LES IDEL(s) au bord de la crise de nerf ou même de la révolution !

LES IDEL(s) au bord de la crise de nerf ou même de la révolution !

Trop c’est trop ! C’est ce que se disent de nombreuses IDEL(s) à la lecture des faits divers relatant les procès les opposant aux caisses de sécurité sociale. Peinant à simplement se faire entendre, les infirmières et les infirmiers libéraux estiment le climat actuel comme intenable à court et moyen terme !

 

Un nouveau fait divers jette (encore) le discrédit sur les infirmières libérales

Les infirmières et infirmiers libéraux se sentent déjà stigmatisés pour de nombreuses raisons, comme par exemple à travers le déconventionnement induit par la non-inscription à l’O.N.I.. Le sentiment se dégrade au sein de la profession, qui s’exaspère aussi des faits divers, qui viennent ternir leur activité. Le dernier exemple en date nous emmène dans les Landes, où deux infirmières libérales doivent comparaître pour escroquerie envers trois caisses distinctes.

Le cabinet d’infirmières libérales aurait donc escroqué la Caisse Primaire d’Assurance Maladie pour un préjudice estimé à 33.265 €, la Caisse nationale Militaire de Sécurité Sociale pour un préjudice de 4740 € et la Mutualité sociale Agricole pour un préjudice valorisé à 17.000 euros. A l’origine de l’action en justice, la MSA reste le seul organisme à avoir saisi la justice.

Nous n’entendons pas ici mener les débats à charge et à décharge contre ces infirmières libérales. Les poursuites de ce genre sont récurrentes, à savoir surfacturation, double facturation, facturation de nuit indue, …Il faudra attendre le 08 novembre prochain, pour que le tribunal correctionnel de Mont de Marsan se penche sur ce dossier.

Une culpabilité évoquée aux dépens de la présomption d’innocence

On peut quand même s’étonner du traitement réservé à ce fait divers. Même si l’affaire n’est pas relayée au niveau national, elle a fait grand bruit dans les quotidiens régionaux avec en arrière-fonds une petite musique bien connue désormais : « les infirmières libérales, des fraudeuses en puissance, c’est bien connu. » Rumeur savamment entretenue par la multiplication de ces procès et donc des articles pour expliquer aux citoyens …

Les infirmières et les infirmiers libéraux ne sont pas, dans la très grande majorité des cas, des fraudeuses et des fraudeurs. Comme dans toute profession, il peut exister quelques « brebis galeuses ». En revanche, on peut s’interroger sur les raisons, poussant à décrire en détail les escroqueries présumées des infirmières et des infirmiers libéraux, alors que le compte rendu d’une relaxe ou d’un non-lieu est beaucoup plus sommaire.

Sans aller jusqu’à dénoncer un climat hostile à toute une profession, force est de constater que la médiatisation de ces faits divers tranche avec l’absence de réflexion sur les stigmatisations, dont sont victimes au quotidien les IDEL(s). On parle en l’espèce d’un soupçon d’escroquerie de 55.000 euros sur 3 ans. A-t-on lu, dans l’un ou l’autre des quotidiens régionaux concernés, le montant des sommes réclamées en vain par les infirmières et infirmiers libéraux ?

Une stigmatisation de plus pour des infirmières libérales déjà très éprouvées

On peut aussi se poser la question du harcèlement et de l’acharnement. Dans cette affaire, une plainte a été déposée en juin 2013 pour une audience prévue en novembre 2016. Plus de 3 ans d’enquête pour décortiquer la gestion d’un cabinet d’IDEL(s), on peut s’étonner de la lenteur de la justice, qui sait aussi, faut-il le rappeler, se montrer très expéditive. La question de l’acharnement se pose donc avec plus de force. Les professionnels de santé que sont les IDEL(s) peuvent enfin s’étonner des déclarations du procureur de la République de Mont de Marsan, Jean-Philippe Récappé : L’infirmière gestionnaire du cabinet affichait un chiffre d’affaire de 400 000€ pour 2011. Cela ne semble pas compatible avec l’exercice normal d’une profession d’infirmière libérale

Sans violer le secret de l’instruction, le procureur ne brise-t-il pas le mythe d’un jugement impartial en estimant que « Cela ne semple pas compatible … ». Il existerait donc un exercice normal pour un chiffre d’affaire normal s’agissant de la profession d’infirmière libérale. Il reste à savoir si cela induit de disposer d’une patientèle normale.

Ce fait divers, indépendamment des faits précis et du jugement qui sera rendu, atteste bien du climat de méfiance qui règne vis-à-vis de la profession infirmière. On pourra quand même regretter, que d’un autre côté, les IDEL(s) soient obligés de se battre pour faire appliquer la loi (l’exemple de la remise en cause des indemnités horokilométriques en est un parfait exemple) ou même pour se faire entendre (6 mois d’attente pour les IDEL(s) du Cotentin en colère pour être simplement entendus).

Ressentez-vous également cette ambiance délétère vis-à-vis de votre profession ? Connaissez-vous ce que l’on entend par l’activité normale d’un IDEL normal ? Pensez-vous également que les infirmières et infirmiers libéraux sont au bord de la crise de nerf voire de la révolution ?

By | 2016-06-30T19:56:05+00:00 30 juin 2016|IDEL au quotidien|72 Comments

72 Commentaires

  1. Laurent Raidi Le 30 juin 2016 - Répondre

    La crise de nerfs, on s’en fou !!!! c’est la revolte qu’il faut faire une bonne fois pour toute

  2. Tomato Ketchup Le 30 juin 2016 - Répondre

    Absolument d’accord pour la révolte !!!

  3. Peut être que la crise de nerfs va faire bouger tout le monde !

  4. Bab Ouch Le 30 juin 2016 - Répondre

    Le monde a l’envers, quand on sait que c’est la secu qui nous fraude au final, avec ses tarifs dégressifs ! On se fait tondre, et en plus lapider sur la place publique
    Ras le bol d’entendre que les libéraux sont des voleurs

  5. Cathy Rousseau Le 30 juin 2016 - Répondre

    En même temps il y a tellement d’idel qui fraudent… Nos propres consœurs nous salissent!
    Hier j’ai appris par un Medecin que suite à un contrôle de la caisse, un cabinet d’idel lui avait déposé tout un tas d’ordonnances où il devait ajouter la mention nuit! Les soins étaient des sondages urinaires bi-quotidiens… Il n’a pas ajouté la mention et j’ai approuvé mais j’avais honte… Honte de mes consœurs…
    Alors Ok certains contrôles sont abusifs mais d’autres réellement nécessaires…

    • Pauline Goeminne Le 30 juin 2016 - Répondre

      Ohla, oui, là c’est abusé!
      Nous n’avons aucun soin en « nuit » alors que nous finissons à 21h15… par choix, car nous avons beaucoup de monde dans la tournée du soir aussi.

    • Cathy Rousseau Le 30 juin 2016 - Répondre

      Idem on commence à 6h mais c’est notre choix donc aucun tarif de nuit.
      J’étais vraiment déçue et fâchée…

    • Je n’oserais même pas demander ça a un médecin

    • Cathy Rousseau Le 30 juin 2016 - Répondre

      Idem….

    • Sophie Drouet Le 30 juin 2016 - Répondre

      Ouais mais sondage avant la nuit , on ne peut pas y aller dans l’am , c’est une contrainte horaire qui peut mériter un tarif de nuit! Non?

    • Cathy Rousseau Le 30 juin 2016 - Répondre

      En l’occurrence dans ce cas c’était pour un passage le matin vers 7h.
      Mais pour avant la nuit, j’irai tranquillement vers 19h30. Et pas de tarif de nuit.

    • Charlotte Mary Le 30 juin 2016 - Répondre

      Personnellement je le fais rajouter pour les diabètiques sur un des deux passages ( matin ou soir…) mais cela concerne un patient!

    • Martine Ternisien Le 1 juillet 2016 - Répondre

      Lamentable mais c est ce que je vois souvent

    • Anna Bel Le 1 juillet 2016 - Répondre

      Je ne vois pas en quoi c « lamentable » ce n’est pas maltraitant envers les patients c juste récupérer quelques euros que la secu nous prend!!! Fo arrêter de se dénoncer aussi pour ce genre de conneries!!! Perso on peut parler des kine!!!???? Franchement la secu devrait aussi fouiller un peu chez eux!!!!

    • Sophie Drouet Le 1 juillet 2016 - Répondre

      J’aime à penser que la majorité des infirmiers sont des gens intègres !! Et je ne vois pas de problème au tarif de nuit qd la contrainte le justifie! (Insuline avant le dîner …) on est présent du matin au soir et le fait de devoir dispenser des soins à des horaires tardives méritent un tarif plus élevé ! Allons un peu de respect envers nous même !!! Et le fait de stigmatiser comme ça les uns ou les autres c’est vraiment une drôle de chose un peu trop dans l’air du temps…

    • Sopht Flag Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Je partage cette honte
      Dans ma région la fraude est un sport national
      Ma Remplacante travaille pour un cabinet de 2 infirmières
      Chacune d’entre elle facture des nursing tous les jours de l’année pour contourner les quotas alors qu’elles ne travaillent bien entendu qu’une semaine sur 2.
      Un autre cabinet facture des passages de nursing où elles ne vont pas puis versent un pourcentage aux familles afin de conserver les soins!!!
      Une honte.
      Et je ne parle pas des petits arrangements avec les cabinets médicaux et les prestataires de service!

    • Gaelle Fradin Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Anna Bel c’est pas la solution d’aller taper sur les autres professionnels de santé. Soyons honnêtes il y a des fraudeurs dans toutes les professions, la nôtre y compris. Et ce n’est pas en trichant qu’on se donne une bonne réputation, déjà qu’en ce moment les faits divers ne nous loupent pas! Dans le Rhône 2 articles en 2 semaines d’idel qui ont fraudé.

    • Nicolas Roncevic Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Y en a combien qui fraudent sur 80 000 ? T’as les chiffres exacts ? Quand tu mets des collyres 3/jour pendant 3 semaines après une inter chir, t’es payées combien ? Quand tu vas enlever des bas de contention tu es payée combien ? Quand tu pratiques 3 soins chez ton patient tu es payée combien ? Et combien il te reste après un bilan sang, toutes charges déduites ? Donc les amalgames sur « y a beaucoup d’idel’s qui fraudent !! Si la nomenclature respectait notre travail il y en aurait moins tenté par la fraude même si je ne l’approuve pas !!

    • Cathy Rousseau Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Sopht Flag là je suis carrément choquée… Ou trop naïve, je ne sais plus trop…

    • Bapt Man Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Quand on passe avant 7h ou après 20h car on a des patient que les soins se font le soir et matin et que l’on ne peut pas les faire tous avant ou après ces horaires c’est dommage que l’on puisse pas mettre nuit … C’est un choix certes de passer à ces heures, mais un choix imposé par la réalité de notre activité et la secu s’en dédouane totalement … Après je suis contre la fraude mais faut pas s’étonner que certains tentent

    • Karen Loisel Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Que la sécu commence à coter à leurs justes valeurs nos soins avant de nous juger de frandeurs.quand tu vas chez ton mécano faire la vidange,les plaquettes et les disques.tu crois que ça lui viendrait à l’esprit de te faire les plaquettes à 50% et les disques gratos?

    • Pierre Gay Le 3 juillet 2016 - Répondre

      Quand il y a sondage matin et soir avec 12h d intervalle je fais précisé les horaires par le medecin ( si c est lui qui veut ces 12h d intervalles) et je factures 1 des 2 passage en nuit. Faut arreter les filles la. ! C est justifié et medical. On se fait deja assez entuber !!

    • Sopht Flag Le 3 juillet 2016 - Répondre

      Cathy Rousseau
      Vraiment c’est terrible ici!

    • Nicolas Roncevic Le 3 juillet 2016 - Répondre

      Quand tu bosses à la Réunion en autre le soleil se levant tôt et les patients aussi (beaucoup de diabétiques) tu factures de nuit parce que c’est normal. Déjà que les CPAM nous les brisent avec l’ordre IDE comme si du jour au lendemain tu étais devenue une mauvaise IDE avec sa création qui soit dit en passant n’a pas fait avancer la profession !!

    • Pierre Gay Le 3 juillet 2016 - Répondre

      Si la cpam fesait une nomenclature adaptée et rehausserai les tarifs ( qui n ont presque pas bougés depuis 15 ans à part les mau) et bien il y aurait beaucoup moins de fraudes …
      Pr les kines ,je m abstient, meme si j aurai bcp de choses à dire sur eux…

    • Marie Noelle Lebeau Le 4 juillet 2016 - Répondre

      Je réponds à Nicolas Roncevic collyre bas de contention hors nomenclature non facturables je suis d’accord il faut revoir la nomenclature 30 ans que je suis libérale peu d’évolution
      Quand aux fraudeurs et fraudeuses je ne les défends pas

  6. Virginie Lange Le 30 juin 2016 - Répondre

    400 000 euros en 2011 je suis désolée mais c’est normal qu’elle se fasse épingler! Qui peut faire un chiffre pareil!!! Il les interdire d’exercer ces filles là !

    • Sophie Drouet Le 30 juin 2016 - Répondre

      Non mais faut arrêter de dire n’importe quoi, à 400000 euros t’inquiètes que la sécu est déjà sur son dos, 40000 euros par mois !!! Excellent

  7. Kari Changekari Le 30 juin 2016 - Répondre

    Si tu ne fais que des soins techniques et tu w as 2… Peut etre…

  8. Martine Ternisien Le 30 juin 2016 - Répondre

    Arrêtez le délire la nouvelle génération voit au libéral que des billets d’euros quitte à frauder
    Comment peut on se payer tout ce que se paye un jeune installé 4/4 superbe maison
    Restez honnêtes et vous verrez

    • Gael Nadal Le 1 juillet 2016 - Répondre

      Pourquoi attaquer les jeunes ? Je pense pas que stigmatiser les jeunes soit très intelligent !!!!

    • Sandrine Squilbin Le 1 juillet 2016 - Répondre

      C’est vrai pour certains qui s’installent malheureusement. ..ils vivent un peu au dessus de leurs moyens et qd les charges tombent vont faire des vac ou de l’intérim car n’arrivent pas à payer …faut pas se voiler la face ..

  9. Charlotte Mary Le 30 juin 2016 - Répondre

    De là à rouler sur l’or. Nous gagnons mieux notre vie qu’en institution , certes ,mais les charges sont tellement astronomiques et augmentent tous les ans( avec la Collegue , nous avons augmenté nos charges tous les ans alors que le CA est stable!!!) que nous ne sommes pas richissimes malgré ce que la population pense…

    • Mathilde Legrand Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Et encore, si on calcul que nous n’avons pas de congés payés ni d’arrêt maladie nos revenus deviennent équivalents à ceux des institutions au taux horaire.

  10. Tom De Le 30 juin 2016 - Répondre

    Comme partout, il y a des personnes honnêtes et des autres qui sortent des rails. Il n’y a pas de tranches d’âges particulière alors arretons de taper sur les jeunes comme j’ai pu voir dans l’un des commentaires.

    Il y a aussi un fait. Ce genre de fait divers fait vendre. Et les journalistes ne nous épargnent pas. L’autre jour alors que j’effectuai une sécurisation de mes ordonnances avec la CV du patient. Celui-ci m’a demandé pourquoi, je ne lui donnais pas un papier (un peu comme lors d’un paiement sur terminal carte bleu) car « vous comprenez, je n’arrete pas de lire que des infirmiers fraudent » ça montre l’image que l’on a de notre profession.

    • Joelle Capdeville Le 1 juillet 2016 - Répondre

      je donnais toujours un reçu ,mon TLA l’imprimait

    • Tom De Le 1 juillet 2016 - Répondre

      Certains TLA ne le font pas. Là n’est pas le problème et le but de mon commentaire. C’est juste que les bons paient pour les mauvais

    • Sandrine Squilbin Le 1 juillet 2016 - Répondre

      J’ai ce même pb avc les cartes vitales …du coup j’ai fait bp de dégradés et résultat j’ai pas eu ma prime teletrans ….

    • Tom De Le 2 juillet 2016 - Répondre

      sandrine, c’est dommage de te priver de cette prime à cause de ça. De toute façon, je crois que les patients reçoivent un récapitulatif. Il y a de toute façon des pointilleux, il y en a toujours.

  11. Rosa Rone Le 30 juin 2016 - Répondre

    Anne Florence ca va peter…

  12. Hamid La Le 30 juin 2016 - Répondre

    c’est sur qu’avec 2€50 de déplacement , un 2 eme soin à 50% et le 3 me gratuit , des soins d’hygiène cumulable uniquement avec des perfusions et des pansements complexes c’est à dire que tôut le reste gratuit, des had qui sous cotent certains actes et bien avec tout cela on ne peut être qu’honnête pour travailler au final  un tarif de 8€ de l’heure …..si au lieu d’écrire en grève derrière les blouses il y avait une vrai solidarité entre nous je pense que nous serions rémunéré à notre juste valeur et les fraudes seront moindres ….regarder le prix d’un serrurier ou plombier qui se déplace , chez le boucher le 2 eme steak est moitié moins cher et le 3 eme gratuit ….bref la critique est facile la remise en question ou la révolution bcp moins …..

    • Jean-Baptiste Krebs Le 1 juillet 2016 - Répondre

      Pas mieux. Mais tu cibles les problèmes: unité et courage d’actions fortes…

    • Annaïg Martino Le 3 juillet 2016 - Répondre

      J ai l impression de m entendre parler. Bougeons nous, révoltons nous, réclamons nos dus.

    • Mag Delbey Le 4 juillet 2016 - Répondre

      Tellement vrai et t’as oublié les ordonnances qu’on fait gratis l’assistante sociale gratuitement le coursier a la pharmacie etc. .,,,,

    • Hamid La Le 4 juillet 2016 - Répondre

      c’est vrài mag mais la liste serait trop longue je pense

  13. Michaëlle Goffêtre Le 1 juillet 2016 - Répondre

    Malheureusement certaines consœurs nous salissent y’a qu’à voir leurs chiffres d’affaires c’est facile de les repérer ! On peut pas voir 60 personnes ts les jours en faisant des soins de qualité : fric fric fric … Les charges suivent c’est un engrenage …

    • Veroni Gaudisszrd Le 1 juillet 2016 - Répondre

      J’ai entre 60 et 80 patients. Ils habitent tous dans le même quartier, parfois j’ai des patients diabétiques en couple. Dans certains immeubles je soigne plusieurs patients, çela me permet de regrouper les soins et d’optimiser, je ne sors plus de ce quartier, et je ne fais pas de soins d’hygiène qui pour la plupart sont fait par les à.s. Du ssiad avec lequel je collabore pour les soins infirmiers. Cela fonctionne bien mais çela fait longtemps que nous sommes installés et nous travaillons 12 h par jour. Beàucoup de nos patients sortent de psy et nous leur administrons leur traitement souvent 3/ jour, et par conséquent çela fait des soins courts et permet de passer du temps avec d’autres plus chronophage. C’est une question d’organisation et de territoire.

  14. Danièle Videbien Le 1 juillet 2016 - Répondre

    qu’attendez vous pour faire grève et manifester!(infirmière retraitée)

    • Martine Ternisien Le 1 juillet 2016 - Répondre

      J ai donné à ce niveau pour défendre la profession maintenant basta car il n’y a que le pognon qui les intéresse les patients n’ont plus visage humain mais de billets d’euro
      Tout comme le monde médical qui n’est plus qu’un bisness

    • Danièle Videbien Le 1 juillet 2016 - Répondre

      je ne suis pas d’accord!il existe encore des professionnels qui aiment leur travail et heureusement!!!

    • Valerie Dousseau Le 1 juillet 2016 - Répondre

      Qui fait les soins pendant qu’ on fait grève
      Un médecin va fermer un cabinet pour grève ,personne dit rien
      Une idel c est la non assistance à personne en danger
      Alors la grève c est utopique

    • Danièle Videbien Le 1 juillet 2016 - Répondre

      je sais très bien cela ayant été infirmière pendant 40 ans!

    • Danièle Videbien Le 1 juillet 2016 - Répondre

      mais on peut trouver un moyen pour faire pression et faire connaitre la dévalorisation de la profession d’infirmière,car la véritable force est d’être très nombreuses et beaucoup de monde ignore ce que subissent les infirmières;et que font les syndicats?

  15. Severine Hatte Le 1 juillet 2016 - Répondre

    Ptg

  16. Laurence Zanzi Le 1 juillet 2016 - Répondre

    400 000 euros de chiffres d affaire!!!! C’est possible ca ???

    • Isabelle Piroth Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Ça n’est pas son chiffre d’affaire a l’année ,lorsque la sécu estime qu’il y a fraude ,elle demande le remboursement du chiffre d’affaire des 5 dernières années

    • Laurence Zanzi Le 2 juillet 2016 - Répondre

      Ça fait quand même beaucoup d argent?

  17. Fatima Jdaini Le 1 juillet 2016 - Répondre

    On se fera entendre et respecter quand on sera dans la rue

  18. Audrey Beaumelle Le 1 juillet 2016 - Répondre

    Qu ils viennent voir la sécu si on à le temps de vérifier la tournure des ordonnances.dimanche jours fériés…faut être logique desfois il y à des soins tels que la prise en charge des diabétiques qui ne ne s arrêtent pas le vendredi soir

  19. Lili War Le 3 juillet 2016 - Répondre

    On a l impression que l état veu petit à petit supprimé supprimé libéral non?

  20. Sabrina Ouznani Le 4 juillet 2016 - Répondre

    Quand la cpam arrêtera de nous gruger sur les cotations des 2ème et 3ème soin on reparlera de fraude de quelques idels qui se sont égarés de notre fonction première « le soin,le patient! !! »

  21. Lilly Anoki Le 4 juillet 2016 - Répondre

    Le gouvernement veut développer l’HAD. De plus les services à la personne basculent sous autorisation. Les conseils départementaux ont le monopole. Tout est mis en place pour détruire la profession ( travailler plus pour gagner moins ) c’est la politique actuelle.Ayant eu affaire à un HAD, c’est très rentable pour celui ci qui est cher pour le peu de travail fourni. Je ne suis pas Idel Mais gérante d’un Saad. Et je préfère travailler avec les idels en équipe.C’est catastrophique sur le plan medico social cette pression exercée sur la profession. Surtout les abus de certains services qui passent à la trappe. Courage à tous, vous êtes indispensables.

  22. Brigitte Caillol Le 4 juillet 2016 - Répondre

    C’est évident qu’avec l’augmentation des charges et celui du prix de la vie les professionnels de santé libéraux seront obligé de se deconventionne, car on ne peut pas travailler à perte, la loi HPST c’est le decloisonnement de l’hôpital et de la médecine de ville. Une santé d’état ou les libéraux vont devoir à terme se deconventionnes pour être rémunéré et non pas survivre de subventions.

  23. Valérie Exbrayat Le 5 juillet 2016 - Répondre
  24. Partage

  25. Laurence Berteloot Le 7 juillet 2016 - Répondre

    Oh que oui ! Nous infirmières que se passe t_il? Marre, pas de reconnaissance et de même par nos chèrs confrères médecin…..a réfléchir…
    Des cabinets médicalisés, même en ch!!!!
    On va ramer.

  26. Aurelie Planus Le 7 juillet 2016 - Répondre

    On ferme les cabinets en septembre et les médecins et urgence gérer ont pendant qu on sera tous unis ds la rue! La révolte oui!

  27. […] et infirmiers libéraux. Souvenez-vous, l’année dernière, la profession était déjà au bord de la crise de nerfs avec des sujets de discorde (avec l’ancien Ministère de la Santé) aussi nombreux que variés ? En 2016, le […]

Laisser un commentaire