Infirmiers Libéraux : s’organiser pour durer et faire face aux enjeux de la profession

Infirmiers Libéraux : s’organiser pour durer et faire face aux enjeux de la profession

Les IDEL(s) au cœur des innovations en matière de santé ?

Si les soins occupent une grande partie du temps de travail des infirmières et infirmiers libéraux, l’organisation de leur travail aussi doit être pris en compte et géré d’une manière optimale. C’est d’autant plus vrai, lorsque l’on se projette dans les 10 ou 20 prochaines années, qui marqueront une évolution conséquente des missions des IDEL(s) !

Les infirmières et les infirmiers libéraux doivent s’organiser au quotidien pour préparer l’avenir !

On le sait, et cela nourrit de nombreux débats entre infirmiers hospitaliers et infirmières hospitalières, l’une des difficultés de l’IDEL au quotidien réside dans l’obligation de gérer une petite entreprise. Aux soins dispensés s’ajoutent alors les nombreuses tâches administratives, les exigences comptables, …

Ces difficultés doivent être appréhendées dans leur ensemble par les infirmières et infirmiers libéraux et chaque jour représente ainsi un nouveau challenge. Des transmissions aux relances auprès des mutuelles, les IDEL(s) sont dans l’obligation de :

  • Participer à la coordination
  • Veiller au bon partage de informations (transmission, relation avec les patients et la famille, communication entre les IDEL(s) et les médecins, …)
  • Se préparer pour améliorer l’accompagnement des patients

Il n’existe pas d’organisation type ou d’organisation idéale, mais cette dernière reste indispensable sous peine de voir l’infirmière ou l’infirmier libéral vite débordé(e) par la multiplication de ces tâches aussi nombreuses que variées. N’oublions pas que ces contraintes n’atténuent en rien les obligations des IDEL(s) en ce qui concerne les soins eux-mêmes.

La transformation de la profession d’infirmière ou d’infirmier libéral

Mais ce quotidien, déjà surchargé, se transforme avec l’évolution de la politique de Santé d’une part -et nous l’avons déjà évoqué ici à plusieurs reprises, notamment en ce qui concerne la difficulté de la montée en puissance de l’HAD – mais aussi avec l’évolution des demandes de soins d’autre part (vieillissement de la population, priorité donnée au maintien à domicile, …).

Les IDEL(s), comme tous les professionnels de santé, doivent alors adopter de nouveaux réflexes et de nouvelles habitudes.

Présidente du Haut Conseil pour l’Avenir de l’assurance maladie et co-pilote de la Grande Conférence de la Santé, Anne-Marie Brocas résume parfaitement ce glissement :

Le défi sanitaire est de taille puisqu’il faut migrer d’un modèle de prise en charge des maladies aiguës à un système de prise en charge des maladies chroniques. Par ailleurs, il faut bien garder à  l’esprit qu’une innovation quelle qu’elle soit (organisationnelle ou technologique) se doit d’être efficiente. Il ne faut bien entendu pas négliger la dimension sociale qui est très importante pour les personnes âgées notamment.

Car si les infirmières et infirmiers libéraux pensent, en priorité, aux ajustements qu’ils (ou elles) doivent faire au quotidien, les autorités sanitaires doivent penser cette transformation de la société en général et donc de la politique de santé en particulier. La multiplication des maladies chroniques et des patients aux multiples pathologies contraint les infirmières libérales à renforcer leur rôle de « soignant de référence », un titre qui ne leur est pas octroyé officiellement parlant, mais qui s’impose naturellement dans la mesure où les IDEL(s) représentent LE (ou LA) seul(e) soignant(e) intervenant au quotidien.

Gagner en efficacité tout en assurant des missions de plus en plus larges, le défi des IDEL(s) de demain !

Nouvelles attentes donc et nouvelles exigences vis-à-vis des infirmières et des infirmiers libéraux, qui vont devoir faire face. Les innovations technologiques peuvent aider à cette évolution. L’utilisation d’un logiciel infirmier a est déjà une véritable révolution par rapport aux conditions de travail des infirmières libérales des décennies précédentes. La possibilité de disposer d’un dossier de soins sur Smartphone facilite les transmissions et les relations avec les familles et/ou les autres soignants….Cette technologie innovante promet encore de nouvelles avancées pratiques mais bouleverse aussi plus généralement la Santé Publique (l’émergence du Big Data et de la Santé prédictive n’est plus une utopie mais bien une réalité, appelée à se développer dans les années à venir). Et pourtant, ce n’est pas cette technologie, qui permettra aux infirmières et infirmiers libéraux de relever ce défi. Anne-Marie Brocas l’a très bien compris, en affirmant

(…) l’innovation ce n’est pas d’abord la technique mais ce sont les hommes et femmes qui font vivre le système de santé.

Et parmi ces hommes et femmes, qui font vivre le système de santé, les infirmières et infirmiers libéraux tiennent une place prépondérante.

Comment vous organisez-vous au quotidien pour faire face à ce glissement lent mais continu de la demande de soins ? Cela doit-il passer par une remise à plat de la mission des IDEL(s) ?

 

By | 2018-04-12T15:25:36+00:00 10 avril 2016|IDEL au quotidien|10 Comments

10 Commentaires

  1. Cynthia Thenaisie Le 10 avril 2016 - Répondre

    Esther Thause

  2. Alice Novo Ramain Le 11 avril 2016 - Répondre

    Infirmiers et pharmaciens même combat mêmes enjeux

  3. C’est pas gagné avec ce gouvernement qui ignore totalement cette profession .

  4. Pas d’accord pharmacien commerçant et pas infirmière !!!!!!

    • Ne pas oublier qu on est tous dans le même bateau! Cessons les querelles inutiles et essayons d avancer ensemble contre ce gouvernement qui nous dénigre!

    • Ok mais les pharmaciens sOnt des commerçants et nous non !!!
      Il ne faut pas tout mélanger mais nous n’avons pas la même vue sur la santé
      Sachant que le gouvernement ne connaît pas le nom infirmière libérale !!!

  5. Rached Tombari Le 14 avril 2016 - Répondre

    Avec vous et in bravo universel pour cette vocation

  6. Dominique Merlhiot Le 14 avril 2016 - Répondre

    Une belle profession où il faut donner sans attendre de retour . la considération vient des patients , de certains médecins, parfois des familles .. Ce qui importe avant tout , c est le sourire dans un regard , le bonheur qui se lit sur un visage quand on franchit la porte …

  7. Muriel Rouchouse Le 16 avril 2016 - Répondre

    Elle ont beaucoup de merite

Laisser un commentaire