Les Infirmières et infirmiers libéraux, entre amour et incompréhension, comment se faire entendre ?

Les Infirmières et infirmiers libéraux, entre amour et incompréhension, comment se faire entendre ?

Entre évolution de leur mission au quotidien et durcissement des contraintes en tout genre, les infirmières et infirmiers libéraux doivent réussir à se faire entendre. Si les IDEL(s) suscitent bien plus que de la reconnaissance de la part de leurs patients, ils sont souvent ignorés du grand public !

Les infirmières et infirmiers libéraux, des professionnels appréciés par leur patientèle

On n’en parle pas assez souvent, mais la qualité des relations unissant les professionnels de santé et leurs patients font partie des gestes de reconnaissance du quotidien. Les infirmières et les infirmiers libéraux, comme tous les autres soignants, tirent de cette reconnaissance non pas une fierté, mais une satisfaction. Il suffit de lire le témoignage des patients eux-mêmes, mais aussi des familles de ces derniers pour comprendre à quel point l’infirmière ou l’infirmier libéral représente bien plus qu’un soignant.

En fonction des soins prodigués, de l’ancienneté de la relation entre le patient et son IDEL, …, une complicité peut s’instaurer entre les deux. Certes, la mission première de l’infirmière ou de l’infirmier libéral consiste toujours à s’assurer des soins et de l’hygiène des personnes visitées, conformément aux différentes dispositions légales définissant leur mission. Mais lorsque cet IDEL représente l’une des seules, voire l’unique, visite de la journée, on comprend aisément que son arrivée est attendue avec impatience et fébrilité. Bien souvent, les patients et leurs familles témoignent à ces infirmières et infirmiers libéraux de la gratitude pour leur travail d’une part, mais aussi pour leur dévotion et leur compréhension.

Une profession méconnue et donc ignorée par le « Grand Public »

Cet attachement à la profession même d’infirmière ou d’infirmier libéral s’oppose néanmoins à la méconnaissance de la grande majorité des Français et des Françaises. Là où certains soulignent avec empressement la gentillesse et la disponibilité des IDEL(s), d’autres, en revanche, se bornent à se complaire dans une vision stéréotypée de l’infirmière libérale. On se souvient alors de ces images d’Epinal, dévoilant une infirmière se déplaçant de domicile en domicile au volant d’une voiture haut de gamme. L’image d’Epinal, même si elle a pu représenter une réalité d’un autre temps, demeure aujourd’hui bien éloignée de la réalité du terrain.

Dans l’inconscient collectif, l’IDEL reste une auxiliaire de soins, la population se refusant à considérer l’infirmière libérale comme une soignante à part entière.

Loin de cette vision passéiste de l’exercice libéral de la profession infirmière, l’IDEL d’aujourd’hui doit, outre ses missions traditionnelles :

  • Faire face au vieillissement de la population
  • Affronter l’incitation à rester chez soi le plus longtemps possible
  • Répondre à la volonté de développer l’hospitalisation de courte durée
  • S’adapter aux pathologies multiples, de plus en plus récurrentes dans leur patientèle
  • Se conformer aux nouvelles mesures, instituant et organisant le parcours du soin
  • ….

Sans porter un jugement négatif, une majorité de la population connait (très) mal cette profession si particulière. C’est cette méconnaissance, qui explique, en partie, que les revendications des infirmières et des infirmiers libéraux ne suscitent pas le même engouement que lorsqu’il s’agit de médecins ou d’autres professionnels de santé.

Entre gratitude et ignorance, quelle voie pour les IDEL(s) pour se faire entendre ?

Si les IDEL(s) cherchent plus que jamais à faire entendre leur voix à une époque, où le système de santé connaît une véritable (r)évolution, infirmières et infirmiers libéraux doivent dépasser cette méconnaissance du grand public, qui ignore les nouvelles missions, qui leur sont confiées mais aussi les lourdes responsabilités, qui pèsent sur leurs épaules à un moment où notre mode de vie change (vieillissement, maintien à domicile, …)

Ainsi, la généralisation du tiers-payant en ce qui concerne les médecins a suscité, avant son adoption, une contestation généralisée de la part de ces professionnels de santé. Ce mécontentement a su trouver une écoute active de la part du public. Même si cette attention n’a pas empêché l’adoption de la mesure, elle démontre la différence dans l’esprit collectif entre les infirmières et infirmiers libéraux d’une part et les médecins d’autre part.

Pourtant il faudra bien que les IDEL(s) réussissent à se faire entendre. Les débats sont ouverts et de nombreuses questions se posent quant à l’intensification du développement de l’hospitalisation de courte durée mais aussi quant à l’allongement du maintien à domicile, alors que le vieillissement de la population est inéluctable. Les solutions impliqueront nécessairement les IDEL(s), qui doivent donc réussir à faire connaitre leurs spécificités mais aussi leurs propositions. Personne ne doute qu’infirmières et infirmiers libéraux y parviendront, mais sous quelle forme ? Voilà la véritable question !

Infirmières et infirmiers libéraux, comment expliquez-vous cette relative “ignorance” affichée par la population à votre encontre ? Comment estimez-vous réussir à mieux faire comprendre vos responsabilités et vos difficultés à exercer votre profession ?

By | 2018-04-12T15:27:58+00:00 10 décembre 2015|IDEL au quotidien|114 Comments

114 Commentaires

  1. Sandrine Hz Le 17 décembre 2015 - Répondre

    Adulée par ses patients ????!!!! Heuuu non ça c est le médecin !!! Nous c est : utilisée par ses patients !!!

    • Fabrice Céline Leignier Le 17 décembre 2015 - Répondre

      « Gratuité et disponibilité  » je dirais même. …..

    • Bab Ouch Le 17 décembre 2015 - Répondre

      Et même « dû »!

    • Christel Cabezon Le 17 décembre 2015 - Répondre

      Nous sommes un produit de consommation !

    • Brigitte Ratane Le 18 décembre 2015 - Répondre

      « Adulée » est peut être exagéré, ok! Mais très appréciée , oui! Et oui, je rends aussi des menus services avec équité, compassion et .. sourire! Ce n est pas pour cela que je me sens  » bonne soeur » ! Si il y a insatisfaction d ‘un coté ou de l’ autre , chacun est libre de changer!!! De soignant , ou … de patient ! 😉 C’est compris dans  » Libéral » non ?!!.. Mais c ‘est vrai que je vis et exerce dans le 974! C’est peut être pour çà ! 🙂

    • Martine Fontaine Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Non je pense pas en métropole aussi il y a le plus
      Nous le pratiquons avec la mesure nécessaire

  2. Kam Ionnette Le 17 décembre 2015 - Répondre

    Adulée, non pas vraiment. On est un service.
    Ils nous « aiment »bien mais par contre ils ne se battront pas pour nous.

  3. Cecile Paillard Dinard Le 17 décembre 2015 - Répondre

    Adulée par le grand public (fantasme du string ficelle sous la blouse) et ignorée par des patients qui te font comprendre que eux, ils sont plus malades que les autres quand t’arrive en retard de 20 minutes ! Vrai ou pas ?

    • Zitouni Nari Le 17 décembre 2015 - Répondre

      20 minutes ! J’ai pas le droit a 5 min de retard !!!

    • Cecile Paillard Dinard Le 17 décembre 2015 - Répondre

      Ils sont durs avec toi… Bon, ok… J’avoue : 10 minutes !

    • Aurélie Bailly-Nonat Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Moi pareil
      6h10 au lieu de 6h
      Je me suis forcément offert une grasse mat

    • Cecile Paillard Dinard Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Moi c’est le soir, si j’arrive en avance, c’est parce que je dois impérativement aller en boîte après !!!

    • Stephane le Mestreallan Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Pas de problème avec les patients pour cela. Au contraire ils ont peur qu il me soit arriver quelque chose quand ça arrive. D un autre côté être un mec de 100 kgs avec une grosse barbe ça aide?????

    • Lucia Dupuis Le 18 décembre 2015 - Répondre

      « Vous etes en retard » (oui c’est grave de patienter 15min) « déjà!? Mais c’est trop tôt! » (Ah oui tient il est 18h20 et pas 18h30, ça change tout!)

    • Mickael Rocco Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Moi la reponse que je donne : vous etes pas tout seul, ou je n’attend pas devant votre porte en attendant l’heure, et apres plus de reflexion, ou si ca insiste, la phrase quitte ou double, voyez avec un autre cabinet !

    • Pierrette Ferracci Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Faut les éduquer des le départ moi je n’ai pas ce problème au contraire ils sont compatissants

    • Isabelle Mouly Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Je suis d’accord avec Pierrette !! Moi si je suis en retard pas de soucis !! Ils comprennent !! Et je donne jamais d’heure fixe!! Toujours à peu près!

    • Lucia Dupuis Le 19 décembre 2015 - Répondre

      On leur explique aussi, mais il y a des résistances malgres tout. Ce n’est pas la majorité des patients non plus, pourtant on entend régulièrement ces remarques.

    • Micheline Grosse Le 19 décembre 2015 - Répondre

      Moi six mn et j ai eu droit à une reflexion

    • Micheline Grosse Le 19 décembre 2015 - Répondre

      Par contre certains comprennent

    • Micheline Grosse Le 19 décembre 2015 - Répondre

      Par contre le médecin le pauvre il vient quand il peu certain atendent deux jours

    • Stephanie Person Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Exactement, les médecins ont tous les droits. Moi je suis scotchée par l’absence de cadeaux à noël . Finit les étrennes, à peine une ou deux boîtes de choc achetées à carrouf. Pffff tout se perd

    • Cecile Paillard Dinard Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Bon ca va j’en ai eu trois et ma patiente la plus pauvre m’acheté des galets bretons ! C’est touchant ! Mais ca c’est qu’on vieillit… Quàd j’etais encore jeune et belle, je recevais du canard duchene ?

    • Sandrine Hz Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Et bien moi non plus je n ai pas le droit au retard ni à l avance ! Par contre mon associé qui lui est un HOMME, ben lui il vient quand il peut car LUI il a beaucoup de travail LE PAUVRE !!!

    • Isabelle Croguennec Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Je travaille en service de soins à domicile et l’on retrouve ce genre de propos régulièrement. Heureusement pas tous… Certains sont compatissant mais autres pardon. Ce n’est pas forcément le patient mais les conjoints car ils ont leurs habitudes qu’il ne faut pas bousculer. On a beau leur dire qu’on ne travaille pas avec des cartons et qu’il y a des priorités, c’est parfois dur a entendre !!!

    • Liliane Charbaut Le 22 décembre 2015 - Répondre

      Exacte vous avez un metier ou vous n’êtes pas toujours reconnues mais il faut laisser le mauvais êt prendre le bon car vous êtes quand mêmes estimé moi je fonctionne comme cela

    • Cecile Paillard Dinard Le 22 décembre 2015 - Répondre

      Un gentil commentaire de si bon matin ! Merci Liliane ?

  4. En plus, samedis dimanches nuits et jours fériés…7j/7…les médecins ici ferment leur cabinet quand ils partent en vacances !

  5. Laure Pépin Le 17 décembre 2015 - Répondre

    Adulée par les patients ??!!….on ne doit pas parler de la même profession….

  6. Hakima Hamroun Le 17 décembre 2015 - Répondre

    Corvéable à merci surtout ouvrir les volets ect…

  7. Anne Leithu Le 17 décembre 2015 - Répondre

    adulée par ses patients? Oui y a 20 ans mais plus aujourd’hui..j’ai le sentiment que pour beaucoup de patients tout leur est du..ils sont beaucoup plus exigents qu’avant…

    • Alain Branchereau Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Je ne trouve pas mes patients plus exigeants qu’il y a trente ou quarante ans mais il faut dire que j’exerce à la campagne depuis six ans (comme médecin ) je trouve que vous étes mal rémunérées et déplore l’absence de soutien de notre part dans vos luttes syndicales notre bonne collaboration est pourtant essentielle …!

    • Alain Branchereau Le 21 décembre 2015 - Répondre

      PS je veu dire que avant j’exerçais en ville

    • Anne Leithu Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Je pense qu’il reste envers les médecins un respect que certains patients n’ont plus pour nous..mais cela est devenu général pour beaucoup de métiers en relation avec le public je crois..
      Ça fait du bien d’être soutenu par un médecin et il est vrai que vos syndicats paraissent bien plus unis que les notres .. merci 😀

  8. Marie Femmeenblanc Le 17 décembre 2015 - Répondre

    on est absolumeent pas « adulées » par les patients…bien au contraire !!! il y a de + en + un manque de respect total de notre profession…c déprimant

    • Patrice Estebanez Le 18 décembre 2015 - Répondre

      C’est à l’image de la société française …… Et quand on aura tout perdu on se réveillera mais il sera trop tard……on aura tout perdu: nos droits (sécu, accès aux soins car mutuelles trop chères ….), nos pouvoirs (c’est déjà le cas…. Quoiqu’on vote le résultat reste le même: on a qu’à voir les dernières élections. …..on vous a compris et le lendemain on reprend la petite guéguerre entre les différents partis ….) et nos libertés tant est si bien que l’on en ait encore aujourd’hui. ….Ah oui la liberté de fermer sa gueule on a qu’à voir comment ils ont fait passer la loi de santé droite et gauche réunis……

  9. Sylvie Altei Le 17 décembre 2015 - Répondre

    Parce qu on est des bonnes sœurs !!!!

  10. Céline Arsac Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Ah ah j’allais écrire adulée ?!!! Vous êtes sûrs ?! Mais je vois que je ne suis pas la première à rester interloquée par cette formulation…. Ils ne supportent aucune défaillance, aucun retard et réclament toujours plus de « services » ! Nos oatients ne nous adulent pas, ils ont besoin de nous et veulent nous faire croire qu’ils nous rendent service en nous donnant du boiylot

  11. Aurélie Bailly-Nonat Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Les patients ne nous adulent pas ils nous aime bien mais n’hesiteront pas a changer d’idel si on a un jour 10min de retard ou si le bon docteur conseille sa copine idel
    Perso je suis blasée
    Et dégoûtée des comportements plus tu en fais plus on t’en demande et plus c’est normal
    Des soins payés comme des esclavagistes
    Des indus
    Une ngap obsolète
    Des contrôles cpam
    Je raccroche sans regrets

  12. Jacques Samoun Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Parce que les médias ou le gouvernement nous accuse de gagnentr correctement notre vie et nous resorte régulièrement le cas de quelques idel qui fraudent et gagnent des fortunes et on salit régulièrement notre métier jamais les médecins avec le dépassement dès honoraires qui coûtent aux mutuelles ou aux patient 2 à 3 milliards d euros ce qui n existe qu’a Paris chez nous ds le 16 e ou à neuilly

    • Céline Arsac Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Et encore … Meme pour ceux qui fraudes: ils payent leurs charges en conséquence …. Je ne vois d’ailleurs pas l intérêt de frauder si c pour passer une tranche a l urssaf !

    • Jacques Samoun Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Ils facturent des soins non réalisés mais prescrits

    • Jacques Samoun Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Moi j ai répondu à la Cpam par dix ans de tribunal pr ne pas payer 200000 fr de dépassements de quotas

  13. Jacques Samoun Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Jamais les patients nous adulent c est que des reproches en banlieue et des pb qd nous arrivons 15 mn en retard alors que 100 pour cent de mes patients ne payent pas et nous faisons l avance des soins contrairement aux médecins qui refusent ces avances de soins d ou leur reproches du nouveau plan de santé qui les obligeras à faire comme nous qui vivons comme cela depuis le début 1989. Pour moi

  14. Ma Lau Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Adulée sûrement pas !!!! Disponible 7j sur 7 et en plus pas cher même perçue comme un service gratuit pour certains (fermer volets, poster le courrier,apporter les cachets…..) et c’est pas fini VIVE LE TIERS PAYANT généralisé !!!!!

  15. Moreau Zobida Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Un grand hommage à toutes et à tous.

  16. Lucia Dupuis Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Adulée!! C’est bon de rire parfois.

  17. Bedolis Sandra Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Adulée????

  18. Yvette Hernandez Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Non pas d adulation et heureusement. .. appréciés oui mais tout est fugace ……

  19. Yvette Hernandez Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Adulés non heureusement appréciés oui.mais tout est fugace. ….

  20. Monia Moimeme Le 18 décembre 2015 - Répondre

    « Adulée par les patients »…euuuuh…pas toujours

  21. Fabien Mordel Le 18 décembre 2015 - Répondre

    Je suis assez surpris des commentaires…alors « adulé » le mot est peut être un peu fort mais en ce qui me concerne la majorité des patients nous estiment beaucoup, on ne me dit rien pour 10-15min de retard (à quelques rares exceptions) et si j’ai beaucoup de retard la 1ère réaction c’est plutôt le soulagement de voir que je n’ai pas eu d’accident ou choses dans le genre…les patients nous connaissent, nous sommes généralement ponctuels et ils savent que si ce n’est pas le cas c’est en raison d’impondérables…et parmi mes « chroniques » je pense qu’aucun n’imagine une seule seconde de changer de cabinet…j’exerce en milieu rural, les patients en ville sont peut être plus « exigeants »?

    • Sandrine Mathon Le 18 décembre 2015 - Répondre

      Idem pour moi.

    • Estelle Saliou Le 19 décembre 2015 - Répondre

      Idem en campagne

    • Sonia Chauvetiere Le 20 décembre 2015 - Répondre

      Ben pareil pour moi en milieu rural

    • Nelly Reygade Le 20 décembre 2015 - Répondre

      merciiii pour vos commentaire !!! Sonia Estelle Sandrine et Fabien !!!!
      Ça me rassure car moi aussi !!!!
      Il m’arrive d’être en retard et d’envoyer un petit sms ou un appel pour les prévenir ….
      et ils m’attendent toujours avec le sourire !’
      justement la semaine dernière j’ai un patient chez qui j’ai l’habitude de passer tôt …. et jai été retardé par un autre patient il m’a appelé en me disant « je voulait être sûr qu’il ne vous soit rien arrivé ! prenez votre temps ! »
      J’aime ma profession d’infirmière libérale même si ce n’est pas toujours facile ….

    • Brie des Caillauzoux Le 20 décembre 2015 - Répondre

      Idem pour moi dans on milieu rural !?

    • Sopht Flag Le 22 décembre 2015 - Répondre

      En ville dans le sud je suis régulièrement confrontée à l’agressivité et à l’irrespect des patients et des familles.
      Pour me protéger j’ai mis en place un « tri » téléphonique lors de la prise des rendez-vous. Quelle tristesse!
      J’ai l’habitude de prononcer cette boutade lorsque mes remplaçantes disent que ma tournée est très sympathique je réponds que « je ne soigne que les gentils »
      Je suis très bien considérée par les personnes malades mais je ne suis plus dupe. Ils ont besoin de moi. Nous sommes dans le cadre d’une relation d’aide et les liens affectifs ne tiennent que le temps de cette relation… Je ne suis pas adulée.
      Je rends service.
      Les mentalités ont changé.
      Les gens me décalent pour placer le coiffeur, le kinésithérapeute ou le médecin sans aucune délicatesse.
      Un jour tu accomplis une tâche extra professionnelle le lendemain elle est acquise puis notre serviabilité est exploitée comme un dû.
      J’adore ma profession mais l’exercer devient fastidieux
      Quel dommage!
      Après de si belles études et un riche parcours de formation sur le terrain et au travers de la formation continue.

    • Marie Marabou T Le 22 décembre 2015 - Répondre

      Merci je me sens moins seule. Mes patients sont super ici.

    • Karine Liabeuf Le 24 décembre 2015 - Répondre

      Pareil pour moi

  22. Christelle Gaisset Le 18 décembre 2015 - Répondre

    La loi santé pour le tiers payant va alléger le boulot des CPAM
    Ce que nous les infirmières faisant depuis des années ceci suscitant de nombreux impayés

  23. Karine Kikou Boissel Le 19 décembre 2015 - Répondre

    Je suis plutôt en accord avec l’ensemble des avis!! C’est représentatif de lâ réalité pourtant il y a des gens que j’entends rarement se plaindre, se sont les malades atteint du cancer !! Je ne parle pas de palliatif. De bonnes fêtes a tous les IDEL

  24. Sébastien Fontaine Le 19 décembre 2015 - Répondre

    Tout comme les ambulanciers du privé !

  25. Claire Larousserie Le 19 décembre 2015 - Répondre

    Très beau et dur métier, bonnes fêtes à tous

  26. Delphine Jéhanno Le 19 décembre 2015 - Répondre

    J’ai la réponse : trop bonne, trop conne

  27. Delphine Jéhanno Le 19 décembre 2015 - Répondre

    Il faut arreter d’encourager les jeunes à faire ce métier, c’est tout

  28. Euh!!! Adulée par les patients, faut pas pousser!!! On est de plus en plus traitée comme des boniches!!! Je sais pas qui a pondu ce titre mais une chose est sur il doit travailler chez les Bisounours

  29. Liliane Charbaut Le 19 décembre 2015 - Répondre

    Heureusement que nous les avons pour nous soigné. Domicile toujours opérationnelles respectons ce metier

  30. Stéphane Gomez Le 19 décembre 2015 - Répondre

    Adulés par l’URSSAF et les impôts oui…. Et le gouvernement car on remplit leurs caisses, par contre aucune reconnaissance….

  31. Valérie G. Féline Le 19 décembre 2015 - Répondre

    Adulée ??? Franchement ce n’est pas l’impression que j’ai. A quelques exceptions près. Retards (encore que ça on peut comprendre), manque de respect, travail baclé, personne habillée comme un épouvantail, poubelles laissées ouvertes (ça parfume !), irrespect de la personne et de ses affaires…

  32. Marie Claude Fromont Le 20 décembre 2015 - Répondre

    Vous nous êtes indispensables

  33. Stéphanie De Gaulle Le 20 décembre 2015 - Répondre

    Moi je n’ai pas à me plaindre mes patients sont ravis ceux qui étaient casse-pieds je les ai virés. …

  34. Emmanuel Nou Le 20 décembre 2015 - Répondre

    Le problème malgré vos commentaires ne vient pas de la reconnaissance des patients. Le problème c est l argent bien entendu . L inconscient collectif de l idel trop bien rémunéré persiste dans un contexte où le don de soi ne mérite le respect que s il est gratuit.
    « Tu es claqué ? Tu as beaucoup bossé ? Bah c pas grave tu vas bien gagné. .. »

    • Martine Lucidarme Le 22 décembre 2015 - Répondre

      C’est la reconnaissance de notre activité qui manque cruellement et beaucoup ne voient que ce que nous gagnons .. (proches , patients , ide ..)
      « …. d’accord mais tu gagnes bien ta vie …  »
      Bien sûr en bossant entre 60 à 80 h/sem , 3 w.end/4 (qd ce n’est pas les 4 ) 26 à 28 j par mois ,
      Pas de congé maladie ni même AT ( 90j de carences) ….
      Seule avec 2 enfants le libéral m’a permis de gagner plus …( en travaillant tout le temps jusqu’à 7j/7 les premières années ) pour offrir une vie décente aux enfants mais au prix de quels sacrifices ?
      (Famille , Santé , loisirs. .)
      je n ‘ai pas vu grandir mes enfants , je n’etais pas auprès d’eux au retour de l’école , les w.end , les vacances , quand ils étaient malades , non ! je parcourais la ville pour m’occuper des autres , et la tête dans le guidon je ne me suis pas vue veillir …
      La reconnaissance des patients chroniques , on l’a oui , mais les patients ponctuels sont de plus en plus exigents sur les horaires plus que sur nos compétences ; et avec le nombre croissant d’IDEL et de HAD en zone urbaine , nous sommes devenu des « produits jetables  » .
      Si on ajoute la surchage administrative , la hausse des charges et des frais (sans hausse d’honoraires) , le harcèlement des caisses de sécu et cet atmosphère d’individualisme croissant , je peux vous affirmer qu ‘exercer ce métier que j’ai choisi et que j’aime , me procure désormais dans un tel contexte , plus de stress et de déception que de satisfaction .
      Alors adulé non (et ce n’est pas ce que nous voulons )
      Malmenés oui
      Épuisés et déçus oui (voir même des regrets au vu de la situation actuelle )
      Après 35 ans de carrière dont 25 en libéral , j’estime ne plus avoir aucun compte à rendre , aucune justification à donner , aucune preuve à apporter sur la valeur de mon travail et je continuerai à me battre pour la reconnaissance de nos compétences et de notre activité professionnelle et ne laisserai plus jamais qui que ce soit salir ma profession aussi impunément.
      J’ai choisi ce métier pour des valeurs humaines , alors qu’on nous traite humainement , tout simplement !

  35. Stephanie Piveteau Le 20 décembre 2015 - Répondre

    Adulée par ses patients ???? Je dirais plutôt qu’on nous bouffé jusqu’à la moelle …malade ou pas , on bosse et la plupart trouve ça normal ..il faut bien s’occuper d’eux ! Peu de considération ..quand il nous arrive de demander si on peut utiliser les toilettes , ils sont tous surpris …ben oui ..nous sommes humaines aussi …
    Adulés. ..non..ça , c’est pour le Médecin ..Le médecin a dit que vous devez venir à telle heure , faire comme ceci ou comme cela ….nous , nous ne sommes que des sous fifres qui faisons le sale boulot …
    Bien sûr , il y a aussi quelques patients adorables et prévenants mais ils sont loin d’être la majorité .

  36. Brie des Caillauzoux Le 20 décembre 2015 - Répondre

    Pour l’adulation c’est un peu fort mais beaucoup de respect et d’estime ! Quand pour les collègues hospitalières , on reste souvent des ide de seconde zone ! Mais qd elles font le choix de partir en libéral , elles sont surprises du rythme de travail !

  37. Muriel Gafsou Le 20 décembre 2015 - Répondre

    Je n’en reviens pas de tous vos commentaires désabusés.votre métier semble un enfer.pourtant il y a tellement d’options différentes dans ce monde infirmier.et vous gagnez beaucoup plus que la plupart des autres infirmières.je comprends pas…en comparaison une infirmière du privé gagne 1600 par mois après20 ans…donc franchement si vous détestez votre métier changez.nous avons besoin de vous dans nos cliniques nos hôpitaux nos maisons de retraite nos écoles…

    • Marie Femmeenblanc Le 20 décembre 2015 - Répondre

      ON GAGNE BCP ++++ ?????
      NON MAIS QU’EST CE QUI FAUT PAS ENTENDRE…ET OUI JE CRIE PARCE QUE LA CE COMMENTAIRE ME MET HORS DE MOI…ET ENCORE JE VAIS RESTER POLIE…PAS DE RTT PAS DE CONGÉS PAYÉS PAS D’ARRÊT MALADIE…EN.MOYENNE 80H PAR SEMAINES ET SI ON RAMÈNE AU TAUX HORAIRE ON EST EN DESSOUS DU SMIC…MERDE ALORS AVANT DE PARLER RENSEIGNE TOI ! !!!!

    • Muriel Gafsou Le 20 décembre 2015 - Répondre

      Je dis pas ça du tout.je suis juste vraiment troublée de lire tous vos ressentis.je ne comprends pas

    • Muriel Gafsou Le 20 décembre 2015 - Répondre

      Je suis atterrée de la manière dont vous parlez de votre métier.et comparons ce qui est comparable.mais vous ne pouvez pas nier que vous gagnez plus que moi.arrêtons de se voiler la face pourtant j’adore ce que je fais

    • Muriel Gafsou Le 20 décembre 2015 - Répondre

      Et les heures j’en fais autant que vous.mais j’aime mon métier j’aime les gens que je soigne et je gagne la moitié de moins que vous.

    • Muriel Gafsou Le 20 décembre 2015 - Répondre

      Tout ce que je vous demande c’est respecter votre métier.

    • Muriel Gafsou Le 20 décembre 2015 - Répondre

      Je ressens surtout une terrible détresse de tous ceux qui participent à ce groupe.C’est atterrant

    • Marie Femmeenblanc Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Arrêté donc de penser que je gagne 2 fois plus que toi…c aberrant. Tu veux vraiment que je te dise combien je gagne ??? Mon chiffre d’affaire est en moyenne de 200 euros par jour mais j’en redonne 50% à l’état alors calcul …en bossant 15 j par mois je touche donc NET 1500 euros…
      En faisant 70h par semaine ne me dit pas que toi en hôpital tu te tape autant d’heure. ..je sais ce que c hein j’y ai bosse. Et si on râle c parce qu’on nous prend pour des con tjs…et c pas parce qu’on aime pas notre métier et nos patients. C justement le contraire…Le jour où il n’y aura plus de libéraux pour faire les soins à domicile les gens fairont comment ????

    • Muriel Gafsou Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Je bosse en privé.je suis juste peinee de la dureté de vos propos c’est tout.je m’en fiche de l’argent.

    • Valérie Binson Le 21 décembre 2015 - Répondre

      70 heures par semaine pour 15 jours par mois? Et un CA de 200 euros???? Il faut changer de metier…?

    • Marie Femmeenblanc Le 21 décembre 2015 - Répondre

      Muriel c toi qui parle désespérément d’argent depuis ton 1er post. … non mais n’importe quoi hein….
      Euh valerie 200 euros de ça journalier c déjà pas si mal…Les gros chiffre se trouve hein…mais je dirais que ds ces cas là la nomenclature n’est pas tjs appliqué correctement. ..
      200 étant une moyenne….il nous arrive de faire + mais le libéral c’est sur l’année qu’il faut voir car forcément le travail est fluctuant….Après faut être libérale pour en parler et comprendre. …

  38. Alain Branchereau Le 21 décembre 2015 - Répondre

    Et surtout peu soutenues par nous médecins …!

  39. Elodie Boubaker Le 21 décembre 2015 - Répondre

    Moi je suis AS dans un ssiad et je taf avec des ide . Et sérieux on est très adulés par les patients!!!!:):) bon desfois le médecin passe avant ^^

  40. Hervé Mauris Le 21 décembre 2015 - Répondre

    Merci Muriel Gafsou je rejoins votre opinion.
    Ce besoin incommensurable d’une reconnaissance, de toujours se comparer aux autres….
    Nous sommes des professionnels centraux à part entière, bordel !
    Bougez vous le cul, nous avons accès à tout, la formation continue, les pratiques avancées, les DU/DIU, les spécialisations, cadre de santé et bien plus ! Encore suffit-il d’ouvrir les yeux..

    Ayez un peu de recul sur votre activité, réfléchissez, agissez au lieu de pleurnicher..
    On a l’impression que les IDE se donnent le fouet pour se faire battre, en constante soumission .. Sérieux quelle image pourrie !
    Personnellement je ne me reconnais pas du tout là dedans et pourtant IDEL depuis bientôt 6 ans.
    Mobilisez vous, fédérez vous, intéressez vous a ce qui se passe autour de vous et pas uniquement au centre de votre nombril.
    L’ONI, les syndicats, les associations les réseaux, les publications et j’en passe…
    impliquez vous, l’union fait la force , L’IMPLICATION , ETRE ACTEUR, il n’y a que comme ça que l’on évoluera, que les représentations évolueront et par le nombre aussi..

    Mais pitié stop de ces discours bouseux agaçants… C’est gavant
    Et puis on ne paie l’urssaf et l’impôt qu’à proportion de ce que l’on gagne, c’est un choix qu’il faut assumer
    Et la reconnaissance on l’a au quotidien, il suffit parfois d’être un peu plus attentif et pas uniquement qu’à son chiffre d’affaire
    Et la relation aux patients : c’est un compromis ce n’est certainement pas à sens unique, et le respect se doit d’être à double sens. Certes on ne choisit pas d’être malade, sans généraliser bien sûr, ce n’est pas un service client, mais du soins à la personne, nuance. L’art de la communication, de la médiation, de la négociation, le contexte bien évidemment etc mais pas de l’exigence.
    Le LIBRE CHOIX , ce n’est pas qu’un concept, à vous de vous l’approprier

  41. Flo Fabre Le 22 décembre 2015 - Répondre

    Quand j’aurai un moment je vous plaindrais.mais là je suis trees prise
    Bonnea fêtes.

  42. Marie Marabou T Le 22 décembre 2015 - Répondre

    Changez de job les amis! Quand je vois vos commentaires je ne sais pas ce qui vous pousse a le faire… a si. .. la paye? Vous etes de plus en plus de boniches? Aucunes considerations? Je tri mes patients ? Et ben elle est belle la profession !
    Je suis comme Fabien Mordel, mes patients sont tres gentil. Compte sur nous au quotidien et nous considère souvent comme faisant parti de la famille. Nous allons au enterrement quand nous le pouvons et le voulons, nous sommes dispo jour et nuit par esprit d entraide et non pecunier et nous sommes remercie au quotidien par pleins de petites attentions. Et quand je suis en retard ils s inquiètent au lieu de nous engueuler. Ils sont pas tous parfait mais la majorité. Et si ce n etait pas le cas je changerai de cabinet. Je suis en campagne proche d une ville de taille moyenne. Et franchement je surkiffe mon job. Qui est plus que ca en fait…. alors non je ne découragerai pas celle qui veulent être ide car c’est un métier que j aime plus que tout.

    • Marie Marabou T Le 22 décembre 2015 - Répondre

      Plus que tout sous entendu pour un metier….?

    • Zouzou Isabelle Snd Le 23 décembre 2015 - Répondre

      Après 20 ans d’exercice …oui je pense à changer de profession ! Écoeurée ….

    • Marie Marabou T Le 23 décembre 2015 - Répondre

      C’est sur ce n’est pas le bonheur partout et c’est bien dommage. Bon courage en tout cas.

    • Annabel Blarez Le 23 décembre 2015 - Répondre

      Ah merci !! Exerçant en ville mes patients sont adorables : aucune remarque en cas de retard ils savent très bien qu’il y a parfois des impondérables en cas d’absence tjs une de nous 3 sur le pont . Nous nous occupons des mdcts à la pharmacie , de leur poster le courrier , nous nous adaptons en cas de RDV c’est tellement exceptionnel ! Tjs un geste fleurs et/ ou présence en cas de décès . Nous sommes fondamentalement dans les relations HUMAINES

  43. Ivana Blonde Le 22 décembre 2015 - Répondre

    Adulées … Ça c’était avant!!

  44. Martine Lucidarme Le 22 décembre 2015 - Répondre

    C’est la reconnaissance de notre activité qui manque cruellement et beaucoup ne voient que ce que nous gagnons .. (proches , patients , ide ..)
    « …. d’accord mais tu gagnes bien ta vie …  »
    Bien sûr en bossant entre 60 à 80 h/sem , 3 w.end/4 (qd ce n’est pas les 4 ) 26 à 28 j par mois ,
    Pas de congé maladie ni même AT ( 90j de carences) ….
    Seule avec 2 enfants le libéral m’a permis de gagner plus …( en travaillant tout le temps jusqu’à 7j/7 les premières années ) pour offrir une vie décente aux enfants mais au prix de quels sacrifices ?
    (Famille , Santé , loisirs. .)
    je n ‘ai pas vu grandir mes enfants , je n’etais pas auprès d’eux au retour de l’école , les w.end , les vacances , quand ils étaient malades , non ! je parcourais la ville pour m’occuper des autres , et la tête dans le guidon je ne me suis pas vue veillir …
    La reconnaissance des patients chroniques , on l’a oui , mais les patients ponctuels sont de plus en plus exigents sur les horaires plus que sur nos compétences ; et avec le nombre croissant d’IDEL et de HAD en zone urbaine , nous sommes devenu des « produits jetables  » .
    Si on ajoute la surchage administrative , la hausse des charges et des frais (sans hausse d’honoraires) , le harcèlement des caisses de sécu et cet atmosphère d’individualisme croissant , je peux vous affirmer qu ‘exercer ce métier que j’ai choisi et que j’aime , me procure désormais dans un tel contexte , plus de stress et de déception que de satisfaction .
    Alors adulé non (et ce n’est pas ce que nous voulons )
    Malmenés oui
    Épuisés et déçus oui (voir même des regrets au vu de la situation actuelle )
    Après 35 ans de carrière dont 25 en libéral , j’estime ne plus avoir aucun compte à rendre , aucune justification à donner , aucune preuve à apporter sur la valeur de mon travail et je continuerai à me battre pour la reconnaissance de nos compétences et de notre activité professionnelle et ne laisserai plus jamais qui que ce soit salir ma profession aussi impunément.
    J’ai choisi ce métier pour des valeurs humaines , alors qu’on nous traite humainement , tout simplement !

  45. Pierre Lajeanne Le 22 décembre 2015 - Répondre
  46. Viviane Ranaldi Le 22 décembre 2015 - Répondre

    Car tout ce qui est féminin et humain est dévalorisé par la société machiste! Ce travail était réalisé par bonnes sœurs qui faisaient se travail gratuitement par humanisme, les bonnes sœurs s occupaient de l
    École de l hôpital
    Des orphelins des hospices de vieux … Tout ce qui concernait l humain et le secours de l
    Autre était géré par l’église catholique Gratuitement … Ce qui n a pas aidé à valoriser financièrement ce remarquable travail … Le travail féminin est majoritairement gratuit .., les femmes travaillent en moyenne 5 h par jour gratuitement à la maison pour prodiguer des soins à la famille ! Traditionnellement C est un travail féminin donc sous payé …

  47. Oubliée …. oui ! Adulée …. loin de la et pas tjrs. …

    Mais disponible 365 jrs Oui ! La seule profession libérale d ailleurs …. et la moins bien reconnu et rémunéré ….

  48. Mais bon j adore mon métier malgré tout!

  49. Anne Santos Le 22 décembre 2015 - Répondre

    C est le propre de l’humain ,le côté paradoxal

  50. Jo Barbs Le 22 décembre 2015 - Répondre

    Bref….

  51. Christele DA Silva Le 23 décembre 2015 - Répondre

    metier tres ingrat, mais le lourd prix de la liberté!!!!!!!!

  52. Franck Giorgini Le 23 décembre 2015 - Répondre

    pas asser lecher les BOTS !

  53. Monik Moka Sobczyk Le 23 décembre 2015 - Répondre

    petit commentaire de ma part j’aime bien mon infirmier et son équipe ,beaucoup même moi je pense ne savons pas le boulot que vous faites .M ais une chose est sûr c’est que si soutien possible de ma part je le ferais à mon niveau et je vous souhaite de très bonne fêtes
    Merci au monde des infirmiers, infirmières pour leur soutien dans notre quotidien.

  54. Jacques Samoun Le 23 décembre 2015 - Répondre

    On est des nones détestes par l état pour ce que l on coûte à la Secu et jaloux de ce qu on pr gagner en travaillant comme des dingues et des patients tjrs plus exigeant

  55. Droit Coralie Le 24 décembre 2015 - Répondre

    C’est la société entière qui va mal! Ce que vous ressentez et votre désespérance est la même que celle des profs …. Mission toujours plus difficile à accomplir, reconnaissance inexistante , revenus honteusement bas, et j’entends encore cette maman médecin dire à sa fille  » choisit le métier que tu veux mais surtout pas médecin !!! » Je venais de dire la même chose à mes fils en précisant  » mais surtout pas prof c’est devenu un métier de ….. » Alors oui je pense que c’est la société toute entière qui va mal car, quel plus beau métier que celui d’infirmiere?? Dévouées , attentionnées, présentes, soulageant toutes des souffrances …ou presque…, entrant avec discrétion et patience dans l’intimité des souffrances…quand on leur en donne le TEMPS…humaines quand on leur en donne le TEMPS aussi….et qu’on arrête de tout mesurer en temps/ acte, l’humain n’est pas un robot….l’humain a besoin de temps pour la relation humaine!!!! Merci mesdames de nous consacrer votre temps et votre professionnalisme….

  56. Annie Klepper Le 24 décembre 2015 - Répondre

    j ai ete IDEL et je suis d accord avec les commentaires de mes collegues !!!!de tout coeur avec vous le liberal n est pas facile!!!

  57. Jean-Marc Dardenne Le 24 décembre 2015 - Répondre

    A force de vouloir tout vous accaparer pour vous faire un max de fric, faut pas pleurer après. … jaurais aimé me mettre en libéral moi aussi mais vous ne vouliez pas d’aides soignants pour vous vous faire un max. C pourtant notre travail aussi !!! Bref, vous voulez quoi en plus, une Médaille ??? 🙁

    • Adrien Cecchini Le 3 janvier 2016 - Répondre

      Votre travail consiste à effectuer des soins sur délégation de l’infirmier(e) dans la mesure où vous n’avez pas de décret de compétences. Vous ne pouvez donc pas exercer de maniere libérale votre profession. Si travailler à domicile vous tente travaillez en SSIAD. Si travailler én liberal vous tente, passez le concours inf.

Laisser un commentaire