il faudrait s’en priver! Si pour vous c’est frauder …

    • Joelle Capdeville Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Anne Debomy c’est convenance du patient ,c’est à lui d’assumer quand même

    • Pour l’exemple de l’agriculteur, c’est pas une raison médicale de le piquer si tôt mais bien pour convenance personnelle… Du patient ! Donc à la charge du patient et non de la caisse…

    • Nadia Echaouri Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Anne Debomy c’est donc pour la convenance du patient c’est a lui de payer le tarif de nuit; commencer a 7 h n est pas une chance mais un choix pour ma part et c’est au plus tot jamais avant ; medicalement il n y a quasi rien qui le justifie…

    • Nadia Asc Le 24 octobre 2015 - Répondre

      On est bien d’accord qu’un tarif de nuit s’applique lors d’une sollicitation d’urgence ou de nécessité médicale ? Et que s’il arrive à l’idel de faire un soin avant 8h ou un après 20h sans nécessité médicale, il lui reste la possibilité de tarifer la nuit à son patient si cela lui tient à cœur d’être rémunérée ?!?

    • Nadia Asc Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Et oui Angélique désolée d’être acide mais oui c’est une forme de fraude et de surcroît avec un complice… Te soutiendra-t’il en cas de litige avec les caisses ?

    • Angelique Cornu Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Pour vous un patient qui ne sait ni faire son dextro, ni son insuline et qu’il mange à 7h car debout vers 6h30 et risque d’hypo c’est pas une nécessité médicale????

    • Claris Benedicte Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Soyons honnêtes, nous n’avons pas que des agriculteurs ou des patients qui se lèvent à 5h30!!!!

    • Claris Benedicte Le 24 octobre 2015 - Répondre

      Le patient doit qd mm s’adapter aux horaires de l infirmière. ..J ai moi même des patients diabétiques qui se lèvent a 6 h et qui n’ont jamais fait d hypo a 7 h…a nous d adapter les unités d’insuline après prescription médicale bien sur !

    • Joelle Capdeville Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Angelique ben non ce n’est pas medicalement justifié .vous avez beaucoup de chance d’avoir autant de DID dans vos patientele sans avoir obligation de les former ,d’ailleurs …beaucoup peuvent l’etre

    • Christine Orlowiez Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Alors pour vous s adapter au patient est une fraude.? Ok pour ps et pst pas de cotation de nuit mais pour les insx3 je vois pas pourquoi. Les personnes qui se lèvent tôt non pas non plus a subir la convenance personnelle des idel…. perso je pas de tôt parce qu’ il se lèvent tôt. Mais je côté de nuit que insx3. Je ne vois pas ou est la fraude.

    • Angelique Cornu Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Oui bien sur obligation de former une mamie incapable de comprendre Pk on l’a pique,alzheimer par exemple ou encore qqn qui est incapable de manipuler le matériel ( tremblements etc…) enfin bref on va pas faire débat pdt 5 ans continuez à vous faire exploiter, déjà qu’on l’est bien déjà!

    • Sylvie Podgorski Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Il y a un truc qui me chagrine… On parle d’exercice illégal de la profession quand l’ide n’est pas inscrit(e) au tableau de l’ordre. Mais n’y a-t-il pas exercice illégal de la profession quand le malade fait lui même ses soins car pas détenteur du diplôme d’état d’infirmier. N’y a-t-il pas incitation à l’exercice illégal de notre profession quand un médecin, une structure hospitalière demande au malade ou à un membre de sa famille de piquer ou de faire un pansement ? Nous devons encadrer et transmettre nos connaissances à des étudiants en soins infirmiers pour qu’ils obtiennent un diplôme certe, mais pourquoi devrait-on « éduquer » un malade, par soucis d’économie ? Je pense que c’est aussi, une incitation à l’exercice illégal de notre profession qui pourrait mettre en cause notre responsabilité si la personne commet une erreur une fois « éduquée ». Quand on parle éducation du malade moi je pense transfert de compétences et incitation à l’exercice illégale de la profession d’infirmière et à terme MORT DE NOTRE PROFESSION ! Cette réflexion je l’adresse aux gens qui sont élus pour défendre notre profession qui est une profession réglementée. Nous ne sommes pas juges, donc, nous ne pouvons pas juger alors pourquoi des non ide piquent ? A méditer…

    • Marie Marabou T Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Bonjour. Alors je suis un peu étonné de cette réflexion. Qu’il y ait que des ide pour faire ses soins sur prescription ok mais si les patients sont capables de gerer certains soins c’est quand meme mieux. Un patient de 50 ans mis sous insuline on va pas aller lui faire ses injections? Si le papy de 70 ans est capable de faire son dextro car il se leve a 5h30 il veut manger et il a juste une lantus le soir et que l ide passe juste le soir en surveillance et pour l injection tant mieux… aucun pratique illegale de la médecine où des soins c’est lui. Il soignerai tout le village ok mais c’est lui. Il va pas porté plainte contre lui meme en cas de problème et ca permet une liberté. Je trouve ca tres obtu et élitiste cette façon de voir les choses. Il faut que ce soit nous et personnes d autres car on est les seuls a pouvoir le faire?
      Et sinon quand je peint moi meme les murs de ma maison ou que je retape ma maison je pratique illegalement la maçonnerie plomberie et peinture?
      Encore une fois les choses sont réalisés en pleine conscience des choses par des pros mais elles peuvent etre tres bien réalisé par d autres. Les paraplegiques vous croyez qu’ils attendent l ide lib pour faire leur extractions fécales?
      Voilà mon point de vue. quoi qu’il en soit aimer votre métier car c’est bien l’un des plus beaux. .. meme si on est mal considéré dans ce pays. Les gens comptent sur nous.

    • Sylvie Podgorski Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Marie Marabou T il y a quelques années de cela alors que nous étions encore aux francs, un médecin militaire a été condamné à 1 francs de dommages et intérêts ( pour la forme mais le jugement est en faveur de notre profession) pour incitation à l’exercice illégal de la profession d’infirmier car il avait précisé sur son ordonnance que le malade ou un membre de la famille pouvaient faire des injections d’hbpm donc un tribunal a reconnu les faits à l’époque. Ce n’est pas élitiste puisque notre diplôme est réglementé donc en effet dans l’absolu il faut être diplômé . Ce n’est pas le malade qui porte plainte contre lui mais un infirmier qui protège son exercice et pas contre le malade directement mais contre l’incitateur à exercer sans qualification requise.

    • Sylvie Podgorski Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Marie Marabou T je vous ai trouvé une infos sur ce sujet : Professions réglementées : exercer en France avec un diplôme européen
      Publication : 3 février 2014
      Quelque 80 professions sont réglementées en France : pour les exercer, IL FAUT POSSEDER un diplôme spécifique. Dans certains cas, il est possible d’obtenir une autorisation d’exercice, si vous avez décroché votre diplôme dans un autre pays de l’Union européenne. Architecte, chirurgien-dentiste, infirmier en soins généraux, médecin, pharmacie, sage-femme, vétérinaire… Ce dossier présente les procédures particulières de reconnaissance des qualifications pour ces différentes professions TRES ENCADREES. Professions réglementées : un droit d’exercer le métier
      Avocat, clerc de notaire, médecin, masseur-kinésithérapeute, assistant de service social, expert-comptable, mais aussi moniteur d’auto-école, coiffeur… Pour exercer une profession réglementée, il faut présenter la preuve que l’on possède les compétences requises. Un titre ou un diplôme reconnu par l’Etat français est alors le seul gage admis de ces acquis. Pour autant, il est parfois possible d’obtenir une autorisation d’exercice lorsqu’on a suivi sa formation dans un autre pays de l’UE (Union européenne). Différentes procédures, variables selon les professions, permettent de faire reconnaître sa qualification professionnelle. Elles concernent également les diplômes obtenus dans les pays adhérents de l’Espace économique européen (Islande, Liechtenstein, Norvège) et en Suisse.rofessions de santé
      Professions de santé
      EN FRANCE TOUTES LES PROFESSIONS MEDICALES ET PARAMEDICALES SONT REGLEMENTEES. Certains diplômes obtenus dans le cadre européen donnent automatiquement droit à exercer. Les autres sont examinés au cas par cas.
      Reconnaissance automatique des diplômes
      Les professions d’infirmier en soins généraux, de médecin, de pharmacien, de sage-femme, de chirurgien-dentiste, bénéficient du principe de reconnaissance automatique des diplômes d’un pays de l’Union européenne à l’autre. Des listes spécifient les titres qui permettent d’exercer ces professions. Pour la médecine générale, sont, par exemple, reconnus le certificat de medic specialist medicinã de familie délivré en Roumanie et l’Arrêté ministériel d’agrément de médecin généraliste obtenu en Belgique.
      D’autres diplômes que ceux qui figurent sur ces listes peuvent être reconnus à condition d’être accompagnés d’une attestation de conformité délivrée par le pays d’origine.
      Reconnaissance à titre individuel
      Un diplôme permettant l’exercice d’une profession de santé dans un pays de l’UE sans bénéficier d’une reconnaissance automatique peut, néanmoins, être accepté à titre individuel. Il faut pour cela suivre la procédure du régime général de reconnaissance des qualifications professionnelles. Le contenu de la formation suivie fait l’objet d’un examen approfondi. La délivrance d’une autorisation d’exercice peut être conditionnée par la réussite à un examen ou la réalisation d’un stage probatoire. S’informer auprès du Conseil de l’Ordre de chaque profession.
      Les professionnels paramédicaux qui ne bénéficient pas de la procédure de reconnaissance automatique, par exemple les infirmiers spécialisés (bloc opératoire, anesthésistes, puéricultrices) et les kinésithérapeutes, passent obligatoirement par la procédure du régime général. Ils doivent adresser leur demande à la DRJSCS.

    • Sylvie Podgorski Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Marie Marabou T c’est bien parce que j’aime mon métier depuis 31 ans de diplôme « réglementé » et que j’exerce avec passion que j’aimerai pouvoir le protéger et le voir évoluer dans le bon sens. Je n’ai plus que 15 ans à faire mais que sera l’avenir pour nos collègues à venir et leurs malades (dont nous serons) si nous ne nous remuons pas à le sauver aujourd’hui en utilisant les lois existantes que beaucoup méconnaissent ?( Je ne prétends pas connaitre le droit mais j’aime me renseigner sur ce qui me concerne dans tous les domaines de ma vie). Donc toujours dans l’absolu, un diabétique ne devrait pas se piquer seul ;). Il faudrait que tout(e)s les ide de France et de Navarre aillent dans le même sens pour essayer de sauver notre profession qui, elle, n’est pas reconnue depuis des siècles contrairement à d’autres comme celles de médecins, avocats, notaires etc… qui traversent le temps sans soucis. Voilà donc mon point de vue sur la pratique de notre profession et en particulier en libéral, en ce moment.

    • Graziella Sanchez Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Waou je suis impressionnée, de toutes ces différentes idées sur la question, les avis sont diverses,mais tellement semblables, ce qui l en ressort, c’est la responsabilité, le bien être du patient, mais aussi le besoin de reconnaissance dans notre métier, et ça passe aussi par le fait de vouloir bien gagner sa vie, une ide se lèvera le matin et ne sera jamais absente pour un rhume, elle ne coûte pas cher à la secu pour sa propre santé, elle sera auprès du patient autant de fois qu il faut !! Qu elle soit payé !!!! Pourquoi l état doit il être toujours gagnant !!!

    • Sylvie Podgorski Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Graziella Sanchez très bon résumé ! L’état est gagnant parce que nous ne nous levons pas tous et toutes comme un seul homme. Le manque d’organisation pour se soulever de concert est flagrant. Les avocats, les médecins, les routiers se mettent en grève mais les infirmiers : non ! Pourtant il y a une trentaine d’années le mouvement infirmier avait été fort ( j’en étais et pourtant non syndiquée). Aujourd’hui, nous râlons mais ne bougeons pas…Si nous nous mettions toutes et tous en grève en même temps,quelque soit la forme d’exercice ( libéraux, salariés du public et du privé) l’état se trouverait dans l’obligation de lancer des réquisitions pour assurer les soins (et à mon avis cela va les occuper un moment) ce qui marquerait les esprits de tout le monde y compris des malades qui pour certains ne se rendent pas compte de notre situation. L’individualisme, l’immobilisme servent l’état tout simplement.

    • Graziella Sanchez Le 26 octobre 2015 - Répondre

      C est encore notre conscience professionnelle qui fait défaut et l état en use bcp, c’est quaremment énervant

    • Graziella Sanchez Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Les autres corps de métier ne laissent pas des gens malades dans un lit, il est là le problème, les grèves énervent le public, mais personne n est en danger de vie ou de mort

    • Graziella Sanchez Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Mobilisons nous, c’est tout ce qui a à faire

    • Moi non plus

    • Joelle Capdeville Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Angelique Cornu toujours dans l’exces ,je ne dis pas que doivent etre forme les patients alzeimer ,mais et ils sont nombreux ceux qui peuvent et doivent l’etre .le diabete est la patho par excellence de l’autonomie requise

    • Mag Joly Le 30 octobre 2015 - Répondre

      Je suis d’accord avec toi Joelle Capdeville. La nounou de ma fille, ses profs, les employés de la cantine étaient tous formés pour le suivi du diabète et heureusement! Aujourd’hui, à 14 ans, elle est fait tt toute seule. Qd serait il de sa vie si effectivement, elle devait obligatoirement avoir recours à une ide?? On lit Tt et n’importe quoi ici, Ca en devient pathétique

  5. Nathalie Do Nascimento Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Anne seret

  6. Sophie Durand Perelli Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Quelle bande de voleur !

  7. Emmanuel Trujillo Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Thomas Vincent

  8. Shana Lou Le 24 octobre 2015 - Répondre

    David de Pinho lit ça

  9. Ingrid Cb Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Il y a 2ans un Mr a eu gain de cause jusqu’en cassation (donc jurisprudence ) pour la notion de temps avec ÀIS. Je comprends pas pourquoi ils attaquent encore les IdEL

    • Marie Line Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Parce-que beaucoup ne savent pas et remboursent. Qui ne tente rien n’a rien…

    • Sylvie Podgorski Le 25 octobre 2015 - Répondre

      A Ingrid Cb et aux autres du reste : parce que le 12 mars 2015 la cour de cassation dans deux arrêtés de la deuxième chambre civile a clairement fixé le principe que l’AIS3 est bien assimilé à une durée de 30 minutes. La cour a aussi fixé une limite à 34 ASI3 par jour, soit l’équivalence de 17 heures de travail, sans compter les déplacements. Si j’ai l’information, je suis certaine que les caisses l’ont aussi, donc les contrôles ne font que commencer ! Voilà pourquoi les CPAM attaquent les IDEL 😉

    • Ingrid Cb Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Donc il y a eu une jurisprudence plus récente

    • Ingrid Cb Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Ok merci pour info

    • halize Le 26 octobre 2015 - Répondre

      parce qu’il y a une cassation récente qui dit AIS3=30MN effective!!

  10. Erick Lacube Le 24 octobre 2015 - Répondre

    J aimerais savoir si c est le syndicat qui l ‘a aidé….. le celebre conseil de l ordre qui l a soutenue ….ou si c est un avocat payé par ses propres deniers qui l a aidé?

    • Laetitia Fihri Fassi Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Excusez moi messieur mais il me semble que vous parlez sans connaissance… êtes vous de la profession? Nous travaillons dure et bénévolement dans le soutiens de nos collègues en commission par exemple!

    • Erick Lacube Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Et bien je sais de quoi je parle…cela fait 19ans que je suis libéral et lorsqu il y a 15 ans on m a demandé de rétrocéder des honoraires suite aux quotas, sachez que je me suis desyndiquer a ce moment car je n ai eu aucun soutien de mon syndicat le fni de l époque… que j ai pris un avocat spécialisé en droit des affaires sanitaire et sociale et que ce sont mes deniers qui m ont permis de gagner …alors oui ma question je la pose en connaissance de causes et oui je pose cette question pour savoir si les syndicats qu on paie et l ordre que nous payons aussi travaillent pour nous ou pour les cpams qui se prenne pour des tribunaux! !!!

    • Aurelie Laventure Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Bonjour, tu as du rembourser des honoraires versés à une remplaçante?

    • Erick Lacube Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Non j aurais du rembourser un dépassement de quotas. …or les syndicats de l epoque m ont dis grosso merdo …vous etes un vilain ide vous n avez pas respecter les quotas …non madame je travaillais dec5h30 a 13h et de 16h a 21h…..et ce ne sont pas les ais mais les ami que j ai fait exploser….et bien ca n a servie a rien je me suis donc demerder tout seul. …merci lol

    • Magalie Quinton Le 25 octobre 2015 - Répondre

      L’adhésion au syndicat n’est pas une obligation donc tu ne paye pas si tu n’est pas syndiqué mais il est vrai que beaucoup idels ont remboursé à cause des quotas ce sont toutrefois les syndicats qui les ont abolis…

    • Erick Lacube Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Non mais le soucis n est pas d etre syndiquer car je le suis …..ma question est ..est ce que cette infirmière liberala a était soutenue par ses pairs ou a t elle etait obligé de prendre seule sans soutiens de ses pairs un avocat.

    • Joelle Capdeville Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Erick Lacubeje me souviens de cette epoque ou effectivement les quotas portaient aussi sur les AMI .il ne fallait pas il me semble depasser 24.000 coefficients d’actes à l’année

    • Erick Lacube Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Tout à fait. ..lol

  11. Arnaud Seibel Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Il est dommage que l’article ne référence le texte précis du délibéré. Du coup il est impossible de se forger un avis objectif de la situation. En particulier en voulant prendre fait et cause pour cette IDEL, je ne peux me fonder sur rien puisqu’il manque tous les arguments de chacuns et du délibéré.

  12. Magaly Briois-Pillot Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Angeline Couchot Sylvie Gomérieux Fontaine rien ne sert donc à se borner à compter nos AiS en demie heure pleine

  13. Jacques Samoun Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Moi infirmier a do

  14. Jacques Samoun Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Moi Ide Liberal depuis 1989 la Secu m a condamné z verse en 1996 200000 d honoraire pr dépasser de quotas après 10 à de procédure en 2008 j ai été blanchi mais on ne m as pas rembourse des dix ans d avocats à 3000 euros par an

  15. Coucou Ide Le 24 octobre 2015 - Répondre

    Et bien messieurs dames waouhhh la super solidarité entre infirmieres quand je lis les commentaires……
    Rien etonnant que dans notre professions tous fou lecan
    Et que de toute façon que ce soit a l hôpital en clinique ou en libéral finie la mentalité de se soutenir entre nous GRRRRRRRR

  16. Patricia Lopez Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Certains commentaires me font peur …je me demande comment vous faites pour commencer à 7 h ou plus tard …parler d’horaires de convenance personnelle ..on se croirait vraiment avec des bureaucrates et non des IDEL .certains font la morale j’aimerais bien voir leur tournée …je commence à 6h20 et ce n’est pas pour convenance Perso sinon je resterais au lit jusqu’à 9 h ..j’ai effectivement des insulines en tarif de nuit ,des anticoagulant avec 12 h d’intervalles ou même des perfs ou je passe 7 fois par jour et oui …je ne pense pas voler ce que je facture et certains commentaires moralisateurs me font craindre qu’en cas de durcissement des CPAM il y ait plus d’absents que de présents …

    • Magalie Quinton Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Si tout est formellement prescrit sur ordonnance cela ne pose pas de pbl … Nous sommes une profession qui acte sur prescription ne l’oublions pas …

    • Christine Orlowiez Le 25 octobre 2015 - Répondre

      effectivement si je pars tôt c’est bien qu’il y a du travail sinon comme tous j’aimerais commencer plus tard.je ne crois pas voler ce que je gagne?(pour les moralisateurs)on ne peut pas tout faire certes mais il faut pas non plus ne rien compter ou alors pourquoi se plaindre des actes a 1/2 et gratuit ?

    • Corinne Sotiriou Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Bravo merci

    • Géraldine Urban Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Libérale de veut pas dire corvéable!

    • Audrey Dacosta Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Oui Patricia Lopez les commentaires me font aussi peur! Car nous commençons à 5h et avons aussi des insulines en tarif de nuit! Aux dires de certains de nos confrères nous sommes dc des voleurs?? Je ne pense pas non plus !

    • Joelle Capdeville Le 27 octobre 2015 - Répondre

      pas de vos confreres mais de la secu ,et ce sont les termes qu’elle ecrit .Et non le fait de commencer tot ne justifie pas un tarif de nuit ,pas plus que le terme :à jeun .J’ai peur pour vous moi ,en lisant vos coms ….

    • Patricia Lopez Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Joëlle je pense que vous faites une amalgame le fait de commencer très tôt effectivement ne justifie pas bien évidement un tarif de nuit on parle de tarifer des anticoagulants ou des injections d’insuline ou les horaires sont clairement écrit noir sur blanc .Il y a une législation nous l’appliquons …si nous commençons tôt nous ne facturons pas pour autant …apprenez à lire correctement les commentaires car moi ça me fait peur car si certains lisent les ordos de la même façon ….

    • Zouzou Isabelle Snd Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Perso je commençais à 7h et pas avant sauf pour les actes prescris avant cette heure et donc en tarif nuit . Idem pour les prises de sang . Toutes les autres professions libérale ne se gênent pas pour vous faire payer la majoration nuit ou dimanche sans parler des frais de déplacement (ex: plombier , électricien ou autres ) je suis une infirmière et pas une esclave !!!!
      Très occasionnellement j acceptais de venir plus tôt mais pour de bonnes raisons et pour une patientele habituée ou ancienne.

    • Joelle Capdeville Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Patricia Lopezil ne suffit pas que ce soit prescrit il faut surtout que ce soit medicalement justifié et c’est tres rarement le cas

    • Pour le lovenox insuline…..Le Tass te démontrera qu il ni a aucune justification médicale pour respecter les 12h entre 2 lovenox…. ….que cela peut être fais avec 11 h45 d intervalle donc pas de nuits

    • A moins que les horaires soient inscrits sur ordo

    • Joelle Capdeville Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Geraldine même pas ,helas et le medecin traitant ne peut pas aller contre l’avis du medecin conseil.par experience c’est souvent l’IDEL qui demande de noter un horaire

    • Elo Rac Le 28 octobre 2015 - Répondre

      allez allez arrêtons de nous tirer dans les pattes ! C’est pas une collègue qui pond les lois ! et comme dis Mickey 3D : « il faut toujours viser la tête … »

    • Edith Malzac Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Si nuit prescrite pourquoi ne pas la compter alors qu il y en a qui font pire et puis on est pas des bonnes soeurs mince alors..certains commentaires me gonflent et viennent toujours des memes personnes!!!on bosse et la mo

    • Edith Malzac Le 28 octobre 2015 - Répondre

      La moindre des choses c est d avoir un salaire decent quand meme non?

    • Edith Malzac Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Joelle etes vous infirmiere a la retraite ou alors etiez vous salariee a la cpam pour defendre la caisse en permanence et non votre profession dirait on?????y a pas que des gens qui abusent on passe pour quoi nous qui bossont???

    • Mandy Diverchy Le 29 octobre 2015 - Répondre

      Elle ne défend pas la caisse elle vous explique son vécu et son expérience et la réalité du terrain face aux contrôles

    • Aurélie Bailly-Nonat Le 29 octobre 2015 - Répondre

      Moi je suis passée au tass
      Hbpm curatif avec 12h intervalle prescrit le medecin conseil a décidé que c’était inutile
      Indu sur la totalite des passages de nuit
      Je connais Joelle Capdeville et quand tu passes au tass crois moi tu peux gueuler
      On vient te chercher chez toi avec les menottes
      Tu fais 6h de garde a vue
      Tu es traitée comme une criminelle
      Tes patients auditionnés
      Ton nom affiché partout a la cpam pour annoncer que tu es en contrôle

    • Aurélie Bailly-Nonat Le 29 octobre 2015 - Répondre

      J’ai failli finir en prison pour un ais3 le matin
      Chez une patiente
      Alzheimer
      Tension
      Levé
      Douche
      Habillage
      Contention
      Médicament
      Collyre
      Elle allait chaque jour en hdj a 11h
      Il m’a fallu batailler
      Courriers medecin
      Hdj
      Infirmière
      Taxi
      En gros mes soins étaient inutiles je faisais de la facturation abusive
      Car tout aurait du etre fait en hdj
      Alors quand on explique nos cas croyez nous
      J’ai failli me foutre en l’air
      Ca a brisé ma vie
      Et comme la cpam sait pas évaluer le prejudice
      Elle exige la.totalité de ce que tu as gagné
      Et des.dommages
      Alors oui j’ai gagné
      Mais a quel prix

    • Joelle Capdeville Le 29 octobre 2015 - Répondre

      il semble que juste la calciparine necessite ces 12h d’ecart pas les autres Hbpm, mais comme chacune fait sa sauce ,c’est tres compliqué et profondement injuste

    • Joelle Capdeville Le 29 octobre 2015 - Répondre

      Edith Malzacje suis en retraite ,j’ai subit un controle avec visite de toute ma patientele et tout ce qui va avec .je ne defend pas la caisse ,j’essaie d’appliquer au mieux la nomenclature et les textes qui nous regissent ,meme si ils sont obsoletes ,pour l’heure il n’y a rie d’autre à faire .Tnt mieux pour toutes celles et ceux qui passeront au travers de ces controles maispour en revenir au tarif de nuit ,il n’est effectivement remboursé que si il est medicalement justifié, ,prescrit ou pas par le medecin mais personne ne nous empeche de nous faire payer à notre juste valeur ,je suis toujours etonnée de lire que pour beaucoup ,non remboursé = gratuit .et bien non tout travail merite juste salaire ,se faire payer c’est assumer sa cotation

    • Marie Anne Le 30 octobre 2015 - Répondre

      J ai fait formation cotation orion il u avait des idél qui faisait 3 passage insuline donc une de nuit avec horaire prescrit sur ordo la secu leur à demande à elles de le justifier ce qu elles ont fait la secu à tel au doc il y a t il besoin de passer à ces horaires la ben non il a dit 8/12/19/30 c est bin et ben mesdames on remboursé !!!!

  17. Nous avons choisi d’être conventionné, la contrepartie est l’application de la nomenclature qui est loin d’être claire !

    • Steph Pique Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Choisi….
      On a pas
      Vraiment le choix si on veux travailler

    • Nadine Epicée-Tout Le 28 octobre 2015 - Répondre

      La nomenclature est très claire…. Mais pas honorable pour notre profession. Comme beaucoup de cas dans notre pays Malheureusement les règles doivent être respectées….
      La route, la fiscalité, les rapports avec les administrations…..etc Pas de choix… Accepter et se soumettre……

    • Je trouve que la nomenclature n’est pas claire du tout, j’ai toujours des doutes pour la facturation…quant à accepter et se soumettre , c’était comme ça en 1940, sous Vichy, pas d’accord.

  18. Emilie Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Il faudrait que l’un d’en eux, dans chaud département viennent faire la tournée avec nous durant quelques jours! qu’ils voient la réalité du terrain !! #vismaviedinfirmiereadomicile

  19. Pauline Joube Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Richard Lavogiez

  20. Ludovic Volnay Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Imane Ko, certains commentaires me font bien rire.

    • Imane Ko Le 25 octobre 2015 - Répondre

      ?

    • Ludovic Volnay Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Bientôt, il faudra culpabiliser parce qu’on se facture des tarifs de nuit prescrits.

    • Imane Ko Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Le Problème c’est que les horaires ne sont pas précisés sur les ordos..
      Ma foi d’un côté je comprends les indus, la cpam n’a pas de boule de cristal.
      Il faut que certains comprennent qu’il faut malheureusement être super carré!

    • Ludovic Volnay Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Oui, l’idel qui se facture des tarifs de nuits non écrites sur l’ordonnance, c’est normal qu’elle paye des indus.
      En revanche, quand je vois que certaines ne se payent pas les tarifs de nuits qui sont prescrits parce que c’est « fraudé »… Je ne saisis pas tout.

    • Imane Ko Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Ma foi tant pis pour eux s’ils n’ont rien compris à la nomenclature

  21. Steph Pique Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Il Faudrais que cela cesse
    Mis à part stresser des milliers de personne quel intérêt
    Pourquoi ne pas plutôt réfléchir de façon objective a une politique de Sante préventive dans lequel les IDEL sont le pied de voûte

  22. Bensalah Amor Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Quand il s’agit d’une injection de hbpm curative x2 /jour..il faut que ce soit espacé de 12 heures d’intervalle..c’est forcément un tarif de nuit le matin ou le soir..que ce soit écrit ou pas sur l’ord..

    • Magalie Quinton Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Faux! Si ce n’est pas inscrit pas de tarif de nuit !

    • Bensalah Amor Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Non ce n’est pas faux!..moi je le facture ainsi..si besoin je suis capable d’ argumenter..entant que soignant..ni exécuteur..ni épicier..

      • Idenice Le 30 octobre 2015 - Répondre

        Bonjour
        Tu devrais faire attention car médicalement 12h d intervalle ne veut pas dire obligatoirement tarifs de nuit.
        En effet les médecins ne te soutiendront pas car 12h c’est comme 11h45 et donc tu peux faire ta piqûre à 8h01 et 19 h 59 et donc sans tarifs de nuit!!!! Malheureusement c’est arrivé et l’ide a perdu contre la CPAM
        Il faut faire marquer les horaires et je vais même plus loin : de nuit ne suffit pas! En effet l’été il fait nuit a 21h passé et l’hiver à 17h30!!! Oui oui c’est aussi absurde que ça !!! Seul des horaires sont valables pour ne pas avoir de soucis ensuite !!!
        Bon courage à tous

    • Inco Gnito Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Non pas faux! C est l un des seuls soins qui le justifie! Ainsi que les perfusions

    • Magalie Quinton Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Vous travaillez sur prescription où faites vous déconventionner .., à faire cela vous êtes en fraude aucun argument n’est valable sans prescription

    • Stéph Briset Le 25 octobre 2015 - Répondre

      Faux,au tribunal ils vous diront que vous pouviez passer à 8h05 et 19h55 car on n’est pas à 10 min prêt au point de mettre en danger la vie du patient

    • Bensalah Amor Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Si vous le dites..

    • Joelle Capdeville Le 26 octobre 2015 - Répondre

      juste pour la calciparine semble-t-il pour les autres hbpm les 12h ne seraient pas expressement requises

    • Idel Chris Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Sans tarif de nuit inscrit sur l’ordonnance, vous êtes en fraude selon les Cpam. Le risque d’indus est très important! Et même si il est prescrit ils contestent de plus en plus!

    • Céline Rodrigues Le 26 octobre 2015 - Répondre

      En formation on nous a dis qu’en jurisprudence on perd sur ce cas car comme dit steph briset on fait 8h05 et 19h55… Ç est désolant… Mais malheureusement comme ça… D ou faire les ordos avec 7h 19h ou 9h 21h…

    • Julien Landais Le 26 octobre 2015 - Répondre

      Moi en formation et la cpam m’on dit que injection hbpm 2 fois par jour=1 tarif de nuit
      Et ce n’est pas inscrit forcement sur la pres.. Chaque cpam y va de ces propres interpretations biensur..

    • Bensalah Amor Le 26 octobre 2015 - Répondre

      L’histoire de 8h05 19h55 n’a pas de sens,medicalement parlant..maintenant si la cpam veut tordre le cou à la médecine..c’est autre chose..dans la médecine il n’ya pas de « on n’est pas à cinq mn près »..calciparine x2/j..c’est à 12 h d’intervalle..le problème du tarif de nuit c’est que chaque cpam a sa propre interprétation…

    • Damien Schatteman Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Pour ce cas: qd vous travaillez dans un service et qu il y a 30 hbpm, vous ne pouvez pas les faire en même temps… Il existe donc forcément un decallage d environ 1 heure… , tolérable …( puisq le collègue précédent a commence plus tôt, ou a fait son tour plus vite etc…)
      De plus, dans les services de chir , il est parfois demande de decaller l heure de l injection…. Cela pour dire que les 12 h d écart…..: bof bof….
      De ce fait: passage ok juste après et avant tarif de nuit…
      Si vous êtes dans le cas de passer tts les 12 heures: passer a 8h puis 20hoo qui n est pas des tarifs de nuit ( ou 8h01 et 19h59 pour les personnes qui chipotent!)

    • Bensalah Amor Le 27 octobre 2015 - Répondre

      8h et 20h c’est des tarifs de nuit

    • Isabelle Hannaert Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Logiquement oui sauf que les non diplômés ne le savent pas !!! Moi ils m ont noté dans leur requête que j avais fait de l insuline matin soir à un patient sauf que c était anticoagulants… Dans ma reponse j ai joint copie du Vidal où il est noté 12h intervalle

    • Julien Landais Le 27 octobre 2015 - Répondre

      Rectification j’ai eu La secu « de la reunion » si calci 2fois par jour il faut que les horaires soit noté sur la pres.. Meme si ca nous parait logique et ca l’est.. Il faut que ca soit specifié sur l’ordo!!!

    • Nadine Epicée-Tout Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Malheureusement pour ce cas précis tout dépend des Caisses. Ici en Charente il nous a bien été précisé qu’il fallait que soit mentionné le texte suivant :  » À 12 heures d’intervalle IMPÉRATIF  » en revanche à 60 kms dans le Bordelais tout le monde facture des tarifs de nuit sans ce libellé !!!!

    • Nadia Gourio Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Moi j’aimerais savoir où il est inscrit dans la ngap que le tarif de nuit s’applique s’il est écrit sur la prescription ? Je vois juste majoration de nuit avant 8h et après 20h. Ça serait bien d’avoir un texte clair à ce sujet non ?

    • Flo Martin Le 31 octobre 2015 - Répondre

      Il faut que Ca soit inscrit sur l’ordonnance , même si c’est logique

  23. Chouquette Duf Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Géniale

  24. Chouquette Duf Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Formidable nouvelle

  25. Coucou Ide Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Ne oas chipoter pour un oassage de nuit que cela soit convenence perso du malade ou pour respecter les 12h d écart ou tous simplement acte fait avant 8h
    On devrait plutôt etre solidaires pour justement nous payer les actes que l on fait
    Et arreter les demis ou gratuits
    Voila pourquoi on devrait se battre tous ensemble
    Et que ce soit a l hôpital ou en liberal avoir une qualité de soins qu on avait il y a plus de 20ans

  26. U ils arrêtent un peu de nous em….r la CPAM qu ils fassent autant d heures que nous 7j/7 après on pourra discuter

  27. Fath Ac Le 25 octobre 2015 - Répondre

    Sousou Afk

  28. tdidel59 Le 26 octobre 2015 - Répondre

    Il n’y aura pas de nouveau débat pour légiférer là dessus, ni même de prise de conscience de nos politiciens car lorsque vous regardez les professions occupées par nos chers députés. Il y a une part importante de médecin. Ils vont pas cracher dans leur propre assiette. La nomenclature ne répond plus à la réalité du terrain. Comment expliquer la différence d’indemnisation des frais de déplacement entre idel, kine et généraliste. C’est absurde. Installer depuis peu on ne vous explique rien comment voulez vous ne pas faire d’erreur ou autre.

  29. Joelle Guantiero Le 26 octobre 2015 - Répondre

    Infirmiers,infirmières ,médecins sont des hommes et des femmes qui soignent les êtres humains que nous sommes .Ce n’est pas de l’arithmétique pour moi mais se sont des hommes et des femmes courageux et avec un métier difficile .

  30. Christiane Guillemot Le 26 octobre 2015 - Répondre

    oui je confirme pas de bisnesse une morale dans laccompagnement des malades et de leurs familles

  31. Vivi Sylvie Le 26 octobre 2015 - Répondre

    Superbe

  32. Isabelle Le 27 octobre 2015 - Répondre

    Qd j’entends parler d’horaires de nuit avant 8h et après 20h je suis sidérée… Pour tous les IDE qui n’ont pas choisi le libérale, les heures de nuit s’est après 21h et avant 6h…

  33. Isabelle Le 27 octobre 2015 - Répondre

    Qd j’entends parler d’horaires de nuit avant 8h et après 20h je suis sidérée… Pour tous les IDE qui n’ont pas choisi le libérale, les heures de nuit s’est après 21h et avant 6h… ça ne me donne pas envie de devenir libérale

  34. lili Le 27 octobre 2015 - Répondre

    C’est triste de lire des commentaires sans fondement, le métier n’est plus respecté, une nomenclature incompréhensible, qui date de matu, nous sommes attaqués de partout, Est-ce que nous sommes dans les soins auprès des personnes, ou bien nous sommes des livreurs, les caisses nous payent en heure, c’est stupide, est ce que le médecin, le kiné, l’orthophoniste et bien d’autres professionnels de santé sont rémunérés en heure, je pense que non, donc la nomenclature des AIS doit être révisée pour que les IDLS travaillent dans la sérénité et le respect.

  35. Laetitia Thorel Le 27 octobre 2015 - Répondre

    je vien de m’installer en libérale et la nomenclature les codage et tarification j’y comprend absolument rien. est e qu’un de vous pourrez m’aider

    • Nadine Epicée-Tout Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Comme il nous est imposé 1 formation Obligatoire par année je te conseille vivement de t’inscrire sur OGDPC et pour 2016 tu choisira une formation à ta guise…. Et notamment celle sur la nomenclature et les actes professionnels qui à mon avis devrait être proposée à chaque nouvelle installation……

    • Laetitia Thorel Le 29 octobre 2015 - Répondre

      merci beaucoup je vous ça avec la sécu ce jour

  36. Flo Martin Le 28 octobre 2015 - Répondre

    Je pense que malheureusement les médecins ne sont pas assez formé pour nous faire des ordonnances correctes avec toutes les mentions nécessaires !

    • Sylvie Podgorski Le 28 octobre 2015 - Répondre

      Tout à fait d’accord avec vous Flo Martin, quand il y a un soucis, je me rends avec la NGAP chez le médecin prescripteur pour expliquer pourquoi on demande de préciser la prescription et à chaque fois c’est le même étonnement. Ah bon ! De même, la notion de malade cancéreux ou immunodéprimés ne leur dit rien. Idem pour les perfusions dont les cotations qui sont changées depuis le 14 octobre 2014, les collyres, les bas de contentions, l’ablation de redons que l’on ne doit pas retirer à domicile etc,etc…Quand je leur parle des séances de soins infirmiers même si je n’en fais pas :là non plus, ils connaissent pas ou ne veulent pas entendre parler de la DSI et limitent la séance de soins infirmiers à « aide à la toilette’, ‘toilette » et  »nursing’ et quand je leur demande ce que cela signifie pour eux : la réponse est aucune idée, à vous de savoir ! Je remarque aussi que de nombreuses collègues ne savent même pas elles-même et je crains qu’avec la notion de demi-heure pour un ais3 effective depuis un jugement de cassation de mars 2015, la sécu va se régaler à réclamer des indus.

    • Jeremy Beldon Le 29 octobre 2015 - Répondre

      Certains Medecin n arrivent déjà pas a établir une pmt …. Alors une ordonnance…

  37. Sarah Djemili Le 28 octobre 2015 - Répondre

    Céline Dumont

  38. Mickael Frebourg Le 29 octobre 2015 - Répondre

    Moi qui travail dans le privé quand je bosse avant 7h c est des horaires de nuit et quand je vois ma femme ide qui bosse comme une dingue sans mutuelle comme nous sans CE je me dit que vous êtes bien bête de vous tirée dans les pattes comme ca soutenez vous on a de la chance de vous avoir et votre métier est tellement dur par rapport au autres penser au prof eux il sont mains dans la mains et il y gagne enfin je dit ca je dit rien ç est juste pour les aigries félicitation à vous toutes vous êtes des GUERRIERS comme dirait l’autre

  39. Claire Boulet Le 29 octobre 2015 - Répondre

    Ce que je vois parlais tous ces commentaires, dont certains sont bien agressifs et parfois méprisants envers leurs collègues, c’est que le conditionnement des infirmiers dès la formation est toujours efficace. On nous formate pour être de braves petits exécutant dociles. On nous apprend que gagner de l’argent dans le soin c’est sâle!
    Je vous rappelle quand même cher collègues qu’être infirmier est un métier et non un engagement dans les ordres, que notre travail a une valeur pécuniaire déjà sous-estimée, que tout le soin relationnel dont on nous rabat les oreilles dans les IFSI, n’est pas quantifié, que nos soins sont dégressifs et que de ce fait nous travaillons souvent gratuitement etc etc
    Il est vrai qu’il y a des règles à respecter car un cadre est nécessaire pour éviter certains abus. Toutes fois les règles peuvent parfois être discutées afin d’évoluer et d’être plus en adéquation avec la réalité du terrain et de l’époque. Tant que nous ne serons pas convaincus de la valeur de notre formation, de nos compétences et de notre travail, nous serons toujours les boucs émissaires dans système de santé en ingérence où ceux qui vident nos poches remplissent les leurs à la sueur de notre front!!!

  40. Claire Boulet Le 29 octobre 2015 - Répondre

    Ce que je vois dans ces commentaires, dont certains sont bien agressifs et parfois méprisants envers leurs collègues, c’est que le conditionnement des infirmiers dès la formation est toujours efficace. On nous formate pour être de braves petits exécutant dociles. On nous apprend que gagner de l’argent dans le soin c’est sâle!
    Je vous rappelle quand même cher collègues qu’être infirmier est un métier et non un engagement dans les ordres, que notre travail a une valeur pécuniaire déjà sous-estimée, que tout le soin relationnel dont on nous rabat les oreilles dans les IFSI, n’est pas quantifié, que nos soins sont dégressifs et que de ce fait nous travaillons souvent gratuitement etc etc
    Il est vrai qu’il y a des règles à respecter car un cadre est nécessaire pour éviter certains abus. Toutes fois les règles peuvent parfois être discutées afin d’évoluer et d’être plus en adéquation avec la réalité du terrain et de l’époque. Tant que nous ne serons pas convaincus de la valeur de notre formation, de nos compétences et de notre travail, nous serons toujours les boucs émissaires dans système de santé en ingérence où ceux qui vident nos poches remplissent les leurs à la sueur de notre front!!!

  41. Marjorie Thevenin Le 29 octobre 2015 - Répondre

    Nous on compte pas les tarifs de nuit car la Cpam nous les paie pas

    • Sylvie Podgorski Le 29 octobre 2015 - Répondre

      Même lorsqu’ils sont notés sur la prescription médicale ?

    • Marjorie Thevenin Le 29 octobre 2015 - Répondre

      Oui

    • Sylvie Podgorski Le 30 octobre 2015 - Répondre

      Ce n’est pas normal, ce n’est peut-être qu’un soucis de mise à jour de leur logiciel ou voir du vôtre. Voyez avec votre maintenance de logiciel ou vous pourriez écrire au médecin conseil pour signaler la chose. Lorsque nous sommes passés à l’euro, la cpam comptait les majorations de nuit à 9,14 € au lieu de 9,15 €. J’ai écrit à la sécu expliquant le soucis car un centimes d’euros multiplié par le nombre de majorations, multiplié par le nombre d’infirmières cela faisait une différence à la longue. J’ai été entendue et ils ont rectifié l’erreur de logiciel.

  42. cecidel Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Ils n’ont rien à dire puisqu’il est écrit qu’une infirmière libérale doit être DISPONIBLE 24h/24 !

  43. Marjorie Vessiere Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Je travaille dans les bouches du Rhônes je viens de faire la formation sur les cotations à Toulon par le biais d’acte change alors dans le Var la caisse a plafonné les ais a 34 par jour une aberration !!!! Le formateur nous a bien précisé que toute demi heure entamée est due que tu restes 4mn ou 29 Mn il n’y a aucune obligation légale à remplir tes dossier de soin faire les test appeler le med le labo etc au lit du patient tu peux le faire qd tu veux pendant tes journée donc c’est du temps pris hors domicile en plus il faut bien lire notre secret on est la pour maintenir le domicile avec confort et sécurité on n’est pas que des techniciennes de soins spécialisé mais aussi psy diététicienne coordinatrice etc ,….. De la tu peux tout justifier mais il faut des dossier de soin en Beto. Et ne pas dépasser 48 ais /jour ,…… Je suis très déçue par ma profession et c’est dommage

  44. Marjorie Vessiere Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Décret pas secret oupssss

  45. Barbara Laila Vivet Le 30 octobre 2015 - Répondre

    a tous les mécontents peut importe ou vous êtes en France venez nous rejoindre première grosse manifestation le 21 novembre inscrivez vous sur la page de votre département que vous trouverez ici https://www.facebook.com/Le-peuple-se-soul%C3%A8ve-425191264340174/?fref=nf

  46. Carmelita Solémio Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Il est bien regrettable de lire des commentaires complètement éclatés , garder une cohésion dans ce difficile métier et je dis chapeau à celles et ceux qui se battent pour la profession les autres arrêtez le business !

  47. Coucou Ide Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Et oui Carmelita Solémio
    La solidarité ou est elle???
    Moi je l es connue il y a bien longtemps entre ide et as et du coup on a reussi a avoir ce que l on voulais mais apres bien des efforts
    Mais de nos jours grrr elle a disparu dommage ( a l hôpital )
    Mais bon en liberal il fait se battre main dans la main car une chose est sur si on ne le fait pas c est la Cpam qui va gagner

  48. Cecile Lou Le 30 octobre 2015 - Répondre

    On ne parle pas que d euros.mais de la reconnaissance du travail infirmier. La grosse différence entre le métier en hôpital et celui en libéral et qu en libérale c’est bien nous qui devons cauter nos actes. Alors évidemment la question se pose.
    Il est bien évident que la France ne peut se passer ni d infirmier à domicile ni des infirmiers à l’hôpital. Je suis tout à fait d’accord pour dire que nous devons rester soudés mais il faudrait juste que tout le monde arrête de voir les infirmiers à domicile comme des vautours ou des financiers.car la principale motivation des infirmier qui choisissent le libéral c’est avant tout de pouvoir soigner comme ils l’entendent c’est-à-dire en prenant soin et en n ayant pas de hiérarchie omniprésente. C est une grande liberté mais avec des contraintes que seuls ceux qui sont passés par le libéral connaissent.j en ai assez que le côté rémunération soit perçu comme une honte.qd on bosse 12 à 14h par jour et qu en rentrant on est trop crevé pour écouter sa propre famille on ne considère pas être trop payé pour ce que l on fait.on est tous infirmiers, soignants et dévoués. Ah non,pas tous,il y a des cons partout.à l hosto comme au domicile.
    Tout ce qu il manque à notre profession c est de la cohésion. Mais pas que pour nous,surtout dans l intérêt du patient.
    Je vois que la route est encore longue .ce clivage nous tuera.

  49. Marie Lia Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Marie-Pierre Randal

  50. Aurelie Le 30 octobre 2015 - Répondre

    Je suis atterrée de lire certains commentaires notamment sur la tarification de nuit ou autres convenance dites personnelle. Cela fait un an que j’exerce en libérale. Milieu rural et mes patients se lève à 6h. On a eu des diabétique à 0.7 de glycémie à 6h45 des personnes âgée qui ne peuvent faire seule leur test malgré une formation et qui utilise trop de matériel dixit la secu. Je travaille à une heure de mon domicile et franchement je préférerai me lever à 7h plutôt que 4h certains jours nous avons des journée quasi continue car 1 à 2 toilettes sur les après midi 5 à 6 min de ta jet entre chaque patient…et la je lis que je vole la secu pour 3 tarification de nuit? mais où va t on? Oublié t on le temps passer pour un patient précaire avec une prise de sang gratuite? Et son pst sacré gratuit car tu lui fait la toilette? On met 20 à 30 min pour les toilette les journée se finissent à 13h au mieux pour reprendre à 14h. Impossible dêtre 2 sur la tournée complète car vu le temps passe en voiture on gagnerai mieux à l’hosto qui eux ne sont pas sanctionné quand ils gardent un patient sans soin durant 5 jours et ca cest du vecu…ben oui on fait pas sortir le patient sil a pad vu le bon nephrologue. Mais maintenant que je sais tout cela je vais attaché à faire marquer les horaires. Je crois qu’au lieu de nous tirer dans les pattes d’attaquer pierre Paul et Jacques il serai grand temps que nous nous unissions que nous fassions reconnaître le gain d’argent que la secu se fait sur notre dos plutôt que de taper ceux qui au grand malheur on tarifé de nuit cela dit en passant j’ai lu quelqu un qui faisait les anticoagulants toutes les 12h depuis début octobre pour la tarification de nuit doit être noter sur l ordo.

  51. A l.attaque les infirmières l administration va arrêter de vous emmerder solidarité avec Isabelle Celette et presque toutes ses consoeurs et confrères bien.sur

  52. Géraldine Urban Le 31 octobre 2015 - Répondre

    Pourvu que ça fasse jurisprudence!

  53. Tony Druard Le 11 décembre 2015 - Répondre

    A POIL SUR LE PÉRIPHÉRIQUE PARISIEN !!!!

  54. […] régulièrement sur le devant de l’actualité. Nous nous en faisons régulièrement l’écho, à travers des exemples précis et concrets. Personne ne peut contester qu’il peut exister ici ou là, comme pour toutes les professions, des […]

  55. Perrie maria Le 17 décembre 2015 - Répondre

    Bravo il nous prend pur un dindon farci nous travaillons dur et très dur la CPAM il s son acote la plaça plus on fait

Laisser un commentaire