Pour rompre leur solitude au quotidien, infirmières et infirmiers libéraux se tournent vers Internet

Pour rompre leur solitude au quotidien, infirmières et infirmiers libéraux se tournent vers Internet

Souvent méconnue du grand public, la profession d’infirmière libérale implique la résistance à de nombreuses pressions. La solitude de l’IDEL peut apparaître comme une difficulté supplémentaire, même si au quotidien, les infirmières et les infirmiers libéraux peuvent compter sur de nombreux soutiens.

Infirmières et infirmiers libéraux, une profession exigeante imposant organisation et … solitude

Faut-il rappeler le caractère si exigeant de la pratique libérale de la profession infirmière ? Les IDEL(s) apparaissent souvent comme les derniers soignants, se rendant quotidiennement ou presque chez leurs patients. Comme tous les professionnels de santé, il leur est fait reproche de ne pas savoir tout, tout de suite ou de ne pas avoir pris le temps de lire le dernier article consacré à une nouvelle pathologie ou à un nouveau traitement.

Si les patients sont exigeants vis-à-vis de leur infirmière libérale, ils leur sont aussi, dans une grande majorité des cas, reconnaissants de leur dévouement et de leur gentillesse. Face à ces difficultés accrues et à ces pressions de plus en plus fortes qui pèsent sur leurs épaules, les infirmières et infirmiers libéraux doivent en plus, et nous nous en faisons régulièrement l’écho, faire face à des tracasseries administratives ou à une ambiance délétère et suspicieuse, qui amène, par exemple, les autorités sanitaires à intensifier le contrôle des cabinets d’IDEL(s) depuis plusieurs mois.

Il suffit enfin de compléter ce tableau par le temps passé sur la route ou par les heures consacrées à la gestion administrative de l’activité quotidienne pour comprendre que ce métier ne connait pas les 35 heures. Outre ces difficultés ressenties au quotidien, l’infirmière ou l’infirmier libéral doit faire face à une solitude, qui peut apparaître comme pesante même si…

Un exercice solitaire de la profession infirmière avec la nécessité de nouer d’innombrables relations

Pour un observateur extérieur, les infirmières et infirmiers libéraux se retrouvent seuls face à leurs patients, alors que dans la quasi-totalité des cas, il n’en est rien. Les relations avec les patients eux-mêmes et leur famille font partie intégrante de cette profession infirmière. Mais les IDEL(s) n’interviennent pas seul(e)s mais s’intègrent à une organisation médicale, pouvant prendre diverses formes. Les relations avec les médecins traitants, qui restent les principaux prescripteurs des soins infirmiers, avec les autres professionnels de santé comme les masseurs kinésithérapeutes par exemple sont aussi un moyen garder un contact avec le corps médical dans son ensemble. Enfin, chaque infirmière et infirmier libéral doit aussi effectuer les transmissions auprès de son (ou ses) collègue(s), puisque la prise en charge d’un patient repose sur plusieurs infirmières ou infirmiers libéraux.

Ces relations brisent la solitude, qui pourrait menacer certains professionnels de santé et elles permettent aussi d’échanger et de se tenir informé. Avec un logiciel infirmier, ces relations peuvent même devenir un véritable outil de suivi du dossier médical de chaque patient. Pourtant, il peut arriver qu’une infirmière ou qu’un infirmier libéral se retrouve confronté à une question ou à un problème, pour lequel il (ou elle) ne dispose d’aucune réponse.

Internet à la rescousse des IDEL(s) en quête d’informations

Contrairement à une infirmière hospitalière, l’IDEL ne dispose pas d’une équipe médicale pouvant solutionner ces questionnements et ces doutes. Pourtant, les IDEL(s) peuvent, comme tout un chacun, s’appuyer sur les possibilités, offertes par les nouvelles technologies. De nouveaux sites et de nombreuses applications, disponibles sur Smartphones ou tablettes, donnent la possibilité de poser une question d’ordre médical à l’ensemble des professionnels inscrits sur ces sites. De nombreuses IDEL(s), des médecins, des pharmaciens et tous les professionnels de santé peuvent ainsi apporter un commentaire suite à l’envoi d’une photo ou proposer un avis après l’envoi d’une question. Ces échanges se font presque en temps réel et peuvent donc apporter une véritable aide à chaque infirmière et/ou infirmier libéral.

Même Twitter, le célèbre réseau social, peut proposer une aide instantanée en assurant de délivrer le message à ses millions d’utilisateurs. Avec le hashtag #doctoctoc, les infirmières libérales comme les médecins peuvent s’échanger infos, astuces et avis. Certes, Twitter n’est pas une communauté médicale, mais les abonnés à cet hashtag sont, pour la plupart, des professionnels de santé soucieux de pouvoir échanger et d’apporter leur aide en cas de besoin.

Accessible partout et tout le temps (ou presque), Internet permet donc de s’appuyer sur une vaste communauté médicale pour trouver une réponse à toutes les questions qu’une infirmière ou un infirmier libéral pourra se poser un jour ou l’autre.

Et vous, utilisez-vous ce genre d’applications ou même un réseau social pour trouver les informations dont vous avez besoin ? Au quotidien, craignez-vous cette solitude ou au contraire la recherchez-vous ?

Accéder à nos communautés

Des communautés pour échanger

Albus met à la disposition de tous les infirmiers libéraux des pages sur Facebook, et un site d'entraide sur la cotation, SOS-Cotation.com
Pourquoi ne pas y faire un tour ?
Accéder à nos communautés
By | 2018-04-12T15:27:17+00:00 19 janvier 2016|IDEL au quotidien|51 Comments

51 Commentaires

  1. Enzel Aubert Le 22 janvier 2016 - Répondre

    Après avoir exercer seule durant 10 ans j’ai enfin trouvé une collègue qui a partagé mon travail. Nous avons la chance de nous entendre parfaitement, de plus nous sommes chacune infirmière pompier ce qui inclut pas mal de formations et la rencontre de beaucoup de collègues. Si bien que je ne peux pas dire que je suis seule. Et pourtant avec ma collègue nous exerçons sur une île sans médecin. D’où la nécessité d’être infirmière pompier, formée aux urgences.

  2. Marie Jose Gonzalez Le 22 janvier 2016 - Répondre
  3. Martine Lucidarme Le 23 janvier 2016 - Répondre

    L’ IDEL exerce dans la solitude et les logiciels mis à sa disposition sont des supports professionnels efficaces mais humainement parlant la solitude reste trop présente d’autant plus quand il n’y a pas d’associé

  4. Djédjé Rub Le 23 janvier 2016 - Répondre

    Le top c’est se retrouver en formation, on rigole trop à se raconter nos anecdotes !
    Alors entre l’ogdpc, le fifpl, les déductions et les crédits d’impôts, rien ne nous empêche !

  5. Sandrine Hz Le 23 janvier 2016 - Répondre

    Et bien moi j ai un associé avec qui je m entend parfaitement bien professionnellement… mais ça s arrête là, on se raconte rien, on se voit jamais… alors en effet la solitude pèse, d autant qu à la maison personne ne nous comprend non plus… mais bon chaque boulot a ses inconvénients !

    • Fabienne Perez Le 23 janvier 2016 - Répondre

      Eh Beh quelle tristesse de travailler dans ces conditions ! Moi
      Toutes les filles que je connais qui travaillent à 2 sont toutes amies !!! Nous on S appelle tous les jours , plusieurs fois par jour ! Meme quand on est de repos ! Quand une est dans une grosse grosse galère elle peut compter sur l autre !

    • Sandrine Hz Le 23 janvier 2016 - Répondre

      On peut compter l un sur l autre à 2000 % !!! On essaye de pas s appeler nos jours de repos par respect pour l autre et puis je suis associé avec un homme donc beaucoup moins de blablabla qu une équipe de filles !! Lol !! Pour te rassurer ce n’est absolument pas triste de travailler comme ça !

    • Tu m’as moi?

    • Moi suis comme Sandrine mais avec une femme comme associée et nos bla bla bla sont professionnels mais toujours pleins d’humour de compassion de compréhension et de soutien….mais ça s’arrête là ….moi qui aime tjs plaisanter et déconner je le fais avec certains patients mais c’est vrai que c’est ce contact de bosser 12h avec qqs collègues où il y avait tjs un moment de trop plein qui faisait qu’on se marrer comme des tordus une gentille connivence face à certains patients difficiles et la possibilité de ne plus se parler s’isoler si on en ressentait le besoin que l’autre comprenait et nous permettait de faire car elle assumait la présence en attendant …..chose impossible à faire en libéral seule et qui me manque parfois ……

    • Sandrine Hz Le 26 janvier 2016 - Répondre

      Isabelle Arnaud-Monnier c est exactement ça !

    • Sandrine Hz Le 26 janvier 2016 - Répondre

      Cedrine Lonnart Sourigues c est vrai ! Tu es une personne extra dont on a pas envie de se passer ! Rare sur cette terre !

    • T chou

    • Sandrine Hz Le 26 janvier 2016 - Répondre

      C est très sincère !

    • Mais je c que tu l’es,moi aussi

    • Fabienne Perez Le 28 janvier 2016 - Répondre

      Sandrine Hz je comprend mieux ?????

    • Fabienne Perez Le 28 janvier 2016 - Répondre

      Nous c est clair qu on est amies , la elle vient de m
      Apler pour me demander comment cuire une courge spaghetti ?????

    • Sandrine Hz Le 28 janvier 2016 - Répondre

      Voilà ! Des trucs de filles ! Des trucs cool quoi ? Je me vois bien poser cette question à mon collègue ! Lui va plutôt me parler d une façon détournée d utiliser la courgette ! ??

    • Fabienne Perez Le 28 janvier 2016 - Répondre

      Ét moi lui dire j ai bouffe ta boîte de Ferrero que Mme untel m avait confié pour toi ???????

    • Fabienne Perez Le 28 janvier 2016 - Répondre

      Oui c est clair les hommes viennent de biteland ?????

    • Sandrine Hz Le 28 janvier 2016 - Répondre

      ??

  6. Agnes Frachon Le 23 janvier 2016 - Répondre

    Nous on a une association c’est super agréable et vivant.on échange partage….

  7. Aman Dounette Le 23 janvier 2016 - Répondre

    Noémie Oudinot

  8. Noémie Oudinot Le 23 janvier 2016 - Répondre

    Je l’ai lu et je voulais le partager d’ailleurs Aman Dounette

  9. Aliosha Ouchakoff Le 23 janvier 2016 - Répondre

    C’est aussi un choix de carrière personnel non?

  10. Yannick Tibald Le 23 janvier 2016 - Répondre

    Moi elle vie ne a la maison pour ma mère on dicute avec elle

    • Isabelle Pauget Le 23 janvier 2016 - Répondre

      ben oui elles ne sont pas isolées humainement et les relations avec leurs patient patientes ?

    • Yannick Tibald Le 23 janvier 2016 - Répondre

      Je ne suis pas le patient elle se occupe de ma mère vous aver raisons

  11. Marie Marabou T Le 23 janvier 2016 - Répondre

    Je m’entends a merveille avec ma collègue. Qui est devenue une amie. Je ne me sens donc pas seule. Et mon compagnon meme si il n est pas dans le milieu m écoute et comprend ma peine et mes problèmes liés a mon job. Et puis la solitude sur les tournées c’est un choix. J adore etre seule au taf. Pas de collegue pour se critiquer ni faire d histoire. Je suis avec mes patients, je les soignent. Et tout ca bien….

  12. Fabienne Perez Le 23 janvier 2016 - Répondre

    C est vrai que c est pesant …..le travail en équipe , les deconades manquent desfois ! Avec môn associee / amie heureusement qu on est solidaires , que avant d en étrangler un on appelle l autre !

  13. Latifa Driou Le 24 janvier 2016 - Répondre

    Les rencontres avec certains patients sont tellement fortes et riches que ça ne me manque absolument pas – et avec le temps, on tisse de vrais liens avec pharmaciens/ médecins/ kine

  14. Celine Albouc Le 24 janvier 2016 - Répondre

    Tout le monde n a pas la chance d avoir trouvé sa Marion !!! Au fil des années elle est passée de simple collègue à élément indispensable à ma vie de tous les jours !!! Ça coupe vraiment de l isolement de l Idel d avoir un bon binôme sur qui on peux compter. Pour tenir sur la durée c est indispensable !!! Sinon j aurais déjà étranglé au moins 2-3 personnes !!!!

  15. Reb Hinaultgego Le 25 janvier 2016 - Répondre

    Personnellement c’est ce qui me fait hésité à ne faire que ça ! Je suis remplaçante quand j’ai des dispo et sinon un autre activité à côté et j’hésite à me mettre en libéral …. Je vais sans doute retourner aux soins par l’hôpital ou cliniques …

  16. Beatrice Maeder Le 26 janvier 2016 - Répondre

    Je ne suis pas seule, j’ai une associée et une remplaçante formidables. nous formons un trio soudé. C’est vraiment agréable de pouvoir compter les unes sur les autres. merci à vous deux et que notre trio demeure

  17. Jean-michel Bideau Le 26 janvier 2016 - Répondre

    Mais tu m’as moi Chris Telle

  18. Estelle Peltier Le 26 janvier 2016 - Répondre

    Comment peut-on être seule quand notre job, c’est d’aller rencontrer des gens? Je ne comprends pas la question. Patients ou soignants, on parle d’humains non? Parlez à vos patients et écoutez-le, vous ne vous sentirez pas seul(e)s !!!!

  19. Lau Lo Le 27 janvier 2016 - Répondre

    Heureusement que pour nous on est là hein Maryline Evesque

  20. Nous entre associées on s’entend bien du coup dès que l’occasion se présente, coup de blues, coup de chauffe ou coup de rire on s’appelle on partage.
    Mon ancienne associée s’était idem, elle disait que nous étions un vieux couple, aujourd’hui elle est à la retraite et on s’appelle pour les nouvelles régulières.

  21. Sophie Lamardelle Le 28 janvier 2016 - Répondre

    Manon Pédelacq pas trop de solitude pour nous grâce aux sms illimités

  22. Nadine Follies Le 28 janvier 2016 - Répondre

    les personnes âgées qui possèdent une connexion internet sont rares…. sauf exception bien sur

  23. Chouquette Duf Le 29 janvier 2016 - Répondre

    Ohhh que ouiiiii

  24. Sylvie Barbet Le 29 janvier 2016 - Répondre
  25. Anne Marie Serra Le 4 février 2016 - Répondre

    LES IDEL SONT SUR LES STARTING-BLOCKS POUR BOUGER ……..LES SYNDICATS SONT DE PLUS EN PLUS PRÉSENTS À NOS CÔTÉS

    ÎLS NOUS SOUTIENNENT CONTRAIREMENT AUX IDÉES REÇUES ILS PROPOSENT DES CHOSES PARTICIPENT ACTIVEMENT À FAIRE BOUGER LA PROFESSION ET A L AMÉLIORER

    MAIS SANS MEMBRES ÎLS NE PEUVENT RIEN FAIRE ALORS IL FAUT SE SYNDIQUER DANS 1 , 2 VOIR MEME TOUS LES SYNDICATS ILS SONT LES SEULS À POUVOIR NOUS REPRÉSENTER AU NIVEAU DU GOUVERNEMENT

    TANT QUE LES IDEL NE SE SYNDIQUERONT PAS RIEN SE SERA POSSIBLE IL N Y A QUE ENSEMBLE QUE NOUS POURRONS FAIRE CHANGER LES CHOSES

    ALORS ON SE SYNDIQUE ON PAIE SA COTISATION À L ORDRE INFIRMIER ET SURTOUT ON VOTE AUX URPS. ……

  26. Anne Marie Serra Le 13 février 2016 - Répondre

    Bonjour à tous et à toutes les IDEL

    Ce groupe n a pas été créé afin de refaire un autre groupe mais pour les plus motivés à travailler ensemble pour défendre notre belle profession.

    D abord parti d une vingtaine de personnes faisant parties de groupes d IDEL Facebook nous avons d abord travaillé sur les textes de loi pouvant nous défendre NOUS IDEL de façon légale

    Et puis est venu le temps d un courrier puis un autre courrier et de syndicats qui ont trouvé que nous étions motivés pour faire bouger les choses ET DU COUP QUI NOUS SOUTIENNENT sans jamais nous demander si nous sommes syndiqués oui ou non et où

    Enfin le groupe a donc décidé après avoir été secret de s ouvrir maintenant que nous sommes prêts à bouger à faire changer les choses et surtout A vous faire comprendre QU IL N Y A QUE TOUS ENSEMBLE TOUS LES IDEL que nous arriverons à faire changer les choses

    Alors venez nous rejoindre sur notre groupe afin d être tous réunis autour de notre profession et dire STOP à notre maltraitance

    La volonté de fédérer nous a réuni alors pourquoi pas vous ON VA BOUGER MAINTENANT …. A SUIVRE

    FORCE ET DÉTERMINATION DES IDEL EN ROUTE

Laisser un commentaire