Burn-out des Infirmières, attention danger !

Burn-out des Infirmières, attention danger !

Toute la profession infirmière était invitée à s’exprimer à la table ronde organisée par l’Assemblée Nationale sur le thème de l’épuisement professionnel. Si la fonction publique hospitalière a concentré une bonne partie des débats, les infirmières libérales ont néanmoins, pour une fois, pu se faire entendre …

La profession infirmière, victime des maux d’une société malade

Nous avons déjà souligné, il y a quelques jours, la prise en compte de la difficulté du métier d’infirmière libérale par l’opinion publique mais aussi par les hommes et femmes politiques. Alors que les revendications se multiplient de la part de tous les corps de métier (et on pense bien évidemment aux policiers), à quelques jours de la mobilisation de toutes les infirmières et infirmiers de France (le 08 novembre prochain), l’Assemblée Nationale a accueilli, le 20 octobre dernier, une table ronde relative au syndrome d’épuisement professionnel, notamment en ce qui concerne la profession infirmière hospitalière mais aussi les infirmières et infirmiers libéraux.

Certes, ce ne sont pas les infirmières libérales, qui ont été au cœur des débats, car il s’agissait notamment de tranquilliser les infirmiers hospitaliers après une série de suicides au sein de la profession, qui a choqué l’opinion publique. Mais cette table ronde a permis de mettre en exergue le mal-être infirmier, qui ne s’arrête pas, loin de là, aux portes de l’hôpital. On reconnait ainsi dans le malaise hospitalier un grand nombre de revendications portées par les IDEL(s) eux-mêmes. Lorsque Nathalie Depoire, présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI),explique que la profession infirmière doit « subir les contraintes économiques et les restrictions budgétaires. Nous avons des exigences à atteindre mais de moins en moins de moyens. On se retrouve écartelé entre ce qu’on nous demande de faire, ce qu’on voudrait faire et les moyens qui nous sont donnés. », on peut transposer ces griefs à l’exercice libéral de cette profession.

Les infirmières libérales aussi sont au bord du burn-out !

Il aura fallu compter sur la présence de Florence Ambrosino (Association Nationale Française des Infirmières et Infirmiers Diplômés et Étudiants) pour aborder les problématiques spécifiques aux infirmières et infirmiers libéraux. Aussi a-t-elle pu pointer du doigt devant le députés la complexité des prises en charge mais aussi le vieillissement de la population avec ce que cela implique notamment en ce qui concerne la fin de vie. Mme Ambrosino s’est également étonnée que la réglementation de l’exercice libéral soit durcie au fil du temps, alors que rien n’est fait pour solutionner le problème récurrent d’une nomenclature dépassée. Enfin, elle a dénoncé la multiplication des contrôles à l’encontre des infirmières et infirmiers libéraux.

Il ne s’agit donc pas de nouveautés mais de situations déjà souvent citées et détaillées, ici et sur bien d’autres supports. Cette intervention a néanmoins le mérite de replacer les infirmières et infirmiers libéraux au cœur du débat, qui semble vouloir s’ouvrir sur l’état du système de santé en France.

A quand la prise de décisions après cette phase d’écoute des infirmières libérales ?

La question mérite d’être posée. Depuis plusieurs semaines, les gestes à l’égard des infirmiers en général et des infirmières libérales en particulier se multiplient. Mais à ce stade, si tous les décideurs s’accordent à dire qu’il faut réfléchir aux enjeux de la santé de demain, on en reste encore au stade des bonnes intentions et des promesses. Les infirmières et infirmiers libéraux, comme toute la profession infirmière et même plus généralement l’ensemble des professionnels de santé, comptent bien sur la mobilisation du 08 novembre prochain pour que cette phase d’écoute et d’identification des problèmes à résoudre soit suivie de décisions concrètes et efficaces. Les échéances électorales à venir risquent de retarder le passage à l’acte, mais les infirmières souhaitent désormais plus que des bonnes paroles et autres promesses.

Car faut-il le rappeler le sujet de cette table ronde consistait bien à s’interroger sur l’épuisement professionnel de toute une profession. Et si rien n’est fait rapidement, la prévention ne sera plus suffisante et il faudra alors oser un traitement plus lourd, d’autant plus que le diagnostic est posé et validé par tous…

Vous considérez-vous au bord de l’épuisement professionnel ? Sentez-vous un changement d’attitude des pouvoirs publics, de l’opinion publique à votre égard ? D’après vous, ces multiples réunions et ces tables rondes déboucheront-elles sur des décisions concrètes dans un avenir proche ?

 

 

By | 2018-04-12T15:20:27+00:00 29 octobre 2016|IDEL au quotidien|218 Comments

218 Commentaires

  1. Medinaa BenHad Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Twix Gauche

  2. Fairouz Fala Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Faisant attention aux uns et aux autres,prenons soins de nos pairs, nos collègues au quotidien,car faire le pont vers les autres, écouter les autres ,être dans l’indulgence,être patient envers les autres c’est s’ouvrir à eux et aller vers une meilleure entente,une bonne cohésion, une bonne dynamique et donc une bonne prise en soin de nos patients. A prés tout nous ne sommes que des être humains.

    • Planel Marie Le 29 octobre 2016 - Répondre

      qui prend soin du soignant ? comment gère t il ses émotions ? a moins qu’il soit un robot….

    • Cathy Mini Le 29 octobre 2016 - Répondre

      Le soignant se débrouille tant bien que mal avec ses états d’âme…
      Cette année nous en a malheureusement montré les conséquences…

    • Fairouz Fala Le 30 octobre 2016 - Répondre

      C’est pour cela que j’ai dis les des autres, sinon personne ne le fera pour nous, solidarité Soignante.?

  3. Frederique Rigaud Le 29 octobre 2016 - Répondre

    il serait tout de même important que l on s occupe de nous, de nos soucis plutôt que de nous proposer des stages à répétition sur le « diabète »!

  4. Zelie Louis Le 29 octobre 2016 - Répondre

    qd on parle de burn out on nous rit au nez : c est psychique

  5. Sophie Lime Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Moi j’ai rarement eu autant mal au dos que depuis que je suis en libéral #vivelescervicalgies, mais concernant le burn out, je suis peut être chanceuse mais pour l’instant je crois n’avoir jamais souffert d’épuisement psychologique. Physique oui ! Mais pas psycho. ..

    • Zelie Louis Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Les 2 vont ensemble tout craque à un moment donné …Le corps dit stop..

    • C sur qu en liberal on est seule à prendre en charge les patients lourds et physiquement les épaules et le dos crient rapidement au secours et ça finit par jouer sur le psychique

    • Sophie Lime Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Oui c’est très certainement lié

  6. Yvette Lise Jeandet Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Épuisée, vidée, rincée par cette profession ….Trop de pression de la part des instances , de plus en plus de patients desagreables et qui croient avoir tt les droits , une charge de travail administrative du feu de dieu et j en passe . Le matin quand je commence la tournée, j ai qu une hâte….terminer le plus vite possible pour avoir la paix ….
    Un métier dont je suis dégoûtée, et aucunes possibilités de reconversion ….

    • Lu Ga Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Courage, madame, les patients sont désagréables mais très souvent maladroit, ils vous prennent donc ils apprécient votre travail, heureusement d’autres savent plus l’exprimer, c’est ce qui nous boost et nous fait tenir, les grincheux tant pis pour eux ?

    • Celine Broché Cuervo Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Certains oui mais d autres nous considèrent comme une main d oeuvre gratuite malheureusement

    • Meuwwine Bosc Le 3 novembre 2016 - Répondre

      Pour la paperasse pourquoi ne pas prendre un organisme qui gère la facturation? C’est toujours ça en moin à faire à côté des soins

  7. Nadine Cosse Le 29 octobre 2016 - Répondre

    J ai fait un burn out sans m en rendre compte comme la grippe il y a 2 ans …..comme ma tête n écoute pas mon corps , j ai pas le temps de déprimer j avance….

    • Erwane Boulet Le 31 octobre 2016 - Répondre

      J’aimerai que tu m’explique ce que tu appelles un burn out sans s’en rendre compte. Et comment tu as fini par t’en rendre compte. Merci.

    • Nadine Cosse Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Beaucoup de fatigue, envie de rien , des douleurs, des insomnies tout cela suite à une opération d hernie discale. Mon corps m a dit j en ai marre .ma tête non car j ai travaillé 10 jours avec béquilles quand j ai ma hernie est sortie. J ai travaillé des années avec toujours des galères avec des remplaçantes et cela m affectait mais je ne m écoutais pas .maintenant je fais attention je sais dire non et je m oblige à me reposer et je travaille plus zen

    • Nadine Cosse Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Je vois un psychiatre qui suit ma maman et qui m a aidé jr refusais d admettre que j avais besoin de traitement

  8. Stéphane Couesnon Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Et oui ça existé aussi en libéral mais on arrive quand même à trouver des collègues sympa et chacun se remonte le moral face à cette charge de travail qui fini par nous user
    Courage à tous

  9. Laurence Hiard Le 29 octobre 2016 - Répondre

    tout coeur avec vous!!!Courage et prenez soin de vous!!!

  10. Iman Salhi Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Déjà en tant qu’ étudiante en troisième année j’en peux plus, j’imagine même pas celle qui travaillent

    • Sam Soussou Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Moi pareille étudiante en 3 ème année , ce que je vois dans les services fait juste flippé ?….

    • Isabelle Giraud Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Sam Soussou vous êtes pas au bout de vos peines hélas vous vous engagez dans une profession de nonnes soumises dont le sort inquiète peu les pouvoirs publics.. j en veux pour preuve la fiche de paie… et bien d autres choses

    • Comment ça se fait que vous travaillez autant, il y a un manque de personnel ? C’est dû à quoi ?J’envisage l’école infirmière et j’avoue qu’avec vos témoignages vous me faites peur

    • Valérie Gilles Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Manque de personnel, de considération, violence physique et verbale etc. Ça fait rêver non?

    • Joanne Moellon Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Moi je ss diplômée depuis peu et je peux t’assurer que qd on est étudiant ce statut te protège en qqle sorte. Car qd tu arrives sur le marché du travail, si tu as un peu chance tu arrives à trouver du boulot. Savoir vite prendre du recul pr ne pas s’écrouler sous la pression des instances hiérarchiques et la charge de travaille. Tu comprends vite que tu as de grde responsabilité. Moi j’aime mon travail mais je trouve qu’il y a peu de reconnaissance et que tu ne peux pas vivre de celui-ci. Qd tu as des enfants.

    • Iman Salhi Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Franchement c’est un tout en tant qu’étudiant ont à la pression du lieu de stage, souvent on est plusieurs étudiants dans un service en manque de personnel donc sa joue beaucoup dans l’encadrement, nos tuteurs de stage sont à bout et nous aussi, après on fonction du service ont bouge beaucoup et ont doit souvent faire notre travail plus aider à droite et gauche surtout si il manque une as ou autres.
      En service ont fait souvent face à la violence, le mépris ect. …
      Que ça soit en hôpital en EHPAD ou en libérale j’ai pu voir que chaque lieu avait ses difficultés, j’ai été choquée de voir comment les inf et les as peuvent être mal considéré mais j’ai aussi eu de bonnes surprises en rencontrant des infirmières et aides soignantes ainsi que des cadres et médecin super sympa et investis.
      Chapeau à tout les infirmier qui font se métiers et gardent le sourire en allant en service et en fesant de leurs mieux avc des difficultés pareil j’admire ces personnes là

    • Véronique Priant Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Malèna AR Réflexotherapeute je trouve que ces témoignages sont beaucoup trop pessimistes. Effectivement nous avons un métier qui prend aux tripes, mais quel beau métier. IL faut regarder le bon côté des choses. Et en plus IL y a tellement de façon différente de l’exercer qu’il y en a forcément une pour chacune d’entre nous (chirurgie, urgences, enfant, cancero, gériatrie …..)

    • Et ben …. je vous remercie à toutes pour vos réponses , sachez que vous avez un grand métier admirable, je le trouve vraiment. Quand vous parlez de considération, qui vous manque de considération ? Vos supérieurs ou les médecins avec qui vous travaillez ?

    • Sonia Chauvetiere Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Le manque de considération viens de la cpam, ( état) et parfois des gens qui parlent de nous sans savoir. Il ne font que le relais de la cpam qui veut nous faire passer pour des voleuses. Je parle du libéral évidemment. Des voleurs y en a partout autant que chez les infirmiers libéraux. A l hôpital on nous prend pour des pions, malléables et corvéables à volonté. Comme on ne peut pas faire notre travail correctement nous sommes avec les as les premières à en prendre plein la tête. L état supprime
      ENCORE des postes et il faudra encore travailler plus pour autant de salaire, moins de sécurité, moins de week-end, plus d heures supplémentaires parfois non rémunérées et difficilement récupérables car manque de personnel…. Bref joli tableau !

    • Julie Dalcourt Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Alors… changez de métier! Pas la peine de me répondre, je suis aussi du métier. ?

    • Iman Salhi Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Julie Dalcourt si on suivait vos dires il ne resterait plus d’infirmiers et d’as en France surtout si à chaque contrariété on changeait de métiers?

    • Reid Newman Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Protegez vous, n allez pa faire une depression ou une hernie pour des abrutis en col blanc

    • Iman Salhi Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Reid Newman merci beaucoup?, c’est sur faut se protéger que sa sois chez les étudiants comme le personnel soignant…

    • Rabiha Allaoui Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Je confirme, ide depuis 11 ans !

    • Sonia Chauvetiere Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Julie Dalcourt j aime ce que je fais, j aime mes patients, mais j aimerais aussi être considérée. Et oui l espoir fait vivre..

    • Catherine Arnal Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Iman Salhi malheureusement le tableau décrit est pire que décourageant et si effectivement la fonction devient si pénible qu’elle entrave votre vie il vaut peut être mieux songer à se reconvertir pour le bien de tous car pour bien soigner il vaut mieux des soignants en forme sinon les erreurs ne sont pas loin.

    • Peypa John Le 5 novembre 2016 - Répondre

      Les erreurs viennent de ceux qui sont nos dirigeants !!! Car ce sont eux qui ne vont pas bien et pour la plupart se vengent sur le petit personnel !!!!!

  11. Anne So Vigroux-Geay Le 29 octobre 2016 - Répondre

    J’ai fait un burn out et j’étais à l’hôpital .

  12. Cathy Mini Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Nous y sommes hélas tous exposés!
    Les victimes passent un peu pour des tire au flanc.
    Les salariés sont mieux protégés socialement : ils peuvent arrêter leur activité ponctuellement pour se ressourcer ce qui est impossible pour les libéraux.
    Pour y être passée, je ne le souhaite à personne même s’il existe un après, ces jours sombres et douloureux très difficiles à exprimer sont une épreuve dans une vie.

  13. Corinne Kensikiewicz Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Mettiez avec beaucoup d’implications donc tous loger à la même enseigne

  14. Laurence Longuet Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Je pense que nous sommes tous exposés , en libéral ou à l’hôpital

  15. Céline Boché Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Marie Le Gourrierec-Bunodière, plus encore que d’autres, tu peux donner ton avis .

  16. Adou Passiflore Le 29 octobre 2016 - Répondre

    J pense q psychologiquement l libéral est plus difficile qu a l hôpital car en libéral quoi qu il vous arrive Vs n pouvez pas vous arrêter comme a l hôpital et ca il n y a rien d plus stressant en 10 ans de carrière j ai été arreté deux j car emmenee par les pompiers lors d une tournée j étais Allee bosser qd mm l matin pr n pas demander à ma collegue

  17. Lili ArnLabat Le 29 octobre 2016 - Répondre

    Perso, burn out à l’hopital : téléphone, cadre, médecins, collègues, courir partout etc … depuis que je suis en libéral, je bosse plus, mais sans tout ce qui parasitait et entravait mon travail.

    • Jean-Christophe Rangon Le 30 octobre 2016 - Répondre

      en liberal attend que le RSI te fasse coucou… c’est le meme probleme…

    • Lili ArnLabat Le 30 octobre 2016 - Répondre

      mon problème est la hiérarchie qui se fout de nous et le rythme de dingue, je sais qu’on a beaucoup de charges en libéral rsi ou pas, je travaille à mon rythme et surtout j’ai la paix … pour moi, c’est ce qui compte.

    • Véronique Priant Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Jean-Christophe Rangon en liberal nous ne sommes PAS affiliés au RSI

    • Lili ArnLabat Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Véronique Priant si si mais par le biais de l’URSSAF

    • Valerie Pastore Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Véronique Priant c’est kif kif, la karpimko et l’URSSAF ne nous loupent pas non plus,!!

    • Véronique Priant Le 30 octobre 2016 - Répondre

      OUI mais sans les problèmes du RSI des artisans

    • Véronique Priant Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Et par rapport aux IDE salariés on n’a pas à se plaindre

    • Lili ArnLabat Le 30 octobre 2016 - Répondre

      oui puisque c’est géré par l’urssaf ..je connais bien le rsi contente de ne pas dépendre d’eux directement

    • Oui Lili ArnLabat tant que tu as la santé tu as la paix…. mais le jour où tu seras malade tu comprendras mieux les inconvénients du libéral et ce n’est qu’un aspect…

    • Myriam Lestonnat Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Véronique Priant les ide salariés sont mieux lotis que nous j’ai eu 2 enfants en activité la premièere en salariée congé pré et post accouchement et en tant que libérale problème et allitée c’est pas pareil: reprise du travail au 30° jour de ma fille pour soulager ma collègue qui bossait depuis 4 mois et financièrement il fallait renflouer les caisses en salariée c’est que du bonheur aucun stress!!

    • Lili ArnLabat Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Christine Eschenbrenner-Lux merci de me prendre pour une ignorante .. et puis tkt je suis en dispo, d’ici 8 ans, je retourne au CH 😉 je n’aurais que 50 ans !

    • Véronique Priant Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Christine Eschenbrenner-Lux pour moi c’est le seul inconvénient. Mais on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Nos revenus nous permettent d’anticiper.

    • Lili ArnLabat Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Véronique Priant tout à fait, il faut investir, mettre de coté pour assurer la suite …

  18. A parfois plus de 90h/semaine ya des fois où j’en peux plus… les papiers, les patients qui appellent à 22h… c’est vraiment dur parfois.
    Qu’à l’hopital j’ai jamais ressenti ça.

    • Mimie Ricard Demarco Le 30 octobre 2016 - Répondre

      90h/semaine????? Y en a qui le cherchent le burn out…?

    • Emilie Dumay Le 30 octobre 2016 - Répondre

      La vache mais vous bossez seul?

    • Soso Kastagnette Le 30 octobre 2016 - Répondre

      90h en 7 jours certainement pour moi c’est la même. Quand tu fais 7h-21h

    • Laurence Penne Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Les patients qui appellent à 22h en fait c’est non. Il y a un moment où il faut éteindre le téléphone. Si vraiment ils ont un problème urgent, Ben c’est aux urgences qu’il faut aller.

    • Oui 7/7 Jours.
      1 semaine sur 2 heureusement. On bosse à 2. C’est dure mais je me vois pas envoyer un patient vers autre autre IDEL ou remballer ceux qui appellent à 22h parce que la pompe de leur Kabiven marche plus alors qu’il se tape un cancer généralisé…
      Mais oui oui, je le cherche le burn-out!

    • Sofy Gigou Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Personnellement portable coupé vers 21h sinon plus de vie

    • Rachel Laurent Llorca Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Je ne coupe pas mon portable car je n arriverais pas a dormir.
      Je brieffe mes patients par contre. Je suis dispo 24/24 pour ceux qui sont perfusés et notament sur pompe

    • Camille Jonquille Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Il me semble que légalement pour tous patients perfusés tu dois assurer l’ astreinte téléphonique … d’autant plus s’ils sont sur pompe ! C’est une question de responsabilité pro !

  19. Christelle Lola Renard Le 29 octobre 2016 - Répondre

    (y) (y) (y) 30€ offert sur votre 1er Facture de Direct Énergie Avec le Code parrainage 102675561 lors de la souscription

  20. Celine Duf Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Aucun la profession est en burn out tout court car on nous prend pour des connes navré de mon franc parle

  21. Burn out à l’hôpital : oui c’est certain la surcharge de travail , Le manque de personnel …. et tout le reste !!!! On ne peut plus faire notre travail de soignant !!!! En libéral on a encore la possibilité de bien travailler . Oui c’est surement plus physique mais c’est beaucoup plus gratifiant . Alors pour ma part , pas de burn out en libéral .

    • Celine Broché Cuervo Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Vous croyez !!! Quand les patients vous en mettent plein la tête parce que vous avez un peu de retard ou lorsque carrément ils s en vont à l épicerie pendant le laps de temps ou vs êtes censés passer ce qui oblige à revenir et j en passe car les patients chroniques n ont aujourd’hui plus aucun respect pour nous et nous considèrent comme une main d oeuvre gratuite malheureusement. ….

    • Je comprend bien votre sentiment . Mais j’ai surement de la chance car tous mes patients respectent mon travail . Ils sont tous gentil et ne me disent rien mais si j’ai du retard . Mais je pense faire partie des privilégiés.

  22. Audrey Beaumelle Le 30 octobre 2016 - Répondre

    C est pareil en libéral et en hospitalier

  23. Jean-Christophe Rangon Le 30 octobre 2016 - Répondre

    qd est ce qu’on intente un proces a l’etat pour meurtre??? remplir un tonneau percé c’est un des enfers grecs (les danaïdes)… tout le stress vient de LA .. c’est le SEUL et UNIQUE motif de burn out… ces gens courageux en bavent pask on a pas le COURAGE de DEFONCER le systeme et de rebatir quelquechose de RATIONNEL et surtout ETANCHE aux fuites multiples a tous les niveaux….

  24. Bérengère Cdl Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Et on en parle des maisons de retraite ? …

    • Sam Soussou Le 30 octobre 2016 - Répondre

      C’est juste terrible les conditions ?, je dirais même horrible!! Je sais pas comment elles font les filles qui y bossent , elles ont un courage énorme ( je parle PLUS pour les AS ÊT ASH faisant fonction AS..)

    • Bérengère Cdl Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Oui je suis d’accord mais IDE aussi…

    • Florence Allais Le 3 novembre 2016 - Répondre

      Complètement d’accord ide aussi

  25. Corinne Fiorucci Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Fatiguée physiquement mais burn out en libéral non…

  26. Laurence Penne Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Moi ce qui m’angoisse en Libéral c’est l’impossibilité de s’arrêter. D’une part à cause de l’obligation de continuité des soins, d’autre part à cause des charges et prélèvements obligatoires astronomiques qu’il faut continuer à payer quoi qu’il arrive (et avec les 15 jours de carences pour l’assurance pro, tout est fait pour qu’on ne s’arrête pas à moins d’être subclaquant).
    Même prendre de vraies vacances c’est compliqué. Je n’ai plus jamais pris 3 semaines consécutives depuis que je suis en libéral.
    Personnellement ça me fout le stress. Certains aiment leur boulot plus que tout mais pour moi Le sens de la vie ce n’est pas que le travail.
    Par contre il n’y a quand même pas cette pression hiérarchique que je ressentais à l’hôpital, et qui m’était intolérable.
    Ceci étant dit je suis IDE depuis 20 ans, et j’en suis saturée et dégoûtée. Je cherche une reconversion qui tienne la route et n’en trouve pas.

    • Oh comme je te comprends je crois que j’en suis arrivée au mm stade 23 ans de DE pourtant e lai choisi et j’ai toujours aimé ce métier ….mais j’arrive à saturation ?

    • Stéphanie Ressaire Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Pareil ! 20 ans de diplome cette année , j’ai écumé tous les services et actuellement en libéral …je sature complètement …je RÊVE de reconversion mais sans savoir comment …

    • Nina Mbende Lotin Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Idem 20 ans et ras le bol de l’hôpital,veut tenter le libéral mais je flippe

    • Laurence Penne Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Nina Mbende Lotin mon conseil : n’y met pas le doigt. Une fois qu’on a commencé il est difficile de s’arrêter du fait du décalage des prélèvements sociaux à moins d’avoir une GROSSE trésorerie d’avance. Et puis c’est tout aussi usant que l’hosto mais sur d’autres points. En tôt cas il ne faut pas idéaliser. Si j’avais su je ne l’aurai pas fait.

    • Je n’ai pas autant d’expérience que vous mais je comprend et je sais que mm si c’est un métier que j’adore je ne ferais pas long feu ….le.liberale offre une liberté de façon de travailler mais les contre partis sont énormes peu de congés charges énormes etc…je rêve aussi d’une reconversion qui me permettrais d’être plus zen et dispo pour ma famille…

    • Oscar Pau Line Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Pareil, vie personnelle compliquée avec un Loulou de 4 ans à la maison qui demande sans cesse sa maman…? Obligée de faire des heures et des heures pour avoir un salaire confortable. Je préférerai avoir un salaire moyen, et pouvoir profiter de mon fils…?
      Je ne vois qu’un seul point positif au libéral, l’absence de hiérarchie. À part ça, que des contraintes…

    • Sylvie Marescaux Haeck Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Je ressens exactement la même chose. A l’hôpital CT dur en libéral aussi. A l’hôpital je ne me suis jamais arrêtée pq conscience pro et je pensais a mes collègues. Qu’est ce que j été bête!

    • Tu peux descendre à 7 jours en maladie, mais le mieux c’est de toujours laisser un peu de trésorerie à côté sur un livret A par exemple.

    • Marie Samier Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Tout à fait bien résumé Laurence penne J en suis au même point que toi. Meme constatation et meme conclusion. Mais que faire? Déjà dans un premier temps RDV a la manifestation du 8!

    • Nina Mbende Lotin Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Merci du conseil Laurence Penne .courage à vous…à nous!

    • Isabelle Mouly Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Laurence Penne je suis bien d’accord !! Un réel engrenage !!

    • Rajae Benmansour Le 2 novembre 2016 - Répondre

      20 ans de DE, 14 ans de liberal, constat ??? Quelle erreur… et encore j’ai connu les belles années du liberal. Aujourd’hui c’est de la maltraitance. Engrenage financier, pour au final avoir sacrifié sa famille et sa vie. 10 jours de vacances l’été avec 28 jours d’affilée… 3 jours par vacances scolaires. Le travail qui se transforme et se raréfie… s’installer aujourd’hui est au mieux de l’inconscience et au pire une pure folie. Quelle pression… courage à toutes les fourmis que nous sommes

    • Myriam Corté Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Quand je vous lis ça me donne l’impression, je me trompe peut-être, que l’hôpital c’est mieux parce qu’on peut s’arreter quand on est fatigué, juste pour dire que dans le public en principe on s’arrete que quand on est malade et deja ça se fait pas comme ça (par rapport aux collègues etc..). Vous dites en gros que le liberal c’est pas si bien que ça car pour gagner plus, faut travailler plus.. Rappelez vous que dans le public, y a pas de possibilités de plus (ni salaire ni horaire/les h supp sont dérisoires). Quant aux congés, dans le public on ne peut pas/plus tjs prendre ses 3 semaines d’affilées, surtout vacances scolaires car tlm veut cette période et que les equipes sont en flux tendus… Les différences sont les jours de carence et le fait que c’est un cadre qui gère notre remplacement. A part ça, le fait de travailler en equipe allège énormément l’inconfort. Les femmes ça a besoin de discuter 😀

    • Laurence Penne Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Myriam, je connais une IDE qui a un cancer, supporte mal ses traitements (gros effets secondaires) et qui travaille malgré tout. Elle est aussi en Libéral. Toute proportion gardée j’ai moi aussi travaillé à l’hôpital et bien crois moi si je te dis que le confort qu’on y trouve n’existe pas en Libéral.

    • Valérie Camus Le 4 novembre 2016 - Répondre

      je n en suis pas loin non plus , très difficile de se faire remplacer et de couper vraiment pour récupérer , meme en repos , le tel sonne ;on n est toujours en lien avec le travail qui est très prenant et épuisant …j aspire a faire autre chose qui me permettrait de penser un peu à moi et souffler de temps en temps vraiment …

    • Tu n’es pas bien assurée! Je suis en arrêt de travail depuis 3 semaines et je n’ai que 3 js de carence. Importance capitale d’avoir une bonne assurance en libéral!!

    • Jean-Louis Le Bail Le 5 novembre 2016 - Répondre

      bonjour…. et c’est quoi le nom de ton assureur???

  27. Véronique Priant Le 30 octobre 2016 - Répondre

    en libéral nous travaillons sans chef sur le dos, sans la peur du gendarme, les médecins nous respectent (ils ont besoin de nous…), qd on a trop de travail on dit STOP !!! pas de productivité, de rendement. Les patients agressifs : bye bye. Ils changent de crèmerie. avec l’informatique le coté paperasse est nettement diminué…… PAS DE BURN OUT

    • Vraiment ? ???

    • Véronique Priant Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Christine Eschenbrenner-Lux OUI OUI

    • Laurence Penne Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Sans la peur du gendarme???? On verra quand vous aurez un contrôle de la CPAM qui viendra vous dire que vous avez pris 20′ au lieu de 30′ pour une toilette et que vous devez donc rembourser toutes les toilettes effectuées sur tel patient sur la dernière année…

    • Véronique Priant Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Laurence Penne et pourquoi j’aurai peur. Tout est en règle. IL ne faut pas psychoter. En attendant je n’ai iAd de cadre qui regarde par dessus mon épaule, pas de mésentente entre collègue comme ds beaucoup de services, pas de hiérarchie, pas à partager mes vacances scolaires …………..

    • Nathalie Hoareau Le 31 octobre 2016 - Répondre

      C’est certainement valable dans un village où les patients n’ont pas le choix! Dans une ville la concurrence est telle que refuser des soins signifierait que nous sommes un cabinet de fainéantes!
      Et malgré toute notre rigueur, la cpam c’est pire qu’une cadre sup à l’hosto!!! Tu n’as sûrement jamais été contrôlée Véronique priant!

    • Véronique Priant Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Nathalie Hoareau . Je bosse ds une ville de 20 000 habitants et un 40aine d’IDE depuis 25 ans et c’est cette ancienneté qui me donne la possibilité de dire aux gens que s’ils ne sont pas contents ils peuvent changer de crèmerie. De plus, depuis plusieurs années on travaille tous (sauf qques satellites indésirables!!) à entretenir de bon rapport entre nous. J’organise des repas entre IDE …. IL faut savoir se donner la possibilité de bosser ds de bonnes conditions. Pour la CPAM pas d’inquiétude. Si elle veut venir elle sera la bienvenue. J’ai LA conscience tranquille.

    • Nathalie Aragona Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Idem pour moi !!!! Comme toi
      Super heureuse dans mon taf

    • Myriam Lestonnat Le 1 novembre 2016 - Répondre

      tu travailles sur quelle planète??

    • Véronique Priant Le 1 novembre 2016 - Répondre

      J’ai quitté le salarial il y a 25 ans pour être plus dispo pour mes 3 enfants. Je pouvais les déposer à l’école les emmener chez le dentiste, au sport tout en travaillant. Je me vois ds un service dire A 7h45 « bon je m’absente 1/2 H je vais poser les gosses A l’école  » !!!!!!! J’ai doucement éduquer ma clientèle. Tout le monde me connaît. Si je ne leur convient pas je n’oblige personne. On ne peut pas plaire à tout le monde. Je fait de mon mieux et pour le reste ………………….. et je suis contente du métier que je fais et de la façon dont je le fais. Si vous

    • Véronique Priant Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Si tu es en souffrance il faut changer. Nous avons LA chance de pouvoir l’exercer de façon si différente …..

    • Nathalie Hoareau Le 3 novembre 2016 - Répondre

      Véronique Priant ce n’est pas un problème de conscience tranquille, la mienne l’est! Mais la sécu cherche à récupérer des sous n’importe comment! Donc on a beau côter au barème sécu, toujours juste, on fait attention aux intitulés des ordos, on fait les DSI, et pourtant! J’aime mon boulot, mes patients et mes collègues, mais malgré tout, je suis épuisée…. donc oui, s’il devait y avoir une opportunité pourquoi pas quitter le liberal.

    • Fabienne Perez Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Nathalie Hoareau exactement ! Se coltiner les patients que les gros cabinets d IDEL ( bakchich ou copinage ) ne veulent pas ! Le liberal c est magouille and Co mdr

    • Fabienne Perez Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Y en a qui parlent comme des livres c est un régal ! Mdr ! Comment tu fais seule avec un enfant ? Retourner à L hosto ? Travailler 21 j sur 30 ? Commencer à 6 h ( déjà 7 H je galère pour la nounou ) finir à 21 h ? Qui S occupe de mon fils ? Tu fais quoi avec 1400€ de nos jours ?

    • Véronique Priant Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Fabienne Perez pas du tout d’accord

    • Véronique Priant Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Pas eu le tps de répondre plus tout à l’heure. Seule avec un enfant c’est faisable en libéral. Je l’ai fait avec 3 (et un mari routier). Je démarrais A 7 H,donc je les préparais et je les emmenais avec moi (l’avantage du libéral !!!) et Qd LA crèche oú l’école ouvrait je les déposais. À midi cantine et je les récupérais à 16h30 et là y avait une nounou de 17h30 A 21h. En 96 j’ai eu mon 1er tel portable et ça m’a permis de diminuer la nounou puisqu’ils pouvaient me joindre en cas de pb.

    • Nathalie Hoareau Le 4 novembre 2016 - Répondre

      Fabienne Perez j’ai 2 enfants et un compagnon inf libéral aussi, chacun son cabinet. Mais on constate tous les 2, vieux cabinets pourtant, une baisse de l’activité liée aux installations très nombreuses, aux HAD, et aux changements d’habitudes des médecins (pst tous les 3-4j, voire pas du tout avant rdv chir). Alors j’adore celles qui disent « moi je choisis mes soins, mes horaires…. ». En liberal on ne peut pas tout accepter, c vrai, mais pas tout refuser non plus!

  28. Jean Michel Livolsi Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Le probleme c est qu on a pas de table ronde pour avoir le temps d en parler , les deputes eux trouvent le temps .ils sont payer pour ca …trouver l erreur

  29. Moi j’ai fait 20 de structures diverses et depuis 3 ans du libéral qui m’épuisent physiquement psychologiquement et mentalement avec touts les a côté car une fois rentrée chez soi on a pas fini contrairement aux structures …..de plus mm malade grippe 40 fièvre ou pyelonephrite ou encore dos bloqué ou gastro on doit aller bosser car sinon y a pas d’argent qui rentre et gaut toujours vont nuer a payer des sommes astronomiques pour kes charges et la carpimko….les vacances pas mieux imposdible de prendre plus de 15j et encore en bossant non stop 15j pour que la collzhue puisde ausdi led prendre …..ma situation personnelle aidant je pense: seule avec deux enfants je suis à la limite du brun out mais j’ai pas le choix je continue …..

  30. Kimo Dolly Dolly Le 30 octobre 2016 - Répondre

    On peut pas avoir le beurre et l ‘argents du beurre les filles, en libéral vous êtes bien peyer quand même ☺

    • Jocelyne Rabeyroux Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Les situations ne sont pas comparables … si on ne faisait pas plus d heures qu a l hôpital , le salaire serait le même !!!

    • Véronique Priant Le 30 octobre 2016 - Répondre

      pas d’accord .. le salaire en liberal est plus important pour le même nombre d’heure. Je fais en moyenne 70 h par semaine une semaine sur deux (donc une moyenne de 35h/sem) pour un salaire de 4000€ !!! ya pas photo

    • Laurence Penne Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Véronique oui mais tu n’as pas les congés payés ni la possibilité de prendre un arrêt maladie inférieur aux 15 jours de carences. Ça il faut l’intégrer dans ton calcul. Tant qu’on a la santé en Libéral ça roule. Mais quand ça commence à partir en sucette…..

    • Kimo Dolly Dolly Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Voilà donc vous êtes d accord avec moi vous êtes bien peyer quand même ☺

    • Sofy Gigou Le 30 octobre 2016 - Répondre

      Ce type de commentaire sur le libéral j’en ai ras le bol de l’entendre « t’es libéral tu dois être blindé  » ben heuuuuuuuu NOOOON
      Charges de malades sans oublier les indispensable prévoyance assurance logiciel. ………….et la liste est longue. ?????

    • Kimo Dolly Dolly Le 30 octobre 2016 - Répondre

      C la vérité Sofy Gigou j ai pas dit que vous roulez sûr l ‘or mais les fins du mois defficile vous connaissez pas j ai beaucoup d ‘amis et amies qui sont en libéral et je vois leurs mode de vie. Bon courage à vous quand même

    • Elodie Nancey Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Oui nous gagnons un peu plus mais les charges sont plus conséquentes….ne serait ce que les frais de voiture, entre le carburant et les frais de réparation, les pneus qu’on change tous les 3 mois…les impôts, l’Urssaf, la carpimko, la retraite qu’on se fait côté….pour mon cas, je travaille quasiment le double d’heure par rapport au milieu hospitalier…et quand tu rentres le soir tu as encore plein de chose à faire en paperasse…sans oublier les jours de repos ou tu cogites encore sur le travail…en libéral, jamais l’esprit tranquille !!

    • Laurence Penne Le 31 octobre 2016 - Répondre

      En fait le principe du Libéral c’est que chacun tarifie les soins. On peut donc les sur-tarifer. Mais si vous tarifez exactement selon la nomenclature, ce que chacun est censé faire, ben en fait à moins de travailler comme une dingue, vous n’êtes pas si bien payé que ça. Mais après libre à vous de fantasmer sur les revenus des IDEL….

    • Ly Ofe Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Kimo dolly dolly , honte à vous

    • Kimo Dolly Dolly Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Ly Ofe je sais de quoi je parle ma chère

    • Nathalie Hoareau Le 31 octobre 2016 - Répondre

      C sur que 20€/h toutes charges déduites ça fait de nous des Rothschild!

    • Elina Elina Le 31 octobre 2016 - Répondre

      J invite toute personne à venir travailler une semaine avec moi , levée 4 h 30 … rentrée à 21 h ou 22 h , par tous les temps …. ha et puis pas de congés payés hein !!! Pas de boulot – pas de sous ….. le fantasme de l idel pleine aux as est vraiment méconnaître la réalité ….

    • Kimo Dolly Dolly Le 31 octobre 2016 - Répondre

      Oui c sûr que fin de journée vous êtes épuisé mais c’est un choix aussi on peut pas avoir le beurre et l ‘argents du beurre ainsi va la vie

    • Hélène Lanusse Le 2 novembre 2016 - Répondre

      On gagne l’argent qu’on va chercher,ni plus,ni moins….???Si à l’hôpital vous faisiez des journées de 14h comme bon nombre d’entre nous….et bien vous doubleriez votre salaire. ….
      Et quand on est malade….et bien les assurances ont tous les prétextes pr ne pas nous payer.Moi j’ai fait un infarct il y a 5 ans suite au surmenage ( 3 ans sans congés faute de trouver une remplaçante)…et bien au bout de deux mois,les assurances m’ont supprimé mes indemnités au prétexte que je n’étais pas grabataire. ..et que si je pouvais tenir debout….je pouvais aller bosser ! !! Ce sont textuellement les termes employés par le médecin conseil de l’assurance. …alors c’est vrai qu’il y a des commentaires qui sont un peu déplacés ! !???

    • Elina Elina Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Kimo Dolly Dolly , je pense que vous ne savez pas du tout ce que c est que d etre libérale ….. la solidarité entre professionnels non plus …. vos commentaires essaient de semer la discorde entre les libéraux et les salariés……pauvre de vous madame …. c est bien vilain ce que vous tenter de faire …..

    • Kimo Dolly Dolly Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Elina Elina MACHIN CHOSE SI VOUS AIMEZ PAS CE MÉTIER ALORS NE LE FAITE PAS C TOUT Le soucis avec vous C que vous voulez toujours plus il faut arrêter votre blabla

    • Kimo Dolly Dolly Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Le « hamdou lileh  » chez vous n ‘exisiste pas

    • Nathalie Hoareau Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Kimo Dolly Dolly en français correct ça donne quoi?

    • Peggy Vandevyvere Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Personne ne parle de la responsabilité énorme que nous avons en libéral, seule à décider et faire des choix, médecins injoignables, famille sur le dos, on est seule face à tout cela. Rien à voir avec l’hôpital.

    • Peggy Vandevyvere Le 2 novembre 2016 - Répondre

       » on est bien payé quand même  » tu dis, évidemment en libéral on n’est pas que des infirmières figures toi Kimo Dolly Dolly, on fait le boulot des auxis, le boulot de la famille, le boulot du docteur, le boulot du pharmacien, le boulot de l’antenniste ( réglage tv ), le boulot du facteur … faut y être pour comprendre.

    • Kimo Dolly Dolly Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Peggy Vandevyvere ma mère était infermiere je respecte votre métier mais de nos jours tout les métiers sont dur mais pas le même salaire malheureusement

    • Elina Elina Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Kimo Dolly Dolly qu est ce que hamdoulilah vient faire ici ??? Et puis oui , tous les métiers ne sont pas payés de la même façon encore heureux !!! Les études , les responsabilités …. et j en passe ne sont pas les même….. je serai bien curieuse de coeur connaître votre job ?? Êtes IDE ou IDEL ?? Je pense que seuls mes paires peuvent comprendre mon job , votre maman était infirmière ?? Il y’a combien d années ??

    • Kimo Dolly Dolly Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Elina Elina À MON AVIS VOUS VOULEZ AVOIR UN SALAIRE DE MINISTRE PEUT ÊTRE LOL PAS BESOIN DE SAVOIR MON MÉTIER MA CHÈRE CAR peut importe mon salaire je me plains pas ,travaille plus tu gagne plus point. Ah oui j ‘ai oublier de dire  » hamdou lileh  » car ma mère ne c jamais plaine de son métier jusqu’à sa retraite dieu merci. Sûr ce bonne soirée

    • Kinet Julia Le 3 novembre 2016 - Répondre

      Commentaires inutiles kimo…..ce mois ci je me suis versée 1500euros de salaires net après avoir payé toutes mes charges et je n en dors plus alors vos commentaires sans savoir parce que vos amis sont friqués une honte!!!!!!!

    • Meuwwine Bosc Le 3 novembre 2016 - Répondre

      Bien sur qu’on gagne mieux notre vie qu’à l’hôpital! A voir tout les commentaires négatifs sur notre profession libérale vous me faites halluciner. Je boss 15 jours par mois en alternance avec ma collègue et on se sort un bon salaire charges déduites. Même au max des échelons à l’hôpital je n’aurai pas pu gagner ça! Une collègue qui a créé son cab il y a 5 ans s’y retrouve toujours. Les frais oui il y en a bcp comme tous les professionnels à leur compte et on les déduit des impôts il me semble. Franchement ya pire comme boulo j’en vois bcp qui parlent de reconversion mais dites vous bien que dans bcp de boulo il y a des contraintes et il faut en chier un minimum à partir du moment où on veut bien gagner sa vie. Ou alors faites caissière ou facteur et contentez vous d’un SMIC. Je vois que des gens se plaindre sur cette page c’est pénible. Quand au burn out ça dépend de la tolerance de chaque personne yen a qui se noient dans un verre d’eau aussi!

  31. Christele DA Silva Le 30 octobre 2016 - Répondre

    je rappelle que le burn out et la depression sont des causes d exclusions des assurances pour les liberales…. drole de monde, non?

  32. Marilyne Tygreat Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Carole Hattaway

  33. Patricia van Kaam Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Nous sommes toutes et tous au bord de l’épuisement on tire de tous les côtés nous gérons l’humain!!

  34. Bernard LE Gall Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Un petit petage de plomb en clientèle chez des furieux sans conséquence.. Tout ca en 30 ans de carrière

  35. Malika Zerbini Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Oui

  36. Mamine Piqueuse Le 30 octobre 2016 - Répondre

    Le libéral n’est pas facile, mais nous avons juste la pression des patients. Le public et le privé plus difficiles car cadres, médecins sur le dos. Mais en libéral pas de congés payés, arrêt maladie que si tu es vraiment malade car prise en charge au 91 eme jour par la carpimko et à savoir les assurances privées ne prennent en charge que si la carpimko indemnise. Elles font le complément sur le montant fixé à la signature du contrat. Je suis arrêtée depuis janvier et indemnisée depuis avril, indemnité versée à terme échu.

  37. Danielle Suzanne Le 30 octobre 2016 - Répondre

    NON du tout !!!
    Toujours bon pied bon œil !!!
    La fatigue ? C’est quoi exactement ?
    Allez arrêtez de nous prendre pour des gogols
    …venez donc faire un petit tour avec nous et après on en reparle ok!

  38. Marie Garreau Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Burn out fait, 3semaines d’arrêt de travail, non reconnu par la prévoyance, donc pas d’indemnités versées… C’est comme si j’avais pris 3semaines de congés !!! Donc on est peut-être tout au temps exposé qu’à l’hôpital, mais nous en libéral, on n’a pas le droit d’être malade !! Or le stress financier pèse énormément en libéral, l’Urssaf et la Carpimko n’en ont rien à foutre que tu sois malade, faut payer !

  39. Caroline Alberti Conso Le 31 octobre 2016 - Répondre

    En libéral: impossibilité de s’arrêter c’est vrai et surtout ce sentiment d’être seule.. pas d’équipe avec qui partager notre fatigue physique et psychologique… ma collègue est en repos qd je bosse donc pas question de la polluer avec mes états d’âme négatives…

  40. Real Auxonne Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Courage

  41. Comment ça se fait que vous travaillez autant, il y a un manque de personnel ? C’est dû à quoi ?J’envisage l’école infirmière et j’avoue qu’avec vos témoignages vous me faites peur

  42. Sylvie Marescaux Haeck Le 31 octobre 2016 - Répondre

    En libéral il est difficile de s’arrêter en maladie donc on tire sur la corde +++
    Et en plus du stress au boulot il y a les tracasseries administratives et le stress des factures, urssaf carpinko entre autres. Ex mon rattrapage de fin d’année 3600e : joyeux Noël ⚡️⛄️❄️

  43. Melvia Tropicana Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Effectivement! Et c est prouvé par des Stats réalisés par les psy en étude!

  44. Catherine le Bars Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Pour moi c’est pareil. Je suis idel er ceux qui m’épuise c’est ce regard des patients sur nous. Nous ne sommes plus des soignants mais de simple « prestataire de service à la personne  » un peu qualifié. Triste.

  45. Amal Marion Le 31 octobre 2016 - Répondre

    La question mérite que l’on s’y interresse,enfin!

  46. Dominique Puigcerver Le 31 octobre 2016 - Répondre

    j’ai donné ! Protégez-vous chers collègues !Rien ne sert de courir, il faut partir à point…………….

  47. Mylene Cuinet Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Kif kif bourricot libéral ou hôpital le burn out est partout

  48. Christelle Farand Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Idem je pense

  49. Muriel Nivois Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Moi je suis en arret depuis 2012…j ai fait 1 burn out ….mon corps m a stoppé par 1 capsulite rétractile de l epaule. ..aujourd’hui je suis sous morphine car j ai développé 1 fibromylgie. …j étais ide à domicile…je travaillais 15 h par jour …a ce jour je ne peux plus travailler et pour couronner le tout ma colègue de travail qui était aussi soit disant mon amie m a tout volée mon cabinet…ma clientele. ..20 ans de boulot parti en fumée. ..alors 1 conseil pensez à vous avant tout car à trop donné vous finissez dévasté et dégoûté

    • Patricia Jalama Le 1 novembre 2016 - Répondre

      Je suis désolée pour vous, ce doit être très dur. C’est dur pour nous ide libérale ou non de dire stop. On continue malgré tout, pour finalement le payer de sa santé physique et psychologique.
      On dit qu’on fait un beau métier, avant j’étais caissière et chef d’un rayon. À ce jour je regrette ma reconversion.
      Courage à vous. On n’a qu’une viet qu’une santé

    • Muriel Nivois Le 2 novembre 2016 - Répondre

      Merci bcp

  50. Aurélie Léveillé Le 31 octobre 2016 - Répondre

    Pas tout à fait 4 ans de libéral, et burn out en cours. 350 h par mois durant tout l’été, appels de la nuit, les soins lourds de l’HAD, plus les pbs de la vie perso à côté, un grain de sable là dessus et boum tout le monde peut en arriver la ! Et effectivement difficile de s’arreter alors on continue, et par chance j’ai des collègues du tonnerre ! Très a l’écoute, qui me remplacent en cours de journée si état de panique. C’est elles qui me font tenir, je les adore !!! Alors libéral ou hospitalier, une équipe soudée et a l’écoute c’est le plus important. Plus facile en libéral car petite équipe …

  51. Christophe Belard Le 31 octobre 2016 - Répondre

    L hôpital cho cho cho

  52. Nathalie Do Nascimento Le 1 novembre 2016 - Répondre

    Libérale depuis 6àns force est de constater que la liberte à un prix!! Prise dans une spirale infernale entre là carpimko l urssaf les impôts … Actuellement en arret pour une pneumonie je sais que les soucis financiers ne vont pas tarder à me tomber dessus….

  53. Sophie Carette Le 1 novembre 2016 - Répondre

    Coucou tout le monde… Moi, je souhaiterais quitter le milieu hospitalier pour découvrir le libéral . Si vous entendez parler d’un poste…. Merci beaucoup. Alentours Méru. (60 ou 95)

  54. Marie Pretty Lallain Le 1 novembre 2016 - Répondre
  55. Statistiquement les infirmiers/infirmières libéraux sont les plus touchés par le burn out. Le tout n’est pas de rentrer dans le piège du « toujours plus » et de se mettre à la limite jusqu’au jour où il y a un imprévu et on se retrouve dépassé.

  56. Poulette Poulette Le 1 novembre 2016 - Répondre

    Burn out en liberal et a l hôpital… bref ce metier n est plus pour moi!!

  57. Myriam Lestonnat Le 1 novembre 2016 - Répondre

    je me suis juste faite traitée de connasse par une dame de 88 ans ce matin car je lui demandais de me parler moins crûment alors que je la nettoyais de sa merde de la nuit alors que je suis sensée passer uniquement pour une injection d’insuline

  58. Sylvie Cheveux Le 1 novembre 2016 - Répondre

    33ans de libéral avec le poids administratif de plus en plus lourd mais je ne changerai pour rien au monde

  59. Yannick Tibald Le 2 novembre 2016 - Répondre

    Vous faite la nuit le soir j ai particulier il des infirmière non vous avait un bon salaire.

  60. Bonjour, moi j’ai une amie qui fait du liberal depuis plusieurs années en asso toujours avec une autre personne. Elle travaille 11 à 15 jours dans le mois seulement. Pour 1 bon salaire
    J’avoue, je n’avais pas vue la même configuration sur Marseilles ! Elle se fait des journée de 11h/12h, mais aprés, elle a tout le reste du temps pour s’occuper de son fils de 2 ans.
    D’autres sont dans le même cas ?

    • Meuwwine Bosc Le 3 novembre 2016 - Répondre

      Mais bien sur. Moi 15 jours de boulo chacune avec ma collègue on a démarré il y a 8 mois (création de cabinet) et on s’en sort très bien je n’ai pas pris de vacances depuis le 1er janvier mais je ne m’en plaint pas. Après le libéral est un choix on prend les difficulté qui vont avec mais franchement pas de regrets

  61. Nathalie Bedez Le 2 novembre 2016 - Répondre

    je l’ai vécu….

  62. Isabelle Streham Le 2 novembre 2016 - Répondre

    On parle bcp des infirmières
    Et les AS ???

  63. Marie Samier Le 2 novembre 2016 - Répondre

    Nous n avons pas én libérale La hiérarchie derrière nous et qui doit être pesante mais nous devons faire face à des situations de plus en plus difficile. Le burn out pour nous est la lourde charge administrative ét les Lourdes charges patronales. Par contre L avantage est de pouvoir gérer son emploi du temps

  64. Marie Samier Le 2 novembre 2016 - Répondre

    J ajouterai qu én libéral le stress est immense aussi si pb de santé. Car on a beau payer tres cher La mutuelle et prévoyance nous avons 15 jours au moins dè carence. Dè plus pour certaines interventions type canal carpien même en étant bién assurée j ai eu La joie de ne pas bénéficier de mes indemnités car pour eux cette intervention était prévisible donc a moi de bosser comme une dingue avant ou après L intervention. Une honte !!!

  65. Sylvain Reynaud Le 2 novembre 2016 - Répondre

    Aide soignant depuis 12ans j’ai fait un burn out il y a 2 ans, je suis sur un service de reanimation.
    1 an d’arret actuellement à mi temps il est pour moi impossible de reprendre à plein temps, je vais au travail à reculons, avec une angoisse permanente, il semble que pour moi c’est terminé j’envisage une reconversion car ma santé est en jeu

  66. Cathy Mini Le 2 novembre 2016 - Répondre

    Une journaliste de France 24 recherche des infirmières hospitalières qui seraient prêtes à témoigner de leur mal être du à leurs conditions de travail, avis aux volontaires !
    Pour une fois qu’on se penche sur nos problèmes, répondons présentes !
    Me contacter en mp et je vous envoie le lien

  67. Xavier Caunes Le 2 novembre 2016 - Répondre

    Hôpital public avec un salaire à 1500€ des CDD à rallonges… des changements de planning a tout moment des effectifs réduits…. pour moi une BONNE activité en libéral bien géré sans etre trop gourmand me paraît bien mieux qu un poste en public.

  68. Pascale Allain Le 2 novembre 2016 - Répondre

    les libéraux sont toujours laissés pour compte, l’administration nous épuise et ne tient pas compte de notre travail dans sa réalité et sa globalité, le décalage est énorme entre ceux qui sont derrière leur ordinateur et nous et ils ne s’en privent pas pour nous le faire sentir !!! c’est décevant !!!

  69. Harry Bo Le 2 novembre 2016 - Répondre

    C une question sans réponse. On ne peut pas faire de généralité car tout dépend du contexte que ce soit à l’hosto ou en libéral.

  70. Jacques Duant Le 2 novembre 2016 - Répondre

    6 millions de chomeurs des heures a creusé quoi se bordel

  71. Myriam Hubinet Le 2 novembre 2016 - Répondre

    Aide soignante depuis 4 ans je travaille dans un ehpad de la fonction publique et je suis en arrêt « burn out »..

  72. Corinne Sotiriou Le 2 novembre 2016 - Répondre

    Comme Laurence Penne l angoisse c est de ne pas pouvoir s areter ou de perdre des patients .d une part la baisse de revenus m angoisse car les charges d urssaf et carpimko continuent.d Autre part la maladie avec la carence de 15 jours de mon assurance me pousse à repousser une intervention .
    Alors j aval ma progestérone et j angoisse.
    Mais pas de burn out dû au travail pour moi il est bien moins stressant que celui de l hosto

  73. Cecile Boutonnet Le 3 novembre 2016 - Répondre

    Le libéral ca a été ma porte de sortie pour éviter d emplatrer la cadre ou un des médecins. cette hiérarchie pesante de l hosto, un travail d équipe par toujours en équipe! Etc…. depuis plus de latitude avec des charges augmentant d année en année mais malgré tout un confort de vie avec un rythme de boulot plus allégé. Tout dépend du cabinet et du nombre d idel. Perso j ai trouvé le bon deal je pense. Courage à celles et ceux pour qui ce n est pas le cas.

  74. Marie Christel Habary Le 3 novembre 2016 - Répondre

    Moi,cj’ai vécu un burn out en libéral. Épuisement complet

  75. Armelle Hervé Le 3 novembre 2016 - Répondre

    courage ma chérie

  76. Dreweed Mns Le 3 novembre 2016 - Répondre

    Vous en avez pas marre de vous plaindre les infirmières, ont vous demande juste de faire des prises de sang et des pansements…

  77. Martine Chaussier Le 3 novembre 2016 - Répondre

    Les infirmières et infirmiers font un travail très difficile et je comprends qu’elles et qu’ils fassent un burn out,je les soutiens moralement ,merci à vous qui n’êtes pas rémunérés pour votre travail ci valeureux,mais n’oublions pas les aides soignantes et soignants

  78. Myriam Corté Le 4 novembre 2016 - Répondre

    Sinon en place du burn out, je parlerai surtout du Brown out : absurdité de certaines taches, dans une organisation opérateur-dépendante (beaucoup, énormément, trop de « c’est mon premier jour »), mais surtout avec du matériel moins résistant que l’humain :D. Le matériel tombe très svt en panne (loi de Murphy/multiples utilisateurs/ matériel mal acheté/pas adapté/pas pratique/lent/ fragile / mal rangé / consommables mal réapprovisionnés etc..) de l’ascenseur au frigo en passant par l’informatique et les pneumatiques, du matériel de mesure aux TV/telephone… tjs un petit truc nouveau pour faire ch*er quoi 😀 Esprit d’équipe fondamental en guise d’auto soin 😀 (Y) !

  79. Soso Sophya Le 4 novembre 2016 - Répondre

    Gambian Tyta si tu fait ton app

  80. Marceline Tourniquet

  81. Peypa John Le 4 novembre 2016 - Répondre

    3 ans de burnout et j’en vois le bout du tunnel enfin !!!! C’est un monde de chacal

  82. Celine Dedelaperf Le 4 novembre 2016 - Répondre

    Burn out cet été !! 3 mois d’arrêt indispensable ! JE suis IDE hospitalière !! MON premier arrêt medical EN 22 ans de métier ! JE passe EN commission de réforme mercredi …. cet épuisement moral a été du À du stress continue sur un an passé AVEC des preuves écrites à l’appui ! Perte totale du sens au travail ….. j’ai repris mais dans le projet d’une reconversion …. affaire à suivre !!!! Les directeurs ne connaissent pas notre travail et LE maître mot ; rendement … Qui n’est absolument pas compatible avec notre travail auprès des humains … UNE honte !! CE Qui me
    Surprend c’est que 65 millions de français sont concernés par UNE éventuelle prise en charge médicale ET peu s’en soucie ….. sauf quand les personnes sont atteintes directement impliquées quand leur famille est soignée , ET mal soignée !! Faut il EN arriver La Avant DE réagir ??!

  83. Céline Fontaine Le 4 novembre 2016 - Répondre

    Je travaille en libéral depuis maintenant 3 ans et j’ai fais un burn out! J’étais collaboratrice depuis 2 ans, très investie dans le cabinet, appréciée des patients mais 0 reconnaissance de la part de la titulaire! Menaces de me virer, contrats sur contrats, désagréable au quotidien, pression psychologique! J’ai craqué!! Je suis infirmière depuis 9 ans et j’adore mon métier mais lorsque cela vous tombe dessus vous ne comprenez pas! J’étais devenue une vraie machine! Je faisais pour faire! Je n’avais plus le goût! J’ai quitté ce cabinet où je n’étais qu’un pion et j’ai fais une pause d’un an. J’ai repris le libéral il y’a maintenant 9 mois et je m’y sens de nouveau très bien! C’est ma place! Collègues sympas, arrangeantes et reconnaissantes. Comme quoi même si vous êtes seule à faire votre tournée, l’esprit d’équipe est aussi super important en libéral!!!

    • Jacques Samoun Le 5 novembre 2016 - Répondre

      Je vis la même chose depuis 15 à je travaille 3 semaine non stop chaque fois que je reprends et mon collègue me harcèle me menace et m insulte pas un mot sympa lors des transmission en revenant malade la veille en me demandant ce qu il me sortira

  84. Claire De Penne Rouge Le 4 novembre 2016 - Répondre

    Idem l’un comme l’autre

  85. Jacques Samoun Le 5 novembre 2016 - Répondre

    Oui suis infirmier liberal depuis 1989 et une journée d un infirmier liberal est plus crevante que celle d un infirmier ds un service hospitalier d’ailleurs bcp d infirmière arrive en psychiatrie pr dépression et autre on est seul face au patient face aux pb financier meme si on travaille en binôme et d’ailleurs bcp de collègues arrive au divorce et se retrouve célibataire à cause de leur boulot bien plus accaparant qu en salaria

Laisser un commentaire