Quand l’opinion publique (re)découvre ses infirmières

Quand l’opinion publique (re)découvre ses infirmières

Loin de l’image d’Epinal, les infirmières libérales ou hospitalières restaient souvent déconsidérées au quotidien. Ce jugement porté à la profession infirmière change et ce changement est visible. Cela va-t-il durer et permettre aux infirmières libérales de voir leur avenir s’éclaircir… 

Professionnels de santé et infirmières libérales en situation de mal-être

On ne dressera pas une nouvelle liste des revendications portées par les infirmières et les infirmiers libéraux. Mais il n’est pas exagéré de dire, que depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, les infirmières libérales voient se multiplier les sujets de discorde, les opposant à leur autorité de tutelle. A ces griefs s’ajoutait jusqu’à aujourd’hui un sentiment d’abandon, de délaissement de la part des autorités publiques. Ce sentiment, partagé par bien d’autres professionnels de santé, va-t-il enfin s’estomper ? C’est ce que l’on peut supposer en prenant connaissance des propos de Jean Leonetti, député des Alpes Maritimes, qui a interpellé, le 05 octobre dernier, Mme Marisol Touraine, Ministre de la Santé. Evoquant tous les professionnels de santé, il a dressé un constat terrible l’amenant à affirmer : Un malaise profond s’est installé peu à peu.

Il a certes pris la défense des médecins, qui, selon lui, se sont vus imposés le tiers-payant généralisé alors qu’ils croulent déjà sous les tâches administratives. Mais le député Les Républicains n’a pas ignoré les infirmières en évoquant la série de suicides cet été. Dans sa charge, Jean Leonetti s’est attaché à n’oublier aucun de ces professionnels de santé. Et pour obtenir une réponse de Mme la Ministre, le député a conclu :

Quelle est la cause de ce malaise et de cette inquiétude ? C’est le manque de considération et de confiance vis-à-vis d’une profession exercée avec compétence et dévouement. Il ne faut pas, comme vous le faites depuis plus de 4 ans, opposer par dogmatisme les patients et les médecins, le public et le privé, les libéraux et les hospitaliers.

Le désarroi des IDEL(s) (enfin) reconnu par tous

Marisol Touraine a répondu, point par point, aux demandes de Mr Leonetti. En détaillant les avancées permises par les différentes lois votées depuis sa nomination à la tête du Ministère, Mme Touraine a tenté de démontrer que cette opposition, dont elle était accusée, était infondée. Elle a aussi, et c’est un des aspects essentiels, remercier le député d’avoir appelé l’attention de la représentation nationale sur un sujet aussi important.

C’est ce qu’il faudra retenir de cette passe d’armes, qui ne débouchera sur aucune nouvelle mesure ou décision : la prise de conscience du mal-être des infirmières libérales et de tous les professionnels de santé. C’était une étape essentielle avant de pouvoir espérer pouvoir solutionner ces conflits et ces problèmes de nature diverse.

.

Une prise de conscience qui s’étend à la société toute entière

A une période, où on parle plus de refonte de la nomenclature et d’échéances électorales en tout genre, cette prise de conscience peut apparaitre comme une lueur d’espoir pour l’avenir des infirmières libérales. D’autant plus que l’Assemblée nationale n’est pas le seul lieu, où cette prise de conscience semble gagner du terrain. Les suicides à répétition expliquent en partie, que la presse généraliste se soit intéressée aux infirmières hospitalières au cours du mois de septembre 2016.

Désormais, la presse revient plus en profondeur sur le malaise infirmier à l’hôpital bien sûr mais aussi en ce qui concerne les infirmières libérales. Ce sont toutes les professions médicales, qui se trouvent sous le feu des projecteurs. Même le journal le Monde a publié un dossier sur la profession infirmière, en s’intéressant plus particulièrement au blues des élèves infirmiers. Le journal résume parfaitement ce mal-être en titrant : « Plus de stress et moins de temps ». Hospitalières ou libérales, les infirmières sont, enfin diront-certains, prises en considération par les pouvoirs publics d’une part, mais aussi, et c’est peut-être le plus important, par l’opinion publique. C’est ce changement, qui peut influer sur les prochaines décisions qui doivent être prises en ce qui concerne les infirmières et infirmiers libéraux, et c’est cette reconnaissance de l’importance et de la pénibilité de cette profession, qui pourra faire avancer les choses. Alors les infirmières resteront-elles durablement au cœur des préoccupations de la population ? Voilà la véritable question….

Avez-vous senti ce changement de regard sur la profession infirmière en général et sur les infirmières libérales en particulier ? Estimez-vous que cette reconnaissance puisse être bénéfique aux revendications, portées par la profession ?

 

 

 

By | 2018-04-12T15:20:44+00:00 16 octobre 2016|IDEL au quotidien|86 Comments

86 Commentaires

  1. Sylvain de Doncker Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Je suis désolé mais je ne vois ni ne ressent aucune reconnaissance de la profession infirmière. Il y a bien quelques patients qui vous disent leurs admiration mais pour la plus grande partie les soins, la présence, Sont un dû et peut importe que vous soyez obligé de faire des journées à rallonge parce que pour faire face aux charges et sortir un salaire décent en pensant tout de même cotiser à votre retraite par un système complémentaires. Peut importe qu il y ai d autres personnes avant et après eux. Si vous n êtes pas dans la tranche horaire prévue alors viennent vite les reproches. Je ne parle pas de ceux qui estiment qu ils n ont absolument pas à faire l avance des frais car « ils sont soit disant à 100% ». Donc pour moi la reconnaissance est de façade. Le patient est un simple consommateur et les autorités de tutelles jouent sur cette corde.

  2. Tony Druard Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Quedalle !!!

  3. Laurine Naigeon Le 16 octobre 2016 - Répondre

    C est exactement l atmosphère actuelle…

  4. Emmanuelle Hardy Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Aucune reconnaissance, un manque de respect de plus en plus important

  5. Nadine Malhomme Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Ce matin j ai expliqué à une patiente qu elle avait des droits mais aussi des devoirs dont celui de respecter les personnes qui lui viennent en aide et leur travail auprès d elle …qu on n était pas à son service !! De temps en temps ça fait du bien une piqûre de rappel

    • Tout à fait! Comme DE remettre les pendules à l heure en expliquant aussi qu on est pas là pour faire menage et rangement!

    • Nadine Malhomme Le 17 octobre 2016 - Répondre

      C est exactement ça avec cette patiente on ramasse tout ce qu elle met par terres, on lui chauffe son repas , on l installe et pour au départ prise de ttt avec dx …

    • Chinesinha Chris Le 17 octobre 2016 - Répondre

      Moi je ai eu droit à « garce » quant je l’ai recadree

    • Nadine Malhomme Le 17 octobre 2016 - Répondre

      Sympa

    • Sophie Amiel Le 19 octobre 2016 - Répondre

      Idem pour moi …faire chauffer le repas , tirer les rideaux ,une fois même, j ai du étendre une petite lessive…suis je vraiment infirmière ? ??? Parfois je ne me reconnais plus dans cette profession….

    • Nadine Malhomme Le 19 octobre 2016 - Répondre

      J ai ramassé du linge aussi , j ai même déjà passé la serpillère chez un patient quasi aveugle qui avait un pst qui saignait souvent… qui marchait partout dans l appart avec … que faire ?

  6. Cecile Paillard Dinard Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Alors je vais vous raconter une histoire :
    Il y a une semaine, chez une patiente, je tombe sur la couverture de « paris match » : :INFIRMIERES EN DANGER ».
    La dessus, je m’étonne que paris match s’intéresse a la profession et la patiente me répond : « ca doit parler surement des infirmières en zone de guerre ! »
    Et non ! Je consulte l’article qui parle bien des nombreux suicides de nos collègues cet été !
    Ce qui signifie bien que les mentalités n’ont  » guerre » évoluées…..

    • Fanm Gass Le 17 octobre 2016 - Répondre

      Et oui… D’ailleurs malheureusement ce phénomène de burn out augmente dans toutes les professions touchant à la fonction publique. Mais il fait y être pour comprendre, car les gens pensent qu’on est payés à rien foutre! ?

  7. Michel Gauthier Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Désolé pour les înfrimieres car leurs travail et admirable de plus en plus de soins, et avec hospitalisation ambulatoire les journées à rallonge. Merci pour elles

  8. Valériane Pascal Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Aucune reconnaissance de la profession d’infirmière libérale et celà ne va pas s’arranger avec tous les articles négatifs des médias qui renvoient une image de fraudeuse, dispendieuse, vénale…

  9. Paule Marie Ayala Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Non

  10. Francoise Moindrot Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Hier j ai claquer la porte d une patiente chez qui l on se rend pour préparation du pilulier une fois par semaine le vendredi …. mais vendredi jour de marché : porte close , samedi matin madame est partie chercher de la viande : porte close . Elle me rappelle pour que je vienne sans faute l aprem car il n y a plus rien dans le pilllulier , et la quand je suis arrivée : pas une excuse et même de l arrogance  » j ai quand même le droit de sortir  » oui mais vous avez le droit de tel par politesse et excédée j ai claqué la porte . MANQUE de RESPECT TOTAL

    • Ces patients là je ne les garde Pas. Aucun respect pour nous donc je ne vois pas pourquoi je me casserais le C– pour Eux. Faut Quand même un minimum.

    • Francoise Moindrot Le 17 octobre 2016 - Répondre

      Mais qd ta collègue va dans le sens inverse de ce que tu fais histoire de se faire bien voir ??

    • Francoise Moindrot Le 17 octobre 2016 - Répondre

      Et bien dû coup tu passe pour là pas gentille

    • Fanm Gass Le 17 octobre 2016 - Répondre

      Oh mon Dieuuuu! Ce n’est pas possible de vivre ça! J’hallucine.

    • Emilie Francois Le 17 octobre 2016 - Répondre

      ?

    • Cecile Boutonnet Le 18 octobre 2016 - Répondre

      Ben faut lui répondre que quand elle attend le médecin elle ne se barre pas de chez elle! Maintenant je ne repasse plus chez ce genre de patients.

    • Joelle Capdeville Le 18 octobre 2016 - Répondre

      Si elle sort seule pour faires ses courses et tout le reste ,pourquoi une prepa de pilulier ,qui est HN en plus

    • Geraldine Chaneac Le 20 octobre 2016 - Répondre

      Nous refusons categoriquement ce genre de patients et tout se passe tres bien 🙂

    • Francoise Moindrot Le 20 octobre 2016 - Répondre

      Le soucis ç que ma chère collègue se met à genou devant les gens histoire de gagner 4 sous …. elle n en a jamais assez …

    • Francoise Moindrot Le 20 octobre 2016 - Répondre

      Donc maintenant elle y va si elle veut et moi je fais mon tri ? avec certains

    • Françoise Mellier Le 21 octobre 2016 - Répondre

      Je suis une patiente, et j’ai un grand respect et de l’admiration pour les infirmières qui s’occupent de moi. Ce manque de respect est inadmissible, et je gage que cette patiente ne respecte pas grand monde…Courage!

  11. Stéphanie Ressaire Le 16 octobre 2016 - Répondre

    Euh non … à part représenter  » Une Aide humaine gratuite  » comme un patient m’a dit la semaine dernière je ressens pas grand chose de positif ^^

  12. Nathalie Goossaert Le 16 octobre 2016 - Répondre

    De moins en moins de reconnaissance, je trouve. Il y 20 ans, les gens respectaient l’infirmière, plus maintenant.

  13. Danielle Suzanne Le 17 octobre 2016 - Répondre

    Reconnaissance ? C’est quoi ce mot ? Moi pas connaître ! Oh oui de temps en temps un merci ,mais par contre bonjour est très souvent remplacé par  » vous êtes en retard ce matin ! »
    Au revoir …c’est en option !
    Tout leur est dû à ces chers patients et nos visites quotidiennes nous rendent transparentes sauf pour les reproches …enfin tout n’est pas noir non plus !
    Par contre ne nous penchons pas sur l’administratif car la c’est pas triste !il y aurait beaucoup à dire et à revoir

    • Phil le Ressaire Le 17 octobre 2016 - Répondre

      C’est curieux… On vit la meme chose?

    • Chinesinha Chris Le 17 octobre 2016 - Répondre

      Oui on se sent moins seule tout de un coup

    • Sand Rine Le 17 octobre 2016 - Répondre

      moi désormais qd on me dis que je suis en retard je répond d’un ton ironique que je sors du bar ou j’ai pris mon temps pour boire un café ou l’apéro (en fonction de l’heure…)
      je vous précise bien sûr qu’en réalité je bosse, qu’on soit bien d’accord ?

      jai bien essayé la méthode sympa ou tu leur expliques les aléas et les imprévus de notre boulot, mais au vu de leur jenairienafoutre et bien j’ai opté pour le bar, au moins ca coupe court à la discussion ?

    • Domi Mendes Le 20 octobre 2016 - Répondre

      Le bar c’est pas mal !! Merci pour le tuyau …

  14. Francoise Moindrot entièrement d accord l infirmière de mon mari à la clef de la maison nous l apprécions beaucoup même si il arrive que mon mari ne soit pas très gentil avec elle mais je veulle

  15. Françoise Moindrot ma pharmacie le fais pour ,3€

  16. Cécile Paillard Dinars ,1 de vos collègues c est suicidé chez moi cet ete

  17. Barbara Paule Le 17 octobre 2016 - Répondre

    non ce n’est pas un du , la gentillesse et la disponibilité de ses personnes c’est une bénédiction , moi je les remercie du fond du coeur pour ce travail <3

  18. Manon Sierra Le 17 octobre 2016 - Répondre

    Aucune reconnaissance, il y a certains jours où on jetterait presque l’éponge avec certains patients …

  19. Leila Tis Le 17 octobre 2016 - Répondre

    jolie ……et respect aux infirmieres

  20. Cél Ine Le 17 octobre 2016 - Répondre

    Moi je pense que ce non respect est visible dans tout les métiers au contact des gens. La plupart se plaignent de l’impolitesse, le non respect, l’impression que tout est du…. et malheureusement, ce sont ceux qui ont le temps qui se plaignent de nos retard, ceux qui n’avance aucun frais qui trouvent bizarre qu’on soit payer autant…. on est dans le dictat de la consommation et ces messieurs dames nous consomme ni plus ni moins

  21. Géraldine Suchet Le 18 octobre 2016 - Répondre

    Une de mes collègues a découvert une patiente decedee dans son lit alors qu’elle venait lui Faire une prise de sang….elle y est restée 1h30 le temps de prévenir les enfants, soutenir le mari hémiplégique suite AVC, d’attendre le médecin…..au moment de partir en même temps que le médecin, le fils se tourne vers cette dernière et lui demande « combien je vous dois docteur ? »……et vers ma collègue « merci »…..
    Tout est dit……

    • Eidole Dluonra Le 20 octobre 2016 - Répondre

      Exactement ! Ce qui est le plus difficile c est quand nous arrivons chez un patient pour la douche, il refuse de se lever mais quand le kine arrive là pas de problème, il ne faut surtout pas le faire attendre… C est vrai que les idel ont le temps elles d attendre. Ou est le respect ?

  22. Carine Charvillat Le 18 octobre 2016 - Répondre

    Tellement joli que je repartage !

  23. Angie Le Le 18 octobre 2016 - Répondre

    Les patients qui sonnent pour qu’on vienne fermer leur fenêtre ou servir un verre d’eau alors qu’ils ont des visiteurs dans leur chambre, on en parle ?

  24. Merci

  25. Joanne Moellon Le 18 octobre 2016 - Répondre

    Tour à fait rien ne change et de en plus les conditions se dégradent.

  26. Sylvanus Rousseau Le 19 octobre 2016 - Répondre

    Je ne vous parle même pas des AS, ASH, AMP et autres… 🙂

    • Pont Sylvain Le 22 octobre 2016 - Répondre

      Encore un problème d ego de nos collègues… On parle des as,… Et de leurs irrespects des ide en EHPAD?

    • Sylvanus Rousseau Le 23 octobre 2016 - Répondre

      Lorsque mes ami(e)s IDE parlent de manque de reconnaissance, je trouve cela tt à fait normal et justifié, je ne parle pas d’ego alors pourquoi en parler pour nous, Sylvain??? Et ce n’est pas parce que tu croises ou as croisé des AS débile et irrespectueux que nous le sommes tous… J’aurais quelques exemples de certain(e)s IDE dont le comportement ne vole pas très haut non plus… DIVISER c’est le rôle des mecs de là haut, nous devrions nous UNIR… Donc, je t’encourage vivement à changer de discourt, enfin, c’est toi qui vois

  27. Joli hommage à notre profession!

  28. Femcabress Silfille Le 19 octobre 2016 - Répondre

    Reconnaissance, à bon c’était quand ça, parce que je ne vois vraiment pas de quoi on parle.

  29. Laetitia Stenger Le 19 octobre 2016 - Répondre

    Une reconnaissance? Ou? Quoi? Par qui?
    Les patients? Oh ben non tu rigoles!!! Les politiques? Laisse moi rire!!! Notre ministre? Euh passons… la sécu? Jcrois pas non…..
    une solidarité ds la profession? Je crois que ça commence par la…. aucune unité entre nous! Soyons unis et crions notre mécontentement le 8novembre!!!!!

    • Eidole Dluonra Le 20 octobre 2016 - Répondre

      Exactement ! Je suis également infirmiere liberale et déjà nous n allons pas à la même station service que nos médecins… les idel circulent à l eau c est bien connu !

  30. Lila Bechet Le 20 octobre 2016 - Répondre

    Merci Anne Roumanof .

  31. Vincent Auriol Le 20 octobre 2016 - Répondre

    Pk ya une grosse moche avec un casque et un micro!

  32. Celine Duf Le 20 octobre 2016 - Répondre

    C est à nous de sortir dans la rue et D aller la demander cette reconnaissance bougeons notre cul

  33. Maria Rosa Saragoca Le 21 octobre 2016 - Répondre

    Oui par elle même ou vê um perso elle prends haut et fort notre deffecencebet c bien mérité, alors que ces politiciens voit déjà comme sujet de présidentielle mieux équiper les militaire et policier antre autre , qui en fait é va faire que des meurtres et blessés mais dans nos hôpitaux public ou privé nous n’aurons rien!!! Parce que ont les meilleurs hôpitaux équipée en matérielle et personnel mieux payé que nous en fin de carrière!!! C’est la France: Fraternité Égalité ect…..ils sont tous pareils pourquoi allez vous voté????? Faudra bien réfléchir ou alors vote blanc comme la couleur de nos blouse!!!

  34. Stéphanie Killherr Le 21 octobre 2016 - Répondre

    Quelle reconnaissance ? Je travaille à l’hôpital public et tout ce qu’on entend c’est restrictions budgétaires, mutations, gel des salaires, collègues non remplacés etc…les conditions de travail se degradent…je sais bien que c’est dans tous les secteurs mais on s’occupe d’humain la…et je ne vois que peu « d’humanitude.. « 

  35. Brigitte Caillol Le 21 octobre 2016 - Répondre

    Tout ces métiers sont voués à disparaître avec le progrès et seront remplacer par robots, c’est inéluctable. Même le chirurgien sera remplacé par robot.les soignants seront derrière des écrans et contrôleront les machines, on va pouvoir enfin respirer.

  36. […] avons déjà souligné, il y a quelques jours, la prise en compte de la difficulté du métier d’infirmière libérale par l’opinion publique mais aussi par les hommes et femmes politiques. Alors que les […]

Laisser un commentaire