L’Hospitalisation à Domicile devient-elle plus lourde que l’hospitalisation ?

L’Hospitalisation à Domicile devient-elle plus lourde que l’hospitalisation ?

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une décision se propose de renforcer les services et structure d’HAD. Aujourd’hui, les soins de ville semblent tous concernés par le phénomène, comme si l’HAD était devenue à son tour comme incontournable dans le parcours de soins des patients.

L’HAD élargi aux EHPAD, c’est maintenant ou… presque !

On savait que les politiques publiques de santé seraient au centre des diverses campagnes électorales. Non seulement les candidats à l’élection présidentielle rivalisent d’imagination pour réinventer le modèle sanitaire français, en affirmant maintenir le même niveau de soins mais en maitrisant les dépenses, mais le pouvoir en place ambitionne aussi de démontrer son ambition en la matière. Mme Marisol Touraine, ministre de la santé, a ainsi levé les restrictions relatives au recours à l’hospitalisation à domicile (HAD) dans tous les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephad). La mesure sera effective au 01er mars prochain. La ministre de la santé a profité de cette décision pour préciser sa position et justifier cette décision : « J’ai pris cette décision pour offrir aux personnes âgées vulnérables des soins toujours plus adaptés, un accompagnement personnalisé, une attention de chaque instant, a soutenu la ministre dans un communiqué. L’HAD n’est pas un mode d’hospitalisation par exception, c’est un mode d’hospitalisation de droit commun. »

Les patients des Ehpad pourront donc bénéficier des soins au cœur même de leur résidence sans avoir à se déplacer à l’hôpital, ce qui constitue bien une avancée dans la politique prônée par le gouvernement depuis des années.

Les IDEL(s) écartés des Ehpad ?

La décision est prise dans cette politique générale du développement du « tout sauf l’hôpital ». Est-ce le bien-être des patients ou la réduction des coûts, qui guide ce genre de décisions ? Car là où l’infirmière libérale pouvait intervenir rapidement comme avec l’ensemble de ses patients, l’Hospitalisation à Domicile représentera une lourdeur de plus en cas de besoin la nuit, les week-ends, voire les jours fériés. Mais au-delà de l’activité des infirmières et infirmiers libéraux, les Ephad ne nécessiteraient-ils pas tout simplement le recrutement d’infirmières supplémentaires, afin de pouvoir pallier à la multiplication et à la diversification des besoins.

Faire appel à l’hospitalisation à domicile est-ce réellement plus économique que de décider d’investir durablement dans le fonctionnement de ces établissements ? La question est posée mais ne trouve, à ce jour, aucune réponse. Il ne s’agit pas ici de remettre en cause la décision, qui repose, n’en doutons pas, sur des études précises mais bien de souligner le manque de vision globale sur le moyen et le long terme tant en ce qui concerne les infirmières et infirmiers libéraux que pour ce qui est du système de santé.

« Tout sauf l’hôpital », une maxime à adopter par les infirmières libérales ?

La conséquence de cette décision sera bien d’écarter les infirmières et infirmiers libéraux d’une intervention directe dans les établissements concernés. En revanche, les structures d’Hospitalisation à Domicile auront besoin de ces mêmes infirmières libérales pour qu’elles puissent prodiguer les soins nécessaires. Il ne s’agit pas que d’un simple transfert de compétences mais bien d’un pas supplémentaire vers l’hégémonie de l’Hospitalisation à Domicile.

N’évoquait-on pas, il y a quelques semaines, le développement des hôtels hospitaliers ? Dans le but de réduire (encore et toujours) les durées d’hospitalisation, ces établissements d’un nouveau genre impliquent de faire appel à des infirmières et infirmiers libéraux, qui interviennent alors sous la responsabilité des organismes en charge de ces hôtels hospitaliers.

On comprend la logique générale, qui vise, pour chaque situation, à réduire de manière conséquente le temps passé à l’hôpital. Les raisons de confort et de bien-être, avancées par les autorités sanitaires, se renforcent d’arguments économiques incontestables. Toujours est-il, que l’organisation de ces soins de substitution (à l’hôpital) implique aussi une certaine lourdeur administrative notamment. A terme, les services de HAD et autres structures de soins de proximité ne risquent-elles pas d’être contreproductives en faisant disparaître les deux atouts principaux de ces soins dits de ville : la proximité et la disponibilité ?

C’est en cela, que les promesses électorales et les politiques publiques de la santé manquent de visibilité sur le long terme, en complexifiant un peu plus, à chaque nouvelle décision, l’intervention des professionnels libéraux de santé dont les IDEL(s).

Selon vous, la multiplication des structures pour éviter le recours à l‘hospitalisation est-elle de nature à simplifier ces soins de proximité ? Ou est-ce au contraire une source d’inquiétudes et de manque de réactivité ?

 

 

By | 2018-04-12T15:19:38+00:00 23 décembre 2016|IDEL au quotidien|44 Comments

44 Commentaires

  1. Jendrejak Sylvie Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Oui

  2. Fa Dams Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Carrément.. C’est clair marie Claire

  3. Armelle Pertzing Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Oh que oui surtout quand un médecin vous lâche en pleine prise en charge SP !

  4. Steph Vasco Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Je pense que pour le bien être de notre CNAM il serait intéressant de recadrer les soins à domicile. Je m’explique, soins sans nécessité de coordination ni de matériel spécifique direct à IDEL, soins nécessitant une coordination et un suivi par PSAD associé à IDEL ainsi le duo gagnant permet un retour à domicile de qualité avec tout le materiel adapté pour les soins et un suivi de qualité et si soins trop lourd pour une IDEL nécessitant une équipe de soins autour du patient là faire appel à l’HAD qui est la structure de soins la plus coûteuse à domicile pour la CNAM. Mais tant que Mme TOURRAINE sera en poste il est irrémédiable que l’HAD sera favorisée.

  5. Deux Ailes Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Gui Peo Ririz Chiocci Chiocca Marine Aïda Lignon Cathy Thierry Guilhem Martignole Raymond Angel Delphine Gutierrez

  6. Zoreydesiles Run Le 24 décembre 2016 - Répondre

    L’HAD est surtout plus lourde financièrement pour la sécu, elle remplit les poches des médecins influençables et corrompus !!! La plupart des patients n’aiment pas cette formule, ils sont envahis de personnel non choisi et qui change tous les jours, sans parler du matériel en excès qui arrive dès le 1er jour !!!!

    • Sofia Julia Le 24 décembre 2016 - Répondre

      Bien dit

    • Mickaël Docu Le 24 décembre 2016 - Répondre

      Source ?

    • Mickaël Docu Le 24 décembre 2016 - Répondre

      L’HAD plus lourde financièrement bien évidemment que non…vu que le but de le développer et de diminuer les coûts hospitaliers. A 2000 euros la journée d’hospitalisation c’est difficile de faire plus cher, surtout à la nomenclature à laquelles les actes des IDEL sont tarifiés (une broutille).
      Envahis de personnel non choisi ? Mais on ne « choisit » pas son personnel madame, qui sont des soignants d’une, mais on ne les « choisit » pas plus à l’hôpital qu’en HAD…quant au mot « envahi » je ne relève même pas…

    • Mickaël Docu Le 24 décembre 2016 - Répondre

      – « Qui change tous les jours » ; faux . Beaucoup moins de turn over à domicile qu’en service d’hospitalisation

    • Mickaël Docu Le 24 décembre 2016 - Répondre

      -« Remplit les poches des médecins » N’importe quoi. De quels médecins ? Des médecins généralistes qui peuvent enfin s’occuper des gens qu’ils connaissent ? Des familles avec qui ils ont tissés des liens, et des patients qui peuvent se confier auprès de leur praticien après une relation de confiance construite au fil des années ? en comparaison des spécialistes hospitaliers, qui se retrouvent à traiter des patho qui ne relèvent plus de leur domaine car la sortie au domicile est impossible du fait du manque d’infrastructure… et je suis sûr que vous devez être la première à raler lorsqu’il faut attendre 4 mois pour avoir une consult avec un spécialiste à l’hosto…il faut savoir ce que vous voulez

    • Mickaël Docu Le 24 décembre 2016 - Répondre

      De plus, ce n’est pas le médecin « bénéficiaire » si tant est qu’il le soit, qui décide de la possibilité de l’HAD, mais ça se fait en amont, en fin de séjour hospitalier… Le « bénéficiaire » n’est donc pas le décideur, je vois mal où il peut y avoir conflit d’intérêt ici…

    • Mickaël Docu Le 24 décembre 2016 - Répondre

      « La plupart des patients n’aiment pas cette formule », source ? Songez un peu au malde hospitalisé à 200 km de chez lui, la difficulté des proches pour lui rendre visite, faire la voiture tous les jours…après le travail… la culpabilité qui le ronge d’épuiser son entourage par tant d’aller retour, mais dont il ne peut se passer… je vous arrête tout de suite, BEAUCOUP de gens préfèrent rentrer chez eux plutôt que de rester séjourner inutilement à l’hôpital

    • Mickaël Docu Le 24 décembre 2016 - Répondre

      Visiblement, vous ne connaissez strictement rien à ce que vous racontez

    • Zoreydesiles Run Le 25 décembre 2016 - Répondre

      Mickaël Docu là où j’exerce, si !

    • Pascalita Vaissierès Le 25 décembre 2016 - Répondre

      Ce n est pas une histoire de connaitre ou pas…cest un partage d expériences , de ressentis, de tirer des leçons sur ce que vivent voient entendent écoutent les infirmiers !!! Oui les patients sont heureux d être chez eux et oui ils se plaignent parfois aussi de ce système …il faut savoir l entendre pour pouvoir avancer et de ce fait ameliorer le fonctionnement qui n est pas parfait.
      Il en est de même pour nous idels basiques …c’est la remise en question. …la critique constructive….

    • Aude Riffieux Le 25 décembre 2016 - Répondre

      ???? pour défendre aussi bien l had c’est que vous n’avez jamais bosse avec eux…..
      Patients menaces de ne pas sortir de l’hôpital s’ils refusent l’had
      Sans parler de l’absence de compétence et de réactivité du service en question
      Au final ils nous sous traitent le boulot et s’en mettent pleins les poches sans jamais servir à rien

    • Mickaël Docu Le 25 décembre 2016 - Répondre

      Aude Riffieux Non mais l’article parle initialement d’HAD vs hospitalisation . et non d’HAD vs libéraux classiques. C’est un autre débat, en tout cas que le système soit perfectible, c’est une évidence ! La critique peut être constructive, mais le commentaire auquel je répond ne l’était pas

    • Pascalita Vaissierès Le 25 décembre 2016 - Répondre

      Faire des généralités …pffff
      Tous les had ne fonctionnent pas de la même façon (pas que du négatif et certains professionnels sont valables ) comme tous les idels libéraux ne travaillent pas avec la même optique ??? et heureusement !!!!

    • Adeline Tyméo Le 25 décembre 2016 - Répondre

      Totalement d’accord avec vous Mickaël Docu

  7. Brigitte Caillol Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Avec la restriction budgétaire, ce système d’hospitalisation à domicile va être intenable. Car la loi HPST est une loi de restriction budgétaire pour enrayer la dette de l’hôpital public essentiellement.

  8. Karine Drz-Viseux Le 24 décembre 2016 - Répondre

    J’ai un patient qui est sorti avec perf 3/jr pdt 6 sem. L’HAD a voulu littéralement nous jarter en disant à la famille que ns refusions de bosser avec eux, de signer les conventions ! HEUREUSEMENT que la famille qui ns connaît depuis des années ne s’est pas laissée faire et ns en a parlé directement. Grrrr bande d’enfoiree nous avons dc travaillé en collaboration (forcée). Jusqu’au jour où ce patient, avec capital veineux désastreux, s’est fait poser une voie centrale (pour ces perf) et là coup de théâtre !! L’anesthésiste a insisté pour que l’HAD soit éjectée, ne voulant que les libéraux car avait eu trop de problème avec l’had apparemment.
    C’est ce qu’on appel : l’Effet boomerang

  9. Karine Ersa Le 24 décembre 2016 - Répondre

    C’est surtout une grande hypocrisie!
    Les Had se gavent aux détriment des autres professionnels de santé que sont les pharmaciens et les infirmiers libéraux

  10. Christine Homoo Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Dernière HAD = grosse cata !!!

  11. Jp Chailley Le 24 décembre 2016 - Répondre

    Benoît Grdn

  12. Philippe Butin Le 25 décembre 2016 - Répondre

    C est pour nous entuber…

  13. Bonjour infirmières libérales j aurais besoins de vos conseils si possible je vais résumer la situation mon mari a 32 ans il a fait 2 avc il est paralysé du côté gauche depuis 5 ans il a beaucoup changé il est mechant avec son infirmière je voudrais qu’ il quitte le la maison et divorcer ( pas de jugements svp) il me rend folle j y laisse ma santé il ne peut pas vivre seul ou pourrais je le placer? Merci d avance à ceux qui voudront bien me répondre

    • Camille Mabire Le 25 décembre 2016 - Répondre

      Je pense qu’il faudrait d’abord entamer une procédure de divorce. Essayez de voir un avocat, je n’y connais pas grand chose mais je sais qu’il existe des consultations gratuites dans certaines villes, renseignez-vous. Si vous êtes l’aidant principal, la décision de placement suivra je pense étant donné qu’il ne pourra pas rester seul à domicile. Ou alors, vous le placez, contre sa volonté (c’est souvent le cas de toute façon), qui sait, de ne pas avoir à vous occuper de lui tous les jours, vous pourrez peut-être continuer à lui rendre visite. De toute façon, tant qu’on ne se trouve pas dans votre situation (qui est plus que compliquée) , le jugement est nul.

    • Merci beaucoup Camille Mabire

    • Marion Henry Le 26 décembre 2016 - Répondre

      Voir avec une assistante sociale du secteur où vous habitez peut peut être vous aiguiller sur des piste…bon courage

    • Merci Beaucoup Marion Henry

  14. Aurel Bd Le 25 décembre 2016 - Répondre

    Cesser donc blablater dans le vent! Il y a des services HAD où les ide dispensent des soins individualisés de qualité et des libérales qui travaillent comme des cochonnes, passant en coup de vent ne pensant qu’à leur porte monnaie en Facturant sans scrupule des actes non dispensés. Il y a de tout dans ce domaine. Et par expérience nombreux sont les cabinets frauduleux, certaines idel ont les dents très très longues

    • Amandine Simon Le 25 décembre 2016 - Répondre

      Moi, qui pratique les 2, y’a aussi des HAD de très mauvaise qualité… Vivement que les HAD soient aussi durement contrôlés que les IDEL…Globalement, une journée HAD coûte plus cher qu’une IDEL… Les HAD sont utiles si utilisé à bon escient !!!

  15. Gilles Armspach Le 25 décembre 2016 - Répondre

    Par chez moi l’Had a interdit à un patient de quitter le domicile pour les fêtes, non pas que son état le lui interdisait, mais simplement à cause d’une histoire d’assurance. Dommage pour un patient en soin palliatif qui voulait juste passer Noël chez ses enfants…

  16. Tanter Christophe Le 25 décembre 2016 - Répondre

    Les foyers logement ont été transformé en EHPAD il y a quelques années. Le but étant de les rendre autonomes du point de vue des soins infirmiers. Des aides soignants et des infirmiers ont donc été recruté et les infirmiers libéraux priés de ne plus intervenir. Permettre à L’HAD d’intervenir dans les EHPAD est pour les infirmiers libéraux un constat d’échec de la politique de santé entreprise car inadaptée aux EHPAD. Le système fonctionnait donc beaucoup mieux avant leur création. Et coûtait bien moins que cela va coûter à la collectivité. Coût de l’EHPAD +HAD. On marche sur la tête dans ce pays.

  17. Marion Henry Le 25 décembre 2016 - Répondre

    Alors maintenant que je suis dans la situation d’avoir le had en tant qu’aidant naturel j’ai une autre vision de la chose, étant ide libérale moi- même…
    Le had est venu me livrer le matériel pour la semaine alors que la personne concernée était hospitalisé depuis le matin même, encore ça on se dit que de toute façon il rentre dans 2 jours c’est bon le matos sera là!
    Mais au moment de sa sortie panique à bord : »on ne peut pas le reprendre il faut revoir avec le médecin qui n’est pas là aujourd’hui…j’ai cru péter un câble pour être polie…
    On s’est battu et il est rentré le soir même car comme le traitement n’avait pas changé c’était bon…ils n’ont pas de budget pour me donner 1/2 en plus d’auxiliaires de vie la semaine et le week-end c’est nous qui payons l’auxiliaire car ils n’ont pas de budget…mais pour vous fournir du matos alors qu’il est hospitalisé…bref on marche sur la tête…

  18. Isa Robert Le 26 décembre 2016 - Répondre

    L had que j ai connu était mieux que la maison de convalescence que j ai cher payé pour être mal traitée et je n ose pas parler de l hôpital honte à eux ces ignobles femmes soit disants soignantes des …..
    .

  19. Virginie Carlier Le 26 décembre 2016 - Répondre

    Beaucoup de gens parle sans savoir ici j’ai l’impression. je suis infirmière et j’ai eu il y a quelque moi de gros soins avec Matos, j’ai un enfant de 2 ans, je n’aurai pas supporté d’être hospitalisé pendant 1 mois sans voir mon fils donc lhad était vraiment l’idéal. En plus les soignants étaient vraiment adorable conciliant pour les horraires … j’ai pu les appeler en pleine nuit parce que mon pansement était parti … les transmissions étaient parfaitement faites … bref malgré les problèmes de santé qui me sont tombés dessus j’ai vraiment apprécié lhad

    • Marion Henry Le 26 décembre 2016 - Répondre

      Heureusement qu’il y a des bons had, ce n’est pas le personnel qui est mis en cause c’est leur système de mise en place leur organisation et leur gestion, et de certains seulement pas tous…mais les soignants eux font ce qu’ils peuvent…mais ce qui « gèrent » ont oublié ce que veut dire soigner…et là aussi pas tous…je pense juste qu’on oublie parfois le bon sens au profit de…l’argent???? Je ne sais pas…

    • Virginie Carlier Le 26 décembre 2016 - Répondre

      Ca c’est partout c’est pas que lhad a l’hôpital c’est restriction de personnel et de moyen et pour les libéral c’est pareil fait enchaîner de plus en plus de patient pour être rentable tant pis si on a pas le temps d’écouter ce qu’ils disent.

  20. Amel Amelle Le 26 décembre 2016 - Répondre

    C’est clair

  21. Skonky Mv Le 26 décembre 2016 - Répondre

    On parle toujours du patient mais que trop peu du personnel soignant….. des tournees toujours plus longues et plus complexes pour toujours le meme salaire……

  22. Gne Gne Le 26 décembre 2016 - Répondre

    Le service HAD est effectivement difficile à accepter dans un premier temps … mais par la suite les familles et les patients nous remercient.
    Le seul avantage et non négligeable et le 24/24 -7jrs/7 ……

Laisser un commentaire