Une procédure contre les IDEL(s) qui se termine bien ou plutôt pas trop mal !

Une procédure contre les IDEL(s) qui se termine bien ou plutôt pas trop mal !

Ce jugement du TASS est favorable aux infirmières libérales, et pourtant ce jugement souligne à quel point la situation des infirmières et infirmiers libéraux peut être délicate à gérer. Une histoire simple aux conséquences difficilement compréhensibles et acceptables.

Les infirmières libérales, des partenaires pour les SSIAD

C’est dans le département de la Moselle, qu’un litige opposant la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) et des IDEL(s) vient de trouver une issue favorable aux infirmières et infirmiers libéraux concernés. La CPAM avait en effet lancé une procédure de réclamation d’indu à des infirmières libérales, au motif que certains de leurs patients bénéficiaient déjà d’une prise en charge par un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD). Faut-il rappeler que les SSIAD doivent obligatoirement signer une convention avec les infirmières libérales avant toute collaboration ? Dans ce cas précis, les infirmières et infirmiers libéraux concernés n’ont jamais signé un tel document, tout comme ils n’ont jamais été mis formellement au courant de l’action du SSIAD.

En l’absence de convention, les infirmières libérales facturaient donc leurs soins à la CPAM. Lors d’un contrôle, la CPAM a constaté ce qu’elle considérait comme étant une double facturation et a donc initié la procédure de réclamation d’indus. Mais si la prise en charge du SSIAD intégrait ces soins infirmiers, la CPAM a désigné les infirmières et infirmiers libéraux comme les « fautifs » en ce cas précis, puisque la procédure les visait personnellement.

Des infirmières libérales attentives aux conditions d’exercice de leur métier

On peut s’étonner en la matière de l’insistance de la CPAM de Moselle, qui a très rapidement constaté qu’il n’existait pas de convention entre le SSIAD concerné d’une part et les infirmières libérales d’autre part. Pourquoi ne pas avoir alors demandé des comptes au SSIAD plutôt que de réclamer ces indus aux infirmières libérales ? Le tribunal des affaires de la sécurité sociale soulève une explication possible, même si elle peut faire froid dans le dos :

Il est exact que l’Association mosellane d’aide aux personnes âgées (AMAPA) a connu des vicissitudes financières qui ont peut-être convaincu l’organisme social que les indus seraient plus facilement recouvrables auprès des professionnels libéraux qu’à l’égard de cette association

En d’autres termes, la CPAM de Moselle se serait tournée vers les infirmières libérales au prétexte qu’elle ne pouvait pas (ou plus) réclamer les sommes concernées auprès du SSIAD ; Comment peut-on considérer ces infirmières et infirmiers libéraux responsables des fautes commises par ce SSIAD ? Bien évidemment, la CPAM n’a jamais confirmé cette explication de la procédure. Assistés par un syndicat, les IDEL(s) ont donc gagné leur action devant le TASS et ne seront donc pas poursuivis pour le paiement de ces indus.

Une jurisprudence favorable, qui pose néanmoins question

En l’espèce, on pourrait considérer que l’histoire se termine bien, même si de nombreuses interrogations sont soulevées par ce jugement du TASS. Pour commencer, les infirmières libérales doivent-elles être syndiquées pour se faire entendre de la justice ou de la sécurité sociale. La question mérite d’être posée, puisque la demande des infirmières libérales avait été rejetée une première fois devant la Commission de Recours Amiable (CRA) et qu’il a fallu l’assistance d’un syndicat, le FNI en l’occurrence, pour obtenir gain de cause devant le TASS ?

Puisque le SSIAD percevait une rémunération forfaitaire, qui devait inclure, les soins prodigués par les infirmières libérales, comment se fait-il que la CPAM ne se soit pas retourné vers cet organisme ? La mise en faillite de ce dernier est-elle suffisante pour justifier le choix de la CPAM ?

Actusoins relève même dans ce dossier, que certaines infirmières libérales ont payé les indus dès la réception de la lettre de la CPAM. La « peur du gendarme » n’est-elle pas source de dysfonctionnements graves et d’injustice manifeste pour les infirmières libérales ?

Enfin, les infirmières libérales doivent-elles se préparer à se défendre en cas de défaillance des nouveaux schémas d’organisation des soins, avec la mise en place des équipes de soins primaires (ESP), communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) et autres plateformes territoriales d’appui (PTA) ?

Ce jugement favorable du TASS implique bien de s’interroger pour la tranquillité d’esprit des infirmières et infirmiers libéraux, et il faudra bien, à un moment donné, apporter des réponses claires à ces interrogations légitimes.

Considérez-vous acceptable le comportement de la CPAM, qui a préféré s’adresser aux infirmières libérales après la faillite du SSIAD ? Avez-vous déjà connu pareille mésaventure ?

 

 

By | 2018-04-12T15:15:53+00:00 24 juin 2017|IDEL au quotidien|92 Comments

92 Commentaires

  1. Sisty Kuollem Le 24 juin 2017 - Répondre

    Vanessa Andreotti

  2. Remi Bremond Le 24 juin 2017 - Répondre

    Pkoi vous parlez toujours de ca y a rien d autre que les indus dans notre profession ???

    • On parle de ce qui intéresse les internautes et de ce qui génère le plus d’intérêt et de commentaires de la part des IDELS sur cette page.

    • Caroline Touzet Le 24 juin 2017 - Répondre

      Vous provoquez surtout une sinistrose

    • Caroline Touzet Ca va être de notre faute.

    • Caroline Touzet Le 24 juin 2017 - Répondre

      Infirmières Libérales oui la plupart de vos articles sont négatifs et non constructifs vos titre sont aguicheurs mais les contenus sont pauvres voir nuls en information une sorte de « Paris match ou pire détectives « 

    • Caroline Touzet Mais pourquoi nous suivez-vous ?

    • Caroline Touzet Le 24 juin 2017 - Répondre

      Infirmières Libérales parce qu’il faut tout lire et connaître tout les avis ça permet une certaine ouverture d’esprit et puis c’est toujours mieux de savoir pour pouvoir réfléchir et échanger

    • Caroline Touzet Alors on vous félicite pour votre ouverture d’esprit 🙂

    • Remi Bremond Le 24 juin 2017 - Répondre

      Infirmières Libérales ok merci de votre réponse pertinente il est vraie cependant le fait que le sujet soit redondant m interpelle …

    • Je comprends ce que vous voulez dire, Remi Bremond, mais c’est un sujet qu’on traite souvent (ça ne veut pas dire qu’on ne traite QUE de ça), mais l’actualité des indus est au coeur des préoccupations de bon nombre d’infirmiers. En l’occurrence, il y a une info nouvelle, à savoir ce jugement, pour une fois favorable aux IDELS, donc je trouve qu’on n’entretien pas la sinistrose, ni qu’on le traite de façon excessive. Mais les avis de chacun d’entre vous sont les bienvenus, tant que ça reste constructif et bienveillant 🙂 Bisou.

    • Remi Bremond Le 24 juin 2017 - Répondre

      Infirmières Libérales ? après je comprends aussi les commentaires ou les personnes parlent de sinistrose car c est le sentiment qui anime pas mal d entre nous … merci pour votre reponse

    • Chris Idel Le 24 juin 2017 - Répondre

      Caroline Touzet , Je ne pense pas que cela provoque la sinistrose.

      Etre dans le noir nous empêchera de voir le scorpion avancé. Mais cela ne veut pas dire que le scorpion ne nous piquera pas. Alors qu’allumer la lumière permet de le voir progresser et donc de se défendre.

      Personnellement, je regrette de ne pas avoir connu ce type d’article plutôt. J’aurai pu mieux me préparer.

      Merci à Infirmières Libérales de continuer à nous sensibilisé car je crains que beaucoup (tout comme moi) ne découvrons que trop tard la réalité des procédures des caisses. Ils le découvrent que trop tard car certain IDEL, voir représentant syndicaux déploient une énergie folle a censurer, dénigrer, discréditer ce type de sujet, sous prétexte d’éviter la sinistrose. Dans le cas l’image du scorpion c’est comme si un prétendu amis venait nous bander les yeux pour s’assurer qu’on ne voit pas le scorpion avancer.

      Effectivement on bande les yeux du cheval qu’on conduit a l’abattoir.

      Dans cette article, j’ai entendu des IDEL qui gagnent. Je pense que le jugement n’a pas provoqué de sinistrose chez ces IDEL et chez les syndicalistes qui se sont battue pour obtenir cette victoire.

      Si apprendre que les IDEL peuvent gagner face au caisse a encouragé au moins une IDEL a se défendre, je pense que c’est une bonne chose.

      Si apprendre que les syndicats peuvent gagner face au caisses a encouragé un syndicaliste a continuer à défendre la profession, je pense que c’est une bonne chose.

      Je suis un eu plus septique en ce qui concerne la censure et le dénigrement de ce type de communication.

    • Remi Bremond Le 24 juin 2017 - Répondre

      J ai juste ce matin pour la troisième ou quatrième fois lu un article sur les indus … j en entant parler très souvent malheureusement car j ai bien compris que notre nomenclature et les caisses peuvent agir dans certains de façons cavalières !!! Mais je peux me permettre tout de même de dire que ces articles sont fréquents ne croyez pas que je ne vois pas le ? au bout du couloir tôt ou tard les évènements dans une carrière peuvent évoluer dans le bon comme dans le mauvais sens … maintenant au lieu de penser que je dénigre cette forme de communication je pense qu il serai plus opportun de parler d autres sujets bien réels tels que les créations de maison de Sante qui nous permettrons à mon sens dans le futur d être mieux protéger car ensemble que de fustiger l ensemble de notre secteur qui soit disant veut éviter une sinistrose latente !!! Ne vous inquiétez pas moi aussi tous les matins en me levant je pense que les choses peuvent être négative pour moi et pour l ensemble des mes collègues car ni notre nomenclature ni nos chers syndicats ne peuvent faire le poids face à une institution telle que la Cpam !!! Sur ce bonne soirée

    • Caroline Touzet Le 24 juin 2017 - Répondre

      Chris Idel mes yeux ne sont pas bandes je reçois tout les 15 jours depuis décembre des lettre d’indus j’ai eu aussi contrôle de mon cabinet je me sens un peu prise au piège ce que je reproche c’est le manque d’informations concrètes et constructives dans les articles d’albus
      C’est bien d’en parler mais il faudrait nous donner plutôt les conduite à tenir lorsque l’on sens l’étau se resserrer

    • Nathalie Garnot Le 26 juin 2017 - Répondre

      Caroline Touzet il’y à des syndicats pour vous aider et surtout se sentir moins seule. Cette profession est trop solitaire et le cadre legislatif très flou et complexe et différent d’une caisse à l’autre. Je n’étais pas pour les syndicats mais finalement j’ai adhéré à convergences infirmières et je suis bien contente de recevoir leurs info.

  3. Mag Magali Le 24 juin 2017 - Répondre

    Mylene Vintier

    • Mylene Vintier Le 24 juin 2017 - Répondre

      Tu vois !! On fait bien de ne pas bosser avec eux …

    • Mag Magali Le 24 juin 2017 - Répondre

      Mylene Vintier c clair ! Et c tjrs nous qui doivent justifier et prouver ? de bonnes poires !

  4. Angelik Heraut Le 24 juin 2017 - Répondre

    « Puisque le SSIAD percevait une rémunération forfaitaire, qui devait inclure, les soins prodigués par les infirmières libérales, comment se fait-il que la CPAM ne se soit pas retourné vers cet organisme ? La mise en faillite de ce dernier est-elle suffisante pour justifier le choix de la CPAM ? » !!!!!!

  5. Magali Digard Le 24 juin 2017 - Répondre

    Et toujours les infirmières pourquoi faut peut être arrêter avec les infirmières

    • Isabelle Giau Le 24 juin 2017 - Répondre

      Peut être parce que c’est un groupe pour les infirmières d’où le nom d’ailleurs, je dis ça…

    • En effet. Magali Digard si vous attendez qu’on aborde les experts comptables ou les chauffeurs de taxis, ça risque de durer longtemps.

    • Magali Digard Le 24 juin 2017 - Répondre

      Alors non mais c est vraie que cela devient penible Car on est toujours dans le viseur de la Secu pour les indus et je crois que ca fait beaucoup et qu il faudrais arrêter

    • Chris Idel Le 24 juin 2017 - Répondre

      Magali Digard Les IDEL sont dans le viseur de la sécu car la sécu a moins de moyen d’action que sur les hôpitaux qui ferment les un après les autres.

      Les IDEL sont dans le viseur de la sécu car il sont plus nombreux que les autres professions médical (or IDE en structure). Donc agir sur cette profession c’est multiplié les petites économies.

      Les IDEL sont dans le viseur de la sécu car d’autre professionnel (HAD, SSIAD, aide a domicile, la poste, les pharmacies,….) ont montré qu’ils peuvent assuré votre travail. Par le lobbying de ces profession, ils ont réussi a convaincre les politiques que le metier d’IDEL ne sert a rien.

      Les IDEL sont dans le viseur de la sécu car c’est une profession qui se défend peu.

      Les IDEL sont dans le viseur de la sécu car d’autre professionnel (HAD, SSIAD, aide a domicile, la poste, les pharmacies,….) ont montré qu’ils peuvent assuré votre travail. Par le lobbying de ces profession, ils ont réussi a convaincre les politiques que le métier d’IDEL ne sert a rien.

      Les IDEL n’ont même pas besoin d’être dans le viseur de la sécu. Les IDEL sont déjà très désuni. Il suffit de voir a quel point les syndicats se battent entre eux pour tenter d’être les plus représentatif. Il suffit d’écouter les raisons pour lesquelles certain IDEL veulent accroitre les restrictions lié au zonage. Il suffit d’écouter les raisons évoqué par les IDEL pour justifier une mise en place d’un numerus clausus… Pour lutter contre les autres IDEL, les IDEL sont imaginatif. Mais pour lutter contre les danger extérieur qui les guettent, chacun à peur du retour de bâton. Alors on carresse le loups dans le sens du poile pendant qu’il nous dévore les un après les autres.

    • Magali Digard Le 24 juin 2017 - Répondre

      Je sais mais cela devient pénible Car l hôpital se permet de compter une journee d hospitalisation et les Ide l remboursent leurs passages je trouve cela anormale

    • Isabelle Giau Le 24 juin 2017 - Répondre

      Magali Digard oups désolé je croyais dans votre premier post que vous demandiez pourquoi on parlait que des IDE ??‍♀️ bonne soirée à vous ?

    • Mireille Smara Le 27 juin 2017 - Répondre

      je pense que les indus est un sujet qui revient car quand ça te tombe dessus et que tu dois rendre des sommes exorbitantes et que tu te rends compte qu’il y a un vide juridique terrible et que la nomenclature chacun l’interprete à sa façon, personnes n’est à l’abri , et ils remontent jusqu’à trois ans …..il est important d’en parler.

    • Magali Digard Le 27 juin 2017 - Répondre

      Oui c est pour cela qu il’ faut faire des formations et notamment celle de la ngap

  6. Adrienne Bellomo Le 24 juin 2017 - Répondre

    Bravo mes collègues Véronique Probst Elisabeth Ferrero Marie-Agnès et Sylvie!!!! Je suis contente que vous ayez gagné à juste titre!!! De gros bisous

  7. Johanna Leblon

  8. Dans certains départements, les indus ont été prélevés sur le compte des cabinets dès la réception du courrier réclamant les montants, alors que les ssiad ont mis quelques semaines à rembourser les infirmières

    • D’ailleurs, je ne comprends pas qu’il n’y ait pas une réglementation qui empêche la cpam de retirer de grosses sommes de nos comptes . On a l’impression que le courrier recommandé donne tous les droits ?!

    • Chris Idel Le 24 juin 2017 - Répondre

      Carole Remy Zephir Justement il y a une réglementation qui encadre les conditions dans lesquels la CPAM peu prélever sur vos prestations. La sécu s’appuie notamment sur l’article L133-4 du code de sécurité social.

      Mais effectivement, la CPAM ne respecte pas cette réglementation. Car d’un coté, peu d’IDEL se batterons pour la faire appliqué. Mais surtout, après mult galère pour la faire appliqué au mieux l’idel persevra simple la sommes illégalement bloquer. Mais combien laisseront tombé?

  9. Ici quand une ssiad intervient pour des soins de nursing chez un patient (AMAPA pour ne pas la nommer) nous devons facturer directement en mode papier nos soins techniques. Ils paient trois mois après! Si nous facturons à la CPAM c est rejet des factures automatiquement

  10. Romain Catez Le 24 juin 2017 - Répondre

    Moi j ai eu le tour. Le SSIAD n avait pas dit que je n avais pas signé de convention avec eux et la MSA m a fait une réclamation. J ai appelé et règle le problème avec le SSIAD. Mais cela aurait pu être une catastrophe.

  11. Véronique Rnd Le 24 juin 2017 - Répondre

    J’ai mieux ! Un HAD qui appelle pour qu’ on aille faire des soins x3/j mais PAS EUX ! aucun passage !!
    Mais une coordination fantôme donc pas de MCI !
    Heu ??? C’est nouveau ?
    Ah mais ils nous fournissent la chaise percée, les compresses et les aiguilles à dextro..
    Puis quand tu leur demande « Et si problème ? « Ah mais C’est vous qui gérez ! »
    Euh vous êtes là POUR QUOI ALORS??
    Je dois rire ou pleurer ?

    • Alex Gaybab Le 25 juin 2017 - Répondre

      Pour cette PEC vous aviez vraiment besoin d’eux dites donc! Une chaise percée et les aiguilles a Dextro c’est compliqué à mettre en place ?
      Ça me fait rire que la secu paye sans ne jamais rien dire à Ca….
      ???

    • Jose Chillon Le 26 juin 2017 - Répondre

      Ça sent santé service

    • Sonia Robert Le 27 juin 2017 - Répondre

      Demandez au patient de sortir du had peut-être

    • Lepretre Nathalie Le 27 juin 2017 - Répondre

      Oui tous les patients devraient sortir du hard moi je dis que c est des bons à rien ma mère a été suivit par le had. Résultat hospitalisation depuis 2 mois du a leur travail de feignant et de planqué. Le had devrait être interdit et donnons le pouvoir aux infirmiere liberal.

    • Isabelle Excoffon Le 30 juin 2017 - Répondre

      Sûrement pas

  12. Evelyne Schipper Le 24 juin 2017 - Répondre

    on oublie que trop souvent qu’ a besoin des services des infirmières pas seulement pour nous mais pour nos parents merci a eux d être là

  13. Elize Arnaud Le 24 juin 2017 - Répondre

    Je peux certifier que c’est faux c’est l’inverse qui se produit : le service de soins règle les soins infirmiers aux libéraux et si une personne part chez un de ses enfants une autre infirmière le prend en charge et c’est aux services de soins que le montant est demande .. d’où notre vigilance de faire une sortie du service de soins même pout quelques jours et quand la CPAM nous envoie une demande de paiement nous adressons le justificatif

  14. Stephanie Denolf Le 24 juin 2017 - Répondre

    J’ai eu le même pb ac une patiente en vacances ds notre région, ns n’étions pas au courant qu’elle était suivi par le ssiad, la caisse ns a réclamé des indus mais lorsque je l’ai appelé pour lui expliqué Elle s’est retourné contre le ssiad qui n’avait pas prévenu que la patiente partait en vacances et du coup ns avons reçu un courrier de la caisse ns informant qu’il n’y avait plus d’indus, ouf

  15. Mélissa Boutinaud Stein t’as vu ça doit être ça

  16. Suzanne Pollet Le 25 juin 2017 - Répondre

    et pourquoi toujopurs les infirmières en causes ? Pourquoi ne pas vous attaquer aux IFSI ,il y a matière pourtant, avec les brimades, les non validations de stages non justifiées, prendre les étudiants pour des moins que rien …. trop dur de faire éclater les vrais scandales !!! je vous trouvent effrayants !!!

  17. Ghislaine Nisus Le 25 juin 2017 - Répondre

    Un avis ?
    Je soigne une patiente depuis plus de 10ans, elle est dépendante. Nous sommes 2 infirmières à intervenir alternativement auprès d’elle, son état se dégrade et elle est devenue trop lourde pour nous. De plus son mari est exécrable et passe son temps à nous critiquer dans le dos de chacune pour nous monter l’une contre l’autre. Avec le médecin traitant nous avons décidé de la mettre en HAD avec l’accord du mari. Mais lorsque l’HAD est Venue faire son évaluation il a refusé la prise en charge, que puis je faire?ma collègue et moi nous ne souhaitons plus continuer.

    • Geraldine Chaneac Le 26 juin 2017 - Répondre

      Je pense qu il ne faut pas se laisser faire: il avait accepte en amont donc non niet nada! Qu il se trouve d autres IDELs si il refuse le HAD. Ne vous laissez pas marcher dessus. Si il refuse, envoyez un recommande avec AR au patient, au medecin et a l ordre pour expliquer les raisons de la non continuite des soins. Et donnez une liste des IDELs du coin au patient. Vous aurez ainsi balise la fin de la PEC.

  18. Rémi Vassal Le 25 juin 2017 - Répondre

    Nous en parlons car les contrôles ne sont pas réalisés avec rigueur et sérieux par les CPAM leur objectif est juste de sanctionner dans une nomenclature peu claire voir nébuleuse ! Avant de faire de le répression il faut faire de la formation et de l information !!!….CQFD…

  19. Henri Lafranque Le 25 juin 2017 - Répondre

    Vous mélangez SSIAD et HAD. Ce n’est pas le même financement. Le SSIAD paye les IDEL en général et la collaboration est correcte du fait de la proximité. Mais quand le service HAD est loin des yeux du cœur et du portefeuille les IDEL ne sont bonnes qu’à faire ce que le service HAD ne peut ou veut pas faire alors le fait est que la Cpam ne veut payer qu’une fois mais le travail est pourtant fait donc gratis par les IDEL

  20. Hervé Mac Le 25 juin 2017 - Répondre

    En même temps facturer au Ssiad et remplir des feuilles de soins écrire au détail près tes cotations,finir par écrire ta somme en lettres et en chiffres tout ça a l ère du SCOR et en plus pour être payé tardivement
    Bref on n’a que ça a faire !!!
    Une grosse blague administrative !!!

    • Cédric Khadd Le 29 juin 2017 - Répondre

      Vous êtes des liberaux, non. Cela ne veut il pas dire que c’est à vous de gérer votre facturation ?
      Si vous ne pouvez pas le faire, faites appel à une société de facturarion.

    • Hervé Mac Le 29 juin 2017 - Répondre

      Cédric Khadd
      Déjà eu affaire à des sociétés de ce type ce qui m a coûté un redressement par la sécu donc non merci sans façon

  21. Pierre Thirion Le 25 juin 2017 - Répondre

    Nous sommes confrontés à un autre problème: le ssiad ne veut pas nous payer les indemnités de nuit prétextant un manque de budget. Que faire?

  22. Sylvie Vermelle Le 25 juin 2017 - Répondre

    Rien n’empêche les IDEL de prendre en charge les soins de nursing et les soins techniques. Les ssiad et les IDEL ne sont pas concurrents mais bien complémentaires et leur accord est soumis à une convention.

  23. Julien Jolly Le 25 juin 2017 - Répondre

    Rachid Guendouz!!

  24. Ghislaine Nisus vous pouvez faire un relai vers un autre cabinet libéral

  25. Vince Guilbaud Le 26 juin 2017 - Répondre

    Mdr c le ssiad le pb c pas les infirmiers

    • Ce sont les infirmiers qui ne facturent pas à la bonne personne, il est normal que la CPAM réclame leur du, c’était au Ssiad de payer les IDEL lorsqu’il y a prise en charge conjointe. Chez nous ça se passe très bien. Les caisses font des contrôles réguliers, il suffit de facturer au bon endroit et de travailler ensemble….

  26. Vince Guilbaud Le 26 juin 2017 - Répondre

    C pour quand qu’ on arrête de nous tapé dessus c nous les premiers en tord…. On a des syndicat ms quand je vois des merde comme ça je me demande vraiment qu’ elle sont leur poid. .. sont il vraiment compétent.. .. le jour où la CPAM arrête de nous faire chier et s en prend au réel pb. .. comme l had… les poules auront des dents

  27. Jackie Assemat Le 26 juin 2017 - Répondre

    Quel bordel…

  28. Tiffany Vibert Le 26 juin 2017 - Répondre

    Wafa Ben

  29. Mymy Dvl Le 26 juin 2017 - Répondre

    Lou Lou

  30. Sylvie Gruffeille Le 27 juin 2017 - Répondre

    C est ce qui m arrive

  31. Sandrine Lempin Le 27 juin 2017 - Répondre

    Oui c’est grave! C’est comme aux USA, on t’accuse et à toi de prouver après moultes démarches que tu es innocent… Honteux

  32. Josiane Hosselet Le 27 juin 2017 - Répondre

    Raz le bol

  33. Gregory Haudiquet Le 27 juin 2017 - Répondre

    Les HAD sont en train de nous voler notre boulot. De moins en moins de « gros » soins. Ça fait dix ans que ça dure et rien ne bouge. Dans dix ans, je ne vois pas notre avenir d’un bon oeil.
    Mais chacun dans notre coin, il n’y aura pas de solution. Comment un jeune diplômé en interim peut prendre correctement en charge un patient en soins palliatifs lourd????? C’est dangereux en plus.
    J’ai déjà communiqué là dessus avec ma CPAM mais ils ne peuvent rien y faire selon eux. C’est écoeurant.

    • Audrey Lerin Le 29 juin 2017 - Répondre

      Bonjour je travaille en had et je parle pour ma région en Moselle nous ne puquons rien aux idels au contraire nous travaillons en collaboration avec eux et eux mm apprécie que nous soyons en place. Nous leur laissons leurs soins qu’ ils avaient la seule que nous devons gérer c’est les prises de sang car elles doivent être envoyées au laboratoire de l’hôpital et souvent ce sont mm les idels qui les font contre rémunération bien sur et c’est nous qui les recuperont voilà je voulais le signaler ne mettez pas tous les had dans le m sac.

    • Gregory Haudiquet Le 29 juin 2017 - Répondre

      Ça ne se passe pas du tout comme ça chez nous. Je parle de mon expérience

  34. Nicole Bernard Le 27 juin 2017 - Répondre

    Isabelle Rouzé,Elise Loïck Sueur

  35. Lesage Vanessa

  36. Kler Ooy Le 28 juin 2017 - Répondre

    Ouais Ouais il te demande tjs des indus pour double facturation alors que les logiciels ne le permette pas c’est lors de la télétransmission que ds bug ! Persso il me demande tous les mois des indus vous avez facturé 2 pst !! Ba oui la patiente à 2 jambes cf l’ordo !!
    Meme si on passe voir un patient le matin il est hospitalisée l’après midi bien On n’a pas le droit de facturer car ç l’hôpital qui facture !!

  37. Isabel Zabou Le 28 juin 2017 - Répondre

    Anne Devienne Jennifer Carluer

  38. David Pecquery

  39. Sonia Paineau Le 29 juin 2017 - Répondre

    20 ans que ça dure…..

  40. Fati Fati Le 29 juin 2017 - Répondre

    La loi est pareil pour tous le monde mais effectivement je pense qu’il n y a pas que ça qui pose problème on parle pas d actions réels concernant nos conditions de travail qui se dégradent

  41. Bao Nguyen Le 29 juin 2017 - Répondre
  42. Alex Sandra Le 30 juin 2017 - Répondre

    Toujours la même rengaine…

  43. Charlene Guillaumond Alexandre Charre haaa ces factures d’infirmiers libéraux et leurs AMI fantaisistes…..

  44. Federico Angelo Le 30 juin 2017 - Répondre

    Pourquoi la CPAM ne s’interroge t’elle pas aussi sur l’argent qu’elle perd avec les HAD , pourquoi c’est le petit maillon de la chaîne le moins cher et le plus efficace qu’on veut mettre à bout ?
    Quelle lâcheté

  45. Cri Cri Le 4 juillet 2017 - Répondre

    Thierry Ladouce

  46. bien sur que l’on est sous tutelle de la CPAM mais on bosse sur prescription si il y en a parmi nous qui dérapent … ils sont rappelés à l’ordre cela représente une minorité … si un jour j’ai un souci dossier direct chez un avocat car avec une copine à moi ça a duré 3 ans le bordel il lui on maintenu le bec dans l’eau elle en dépression pour lui dire q finalement elle devait rien mais la sécu la convoquait régulièrement devant 4 ou 5 personnes … elle se sentait coupable , honteuse , humiliée ..

  47. Bernadette Herault Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Pour votre info elle réclame aussi au Ssiad ( ils sont logés à la même sauce 350000 euros dans ma ville ) j’ai la preuve, j’ai voté le montant à financer

Laisser un commentaire