Infirmières et infirmiers libéraux, comptez-vous !

Infirmières et infirmiers libéraux, comptez-vous !

 

Plusieurs rapports mettent en évidence la difficulté du comptage des infirmières et des infirmiers libéraux. Mais ces difficultés sont aussi à l’origine de décisions plus discutables que jamais. Vouloir connaître le nombre exact d’infirmières et d’infirmiers libéraux à un moment donné reste nécessaire pour les autorités de la Santé. Mais le recensement des IDEL(s) est-il effectué dans les règles de l’art, et est-il fiable ?

Des infirmières et des infirmiers, si difficiles à compter…

Le dernier rapport de la direction générale de l’offre de soins (D.G.O.S.), publiée le 27 juillet dernier, est passé relativement inaperçu, alors qu’il démontre l’incapacité des autorités du pays à prendre en compte les professionnels de santé dans son ensemble. Les chiffres clés de l’offre de soins, édition 2015 recense ainsi 595.600 infirmiers et infirmières, parmi lesquels on comptabilise 97.600 IDEL(s).

Total Salariés Professions libérales
Médecins 218.300 88.200 130.100
Chirurgiens – dentistes 40.800 3.900 36.900
Pharmaciens 73.700 41.800 31.900
Sage-femmes 20.200 15.700 4.500
Prof. de santé médicaux 353.000 149.600 203.400
Infirmiers 595.600 498.000 97.600
Aide-soignants 245.400 245.400 0
Masseurs Kinésithérapeutes 77.800 16.200 61.600
Manipulateurs Radio 31.200 31.200 0
Pédicures Podologues 12.400 200 12.200
Orthophonistes 20.000 3.900 16.100
Prof. de santé non médicaux 1.529.400

Jusque-là, rien d’anormal puisqu’il est normal de vouloir connaître, à un moment précis, la réalité d’une profession, sur laquelle le Ministère de la Santé compte pour pouvoir accélérer la généralisation de sa politique de santé (ambulatoire, maisons de santé, …..)

Ce rapide tableau descriptif a donc été rendu public, sans susciter trop de questions, et pourtant il souligne une des origines du malaise, pouvant exister entre les IDEL(s) et les autorités de tutelle….

Quand compter les IDEL(s) relèvent aussi de la politique générale de santé

Là où cette étude constate l’existence de 93.600 IDEL(s), répartis sur tout le territoire national, la très sérieuse Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) en dénombre 109.925 précisément. Une telle distorsion apparait comme incompréhensible, surtout à l’ère de la numérisation et du Big Data. Une variation de plus de 17.44 % du nombre d’infirmières et d’infirmiers libéraux en fonction du rapport utilisé. La même distorsion apparait pour pour la profession infirmière, puisqu’au total la DREES en recense 638.248 contre 595.600 pour la DGOS (+7.02 %).

Très récemment déjà, et même si le registre n’était pas exactement le même, le décompte précis des infirmières et infirmiers libéraux avaient amené au report d’échéances électorales. Car à ces différences de chiffres s’ajoute aussi le problème de l’Ordre National Infirmier. En effet, quel que soit le chiffre retenu, cette instance de représentation de toute une profession ne totalisait que 172.000 inscrits soit moins d’un tiers des infirmières et des infirmiers.

Si les différentes autorités, en charge de ces études, ont déjà avancé les causes de cette distorsion (non suppression des listes professionnelles en cas de changements d’activité, …), cet écart pose un problème bien plus important que purement arithmétique, car n’est-ce pas sur ces données chiffrées, que se décide l’avenir des infirmières et infirmiers libéraux.

Une erreur de calcul ou une incapacité à prendre en compte la réalité du terrain ?

Les IDEL(s) peuvent légitimement se poser la question. Lorsque la Cour des Comptes étudie les aspects financiers et budgétaires, elle souligne la répartition inégale des infirmières et des infirmiers libéraux, en fonction des régions étudiées. Mais sur quels chiffres se base une telle étude, qui peut alors varier de 17.44 % par un simple changement de document de travail ?

De même, lorsque de hauts fonctionnaires réfléchissent à l’enveloppe des soins effectués par les IDEL(s), s’appuient-ils sur la fourchette haute ou sur la fourchette basse ? On comprend qu’une distorsion de plus de 17 % serait jugée inacceptable.

Doit-on enfin s’indigner des conséquences d’une telle erreur de comptage ou de recensement ? Car en jugeant le nombre d’actes de soins infirmiers trop élevé, le rapport de la Cour des Comptes a proposé (et obtenu depuis) le renforcement des contrôles vis-à-vis des infirmières et infirmiers libéraux. Et la seule certitude, que nous pouvons avoir à ce jour, réside dans le fait que ces contrôles auront bel et bien lieu auprès de professionnels dévoués, qu’ils soient ou non recensés sur l’une ou l’autre de ces listes.

Il apparait donc bien, que cette différence d’estimation du nombre d’infirmiers et plus précisément d’IDEL(s) n’est pas à prendre à la légère, car elle implique des conséquences plus ou moins graves sur l’avenir même d’une profession.

Infirmières et infirmiers libéraux, comprenez-vous un tel écart entre deux études officielles ? Selon vous, cette différence relève-t-elle de l’erreur/incompétence ou de la manipulation des chiffres ?

 

By | 2018-04-12T15:28:26+00:00 20 novembre 2015|IDEL au quotidien|33 Comments

33 Commentaires

  1. Cri Cri Le 21 novembre 2015 - Répondre

    Quand on est Idel on est infirmier, mais aussî coordinateur , pharmacien, assistante sociale, psychologue, traducteur, livreur, bonne sœur….. Si on devait être payer pour tout ça….. D’ailleurs on devrait être payer ou tarifer pour notre reconnaissance !!!
    7 E une injection intramusculaire avec le déplacement à domicile en fournissant seringue aiguille coton et alcool et récupérateur d’aiguilles: ça fait 3,5 E pour moi ( l’autre moitié pour Ursaff et Carpimko) et sur lesquels je serai imposer à environ 40%…… Ce qui fait …2,10 E. Mais on coûte cher!!!!!!! Combien est payer là ministre de la santé et à combien s’élèvent tous ses privilèges non imposables? C’EST À SE DEMANDER QUI SE FOUT DE QUI ?

    • Odile Boedec Le 21 novembre 2015 - Répondre

      tout à fait d accord en bossant mémé 10 heures on gagne des clopinettes

    • Thibaud Feutrie Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Quand j’entends que les libéraux coûtent chers à la sécu… ça me met hors de moi. L’hospitalisation coûte moins cher peut-être ? Et pour tous les actes qui ne sont pas côtés. Tous les soins éducatifs, préventifs, etc c’est gratuit, on en fait cadeau à la sécu.
      La profession n’est encore pas assez reconnue et c’est bien dommage.

    • Chantal Emeville Le 22 novembre 2015 - Répondre

      tu as tout dit cricri

    • Zouzou Isabelle Snd Le 22 novembre 2015 - Répondre

      En tout cas l EHPAD leur coûte moins cher vu les subventions données. Et le nombre d’aides soignantes et ide attribuées (10 mn par toilette si on veut finir dans les temps et pouvoir laver tout le monde )
      On se fout vraiment de notre gueule !!!

    • Cri Cri Le 22 novembre 2015 - Répondre

      C’est ca qui est fou: 10 mn pour une toilette simple et en libéral si on met moins de 30 mn on se fait toper!!! J’ai été AS 10 ans avant d’être IDE et j’ai l’habitude d’aller  » vite et bien » c’est à dire toilettes de la tête au pied pas juste la figure! Et quand on doit faire 25 toilettes + lit+ les  » courses »( labo, radio….) de 8h à 11,30H faut pas traîner!! Alors qui se fout de qui? La qualité des soins dépend du temps où de l’argent que ça coûte?

    • Laeticia Sermet Le 22 novembre 2015 - Répondre

      j’avoue ! j’ai commencé il y a bientôt 2 ans et franchement l’eldorado du liberal je ne le vois pas….. mais par contre je vois défiler les charges sociales et fiscales ainsi que les majorations si l’on ne peut payer d’un coup. ….
      les idel ne sont rien comme les ide à l’hôpital. .. mais pourtant sans nous bon nombre de patients seraient entre 4 planches car qui est la pour détecter les pbm? pour les écouter? et en référer aux médecins qui se déplaceront à 22h pour toucher 1 déplacement de nuit!!! c’est honteux. … heureusement que certains patients le reconnaissent et le disent tous les jours!!!
      mais c’est sur que pour Marisol nous fraudons tous les jours. qu’elle commence par regarder les dossiers de la cafal et de la secu avant de nous descendre. Elle ne connaît en rien notre métier et ose parler de nous
      par contre les médecins, eux, faut les écouter sinon qui va sauver le monde ?
      et 22000 postés hospitaliers supprimés d’ici 2017…. 1 aberration quand on voit le manque d’effectif, revenir sur c repos car 1 collègue malade. je ne comprends pas leur logique et je pense que je ne la comprendrais jamais…. Le trou de la secu à bon dos. si toutes les mesures utilisées pour soit disant combler ce trou avaient été réellement utilisées à bon escient, il n’y aurait plus de déficit….
      bref. le dialogue pourrait être très long et interminable

    • Jean Sebastien Willem Le 22 novembre 2015 - Répondre

      Il faut être libéré de la sécu point barre

    • Anne Leithu Le 22 novembre 2015 - Répondre

      Et en plus du salaire de notre ministre que dire de celui des hauts places de chaque CPAM ou des primes aux fraudes même totalement injustifiées..Écoeurée par cette politique du fric à tout prix j’ai beaucoup de mal à continuer à bosser motivée et enjouée !!

    • Zouzou Isabelle Snd Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Quand on compare ce que gagne une AS / nombre de toilettes faites et le tarif d’une toilette faite par une libérale il n y a rien de logique .

    • Philippe Joly Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Tout est dis merci

    • Isabelle Excoffon Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Heuuuuuuu miss Zouzou Isabelle Snd on se calme ok.
      Moi as en soins intensifs de neurologie :10 toilettes complètes au lit +mises au fauteuil sans aucunes aides de mon pseudo binôme INFIRMIÈRE. Ok.donc on se calme

    • Zouzou Isabelle Snd Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Je ne critique en aucun cas les AS bien au contraire . Désolé si je vous ai fâché .

    • Zouzou Isabelle Snd Le 24 novembre 2015 - Répondre

      Heureusement que vous êtes là d’ailleurs 😉

  2. Planel Marie Le 21 novembre 2015 - Répondre

    Profession reglementee ! Toutes avec un n°ADELI….et ne peuvent les compter ? Ils se foutent de la gueule du monde !
    Est ce une facon de faire croire qu elles sont trop nombreuses ?

  3. Sylvain Gambier Le 22 novembre 2015 - Répondre

    ou en est le décret de notre « chère ministre » ?????

  4. Jérôme Follier Le 22 novembre 2015 - Répondre

    Les Cpam doivent forcément savoir !

  5. Isabelle Guy Le 22 novembre 2015 - Répondre

    j’ai remarqué que les infirmières libérale ont trop de patients débordé beaucoup d’érreur au niveau du pillulier de la semaine ce n’est pas normal même elles mont demandé de controler mon pilulier pas normal 🙁

    • Cyrielle Rge Le 22 novembre 2015 - Répondre

      C’est quoi le rapport avec l’article ?

    • Isabelle Guy Le 22 novembre 2015 - Répondre

      les infirmières libérales viennent chez moi médicaments oubliier ce n’ai pas normal même on ma demandé si le piluliué était au point donc ce n’ai pas n’ormal on paye les ind donc moi je vais faire tout moi même le méssage est passé l’amentable 🙁

    • Marie-Ange Taddei Le 23 novembre 2015 - Répondre

      C’est un problème particulier avec VOS infirmières et aucun lien avec cet article. Parlez en avec elles directement ce sera plus efficace !!

    • Brigitte Fontana Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Ne mélangez pas tt et voyez avec vos infirmières et vs pouvez en changer ( mais avec leur nouvelle loi vs ne pourrez plus choisir )

  6. Isabelle Guy Le 22 novembre 2015 - Répondre

    alors moi je vais faire mon pilulier de moi même 😉

  7. Marion Courrée Le 23 novembre 2015 - Répondre

    Un maintien à domicile coûte environs 800€/mois une structure 2000€/mois et les idel coûte cher et be

  8. Marion Courrée Le 23 novembre 2015 - Répondre

    Ils savent pas compter c est pas nos fautes. Tous le monde envoi ces papier à la sécu, tous ceux qui sont actif paye leur urssaf je vois pas la ou c’est compliquer

  9. Bizarre ? Réelle volonté ?

  10. Rose Gulli Le 24 novembre 2015 - Répondre

    ptg

  11. Gaëlle Job Le 24 novembre 2015 - Répondre

    Les directives hospitalières sont de faire un maximum d’ambulatoire et un minimum de séjour avec ts les soins post op que cela entraîne. .. comment nos collègues peuvent elles être trop???
    Décidément nous n’avons pas la même logique que nos chers politiciens!!!
    Qu’ils laissent tomber ts leurs avantages et on en fera qq économies. ..

  12. Viviane Ranaldi Le 24 novembre 2015 - Répondre

    Beregovoy jaloux socialos a interdit aux jeunes français de faire des études de médecine pour faire des économies à la sécu !!! Maintenant pénurie de médecin : mais ils ne desserrent pas les quotas d étudiants

  13. Syssy Mag Le 26 novembre 2015 - Répondre

    yep !

  14. Franck Giorgini Le 27 novembre 2015 - Répondre

    vite des patients sont aux bord des arrets cardiaque !

  15. Jérôme Manin Le 28 novembre 2015 - Répondre

    Le plus inquiétant est que cette impossibilité d’évaluation couplée à des mesure de cohéritions est la règle dans tous les domaines.

  16. Tony Druard Le 11 décembre 2015 - Répondre

    A POIL SUR LE PÉRIPHÉRIQUE PARISIEN !!!!

Laisser un commentaire