Les infirmières libérales libérées par la condamnation unanime du harcèlement sexuel !

Les infirmières libérales libérées par la condamnation unanime du harcèlement sexuel !

Difficile aujourd’hui de ne pas entendre toutes ces femmes, qui dénoncent le harcèlement sexuel, dont elles ont été victimes. Les infirmières libérales aussi attendent beaucoup de cette libération de la parole, à commencer par une prise de conscience de toute la société.

Le harcèlement sexuel, un comportement condamnable enfin dénoncé

 

Bien que l’on parle d’infirmières et d’infirmiers libéraux, commençons par préciser que la profession reste encore très majoritairement composée de femmes. Avec environ 16 % d’hommes, les IDEL(s) demeurent une des professions les plus féminisés. Alors naturellement, les infirmières libérales se sentent elles-aussi concernées par les affaires d’harcèlements sexuels qui se multiplient ces derniers jours. Pour mémoire, ces crimes et ces délits sexuels se dévoilent suite aux révélations, qui ont conduit à l’éviction d’un des hommes les plus puissants d’Hollywood : Harvey Weinstein.

En osant briser le silence, les premières femmes, ayant dénoncé ces actes inexcusables, ont libéré la parole. Toutes les générations de femmes mais aussi toutes les professions sont concernées par ces actes délictueux, qui ont, il faut bien l’avouer, été toléré pendant des décennies dans une société, dirigée par des …hommes.

Et cette parole libérée démontre bien que certains secteurs d’activité sont plus fortement concernés par ces attitudes, qui peuvent enfin être à l’origine d’une procédure judiciaire. Parmi ces professions particulièrement sensibles, les métiers de la santé sont depuis plusieurs jours sous les feux de l’actualité et les infirmières libérales et hospitalières apparaissent alors comme une des cibles appréciées par ces harceleurs.

L’infirmière libérale, quand le fantasme se transforme en comportements inadmissibles

L’infirmière fait toujours partie des fantasmes les plus avoués (et assumés ?) par les hommes ? L’infirmière libérale n’échappe pas à ces fantasmes, qui se transmettent de génération en génération. Mais c’est aussi le milieu médical lui-même, qui a permis que perdurent ces situations, qui sont dénoncées aujourd’hui. Il ne faut pas perdre de vue, que pendant des décennies, les infirmières libérales ou hospitalières ont été considérées comme de simples « exécutantes » face à un corps médical, qui était alors composé presque exclusivement d’hommes. Même si la situation a bien évolué aujourd’hui, les mauvaises habitudes ont-elles résisté. Même le directeur de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, Mr Martin Hirsch, reconnait que les « acteurs (du milieu médical) ont toujours eu du mal à faire la frontière entre la plaisanterie lourdingue » et « le harcèlement » ». Des témoignages font état de ce harcèlement sexuel, qui continue de sévir dans certains hôpitaux français, et on ne peut pas comprendre (et encore moins excuser) ces comportements coupables au prétexte du stress et des traditions, deux arguments souvent mis en avant par le personnel masculin.

 

De l’infirmière nue sous sa blouse à l’infirmière libérale, un changement d’état d’esprit

Martin Hirsch revient sur l’un des « mythes » qui nourrit le fantasme de l’infirmière, en soulignant le rôle de cette domination masculine dans l’esprit collectif : . « Il y avait une époque où on disait que pour des raisons d’hygiène les infirmières devaient être nues sous les blouses mais que ça ne s’appliquait pas aux médecins qui pouvaient tout à fait être habillés, ce qui montre le type de rapport de domination qui pouvait exister« . Ce sont ces traditions, qui volent en éclats aujourd’hui, d’autant plus que les infirmières bénéficient d’un appui de poids à travers la personne d’Agnès Buzyn, l’actuelle Ministre de la Santé. Elle est ainsi revenue sur sa carrière passée de médecins, évoquant des « comportements très déplacés« . Elle a osé parler de ces anciens « chefs de service qui lui disaient : ‘Viens t’asseoir sur mes genoux’. Des choses invraisemblables… qui faisaient rire tout le monde« . C’est tout le monde médical, qui est remis en cause. Certes, les infirmières libérales ne subissent pas au quotidien les comportements déplacés d’autres professionnels de santé, mais lorsque ces dérapages intolérables sont compris et admis par le corps médical, il ne faut pas s’étonner que les patients eux-mêmes reproduisent à leur tour ces délits et crimes sexuels. Car du harcèlement sexuel au viol, il n’y a malheureusement qu’un pas, qui est (trop) souvent franchi. C’est pour ce changement d’état d’esprit, que les infirmières libérales peuvent se réjouir, car il les concerne aussi et permettra à l’avenir de se débarrasser de certains comportements, qui ont pu nuire à la Santé en général.

Et vous, avez-vous déjà été victime de harcèlement sexuel ? Comment expliquez-vous l’importance du phénomène dans le milieu médical ? Pensez-vous que l’on assiste actuellement à une véritable prise de conscience ?

 

 

 

By | 2018-04-12T15:14:04+00:00 2 novembre 2017|IDEL au quotidien|71 Comments

71 Commentaires

  1. Muriel Carné-Guérard Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Oh perso …les conards ne m’ont pas harcelée lgt …. ça a été réglé à la 1 ère tentative…….

    • Stéphanie Andre Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Pareil pour moi!!! Hors de question de dire amen à un supérieur hiérarchique quel qu’il soit!!!!

  2. Didier Hurabielle Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Historiquement l’infirmière était et je dit bien était une prostituée. Bon ok pourquoi pas. Mais après elle fut très longtemps une religieuse. Là. …sa calme les ardeurs. Pour le médecin. …lui avec son serment. .ne devait pas rendre plus malade le PATIENT. No no se ré. …….disait en qq mot le latin que je ne suis pas.
    A ton oublié qui nous sommes ? Et d’où l’on vient ?
    Pour ma part ,j’ai connu mon épouse à l’hôpital et oui j’étais son supérieur hiérarchique et alors ???? Maison .2 enfants et ça fait 25 ans que ça dure . peux être un peu d’intelligence dans la communication et relations homme femme. Et oui homme en premier car on m’a appris que le masculin primaire sur le féminin . désolé pour les puriste mais avec la Najat vâleau Ben…..vive les transmissions à la mord moi le ……..

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Magnifique je n’ai absolument rien à rajouter. étant infirmier libéral je suis une pute mais à mon compte lol sans proxo

    • Didier Hurabielle Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Et entre 2 toilettes je suppose

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Mais attention on se partage les bouts de trottoir et ça finit au coup de poing dans la gueule dès l’empiètement de la concurrence.

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Perfusions c’est plus rentable . Les toilettes pour les nouveaux ? ptdr .

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      à la réflexion on peut avoir des proxos qui répondent sous le doux nom de prestataires. C’est vrai que l’image est intéressante

    • Didier Hurabielle Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Peut être mais elle reviennent tt les jours. Ça fait un bon fixe ?

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Pour Finir sérieusement je pense qu’il faut prendre ce problème de harcèlement à la rigolade parce que là ça vire vraiment à l’obsession et c’est détestable

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Infirmier ou surtout infirmières on a un socle assez solide d’un point de vue psychologique pour pouvoir se défendre lorsque cela arrive. Et une bonne journée

    • Didier Hurabielle Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Tt à fait d’accord avec toi. …bonne journée à toi. je repars

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Je suis en repos bon voyage ?

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Didier Hurabielle les perfs aussi si tu vends bien ?

    • Maxime Le Gall Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Les infirmières ont a « un socle assez solide d’un point de vue psychologique pour pouvoir se défendre  »
      Vous rigolez ??? Face aux médecins tout puissants qui se permettent tout et n’importe quoi et qui seront toujours couverts par la structure
      Nous devons en rire ?!
      Vous êtes sérieux ? !
      Vous êtes déjà allé faire un tours dans un bloc ? La seule chose qu’ils comprennent c’est la menace physique mais quand on fait 1m60 et 50kgs c’est compliqué

    • Lionel Castel Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Déjà mis un interne KO… Ça s’était su…. laissé tranquille longtemps

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      changer de métier peut être alors une option. Si pas d’épaule on passe la serpillère. Ou se mettre en congé maladie pour devenir la pute des prestations sociales. Mais restons sérieux

    • Fred Mustafa Havagulu Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Il y a un concours d’entrée avec notamment un oral qui permet de bloquer le passage À des sensibilités trop profondes

    • Maxime Le Gall Le 31 octobre 2017 - Répondre

      N’importe quoi!
      Qu’est ce que vous racontez ?
      Vous cautionnez le harcèlement dont sont victimes certaines collègues
      Et si elles ne supportent pas les allusions des toubibs qu’elles se foutent en arrêt
      Vous êtes grave vous !

    • Marie Hélène Blondé Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Facile de se mettre en arrêt quand on fait parti d’une structure ! D’ailleurs je trouve que c’est la solution facile à la bobologie ! « j’ai 38 de température je ne viens pas travailler…. J’ai mal au dos je viens pas bosser….. Ma voiture est en panne…. Je ne peux pas venir !…….. » mais en libéral mettez vous en arrêt pour un oui ou pour un non ! Vous allez vite finir à sec ! Alors arrêtez d’abuser des arrêts maladie

    • Didier Hurabielle Le 1 novembre 2017 - Répondre

      IDE….FONCTIONNAIRE ET LIBÉRAL VIVE LA GUEGUERRE .PAS COMME ÇA QUE L’ON GAGNERA. Les médecins l’ont bien compris. ….

    • Maxime Le Gall Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Marie Hélène Blondé là n’est pas le débat

    • Jennifer Szabo Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Perso jamais eu de pb, pour moi cela n’a rien à voir avec la carrure. Les médecins dragouilleurs je les maintenait à distance, pas de tutoiements, pas de bises, pas de copinages et donc pas d’ennuis.
      Je n’ais jamais fais partie des infirmières qui s’enorgueillisent de plaire aux médecins, c’était aussi clair pour eux que pour moi.

    • Maxime Le Gall Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Tant mieux mais certaines sont plus fragiles et vulnérables
      Et ces hommes là le savent et iront toujours vers des « proies plus faciles »

    • Maxime Le Gall Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Mais en tout Fred Mustafa Havagulu vos propos sont très douteux

    • Lalia Lily Bnb Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Jennifer Szabo je pense aussi qu il faut savoir instaurer une distance pour pas se retrouver dans ce genre de situation ?

    • Jennifer Szabo Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Ouaip des sauvages hein Lalia Lily Bnb
      après harceleurs ou mecs super lourd j’ai l’impression que la limite se brouille

    • Jennifer Szabo Le 1 novembre 2017 - Répondre

      C’est vrai Maxime Le Gall et jspr qu’elles trouveront une épaule auprès de l’encadrement dans leur structure

    • Lalia Lily Bnb Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Jennifer Szabo oui je pense aussi avec tout ça on ne sait plus dans quelle catégorie les mettre
      Apres moi je suis fière d être sauvage lol au moins on est tranquille

  3. Monteux Frederic Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Ça sent l’époque de la gestapo tout ça

  4. Nicole Baragnon Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Mais expliqué moi comment tt d un coup d un seul …..le harcèlement sexuel est à la tête d affiche …

    • Didier Hurabielle Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Jalouse ….non je déconne .s’était pour rire ma nini. Ne le prend pas au premier degrés. Faut plus déconner avec ça .finie les vestiaires mixte.finie tt d’ailleurs.

    • Nicole Baragnon Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Je ne suis pas jalouse…j ai été jeune aussi et même si j ai eu pas mal de proposition….meme encore…parfois le harcèlement est un peu…..provoque….ou alors il h à les recherches d avancement……biensur des harcèlement sexuel il y en a ms qd même depuis quelques temps ça pleut de partout….nous avec nos vestiaire mixe 0 problème……meme qd j étais jeune puisque maintenant tu m as classe j ai bien compris…..des celles aux rebut…c est cool

    • Didier Hurabielle Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Normal tu ne vient plus me voir ….tu as peur peut être de tomber sur moi

    • Nicole Baragnon Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Tu n aimes pas….les vieilles….mdr…bizz

    • Nicole Baragnon Le 31 octobre 2017 - Répondre

      Tu vois…que j ai raison…

    • Myrt' Ouf Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Je ne pense pas que ce soit d’un seul coup…. C’est un long combat

    • Virginie Di Dio Le 2 novembre 2017 - Répondre

      Pour ne pas mettre les doigts sur les autres gros problèmes de notre profession

  5. Sofia Julia Le 31 octobre 2017 - Répondre

    En libéral c’est le regard malsain des patients masculins qui dérangent ou les voyeurs les guetteurs j’en ai déjà remballer ou des gens qui savent a quelle heure on passe et qui se mettent aux aguets c’est du harcèlement

    • David Tirveillot Le 31 octobre 2017 - Répondre

      J avais une patiente en stage, a chaque toilette elle me disait «fais moi bien mousser la.chatte!». franchement, la première fois, j ai éclaté de rire, et je crois que c etait vraiment la meilleure solution. Après il faut bien comprendre que la relation soignant soigné provoque inévitablement du fantasme pour le/la soigné.e , c est normal, il y a juste des limites a instaurer d emblee.

    • Sofia Julia Le 31 octobre 2017 - Répondre

      c’est vrai mais y a des gens lourds et franchement vaut mieux s’habiller comme une nonne chez certains de mes patients car on se fait tripoter comme une collègue qui a osé rien dire moi je mets les limites des le début ils comprennent vite faut pas nous embêter

    • Mariecarmen Delcano Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Tant qu’ils touchent avec les yeux….. Quand vous voyez 1 beau mec, ne me dites pas que vous baissez les yeux, je ne vous croirais pas

    • Myrt' Ouf Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Quand je vois un beau mec je n’ai pas le regard insistant sur son entre jambes! Parfois même mettre un décolleté on prend une remarque. Alors oui c’est juste pour rire mais c’est dit quand même. Quand un mec met un pantalon moulant je ne vais pas lui dire « ah ben t’en as une belle!! »

    • Sofia Julia Le 1 novembre 2017 - Répondre

      D’accord avec vous Myrt’ Ouf

    • Sofia Julia Le 1 novembre 2017 - Répondre

      J’ai des patients qui regardent entre les jambes ..

  6. Martine Legros Le 31 octobre 2017 - Répondre
  7. Pas plus que dans la vie active quand ça arrive remettre en place la
    Personne . Puis si c’est trop flagrant bein on arrête les soins quitte à perdre des sous ..moi non plus je ne comprend pas cette surmédiatisation

  8. Maxime Le Gall Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Pour ceux qui ont bosser au bloc vous connaissez l’ambiance et l’atmosphère malsaine qui y règne
    Les chirurgiens sont tout puissants et parce qu’ils sont « stressés à cause de leurs responsabilités » se permettent tout et n’importe quoi
    Mais « cest pour rigoler » Vous diront ils !

    • Fred Million-pujol Le 31 octobre 2017 - Répondre

      J’ai le souvenir d’un chirurgien qui disait qu’il faudrait une infirmière edentée au bloc pour qu’elle puisse lui faire une petite gâterie sans risque sous la table pendant qu’il opérait ! Et tout le monde riait !
      Au passage le dit chirurgien avait un physique bien ingrat et s’enorgueillait de ses multiples conquêtes faciles dans tout l’hôpital !

    • Magali Cueille Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Beurk. Gros porc de plus!

  9. Delphine Thiriet Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Même en tant qu étudiante j’y ai eu le droit !

  10. Francoise Blondel Le 31 octobre 2017 - Répondre

    je suis une ancienne D.E 1976 . et oui j’en ai vu de drôles de choses . et on se taisait . La peur du tout puissant !!!! On ne faisait pas le poids . JE me souvient très bien de ce chirurgien cardio vasculaire qui régulièrement avait des envies de pipi au bloc et qui demandait à la panseuse de passer sous la casaque avec un haricot sous les regards de tous internes et anesthésistes qui ne disaient rien … je vous entant déjà dire toi non plus . j étais jeune aide anesthésiste et terrorisée. moi il me traitait juste comme une merde su le malade avait le hoquet !!!!

  11. Nicole Baragnon Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Mon dieu il y a des choses je me dire …mdr

  12. Emilie Brosseau Le 31 octobre 2017 - Répondre

    J’ai connu un infirmier seul homme de la structure qui a harcelé ses collègues sexuellement et a eu droit à un arrangement pour que cela ne s’ébruite pas. Car dire qu’ un infirmier demandait des faveurs aux stagiaires ou proposait des choses à ses collègues ca le faisait pas. Malgré les plaintes il n’a rien eu. A changé de lieu et a récidivé et toujours rien. J’espère que les victimes seront prises en compte maintenant

  13. Annelly Goth Le 31 octobre 2017 - Répondre

    Oui à l’hôpital, jamais en libéral, des dragueurs oui mais pas harceleurs:-)

  14. Karine Bastide Le 1 novembre 2017 - Répondre

    Certains comme Monteux Fredericmonte parlent de gestapo. …..je crois qui faut faire attention aux termes qu’on utilise non??ensuite va faire un tour à la gendarmerie et essaye de porter plainte pour harcèlement ou attouchements au travail. ….tu verras que en plus de la gêne que tu ressens tu devras te justifier pour que a la fin ta plainte ne mène à rien et que a 95%des cas selon les études tu devras quitter ton boulot.les femmes prennent les outils qu’on leur laisse pour se défendre et se faire entendre ! !!comme toujours quand elles ont voulu faire avancer leurs droits!

  15. Monteux Frederic Le 1 novembre 2017 - Répondre

    certaines ici melange beaucoup de chose, drague , harcellement etc ! dénonce ton porc me fait tout de suite penser à une époque nauséabonde dénonce ton juif . le ressort est le même même s’il y a un fondement louable , ce mouvement vise moins vraiment des harceleurs que les hommes en générale et ça s’inscrit dans une idéologie omnipressante , transgenre, vegan, féminisation de l’homme etc … le harcelement est plus un rapport économique que de sexe ! si vous remplacer tous les hommes chefs vous verrez que beaucoup de femmes se transformeront également en harceleuse car la relation pyramidale ou le chef a plein de pouvoir le permet! et je peux vous affirmer que ça existe bien car j’ai quelques fois croisé des petits chefs femme assez horrible

    • Maxime Le Gall Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Mais là n’est pas le débat
      On parle du harcèlement à l’hôpital
      Ça existe oui ou non ?
      C’est vous qui mélangez tout, vous nous dîtes quoi là ?
      En gros c’est comme si je disais qu’il y a aussi des femmes qui battent leurs maris et ça on en parles pas … lol
      Votre argument ne tient pas debout car le fait est que dans notre société ce sont les hommes qui sont décisionnaires que ce soit dans l’administration, l’entreprise etc … C’est un fait donc expliquez moi comment en claquant des doigts on inverse la tendance
      Quand à la comparaison faite par rapport à la gestapo toujours pas compris

    • Monteux Frederic Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Il suffit tout simplement de regarder les USA. Ce mouvement est une pale imitation de ce qui se fait la bas . Les féministes américaine font régulièrement du mâle bashing et traquent les porcs. Dans le même temps elles remettent pas en question une société ultra capitaliste ou le sexe de la femme est une marchandise comme une autre et la culture du porno partout.c’est donc une vaste hypocrisie. Ensuite le harcèlement s’inscrit dans cette hiérarchie pyramidal très forte en France où le chef à beaucoup de pouvoir le harcèlement n’est pas que sexuel .

    • Myrt' Ouf Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Comme dans tous les combats il y a des abus mais il y aussi des vrais victimes que cela va aider à dénoncer et des vrais porcs qui vont peut être se sentir minable! Que ce soit des hommes ou des femmes

    • Monteux Frederic Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Myrt’ Ouf illusion que tout ça et vous sauter à pied joint ! certes quelques tête tomberont mais rien ne changera ! pourquoi croyait vous que les médias s’engoufre là dedans ! les médias sont le systéme ou plutôt la communication du système ! on est dans un systéme bien rodé ou les élites mettent au pilori quelques victimes expiatoire ! pendant que Macron et les médias mettront au pilori quelques porc des dizaine de milliers de femmes se prostitueront à cause de la plus immense regression sociale organisé par le pouvoir ! vous ne voyez donc rien ?

    • Régine Leroy Le 2 novembre 2017 - Répondre

      Et donc ? Votre solution ? Ou début de solution ? On ferme notre gueule pour ne pas être récupérer ? Personnellement, je la vois cette régression sociale et je sais qu’elle est organisée par le pouvoir…et donc…je ferme ma gueule pour pas être récupérée…ou je me bats avec ce que j’ai. Dénonce ton porc m’a permis de me rendre compte du taux de harcèlement auquel j’ai été confrontée. Parce qu’on minimise, on « oublié », on lève le tapis et on cache dessous mais franchement ce que j’ai vécu, ce que mes amies, soeurs,nièces,filles, mères ont vécu, c’est inadmissible…triste, traumatisant…

  16. Geoff Chnbc Le 1 novembre 2017 - Répondre

    Un patient dégueulasse m avait ouvertement invité a toucher son petit oiseau…. impulsif comme je suis je lui ai balancé tout ce que je trouvais sur lui et ma collegue le lendemain l a descendu en le ridiculisant

  17. Mariecarmen Delcano Le 1 novembre 2017 - Répondre

    J’ai fait toute ma carrière en hôpital et n’ai jamais observé ce genre de comportement…. Il me semble que chaque femme doit pouvoir se faire respecter, si elle le veut bien évidemment… même par la hiérarchie « masculine ».

    • Caroline Touzet Le 1 novembre 2017 - Répondre

      C’est pas très sympa ça ,vous insinuez que les femmes qui se font harceler c’est parce qu’elles le veulent bien?
      Vous avez peut être un fort caractère et surtout une grande confiance en vous mais ce n’est pas le cas de tout le monde
      Personnellement ça m’est arrivé une fois au début de ma carrière je n’ai pas vraiment confiance en moi mais par contre j’ai un caractère bien trempé c’est ce qui m’a permis de ne pas passer à la casserole ce jour là et ensuite être tranquille
      J’ai du changer ma nature enjouée pour ne plus être confrontée à ce problème ! Vous trouvez ça normal ?

    • Mariecarmen Delcano Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Mais c’est justement pour que les jeunes puissent savoir qu’elles doivent se faire respecter dès le début de leur carrière que je peux paraître cynique. Et qu’elles continuent à être gaies, souriantes, sans changer leur nature. Des cons, on en rencontre partout malheureusement même dans le milieu médical… Et non ce n’est pas normal qu’une femme soit obligée de « changer » sa nature pour des ploucs de ce genre. Ça me révolte autant qu’à vous, et je ne suis pas sûre que les médias soient autant aidants qu’ils le souhaitent.

    • Myrt' Ouf Le 1 novembre 2017 - Répondre

      Quand tu es stagiaire tu peux avoir tout le caractère que tu veux mais bien souvent tu n’es pas à l’aise… tu supportes et tu ne dis rien. Même si tu te respectes…. avec l’expérience tu apprends à envoyer ch…

  18. Olivier de Chaunac Le 2 novembre 2017 - Répondre

    Non, rassure-toi et là je parle en temps que patient, il est temps qu’il y ait une prise de conscience et là, en l’occurrence, c’est le cas.
    Votre humanité, la « flamme » comme on dit, vous l’avez, mais beaucoup veulent vous imposer des choses qui n’ont rien à voir avec ce noble métier. Pour moi, vous avez raison sur tous les plans et notamment que les organismes arrêtent de vous imposer des aberration s qui n’en finissent pas de vous taxer, vous obliger à des difficultés géographiques…

Laisser un commentaire