Le DMP relancé par les infirmiers libéraux et l’émergence de l’e-santé

Le DMP relancé par les infirmiers libéraux et l’émergence de l’e-santé

On en parle depuis des années, et même pour être plus précis depuis 2004. Pourtant, tous les voyants sont au vert ou presque pour faire de cette année 2016 le réel lancement du DMP généralisé à toute la population française. Quant à Albus, la nouvelle version du logiciel est très bientot compatible !

Le DMP, un projet ambitieux mais toujours à l’état de projet

Souvenez-nous ! Nous étions alors en 2004, et la volonté d’informatiser les données de santé trouvait enfin une consécration avec le lancement du D.M.P. (loi du 13 août 2004 sur l’Assurance Maladie). On parlait alors de Dossier Médical Personnel et pas encore, comme aujourd’hui, de Dossier Médical Partagé. Dans tous les cas, l’acronyme né de ce projet, le DMP, allait marquer l’actualité de la santé pendant plus d’une décennie.

L’objectif premier consistait alors à permettre au médecin traitant de disposer de toutes les données médicales de son patient, afin d’améliorer diagnostics et traitements mais aussi dans le but d’éviter des examens, déjà demandés par ailleurs. Une santé plus efficace donc et plus économique, voilà la présentation qui en était faite à l’époque.

Seulement, les médecins n’adhérèrent pas massivement à cette ambition, alors que les patients, eux, ne comprenaient pas trop, faute d’informations suffisantes, l’intérêt d’un tel dossier médical. Aussi souhaité que dénigré par les professionnels de santé, parmi lesquels les infirmières et infirmiers libéraux, le dossier médical a donc connu une histoire chaotique, hésitant entre la Personnalisation pour séduire les patients eux-mêmes et le Partage, pour convaincre médecins, infirmières libérales et autres professionnels de santé.

Personnel ou partagé, le dossier médical relégué comme une belle idée !

Les raisons de l’échec de ce projet sont trop nombreuses et variées pour être listées une à une. Car jusqu’à aujourd’hui, ce dossier médical reste un échec cuisant dans notre politique de santé. Pour preuve, en 12 ans d’existence, seuls 580.000 DMP ont été créés. On ne peut pas parler de franche adhésion de la population, ni même de soutien généralisé de la part des médecins, qui, jusqu’à aujourd’hui, étaient les seuls habilités à créer ces dossiers médicaux. A ce rythme-là, et sans de nouveaux actes forts du Ministère de la Santé, le DMP sera étendu à toute la population au prochain millénaire.

D’un autre côté, même si l’argument n’a jamais été évoqué comme le moteur principal de cette ambition, le DMP visait aussi à maitriser, voire réduire, les dépenses de santé. Or, si 12 années ont vu la création de ces 580,000 dossiers, elles ont aussi coûté 500 millions d’euros à la collectivité ; un ratio loin d’être bénéfique pour qui que ce soit.

De nombreuses relances ont été initiées au cours de cette décennie passé, mais rien n’y a fait. Pourtant aujourd’hui, le DMP se trouve replacé au cœur de l’ambition des pouvoirs publics, et 2016 pourrait marquer une date cruciale dans le déploiement de ces dossiers médicaux, désormais qualifiés de partagés.

2016, la relance du DMP dans le cadre d’une politique e-santé

Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, a déjà levé le voile sur l’ambitieux programme e-santé 2020. Le développement de la télémédecine mais aussi la prise en compte du Big Data font partie des objectifs prioritaires, définis par le ministère pour les prochaines années. Mais la relance du DMP constitue également un point fort de ce programme, d’autant plus que de nouveaux partenaires se sont fait connaître : les acteurs de l’e-santé.

L’ambition politique se double donc désormais d’une stratégie économique, visant à promouvoir et renforcer le secteur de l’e-santé en France. Certes, des questions restent en suspens, mais les infirmières libérales comme tous les autres professionnels de santé peuvent s’attendre à voir (enfin) le DMP se généraliser. Le Ministère a chargé la CNAM de reprendre le dossier en main, alors qu’il était jusque-là géré par l’agence ASIP Santé. Si cette redistribution des rôles va permettre de clore une querelle de clochers qui a pu participer à l’échec cuisant de ces dernières années, il permet aussi à la CNAM d’imposer le DMP aux professionnels de santé, contrairement à la précédente agence.

Découvrir Albus Air

Et Albus dans tout ça ?

Albus Air, la dernière version révolutionnaire du logiciel infirmier, est en passe d’être agréée DMP. Il sera possible de créer un DMP depuis le logiciel, gérer les droits, permettre un accès direct aux données pour le patient, modifier ses informations administratives, etc.
Découvrir Albus Air

Une ambition politique au service de la santé, des infirmières libérales et autres professionnels de santé

De ce simple changement d’attribution découle une autre avancée en ce qui concerne le dossier, puisqu’il a été décidé d’intégrer à terme l’historique des remboursements effectués pour chaque patient. La demande avait déjà été formulée à de nombreuses reprises, et c’est désormais acté et décidé.

Un autre des freins à ce dossier médical partagé a également été levé, puisque désormais les patients eux-mêmes pourront créer leur propre dossier, alors que jusque-là, cela leur était interdit.

Petit à petit, tous les freins à cette généralisation semblent être levés, alors que dans le même temps, le développement de l’e-santé, avec l’émergence d’acteurs privés, a accéléré la prise de conscience des patients eux-mêmes. Le manque de communication, constaté pour le lancement du DMP, disparait à son tour devant les promesses (médicales et commerciales) des acteurs de l’e-santé.

Pour finir de lever les oppositions à la généralisation du DMP, Mme la Ministre a aussi annoncé le déploiement d’une nouvelle fonctionnalité, inspirée du « Blue Button » américain. En un clic, les patients pourront désormais récupérer toutes les données médicales les concernant. Cette fonction était attendue par les associations et devrait donc finir de convaincre les Français et les Françaises.

Marisol Touraine confirme cette ambition gouvernementale

« Les conditions sont réunies pour la réussite du DMP. Le calendrier annoncé est clair, rapide et réaliste : des zones pilotes ont été définies pour déployer le DMP dès cet automne. Une généralisation est prévue au premier semestre 2017. »

Le DMP, sauvé par la e-santé et le big Data ?

Face à cette volonté affichée des pouvoirs publics, le DMP bénéficie aussi d’un nouveau soutien de poids, puisque les acteurs de la e-santé, le plus souvent des start-ups, sont conscients de la nécessité de disposer de données pour proposer des services toujours plus efficients. Consultant et spécialiste de ce domaine, Lionel Reichardt résume parfaitement les enjeux portés par la mise en œuvre du DMP en expliquant :

« Il n’y a pas d’e-santé possible sans DMP, La compréhension du parcours de soin est par exemple indispensable pour faire de la prise en charge à distance. »

Les pouvoirs publics sont donc motivés à s’engager plus en avant dans le projet, les patients trouvent dans le DMP 2016 une réponse à leurs principales préoccupations et les acteurs de l’e-santé nourrissent de grands espoirs sur cette généralisation, qui ouvrira, à terme, la e-santé au Big Data. Tout semble donc coïncider pour qu’enfin le projet connaisse le succès qu’il mérite, à condition toutefois de fédérer les médecins, les infirmières libérales et toutes les professions de santé.

Car si ce DMP est présenté, depuis le lancement du projet il y a plus de 10 ans, comme un bénéfice incontestable pour le patient, les professionnels de santé ne réussissent pas à identifier clairement des bénéfices rapides et concrets. Permettre à l’infirmière libérale d’accéder à des données médicales de son patient est déjà possible. Dans ces conditions, les médecins restent peu enclins à se lancer dans cette tâche fastidieuse que serait la copie des données des patients dans le DMP, d’autant plus qu’ils ne cessent de rappeler qu’ils possèdent déjà ces informations dans leur propre logiciel. Président de la commission R&D de l’association eHealt Tech, Juan Sebastian Suarez Valencia traduit ces réticences du corps médical en posant le problème :

« La structuration des données de santé est très complexe et il est aujourd’hui impossible de les exporter de manière standardisée. Si les informations ne peuvent pas être facilement intégrées et que l’ergonomie n’est pas au rendez-vous, pourquoi les médecins iraient recréer un nouveau dossier alors qu’ils ont déjà toutes les informations dans leur propre logiciel ? »

C’est pourquoi, ces mêmes acteurs privés de la e-santé se proposent-ils de participer plus activement à la création de la nouvelle génération du DMP, afin d’en accroitre l’ergonomie, d’en améliorer le design pour au final accroitre le confort d’utilisation par les professionnels de la santé. Cela sera-t-il suffisant pour faire adhérer médecins, infirmières libérales, kinésithérapeutes, … ? Ou la CNAM devra-t-elle faire valoir son droit d’imposer ses décisions ? Les semaines à venir indiqueront la tendance générale, mais l’intérêt des professionnels de santé semble désormais être le seul obstacle restant encore à franchir …

Pensez-vous que 2016 marque le réel lancement du Dossier Médical Partagé ? Craignez-vous de voir les acteurs privés de l’e-santé s’immiscer dans cette mise en place ? Le DMP est-il une avancée que vous attendez ou au contraire estimez-vous qu’il n’apporte rien de plus aux infirmières et infirmiers libéraux ?

 

By | 2018-04-12T15:21:39+00:00 1 septembre 2016|IDEL au quotidien|21 Comments

21 Commentaires

  1. C’est bien beau mais vu que tous les médecins n’ont pas dossiers informatisés et dans les hôpitaux les médecins non pas de terminaux de carte vitale !! Encore de l’argent à depenser

  2. Isabelle Excoffon Le 1 septembre 2016 - Répondre

    Tout à fait d’accord avec vous!
    Le secteur de la santé n’a jamais été aussi merdique!
    Les libéraux n’en peuvent plus de leurs conditions de travail Mais sachez aussi que dans les hôpitaux c’est idem si ce n’est pas pire!
    Notre fameuse Ministre de la santé je ne lui souhaites qu’une seule chose : tombe vraiment et gravement malade et tu sauras nos conditions de travail!
    Car arrivé à faire un total burn out au bout de 30ans faut le faire! Et surtout inadmissible

  3. Bultez Claire Le 1 septembre 2016 - Répondre

    Je vois pas l intérêt puisque le dmp est actuellement propre à l hôpital non consultable par les libéraux différent de celui des libéraux etc et. Bref plein de dossiers à droite à gauche et au final pour mieux vendre les données des patients l idée de base est bonne mais à ce jour toujours irréalisable et non sécurisée sans compter le profit de multinationales qui n attendent que ça pour s’en mettre plein les poches au passage dommage

    • Infirmières Libérales Le 3 septembre 2016 - Répondre

      Bultez Claire, chez Albus, on est pas forcément hyper-supra-fans du DMP, mais il y a quand même quelques contre vérités dans votre commentaire : le DMP est justement le lien entre l’hôpital et la médecine de ville, il est accessible par tous les PS, et maintenant, même par le patient lui-même. Il est aussi très sécurisé, nécessite pour être consulté une CPS, un code, et souvent un sms adressé pour valider l’accès au dossier. Concernant les multinationales qui s’en mettent plein les poches, c’est trop vague pour qu’on puisse contester quoi que ce soit, mais, à notre connaissance, les labos n’ont pas accès aux données des patients. Et d’ailleurs, nous le regrettons, parce que si des études (anonymisées, évidemment), pouvaient être menées à grandes échelles, on détecterait les effets indésirables graves de façon très précoce ou on n’attendrait par 20 ans avant de réagir, comme on l’a fait avec le Mediator ou la Depakine.

  4. Cri Cri Le 1 septembre 2016 - Répondre

    Thierry Ladouce

  5. Réjane Thomasic Le 2 septembre 2016 - Répondre

    Infirmières Libérales : Au lieu de demander aux soignants ce qu’ils pensent du DMP ou du dossier informatisé,il serait bien de s’adresser aux personnes concernées,c’est à dire les patients! (Il faut faire une enquête auprès des patients)

  6. Réjane Thomasic Le 2 septembre 2016 - Répondre

    Un grand nombre de patients et de médecins refusent le DMP et le dossier informatisé e-santé .

  7. Réjane Thomasic Le 2 septembre 2016 - Répondre

    Je lance un sondage pour les patients et les soignants sur ce groupe au sujet du DMP et du dossier informatisé,vous verrez la réaction des patients et des soignants.https://www.facebook.com/groups/1072381752814501/

  8. Sonya Avicenne Le 2 septembre 2016 - Répondre

    Quel flop. C’était en 2012 je me souviens bien.
    Des milliards d’euros perdus encore… ils ont tout fait à l’envers.

  9. Gwenael Guern Le 3 septembre 2016 - Répondre

    Cela ne se fera jamais car c’est insécurisable !!! Et qui prétend le contraire est un menteur. Pire !! cela se fera à la Française ^^ Ce sera un gros bordel de mauvaise foi, d’intérêts financiers dissimulés de grands groupes pharmaceutiques. Intérêts mise en place par leurs employés larbins de politiques formés exclusivement à la comm, la comm, et la comm….. Et bien sur ; de logiciels et matériaux informatique obsolète et incompatible par économie ^^ Rendant le bouzin dans cet ordre inefficace, puis inutilisable, puis inutilisé, et enfin inutile parce qu’abandonné. Et oui mes pauvres amis, ainsi est la France : du budget pour la comm et faire le beau à la TV et plus rien ensuite sinon des miettes dérisoires ^^

    • Infirmières Libérales Le 3 septembre 2016 - Répondre

      Chez Albus, on pense que c’est justement tout le problème : plus on sécurise les accès, moins il y a d’usage chez les professionnels de santé. Pour accéder au DMP ou à la MSS, il faut une carte de professionnel, un mot de passe qui doit changer tous les trois mois, parfois un SMS supplémentaire, valable quelques minutes, à chaque fois qu’on veut se connecter… C’est très peu commode. Et tant qu’en face de toutes ces technologies très sécurisées et très complexes, il y aura Gmail et Dropbox, moins sécurisés mais plus simples d’accès, à notre avis, les nouveaux modes d’échanges mis en place par les pouvoirs publics ne seront pas utilisés par les professionnels. Jusqu’au jour où un scandale éclatera parce que quelqu’un aura laissé fuité sur Google des infos confidentielles relatives à des patients, il se fera sévèrement condamné, et servira d’exemple pour les autres. Vous verrez, c’est exactement ce qui se passera.

  10. Laurent Delaunay Le 4 septembre 2016 - Répondre

    Ce serait tellement pratique!!!!
    Si c’était faisable.
    Moi je dit on devrais tous avoir un code barre tatoué ou une puce et en la scannant un médecin, même à l’étranger, aurait accès à nos données santé!!!!

  11. Boucher Philippe Le 4 septembre 2016 - Répondre

    je suis pas trop pour ce truc sauf si c’est le PATIENT qui en contrôle l’accés … Sauf, bien sûr pour les services d’urgence …. Car c’est ça l’intérêt en fait ….

  12. Jean Charles Boulnois Le 5 septembre 2016 - Répondre

    Un vrai DMP serait vraiment une bonne chose. Ce serait meme un gage d’économie de santé à large échelle et un évidemment de redondance. De surprescriptions de non observances de dispensation de médicaments inutiles et de surconsommation de soin.

  13. Maria Rosa Saragoca Le 5 septembre 2016 - Répondre

    Je suis pour si ça peut éviter à ce que les Medecin arrête de prescrire y des examens inutiles ou deja fait la veille et qu’ils arrêtent de demander à chaque fois les infos qu’ils ont deja dans les dossiers.

  14. Sylviane Vaudevire Le 7 septembre 2016 - Répondre

    déjà le bin’s

  15. Sylviane Vaudevire Le 7 septembre 2016 - Répondre

    ce qui veut dire formation en plus tout le monde n’est pas formé !!! en fait maintenant je m’aperçois que tout le monde s’en tape

  16. Sylviane Vaudevire Le 7 septembre 2016 - Répondre

    purée je vais bientôt être en retraite !!! et nous n’avançons pas ça me gave

  17. Sylviane Vaudevire Le 7 septembre 2016 - Répondre

    le jour que je vais être patiente vous avez intérêt à être proféssionnels

  18. Jean-louis Lassept Le 7 septembre 2016 - Répondre

    moi je l ai et je sais bien que c est pratique mais le probleme il faut toujours certaines personnes negatives ok

Laisser un commentaire