Les infirmières libérales dans les quartiers prioritaires !

Les infirmières libérales dans les quartiers prioritaires !

Les infirmières et les infirmiers libéraux sont comme tous les professionnels de santé concernés par la cohésion nationale s’agissant de la politique de santé. Cela doit-il passer par les quartiers prioritaires ? La question se pose au vu d’un rapport publié en mai 2016.

Les infirmières et les infirmiers sont dans la ville

Le premier rapport de l’Observatoire National de la Politique de la Ville (ONPV) est passé relativement inaperçu le 03 mai dernier, et pourtant ses conclusions concernent le quotidien d’un grand nombre de Français et de Françaises. Les infirmières et les infirmiers libéraux, aussi, sont concernés par cette étude de la situation des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Ces quartiers, qui remplacent les anciennes ZUS, depuis la nouvelle loi de 2014, sont au nombre de 1296, et la moitié de la population concernée réside en Ile de France.

S’intéresser à la politique de la ville dans ces quartiers comme partout sur notre territoire, revient à s’attacher à la situation de l’emploi, de la sécurité, du niveau de vie mais aussi de la santé. L’ONPV s’est donc attaché à faire un point sur l’offre de santé existante, situation étudiée au cours de l’année 2014. Il s’agissait alors d’analyser la présence d’infirmières et d’infirmiers libéraux et plus généralement de tous les professionnels de santé et de la comparer avec le reste du territoire.

Les professions libérales de santé participent à la « cohésion de la société »

Le premier constat est sans appel et pose question, puisque dans ces quartiers prioritaires, les professionnels de santé sont 1.8 fois moins présents que dans les villes non répertoriées comme prioritaires. Cette règle générale d’une désertification appelle néanmoins quelques nuances. Ainsi la densité des chirurgiens-dentistes souffre d’une sous-représentation de 2.6 fois. La densité des infirmières libérales est quant à elle 1.4 fois moindre que dans le reste du pays. On se rapproche donc de l’équilibre, et ce dernier est presque atteint s’agissant des pharmacies, dont l’ouverture est conditionnée au nombre d’habitants d’une zone définie.

On peut s’interroger sur l’utilité d’une telle étude, qui ne se base que sur du quantitatif. Mais puisque l’objectif est de susciter un élan de cohésion dans ces quartiers prioritaires, on ne peut que constater que les professionnels de santé en général, et les infirmières et infirmiers libéraux en particulier, ont un rôle à jouer. Le maintien à domicile n’est pas une volonté des patients résidant seulement hors de ces quartiers et les conditions de vie difficiles dans ces derniers renforcent la nécessité d’une proximité des soins. Certes, l’étude montre vite ses limites, comme nous allons le montrer ci-dessous mais quand même, force est de constater que seules les professions « réglementées » réussissent à présenter un bilan à peu près homogène sur l’ensemble du territoire.

Le nombre d’infirmières libérales n’implique pas une représentation exacte de l’offre de soins

Les auteurs de l’étude signalent eux-mêmes les limites quant à l’interprétation de ces données. En effet, il s’agissait de mesurer le nombre d’infirmières et d’infirmiers libéraux, dont le cabinet est implanté en quartier prioritaire mais en aucun cas d’analyser la facilité d’accès pour les patients. La proximité géographique ne peut pas remplacer l’accessibilité aux soins, recherchée par les habitants de ces zones sensibles.

Il faut aussi souligner, que cette étude n’a pas permis de dissocier les professionnels libéraux de santé des maisons et centres de santé Ces regroupements d’infirmières libérales et plus généralement de professionnels de santé ont néanmoins fait l’objet d’une seconde étude en février 2015. Il en ressortait que 20 % de ces quartiers possédaient une maison de santé (ou que cette dernière était située à moins de 500 mètres). 60 % de ces mêmes quartiers prioritaires ne possédaient pas de maison de santé, ou cette dernière se situait à plus de 6 kilomètres de distance.

Moins d’infirmières libérales, moins de professionnels de santé, manque (ou, au mieux, éloignement) des maisons de santé, ….le constat est cruel et pourtant sans appel. Ces quartiers prioritaires ne bénéficient pas (et c’est peu de le souligner) d’un traitement de faveur en ce qui concerne leur santé. La publication du rapport pourra servir d’enseignement, mais elle sera aussi la base d’éventuelles mesures à prendre en termes d’installation des professionnels de santé, et notamment des infirmières libérales.

Pensez-vous que l’installation des infirmières libérales doivent être favorisées dans ces quartiers prioritaires ? Etes-vous concernés par ces éventuelles nouvelles mesures ?

By | 2016-07-20T12:09:08+00:00 20 juillet 2016|IDEL au quotidien|151 Comments

151 Commentaires

  1. Mais bien sûr qu’il faut y prodiguer des soins !! Et il n’y a pas plus de danger que dans d’autres quartiers !!!
    Un bonjour, un sourire c’est le passeport !! De la considération pour les grands et les petits !! C’est tout.

    • Alice Pastore Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Je ne suis pas d’accord avec toi

    • C’est ton droit …. Apres je parle de mon experience et pour l’instant cela fonctionne, un jour peu être …. Etre soignant dans ces zones c’est se défaire de ce qu’on est et soigner sans porter de jugement!

    • Gwenn Imane Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Voilà, c’ est une question de respect. Une question d’ attitude. Je n’ ai jamais eu aucun problème, bien au contraire.

    • Julie Maréchalle Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Je suis totalement d’accord avec toi!

  2. Vero Baudart Le 20 juillet 2016 - Répondre

    et oui on y bosse…

  3. Louise Vsr Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Soins pour TOUS et un bonjour,un sourire est pour déjà beaucoup

  4. Ladymum Austral Le 20 juillet 2016 - Répondre

    J’y habite !!!!! Et en plus c’est là que je bosse . Y faut arrêter avec les clichés !! Je me vois pas bosser dans un quartier huppé lol!!

    • De quels clichés parlez-vous exactement ?

    • Ladymum Austral Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Quand je dis que je bosse dans une Zup ou encore mieux que j’y vis : on pense tout de suite à l’insécurité : on me dit que ca doit être chaud !! Non pas du tout !

    • Ladymum Austral Ah bein voilà, c’est vous qui le dites, pas nous 🙂

    • Laurent Locher Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Vous avez stigmatisé c’est évident. Je suis d’accord avec Ladymum Austral. Nous sommes arrivés en Zup en 68. Ma mère y habite toujours et les arbres y ont poussé. Peut être pas assez car c’est une ville aujourd’hui. Pourtant les gens se connaissent . La difficulté vient du brassage social et non pas culturel. Si si vous avez stigmatisé !!

    • Ladymum Austral Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Laurent Locher ??

    • Edouard Gioanetti Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Marrant de parler de cliché et en même temps de quartier « huppé  » …. toujours le même débat dans notre pays …. le politiquement et moralement correct ou non ….. ne pas parler des problèmes et mettre un mouchoirs sur certains problèmes

    • Edouard Gioanetti Le 21 juillet 2016 - Répondre

      …..? ha apparement on peut avoir des propos sur des quartiers « hupes » et pas en avoir sur d autres quartiers ….. c’est ca la France aujourd’hui. … enfin faut être honnête ….y a des lieux ou on a pas envie de vivre, travailler , scolariser nos enfants, faire des courses….. dans certains endroits il y a plus de dangers que dans d’autres et c’est la réalité . …… demandez aux gens qui se font muter s’ils veulent de faire muter dans le 93 ou un quartier « huppé  » du 75

    • Ladymum Austral Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Le débat n’a même lieu d’être : c’est pas forcément une question de quartiers ( je m’excuse d’avoir fait le parallèle avec les quartiers huppés / ca m’a irrite du fait que j’y habite moi même dans une Zup ) . Je ne peux parler que de ce que je connais !
      J’admets que il y a des fois j’y vais à reculons chez certaines personnes , pour d’autres raisons .
      Et puis nos soucis dans cette profession sont vraiment ailleurs …..

    • Edouard Gioanetti Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Ils sont ailleurs pour une partie , mais font aussi parti du quotidien de certains confrères et consoeurs ….c’est pas pourtant qu’il faut pas en parler ……Après je crois qu’il faut pas prendre personnellement certains coms….celui du vous fait certainement pas plaisir et je le comprends mais il est vrai et c’est la réalité. …maintenant oui on est mal payés ; oui on taf comme des dingues , oui la sécu nous prends pour de la m….. oui notre boulot est mal reconnu. ….. mais on peut aussi parler de certains quartiers ou on aime pas particulier aller car on peut être plus en danger qu’ailleurs ….

    • Ladymum Austral Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Et puis à l’hosto c’est un peu pareil : y a des services qui « plaisent  » , d’autres moins et encore d’autres pas du tout !! Et si on a le choix , on prendra le service ou tu te sens plus à l’aise ! Très bonne journée.

    • Edouard Gioanetti Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Si on a le choix? Lol ….et ya pas de comparaison avec l’hôpital …. il représente un brassage multiculturel on voit de tout ….dans les zup y a une concentration de problèmes. ….lisez les coms de certains travaillant dans les quartiers Nord de Marseille qui peuvent pas prendre les escaliers car deal, ou ne peuvent se garer ou ils veulent pour pas gênée les getteurs. ….

    • Gwenn Imane Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Je me suis toujours sentie plus à l’aise dans les quartiers, même pour travailler. La gentillesse des gens, les partages simples et tellement humains. Ça a toujours été pour moi un véritable enrichissement, j’ ai d’ ailleurs fait le choix de vivre en région parisienne pour ces mêmes raisons.

    • Edouard Gioanetti Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Plus à l’aise ? Peut être avez vous plus de chose en commun et qui vous lie avec des personnes de certains quartiers tout simplement .

    • Dedel del Del Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Libérale ( remplaçante pour l’instant ) je vais dans tous les quartiers,  » huppé  » ou pas…et en majorité j’ai toujours été bien accueilli, je dis bien en majorité!

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Tu as raison mais huppé ou pas!
      C’est avant tout des humains qui ont besoin de soins comme tout le monde
      Il ne faut pas classer et faire des catégories
      Il n’y a pas lieu d’être
      On ne devrait pas faire de choix
      Le choix est du côté des politiques pas du notre!
      Nous avons une fonction en tant qu’infirmière ou infirmier que nous devons mener à bien. Mais pas au risque de se faire agresser certes mais…..

  5. Idel Chris Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Euh il n’y a pas de danger faut vite le dire… J’y travaille depuis 10 ans dans les quartiers nord de Marseille. On sent bien la degradation…On y est de moins en moins en securité… Pas d’attaque personnelle mais faut pas se trouver au mauvais moment ou ils se flinguent entre délinquants. Ils défoncent nos voitures si malheur à nous on oublie qqchose en vue… Arrachent les portables si jamais vous avez malheur de répondre à un appel la fenêtre ouverte de la voiture arrêtée avant de monter chez le patient ( ca sent le vécu…)

    • Idel Chris Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Donc forcement pour nous ça entraine une organisation de notre tournée. Certains quartiers on n’y rentre plus la nuit tombée, donc refus de certaines PEC si les patients veulent après une certaine heure.

    • Danielle Grimaud Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Je suis d’accord chris, j’y bosse aussi depuis presque 10a et en effet cela c’est dégradé gravement ces 2 dernière années je dirai, attaque perso, fous du volants qui ne respectent pas le code de la route et qui vous insulte parce vous vous le respectez, je me suis fait meme cracher sur le pare brise, les insultes, les demandes comme si c’était des dûs, les deelers aux portes d’entrées etc , alors oui, cela devient dangereux de travailler ds ces quartiers meme si la population à le droit être soignée come tout un chacun, mais ce risque devrait être considéré pas la Cpam .

    • Hayet Houita Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Je pense que ces comportements ce font mais pas seulement à l’encontre des soignants qui se rendent dans ces lieux mais un peu vis à vis de n’importe qui…

    • Idel Chris Le 27 juillet 2016 - Répondre

      Hayet Houita avant nous étions épargnés. Il y avait le respect des soignants. Aujourd’hui plus rien nous sommes autant agressé que les autres citoyens.

  6. Tatiezuzu Surlatoile Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Bien évidemment que oui g fait 8 semaines dans les quartiers nords marseillais et bien excusez moi C est Bagdad ils nous demandent meme de garer nos voitures à certains endroits pour ne pas gêner quand ils sirveillent et pour acceder aux immeubles ils préfèrent qu’on prennent les ascenseurs car dans les cages d escalier ils font leur biz’ness looool et on est en FRANCE svp!

    • Audrey Ok Le 20 juillet 2016 - Répondre
    • Elodie Gourhand Le 21 juillet 2016 - Répondre

      On est en FRANCE? Je vois pas le rapport..

    • Edouard Gioanetti Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Ben quand on est pas libre de circuler librement , qu’on nous freine l’accès aux soins on peut simplement se demander si on est en France …..pourquoi ?

    • Blandine Sauvageot Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Merci Elodie Gourhand oui aucuns rapport,juste de gros préjugés qu’on ne devrait pas avoir quand on bosse dans le medico social…ou alors il est temps de changer de métier….

    • Tatiezuzu Surlatoile Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Les préjugés sont des idées que l’on a qui sont avancées sans preuves la C est du vécu…

    • Blandine Sauvageot Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Changez donc de photo de profil il est à l’extrême opposé de votre discours

    • Tatiezuzu Surlatoile Le 25 juillet 2016 - Répondre

      C est vous qui ne comprenez rien au français donc lisez un bon Larousse ou un petit Robert. Pour infos je suis convertie, musulmane donc ON échange sur des réalités de terrain. Et vous que faites vous dans votre pratique professionnelle faites nous donc part de votre vécu tient!

    • Blandine Sauvageot Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Tatiezuzu Surlatoile 8 ans à domicile quasi que dans les quartiers dit « chauds »,et jamais aucuns soucis ni agressions,j’ai même bossé en foyer pour personnes étrangères donc oui ce que vous sites n’a aucuns rapport avec le fait d’être en France ou non…..mon expérience n’a rien à voir avec la façon de juger que vous avez,quand on bosse dans le médical on ne fait pas là distinction des patients que l’on côtoie,si il y à des difficultés dans certains quartiers modifiez vos tournées pour y aller tôt le matin quand les dites « racailles » dorment,vous verrez la différence…..pas besoin d’un larrousse quand on à juste une divergence d’opinion……je réitère quand on juge et critique les autres aussi facilement c’est qu’il est grand temps de changer de boulot

    • Tatiezuzu Surlatoile Le 25 juillet 2016 - Répondre

      G jamais dit « racaille » ma foi! Bonne continuation

  7. Marie-annick Gourmelon Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Oui .

  8. Cecile Paillard Dinard Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Moaaaaaaaa

  9. Siham Nio Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Faire des soins oui mais accéder à l allée de l’immeuble où 20 individus squattent , tu te fait tte petite , tu arrive enfin à l’ascenseur il est bloqué , tu monte 15 étages qui pu l’urine , faut pas craindre et faire ton métier avec passion sinon next la cité

    • Complètement d accord j ai travaillé 5 ans dans les quartiers nord à Marseille tu y reste pas à vie!

    • Siham Nio Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Moi je suis de Lyon et quelques fois je perd patience mais j’adore y travailler quand mm car contrairement aux quartiers hupper , les habitants des cités (la majorité ) sont des gens en or , qui te remercie 1000 fois , reconnaissant de ton travail , et tellement attachant ainsi ta journée devient un peu plus douce malgré l’endroit ?

    • Mymy Benn Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Tu es de quel endroit à lyon si cest pas indiscret?

  10. Abdelhalim Aurés Le 20 juillet 2016 - Répondre

    moi j’y travaille il ya bcp de personnes qui son abandonnés par notrs systéme et bcp de précarité

  11. Clé Ment Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Nous on va dans tous les quartiers …. sauf 1 ! Tout simplement car on nous y interdit l’accès a partir de 17h et quand je dis « on » je ne parle pas des forces de l’ordre qui n’y mettent pas les pieds mais des « survet/casquet » a l’entrée qui filtre et empêche d’entrer !

  12. Moi je refuse d aller dans un quartier de ma ville, dernier patient: flingue sur la table à mon arrivée, pas de prise en charge pour les soins (J ai bossé gratis), une Ide agressée par arme blanche, ET 4 roues volées pendant un soin. Merci mais non Merci. J’ai une famille je veux voir ma fille grandir. Par contre je propose les soins demandés de ce quartier à un collegue homme qui ne craint pas d y aller

  13. Sam Bouanane Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Oui
    Les conditions ne sont pas les mêmes
    Valorisés si on nous en donne les moyens
    Après il y a tout un circuit de professionnel (médical, social…)
    Ds ts les quartiers, il y qq quartiers sensibles (agression ide…) mais peut etre solutionner si …..

  14. Sam Bouanane Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Quels mots ZEP et ZUP!!!!!
    Qui a inventé ça

    • Laurent Locher Le 22 juillet 2016 - Répondre

      En 68 j’habitais une Zup . La Zep a du arriver plus tard. Novlangue oblige bien sûr .

    • Sam Bouanane Le 23 juillet 2016 - Répondre

      Je trouve ça bête!
      On sectorise des quartiers dans des zones
      Un peu comme des zones « à risques »

    • Violaine Guerin Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Zep est un acronyme qui ne concerne que les écoles, Laurent ?. Zone d’éducation prioritaire. Il est mal utilisé sur le post initial 😉

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Elle regroupe néanmoins un quartier « difficile »
      Même si c’est éducation prioritaire.
      Et les termes veulent tout dire
      Ce sont des termes à bannir
      Une forme de ségrégation de quartier alors que nous sommes avant tout humain

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Il faut plus de moyens comme par exemple le passage des policiers municipaux ou nationales…. Afin de sécuriser et rassurer le personnel et la population
      Mais ça c’est dans les rêves
      Enfin, bref!!!

    • Violaine Guerin Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Justement, une classification zep est censée apporter plus de moyens aux écoles ;). Pour moi, c’est juste une reconnaissance des difficultés rencontrées. Difficultés dont les habitants ne sont pas responsables (sinon, ce type de configuration ne se retrouverait pas à l’échelle mondiale) mais victimes. Un mauvais aménagement urbain. Pour moi, le terme le plus choquant reste celui de banlieue. En vieux français, c’est le lieu des bannis, des gens mis aux bans de la société,, c’est hyper violent, je trouve, et cela porte en soi les soucis rencontrés par les habitants :(…

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      200% d’accord
      Mais que doit on faire en tant que professionnel de la santé pour accéder aux quartiers dit « difficiles »
      Quelles sont les solutions à venir?!?

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      On peut se plaindre sur notre sort et sur celui des quartiers ou banlieues mais que nous faut il pour avancer dans de meilleures conditions? Et pour tous
      Je pense aussi aux aides soignants, kinésithérapeute, médecin….

    • Violaine Guerin Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Bonne question ;). Personnellement, je travaille dans le social, mais ne suis pas amenée à me déplacer. Cette problématique, je ne la rencontre pas. Avez vous des assises ou des colloques pour infirmiers libéraux? Un syndicat ou autre? Fonder un réel groupe de travail pour analyser les choses et proposer des solutions?

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Tes idées sont bonnes
      Je ne crois pas à ma connaissance
      Nous en parlons lors des réunions d’équipes mais?!?

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Beaucoup de colloques autours des pathologies et notre fonction qui évolue mais….

    • Sam Bouanane Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Les syndic oui
      Ils sont présent

  15. Pierrette Ferracci Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Oui je vais dans ces quartiers ou l on est vraiment considéré, apprécié et il y a une vraie humanité faut arrêter avec les clichés

    • Pierrette Ferracci Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Bon aussi ca fait plus de 20 ans que j’y bosse je fais partie du du décor en fait les petits que j’ai soignés sont adultes suis invitée aux mariages baptêmes etc

  16. Hamid AS Le 20 juillet 2016 - Répondre

    David Barre

  17. Philippe Butin Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Pourquoi cette question????

  18. Btissam Allouch-chtibi Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Le titre et la question me choque bcp ….

  19. Laurence Mourgan Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Il faut bien les soigner .je suis as en zep et tout se passe bien

  20. LahNael Sya Le 20 juillet 2016 - Répondre

    J’aime beaucoup travailler dans les quartiers nord de marseille 15 et 16 ème arrondissements ..pour les gens qui y habitent mais il certains quartiers moins connu dans d’autres arrondissements ou je ne veux plus travailler car la mentalité me dérange

  21. Fabienne Ricca Le 20 juillet 2016 - Répondre

    J’y travaille!!! J’adore pour rien au monde je ne changerais. Il faut arrêter les clichés.

  22. Marie-Thé Salcioli Le 20 juillet 2016 - Répondre

    dans chaque quartiers ,il y a descités!

  23. Edouard Gioanetti Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Arrêtez avec votre mot « cliché « .. si certain emploient certains mots c par vécu, ,,,, si vous n’êtes pas dacord pcq ca choque votre moralité ; ou pcq vous venez de ces quartiers inutiles de vous justifier …. tout le monde sait des biens qu’il ya des quartiers sensibles et dangereux ……enlevez vos oeillères et laissez tomber vos politiquement correct

    • Géraldine Faivre Le 24 juillet 2016 - Répondre

      Oui après on est tous différent et on a des expériences différentes. C’est pas forcément du politiquement correct.

  24. Alice Pastore Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Plus maintenant

  25. Pierre Gay Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Et bien pour ma part je suis bien dans ma campagne pepert !!!
    Et pour rien au monde j irai bosser en ville et surtout pas dans ces quartiers…

  26. Thierry Lorenzi Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Et les infirmiers libéraux qui travaillent en milieu rural et qui parcourent 35.000 km par an… Qui en parle ????

    • Pauline Lefortier Le 21 juillet 2016 - Répondre

      35000 tu es gentil.
      Officiellement en zone urbaine donc sans IK j’en suis à 30000 depuis fin octobre

    • Thierry Lorenzi Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Pauline Lefortier oui tu as raison. Je suis à 50.000 km/ an. Je suis persuadé qu’une bonne partie ne me croirait pas…!!!

    • Nathalie Saget Creteur Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Milieu urbain et ma voiture à fait 22 000 km en 5 mois ….

    • Cé Cile Le 21 juillet 2016 - Répondre

      50000!!!!!!!! ?
      Moi qui croyait que mes 30000 étaient déjà beaucoup trop!!!!

    • Thierry Lorenzi Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Cé Cile bon j’exagère 48500 km. J’ai voiture en avril 2015. A ce jour, elle comptabilise 58 200 km.

    • Cé Cile Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Ça doit faire de sacrées journées ?

    • Thierry Lorenzi Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Cé Cile 6h30/7h00-13h30/14h00. 16h30/17h00/21h00. Et en moyenne, 180 km.

    • Cé Cile Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Oui de sacrées journées!! Lol
      Moi ça va, pour l’instant j’ai pas trop trop de monde. J’ai créé mon cabinet il y a 1an et demi. Mais ça commence à augmenter …

    • Christine Dumont Le 22 juillet 2016 - Répondre

      50 000 km /an je confirme !!!!!

    • Anne-charlotte Pichot Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Le rapport avec le sujet ?!?

    • Thierry Lorenzi Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Anne-charlotte Pichot le rapport avec le sujet est que le site nous propose de parler des infirmiers libéraux en Zep/Zup. Et moi je propose de parler des infirmiers libéraux qui œuvre en milieu rural et nous avons développé en commentaires sur les km que nous réalisons chacun et chacun par jour et par an…!!! J’espère avoir répondu au questionnement. Bonne journée.

    • Anne-charlotte Pichot Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Oui mais ça n’est (en tout cas selon moi) pas le lieu pour le faire … Parlez directement aux modérateur ou demandez en MP que le sujet soit abordé sur la page … Je pense que cela aura davantage d’effet …bon apres ca m’a juste fait bizarre mais bon rien de dramatique non plus ??

    • Thierry Lorenzi Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Il n’y avait rien de dramatique, non plus. Nous échangions juste entre professionnels de santé. Et je lançais une idée de sujet…!!! Je ne vois pas ce qu’il y a de bizarre mais je respecte.

    • 50000km par an au compteur…… Les joies de la campagne….. mais j y suis bien…..

    • Gwenaelle Labadille Le 23 juillet 2016 - Répondre

      Le rapport avec le sujet c’est que pour avoir bosser en ZUP et en rural y’a pas de quoi revaloriser le taf en zup. Il a ses avantages et inconvénients comme le rural 😉

  27. Inco Gnito Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Ns aussi bon ce n est pas bagdad, c est la petite délinquance pré pubère qui pénible!
    Bon des fois t arrive le matin à 6h30 et tu peux pas rentrer dans la cité car les gendarmes font 1 perquis! Ben tu t adaptes!

  28. Nathalie Dhondt Le 20 juillet 2016 - Répondre

    Un soin est un soin si on devait choisir la zone sur laquelle on travaille !! Change de métier !!! Et surtout rapelle toi pourquoi tu l.as choisi !!!!!

    • Idel Chris Le 20 juillet 2016 - Répondre

      Oui bien sur c’est facile a dire. Eh ben moi je refuse d’aller dans certains quartiers de Marseille passée une certaine heure et qui d’ailleurs est encore plus limitée l’hiver car il fait nuit plus tôt. Je ne vais pas risquer ma vie pour en soigner d’autre…. J’ai une vie et une famille. J’ai choisi mon métier avec passion et à mon installation aucune crainte aucun apriori car je suis née, j’ai grandi et vecu jusqu’à il y a 6 ans dans les quartiers Nord. Mais les mentalités ont bien changé et pas du tout dans le bon sens. Ce n’est pas les patients que nous soignons qui posent probleme. Ce sont ces petits merdeux qui se disent mafieux qui transforment ces quartiers en zone de non droit.

    • Valériane Pascal Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Idem…et pourtant je suis dans un secteur de villages attenant à une ville où les conditions de sécurité se sont fortement dégradées…donc refus de certains secteurs! Et nous préserver ainsi que notre famille ne fait pas de nous des IDE qui doivent changer de métier!

  29. Sophia So Med Le 21 juillet 2016 - Répondre

    Moi j’ai commencée mon métier de libérale là-bas on y retrouve des gens en or de tte origines, pour ma part je n’est jamais eu de problème avec les jeunes bien ô contraire bcp de respect. En septembre je commence dans les quartiers chics de Paris je pense pas retrouver cette même ambiance chaleureuse

  30. Jorade Naffetas Le 21 juillet 2016 - Répondre

    C est bien beau de boire mais après ou faire pipi ?

  31. Cé Cile Le 21 juillet 2016 - Répondre

    Il y a différentes catégories de Zup. J’interviens dans l’une d’entre elle, et tout se passe bien. . Mais j’habite une petite ville! Sûrement rien à voir avec les quartiers au nord de Marseille, ou les quartiers parisiens !!!!

  32. Fabrice Marseille Le 21 juillet 2016 - Répondre

    C’est aussi synonyme d’exonération d’impôt… Ça peut être financièrement intéressant

  33. Yasmina Malki Le 21 juillet 2016 - Répondre

    Moi je bosse en zup sur Montpellier pas de soucis particulier ! Ayant fait des beaux quartiers je peux assurer qu’il est plus agréable de soigner des gens de la classe moyenne que des gens petits bourgeois qui se sentent 100 fois supérieurs a vous et qui vous traitent comme leurs employés

    • Elodie Gourhand Le 21 juillet 2016 - Répondre

      Bien d’accord ?

    • Edouard Gioanetti Le 22 juillet 2016 - Répondre

      Je soigne tout le monde …. j’ai autant de condescendance voir même plus chez certaines personnes, surtout celles qui ne doivent pas payer et estiment avoir droit à tout …..

  34. Karine Authié Le 21 juillet 2016 - Répondre

    J ‘y ai travaillé pour un Ssiad. Super avec les patients , parfois même dépaysant , mais toujours de bon contacts et des moment de soins agréables. Les seuls soucis que j ai eu sont avec des jeunes couillons du coin mais ca il y en a partout ….

  35. Acia Alila Le 21 juillet 2016 - Répondre

    On ne rencontre pas plus de difficultés en ZEP qu’ailleurs !!!

  36. Nan Nan Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Moi j’ai travaillé dans le quartier parisien par moment c’est assez compliqué les gens sont super gentils beaucoup de difficulté accéder aux appartement maintenant je travaille dans le quartier huppé c’est totalement différent je dirais même que ça me manque les quartiers difficiles

  37. Julie Maréchalle Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Peut importe le quartier, un patient a besoin de soins, on y va!

  38. Elise Corlin Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Ah Deux Lit Noeud

  39. Olivier Pouilly Le 22 juillet 2016 - Répondre

    1 En liberal, tu choisis ou tu bosses donc ne t installes pas la ou tu ne veux pas travailler , 2 tu as deja des avantages ( exoneration d impots) ,

  40. Quand je lis les comm suis bien contente de travailler dans ma campagne…

  41. Sylvia Hautier Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Généralement ça se passe bien. Mais c’est pas toujours rassurant. Trafic de drogue en plein jour, quartier bouclé par des flics en gilet par balles qui filtrent les entrées dans les immeubles (c’est bon vous pouvez y aller! Euh vous me donnez pas un gilet :0/ )
    feu de poubelles fréquents ou d’autres trucs qu’ils ont trouvé drôle à brûler, code de la route inexistant, rodéo de scooters, j’en oublie sans doute.
    Heureusement pour l’instant pas de mauvaise surprise côté clientèle.

  42. Lau Lievois Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Aucun soucis respect dans les 2 sens

  43. Don Phenix Capone Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Pour faire court a l instant,accès à l immeuble impossible bloque par la police qui inspecte la tour a la suite de coups de feu.

  44. Elodie Didi Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Je travaille dans plusieurs petites cités!mais j’avous qu’il y en a une ou je n’y vais plus et ou je refuse des soins car beaucoup de collègue se sont fait agressés et rackétté idem pour un medecin!alors non je n’y vais plus!je ne vais pas mettre ma vie en danger pour une toilette ou une piqure!

  45. Angie Assia Oum Ilyes Le 22 juillet 2016 - Répondre

    Jamais eut de problemes bien au contraire.. je rentre dans les cités .. quand je sonne aux interphones et que je dis c linfirmiere. Tout le monde eqt gentil souriant. Viennent me demander ma carte. Les jeunes de quartiers me tiennent la porte .. surveille ma voiture..
    C est plutot dans les quartiers « chics » où je ne me sens pas à ma place et que les gens te prennent de haut et te prennent pour leur bonniche…
    Vive les quartiers!!!!

  46. Tony Druard Le 23 juillet 2016 - Répondre

    Moi je travaille en Zlip…..lol

  47. T es trop fort Tony!!! Tout en finesse!

  48. Nathalie Madelaine Le 23 juillet 2016 - Répondre

    pas de soucis pourtant quartier chaud avec reglement de compte mais des gens adorables avec differentes communautes pour preuve qd je creve les jeunes des tours me changent mon pneu et les traficants ns respectent on soigne la famille

    • Andree Lubin Le 23 juillet 2016 - Répondre

      Tu as raison nath il suffit d’ un sourire et respect ça peut tout changer je crois qu’en retour ils te le rendrons respect

  49. Helene Rey Le 23 juillet 2016 - Répondre

    Soins à tous suis en zone ZFU….ZUP …..pas de soucis …..il y a des gentils ou des méchants comme en ville ou campagne …..vigilance ….gentillesse et politesse de rigueur et tout ce passe pas trop mal

  50. Lucile Puntos Le 23 juillet 2016 - Répondre

    J’y travaille et j’y vis

  51. Laurent Fargeot Le 24 juillet 2016 - Répondre

    J’y travaille et je suis très bien accepté . En plus il t’appelle tous « docteur ». Lol. Mais à la première couille sur la moto ou sur moi même. Ça sera basta

  52. Géraldine Faivre Le 24 juillet 2016 - Répondre

    J’ai adoré travailler en zup! J’avais tout le temps des cadeaux, on fait un vrai travail d’infirmière, les patients sont adorables. Dans les quartiers huppé, on est juste du personnel, un peu la boniche même!

  53. Rached Tombari Le 24 juillet 2016 - Répondre

    Pourqoui donner des noms qui font peur tel que Zone franche Zone sensible zone prioritaie comme si nous étions dans un zoo la politique c’est triste

  54. Nath Nath Poor Le 24 juillet 2016 - Répondre

    Cassosse non merci

    • Blandine Sauvageot Le 25 juillet 2016 - Répondre

      Avec des préjugés pareils,changez de métier,un soin est un soin peut importe l’individu….honteux d’entendre ça….vous connaissez votre code déontologique????sisi,yen à un quand on bosse dans le medical

    • Valériane Pascal Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Blandine Sauvageot quand tu te seras faites agressée, ta famille menacée, ton gosse molesté…tu verras que le code de déontologie ne te protège pas…tiens ma collègue aurait dû se le mettre dans sa culotte…çà aurait arrêté les 5 qui lui sont passés dessus!!! Mais c’est sûr c’est des cas isolés n’est-ce pas?

    • Hayet Houita Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Valériane Pascal Faut pas mettre tout le monde dans le même sac non plus … C’est malheureux pour t collègue mais il faut respecter les autres aussi

    • Blandine Sauvageot Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Valériane Pascal oui il y à des quartiers pas cool,dans ce cas on modifie les tournées en conséquences ou on y envoi des hommes ou alors refusez tout simplement d’y aller mais ce n’est en aucuns cas la faute aux patients qui n’ont pas à pâtir de ça

  55. Johanna Hernaci Le 24 juillet 2016 - Répondre

    Julie Rueda Ép Ribes

  56. Benjy Estrade Le 25 juillet 2016 - Répondre

    J ai bosse dans une ZUP a nice ou le soir on demandait aux gens de sortir de la cité pour faire des soins. La nuit tombée nous n y rentrions plus car trop d agressions malgré le cabinet implanté au centre de la ZUP depuis 25ans !!
    Marie Agnes Arlanda Chastrusse nous ne sommes malheureusement pas dans le monde des bisounours !!
    Même si ils nous connaissaient pour la plupart , nous subissons des vols ,des casses de voitures ,des agressions et des insultes raciales !! Le bonjour ne suffit pas !! Ils te crachent a la gueule et te traitent de sales français au on va égorger !! ( histoire vécue !!)
    J ai fini par capituler au bou de deux ans…

    • Valériane Pascal Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Et souviens-toi il y a quelques années cette pauvre remplaçante qui c’est faire violée…quartier Ariane…et les autres systématiquement agressées et leurs voitures dégradées…OUI il y a des quartiers où les IDELs ne se rendent plus et même les médecins.

    • Benjy Estrade Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Dans la ZUP ou je bossais ils ne venaient plus. Les pompiers non plus d’ailleurs. C est pour ça que ça me fait doucement rigoler le : un bonjour et tous va mieux !! Ça ce sont des gens qui n ont jamais travaillé dans des endroits vraiment craignos !!
      J ai capitulé le jour ou ils me sont tombé a 7 dessus. Leur but étaient de casser du français !!

    • Valériane Pascal Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Et bien sûr de créer des zones de non droit!

    • Benjy Estrade Le 26 juillet 2016 - Répondre

      Je me suis réfugié chez un patient. Ils ont tous cassé a coup de briques dans les fenêtres. On a tel a la police qui nous a dit de nous débrouiller. Qu ils ne passaient plus dans ce quartier…. C est le jour ou j ai pris la décision de partir… En me disant :  » qu ils crèvent dans leur merde !! Le jour ou il y aura besoin de médecin infirmier pompier pour leur famille il ni aura personne et ça passera aux informations ou nous les verrons pleurer et ce plaindre de l isolement…

  57. Stefany Durand Le 25 juillet 2016 - Répondre

    Désolée moi j évite certaines citées

  58. Laetitia Fink Le 25 juillet 2016 - Répondre

    Nous voiture impacté de cailloux! Jeune patient souvent absent au moment de notre passage….bof je reste mitigée. Le soir j’ai souvent eu peur d’y aller….Surtout depuis les derniers jours. ….

  59. Patrice Patoche Le 26 juillet 2016 - Répondre

    Je rêve… Acceptez vous

  60. Marie-Laure Charreau Le 26 juillet 2016 - Répondre

    Personnellement je n’ai jamais rencontré de problème. Je dirais même que je pense qu’ils respectent au moins les soignants…enfin,pour l’instant.

  61. Edouard Gioanetti Le 26 juillet 2016 - Répondre

    Non c vrai les zup c’est le paradis …..la plupart des voitures qui brulent la bas ; l’école y est super , la sécurité au top ; pas de trafic (stup ou autre ) …. toutes les mutations professionnelles de pressent pour y aller (*police prof … ..)…..un cadre de vie idéale pour éduquer des enfants en toute sécurité …. en plus si in a un problème ou le feu les flics ou les pompiers viennent très vite et avec joie . ….. non ya pas à dire les zup et certains quartiers sont des endroits comme les autres ..

  62. Pour celle qui apprécient de travailler dans ce genre de quartier il suffit de voir vos profils pour comprendre

  63. Kimo Dolly Dolly Le 28 août 2016 - Répondre

    C ‘est un boulot humain avant tout si on aime ce quand on fait peut importe l endroit où on va l exercer

Laisser un commentaire