Entre reconnaissance et révolte, les IDEL(s) se dévoilent ….

Entre reconnaissance et révolte, les IDEL(s) se dévoilent ….

C’est à travers les réactions des infirmières et des infirmiers libéraux que l’on saisit le mieux la réalité de cette profession en mal de reconnaissance.

Des réactions pour témoigner d’un quotidien passionnant….

Même s’il est nécessaire de rester informé de l’évolution de la législation, des projets menés par le Ministère de la Santé, des initiatives prises ici-et-là pour favoriser le maintien des personnes âgées à leur domicile, …. rien ne remplacera jamais le témoignage des infirmières et des infirmiers libéraux pour saisir la réalité de cette profession. A chacun de nos articles, vous êtes nombreuses et nombreux à réagir et à nous révéler votre quotidien.

Alors, lorsque nous évoquions la prochaine refonte de la nomenclature, vous avez réagi de manière encore plus importante. Comme l’écrit Nasséra Redjem, vous avez saisi l’urgence de la situation : « Revoir la nomenclature c’est plus qu’urgent! L’infirmière libérale est l’infirmière à tout faire! Et c’est normal ! La prise en charge des patients à domicile a évolué mais pas la nomenclature ! »

La cotation concentre une grande partie des reproches faits par les IDEL(s), qui doivent en outre composer avec cette « proximité » du patient. Sandrine Hz le résume parfaitement en écrivant « (…) je me rends compte qu’on en est tous à faire tout et n’importe quoi au domicile de nos patients, ceci n’est pas un reproche, (…). »

Elle poursuit en argumentant pour une revalorisation nécessaire. « (…) en nous augmentant un peu ça comprendrait tous ces « à côté » que l’on fait pour des raisons diverses et variées (concurrence, amour du patient, dépannage, décryptage d’écritures médicales, consultations, etc., etc…) ». Mais ces tâches, non prévues à la nomenclature certes, contribuent, selon elle, « au maintien des patients à domicile, et sans eux il n’y aura plus besoin de nous. »

Les infirmières et infirmiers libéraux s’interrogent et imaginent l’avenir de leur profession

Malgré ces reproches, les IDEL(s) restent attachés à leurs missions et apparaissent lucides quant à la diversité de leur profession, comme le précise Christiane Ayrault Graveleau : « Infirmier en ruralité est bien différent d’infirmier en urbanité… En ruralité, la demande humanitaire de l’aide, en plus de notre fonction est bien plus importante du à l’impossibilité de déplacement pour les patients étant donné la distance entre un centre de soins et leur domicile, et arrivés à un certain âge, c’est très difficile pour eux de se déplacer s’ils sont seuls … Donc nous devenons alors des infirmiers coursiers par nécessité humanitaire (ce mot « humanité » fait aussi parti de la profession, non ?!). »

Il ne s’agit donc plus que de nomenclature mais bien d’une reconnaissance de la profession même d’infirmière libérale. Et encore, si réforme de la nomenclature il y a, vous êtes nombreux à craindre les conséquences. N’est-ce pas le sentiment d’Olivier Seban ? : « Si la nomenclature change comme pour les perfs…. on n’a pas fini de se faire arnaquer !!!! »

Isabelle Soatto Monbertrand ne peut, elle aussi, que constater la situation, tout en osant soulever la question de la féminisation de la profession. «  (…) les IDEL(s) n’ont aucune pression sur la sécurité sociale : la concurrence (ce que n’ ont pratiquement pas les médecins), et malheureusement la reconnaissance de notre métier (on compose toujours auprès des patients pour le kiné, le médecin etc.. Puisque l’on intervient tous les jours. Après je me pose toujours la question si ce métier était composé majoritairement d’hommes est ce que cela serait différent sur le prestige du métier. … »

De son côté, Stéphanie Guy ose avancer une explication : Je reste persuadée que les ambiguïtés sont volontaires !! Comme ça de notre côté des conneries sont faites (parce que même les médecins conseils sont parfois incapable de nous donner la bonne cotation) comme ça on peut nous tomber dessus en prétextant n’importe quelle connerie pour récupérer de la tune … Hâte d’une nouvelle nomenclature claire et précise !! En espérant qu’ils s’entourent de vrais professionnels pour la créer sinon encore un beau loupé ». 

Les doutes et les hésitations sont donc nombreuses et variées quant à cette réforme de la nomenclature, mais les infirmières et les infirmiers libéraux semblent, dans leur grande majorité, être d’accord sur un point : être associés directement à ce changement.

Pensez-vous que la participation des IDEL(s) à cette réforme de la nomenclature est essentielle voire indispensable ? Estimez-vous que vous serez entendu sur ce point ?

 

 

By | 2018-04-12T15:25:06+00:00 7 mai 2016|IDEL au quotidien|57 Comments

57 Commentaires

  1. Une simple honte et du vol de l esclavage

  2. Moi Celine passione un tribunal pour me défendre à 36 ans jamais j aurai cru vive Ca dans mon pays

    • Kev Lab Le 10 mai 2016 - Répondre

      Pourquoi vous retrouvez vous au tribunal si c’est pas indiscret ?

    • Dufrenoy Celine Le 10 mai 2016 - Répondre

      Kev Lab pila dossier tres longs à raconter mais ssiad ordos mal rédige bref tout ce qui va pas dans notre taf mais je lache pas depuis 2 ans et je continue à faire descendre la note grâce à une avocate qui crois en moi et je lâcherai pas de l injustice et du vol pure et dure

  3. Carole Magnier Le 7 mai 2016 - Répondre

    Si réforme il y a!! il faut des idel pour faire cette nomenclature car si comme d’habitude c’est des personnes derrières leur bureau et qui ne connaissent rien à la réalité du terrain, çà sera encore du grand n’importe quoi !!!

    • Ca c est clair et certains

    • David Mezzo Le 11 mai 2016 - Répondre

      Avec 76% d abstention aux élection URPS nos collègues non pas encore compris comment on peut faire évoluer les choses par contre pour se plaindre elles sont championnes ??

    • Vanille Bnl Le 11 mai 2016 - Répondre

      David Mezzo en juin election de la carpimko je crains le pire !!!

    • Benoit Forest Le 16 mai 2016 - Répondre

      Bonsoir Carole, se sera un grand plaisir pour moi de vous avoir comme ami sur Facebook. Comme vous le savez l’internet de nos jours est un moyen très efficace de communication avec le monde extérieur. Si aujourd’hui mon message de correspondance vous est adressé, c’est en fouillant sur la page que j’ai retrouvé votre commentaire qui m’a beaucoup flatté alors je n’ai pas hésité a répondre et c’est aussi parce que j’ai voulu avoir plus de relation pour les échanges d’idée, de propos, pour discuter, dialoguer . Alors si vous ne voyez aucun dérangement en cela, veuillez m’envoyer une invitation.

  4. Ca c est clair

  5. Philippe Butin Le 7 mai 2016 - Répondre

    Albus…. Vous servez à quoi??

    • Ca y est ça va être de notre faute ^^

    • Vanille Bnl Le 10 mai 2016 - Répondre

      Merciiiiiii Albus ?
      Peut on paler de notre convention signée avec la cpam lors de notre installation en libérale elle aussi est en devenir d être revue au même titre que la nomenclature !!!

  6. C’est certain que s’il n’y a pas d’idel pour la réforme de la nomenclature je ne vois pas l’intérêt. Deja, il faudrait y ajouter des actes (je prend par exemple la pose de bas de contention car beaucoup de mes patients ne les mettent pas car n’y arrive pas et n’ont personne)

    • Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

      Bonjour,
      la demarche de soin infirmier sert aussi a la pose de bas de contention.
      Confere role propre de l infirmiere Code de la sante publique : Article 4311-5 ou l on a 42 alineas que l on peut sans probleme integrer dans une demarche de soin infirmier.

      La dsi ne s utilise pas que pour le nursing.

      Bon dimanche.

    • Mais c’est bon à savoir ça! On peut l’utiliser juste pour la pose et l’ablation des bas?

    • Aline WH Le 8 mai 2016 - Répondre

      Nous on a été retoqués justement car on utilisait les DSI pr les bas.
      Sans compter que certains caisses font leurs lois en interne. Je pense notamment à la MSA.
      Donc à un moment faudrait savoir.
      Un autre non-sens…. ceux qui font appliquer la NGAP ne proposent pas de formations et aucune formation n’est validée par un organisme de remboursement.
      Bravo la logique française.

    • Vanille Bnl le souci c’est que t’es limité à 34 ais 3, maximum par jour et pas plus , nous sommes fliqué!!

    • La pose de bas de contention fait parti des soins hors nomenclature non remboursable

    • Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

      Tout à fait d accord Stéphanie Barbe c est hors nomenclature car ce n est pas un soin prescrit.
      Tous les soins prescrits font référence à la nomenclature
      Tous les soins concernant notre role propre sont actes par le code de la santé publique arrête du 31 juillet 2009
      article 4311-5 alinéa 23
       » prévention non médicamenteuse des thromboses veineuses  »

      Oui c est pris en charge par les sécurités sociales !!!!!

      Je n invente rien tout est dans les textes…

    • Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

      Aline WH grosse stratégie de nos politiques
      Mieux vaut nous laisser ignorant on est plus vulnérable ? !!!!

    • Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

      Stéphanie Barbe Tout à fait d accord Stéphanie Barbe c est hors nomenclature car ce n est pas un soin prescrit.
      Tous les soins prescrits font référence à la nomenclature
      Tous les soins concernant notre role propre sont actes par le code de la santé publique arrête du 31 juillet 2009
      article 4311-5 alinéa 23
       » prévention non médicamenteuse des thromboses veineuses  »

      Oui c est pris en charge par les sécurités sociales !!!!!

      Je n invente rien tout est dans les textes…

    • Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

      Aline WH Aline wh quand une sécurité sociale nous retoque, il ne faut pas en avoir peur…
      Notre stratégie : avoir une démarche intellectuelle
      Apportons la preuve aux sécurités sociales.
      Nous avons plusieurs outils :
      Le code de la santé publique pour notre rôle propre
      Notre doctrine : expertise, haute autorité de santé, nos sociétés savantes
      Nous avons des moyens de faire valoriser la qualité des soins prodigués !!!

    • Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

      Abdelhalim Aurés Abdelhalim Aures il n y a pas de problème, il y a que des solutions ?
      Ok il y a eu une jurisprudence dans le vars pour 34 ais.
      Sur Marseille on peut aller jusqu’à 36 voir 40 ais.
      A chacun son département !!!
      Pour en revenir à ton problème :
      Regarde dans ta clientèle ( j utilise le mot client car je me positionne en tant que CHEF D ENTREPRISES)
      Si tu as des clients qui relèvent des maladies inscrit ai DSM IV ( c est la bible du psy)
      Des clients sui prennent des psychotrope…

      Tu passes tes AIS en AMI

      En demandant au médecin de mettre le libellé du trouble sur l ordonnance

      Ex : faire pratiquer par ide à domicile, l administration et surveillance d une thérapie orale d un patient présentant des troubles psychiatriques .
      Pour risque de non observance du programme thérapeutique.

      Qsp : 6 mois

      Tu dois faire une entente préalable au delà des premiers quinze jours de ton intervention
      Confère notre nomenclature

      Si tu as besoin de plus d informations suis joignable en MP

      Belle soirée

    • Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

      Julie Maréchalle Julie Maréchalle Pose et retrait de bas de contention
      article 4311-5 alinéa 23 du code de la sante publique
       » prévention non médicamenteuse des thromboses veineuses  »

      Donc DSI ?
      1 ais 3 a la pose
      1 ais 3 au retrait

      Idem pour la prise de TA seance de 15j prescrit on cote des AMI
      au dela de 15j ca rentre dans la dsi pour cote des AIS

    • Merci de l’information. Dans notre cabinet du coup on refusait les poses de contention et bien maintenant ça va aider beaucoup de nos patients!

    • Les bas c est sur prescription

    • Mais pas inscrit à la NGAP donc à la charge du patient

    • Vanille Bnl ,notre rôle est non remboursable et encore moins par la DSI .Un acte non remborsable reste non remboursable dans tous les cas de figure et s’ils peuvent etre realisé pdt une seance AIS ,ils ne peuvent en aucun cas etre à l’origine de l’etablissement d’une DSI

    • Vanille Bnl Le 10 mai 2016 - Répondre

      Joelle Capdeville bonsoir,
      je n invente rien comme je l ai déjà dit dans un précédent post.
      Je me réfère seulement aux textes….
      Dsi = rôle propre
      Prescription médicale = nomenclature

    • Vanille Bnl Le 10 mai 2016 - Répondre

      Joelle Capdeville bonsoir,
      je n invente rien comme je l ai déjà dit dans un précédent post.
      Je me réfère seulement aux textes….
      Dsi = rôle propre
      nomenclature = rôle prescrit

    • Certainement pas et je suis formelle .Role propre = non remboursable et DSI c’est prescrit .une seance AIS3 = 30mn

    • Patricia Syzdek Le 17 mai 2016 - Répondre

      Rôle propre non remboursable ?

  7. il nous faut des infirmières libérales ,elles asument bien correctement leurs taches elles soignent ,remontent le moraleelles sont réconfortente,nous devons les défendres contre les lois du ministère de la santée eux qui non jamais ete sur le terrain et en plus qui non jamais travailler

  8. Vanille Bnl Le 8 mai 2016 - Répondre

    Le rôle propre infirmier est défini par le décret 2004-802 du 29 juillet 2004 aux articles 4311-3 à 4311-5. Le rôle propre infirmier regroupe tous les actes infirmiers et les soins qu’un infirmier peut être amené à réaliser d’une façon autonome. Il donne des soins qu’il juge nécessaires, pose un diagnostic infirmier, peut s’entourer d’une équipe, gère les dossiers de soins infirmiers… À la différence du rôle prescrit, qui est celui de suivre l’ordonnance médicale, le rôle propre permet à l’infirmier de prendre des initiatives

  9. Vanille je vois que toi aussi tu as fait la formation ?

  10. Vanille Bnl Le 9 mai 2016 - Répondre

    Chrisou Guillot plus qu une formation ?
    Nous sommes une equipe d infirmiers liberaux qui avons cree une societe de facturation POUR les infirmiers liberaux !!!
    Notre savoir au service de nos confreres et consoeurs …
    Belle nuit

  11. Dufrenoy Celine Le 10 mai 2016 - Répondre

    Courageuse et pas voleuse

  12. Latifa Driou Le 10 mai 2016 - Répondre

    @ vanille bnl : j’ai fait la formation avec toi mais j’ai eu rdv Cpam et ils disent que 1ais3= 30 minutes donc si on fait une dsi pr des bas contention … On peut ds 3ans avoir un sacré indu … Donc en formation on nous dit qon peut mais Cpam dit attention « ais3=30min  » … Alors que faire car si on est convoqué on est seul… Et c’est bien ton propre nom qui est noter …. »

    • Vanille Bnl Le 10 mai 2016 - Répondre

      Yes dans tes 30 mins tu as pose de bav, TA, soin relationnel avec le patient , avec la famille du patient, coordination avec ton dossier de soin, tes collègues de travail ( infirmiers, pharmacien, médecin, auxiliaire de vie…..) Ta voiture c est ton bureau n est ce pas ?

      Ton Seul ami c est un dossier de soin en béton donc tracer tout ce que tu fais.
      La cpam te fait un contrôle apporte la preuve de ta bonne pratique infirmière en te référant à notre rôle propre, a notre doctrine.
      argumentes avec des recherches cliniques confère la haute autorité de santé.

      Facturer avec la bonne cotation.
      Eviter les passages fictifs

      Chaque cpam interprète à sa façon la nomenclature…
      A nous de montrer l exemple et d arrêter d avoir peur
      il y a de plus en plus d avocats qui s intéressent à notre métier.
      Notre RCP sert aussi à quelque chose .

    • Vanille Bnl Le 10 mai 2016 - Répondre

      N oublie pas Latifa Driou nous sommes des CHEFS D ENTREPRISES !!!
      Comportons nous comme tel.
      Bisoussssss belle nuit

    • c’est le discourt actechange ça !!ce même discourt qui envoie tant d’IDEL au TASS ..c’est deseperant

    • Mu Riel Le 11 mai 2016 - Répondre

      Euhh 30 mn pour mettre des bas de contention, les contrôleurs suivent discrètement les IDE, un collègue en a fait les frais ! Son AIS 3 pour les bas de contention n’est pas passé du tout !

  13. Latifa Driou Le 11 mai 2016 - Répondre

    Ok vanille pr ta réponse mais tous les jours je ne vais pas prendre 30min de : transmissions , dossier, Ta tous les jours si pas nécessaire …
    A la Cpam pr eux non justifiable … Pas évident … Même si en formation actechange il dit l’inverse ….

    • Vanille Bnl Le 11 mai 2016 - Répondre

      Cc , c est pour cela que la BSI va remplacer la dsi.
      D après nos syndicats, la BSI devrait plus coller à ce que nous faisons réellement…
      Je fais beaucoup de recherche (sur la gestion de notre activité) et discute avec bien nombre d infirmiers jeune et moins jeune, j échange aussi avec la cpam, je me forme régulièrement avec différents organismes de formation…
      Et oui je te rejoins : ce n’est pas évident car rien n’est clair et tout est interprétable !
      J espère te voir bientôt
      Belle journée

  14. Vanille Bnl et vous allez au TASS aussi ,comme actechange pour defendre toutes celles et ceux à qui on a appris à mal coter ?

  15. Vanille Bnl Le 12 mai 2016 - Répondre

    Bonsoir,
    malheureusement je n ai pas les compétences d un avocat !
    Comme vous le dites la nomenclature , la cotation d une ordonnance est un apprentissage on devrait être formé(e) avant même de s’installer en libéral.
    Être tout simplement former au statut de chef d entreprise.
    Belle soirée et bonne fête pour la journée mondiale de l infirmière

  16. Alice Freitas Le 13 mai 2016 - Répondre

    Non mais quand on connais la nomenclature c’est une honte ces bureaucrates qui du haut de leur tour d’ivoire nous donnent de grandes leçons et décident de tout mais effectivement ne connaissent rien à la réalité du terrain, qu’ils aillent passer ne serait-ce qu’une journée en tournée avec une IDEL… Et si nous nous décédions de la manière dont ils sont rémunérés!!!!!

  17. Aziz Djeffal Le 13 mai 2016 - Répondre

    Les AIS3 m’ont conduit au tribunal alors aujourd’hui c’est plus aucune toilette ni soins qui pourraient me porter préjudice. Et si demain j’ai plus assez de boulot et bien je retournerais à l’usine, au moins on y rigolait bien …

  18. David Mezzo Le 14 mai 2016 - Répondre

    Entre reconnaissance et révolte ??? Révolte de quoi ?? Qui fait bouger la nomenclature , les syndicats et les URPS C est à dire l’union ! Rappelez moi le taux d’abstention national aux élections URPS ah oui 76% Donc avant de commencer à se plaindre de la nomenclature et de toutes ces choses qui faut que l on change dans notre job, commençons par nous unir. Dans la vie comme dans notre métier il y à ceux qui prennent les décisions et ceux qui les subissent, moi j’ai choisi mon camps

Laisser un commentaire