Les aidants, les partenaires du quotidien pour les infirmières libérales !

Les aidants, les partenaires du quotidien pour les infirmières libérales !

Bien que leur statut ait été récemment reconnu officiellement, les aidants restent dans une situation délicate. Et pourtant au quotidien, ils constituent le principal partenaire des infirmières et infirmiers libéraux.

Les infirmières libérales, des soignantes mais pas uniquement

Si le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes notamment fait partie des grandes ambitions de la politique de santé publique en France, c’est notamment grâce aux soins prodigués par les infirmières et infirmiers libéraux. Au plus près des patientes et des patients, les infirmières libérales permettent à leurs patients d’éviter (ou de repousser) l’hospitalisation. On rappelle assez souvent l’implication de ces infirmières libérales pour la prise en charge de ces patients en perte d’autonomie et/ou atteints de maladies chroniques. Les emplois du temps surchargés des infirmières et infirmiers libéraux attestent de cette réalité.

Mais les infirmières libérales ne sont pas les seules à prendre soin de ces patients, qui sont souvent assistés « d’aidants ». Sous cette appellation générique, il faut comprendre les proches du patient, puisque sur les 8 millions d’aidants en France, 80 % sont des membres de la famille, et dans la majorité des cas, ce sont des femmes (60 %). Ces aidants font tout pour permettre à leur proche de rester à domicile, malgré toutes les contraintes et les efforts que cela implique. Si les infirmières libérales ont pour mission de soigner et d’accompagner leurs patients, ces « femmes aidantes » sont, pour ce qui les concerne, engagées, dans 1 cas sur deux, dans une activité professionnelle.

Les aidants, les premiers partenaires des infirmières libérales ?

C’est un sujet, qui reste très peu évoqué, et pourtant au quotidien, les infirmières libérales travaillent au contact de ces aidants. Ces derniers, dont le statut et la situation mériteraient d’être clarifiés (même s’il faut admettre que des efforts sont entrepris en la matière depuis quelques années), représentent la présence quotidienne, sur laquelle les IDEL(s) peuvent s’appuyer. Combien d’infirmières ou d’infirmiers libéraux ont prodigué des conseils, des « formations informelles » à ces aidants pour qu’ils puissent affronter plus sereinement les situations difficiles auxquelles ils sont confrontés ?

Par définition, l’aidant n’est pas un partenaire ou un professionnel de santé, mais cela n’empêche pas l’infirmière libérale de lui porter plus de considération que la société ne lui en accorde. Même si une récente loi a officialisé et donc reconnu ce statut d’aidant (un congé a été octroyé ainsi qu’une aide financière modeste certes mais qui a le mérite d’exister), ces proches deviennent des auxiliaires médicaux par obligation et non par choix. Ce n’est pas toujours facile de s’adapter, et dans ces cas-là, on se tourne vers les professionnels présents. Or qui à part l’infirmière libérale intervient quotidiennement chez les patients ?

Les aidants et la famille, des relations fortes avec les infirmières et infirmiers libéraux

Des relations fortes se tissent entre les aidants et les infirmières libérales. Ces dernières ne sont plus perçues uniquement comme des soignantes mais comme des référentes. Du conseil pour prodiguer certains soins à l’écoute attentive en cas de doutes ou de dépression temporaire, les infirmières libérales prennent en considération les attentes de ces derniers mais aussi, plus généralement, celles de toute la famille de leurs patients. Elles ne peuvent pas se substituer à ces relais familiaux, déjà trop contraintes pas des emplois du temps surchargés mais peuvent, en revanche, encadrer ce partenariat informel et pourtant bien réel, afin de le rendre efficace.

Cette relation peut parfois dépasser le seul stade de soignant / patient / famille. Dans tous les cas, elle participe à favoriser le maintien à domicile tant par les soins prodigués que par l’aide morale et matérielle. L’objectif poursuivi (rendre possible le maintien à domicile pour le plus grand nombre) est alors atteint.

Cette problématique de la « collaboration » entre les infirmières libérales d’un côté et les aidants et la famille de l’autre doit être posée dans toutes ses dimensions. Avec le vieillissement de la population, la cohabitation de ces deux acteurs majeurs du maintien à domicile est appelée à se développer un peu plus encore.

Et vous, quelle est votre approche des aidants et de la famille des patients ? Ces relations se sont-elles renforcées au fil des années ? Quelles modifications souhaiteriez-vous voir adopter ?

By | 2018-04-12T15:14:12+00:00 23 octobre 2017|IDEL au quotidien|62 Comments

62 Commentaires

  1. Edouard Gioanetti Le 23 octobre 2017 - Répondre

    Bon ben après oppposer ssiad et idel,had et idel (C’est un bon fond de commerce pour vous ca ? …) , voilà les aidants et idels…..(même si habilement vous évoquez quils peuvent etre une aide…)….vous êtes à l’image de notre société…. basse , opposante, divergente…. continuez comme ca….bye

  2. Allison Hivart Le 23 octobre 2017 - Répondre

    Tout dépend de l’infirmier et de l’aidant !!! Chacun voit « sa mission » différemment .. nous travaillons avec l’humain et une généralité n’est pas possible !!! Mais moi je privilégie cette relation !! Cela apporte à chacun !!!! Et le malade le ressent quand tout se passe bien !!

  3. Edouard Gioanetti avez-vous pris votre lithium ?

  4. Oui vive les aidants

  5. Annie Lopeteguy Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Je vois surtout de plus en plus d aidant s épuiser et abandonner toute vie sociale…

  6. Nicole Bernard Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Isabelle Rouzé,Elise Loïck Sueur

  7. Vahihi Devine Le 24 octobre 2017 - Répondre

    A 99% je dirai heureusement qu’ils sont là!! sinon ce serait ingérable. souvent les épouses deviennent des aides soignantes, elles apprennent des gestes qu’elles maîtrisent aussi bien que nous. Parfois, à 1 % je dirai, ce sont des obstacles, voire des dangers qui défont ce que l’on a fait dès qu’on est parties, qui font tout le contraire ou rien de ce que l’on a demandé, qui mettent en danger le malade. Mais c’est leur fonctionnement et on s’en accommode, on le gère, on anticipe et on fait avec… le pire, et j’ai une épouse en ce moment qui fait cela, c’est quand elle vous harcèle à tout bout de champ à vous reprocher d’avoir fait ceci, de n’avoir pas fait cela ou d’avoir pas mis un 3 ème tapis sur le sol de la salle de bain, ou qui vous hurle dessus parce que vous osez prendre la tension de son mari alors qu’il vous signale se sentir très fatigué et ce depuis 2 jours et qu’il a du mal à marcher, qui vous hurle qu’elle vous INTERDIT de prendre de telles initiative et que si y a un problème, elle avertira le Dr et que je devrai suivre les prescriptions et rien d’autres! La même qui vous impose l’heure d’arrivée et l’heure de départ, qui épluche les relevés de la sécu et se renseigne sur les cotations, qui vous reproche de toucher une majoration de nuit (alors que vous passez à 7h le matin) puis qui après vous impose de ne venir le soir qu’après 20h parce que vous avez cette majoration de nuit et qu’à 20 h en été, ben, il fait pas encore nuit!!! et qui ne veut pas comprendre que la majoration de nuit n’est que pour le matin et qu’elle n’ a rien à voir avec la nuit mais avec les heures de passage. Tout le temps surveillée, engueulée… ça c’est épuisant. Mais aucun autre cabinet ne veut venir et son mari myopathe en fauteuil est très dépendant… c’est un calvaire de travailler chez eux. vous ne savez jamais comment vous allez sortir de là…

    • Véronique Banguio Le 24 octobre 2017 - Répondre

      En fait l’épouse à un pbm psy… :/
      Bon courage !

    • Aurel Orel Le 24 octobre 2017 - Répondre

      Elle est consciente que si tu pètes un câble , et que tu les « lâches », le confort du domicile sera fini pour son mari, qu’il se retrouvera certainement en maison de retraite avec des horaires de levé et de coucher imposés !?!
      J hallucine !

    • Annie Lopeteguy Le 24 octobre 2017 - Répondre

      Respect a toi !!! Mais tu ne dois pas accepter un traitement pareil…c juste insupportable a ce niveau

    • Kari Rahbel Le 24 octobre 2017 - Répondre

      Ma pauvre je compatis c’est horrible j’aurai lâché l’affaire et demande une HAD

    • Fred Payet Le 24 octobre 2017 - Répondre

      Kari Rahbel pareil

    • Anita Idel Le 24 octobre 2017 - Répondre

      On en a une ds le mm genre…heureusent que c un cas isolé et que les autres nous donne du baume au coeur car sinon je « demissionerais »…

    • Pascale Vinciguerra Le 24 octobre 2017 - Répondre

      Kari Rahbel c ést clair moi aussi

    • Pascale Vinciguerra Le 24 octobre 2017 - Répondre

      Faut passer le relais arrive un moment ou trop c ést trop . J ai pourtant énormément de patience et d empathie pour les patients mais là… Je peterais un câble … A passer urgent à l HAD.

    • Petite lettre recommandée et elle se débrouille

    • Sofia Julia Le 25 octobre 2017 - Répondre

      J’aurais lâché depuis longtemps c’est infernal de bosser avec des emmerdeurs

    • Laurence Baille Le 25 octobre 2017 - Répondre

      Cette pauvre femme est en grande souffrance…il faut la comprendre et l’aider, mais cela doit être géré,en collaboration, avec un professionnel compétent.

    • Vahihi Devine Le 26 octobre 2017 - Répondre

      Véronique Banguio je pense aussi mais le mari malgré son caractère bien trempé et exigeant ne pose pas trop de problème et subit aussi les lubies de sa femme. Je prends sur moi et continue à intervenir car ma collègue ne veut pas les lâcher. De toute façon aucun autre cabinet ne veut y aller et cet homme a besoin de soins. Alors avec elle c’est bonjour bonsoir et je fais ce que j’ai à faire et si elle me cherche, elle me trouve. voilà

    • Vahihi Devine Le 26 octobre 2017 - Répondre

      Annie Lopeteguy je ne suis hélas pas seule à décider. ma collègue cède à toutes leurs demandes, elle est en burn out mais bon elle ne veut pas les perdre car nous avons une petite tournée. Si la situation en est arrivé là c’est surtout que depuis presque 2 ans, elle n’a jamais rien refusé et ils ont pris de plus en plus de liberté et nous dirigent à présent sur tout ce qu’on fait. Comme je recadre régulièrement et refuse d’accepter certaines choses, c’est moi la mauvaise donc l’épouse m’a prise en grippe. Elle a voulu changer d’infirmières mais personne ne veut aller chez eux. Ma collègue continue à obéir au doigt et à l’oeil pourtant sachant ça, qu’on a la main, elle devrait mettre les choses au clair mais non. et ce sont ses patients pas les miens donc je n’ai rien à dire…

    • Véronique Banguio Le 26 octobre 2017 - Répondre

      Bernie Solo , lis … le cas dont parle Vahihi Devine me fait penser à un  » phénomène  » que tu as dans ta tournée.

  8. Cecile Eugone Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Sophie Amiel…

  9. Emilie Marchant Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Virginie Beaumont

  10. Caroline Recloux Le 24 octobre 2017 - Répondre

    J’ai accompagne ma grand mere mater durant les 11 ans de sa pourriture de maladie ts les samedis apm et cela n’a pas ete facile et quand elle est partie j’ai pris 1 cp dans l’aile et suis en depression(3eme rechute depuis debut juin 2016)

    • Rbt Anne Le 26 octobre 2017 - Répondre

      C usant d’être aidant au final on se rend pas compte mais kan on est dans le cas ôn se rend compte à kel point c’est difficile…. Bon courage à vous sur le chemin de l’acceptation et du deuil…

  11. Pierre Thomas Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Énorme le travail des aidants,nul n’est tenu de le faire mais souvent ils travaillent sans filet et lorsque les malades arrivent dans le service,tout le monde est à ramasser à la petite cuillère.alors on parle, on explique,on observe,on soutient avec ce qu’on a dans le ventre…
    Je travaille dans une unité spéciale ou l’on reçoit des patients en crise,démence e autre maladie neuro dégénérative.ils restent environ un mois,pour les stabiliser,parfois diagnostiquer,tout ceci avec peu de médicament,genre neuroleptiques,mais une prise en charge comportementale.

  12. Cathy Cugmas Le 24 octobre 2017 - Répondre

    les aidants mais aussi les infirmiers libéraux souvent mal traités

  13. Delphine DE Clercq Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Avec beaucoup oui avec certaines non très peu je dirais cependant et heureusement

  14. Célia Commare Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Brigitte Langlade!!!! ❤️

  15. Mélo Svr Le 24 octobre 2017 - Répondre

    Tatiana Eberle un petit souvenir de notre memoire

  16. Alexandre Castagna Le 25 octobre 2017 - Répondre

    Lucie Choquet Manon Cogni Raphaël Debarbouille

  17. Hassani Enucke Le 25 octobre 2017 - Répondre

    Dati Bo

  18. Que ferions nous sans eux!!!

  19. Jef Bloodson Le 25 octobre 2017 - Répondre

    Comme dans toute profession un aidant est un auxiliaire, il peut être professionnel ou de la famille. Les pro ne sont pas là pour rabaisser leur fonction mais pour les valoriser et travailler en cohésion. Les aidants sont souvent ceux qui passent le plus de temps avec les personnes âgées et ou malades en s’épuisant physiquement et psychologiquement, beaucoup en pâtissent si ce n’est la mort qui les attend, les dépressions sont souvent présentes. Respectons chacun nos compétences.

  20. Sihame Mehdi Le 25 octobre 2017 - Répondre

    Cheyma Abdou lol

  21. Patrick Gourdon Le 25 octobre 2017 - Répondre

    il y en a pas beaucoup

  22. Adèle Bijoux Le 25 octobre 2017 - Répondre

    Il y a des fiches conseils à partager pour les aimants, une visite médicale spéciale aussi pour les soutenir.car îls se placent en situation de danger aussi avec la fatigue et la charge émotionnelle cumulées

    • Rbt Anne Le 26 octobre 2017 - Répondre

      Ils sont bien pris en charge les aidant chez vous…. Nous on a rien… À part qq associations mais comment faire kan on a personne pour garder le malade…. C’est pas facile

    • Sylvie Jardin Le 26 novembre 2017 - Répondre

      Effectivement autour de moi on me parle de vacances de week-end de ponts yes et de film de resto d amis etc et moi seule je suis la à attendre au elle ferme ses yeux et après et bien on verra et aucune prise en charge désolé mon petit RSA. Du genre ne te plaint pas tu as déjà ça et oui ça et la jouissance du toit après démerde toi. MARRE

  23. Juliette Kro Le 25 octobre 2017 - Répondre

    Julie Rlln pour ton TFE

  24. Louise Martin Le 26 octobre 2017 - Répondre

    Le rapprochement. Se fait plus ressentir. Dans les milieux. Ruraux

  25. Aurélie Buan Mahé Le 26 octobre 2017 - Répondre

    Chez un patient sa femme est plus compliquée à prendre en charge que son mari dont je dois m’occuper, cela est très pesant et difficile à gérer pour moi. Mais effectivement dans la plupart du temps les conjoints sont aidants et on a besoin d’eux

  26. Rbt Anne Le 26 octobre 2017 - Répondre

    Ben on va dire que si les aidant collaborent nous avons une meilleure prise en soins… Pour moi je dis souvent que sans eux on est rien…. Et eux sans nous ils sont perdus… Moi j’aime travailler main dans la mains avec les aidants… J’essaye de leur dire qq paroles réconfortantes car ils ont besoins de soutien au quotidien, de valorisation et d’encouragement. On est souvent les seuls à les écouter au quotidien… Et ôn à aussi des cas où la collaboration reste difficile voire impossible… Alors on continue notre travail sans relâche auprès des patients… Même si c’est difficile. Je vois aussi le patient mais il y a tout ce qui a autour… Son entourage, son environnement, implication de la famille proche, situation sociale, détresse psychologique, … Tout sa compte beaucoup pour une prise en soins globale et efficace.

  27. Nicolas Roncevic Le 27 octobre 2017 - Répondre

    Bah on travaille en collaboration avec certains (la plupart) et d’autres comme certains enfants ne sont pas foutus capable d’aller chercher le TTT à la pharmacie, une PM chez le médecin, les protections … parce que nous on ne doit sûrement avoir que ça à faire !!

  28. Brigitte Picachu Le 27 octobre 2017 - Répondre

    On pourrait écrire un livre chacune d’entre nous les aides-soignantes à domicile !

  29. Swan Nong ou pas?!
    boxe !!!

  30. Lucie Brard Le 28 octobre 2017 - Répondre

    C’est mon sujet de TFE alors merci pour ce post .. vos commentaires sont riches également. . Merci !

  31. Veronique Hovart Le 29 octobre 2017 - Répondre
  32. MERCI POUR TOUT CE QUE VOUS FAITES

  33. Sof Bak Le 29 octobre 2017 - Répondre

    #aidantsjevousaide

  34. Linda Dalinda Seghiri Le 29 octobre 2017 - Répondre

    C’était le thème de mon TFE en 2008

  35. Sangee Sogorb Le 29 octobre 2017 - Répondre

    Mathieu Barbara

  36. Timothée Boucher Le 14 novembre 2017 - Répondre

    Vous êtes infirmier(e) libéral(e) et vous voulez un(e) remplaçant(e) rapidement ? Où tout simplement vous cherchez à effectuer des heures ou faire quelques remplacements de temps en temps ?
    J’ai la solution !
    N’hésitez pas à me contacter en message privé pour toutes questions.
    Cordialement.

Laisser un commentaire