Les infirmières libérales ont aussi un code de déontologie !

Les infirmières libérales ont aussi un code de déontologie !

 

Même si l’époque est marquée par la contestation de la profession infirmière, elle restera gravée dans les mémoires de la profession. C’est en effet le 27 novembre dernier qu’a été officiellement publié le code de déontologie des Infirmières et des Infirmiers.

Les infirmières libérales disposent désormais de leur propre code de déontologie

Il aura fallu attendre longtemps, très longtemps pour que la profession infirmière bénéficie à son tour d’un code de déontologie. Ce dernier est l’objet de toutes les attentions depuis plus de 7 ans, et la rédaction du texte a soulevé tant d’opposition, de questionnements et de tergiversations, qu’il est impossible d’en dresser ici la liste exhaustive. Rappelons juste pour mémoire, que la rédaction de ce code de déontologie a été décidé en même temps que fut instauré l’Ordre National des Infirmiers (loi du 21 décembre 2006) et que l’Autorité de la Concurrence avait dénoncé, en mai dernier, une vision archaïque de la publicité pour les infirmières libérales de la version précédente.

Mais toutes ces hésitations sont désormais levées, puisque le dimanche 27 novembre 2016, le décret de création a été publié au Journal Officiel. Le code de déontologie des Infirmières et Infirmiers a donc depuis une valeur légale et il se substitue à l’ensemble des règles professionnelles, figurant jusque-là dans le Code de la Santé Publique.

A travers une centaine d’articles, ce nouveau code de déontologie définit les droits et les devoirs des infirmières, et ce quel que soit leur statut ou leur lieu d’exercice. Ce sont bien des règles communes qui ont été adoptées pour encadrer le quotidien des plus de 600.000 infirmiers et infirmières de France. Opposable à tous, ce code de déontologie ambitionne donc d’expliciter les relations entre les infirmières et leurs patients, les infirmiers entre-eux mais aussi les relations avec les autres professionnels de santé.

L’Ordre National des Infirmiers (O.N.I.) s’est félicité de cette officialisation en soulignant : « Il s’agit donc d’une modernisation et d’un enrichissement de ces règles déontologiques afin de mieux prendre en compte les évolutions majeures observées ces 20 dernières années »

Les soins infirmiers au cœur de la démarche initiée par ce code de déontologie

Avec l’officialisation de cette publication, l’ambition est bien de se concentrer sur le rôle essentiel de l’infirmière dans la prise en charge des patients. Désormais, ce code de déontologie prévaudra sur toutes autres considérations économiques ou financières et c’est bien le quotidien des infirmières et des infirmiers qui s’en retrouve renforcé. C’est ce qu’expliquait Didier Borniche, président de l’ONI, en écrivant : « En tant que corps professionnel, nous avons besoin d’être reconnus et respectés. Le code de déontologie est un élément fédérateur qui permet le primat des valeurs de notre profession sur une toute autre exigence, dans un contexte où la rentabilité financière a tendance à prendre le pas sur la qualité des soins et la sécurité des patients »

Si cette publication a lieu à une période tendue pour les infirmières libérales comme pour les infirmiers libéraux (les manifestations initiées en novembre continuent sous d’autres formes), elle a déjà permis à certaines organisations syndicales de faire entendre que désormais, les infirmières refuseraient la mise en danger de leurs patients (sous-effectifs, glissements de tâches, …) en s’appuyant sur ces nouvelles règles.

Le même code pour les infirmières libérales et les infirmiers hospitaliers ?

Alors que les lieux et les conditions d’exercice se multiplient et se diversifient, le code de déontologie pose le principe que ces règles sont communes à tous les infirmiers de France. C’est un code rédigé par les infirmiers pour les infirmiers. C’est du reste ainsi qu’il a été présenté : « Le code a donc été élaboré à la suite d’une grande concertation à laquelle plus de 1500 infirmiers ont participé. Quel que soit leur mode d’exercice, le code de déontologie des infirmiers vient donc renforcer la place de l’infirmier comme maillon essentiel dans la prise en charge du patient »

C’est aussi et surtout un code moderne, qui tient compte des évolutions de ces dernières décennies. Ainsi, le droit des patients a été pris en compte notamment en ce qui concerne les attentes de ces derniers pour les soins de proximité (infirmières libérales). La fin de vie et l’accompagnement des patients chroniques font aussi partie de ces transformations, alors que le code de déontologie des Infirmiers ne s’épargne pas les règles relatives à la politique générale de la Santé en France et on pense bien évidemment à l’évolution ambulatoire de ces dernières années. Initié par les infirmiers eux-mêmes, le code de déontologie revient même sur des thématiques plus économiques, avec la recherche incessante de productivité et toutes les conséquences que cela implique pour la profession.

Quels changements pour les infirmiers et infirmières de France ?

Au quotidien, le code de déontologie s’est donné 4 objectifs principaux, pour lesquels les règles professionnelles et d’éthique s’appliqueront en s’adaptant aux différentes formes et lieux d’exercice :

  1. Le patient: Il s’agit de prendre en compte l’intérêt des patients.Les infirmières et infirmiers disposent désormais d’un véritable corpus, couvrant tous les aspects de ces droits des patients : secret médical, liberté d’être informé ou pas, la prise en compte de l’environnement familial et social, d’éventuelles maltraitances, ….
  2. La profession infirmière: Avec l’élargissement continuel du champ de compétences de l’infirmière, le code de déontologie entend clarifier la place prépondérante de la profession dans le parcours de santé du patient
  3. La protection des infirmières et des infirmiers: Cet aspect doit protéger les infirmières et les infirmiers au quotidien, tant en ce qui concerne la confraternité et la probité que pour ce qui touche aux images néfastes à la réputation de la profession, …
  4. Le renforcement de l’Ordre National des Infirmiers: Il ne faut pas maquer cet aspect du code de déontologie, qui vise à accroître les prérogatives de l’ONI (autorisation de remplacement, sanctions disciplinaires, …).

 

Et du côté des infirmières libérales, quelle est la portée exacte de ce code de déontologie ?

Les infirmières et infirmiers libéraux sont, au même titre que tous les autres infirmiers de France, soumis à ce code de déontologie, qui, faut-il le rappeler, ne révolutionnera pas l’activité quotidienne des IDEL(s). Après avoir rappelé les fondements même de la profession, le code revient ainsi dans son article 20 sur la nécessaire prise en charge de la fin de vie. « L’infirmier a le devoir de mettre en œuvre tous les moyens à sa disposition pour assurer à chacun une vie digne jusqu’à la mort. » L’infirmière libérale ne trouvera donc pas de nouveaux outils ou moyens pour l’aider dans sa tâche, mais pourra néanmoins s’appuyer sur ces déclarations de principe, définissant et régissant la profession infirmière.

Certaines des dispositions du code de déontologie sont néanmoins spécifiques aux infirmières libérales. Ainsi l’article 35 réaffirme la responsabilité de l’infirmière libérale dans la gestion et la protection du dossier de soin de chaque patient : L’infirmier veille, quel que soit son mode d’exercice, à la protection du dossier de soins infirmiers contre toute indiscrétion. Lorsqu’il a recours à des procédés informatiques, il prend toutes les mesures de son ressort afin d’assurer la protection de ces données. »

Dans son article 68, le texte interdit à l’infirmière libérale de s’installer dans un immeuble abritant déjà un confrère, sans en avoir reçu l’autorisation de ce dernier ou de l’ONI. L’article 69, quant à lui, rappelle l’interdiction faite aux infirmières libérales de proposer une communication publicitaire : Les seules indications que l’infirmier est autorisé à diffuser par voie d’annuaire ou de tout autre support accessible au public, notamment sur un site internet, sont ses nom, prénoms, adresse professionnelle, numéros de téléphone, de télécopie, adresse électronique professionnels, titre de formation lui permettant d’exercer sa profession, et horaires de permanence, à l’exclusion des coordonnées personnelles. »

Sans créer de rupture, le code de déontologie reste donc la retranscription des usages courants actuels. Seul le temps pourra préciser si les infirmières libérales et/ou hospitalières s’approprient ce nouvel outil dans l’exercice quotidien de leur profession. Accessible directement en ligne, le code de déontologie marque néanmoins la première étape vers une reconnaissance encore plus renforcée du statut de l’infirmière dans le parcours de soins, et c’est ici que réside le véritable enjeu.

Selon vous, le code de déontologie va-t-il représenter un changement pour votre quotidien ? Estimez-vous que cela représente une avancée significative pour les infirmières libérales notamment ? Existe-t-il, d’après-vous, des chapitres à revoir ou même à insérer dans ce code de déontologie ?

 

By | 2018-04-12T15:19:46+00:00 7 décembre 2016|IDEL au quotidien|46 Comments

46 Commentaires

  1. Bao Nguyen Le 7 décembre 2016 - Répondre
  2. Bao Nguyen Le 7 décembre 2016 - Répondre
  3. Eric Blay Le 8 décembre 2016 - Répondre

    Pathétique

  4. Nicolas Roncevic Le 8 décembre 2016 - Répondre

    Une IDE aurait besoin d’un code de déontologie pour bien faire son travail ? Celles qui bossent comme des cochons (sûrement une minorité), cela ne va rien changer pour elles et les autres elles ont une morale, un sens de l’éthique pour travailler correctement, elles ont pas besoin d’un code « copier/coller » !! Depuis quand parle t’on de « clientèle » en libéral ? (écrit dans ce fameux code). La publicité ne serait donc pas proscrite en libéral ? La santé, on parle bien de personne humaine, devient donc de la consommation, comme on va acheter une baguette !! Existe-t-il, d’après-vous, des chapitres à revoir ou même à insérer dans ce code de déontologie ? Bah il faudrait peut être commencer par le déchirer et repartir d’une page blanche. C’est même pas pathétique, c’est ridicule.

  5. Marion Sauve Le 8 décembre 2016 - Répondre

    Ce n’est pas parce que l’on travail déjà correctement que cela ne doit être inscrit dans la loi. Ce code va nous permette de nous appuyer dessus pour faire valoir nos droits. Notamment l’article sur la qualité des soins qui dit qu’une infirmière peux refuser des conditions de travail qui ne permettraient pas de prendre en charge le patient de façon adapter. Au vu des conditions dans lesquels travaillent nos collègues hospitalières, c’est un texte qui sera très utile pour obtenir de meilleures qualités de travail ! Ne reste plus qu’à se mobiliser…

    • Nicolas Roncevic Le 8 décembre 2016 - Répondre

      Dans le monde des bisounours pourquoi pas, maintenant t’en connais beaucoup des IDE qui vont refuser de faire des soins ? Surtout celles/ceux qui font des courbettes devant le doc ou la cadre pour avoir ses vacances au mois d’août !! Si seulement si … mais avec des si !! Se mobiliser, ce n’est malheureusement pas une constante qui entre facilement en ligne de compte dans notre profession. Comment l’IDE va faire concrêtement pour refuser de prendre en charge ses patients ? Elle va voir la cadre, le directeur des soins, le directeur de la structure, l’ordre IDE (pour ceux qui y sont inscrits) …?

    • Marion Sauve Le 9 décembre 2016 - Répondre

      C’est pour ça que l’ordre a été créé et bien sûr lui qu’il faut utiliser pour se faire entendre. Avec ce texte, l’ordre pour imposer des conditions de travail pour ses infirmières car le code de déontologie DOIT être respecté, maintenant qu’il existe !
      Tant qu’il n’existait pas, sur quoi on s’appuie pour faire valoir nos droits ???
      Evidemment qu’on a pas attendu ce texte pour faire notre travail avec déontologie. Mais maintenant on peux en plus le revendiquer.
      Vous imaginer les médecins sans code de déontologie ???

    • Marion Sauve Le 9 décembre 2016 - Répondre

      Il était temps que l’on se mette à la page.

    • Nicolas Roncevic Le 9 décembre 2016 - Répondre

      L’ordre IDE a fait quoi pour notre profession depuis 10 ans ? Tu dois connaître le chiffre des inscrits ? La plupart des inscrits (cotisants ou non cotisants) sont des libérales, ce sont elles qui financent l’ordre à 75% et tu parles de nos collègues hospitalières qui sont très peu ou pas du tout pour et surtout inscrites à l’ordre !! Et donc l’ordre ne peut strictement rien faire si tu n’y fais pas partie. Un ordre rejetté par 80% de la profession, c’est sûr que les IDE ne lui ont pas donné un blanc seing depuis sa création. Si l’ordre était la panacée, ça se saurait. Et puis renseignes toi un peu et demandes à des médecins, kinés … s’ils sont tous pour leur ordre, tu seras surprise. Donc je te répète ma question « comment vont faire les IDE salariés qui ne sont, en majorités, pas incrits à l’ordre pour dire, les conditions de travail ne sont pas réunis, je ne fais pas les soins » ? Utopie quand tu nous tiens ou méthode Coué !!

    • Nicolas Roncevic Le 9 décembre 2016 - Répondre

      Marion Sauve il serait surtout temps que tu connaisses un peu le sujet et pas « j’ai entendu dire que … » !! T’avances des trucs et on dirait que tu ne connais pas les chiffres !! Pour connaître pas mal de confrères (une déjà à la maison), les seuls qui y sont inscrits l’ont été de force pour pouvoir s’installer en libéral (et encore ils ont payé une fois la cotisation et puis c’est tout), tous les autres salariés que l’on connait, aucun n’y est inscrits.

    • Marion Sauve Le 9 décembre 2016 - Répondre

      Ah toi tu connait une personne donc tu en fais une généralité !!!
      Pour ton information, je suis inscrite à l’ordre depuis se création. Je n’y ai nullement été contrainte, car j’étais alors salariée à l’AP-HP.
      Le code de déontologie je l’ai lu de début à la fin. Ce qui n’ai certainement pas le cas de bon nombre des personnes qui s’exprime sur ce forum (oh pardon, je généralise…).
      Lis le, et demande toi si tu a vraiment des raison d’y être opposé ; et après revient en parler !

    • Marion Sauve Le 9 décembre 2016 - Répondre

      Et oui, tous les infirmiers devraient cotiser à l’ordre. Pas par obligation mais par conviction. On voudrait que notre voix soit entendue, mais on refuse qu’un seul et même organisme nous représente ???
      alors que c’est la seule façon de peser face à nos dirigeant !
      Mais c’est sûre que débourser 30E par an… Quel scandale !!!

    • Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

      Marion Sauve ma pauvre ça fait 10 ans que vous nous gavez avec votre ordre qui ne fait rien pour nous !! Encore une qui a compris que le problème c’était les 30 boules lol T’es assez naïve pour croire qu’un ordre non décisionnaire pèse lourd dans la balance !! Bien sûr, le gouvernement fait son toutou devant l’ordre. Sinon tu payes pour quoi au fait ? Quelles sont les mesures prises par ton ordre pour sauver notre profession ? Je connais une personne, t’es marrante, tu vas sur les forums de temps en temps ? Il y a combien d’inscrits à l’ordre qui sont à jour de cotisation ? Ton ordre a été rejetté massivement par la profession depuis 10 ans et tu viens avec ton code qui va tout changer. Un autre truc, si tu connaissais un peu les choses, tu comprendrais aisément que les problèmes que rencontres les IDE libérales ne sont pas les mêmes que ceux de la fonction publique, que ceux de l’éducation nationale, que ceux du privé, qu’un IADE, qu’une cadre (bah ouaih sont tous IDE)… on peut continuer longtemps comme ça. C’est vrai que défendre des patients quand on lit « client » dans ton code, t’es sûre de l’avoir lus de bout en bout ou parcouru.

    • Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

      Marion Sauve deux min sur ta page pour voir que le gouvernement suit toutes les recommandations de l’ordre !! Où est ce plutôt le porte monaie du patient ?

    • Frederic Maucherat Le 13 décembre 2016 - Répondre

      L’Ordre n’a servi qu’à me bloquer dans mon développement. Tout ce que j’ai voulu créer il l’a refusé. J’ai même pensé à changer de pays tellement on nous met de batons dans les roues…j’ai crée une entreprise et je n’ai même pas le droit d’embaucher, alors que j’ai des Infirmiers qui ne demandent que ça ! ou as t’on vu cela qu’on empêche des entreprises d’embaucher ? nulle part ! cela n’existe que pour les infirmiers ! Bref c’est la loose totale, alors bientôt la Suisse ou la Russie, ils seront surement plus compréhensifs avec des gens entreprenants et innovants !

  6. Cassandre Hespel Le 8 décembre 2016 - Répondre

    Gaelle Desbuissons
    Victoria Bourguelle
    Valérie Doppler

  7. Audrey Renon Le 9 décembre 2016 - Répondre

    Laurie VR Xavier avait raison! Sinon rien à voir mais j ai envie de te dire que si l ARS finance il faudra respecter le cahier des charges (référence à l autre c..)!

  8. Marion Sauve Le 9 décembre 2016 - Répondre

    Les médecins ont un code de déontologie depuis toujours. Ça vous semble absurde ???
    Il était temps que l’on se mette à la page !

    • Fanette Ide Le 9 décembre 2016 - Répondre

      Ben moi j attends de voir ‘!!

    • Marion Sauve Le 9 décembre 2016 - Répondre

      ben oui, Attendons, ne faisons SURTOUT rien. C’est sûr qu’à ce rythme là ça ne va pas avancer beaucoup !

    • Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

      Marion Sauve t’as bien appris ta leçon ordinale !! Et toi tu fais quoi pour la profession ? Quand on a été IDE à AP-HP et que tu nous parles des mauvaises conditions de travail, sais tu au moins que cela ne fait pas partie des prérogatives de l’ordre mais des syndicats !! Les IDE salariés, la plupart des soucis qu’elles/ils ont concernent les syndicats (salaire, condition de travail, rappel sur les repos, non remplacement des absents, congés …). L’ordre « défend » LA profession, pas les IDE de tel ou tel structure !! Qu’a fait l’ordre avec les millions d’euros qui sont rentrés dans les caisses ? C’est ça votre problème, vous n’arrivez pas à argumenter sûr l’intérêt de l’ordre (surtout pour les salariés).

  9. Patricia Camps Le 9 décembre 2016 - Répondre

    En 3 lettres R.A.F

  10. C’est une bonne chose mais c’est pas en diminuant les effectifs dans les hôpitaux-cliniques etc…que la section 4 du code de déontologie va être respectée « Il ne doit pas exercer sa profession dans des conditions qui puissent compromettre
    son indépendance, la qualité des soins ou la sécurité des personnes prises en charge. !

  11. Lili ArnLabat Le 10 décembre 2016 - Répondre

    déjà merci, il faut passer par l’ONI et non plus l’ARS pour les autorisations, et c’est le « excusez moi du terme » le BORDEL !! ils ne sont pas prêts, sont en retard, ne répondent pas toujours au téléphone et sont hyper chiants avec les contrats de remplacement … bravo !!!

    • Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

      bah déjà sur le page facebook de l’ordre, l’administrateur te dit que le juriste est présent le jeudi pendant 2h alors si t’as un problème penses à appeler un ami mdr !! J’ai des amis qui ont essayé, ils n’ont jamais réussi à avoir quelqu’un au téléphone !!

    • Lili ArnLabat Le 10 décembre 2016 - Répondre

      lol mais c’est nul, on dépend d’eux et ne sont pas capables d’assumer ..

    • Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

      Bah ouaih ma pov’ Lucette, mais ça fait 10 ans que l’ordre existe par la loi, 8 ans que les conseils devraient être en mesure de répondre à tes questions … et finalement il se passe rien !!

    • Lili ArnLabat Le 10 décembre 2016 - Répondre

      disons que déjà s’ils pouvaient au moins répondre au tel ..

    • Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

      Quand on a les yeux plus gros que le ventre, il se passe ça. Ils pensaient que les IDE allaient s’y inscrire en masse, mais cela n’est pas le cas donc réduction de la voilure, on arrête les conseils départementaux !! Par contre si tu les as au tel, tu pourrais leur demander quand ils pensent faire des élections, au moins pour les inscrits, histoire de croire qu’on est un peu en démocratie.

    • Lili ArnLabat Le 10 décembre 2016 - Répondre

      oui, ça me fait penser au RSI .. 🙁

    • Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

      Tu parlais des rempla !! C’est vrai que quand t’as ton cabinet et contente de ta remplaçante, t’as qu’une envie, c’est de la garder et pas changer tous les 6 mois parce que tu penses aussi à tes patients mais bon quand ça fait 20 ans que certains ont pas vu un cul !!

    • Lili ArnLabat Le 10 décembre 2016 - Répondre

      ?? heu, je ne comprends pas tout là .. :/

    • Nicolas Roncevic Le 12 décembre 2016 - Répondre

      théoriquement une remplaçante ne peut pas rester indéfiniment (ça c’est dans les textes) alors que en général quand tu en trouves une bien, tu espères juste la garder le plus longtemps. Les patients, quand ils sont bien avec une IDE, je crois pas qu’ils aiment que ça change tous les 3/6 mois !!

    • Lili ArnLabat Le 12 décembre 2016 - Répondre

      oui mais quand on ne remplace que quelques jours sur plusieurs tournées et qu’on est bien dans les 2 ? et qu’on s’entend très bien avec les IDE et les patients ? Moi je suis bien comme ça : 6 jours dans 1 et 4/5 jours dans l’autre …

    • Nicolas Roncevic Le 15 décembre 2016 - Répondre

      Bah ouaih c’est ce que je te dis, quand t’es remplaçante, dans les textes, tu ne peux pas rester indéfiniment dans les mêmes cabinets et pourtant cela arrange les deux parties !! Tout ça pour dire que entre la théorie et se qui se passe sur le terrain y a un monde que l’ordre n’a pas pris en compte !! Le code de déontologie, c’est 80% des articles déjà existants, 10% qui ne sont pas applicables sur le terrain et le reste à mettre à la poubelle !! Donc voilà de quoi est fait ce code et il a fallu 3 ministres pour que la plus nulle des 3 en signe les décrets.

  12. Mina Minousha Le 10 décembre 2016 - Répondre

    Depuis quand on aurait besoin de ce genre de support pour un suivi qualitatif de notre travail .
    Et encore moins dans le libérale .
    Ils ne savent plus quoi inventer , pour oublier le vrai problème dans ces métiers

  13. Nicolas Roncevic Le 10 décembre 2016 - Répondre

    Au niveau hygiène, quand tu vas faire des soins dans une ferme, tu appelles les nanas d’M6 pour venir tout récurer ou tu fais de ton mieux pour gérer un plan de travail correct!! C’est bien d’aligner des articles déjà existants, d’autres qui ne peuvent être appliquer, la plupart concernent le libéral, quand il y a 80% de salariés (entre 400 et 500 000).

  14. Isabelle Guyard Le 10 décembre 2016 - Répondre

    Eh bien après vous avoir lu je suis stupéfaite de voir des collègues être aussi dénigreux sur une autre collègue c est affligeant et triste et je ne vous direz qu une chose les élections sont l année prochaines alors au lieu de blatèrerai des critiques EN l air qui n aboutiront à rien venez aidez l ordre à faire évoluer notre profession au lieu de casser de l infirmière

    • Marion Sauve Le 12 décembre 2016 - Répondre

      MERCI !!!

    • Nicolas Roncevic Le 15 décembre 2016 - Répondre

      Et moi je suis stupéfait de voir que la majorité n’a pas son mot à dire !! Des élections ? Bah il est temps, t’es au courant qu’au bout de 3 ans il devait y avoir des élections et qu’à chaque fois il a fallu un décret pour prolonger les mandats !! Merci de nous donner des actions de l’ordre pour notre profession, peut être que ça donnerais des envies mais là tu ne cites rien … L’ordre est consultatif et le gouvernement … même quand tu fais descendre des millions de personnes dans la rue, il ne se passe rien !! La plupart des problèmes IDE concernent les syndicats alors perso je préfèrerais voir plus de 8% des IDE syndiqués, peut être alors que les choses évolueront !!

    • Isabelle Guyard Le 15 décembre 2016 - Répondre

      Nicolas roncevic es tu syndiqués et que fais tu pour ton syndicat à part dénigres tes collègues que crois tu qu à l ordre on se tourne les pouces qu on est là pour la rigolade c est au gouvernement de rigoler des posts que je lis et qui discrédite tout le monde si tu veux commencer à comprendre ce que fait l ordre va sur le site et demande au président de ton syndicat ce qu il pense de l ordre car avec eux on bosse et on essaie de rassembler et pas de démonter notre profession oui nous avions une voix consultative mais on a su se faire entendre va lire au lieu de blatérer des méchancetés

  15. Alex Terrieur Le 12 décembre 2016 - Répondre

    Avant d’avoir un code de déontologie on voudrait des moyens humains et financiers. Mais comme ce n’est pas possible on fait croire qu’on pense à nous et on sort ça ! C’est vrai que c’était ça l’urgence, c’est vrai qu’avant on en faisait qu’à notre tête !

  16. Laetitia Durand Le 14 décembre 2016 - Répondre

    Les médecins ont un code de déontologie,et des fois quand je vois comment bossent certains je me le demande!?un code d hypocrisie,oui!ahahah!

  17. Laetitia Durand Le 14 décembre 2016 - Répondre

    Code de déontologie.j ai l impression que c est une blague quand je vois ce qu’ il se passe. …

  18. […] adopté le 28 novembre 2016. Parmi les nombreuses précisions et décisions, apportées par ce Code de Déontologie Infirmier, une avait retenu l’attention des IDEL(s) et des syndicats : la suppression de l’interdiction […]

Laisser un commentaire