Du parcours de soins coordonné au dossier médical partagé, l’avis des IDEL… et des autres !

Du parcours de soins coordonné au dossier médical partagé, l’avis des IDEL… et des autres !

2005 – 2015, le parcours de soins coordonné fête cette année son 10ème anniversaire. C’est l’occasion de tirer un premier bilan, en donnant la parole aux patients mais aussi aux professionnels de santé, parmi lesquels les IDEL(s).

Le parcours de soins coordonné, une organisation plébiscitée par les patients !

C’est la loi du 13 août 2004, qui a instauré le parcours de soins coordonné, également désigné sous l’appellation coordination entre les professionnels de santé. En pratique, mis en place en 2005, il ambitionnait principalement de confier au médecin traitant d’orienter et de centraliser les échanges d’un patient avec les différents professionnels de santé concernée.

10 ans donc, que le système public de la Santé a été ainsi revu, et pour cet anniversaire, l’association Coopération santé à Paris a organisé un colloque sur le sujet le 20 octobre dernier. Ce colloque a impliqué un sondage pour comprendre le ressenti des patients d’une part et des professionnels de santé concernés d’autre part. Les patients (1.008 personnes interviewés), les médecins généralistes (151 sondés), les infirmières et infirmiers libéraux (101 IDEL(s) sondés) et les pharmaciens (111) ont donc été invité à se prononcer sur le sujet et les résultats de l’enquête peuvent apparaître comme surprenants.

Quand l’intérêt du patient doit primer, l’unanimité est-elle de mise ?

Pour les patients eux-mêmes, l’appréciation ne supporte aucune nuance puisque plus de 80 % des personnes interrogées estiment que le parcours de soins a amélioré le suivi médical mais aussi la coordination et la qualité des soins. Ils estiment en outre être mieux informés, grâce à ce dispositif. Cet enthousiasme est partagé, dans les mêmes proportions, par les infirmières et les infirmiers libéraux mais également les pharmaciens. Le suivi des patients est ainsi jugé plus sûr et plus efficient par ces professionnels de santé, dont les IDEL(s).

Pour les médecins généralistes, seuls 60 à 81 % des généralistes interviewés montrent un tel optimisme pour ce parcours de santé.

Malgré cette réserve (à 60 %, on reste néanmoins largement dans la limite du positif), on peut constater que le parcours de santé satisfait généralement toutes les parties concernées. Si l’objectif médical affiché était clair, le parcours de soins coordonné devait aussi permettre de réaliser des économies. Ce dernier but n’est atteint que pour 65 % des patients, alors que 49 % des médecins et 65 % des pharmaciens partagent ce jugement pessimiste. 57 % des infirmières et des infirmiers libéraux considèrent également que la mise en place de cette mesure a permis un meilleur remboursement des soins.

On l’a compris, le jugement sur le parcours de soins coordonné reste globalement positif, et s’agissant des IDEL(s), ils sont même 93 % à le juger comme « utile ».

Les IDEL(s) réclament le passage au dossier médical partagé

Si le parcours de soins coordonné apparaît donc être un pas bénéfique aussi bien du point de vue des patients qu’en ce qui concerne les professionnels de santé, tous sont d’accord pour affirmer, qu’il faut aller encore plus loin dans les années à venir.

Le logiciel infirmier pour les IDEL(s), par exemple, représente une étape supplémentaire favorisant les relations entre toutes les parties. Mais qu’il s’agisse des infirmières et des infirmiers libéraux, des médecins et des pharmaciens, ou encore des patients eux-mêmes, tous déclarent vouloir voir se mettre en place le dossier médical partagé (DMP). Si les médecins généralistes ne sont que 41 % à juger ce DMP comme nécessaire et prioritaire, 62 % des patients l’attendent le plus rapidement possible. Mais ce sont avant tout les infirmières et infirmiers libéraux, qui plébiscitent cette prochaine avancée dans le suivi médical de leurs patients puisque 75 % d’entre-eux soutiennent ce DMP et le considèrent même comme inéluctable.

Après 10 ans d’existence, le parcours de soins coordonné dispose de jugements favorables, même si il peut exister, ici et là, quelques nuances à apporter. Les infirmières et infirmiers libéraux affichent leur satisfaction générale face à cette mesure, et se déclarent même en attente de la prochaine étape : le dossier médical partagé. Alors, rendez-vous dans quelques années pour pouvoir faire un nouveau bilan de ces évolutions du suivi médical en France.

Infirmières et infirmiers libéraux, quel est votre propre opinion sur le parcours de soins coordonné ? Et qu’espérez-vous de la mise en place du dossier médical partagé ?

 

 

 

By | 2018-04-12T15:28:14+00:00 25 novembre 2015|IDEL au quotidien|28 Comments

28 Commentaires

  1. Lydia Caussin Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Je recherche des études et recherches sur le service gastro entero de layne merci

  2. Marc Delantin Le 26 novembre 2015 - Répondre

    Un flicage monstrueux.

  3. Valerie Guillemot Le 26 novembre 2015 - Répondre

    Oui attention à la dérive

  4. Flo Flo Le 27 novembre 2015 - Répondre

    Je ne vois ps cela d un bon œil :/

  5. Dominique Diry Le 27 novembre 2015 - Répondre

    Du travail administratif en plus et du contrôle ….

  6. Marie France Bouchal Le 27 novembre 2015 - Répondre

    Dommage car le idée était bonne mais l application 0 zéro

  7. Hubert Pilloy Le 27 novembre 2015 - Répondre

    C’est très bien mais pas au point, les logiciels metiers ne sont pas compatibles entre eux, obligé de prendre une licence en plus pour pouvoir le faire. Sinon c’est plutôt interessant d’enrichir et accéder au dossier médical partagé.

  8. Aurore Pianezzola Le 27 novembre 2015 - Répondre

    S’il pouvait rester entre les mains de professionnels de santé ça serait bien, or cette loi ne met pas cela en avant mais plutôt le partage des données médicales comme données commerciales et je trouve ça minable et inacceptable.
    La violation du secret médical est puni de 300 000€ d’amende et de 5 ans d’emprisonnement, alors ça va donner quoi pour la suite?
    Moi je dis non à la loi santé

  9. D BLANC Le 27 novembre 2015 - Répondre

    Non à la loi santé telle qu’elle est présentée certes!
    Néanmoins le dmp est quasi généralisé chez les pharmaciens à notre insu…! lors d’un week end j’avais oublié de prendre avec moi mon traitement habituel…..j’ai été sans ordonnance à la pharmacie du coin pour acheter un boite de ce medoc (délivré que sur ordo) faisant valoir mon statut d’idel….la pharmacienne m’a demandé ma CV …. et avec celle là à bien retrouvé la délivrance de mon medoc à ma pharmacie habituelle…donc a pu me délivré sans problème mon médoc…
    je suis pour le DMP, afin qu’il soit utilisé pour faire des économies à la cpam.. un malade fait une psg un matin…et est hospitalisé dans la journée…peut être que le dmp pourrait éviter de refaire encore les examens sanguins fait déjà le matin….et connaitre les traitements , le medecin traitant… le kiné… l’idel…etc après évidement il faut que le circuit soit sécurisé mais c’est possible mais dans le monde corrompu dans lequel nous vivons…..toutes les dérives sont possibles!

  10. Sopht Flag Le 27 novembre 2015 - Répondre

    D’ici à ce que nous mettions en harmonie le secteur publique et le secteur privé puis que nous communions entre corps de métiers nous aurons vécu la retraite, le cinquième âge, notre décès, le stade de squelette puis comme disait ma fille petite celui de poussière…
    Restons résolument optimiste et accrochons nous à nos dossiers de soins tenus au stylo bic que nous remplissons consciencieusement chez nos patients sans réussir à uniformiser nos propres outils de travail.

  11. Helene Antunez Le 27 novembre 2015 - Répondre

    A chaque examen et visite médicale le patient part avec son dossier de soin et nos transmissions tenues à jour!!! ben h vous savez quoi??? dans 90% des cas le dossier n’a même pas été regardé et encore moins servi à laisser une trace écrite…Alors à quoi bon ?

  12. Stéphanie Guilben Le 28 novembre 2015 - Répondre

    Hum…déjà actuellement quand le patient revient d’hospit. Ça tient du pur miracle si il y a des trans. Ou un petit mot pour nous les IDEL …quand on en envoie elles ne sont jamais lues …pour preuve la famille qui un coups sur 3 te téléphone en disant : il faut que vous appeliez le service parceque il y a des trucs qu’ils voudraient vous demander ( moi des fois ce que je voudrais demander c’est  » et sinon qu’est qui vous échappe dans l’énoncé  » transmissions IDE / dernières ordonnances / bilans bios / courrier médical  » écrit en gros sur une enveloppe)
    Alors informatiser = 1-super idée mais bonjour la perte de temps et ça nous intéresse de savoir comment mettre ça en place ( synchronisation des logiciels etc …) parceque c’est mystérieux pour moi …
    2- ça me titille du côté du secret médical d’imaginer les infos à disposition…y compris pour moi même à vrai dire …

    • Apofabcel Honore Le 29 novembre 2015 - Répondre

      Je suis d accord ac vous . Surtt au niveau du secret . Ns venons d avoir une formation « piqure de rappel » sur le secret et la c est pas bon!

    • Idel Chris Le 30 novembre 2015 - Répondre

      Messagerie sécurisée comme MS santé. Pas encore utilisée mais on m’en a parlé à une réunion sur les Pôles de Santé et maison de santé

  13. Christine Verrier Le 28 novembre 2015 - Répondre

    En tant que patienté je suis totalement contre le parta des données

  14. Dom Broy Le 28 novembre 2015 - Répondre

    du grand n’importe quoi !!!

  15. Phil le Ressaire Le 28 novembre 2015 - Répondre

    Une fois de plus nous allons être pris pour les « dindons de la farce »

  16. Marie Charpentier Le 28 novembre 2015 - Répondre

    et le choix du patient que son dossier medical ne soit pas comme un casier judiciaire partagé ou pas selon son choix

  17. Il existe depuis au moins 5 ans le « dmp », sorte de carnet de santé électronique auquel les professionnels de santé ont accès. Ce qui est intéressant c’est que le patient y a aussi accès ( sauf genre diagnostic de cancer par encore annoncé). Il peut choisir nominativement qui n’y a pas accès. D’emblée les médecins et Ide peuvent tout voir contrairement aux kiné ou labo, mais le patient peut décider que Mme X son ancienne Ide n’a pas accès à son dossier. Certains logiciels pro l’ont intégré. Et pour l’alimenter c’est du  » glisser – déposer « . Donc je pense que la secrétaire du médecin, de l’hôpital, le labo et même nous les idel pouvons le faire (pourtant on en a déjà pas mal de la paperasse !!). Encore faut – il l’alimenter … Il ne faut pas trop en demander à nos chers médecins ils sont tellement plus débordés que tout le monde !!!

  18. Sylvain Gambier Le 29 novembre 2015 - Répondre

    et après le tiers payant ??? devenir de notre profession avec les prochains décrets ???

  19. Emilie Detang Le 30 novembre 2015 - Répondre

    Hum pas 100 pr cent pour la fibromyalgi et myopphascite à macrophage on recule alors k c reconnue en belgique canada usa suisse

  20. Cathy Antunes Le 2 décembre 2015 - Répondre

    J’en profite pour faire un gros bisous à ma « charmante cousine, « Laetitia » », et de lui remercier d’avoir opter pource metier si « gratifiant », bisous, tic tac

  21. Jean Marc Navarro Le 2 décembre 2015 - Répondre

    CONTRE!
    1/ rien n’est précisé concernant la protection des données . Un employeur, une assurance pourrait y avoir accès
    2/ cela imposera l’utilisation d’un seul logiciel avec un lobbies. Pas forcément le meilleur, pas compatible avec tous les os et pb de mises à jour
    3/ cela imposera de passer encore plus de temps en travail administratif sans pour autant etre sûr que cliniques et hôpitaux y auront accès et le consulteront
    4/ quand on voit aujourd’hui les « trous » dans les cotations de nos chères cpam, on peu craindre le pire pour rentrer les données dans les cases

Laisser un commentaire