Infirmières libérales ou hospitalières : la vocation s’émousse

Infirmières libérales ou hospitalières : la vocation s’émousse

Les étudiants et étudiantes infirmières sont moins nombreux en 2017 qu’en 2016. Mais au-delà des problématiques sur le numérus clausus, la baisse importante des candidatures peut poser question pour les infirmières libérales comme pour leurs consœurs hospitalières.

Le numerus clausus en IFSI, un premier quota pour les infirmières libérales de demain !

 

On l’oublie trop souvent, mais l’encadrement des infirmières et des infirmiers ne se constate pas qu’en ce qui concerne l’installation des infirmières libérales. Les zones sous-dotées ou sur-dotées interdisent ou facilitent le choix des candidates à la fonction d’infirmière libérale. Mais avant d’en arriver là, ces mêmes infirmières ont déjà dû franchir un obstacle quantitatif, à savoir le numerus clausus des élèves en Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Avant de pouvoir commencer ces 3 années d’études amenant vers la profession infirmière, les étudiantes et étudiants doivent non seulement réussir leur concours d’admission mais aussi compter sur des quotas favorables. C’est par un arrêté (Journal Officiel du 14 avril 2017), que le Ministère de la Santé a rendu public la baisse du nombre de place en IFSI, une baisse modeste (50 places de moins sur le plan national) mais une baisse quand même. Ainsi, les étudiants en 1ère année sont limités à 30.947 places.

Soulignons ici toute la difficulté de cette définition de quotas, puisque les conséquences de ces décisions ne seront visibles que dans 3 ans minimum. Si l’évolution démographique est bien connue, celle du système de santé l’est beaucoup moins. Mais ce numerus clausus ne doit pas masquer également la baisse des candidatures.

 

Infirmière libérale ou hospitalière, une vocation en voie de disparition ?

 

Directrice de l’Institut de formation en soins infirmiers de Sarreguemines (57), Mme Nathalie Bouring constate ainsi amèrement face aux journalistes du Républicain Lorrain « une baisse du recrutement d’environ 5 % ». Elle se réconforte en constatant que la baisse dans certains Instituts atteint les 40 %. Il faut dire, que les étudiants en 1ère année ne présentent pas toutes et tous le même profil. Des jeunes bacheliers côtoient des quadras en reconversion professionnelle. On peut alors légitimement se poser la question de l’utilité d’un numerus clausus, à une époque où la profession infirmière attire de moins en moins. Pour la directrice de l’IFSI de Sarreguemines, ce désintérêt s’explique « par des conditions de travail difficiles en milieu hospitalier. Le burn-out n’est pas rare parmi les infirmiers. La rémunération d’environ 1500 € au départ n’est pas, valorisante, eu égard aux responsabilités incombant aux infirmiers ». Devenir infirmière ne ferait donc plus rêver même si il faut souligner que certains jeunes arrivent à l’IFSI après l’obtention d’un baccalauréat professionnel Accompagnement, soins et services à la personne. Ces étudiants démontrent que la vocation précoce (à devenir infirmière) existe encore bel et bien même si elle est de moins en moins importante.

 

Les élèves de l’IFSI, les infirmières libérales de demain

 

Même si cette baisse des candidatures au concours d’infirmier n’est pas dramatique, elle pose néanmoins question. Le vieillissement de la population, avec toutes les conséquences induites, impliquera, dans les années à venir, des besoins plus importants. Qu’il s’agisse d’infirmières en milieu hospitalier ou encore d’infirmières libérales, les besoins en professionnels reconnus ne suivront pas la même courbe des candidatures. Il faudra donc bien trouver une solution pour garantir l’égalité d’accès aux soins, la continuité des soins et la qualité de ceux-ci.

On se souvient alors de plusieurs polémiques nées ces dernières semaines et ces derniers mois. Les infirmières européennes, autorisées à exercer en partie leur activité, l’arrivée progressive et discrète d’opérateurs privés dans le domaine de la santé (La Poste a eu à pâtir de l’irritation de certaines infirmières libérales). Est-ce la voie choisie pour pallier à cette baisse des vocations pour devenir infirmière libérale ou hospitalière ? On peut se poser la question même si rien ne le laisse présager.

 

Et vous, comment comprenez-vous et expliquez-vous cette baisse des vocations ? Est-ce une tendance de fond ou un phénomène temporaire selon vous ? Quelles solutions vous apparaissent comme étant les plus efficaces pour pallier à cette désaffection ?

 

 

 

By | 2018-04-12T15:14:40+00:00 17 septembre 2017|IDEL au quotidien|344 Comments

344 Commentaires

  1. Keys Martins Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Du nombre, des euros,et de la considération.

  2. Doriane Gaschet Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Métier qui nous donne a soigné ceux qui sont dans les besoins ……mais qui nous assassine a petit feux

  3. Jean-christophe Bastiani Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Etre payé à la hauteur des soins, administratif , encadrement ….

  4. Pierre Jonqueur Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Il n’y aura pas un regain d’élèves sans une augmentation des salaires et pour cela c’est à nous de négocier nos salaires..C’est ce que j’ai toujours fait jusqu’à présent..A vous de prendre le relais

  5. David Charmillon Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Il y a de quoi s’émousser lol
    De qui se moque t’on ?

  6. Deborah Deutsch Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Si seulement ça pouvait s’émousser, ça nous arrangerait y a une concurrence énorme, dans l’Aube, en libéral !!!

    • Bertrand Dehoux Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Comme en Normandie!!!

    • Joelle Capdeville Le 20 septembre 2017 - Répondre

      comme partoutc’est l’eldorado pour beaucoup ….helas

    • Caroline Pedurant Le 20 septembre 2017 - Répondre

      C est clair !!!

    • Deborah Deutsch Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Mais qu’est ce que c’est que cet article ? On ne manque plus d’infirmières depuis des années au contraire elles ont même du mal à trouver du travail après l’obtention de leur DE !!!
      Le nouveau DE ne vaut rien, on a fabriqué des infirmiers en masse, en rendant le DE très accessible, les nouveaux infirmiers sont hyper mal formés ! RIEN à voir avec le DE de mon époque, il a 15 ans !
      Au bout de 18 mois ils accèdent au libéral…
      C’est vraiment n’importe quoi…

    • Benoit Lgn Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Deborah Deutsch c’est vrai que pendant 3 ans on se tourne les pouces, on sort tous les soirs et apprends rien …

    • Deborah Deutsch Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Vous êtes mal formés ce n’est pas de votre faute ! C’est un constat général…

    • Lané Stésiste Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Laisse le zinc mdr Benoit Lgn

    • Benoit Lgn Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Deborah Deutsch la formation se fait aussi par les professionnels que l’on rencontre sur les terrains de stages … peut être qu’ une remise en question est nécessaire dans ce cas ?

    • Flo RS Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Deborah Deutsch moé on peut aussi dire que vous étiez mal formé il y a 15 ans quand on voit les façons de faire de certaines « professionnelles » qui savent mettre en avant leur 15 ou 20 ans d’expériences mais qui sont incapables de transmettre quoi que ce soit aux futurs pro si ce n’est leur frustration et leur dégout du boulot qu’elles exercent.. Et elles montrent meme beaucoup de jalousie quand tu leur explique que toi ton but c’est pas de t’enterrer dans le meme service toute ta carrière… Diplomé depuis un peu plus d’un an j’enchaine les interims et les cdd dans diverses structures (c’est que je veux faire jusqu’aux fameux 18 mois… c’est bien plus rémunérateur et beaucoup moins contraignant ) et je pense avoir vu plus de choses en ayant exercé dans une bonne vingtaine de structure (qui vont de l’ehpad au ssr en passant par les soins continus la cardiologie neurochir soins palia chir dig visceral thoracique medecine interne centre toxicomanie et j’en passe…) que certaines infirmieres qui campent un service et réduisent du coup leur compétences..
      c’est surtout un metier ou il faut etre curieux et interessé… c’est pas une histoire de formation mais plus de motivation. et je pense que la formation infirmiere elle est quotidienne et pas juste acquise par le billet d’un bout de papier qu’on ne m’a pas demandé une seule fois lors de mes divers entretiens

    • Olivier Sillas Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Mais alors Flo rs tu l’as mouché deborah deutsch ! Totalement solidaire avec vous les nouveaux formés! Je suis de l’ancien DE et j en ai vu passé dans mon cabinet des étudiants de la nouvelle réforme. Et bien mon constat est le suivant: aucune différence ! Si l’encadrement est bienveillant, enthousiaste sur la profession, les étudiants sont aussi efficaces que nous. Tu as tout mon soutien Flo

    • Deborah Deutsch Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Vous pouvez vous soutenir mais chez nous le constat est général ! On ne peut pas demander aux professionnels de former des étudiants alors que dans les structures ils sont déjà débordés enfin je dis ça je dis rien ! En même temps je savais que j’allais m’attirer les foudres en écrivant tout ça, mais j’assume…
      Je voudrais quand même dire que je suis diplômée depuis 15 ans et que ma motivation et l’amour pour mon travail sont tjs les mêmes !

    • C-h Di Vano Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Deborah Deutsch avant tu pouvais accéder au libéral des la sortie de l’école, et je parle en connaissance de cause ?

    • Deborah Deutsch Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Il y a bien longtemps alors !!!Avant il fallait 3 ans d’exercice en structure maintenant c’est 18 mois !

  7. Beatrice Vieites Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Conditions de travail qui se dégradent et salaire trop bas …. du coup,, le métier ne fait plus rêver

  8. Urssaf impots caisse de retraite et cpam..cela donne pas envie

  9. Aurélien Shake Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Ah bon je comprend pas

  10. Legall Sébastien Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Déjà, on ne dit pas « pallier à » mais pallier la désaffectation!!!!
    Pour la part IDEL, il y a manque de confiance dans la nouvelle génération de DE.
    Quotas de la secu en zone « surdotée » en fonction des critères de pourcentages de population qui ne sont pas parlants ni réels.
    Charges trop importantes. Indemnités retraites et maladies quasi nulles.
    Nouveaux DE trop gourmands niveau salarial.

    • Jérémy Payen Le 19 septembre 2017 - Répondre

      Hé oh! Sois indulgent un peu…déjà que nos chers journalistes ne savent pas écrire, tu vas quand même pas demander à un infirmier d’être allé à l’école… looool sinon moi pas avoir tout compris in this discussion but knowing that you are a clever person, i am sure you are right. Salute

    • Touvater Serge Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Les charges sont payées en fonction de ce que l’on gagne, tout est connu d’avance…. La maladie est prise en charge par des assurances privées, et crois moi ou pas elles paient très bien (avec des contrôles stricts, cad un arrêt pour un rhume ça ne marche pas)…

    • Nadège Débois Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Touvater Serge l idel ne s arrête pas pour un rhume! Ni pour … en fait l idel ne s arrête jamais! ??

    • Mamine Piqueuse Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Trouvater serge , les indemnités journalières des idel sont fonction de leurs cotisations aux assurances privées et viennent en complément de la carpimko. Alors petites cotisations, petites indemnités. Je suis arrêtée depuis quasiment 2 ans et je sais de quoi je parle. D’autre part, toujours prévoir 4 mois de trésorerie car les indemnités sont à terme échu.

    • Angelique Plasschaert Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Touvater Serge ah oui et tu sais combien on les paie les assurances privées ????
      Tu trouves ça normal alors qu on cotise déjà pour l URSSAF et les assurances privées ont des sacrés délais de carence jusqu’à 15 jours avant d être payer donc on va bosser avec 40 de fièvre, en vomissant…. on met un masque pour ne pas infecter nos patients

  11. Lore Serio Parahy Le 19 septembre 2017 - Répondre

    Trop mal rémunéré .avt dernier d Europe .à revoir

  12. Bertrand Dehoux Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Un mot: CHÔMAGE !!!!

  13. Li Loune Le 20 septembre 2017 - Répondre

    rhoooo ben c’est étonnant tiens, on gère les hôpitaux comme des entreprises type Renault (vous savez quand ils se jettaient tous par la fenêtre). Associée à une vétusté entretenue des locaux (3 ans que nous demandons à avoir une salle de bains sans moisissures). Un salaire comment dire…. Ah oui un mécanicien avec bac pro gagne plus que moi bac +3, non vraiment je comprends pas que ça vende pas du rêve

    • Fabrice Pumo Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Vous gagnez combien en brut ? Un mécano c’est 1400e brut!

    • Didier Hurabielle Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Guère plus le reste c de la prime.
      Et vous que faite vous quand un moteur serre par manque d’huile vous le remplacé ? Ben moi je présente mes condoléances à la famille.
      C’est vrai .c’est comparable. …bonne soirée et oui parce que je travaille aussi la nuit. Une sorte de fourrière mais pour les humains

    • Marinette Foucaute Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Et oui derrière les métiers de la santé, il y a de l’humain….

    • Li Loune Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Bon sur le salaire je me suis basée sur la comparaison de ma fiche de paye et celle de mon conjoint qui est mécanicien ferroviaire dans une société de transport d’Ile de France….. Et j’ai tenu compte dans ce calcul de son 13 eme mois et autres primes (j’ai fait de même avec ma paye) vous me direz calcul savant ? Que nenni, c’est celui de la banque pour calculer les remboursements de crédit….. voilà voilà. On se calme.

    • Celine Schierer Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Fabrice Pumo pour commencer 1450brut monsieur avec un bac+3 les 3 Huit et surtout la vie des gens en mains plus l’agressivité des patients / famille , le violence physique envers les soignants oui oui violence physique et agressions que les médias relates jamais enfin bon un métiers de rêves quoi sans compter les crachats, les vomissements, les urines le caca et j’en passe alors veuillez m’excuser mais je crois que la comparaison et vite faite , Ah oui au fait on taf aussi pratiquement tous les wk et jours fériés sans compter le retour réguliers sur non repos pour vous soigner car nous ne sommes pas en nombre, mais ayant un doigts ouverts par un de vous outils en travaillant on nous fait revenir sur notre unique repos depuis 15 jours de travail pour sauver votre main

    • Maëlla le Roux Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Et sans parler des risques que nous prenons pour notre santé et celle de notre famille (je pense notamment aux patients en isolement car contagieux)

    • Didier Hurabielle Une «  »maison de retraite » » ?

    • Ki Koo Le 25 septembre 2017 - Répondre

      Fabrice Pumo pour ma part 1450 euros nets avec 10 ans d’ancienneté

    • Reid Newman Le 25 septembre 2017 - Répondre

      Fabrice Pumo Ferme ta gueule trou de balle

    • Florence Madaule Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Pour ma part, infirmière de bloc depuis plus de 23 ans et mon salaire est de 1950 € avec les gardes week-end, jours fériés, sans compter les jours de travail à rallonges car pas assez de personnel et ne parlons pas de récupérer les heures supplémentaires car sachez qu elles ne nous sont pas payés…!! J ai fini une année avec près de 300 heures supplémentaires !!! Nous n avons pas des légumes ou des fruits dans les mains mais des vies humaines… Alors permettez moi de sourire devant vos propos

    • Ophelie Moreau Le 26 septembre 2017 - Répondre

      d’accord avec Li Loune, même un boucher se fait plus que moi. Oui marre de cette gestion où on oublie nos patients, résidents, car c’est eux qui en compatissent!!!!!

  14. Joselyne LE Vally Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Comprends pas les écoles ont multiplié par X X X ,les élèves aussi, tout le monde monde veut être infirmier mais faut pas qu’il rêve vu le nombre les salaires sont à la baisse, normal, il y a le choix. J oubliais un infirmier n est pas medecin donc il ne faut faut pas qu’il pense avoir un salaire de medecin. Je crois qu actuellement même un agent voudrait un salaire de ministre

    • Olivia Keyne Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Le coût de la vie augmente, la formation infirmière est passé en grade licence, l’hôpital nous demande de faire plus avec moins de personnel, donc oui ils devraient revoir les salaires à la hausse, on aime notre métier mais on va pas travailler pour la gloire non plus ?

    • Sylvie Marescaux Haeck Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Une infirmière qui démarre à 1500e et encore, 2we inclus et les responsabilités avec….faut pas abuser. 1 nuit avec prime de 10e la nuit…. comment dire….

    • Aurelie Bily Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Ah 1500 t sympa moi j ai démarré à 1300 dans le privé c honteux

    • Elodie Cassyopée Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Merci, cela fait plaisir, des personnes, qui comme vous, soutiennent notre profession. Je vous souhaite, de ne jamais avoir besoin de nous… vue l’immense considération que vous avez pour nous ?

    • Romano Lucie Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Nous ne sommes pas médecins mais la charge et la fatigue est tellement grande parfois que c’est démotivant quand tu vois ce que tu reçois en fin de mois …

    • Sylvie Marescaux Haeck Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Elodie Cassyopée vous parlez pour qui??

    • Joselyne LE Vally Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Pour les salaires, dans les hôpitaux c’est budgétaire. Dans le privé c’est selon la convention.

    • Sabryna Sava-Lopez Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Je viens de reprendre après un congrès parental quand j’ai vu les taux horaires oh la crise ! Et je ne suis qu’en horaire de nuit pour la maudite prime de 10€ de plus waouh pas vraiment étonnant ! Sans compte le fonctionnement nouveau des IFSI …

  15. NAt Acha Le 20 septembre 2017 - Répondre

    « crise de vocations »…. Et bien perso moi j’adore mon métier et je vois tellement d’infirmiers qui le critiquent, qui évoquent toujours les points négatifs et tellement peu les moments positifs que ça ne m’étonne pas !!! Alors oui il y a des choses à améliorer mais pour ça il faut aussi se bouger tous ensemble et montrer ce que l’on est, ce que l’on vaut nous les ides et as….
    Enfin serieusement je suis infirmière depuis 12 ans et je ne changerai pas de boulot d’ici peu car pour moi c’est un métier qui me plaît, qui me fait du bien et j’espère que les jeunes avec qui je parle ressentent aussi cette passion tout en sachant que tout n’est pas rose bien sûr !

    • Genevieve Beauvais Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Ah …tout de meme

    • Didier Hurabielle Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Je cherchais l’avocate du diable. …Je l’ai trouvé. YES

    • Rbt Anne Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Contente de voir qq1 ki aime sont métier. Mais des fois on ne voit plus le positif….

    • Rivier Severine Le 23 septembre 2017 - Répondre

      On peut adorer son métier tout en étant lucide sur tous les inconvénients de ce dernier.
      En 10 ans, j’ai vu les conditions de travail se détériorer.
      Moi je le kiff mon métier, c’est la rentabilité que je kiff moins.

    • Isabelle Couchet Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Ne vient surtout pas ds le Publique Natacha et garde tes très bons moments avec tes sympathiques patients . Pour nous c’est de pire en pire , des pions rien de plus ??

  16. Kamel Benabid Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Des salaires décents ?

  17. Mïmie Lewandowski Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Arrêtez de parler de « vocation » , ce ne sont plus des bonnes sœurs qui soignent mais des professionnels qui font un choix « professionnel » … Comment voulez vous que le regard de la société et de nos gouvernants change sur notre profession, si vous parlez encore de « vocations » ? Est qu’on parle de la vocation d’un garagiste ou d’un agriculteur ou même d’un ministre ? SVP , parlez de choix professionnel comme pour les autres filières, merci …

    • Christop Roma Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Pointless le commentaire ?

    • Mylène Doussot Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Merci ! Mais on aime le terme de vocation, tout simplement parce qu’il justifie les conditions de travails qui sont exécrables. Sauf qu’être payer comme une merde, traiter comme une merde et travailler comme une dingue n’a rien d’une vocation, c’est inadmissible

    • Mïmie Lewandowski Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Au sens étymologique, la vocation est un appel (latin vocare, appeler). Il a longtemps désigné l’appel à s’engager dans une vie religieuse (prêtrise, vie monacale, etc.). Le concept s’enracine dans la Bible et est corrélatif au thème de l’écoute. Aujourd’hui ce mot est utilisé dans un sens plus large pour désigner l’appel que peuvent ressentir des personnes à une mission particulière : humanitaire, professionnelle, spirituelle, scientifique, etc …

    • Mïmie Lewandowski Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Sinon, je n’ai pas bien compris vos arguments … ?

    • Isabelle le Touzic Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Sauf que pour avoir été face à une directrice d’hôpital, elle nous prends encore pour des bonnes sœur !!!! Elle me l’a dit clairement bien dans les yeux! Lorsque je lui ai dit, les infirmières n’ont plus les cornettes!
      Alors t’inquiète ils comptent Bien encore là dessus !!!pour mieux nous la mettre…! Et ça me gonfle!!!

    • Colin Faisandier Le 21 septembre 2017 - Répondre

      On est daccord ce n’est pas seulement une vocation mais un choix, mais la ou vous faites erreur c’est que pour être épanouie dans un métier et en plus bien le pratiquer il faut l’aimer et donc avoir une vocation, il n’y a pas de sous métiers des gens de 15 ans sont capables de réparer des voiture de formule 1 donc bien sûr que mécano peut être une vocation! Lire idriss Aberkane « libérez votre cerveau »ne vous ferez aucun mal…

    • Maxime Le Gall Le 23 septembre 2017 - Répondre

      C’est bien bravo alors ne vous étonnez pas de la hausse du taux de suicides chez les soignants en souffrance au travail
      Et la cause c’est ça cette vieille idée que l’on fait ce métier par vocation que l’on doit tout accepter car notre métier est notre mission notre passion on le fait par plaisir donc même si c’est mal payé c’est pas grave le sourire des patients me suffit
      Et c’est comme ça qu’on tombe en burn out car on manque de reconnaissance que l’on est pris pour des larbins
      Il faut bannir ce mot vocation sans ça cela n’évoluera pas

    • Colin Faisandier Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Maxime Le Gall tu fais ce métier parce que tes valeurs se rapprochent des missions premières de ce métier alors Oui vocation n’a pas tout son sens et on né pas pour être infirmier ou soignant en général mais pour autant je sais que ce métier je l’aime meme si j’en chie toutes les nuits alors Oui je voulais faire ce métier mais rien que le fait de l’exercer je pense qu’il faut avoir un semblant de vocation quand je vois tous ce que l’on subit au quotidien mais la question est pas la, aucun ministre, aucun président, aucun directeur d’hôpital et meme des soins n’est capable de se mettre à notre place et de voir la réalité quotidienne des soins, des services et des budgets qui les régissent parce que l’on est dans un business et pas dans de l’humain! Il est la le probleme et pas juste vocation ou pas vocation!

    • Un choix professionnel émanant d’une vocation ! Si il n’y a pas un minimum de vocation comment voulez vous etres dans l’empathie ?

    • Alexis Soliveaux Le 25 septembre 2017 - Répondre

      Parce qu’il faut nécessairement être soignant pour avoir de l’empathie ? L’empathie est un prerequis…

    • Maxime Le Gall Le 25 septembre 2017 - Répondre

      Je ne suis pas d’accord avec l’utilisation du mot vocation il est à bannir
      Ce dont vous parlez Colin Faisandier c’est de professionnalisme et pour ça c’est nécessaire dans n’importe quel métier
      Pkoi notre métier devrais être si différent des autres ?
      Le manque de moyens est en effet un problème
      Mais pour moi c’est d’abord l’infirmière qui doit changer sa façon de penser
      Nous nous tirons une balle à se plier en 4 et à vouloir toujours améliorer nos prises en charge au détriment de notre propre santé
      Et ne vous inquiétez pas les directeurs d’établissement et les instances le savent que nous sommes une profession docile et dévouée au patient
      Ils en profitent et c’est pour cela qu’ils ne mettent pas de moyen car le boulot sera fait
      On les fera les heures supplémentaires, on va revenir sur nos repos, on va accepter les 1500 euros à la fin du mois …
      Pkoi ne pas réfléchir comme tous les salariés qui quand on les deconsiderent finissent par ne plus s’investir

    • Alexis Soliveaux non ce n’est pas ce que j’ai dis. Je dis que dans cette profession l’empathie est OBLIGATOIRE.

    • Maxime Le Gall on ne dit pas qu’on doit tout accepter. On dit juste qu’il faut aimer son métier pour le faire correctement

    • Maxime Le Gall Le 25 septembre 2017 - Répondre

      Mais vous confondez tout
      L’empathie n’est pas propre à notre profession et en plus elle s’apprend ce n’est pas inné.
      Vous navez jamais connu des ide sans empathie ? y en a qui ne savent même pas ce que cela veut dire et d’ailleurs ce sont souvent celles qui disent que infirmière c’est leur vocation
      Perso mon garagiste a de l’empathie plus que beaucoup de soignants

    • Gaëlle Germond Behal Le 25 septembre 2017 - Répondre

      Maxime Le Gall je suis désolée mais je ne me vois pas me désinvestir pour que les patients en subissent les conséquences, c’est non!!! Et c’est sûr que les dirigeants jouent sur ça!!!!?

    • Sandrine Cordier Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Je crois tout de même qu’ il faut un peu de  » vocation »c’ est à dire aimer ce job, le contact avec les patients, piquer, sonder etc…si tu fais ça de manière mecanique, désolée mais au bout d’ un moment tu fais du boulot de  » merde » , sans empathie, sans chaleur humaine. Alors soit, je ne suis pas une bonne soeur et je n’ ai pas eu la  » vocation » dès le berceau mais je pense qu’ il faut tout de même des  » affinites » avec ce metier. En outre les postes sont trop variés pour pouvoir être compares…là psy? Non merci!

    • Maxime Le Gall Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Bien sûr qu’il faut aimer ce métier, de toute façon personne ne nous force à le faire
      Mais je répète ce que vous décrivez c’est du professionnalisme
      Après les ide ne sont pas les « champions » de la chaleur humaine et de l’empathie
      Les commerciaux font preuves d’empathie il l apprennent à l’école
      Et vous parlez de la psy mais je pense que c’est le secteur où l’empathie est la plus ancrée dans le soin

  18. Virginie Theret Le 20 septembre 2017 - Répondre

    L expliquer ?!!!! La blague du jour !! Peut être nos conditions de travail, nos salaires, nos prises en considération oubliees et manque de reconnaissance, la nouvelle réforme….

    • Benoît Dufonteny Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Tout à fait d’accord. De plus, l’imbuvable concours d’entrée, les frais cachés d’inscription, les conditions spartiates des études et du travail, les protocoles qui réfléchissent à la place de linfirmier, les irrationnelles tâches qui incombent aux infirmier(e)s alors que des formations et métiers existent pour soulager la pieuvre ou Shiva que nous sommes au quotidien…
      Pour quelle considération ???

    • Muriel Matifas Le 22 septembre 2017 - Répondre

      exactement !!!!..

    • Marie Noelle Charles Le 22 septembre 2017 - Répondre

      Très bien résumé. Je me surprend à n p encourager des jeunes à prendre cette filaire et pour tout j aime mon métier mais c est tout ce qui va autour qui me degoute

    • Mélanie Grondin Le 22 septembre 2017 - Répondre

      Je suis d accord avec toi Marie Noelle Charles… je viens d arreter le liberal et je me demande si je continue ds cette voie ou si je fais tt a fait autre chose …

    • Lili ArnLabat Le 24 septembre 2017 - Répondre

      faut arrêter avec la nouvelle réforme c’est pas ce qui fait que les jeunes n’ont plus envie de s’investir corps et âme dans ce métier ! C’est tout le reste …

    • Lamia Ben's Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Mélanie Grondin sans été indiscrète, pourquoi arrêter en libéral ? Pourtant vous gérez votre temps comme vous voulez.

    • Mkl Dhl Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Je crois que tout est dit!!!

  19. Christophe Morand Le 20 septembre 2017 - Répondre

    On ne doit surement pas être près de manquer d’infirmières en France vu comme elles sont traitées…

  20. Pierre Gay Le 20 septembre 2017 - Répondre

    En Rhône Alpes c est l inverse il y a trop d Ide sur le marché du travail et bcp d Ide font aide soignante en attendant de trouver un job Ide

  21. Marion Ibt Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Je suis Esi et des projets plein la tête..

  22. Christine Delsarte Herbin Le 20 septembre 2017 - Répondre

    La question ne se pose même pas : salaire, conditions de travail, reconnaissance.
    Je suis IDEC et je peux vous dire qu’il fait les motiver les professionnels. Heureusement que l’on aime notre métier

  23. Fatima Brengues Le 20 septembre 2017 - Répondre

    L’hôpital et le monde medical s’éloigne un peu plus chaque jour de sa fonction première : soigner, prendre soin … Avec des valeurs humaines et sociales la vocation d’infirmière y trouvait sa place comme bien d’autres professionnels. Il faudrait mettre bas le management par les procédures et changer notre modèle d’évaluation de la qualité …

    • Rbt Anne Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Mais la question est comment prendre soin des autre si nous même on est mal ?

    • Fatima Brengues Le 21 septembre 2017 - Répondre

      On ne peut pas faire bien notre métier si on est maltraité. On a besoin d’être bien dans ce que l’on fait. Le salaire n’est pas la seule motivation. Le modèle de management est à côté de la plaque. On ne fait pas de la qualité … Pour soigner dans de bonnes conditions on a aussi besoin d’être encadré dans ce sens.

    • Rbt Anne Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Oui je suis tout à fait d’accord avec vous…. On n’est pas du tout valorisé et reconnu… Le bien être au travail voilà un thème à travailler….

    • Fatima Brengues Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Un thème qui ne peut être amené « sur la place publique » que par les travailleurs eux même ?

  24. Cynthia Dessenne Blocq Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Regarde Manon Dessenne

  25. Touvater Serge Le 20 septembre 2017 - Répondre

    27 ans que j’y suis en libéral et vous savez quoi? Ben vivement la retraite, et je n’attendrai pas 67 ans pour quitter ce boulot de merde…

    • Sakina Hassani Soumare Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Heu pas d accord Serge pour les assurances privée si tu as une maladie chronique ta pathologie peut être exclu de ton contrat
      Ce qui veut dire que si ta maladie évoluait ce qui t empêcherait de travailler sache qu’ il te faudra soit des économies ou inventé une maladie psy

    • Touvater Serge Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Oui dans la mesure ou elle était connue avant de signer ton contrat. J’en ai une et je l’ai déclarée, on ne m’a pas exclus

    • Valerie Lenoble Le 22 septembre 2017 - Répondre

      Sakina Hassani Soumare…???

    • Sakina Hassani Soumare Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Pour ma part exclu d’une spondylarthrite ankylosante donc j ai bcp plus de malchance de m arrêter pr ca

  26. Rachel Rondeau Le 20 septembre 2017 - Répondre

    C est faux car en Ardèche il y a trop d infirmières salariées, libérales. Meme les nouvelles diplômées ne trouvent pas de boulot ! Je viens de galérer un an nous avons été obligés de déménager

  27. Muriel Parra Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Peut être que si on traitait mieux cette profession , ça donnerait plus envie …

  28. Roxane Hengeveld Le 20 septembre 2017 - Répondre

    William Kiwy tu veux expliquer Pourquoi il y a de moins en moins d’infirmiers?!
    Moi j’en rajouterai une couche après

  29. Christelle Peigne-loaec Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Lorsque l’hôpital est géré et dirigé par des hommes d’affaires, comme une boite qui doit rapporter , lorsque l’on arrêtera de tirer à boulets rouges sur les idel( indus , charges exorbitantes,)lorsqu’elle auront toute la reconnaissance qu’elles méritent, lorsque l’humain reviendra au centre des préoccupations de notre ministère, lorsque les gens arrêteront de penser que tout leur est dû, il y aura à nouveau des candidats. En attendant, personnellement, j’ai arrêté les frais. Ma collègue idel vient de partir en retraite et elle doit composer avec un tiers de ses revenus habituels . Merci la Carpimko!

    • Melanie Mroczkowski Le 20 septembre 2017 - Répondre

      Lorsque le salaire sera a la hauteur des risques professionnels , au horaires de travail, a l engagement
      Peux être et je dis bien peut-être les vocations reviendront

  30. Anne France Gaspard Le 20 septembre 2017 - Répondre

    C’est pas un pbm de vocation c’est un pbm de manque de poste et des conditions de travail de plus en plus difficiles !!! Combien de jeunes diplômés sortent de l’école et non pas de travail ou du précaire… combien en liste d’attente pr s’installer en libéral… et maintenant on nous dit que les IDEL coûtent trop cher alors qu’on est sensé développer les soins à domicile et les hospitalisations à domicile….

    • Vous avez tout à fait raison

    • Patrick Malinski Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Les idel coutent beaucoup moins cher que les had 5 a 6 fous moins ) , des chiffres sont sortis , des dossiers déposés a la Cpam . Qu’attendent nos syndicats pour donner tout cela aux medias!!?arretons aussi de doner le baton pour sd faire battre . Certaines idel collaborent avec les had en prenant les soins que ces derniers ne peuvent pas faire , faute de personnel. Il serait bien aussi que certaines idel cessent de trier les soins . Il serait egalement bon d’avoir un ordre puissant , mais comment esperer avoir un ordre dans la profession du desordre . Amis hospitaliers au risque de deplaire a vos collegues representant les syndicats classiques qui pendant que vous bossez sont en represantation syndicale , adherez a des mouvements plus corporatistes et non pas uniquement politique , unis nous ferons peur et nous aurons plus de poids , sachez un matin confier les chariots de soins a grands amis docteurs , votre directeur ne mettra pas longtemps a savoir qui fait tourner la maison , meme si c’est interessant , refusez de faire des actes qui sont plus medicaux que paramedicaux . Et enfin dans les ifsi , si seulement l’ambiance pouvait etre moins scolaire !

  31. Karen Peureux Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Il faudrait une solution autre que le financement de l’établissement pour pouvoir partir à l’IFSI… les établissements n’ont pas forcément besoin de nouvelle inf. Donc ne finance pas…c’est me parcours du combattant.. .

  32. Margot Dumot Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Moi je l’explique comme telle : quand on voit que l’ordre des infirmiers 06 mettent plus de 3mois pour délivrer une autorisation de remplacement !! Je l’attend toujours depuis le mois de juin alors que je devrais prendre un remplacement au 1er août et je suis toujours au chômage !!! J’ai honte de notre profession ( ide depuis 33 ans) de ce qu’elle est devenue !!!
    Auparavant la DSDS délivrait une autorisation dans les minutes qui suivaient la demande !!! Trouvez l’erreur !!!

  33. Sèb L-g Le 20 septembre 2017 - Répondre

    nous laissez faire nos études dans des conditions humaines serait déja un bon début !

  34. Patricia Lejuez Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Bonjoyr en septembre j ai rencontre une jeune infirmiere anesthesiste qui exerce a lausane
    Les hopitaux sont repreis pzr frs chefs d entreprises et doivent être rentables
    Elle est chronometree a l endormissement et au reveil du patient!!!!!!

    • Arnaud Vaillant Le 24 septembre 2017 - Répondre

      C’est déjà presque le cas en France vite endormi , vite réveillé, pour enchaîner la prochaine intervention , qui elle peut durer plus longtemps que prévue cela ne pose pas de problème … c’est la machine hospitalière

  35. L'ange Castiel Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Les conditions de travail son dur pour les soignants manque de personnel manque de valorisation
    Le salaire ne suis pas
    Il est vrai que dans les centres hospitalier hepad ou domicile cela reste une vrai usine
    Qui en pâti les personnes qui doivent être mieux prise en charge dans tous les domaines

  36. Trop mal payé

  37. Marine Yechou Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Pourtant j’ai l’impression qu’on est de plus en plus nombreuses

  38. Doro Marb Le 20 septembre 2017 - Répondre

    infirmière : 3 ans d études pour un bac+2, la non reconnaissance de notre travail, un salaire horaire en dessous du SMIC, des charges à n en plus finir……. une profession merveilleuse

  39. Romano Lucie Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Augmenter les salaires ?

  40. Olivia Olive Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Nous manquons pas d’IDE en France depuis la dernière réforme …

  41. Tara Javra Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Les conditions de travail, le manque de reconnaissance, le flicage incessant de la cpam, un ordre infirmier absent. …Je continue ?…

  42. Barbara Ciccone Le 20 septembre 2017 - Répondre

    conditions de travail, manque de reconnaissance, salaire de merde, boniches des chirurgiens, risquer le pénal en administrant dobutamine, noradrénaline , morphine et j’ en passe avec prescription par téléphone, anesthésistes qui se déplacent pas la nuit ou qui ne répondent pas au tel alors que ton patient est à 2 doigts de clamser, collègues absentes pas remplacées , et j en passe et des meilleures??? encore d autres explications? et j adore mon boulot mais pour bien gagner ma vie je fais 200h par mois de nuit, hâte de me mettre libérale pour ne pas devenir un vampire et pas gagner des clopinettes à me ruiner la santé!

    • Michael Langlois Le 20 septembre 2017 - Répondre

      hâte de te mettre en libéral.???..tu vas déchanter..cest la merde..differente certes …mais la merde

    • Barbara Ciccone Le 20 septembre 2017 - Répondre

      je sais mais en remplaçante et je continuerai les vac en chirurgie. mais là je sature. et aucune de mes collègues libérales sur la côte d ‘azur ne se plaint, au contraire libérées et qualité de vie au top, pour rien au monde elles ne retourneraient en service pour se faire traiter comme de la merde

    • Pauline Miennee Le 22 septembre 2017 - Répondre

      Ah ça… Le Liberal ce n’est pas le paradis…

    • Barbara Ciccone Le 22 septembre 2017 - Répondre

      jamais dit le contraire mais faire les 2 c est pas mal aussi

  43. Mathilde Melnyk Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Le salaire par rapport aux responsabilités, la reconnaissance de notre travail… voilà les deux raisons principales !

  44. Nicole Bernard Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Isabelle Rouzé,Elise Loïck Sueur,Francelise Demea

  45. Peypa John Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Cette vague de suicide il y a quelques temps et encore aujourd’hui est déjà une bonne explication. Les medias et l’état s’y pencheraient déjà ça serait un bon depart. Pas de professionnels de santé, l’état français se trouverait dans la merde. Nous sommes juste des vaches à lait et des moutons

  46. Sébastien Lebris Le 20 septembre 2017 - Répondre

    A cause du chômage infirmier !

  47. Manon Sierra Le 20 septembre 2017 - Répondre

    C’est étonnant vu le nombre de non admis aux concours d’entrée …
    Allez allez , on nous bourre encore le crâne avec des conneries

  48. Michaëlle Goffêtre Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Nous RESPECTER tout simplement.

  49. Marie Eleonore Gil-Elo Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Les infirmièrs gagnent une misère malgrés 3 ans d études et les responsabilités qu’ ils ont

  50. Julie Berlingo Simpson Le 20 septembre 2017 - Répondre

    A refaire je n aurai pas fait ce metier
    Le manque de reconnaissance a eu raison de ma motivatiob

  51. Mik Dupont Le 20 septembre 2017 - Répondre

    baisse de vocation!!!!.???? Ca m’étonnerait, chaque année il y a parfois, selon les écoles, 5000 candidats pour 150 places. Non ça n’est pas les candidats qu’il manque mais par contre il y a de moins en moins de place dans les écoles. C’est une volonté politique et non un désintéressement des candidats. Vous mélangez tout Albus!

  52. Riani Corinne Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Allicsirp Ngtm

  53. Richard Hipster Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Salaire condition de travail

  54. Genevieve Beauvais Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Il ne faut pas exagérer trop mal payée?alors il faut faire TRADER une vocation ne se base pas sur l amour du fric mais sur l intérêt porte a sa profession ….du moins me semblait il!!!!
    Mais pour avoir connu l hôpital gens ces dernières années comme patiente cette fois j ai pu goûté au manque d intérêt au manque de compétences et au manque d humanité. ..!!!!quand j ai commencé les études je ne gagnais que très très peu la revalorisation est venue après…et j avais pourtant un niveau universitaire avant d entrer…je crois les gens veulent recevoir (general)plus que donner donc ce métier n a plus d attrait!!!!de plus cela nécessite une bonne Santé quand je vois dans les bus et métros les jeunes affamés sur les bancs !!!!je pense qu’ ils ne sont pas en Sante

    • Mylène Doussot Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Difficile d’être humain lorsque vous avez aucune sécurité d’emplois ( vous avez connus les CDD à signer tous les mois pendant au moins 3 ans avant de pouvoir espérer un CDI ?). Quand la vie est de plus en plus chère mais qu’on vous paye à coup de lance pierre ? De n’avoir aucune heures sup payées ? Se lever à 5h et rentrer à 20 ? Travailler dimanche et jours fériés ? De jour comme de nuit ?

      Quand vos supérieur ne vous parlent que pour vous descendre ? Quand les patients pensent que tout leur ai du et qu’ils peuvent vous traiter de putes à leur bon vouloir ?

      Quand vous bosser dans des locaux vétustes avec deux draps pour tout un service ? Quand en plus des patients ils faut gérer l’égo des chirurgiens et des internes ?

      Quand les équipes deviennent plus proche de la cour de récré que de soignants ?

      Je dois encore développer ? Non mais ça doit être ces jeunes d’aujourd’hui qui veulent rien donner et tout avoir gratis. 27 ans, 3 ans de DE et j’ai déjà fais un burn out (remplacement de deux postes, 65h en une semaine) en plus d’une équipe qui me trouvais trop « apprêtée pour ma fonction »….

    • Genevieve Beauvais Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Vous pensez Mylène Doussot m apprendre une situation v que j ai vécu bien avant vous je n ai jamais prétendu que notre métier était facile certes il ne l est pas !!!mais j ai vu les soins se dégradés le nombrilisme professionnel se développer…et croyez que j en souffre et je sais de quoi je parle 45heure a l époque de service de nuit avec des post il toute la nuit à assumer seule avec une aisé soignante (2unités donc40lits)pas le temps de se taper un Burn out car un bébé a élever seule!!!!oui je connais les difficultés. ..
      C est pourquoi il faut en être conscient avant de choisir cette voie qui ne laisse hélas placé à aucune fragilité ..et c est sur l argument fric…que j ai tique

    • Genevieve Beauvais Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Et je précise que je suis restée humaine avec mespatients

  55. Hanna Hiss Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Autre question debile
    Arrêtons de faire débats sur des faits qui traînent depuis bien trop longtemps et agissons enfin

  56. Christine Pelle Lefebvre Le 20 septembre 2017 - Répondre

    les hôpitaux sont des usines et y a un manque de personnel je préfére mes infirmières a domicile

  57. Ange Bacci Le 20 septembre 2017 - Répondre

    normal le concours d’entrée est de plus en plus dur.c’est presque le meme niveau que medecine et ensuite on les presse comme des citrons.

    • Mylène Doussot Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Non. Juste NON. Même niveau que médecine ? Faut pas pousser quand même. Trois textes et des tests psy c’est pas non plus l’épreuve du siècle.

    • Ange Bacci Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Mylène Doussot a Ajaccio oui et j’en parle en connaissance de cause !!

  58. Anna Cannavacciuolo Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Salaire de misère avec des conditions proches de l’esclavage
    Irrespect des vieux en lien avec la maltraitance institutionnelle envers les soignants
    Bref un job à fuir….

  59. Cécile Sabourin Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Oui et en tout cas pour ma part la région du nord trop.de sortants diplômés pour pas d’embauche

  60. Annemarie Rzepka Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Moi de même !!!!!

  61. Nicolas Roncevic Le 20 septembre 2017 - Répondre

    C’est vrai que notre métier fait rêver: des suicides à la pelles, des burn out en veux tu en voilà, des conditions de travail déplorables, un salaire qui frise le ridicule au vu des responsabilités, travailler les fériés, les week-ends, la nuit … et on peut continuer comme ça longtemps !! Bon entre tout ça t’as droit à un petit merci de temps en temps. Les étudiants sont moins nombreux et les résultats vers chez moi sont catastrophiques (40 recalés sur 110, une erreur ou des erreurs de casting, allé savoir).

  62. Alain Astier Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Macron continue la politique des anciens gouvernement et en PIRE il supime des emplois la ou il faut en créé jusqu’à l’erreur médical il vont embauché des gens qui ne metisse pas la langue J’ai été voir une ORL c’est une R-u-a-E. pour des polypes dans le NEZ elle ma donner un TRUC pour me gargariser la GORGE
    Bonjour les dégâts
    Il veut nous achevé avant l’âge pour pas que on et droit à la RETRAITE

  63. Melissa Gadeyne Le 20 septembre 2017 - Répondre

    dans notre region, les nouvelles diplomées sont au chomage, donc la baisse des inscriptions serait plutôt logique…

  64. Muriel Carné-Guérard Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Ils doivent mieux nous payer et moins nous faire chier

    Ingrid Clindoux

  65. Fabrice Fracalossi Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Tu parles les jeunes DE ne trouvent pas de travail, et n’importes quelles études supérieures te permettent de gagner mieux. Là vocation a bon dos mais y a de moins en moins de mere Thérèsa…

    • Veronique Zech Le 22 septembre 2017 - Répondre

      Vous me faites peur avec vos commentaires !
      Je suis maman d’un petit garçon de 3 ans .. avec une maladie grave j’ai mis 2 ans à trouver des infirmières qui se sentaient concernées ..
      c est hallucinant de s’entendre refuser un patient car il prend trop de temps et ne rapporte pas assez !
      C’est moi qui fait les soins et je les ai appris à l’hôpital alors que ce n’est pas mon métier et je comprends !
      Vos conditions sont parfois difficiles, certes …
      Mais pitié pour les patients , choisissez ce métier pour penser aux autres aussi !
      Merci pour eux

    • Céline Thierry Le 22 septembre 2017 - Répondre

      Une infirmière ne peut pas tout. C est à vous patient de manifester et de voter en conséquence. Votre situation est bien triste mais croyez,bien que les infirmières qui disent non ne le font pas de bon coeur.

  66. Rose Cdnp Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Pas du tout étonnée !!!

  67. Edouard Gioanetti Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Tu passes juste un bac pro et tu gagnes plus qu’une ide qui devra travailler dimanche jours fériés, tot me matin et ou tard le soir….en bref j’aurais du faire un bac pro…..

    • Fabienne Gervais Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Vous blaguez là ?
      Je suis IDE aussi… mais s’il vous plait… J’ai longtemps travaillé dans la formation en lycée pro… A vous lire ça y est facile et dévalorisant…
      Bref là on dévie du sujet…..
      Ce n’est pas un problème de bac ou de bac Pro… Mais davantage une interrogation face à la reconnaissance des responsabilités ne pensez vous pas ??? !!!
      Avec un bac général + 3 et donc un niveau licence… le sens du discernement devrait être au rendez vous pour ne pas tout mélanger… Que vient faire le bac « Pro » la dedans ?
      Ouvrez vos esprits… Interrogez vous sur les bonnes questions pour les faire émerger et qu’elles deviennent de VRAIS sujets sociétaux… N’oubliez pas que IDE et jugement de valeurs… ce n’est pas compatible !!!

    • Edouard Gioanetti Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Vous interpretez ou vous méprenez sur ce que je viens de dire….. pour moi les bac pro et autres ne sont faciles ni dévalorisants… je dis juste qu’il existe un grand nombre de travails avec un niveau d’étude peu élevé(le bac pro en est un des exemples) des horaires cools, pas de taf dim et jf , pas de tres grosses responsabilités, pas la galère(ou beaucoup moins) de revenir sur ses repos pour remplacer une collegue malade ; pas de difficulté a trouver une nourrice pour les enfants quand on termine pas a 22h le soir qu’on commence a 6h30 ;qu’il faut garder les dim…… et avec un salaire superieur a celui d ide…..

    • Edouard Gioanetti Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Apres il faut de tout…. et jen parle avec de nombreux potes plombiers, electriciens et autres qui sont bien daccord…

  68. Kah Lys Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Oublions pas qu’il n’y a pas de poste. Les promo sortant travaille en qualité d’AS ou pire sont payé AS et travaille en qualité d’IDE

  69. Ghislaine Aparicio Le 20 septembre 2017 - Répondre

    C’est facile à comprendre le concours de plus en plus dur et un métier pas reconnu ni valorisé un max d’heures pour un salaire bof

  70. Simon Diony Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Pas assez renumere

  71. Christine Périn Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Infirmière par défaut et non par vocation. Pourquoi ??? Le concours stupide qui favorise ceux qui ont été viré de fac de médecine et qui certes ont le niveau, mais aucune vocation. C’est triste

  72. Les libéraux sont assassinès par les charges…indemnites retraites basses et maladie n’en parlons pas une idel ne peut tomber malade ou alors a sa charge!!! Désolant d’être infirmiere

  73. Chris Tobal Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Mdrrr bah tu fais de la merde h24 et tu gagnes pas de thunes donc… bon… en plus en liberal tu tfais pomper de partout et les mutuelles paient pas forcement a chaque fois et elles te trouvent tjrs des bonnes raisons!!! Bref… metier de merde a conseiller a personne!!! Je vais bientot en changer et cmt dire….. vivement!!!!

  74. Maissara Shannssaya Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Salaires très bas
    Un metier Pas reconnu
    Difficulté physique et psychologique du metier

  75. Dix Mai Bbk Le 20 septembre 2017 - Répondre

    euhhh ben faire les 3 huit, 1weekend sur 2 pour 1600 1700 euros, sans parler des 3 ans d’études avec des stages parfois pas évident!! sans parler des responsabilités, de la charge de travail, se retrouver face à la détresse, la mort etc… et j’en passe!!!

  76. DF Royer Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Savez-vous ce que touche comme supplément une infirmière de réanimation travaillant 12 heures de nuit ?..

    • 2-3 e chef!!! Ça doit être à peu près ca!!! A l arrivee vaut mieux bosser un dimanche la prime est plus importante que de bosser un cycle se 7 nuits…

  77. Marie Hivert Le 20 septembre 2017 - Répondre

    être infirmière n’est plus un métier d’avenir au vu de comment on nous traîte aussi bien à l hôpital qu’en liberal

  78. Rbt Anne Le 20 septembre 2017 - Répondre

    Pour la partie idel, je comprend qu’il y ait de moins en moins de vocation…. On est franchement pas aidé (même si certains gagnent bien leur vie en libéral) travail épuisant, sans parler des burn out sujet très tabou chez les idel, des journée à n’en plus finir, l’administratif la cotation des actes (1, 1/2, gratuit) et pour finir toutes les charges carpimko, urssaf…. Beaucoup viennent en libéral en croyant avoir la belle vie mais ce n’est pas du tout sa… Il y a beaucoup d’inconvénients cependant en libéral

    • Pauline Miennee Le 22 septembre 2017 - Répondre

      Tout à fait d’accord

    • Stéphanie Vardon Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Surtout que bien gagner sa vie ça ne veut rien dire lorsqu’on voit le nombre d’heures que vous faites au final le taux horaire fait peur!!

    • Rbt Anne Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Oui c’est vrai mais après sa dépend aussi de la tournée du cabinet…. Il y a des gros cabinet qui en veulent toujours plus alors que certains petits cabinets n’ont déjà pas le choix des soins et se récolte ce qui reste….

    • Rbt Anne Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Oui on a des grosse journée c’est vrai finalement c’est travailler beaucoup pour gagner bien mais avec 50% de charge de ce que tu gagne

    • Christèle Frette Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Il y a ken meme des avantages sinon il n’y aurait plus d’idel… la relation avec le patient et sa famille, gerer ses planning et ses vacances, notre autonomie, ne pas avoir de cadre sur dos..

    • Elise Izeges Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Euh gérer ses vacances et sa famille faut le dire vite.. si personne ne peut nous remplacer on ne peut pas prendre de vacances…
      Quand a gérer la famille et bien les jours ou je travaille je ne vois pas du tout mes enfants. Quand je pars ils dorment, quand je rentre à 14h ils sont a l’école et lorsque je repars sur la tournée du soir, ils ne sont pas encore quitte et quand je rentre le soir ils sont couchés. ..

    • Rbt Anne Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Oui cela demande beaucoup de sacrifice…. Après oui il y a la relation avec le patient qui est essentielle, et je pense que l’on doit la mettre en premier plan au cœur de nos soins car travailler avec l’être humain est une grande aventure et riche. Gérer le planning, la famille…. Oui pour les titulaires des cabinet mais pour les remplaçante c’est pas trop le cas on récolte souvent ce qui reste. Et je voudrait aussi parler de l’évolution dans le métier. On a beaucoup de cabinet qui fonctionnent ke avec des remplaçante pour ne pas faire de collaboration. Il faut justement ouvrir une possibilité d’évolution pour les remplaçante je pense….?

    • Christèle Frette Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Après tout depend du cabinet et de son organisation.. g été remplaçante dans plusieurs cabinets pendant 11 ans etje prenais les vacances ke je voulais en négociant avec les idel ke je remplacais. Ken je voyais ke certaines me prenais pour juste 1 bouche trou et bien je partais. Je suis associée depuis le debut de l’année et les vacances on gère avec notre remplaçante avec ki tout se passe bien ki va dailleurs s’associer avec moi l’an prochain ken ma collegue prendra sa retraite. . Le matin je pars vers 7h/7h15 g le temps de faire 1 gros bisous à mes filles etje rentre de ma tournée du soir au max vers 19h/19h15 donc on mange en famille. On a des grosses tournées car on voit entre 25 et 30 patients le matin mais le soir entre 5 et 10 . Tout est une question d’organisation. .

    • Rbt Anne Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Oui c’est vrai…. La chance…. Tout est dans la gestion du cabinet…. On peut tomber sur des gens réglo com pas… Après le tout c’est de garder en tête la passion pour notre métier et surtout cette envie là d’y aller….pour ma part faire du domicile c’est vraiment valorisant et c’est une expérience unique malgré les inconvénients

    • Céline Granell Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Exactement j’ai fais du libéral quelques années et j’ai arrêté car écrasée par les charges et pas le droit ni au chômage ni à la maladie .

    • Rbt Anne Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Alors les arrêt maladie…. C’est quand même mal foutu… Désolée de l’expression. On paye beaucoup de charge et on a pas le droit aux indemnité de la sécu…. C’est kan même pas normal…. J’ai fait une chute chez un patient il y a 4 mois et du coup ô chômage pendent tout ce temps. Heureusement ke j’avais une assurance. Mais elle a juste couvert les charges… Mais on est vraiment pas, aidé. Tan con a pas de problème de santé sa va mais le jour t’en a un Ben c’est la galère totale

    • Aurel Orel Le 26 septembre 2017 - Répondre

      C’est vrai qu’on est écrasé par ces charges !
      Ça fait un an et demi que je suis installée mtn, j’ai eu un très beau bilan de première année, forcément, création de cabinet seule, donc on bosse tous les jours non stop, je suis choquée de ce qu’on me demande !
      Et cette crainte d être malade ou de se casser qqch et de ne pas pouvoir aller bosser !
      Y’a du pour et du contre …
      Mais parfois on se sent super seule en libéral je trouve

    • Rbt Anne Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Oui on est très cloisonné… C’est vraiment dommage… Il faut surtout avoir une bonne remplaçante sur ki on peut compter… Et ki peut assurer si on peut pas travailler…

    • Stéphanie Benard Le 28 septembre 2017 - Répondre

      Ne pas en vouloir trop c’est ça la clé!

    • Rbt Anne Le 28 septembre 2017 - Répondre

      Oui il faut pas être trop gourmand… Si on gère bien la file active de patient on peu aussi laisser un peu de place pour notre vie personnelle… Ya deux possibilité soit on privilégie que le rendement et du coup plus de place pour rien à côté. Soit on privilegie la qualité des soins et on a beaucoup plus de temps pour soi et ses proches. Et cela nous donne aussi un peu plus de confort aussi… On s’use moin vite ?

  79. Nos conditions de travail si t de plus en plus désastreuses voir dangereuse pour les patients on Est rappelles sans cesse pour pallier les absences nous remplaçons même les aides soignantes qui sont plus en difficultés que nous, aucunes vi sidérations de la part de la direction Et du gouvernement les hopitaux vont mal et tout le monde s en fout!!! Et encore bossant en rea on peut se considérer comme favorisées du fait de la technicité qui requiert un quota obligatoire de personnel soignant et surtout pour. Pis une équipe de cadre et de médecins qui font que nos conditions de travail Sont « moins pires » quand Dans des services de gérontologie ou de médecine….

  80. Cath Beaum Idel Le 20 septembre 2017 - Répondre

    J ai même plus envie de vous lire ..Vous me foutez le moral a 0..Bla bla et pleurnicherie sur notre sort
    À QUAND UNE BELLE ET SOLIDAIRE REBELLION? SE SERRER LES COUDES ET LES SERINGUES?À force vous me mettez tous toutes le bourdons. .. beurk!!

    • Mylène Doussot Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Sauf qu’on a pas le droit de grève… je dis ça je dis rien. Puis la solidarité dans les milieux féminins moi j’ai abandonner. Ça parle plus de la couleur de tes chaussures que de s’aider entre pro.

  81. Lili Nouvelle Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Conditions de travail ingérables et insupportables c est pas compliqué pa comprendre

  82. Vanessa Braye Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Si cetait à refaire j’aurai un autre metier avec l’humain mais ou l’on est mieux reconnu mieux payé et de meilleures conditions de travail je n’inviterai pas mes enfants à faire cette peofession

  83. Christine Puech Le 21 septembre 2017 - Répondre
  84. Christine Puech Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Nous ne sommes plus reconnu comme tel. Nous sommes devenues des ouvrières à la chaîne.

  85. Ilhem Hasyn Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Lol

  86. Marie Astrid Clerville Le 21 septembre 2017 - Répondre

    De toutes façons ils bloquent de plus en plus l’accés aux ifsi. Le nombre d’étudiant diminue, c’est un choix politique. Cette année les régions ne financent plus certains étudiants alors même qu’ils étaient pris en charge jusque là. D’aprés les régions et les directeur d’ifsi les IDE sont trop nombreux ça ne répond plus à un besoin que de former de nouveaux paramédic’….

  87. Jonathan Chavet Le 21 septembre 2017 - Répondre

    D arrêter tout simplement de nous prendre pour des cons et qu’on valorise financièrement à sa juste valeur notre profession !! Ce serait déjà pas mal non ???

    • Nelly Chavet Le 21 septembre 2017 - Répondre

      Tout à fait d’accord avec toi mon fils

    • Sylvie Vanel Le 21 septembre 2017 - Répondre

      comme ta mère,je suis d’accord,car vous êtes la profession la moins bien payéé pour un travail exceptionnel que vous faîtes au quotidien!!!!!!! Respect à tous les IDE….

  88. Magali Grémont Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Et oui quand on considere les gens comme de la ….voila le resultat…tu pars en courant!!!

  89. Céline Plataux Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Sous payé….. Surchargé !!!! Non reconnu!!!!

  90. Sandrine Peres Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Conditions de travail en libéral de merde

  91. Mustapha Houari Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Salaire et reconnaissance… Moins de « judiciarisation » de la pratique…

  92. Laetitia Hinsky Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Manque de reconnaissance… Salaire minable… Sacrifices car on travail le week end jour férié… Tôt le matin…tard le soir….pour s’étendre parler rendement alors qu’à la base métier tu le choisi pour le cote humain… Les conditions de travail se détériorent… C’est bien triste… J’adore mon metier mais je commence a me dire que je ne finirais pas ma carrière dans ce milieu

  93. Florence Venetia Grignon Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Eh oui !!! La fée clochette a perdu ses ailes !!!

  94. Ariane Luce Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Ben je je laisse ma place moi aussi !

  95. Céline Gaspardo Le 21 septembre 2017 - Répondre

    En libéral marre d’être des vaches a lait et d’être tapée dessus par la sécu (km.ais…..)un peu de reconnaissance et salaire en conséquence du travail effectué :1er acte taux plein.2eme acte réglé a 1/2 et à partir du 3eme c acte gratuit ?

  96. Lydia Halter Le 21 septembre 2017 - Répondre

    Je suis super d accord avec toi Emilie et j insiste il faut arrêter de parler de nos métiers en terme de ‘ » vocation ‘ » , ce sont des métiers qui nécessite des compétences qui s apprennent . pfff ce terme discrédite ces métier .

  97. Valou Lemaire Le 21 septembre 2017 - Répondre

    c est de pire en pire dans les hopitaux tiens donc ….

  98. Stephan Weiand Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Il est possible que je réponde à la question quand je serai à la retraite et qu il y aura prescription! Bien sûr je le ferai….Mais en trois langues pour élargir mon point de vue …Aux bons endroits surtout ……Développez des compétences avant que de parler de vocation .Ensuite retribuez vos infirmiers dignement. Vous m’entendez? Dignement! Ne faites pas faire à un infirmier 250 km par jour avec des amplitudes horaires de 14h! C’est est nul ! Je passe ma vie à faire des actes gratuits car dans aucune nomenclature ! Redefinissez ce métier !

  99. Dimitri Geay Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Vocation!!!? Lol

  100. Francoise Madignier Le 22 septembre 2017 - Répondre

    C est pas la penurie c est la selection !!!

  101. Nathalie France Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Mal payés pas considérées on se demande pourquoi les jeunes veulent pas venir ?

  102. Nina Ricci Le 22 septembre 2017 - Répondre

    C’est surtout que la plupart des étudiants qui font l’école arrêtent au cours de leur première année tellement ils ont pas envie de devenir grincheux et cons comme le personnel déjà en place qui les maltraitent

    • Valerie Lenoble Le 22 septembre 2017 - Répondre

      ????!!!!!

    • Nina Ricci Le 23 septembre 2017 - Répondre

      c’est du vécu ce sont pas des speculations

    • Fabienne Gervais Le 24 septembre 2017 - Répondre

      Et oui… Ça existe TROP et même dans les IFSI ou dans les services qui se décrivent comme les plus renommés…. Dramatique de lire ça !!!!!
      Un des rôles de l’IDE est l’encadrement et la formation de nos futurs collègues et donc des futurs professionnels…
      Que ceux qui oublient d’où ils sont venus y réfléchissent et se remettre en question !
      Honteux de ne pas savoir accompagner un étudiant motivé pour lui transmettre d’avoir faire et savoir être…
      Que ceux qui pensent qu’ils sont au dessus de ça se ravisent… La mission qu’ils dénigrent fait pourtant partie intégrante de leur référentiel de compétences infirmières…
      Donc en gros ! Je m’adresse à ceux qui pensent être des cadors en puissance…. « Vous n’êtes pas si bons que ça puisque vous ne faites pas votre job !!!! »

  103. Giovannini Antoine Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Dans la région où je vis, c’est le désert médical. Et le peu de toubibs sur place ont une conception de leur travail plus que mercantile… En revanche, il y a beaucoup d’infirmières. Je suis cancéreux, et j’ai droit à une piqûre par jour d’anticoagulants. Je pourrais me piquer moi-même, mais étant au 100 pour 100, je demande à ce qu’une infirmière passe me la faire : mon cas est très grave, et si quelque chose dans mon état s’aggrave sans que je ne m’en rende compte (on ne peut pas toujours bien se rendre compte, entre les nausées et les vertiges, effets secondaires permanents de mes chimios lourdes…), elles le voient direct, et vu les complications qui peuvent survenir dans les cas comme le mien, elles peuvent nous éviter parfois de finir sur le fatal chariot en inox… Et bon, je suis du côté des gens qui bossent, les petites entreprises et les artisans, alors… Pour ça, je demande des infirmières libérales. En revanche, pour tout ce qui est psychologues, gestion des traitements pour la douleur, etc, je me fais suivre par l’équipe ambulatoire de soins palliatifs de mon hôpital. Ce qui me semble normal. En tout cas, pour avoir fait pas mal d’hôpital, je sais que les infirmières et autres aide-soignantes ont un rôle très important quand au suivit, que, par exemple, si il arrive que le toubib se soit trompé de posologie, elles sont là pour s’en apercevoir, car elles connaissent la pharmacopée. Moi, mon cas m’intéresse beaucoup, mon père est médecin, et je ne ferai pas ce genre d’erreur, mais j’ai rencontré nombre de patients qui ne veulent rien en savoir, soit par déni, par effroi… Et qui donc, s’injecteraient une dose fatale sans se poser de question…. Bref, voilà, pour nous patients gravement malades, à mon sens, le rôle des infirmières et aide-soignantes est très important au sein de l’équipe médicale qui s’occupe de notre cas. Voilà pour mon témoignage en tant que patient. 🙂

  104. Laurence Fort Le 22 septembre 2017 - Répondre

    En même temps vu le peu de argent qu’on leur donne à la fin du mois c’est bien normal. Mes vendeuses gagnent plus de a vendre du pain c’est juste lamentable. J’ai beaucoup discuté avec elles on leur demande de faire le travaille de 3 d’être partout à la fois. M étonne pas que certaines parlent de suicide.

  105. Nicolas Weitz Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Je vous souhaite à tous que du courage…

  106. Baisse de vocation ?
    Plus de 12% d’IDE au chômage dont la majorité jeunes diplômés. Des salaires à la baisse avec certains établissements qui rémunèrent 1200€ net, et une moyenne qui tourne à 1600€ net, une évolution de l’index anémique (quand au Luxembourg Le salaire double en 20 ans), pas d’argent pour embaucher alors qu’il faudrait doubler les effectifs à peu près partout, des patients maltraités par manque de moyen, des rythmes de Travail de dingue…

    Je peux continuer comme ça pendant une bonne heure.

  107. Margaux Fanny Mila Le 22 septembre 2017 - Répondre

    étonnant !!!!!!

  108. Marie Furchert Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Oui c’est un choix professionnel mais également une vocation parce qu’on ne fait pas ce métier par hasard je pense

  109. Jean-Philippe Vichard Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Tout le monde veut de moins en moins de fonctionnaires oubliant que ceux qui les soigneront plus tard sont justement des fonctionnaires. D’ici là ils auront oublier avoir soutenu par leurs votes antérieurs ceux qui auraient les soigneront et les rassurer.

  110. Laurence Leconte Le 22 septembre 2017 - Répondre

    je suis en libéral et je vais juste donner 1 exemple expliquant la considération pour notre profession : Indémnités de déplacement pour une infirmière : 2 euros 50 . Pour un kiné : 4 euros 50 !!!!!!!!!! Tout est dit non?

  111. Valerie Bacquez Soustelle Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Marine Soustelle

  112. Béatrice Biersohn Duval Le 22 septembre 2017 - Répondre
  113. Emilie Bethegnies Le 22 septembre 2017 - Répondre

    J y crois pas du tout

  114. Arrêtez de parler de vocation on est des professionnels de santé pas des bonnes sœurs comment voulez-vous qu’on progresse avec de telles étiquettes ?
    On peut aimer son travail sans avoir une image de ce style en auréole. Être empathique ne veut pas dire être conne et tout accepter. Les jeunes doivent lâcher ces clichés pour que la profession évolue

  115. Sébastien De Pourcq Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Juste 2 mots: la reconnaissance et le salaire aux vues des sacrifices fournis

  116. Lili Goth Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Ide depuis 14 ans je trouve que c’est de plus dur. Nous ne sommes pas reconnues ,on nous prend pour des connes..
    les jeunes voient bien qu’on a plus le temps de bien vivre.. beaucoup de contraintes et peu de bon retour…
    Les jeunes n’ont pas envie, ils ont raison..
    au gouvernement de enfin reconnaître le travail qu’on abat….
    et ouais !!

  117. Delphine Schoepff Le 22 septembre 2017 - Répondre

    quand je vois comment elles sont traitées parfois en stage…ça donne pas envie, en revanche j’en admire certaines qui enchaînent leur journée sans se plaindre !! et parfois en corrigeant les prescriptions des médecins…qui ne les respectent pas et qui se trompent dans les dosages

  118. Paule Marie Ayala Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Ah ben oui comment dire, ça ne m’étonne pas comme l’ensemble des posts que je viens de lire. Considérations, reconnaissances, conditions de travail plus que précaires, des salaires de misères…… On a du mal à continuer d’exercer ainsi et donner l’envie aux étudiants et de transmettre la fibre du soin….Et même si l’on aime notre métier et que je reste persuadée que je fais le plus beau métier du monde.

  119. Carole Scheurer Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Parçe qu’il faut arreter de parler de vocation…ça, ça vient des bonnes sœurs il y a très longtemps…et puis, il faudrait rémunérer cette profession à sa juste valeur, intégrer les primes dans le salaire proprement dit, arreter d’avoir une administration qui ne parle plus que de rendement…revenir à des services humains, ce genre de profession a besoin qu’on se sente bien à travailler ensemble afin de pouvoir surmonter les difficultés de la souffrance des autres, arreter de faire valser les personnels de service en service pour boucher les manques de personnels…comme de la chair humaine… Considérer enfin que cette profession majoritairement féminine et donc successible d’avoir des grossesses et donc remplacer ces conges de maternité au lieu de pallier au coup par coup…bref, administration incompétente, et cadres souvent pris le c… Entre deux chaises…
    Il y aurait un livre à ecrire…
    Attendez vous juste à ne plus être soigné correctement car les conditions ne le permettent plus

  120. Sophie Harnet Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Pour travailler en public, des horaires merdiques, bosser les week-ends et jours fériés, de plus en plus de responsabilités pour 1700 balles par mois. Ce n’est pas motivant pour les jeunes.

  121. Anaïs Guernier Coté Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Un travail de dingue, le mépris et une poignée de cacahuètes. .. en fait ce qui est irrationnel c’est d’aimer notre métier !

  122. Anne Marie Bastier Le 22 septembre 2017 - Répondre

    Tu m étonnes!!!!!

  123. Vero Masq Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Oui c’est bizarre. Je ne comprends pas. Les IDE devraient être contentes. Sous payées, avec des plannings soit disant fixes une charge de travail qui augmente. Ohhh quelle joie vous devriez avoir. ….grrrrr ! !!!

  124. Maxime Le Gall Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Si vous commenciez par arrêter de parler de vocation ce serait bien
    Le principal problème est là

  125. Claude Gerard Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Pq? Mais juste des plannings de fous ou le moral et la consideration ne sont pas de mise et des salaires de misere

  126. Christ Ben Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Mathilde Blanpain

  127. Florent Morisset Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Peut être déjà au moment du concours ne garder que les gens vraiment motivé qui aime leur travail plutôt que des étudiants qui prennent cette voie par défaut… et aussi faire en sorte que l’on soit payé à notre juste valeur et que l’on soit en nombre aux endroits où cela le nécessite déjà ça donnera sûrement une meilleure image de notre métier…

  128. Nathalie Astier Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Victoria Sancassiani

  129. Clotilde SP Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Faudrait peut-être voir du côté des concours d’accès français

  130. Valery Valerie Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Pas éton… NEZ

  131. Laetitia Castel Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Vraie galere pr trouver du taff aussi !!!!!!!! Laura Ciacciero Marina Fiore

  132. Odile Castagnet Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Vocationt ? très Dure de vivre travail et famille

  133. Anne Rasse Le 23 septembre 2017 - Répondre

    En même temps, de nos jours, il faut avoir les nerfs bien accrochés pour être infirmier…

  134. Maryse Lambert Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Vocation ? Ce sont des professionnels qui vous soignent Avec un cursus de professionnel des diplômes et pourtant un manque de reconnaissance certain …on s’étonne que cela ne fasse pas rêver ?

  135. Isabelle Giraud Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Non reconnaissance tant de la fonction Que de la rémunération.. aucune infirmière n est presente lors des discussions de problèmes de santé publique… et pourtant on est en première ligne…et on pourrait écrire un roman

  136. Laurence Ollivier Le 23 septembre 2017 - Répondre

    La Vocation !Le pourcentage?

  137. Made Moiselle Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Sa m’étonne pas vu les conditions de travail de merde et comment on est exploité pour une paye de misère des responsabilités de fou des patients pas toujours agréable des cadres absents mais toujours la pour te faire bosser sur un repos bref la liste est longue sa sert à rien de polémiquer. Enfin si j’avais le choix je ferai autre chose aujourd’hui. Camille Nicolle

    • Camille Nicolle Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Mdr c’est ce que je me suis dis rien que pour la formation déjà, si c’était à refaire je ne referais pas ??

    • Made Moiselle Le 23 septembre 2017 - Répondre

      Camille Nicolle Mais c’est sa des fois ce boulot me donne la gerbe c plus comme avant franchement je v bosser en caisse et je passe la barre des 1600€

  138. Karine Mestre Le 23 septembre 2017 - Répondre

    C est pour ça que les concours sont de plus en plus dure ????? il en faut mais le système de la vie sent fou !!!

  139. Severine Hocq Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Dans ce cas, le concours d’entrée devrait être plus simple surtout l’oral et on ne manquera pas d’infirmière !!!! Être obligé d’aller étudier hors de France c’est honteux !!!

  140. Sandra Bruno Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Augmenter nous!!!

  141. VM LR Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Notre salaire est insuffisant au regard de notre investissement physique comme psychologique et moral. Cependant la baisse de vocation ne me semble pas directement liée à l’aspect financier. Les infirmières ont toujours été mal payées, ce n’est pas nouveau, et quand on se lance dans des études, il me semble logique de se pencher sur cet aspect en amont. J’ose croire que la démotivation provient avant tout des conditions de travail qui se dégradent au fil des ans, au rationnement des soins, et à une distribution des ressources souvent injuste. Les infimières n’arrivent plus à pratiquer leur role propre, débordées par des contraintes administratives de plus en plus lourdes, par une évaluation de la charge de travail liée uniquement aus soins precrits, et par une diminution du quota de personnel soignant. De plus la population vieillie, et les patients hospitalisés sont de plus en plus dépendants. Comment arriver à s’épanouir quand on ne trouve plus le temps de communiquer avec le patient, quand on ne trouve plus le temps d’établir une relation de confiance en étant contraint de se focaliser sur la paperasse et les prescriptions? Etre infirmière s’est avant tout prendre soin, être dans l’humanité, du moins c’est mon avis..

  142. Sylvie Demaire Le 23 septembre 2017 - Répondre

    Mathilde Demaire

  143. Céline Granell Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Cela ne m’étonne pas : de moins en moins de CDI, mal payé , des we jours fériés nuits , décalés etc …. cela n’intéresse plus personne
    Je suis IDE depuis 20 ans et comme j’ai déménagé et changé de région , je cherche du travail pour la première fois. Et bien je n’en reviens pas : pas ou peu de CDI , l’ancienneté pas reprise à 20 ans de diplome donc le salaire est presque comme quand j’ai démarré . Et de plus en plus d’exigences d’expérience ( alors qu’ils ne la paye pas) et de qualification ( DU , spécialisation …..)

  144. Céline Rodrigo Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Mélissa Rodrigo

  145. Sarah Edery Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Déborah Edery

  146. Ne pas dégoûter les étudiants des le début de la formation.

  147. Roxane Durand Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Rebecca Hami

  148. Fanny Gernez Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Ah bah oui on ne comprend pas pourquoi ! Les jeunes DE ne trouvent pas de travail ou sont contraints d’enchaîner les contrats à répétition faute de budget et ceux qui ont la chance d’avoir un poste voient leurs conditions de travail se dégrader d’années en années sans parler des contraintes horaires, jours fériés et week-end, de la pression et des manques d’effectifs un peu partout ! Ce qui n’est pas sans conséquence sur la vie personnelle…C’est clair que ça donne envie ! On tape toujours sur les mêmes et on en exige toujours plus des mêmes…
    Et on sait que le gouvernement s’en fout!
    Perso heureusement que j’aime mon métier sinon…

  149. Ilhem AB Le 24 septembre 2017 - Répondre

    De leur études d’infirmièr(es) jusqu’à leur Futurs conditions de Travail, celles/Ceux çi luttent sans beaucoups d’aides financières et Psychologique.

  150. Isabelle Couchet Le 24 septembre 2017 - Répondre

    C’est normal ! Mauvaise rémunération , horaires pas toujours compatibles avec une vie de famille , de moins en moins de respect … Bon courage ! Si ce n’est pas une vocation alors mieux vaut lâcher l’affaire

  151. Isabelle Bolvin Le 24 septembre 2017 - Répondre

    J’y ai pensé quelque temps mais le coût des études découragent d’avance.

  152. Nathalie Demarest Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Et les numerus closus vers 98?…

  153. Elisabeth Baudelet Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Augmenter les salaires et valoriser la procession

  154. Klo Dyne Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Îl me fait rire cet article ! Îl y a des promos de 120 élèves qui sortent chaque année ! Vu le nombre d école en france … ( on parle de crise ?! ) au vu du nombre de nouveaux diplômés …. il y a un probleme quelque part dans cet article …… les promos sont de plus en plus nombreuses … et les ch, clinique et autres établissements de soins n’ont qu’à plus recruter surtout après les départs à la retraite….c est pas en pratiquant la politique de l autruche que cela va faire avancer les choses ! Les soignants ne sont pas remplacés dans les structures …. îl faut que l’ide soit un pion que l’on ballade de service en service pour pallier au manque ! Bilan : raz le bol ! On nous parle de bienveillance et du prendre soin de l’autre pendant la formation et au final c est  »
    Marche ou crève  » à bon entendeur salut !

  155. Nathalie Karila Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Oui c’est ça on ne travaille pas que pour la gloire augmenter nous

  156. Fatima Hamdi Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Arretons de faire passer la fonction publique hospitalière pour des fainéants nantis plein de privilèges par exemple!!!! Et donnons au service publique les moyens de remplir sa mission : le patient!!!!! Et non pas des clients

  157. Lili ArnLabat Le 24 septembre 2017 - Répondre

    « vocation » .. l’investissement personnel est trop important et aucune reconnaissance donc …

  158. Anaïs Danjou Le 24 septembre 2017 - Répondre

    Changer le mode de sélections des concours qui sont parfois trop dures et que gâche le rêve de certaines personnes…………….

  159. Sylvie Miel Le 24 septembre 2017 - Répondre

    tu m étonne !! IDE : bonnes a tout faire

  160. Sylvie Miel Le 24 septembre 2017 - Répondre

    on ne nous demande pas de réfléchir mais d obéir et surtout suivre les protocoles

  161. Estrelisia Alexandrine Le 25 septembre 2017 - Répondre

    C est le plus beau métier du monde !!! Humanité !!! Dévouement mais la santé on ne la gère pas Cômme une entreprise

  162. Adrien Nestor Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Faire venir des travailleuses détachées de Pologne ou délocaliser les vieux en Hongrie

  163. Yohanns Beller Le 25 septembre 2017 - Répondre

    A quoi sert de remplir les ifsi pour ne pas avoir de poste? Restriction budgétaire oblige: pas d’embauche (ou par cdd d’un mois renouvelable sur l’année)!
    Les Regroupements des hôpitaux permettent une mutualisation à outrance du personnel. L’ancienne ministre de sante permettant les mutations du personnel sans préavis dans n’importe quel hôpital du dit regroupement!
    Merci la France et son systeme de sante sacrifie au bénéfice des cliniques souvent possédées par des amis de sénateurs et députés!

  164. Vivien Vigné Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Conditions de travail catastrophiques, aucune reconnaissance et salaire de misère…il en faut d’autres ?

  165. Myriam Daniel Le 25 septembre 2017 - Répondre

    le SALAIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!

  166. Lilith Angel Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Ils veulent faire mourrir notre profession. Pourquoi vouloir rentrer à l’IFSI ?? Moi quand j’entends des jeunes vouloir y rentrer je serre les dents mais j’en pense pas moins.

  167. Céline Plataux Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Normal….surcharge de travail… Sous paye…Non reconnu…..

  168. Charlène Courtot Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Mdrrrr elle est bien bonne celle la ! Peut etre parce que les gens veulent avoir une vie sociale et une vie de famille , que travailler dans des conditions de travailles déplorables et que ca ne fait que de s aggraver !
    Que l on a aucune reconnaissance .
    Et on va manquer d infirmieres?la blague alors pourquoi on supprime des postes à tour de bras

  169. Martine Lannoy Danneels Le 25 septembre 2017 - Répondre

    C’est une blague ?! J’ai du mal à trouver un boulot près de chez moi .Je dois faire une heure 30 de route aller et 1h30 retour pour travailler … car justement on est trop nombreuses donc 0as de poste !

  170. Bruno Godin Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Il serait bien de faciliter les concours à l’entrée des écoles et vu le nombres de candidat , il faudrait multiplier les places

  171. Meli Nartrouv Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Juste en passant..

  172. Irene Utzeri Le 25 septembre 2017 - Répondre

    3 ans 1/2 puisque c’était ca a se moment là pour 1375 euros net
    Pour se faire insulter par les patients et surtout ne pas répliquer le patient est roi
    Vous en voulez encore ???

  173. Ne vous inquiétez pas …. Une fournée se prépare … Une quinzaine de jeunes en 1 ere et terminale ST2S qui veulent devenir infirmières…. Bon , OK , c’est pas une quinzaine qui va changer beaucoup la donne , mais si chaque personne avait dans sa connaissance 15 ados qui veulent tous faire infirmière ( les classes ST2S du lycée est plein à ras bord ) …. Peut être que les autres élèves feront infirmier ( re ) aussi ….

  174. Akouelle Log Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Rémunération à la hauteur de la profession, avec tous les sacrifices que cette profession impute au niveau familial c’est le minimum. Et je rejoins les commentaires au dessus, les hôpitaux se gère comme les usines automobiles actuellement, le financier passe avant l’humain… Condition de travail qui se dégrade… On ne soigne pas des patates ! Mais là ! On changera rien, l’argent dirige notre société, santé et économie sont incompatible. La solution ? Nous remplacer par des humanoïdes…. Rentable et économique. Parlons le même langage ! Bref, fuyez la formation.

  175. Cédric Angeletti Le 25 septembre 2017 - Répondre

    La directions maltraitent les soignants. pas étonnant que le système devienne moins efficace

  176. Fabienne Louette Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Faut pas s’étonner quand on voit nos conditions de travail et l’ignorance des hautes sphères envers nous!!!! C’est marche ou crève !!!

  177. Maryse Chr Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Redonner goût au travail le respect envers chacun en ce qui concerne salaire ne travaillez jamais dans le privé

  178. Delphine Francou Le 25 septembre 2017 - Répondre

    moi j’ai bossé 8 ans comme IDE maintenant finis je ne retravaillerais plus comme IDE.

  179. Laurine Penninck Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Alors voilà pourquoi le métier infirmier fait fuir
    Dans la formation on nous inculque la bienveillance, le relationnel, l’empathie et blablabla
    Au quotidien le métier infirmier est simplement une personne qui se dévoue à travailler comme un robot, le temps accordé aux personnes est inexistant parfois, nous sommes pour la plupart du temps des prestataires de soins dans un milieu où on côtoie la violence, les injures, le perfectionnisme avec des moyens moindres donc on a certes choisi notre métier on a fait 3 ans et demi d’études pour au final se retrouver devant cette triste réalité…. Après on nous dit tu n’es pas content, pars….
    Alors voilà adaptons nous à cela car le système ne s’adaptera pas à nous…

  180. Nathalie Wicke Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Tu m etonnes…

  181. Saladin Révolution Le 25 septembre 2017 - Répondre

    Scandaleux les conditions. La meilleure solution quitter la france. Travailler a letranger ou frontalier en suisse

  182. Audrey Vermaut Le 25 septembre 2017 - Répondre

    J’adore mon boulot, c’est ce que j’ai toujours voulu faire .
    Mais ça serai à refaire, je ne me dirigerai plus dans cette voie…
    Aucune reconnaissance , on gère les hôpitaux comme des entreprises : le rendement, le rendement…toujours plus de travail avec moins de personnels…les patients en pâtissent lourdement…avec un salaire de misère …

  183. Frédéric Thuillier Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Manque de reconnaissance de la profession. Salaires bcp trop faibles. Responsabilité toujours accrue

  184. Marlene Calviac Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Toujours plus de responsabilités pour un salaire minable

  185. Esther Diego Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Cette profession est décevante a bien des niveau : études assez longues et difficiles, salaire minable. Responsabilités importantes. Travail week-end et jours fériés. Stress++++ voilà.

  186. Vero Gazelle Le 26 septembre 2017 - Répondre

    J’ai commencé de lire les commentaires…..ca fait peur ….moi 32 ans de libéral….dans un 1er temps je dirais ….commençons par nous respecter les uns les autres ….chacun a droit à son avis …moi je ne regrette rien …j’aime toujours mon métier passionnant….je l’ai choisi …vous aussi …mais ce que je déplore le plus ….actuellement c’est le manque de respect…..des patients …des remplaçants…..pas de mes collègues qui sont formidables..c’est la base d’un travail d’équipe qui marche ….bonne journée à vous tous …..et ayez la pensée positive ….le négatif nous englue….PS: j’ai 54 ans et ma fille est aussi infirmiere….hospitalière

  187. Arretez de les taxer..et il n y aura pas de pénurie..quelle honte payé des urssafs alors qu ils sont jamais en arret qu ils ont aucuns droit caf ..sans.compter carpimko et a la retraite ils touchent a peine le smic..honte à vous..je ne parle même pas le cpam..arretez les.cmu a gogo vous renfouerez vos caisses

  188. Hassani Enucke Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Dati Bo

  189. Sandrine Cordier Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Peut être parce qu’ on n’ à pas voix au chapitre? Qu’ on a l’ impression que tout est décidé sans tenir compte de l’ avis des soignants? Qu’ on est des petits pions qu’ on envisagent de déplacer même de service en service sans nous demander notre avis? Qu’ on ne peut pas se plaindre, ni même faire la grève puisqu ‘ il faut  » assurer le service minimum »? Qu’ on est une main d’ oeuvre plutôt  » bon marche »?…1 euros en plus de nuit, c’ est pas le tarif du privé. …un forfait de 45 euros pour les dimanches et jours feries…des heures supp pas rémunérés au taux des heures supp..Des contractuels avec des cdd pendant 5 ans voire plus?
    Et quand je vois les commentaires des idel je me dis que c’ est pas mieux!
    Bon si vous n’ êtes pas  » motivé  » par le travail lui meme, vaut mieux aller voir ailleurs.

  190. les jeunes ont simplement compris combien ce beau métier est peu reconnu, exploité et malmené… Perso je prépare ma reconversion, après 25 ans de bons et loyaux services…

  191. Michel Lopes Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Salaire entre 3500 à 4500 euros net La vocation reviendra

  192. Sylvain Gambier Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Plus de 1000 passent le concours pour 80 places et se retrouvent à 900 kms car sur liste d’attente l’hopital n’aime pas les libéraux et les libéraux ne veulent pas retourner à l’hopital mais quel est le vrai malaise il ne faut pas mettre tout les infirmiers dans le même sac moi je suis prêt à montrer mon métier à qui voudra bien le voir et je pense que je ferais changer beaucaup

    • Jean Francois Bemelmans Le 26 septembre 2017 - Répondre

      Tu as raison Sylvain, ma fille à du partir à Abbeville pour suivre la formation d’infirmière. Des stages à plus de 45′ de route. Des remboursements tardifs. Rien ne facilite la formation et je reste persuadé que c’est une vocations car un métier sous payé et pas assez reconnu. Mais comme beaucoup d’autre dans l’administration où on sacrifie le service public pour des notions budgétaire.

  193. Sylvain Gambier Le 26 septembre 2017 - Répondre

    d’avis

  194. Angela Aubert Le 26 septembre 2017 - Répondre

    on te paye une misère on te traque toute la journée avec des papiers a la con

  195. Chantal Benallal Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Pourtant tous les jeunes autour de moi font ces etudes

  196. Sophie Chevret Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Mathilde c bon ça!!!

  197. Sev Dolo Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Je prend bientôt 44 ans et je sort moi Même de l’ifsi depuis peut (juillet de cette année) je pense que si on croisait moins de soignants, d’infirmière en Entre autre mauvaise comme La gale, méchante à souhait…. Considéra t les étudiants soit comme leur bonne à tout faire soir comme de la merde, voir les deux en même temps… la profession serait peut être moins bouder par nos jeunes

  198. Mélina CA Le 26 septembre 2017 - Répondre

    Partez au canada suisse Luxembourg.. Merde

  199. Geraldine Bussiere Le 27 septembre 2017 - Répondre

    Pas etonnant

  200. Annie Quintard-Guiberteau Le 27 septembre 2017 - Répondre

    Qui peut être surpris ?

  201. Stéphanie Benard Le 28 septembre 2017 - Répondre

    C’est vrai que les hôpitaux manquent de plus en plus d’humanité. …de la part des cadres envers les « agents »! Mot que je déteste. …

  202. Lucienne Guimarães Le 22 octobre 2017 - Répondre

    Sou Enfermeira tenho interesse em trabalhar se interessar Brasil 67 992669942 Merci

Laisser un commentaire