La santé, les infirmières libérales et la place faite aux femmes 

La santé, les infirmières libérales et la place faite aux femmes 

La santé, les infirmières libérales et la place faite aux femmes !

Impossible ces dernières semaines de ne pas tomber sur un article consacré aux dangers du sexisme ou à la menace instillée par l’inégalité Homme-Femme. Le domaine de la santé ne fait pas exception à la règle, même si après une parole libérée, le temps est désormais à une réflexion menée plus en profondeur.

 

Les femmes et l’accès aux soins, une situation critique

 

Comme dans toutes les professions (ou presque), les infirmières et infirmiers libéraux ont témoigné du sexisme et du harcèlement, existant dans le milieu de la santé et des soins à domicile notamment. Cette libération de la parole, suite aux révélations faites à l’encontre du producteur hollywoodien Harvey Weinstein, se poursuit aujourd’hui encore, même si elle a également permis d’élargir le champ de la réflexion. On retrouve la condition faite aux femmes y compris dans le domaine de la santé. Le Haut conseil à l’égalité entre les Hommes et les femmes (HCE) avait ainsi publié, le 29 mai dernier, un rapport « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité ». Même si il ne se consacre pas pleinement au sort réservé aux infirmières libérales, ce rapport souligne à quel point le sexisme reste une ségrégation encore bien présente dans le système de santé en France. L’étude reste pessimiste soulignant que la précarité des femmes en matière de santé est multiple : « Elle n’est pas seulement financière, elle est aussi psychologique et professionnelle. » Si le rapport pointe l’inégalité alarmante entre les hommes et les femmes en matière d’accès aux soins, il propose aussi des pistes pour améliorer cette situation. Ainsi, la prévention du col de l’utérus, par exemple, pourrait être mieux assurée auprès des femmes en situation de précarité en faisant appel aux infirmières libérales notamment. Le rapport souligne le bénéfice d’une expérimentation toulousaine, reposant sur un protocole entre l’infirmière et les médecins. L’infirmière libérale peut alors pratiquer le frottis cervico-utérin directement au domicile des femmes.

 

De la condition des femmes à celle des infirmières libérales

Si l’actualité a remis la question de cette égalité Homme Femme au centre des débats publics, les infirmières libérales sont directement impactées par toutes ces problématiques. La profession est encore largement féminine, et la place faite aux femmes dans la société se traduit également de manière concrète pour ces professionnelles des soins à domicile. Car qui mieux que les infirmières libérales peut être au contact quotidien de ces femmes en difficulté ? Mais le débat s’invite aussi en ce qui concerne le travail quotidien des infirmières libérales. Si les infirmières libérales sont, bien souvent, mieux reçues par leurs patients que leurs confrères, elles sont également plus souvent sollicitées pour répondre à de « petites tâches » : ouvrir le courrier, tenir compagnie, …. Des tâches chronophages, qui démontrent aussi une approche différente du patient ou de la patiente en fonction que son IDEL soit un homme ou une femme.

Pouvant être apparenté à un sexisme ordinaire et pourtant condamnable, ces sollicitations ne sont rien par rapport aux situations de harcèlement sexuel, dont sont victimes les infirmières libérales. C’est ce qu’explique Nadia Flicourt, infirmière et formatrice de professionnels à domicile aux journalistes de la revue L’Infirmière Libérale Magazine : « Le harcèlement est une réalité dans les soins à domicile. Des infirmières me parlent d’exhibitionnisme, de gestes déplacés dans la salle de bains et même de séquestration. ». L’attitude des patients et de leur entourage change cependant, et avec l’actualité du moment, visant à combattre toute forme de sexisme, le harcèlement des infirmières libérales devrait, à terme, devenir, marginal, comme le démontre Mme Flicourt : «  Les débordements interviennent principalement chez les hommes de la vieille génération, voulant prouver leur virilité et dont l’inconscient travaille autour du fantasme de l’infirmière. La nouvelle génération d’hommes agit différemment. »

C’est donc sur tous les plans (accès et délivrance des soins, travail quotidien, relation patient-IDEL, …) que la nouvelle croisade contre toutes les formes de sexisme va impliquer des changements dans la profession même d’infirmière libérale. Cette croisade ne fait que commencer, laissant supposer que de nouvelles mesures devraient être annoncées notamment dans le domaine de la santé.

Et vous, que pensez-vous de cette volonté de légiférer pour imposer l’égalité stricte entre les hommes et les femmes ? Quelles en seront les conséquences sur votre quotidien d’infirmière libérale ? Quel serait, selon vous, la première décision à prendre en la matière ?

By | 2017-12-17T10:57:57+00:00 17 décembre 2017|IDEL au quotidien|117 Comments

117 Commentaires

  1. Maxime Le Gall Le 17 décembre 2017 - Répondre

    L’avantage c’est que vous pouvez vous retirer de la prise en charge
    Contrairement au travail dans les services auprès de chir harcelants
    C’est tout de suite plus difficile d’être entendu et si une personne doit quitter le service c’est toujours la même

    • Nathalie Vieu Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Oui on peut quitter le patient en libéral Mais Il faut trouver une remplaçante, on ne peut pas le laisser sans soin et ce n’est pas une raison pour ne pas critiquer et dénoncer ces attitudes très déplacées et penibles !

    • Dominique Diry Le 17 décembre 2017 - Répondre

      exactement

    • Maxime Le Gall Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Tout à fait
      Par contre vous n’avez pas à lui trouver une remplaçante
      Vous devez le prévenir que vous le quitter lui donner un délais et lui laisser les coordonnés des idel du secteur
      Rien ne vous oblige à continuer la prise en charge et notamment dans de telles situations

    • Nathalie Vieu Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Maxime Le Gall oui un délai !

    • Maxime Le Gall Le 17 décembre 2017 - Répondre

      15 jours ça suffit après je dis ça parce que certaines cherchent des idel pour les patients alors que ce n’est pas à nous de faire
      Bon après parfois un simple : « je vous préviens si vous continuez vous vous trouvez un me autres infirmière  » ça peut calmer

  2. Fanny GimGim Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Claire Diruit… un petit cas concret ?!

  3. Sofia Julia Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Et les proches qui harcèlent?

  4. Michel Gerarrd Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Honteux ces infirmières sont la pour nous soigné pas comme crois il à toujours des imbéciles pour cela.

  5. Camille Sénicourt Evrard Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Je me suis fait tiré les cheveux une fois. La patiente en avait meme gardé dans la main!Quand j’en ai parlé à la famille on m’a répondu « elle n’a surement plus toute sa tête… »

  6. Micheline Grosse Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Un jour papy 93 ans me touche délicatement la fesse en disant vous.avez de jolies fesses je lui repond que son grand age lui évite la paire de claques ça ne se fait pas la il me répond et vous vous me toucher bien quand vous me lavez……..

    • Marie Popins Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Il fallait repondre : je suis ici juste pour vous faire la toilette et votre zigounette ne l intéresse point. Vous me devez le respect et si vous recommencez j arrete les soins . Etre direct et ne pas se faire marcher sur les pieds . Ce que je fais et ça fonctionne

    • Micheline Grosse Le 17 décembre 2017 - Répondre

      T inquiètes je l ai recadre mais sa réponse m a faite rire

    • Pierrette Ferracci Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Ben moi age ou pas le mec qui s’est permis ça a 80 ans il s’est pris une claque .c’était un réflexe lol

    • Claudine Dupire Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Pierrette Ferracci une claque au patient et vous osez publier ça !!!! votre acte c’est de la maltraitance et vous le savez , abus sur personne vulnérable honte à vous et votre profession

    • Claudine Dupire Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Micheline Grosse faire une toilette c’est du travail d’aide soignante pourquoi est il fait par des infirmières surtout que ce n’est pas le même salaire donc pas le même coût

    • Micheline Grosse Le 17 décembre 2017 - Répondre

      En libéral on fait beaucoup de toilettes les aides soignantes n ont pas le droit d être liberales

    • Micheline Grosse Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Cela fait partie de la prise en charge globale du patient

    • Viva Mafalda Le 18 décembre 2017 - Répondre

      Claudine Dupire: faudrait peut-être écarter les cuisses aussi ?
      Faut arrêter le délire surtout.
      Moi, j’ai fini avec la main directement dans le petit col en V de mon tee-shirt un jour où je faisais un bain de pied à un patient ! Ça faisait plusieurs jours que je le voyais venir avec ses questions plus qu’indiscrètes (taille de bonnet etc …) et ses compliments à la con, recadré gentiment à chaque fois jusqu’au geste déplacé. Il s’en est prise une aussi sec, par réflexe. La lugne rouge avait ete franchie.
      « Vous n’avez pas le droit ! » qu’il ma dit. « Et Vous, oui ? Vous avez tous les droits ?! Je suis qui, moi ? Une fille de joie ou votre infirmiere ?! » Ça l’a calmé direct et il s’est confondu en excuses. Et on a pu continuer la prise en charge dans le respect mutuel.
      Et NON, ça n’était pas de la maltraitance. Sinon, la maltraitance des soignants et des aidants, on en parle ? Ou pas ?

    • Pierrette Ferracci Le 18 décembre 2017 - Répondre

      Claudine Dupire c’était un réflexe ce n’est pas de la maltraitance. Si pour vous c’est normal de vous faire toucher les fesses grand bien vous fasse …….abus sur personne vulnérable …..la blague .pour envoyer les mains il n’était pas vulnérable. …
      .Non mais quelle conne. Lire ca de bon matin .beurk

    • Micheline Grosse Le 18 décembre 2017 - Répondre

      Une mamie m a jette un verre d eau a la figure par réflexe lui ai mis une tape sur la main assez forte la j ai compris que je devais arrêter et c est ce que j ai fait je ne m en porte pas plus mal …

    • Micheline Grosse Le 18 décembre 2017 - Répondre

      Ne pas répondre du tac au tac c est notre obligation par contre en parler et ne pas l accepter c est notre droit

    • Mezilda Hoarau Le 19 décembre 2017 - Répondre

      Micheline Grosse comment ne pas repondre du tac au tac quand on rentre dans votre intimité ?! Se laisser faire et sourir?! Pleurer en silence?! La bienséance c’est des deux côtés! Un soignant mal dans sa peau dans son travail, ne peux pas travailler correctement!! Nous sommes NOUS AUSSI des êtres humains sensibles et dotés de compassion, de sentiments… je ne suis pas pour la maltraitance loin de là! Mais quand même!!

  7. Luce Jouan Le 17 décembre 2017 - Répondre

    C est clair mais quand on en parle ça fait rire!!

  8. Nicole Bernard Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Isabelle Rouzé,Elise Loïck Sueur

  9. Gladys BC Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Il doit y avoir un respect mutuel autant pour les patients que pour nous si les limites sont dépassées moi je quitte la prise en charge direct et je claque la porte. Nous sommes nos propres patronnes et patrons en libéral à nous d’agir en conséquence. Je ne tolère pas le manque de respect . Et un patient qui va trop loin recommencera. Donc on part point …. on mérite pas de se faire traiter comme ça .

  10. Marie Martini Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Sarah Clavero Épouse Bussi ça me fait penser à ce qui tu me racontais sur ta malade hier

  11. Sabah Charlotte Med Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Fatiha Ouchaanoun

  12. Sandra Wohlfahrt Frintz Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Le harcèlement par les proches ou le patient c’est inadmissible et perturbant. Nous sommes des professionnels de santé, jamais un patient mettrais la main au fesses de son urologue, dermatologue gynécologue pourtant ils interviennent aussi dans la sphère intime de leur corps….

  13. Flore Debéthune Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Femme et idel! Nos confrères , eux , n’ont pas le dixième des demandes que , nous, femmes, entendons… Ce qui m’insupporte le plus , c’est qu’on puisse trouver des excuses aux papys, parceque  » ça les travaille »,  » c normal! »… Parcequ’on a bien intégré que le désir sexuel et l’appanage de l’homme et qu’il a des pulsions qu’il faut excuser! Une femme au même âge qui aurait des demandes (il y en a peu, la femme a bien appris à ravaler ses pulsions et désirs) passe pour une hystérique, une démente…

    • Maxime Le Gall Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Aucune excuse il faut arrêter ces prises en charge

    • Guillaume Bonnet Nice Le 17 décembre 2017 - Répondre

      N’importe quoi… encore des jugements sans valeur… je suppose que vous n’avez pas d’associé masculin? la majorité des mamies que je soigne me fond du rentre dedans et avec parfois des gestes déplacés. C’est pas pour autant que je me permet de critiquer ou de minimiser autant mes collègues idel femmes que l’ensemble des mamies en général

    • Flore Debéthune Le 17 décembre 2017 - Répondre

      Euh…je comprends pas bien où vous voulez en venir ? J’ai dénigré qui? J’ai dit qu’il n’y avait pas de femme qui avaient des demandes ? J’ai beau me relire je ne vois pas ça.

    • Jénouvrier Eric Le 19 décembre 2017 - Répondre

      Je peux vous assurer qu’elles ne se gênent pas plus et certains hommes ne sont pas plus regardants, même si on est marié et père de famille. C’est une perversion et c’est tout

  14. Laurence Fumel Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Nous sommes un cabinet de 3 infirmières et parmi nos patients un vieux monsieur dont le comportement est devenu au fil des jours de plus en plus déplacé. Il essayait constamment de nous tripoter. Nous avons prévenu son épouse et sa fille qui n’ont pas eu l’air surprises . Réaction du médecin traitant : »ce sont les risques du métier ». On a arrêté d’y aller.

    • Micheline Grosse Le 18 décembre 2017 - Répondre

      Cas similaire à l hôpital le chef de service m a répondu « Tu peu bien lui rendre service  » du coup je lui ai dit « oui vous pouvez y aller vous si vous voulez « 

    • Sylvie Pascal Delahaye Le 23 décembre 2017 - Répondre

      Ide avs et bien d’autres métiers sont confronté à des comportements déplacés, des troubles de comportements… Allez courage, nous sommes des adultes et en mesure de stop cela… Mais je trouve ça bien de le dénoncer… Pas toujours facile le quotidien ??????☃️ joyeux Noël

  15. Corinne Wintrebert Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Vrai. Dans les ehpads.

  16. Corinne Wintrebert Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Les lois ont évolué. .. revoir auprès des Prud’hommes piur la législation.

  17. Il faut juste le signalé, mais il ne faut pas ce taire

  18. Amandine Amigo Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Tout va bien Milana Mathieu

  19. Estelle Gabarel Le 17 décembre 2017 - Répondre

    Oh oui, Ça en devient très courant le harcèlement envers les infirmières… grrr

  20. Jean-Jacques Giraud Le 18 décembre 2017 - Répondre

    Respect pour elles s’il vous plait elles ne méritent pas cela. Ces personnes viennent dans notre vie médicale pour soigner nos souffrances nos désarrois face au mal qui nous ronge. Soyez correct envers ces femmes, à qui je tire vraiment mon Chapeau et non les prendre pour des Marie couche toi la !!!!! Ceux qui s’ont des problèmes sexuels, il y a des femmes spéciales pour cela
    Alors stop aux harcèlement envers ces Dames……….!!!! Je LE DIS ET LE CRIS TOUT HAUT.  » TOUCHE PAS À MON INFIRMIÈRE  » Bravo Mesdames pour votre travail. Merci à vous toutes….

  21. Audrey Cabourdin Le 18 décembre 2017 - Répondre

    Avec une bonne dose d’humour, une phrase bien placée avec le sourire et ça passe. Exemple : monsieur si je vous masse le sexe vous pourrez même plus vous en servir pour pisser pdt 6 mois en général ils se sentent tellement cons qu’on a plus jamais de remarque. Enfin pour ma part

    • Cecilia Lancelle Le 19 décembre 2017 - Répondre

      J’applique ce genre de méthodes aussi, sa marche ??

    • Françoise Pâris Le 19 décembre 2017 - Répondre

      Pareil avec de l’humour on fait passer des tonnes de messages alors que l’agressivité entraîne de l’agressivité ou de l’insistance… pour ma part après 25 ans de libéral je n’ai connu qu’une seule fois ce genre de situation.. je pose les clous dès le départ et ça marche très bien

    • Audrey Cabourdin Le 19 décembre 2017 - Répondre

      Pareil et au final on rit bien et ça passe tout seul. Enfin après on est jamais a l’abris de tomber sur un psychopathe

    • Mag Sainmar Le 20 décembre 2017 - Répondre

      Excellent ?

    • Audrey Cabourdin Le 20 décembre 2017 - Répondre

      J’en ai plein d’autres en réserves ? toujours avoir une bonne répartie !

  22. Marianne Dpy Le 18 décembre 2017 - Répondre

    Clém Anse

  23. Éléna Baron Le 18 décembre 2017 - Répondre

    Et il n’y a pas qu’a domicile, à l’hôpital non plus ils ne se gênent pas, surtout envers les aides soignantes.

  24. Olivier Gonzalez Le 18 décembre 2017 - Répondre

    Viva Mafalda t es armée quand tu va au Taf?

  25. Ingrid Gerard Le 19 décembre 2017 - Répondre

    Y a pas que les infirmières libérales les auxiliaires de vie aussi parfois ..

  26. Céline Joulot Le 19 décembre 2017 - Répondre

    On parle pas non plus de la maltraitance des IDEL car les gens permettent des choses incroyables et plus avec les idel femmes qe homme je penses on se fait traiter et insulter comme de la m…e parfois !!!!

  27. Estelle Wanner Le 19 décembre 2017 - Répondre

    Pas besoin d etre inf …toutes intervenantes à domicile subit …advf …avs…femme de ménage à croire qu avec l âge l homme est laver de toutes hontes

  28. Amina Ide Sanary Le 19 décembre 2017 - Répondre

    Le quotidien

  29. Estelle Wanner Le 19 décembre 2017 - Répondre

    Cc Carole Bossert…. Danielle Leiner etc… c est pas nouveau ça

  30. Carole Bossert Le 19 décembre 2017 - Répondre

    Eh oui ça peut arriver
    Merci de faire partager ce msg
    Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de Pâques et une bonne année 2018
    Pour ma part j’espère qu’elle sera meilleure que 2017

  31. Vaness Vanille Le 20 décembre 2017 - Répondre

    Jamais chez Nous, hein les filles … GGeraldine Rolland-ouiceJJustine DevineauMMarion Lardeux

  32. Martine Fontaine Le 20 décembre 2017 - Répondre

    Tellement vrai

  33. Ariane Luce Le 20 décembre 2017 - Répondre

    Les médecins nous envoient sans aucune explication particulière seule chez des patients dont on n’est même pas sûre de ressortir entière parce qu’il n’y a pas que de gentils papis qui veulent nous tripoter en passant mais aussi de vrais psychopathes. On devrait être avertie et le suivi devrait se faire à 2, pour en plus perdre une heure pour une injection qui ne sera pas payée parce que tu te barre sans prendre le temps de passer la carte vitale, car il y avait plus vital que de gagner 4 euros

    • Stéphanie Marie Le 22 décembre 2017 - Répondre

      Oui. Une de mes collègues s’est retrouvée séquestrée chez un patient. Heureusement ce jour-là elle travaillait avec notre collègue masculin qui a débarqué dans les cinq minutes chez ce patient. Mais une fois, j’ai un autre patient, on a dû faire intervenir la police. Quand on arrive pour la première fois et qu’on découvre que le patient a de sérieux troubles psychiatriques, ça peut être tendu.

  34. Mag Sainmar Le 20 décembre 2017 - Répondre

    Jamais arrivé en huit ans … je dois être vraiment vilaine

  35. Moun Bnmr Le 20 décembre 2017 - Répondre

    Un tazer c une solution

  36. Nadia Coudia Le 20 décembre 2017 - Répondre

    Samia Jnvr
    Mohamed Lihedeb
    ptdrrrrrrr

  37. Cecile Boutonnet Le 21 décembre 2017 - Répondre

    J ai rencontré un problème identitique avec un patient âgé qui se permettait des réflexions et gestes déplacés ( la dernière fois que j y suis allée tentative pour m embrasser sur la bouche) je n y suis j’a mais retournée. Le problème c est que mes collègues elles continuent d y aller!

  38. Magali Savino Le 21 décembre 2017 - Répondre

    Aide a domicile aussi

  39. Oualen Na Le 21 décembre 2017 - Répondre

    Et oui berkkkk

  40. Guilene Maillot Le 22 décembre 2017 - Répondre

    Martine fontaine n ai pas lu l article trop en retard! mais si c est bien ce que j ai compris ou attende quoi po baise à zote un poing ds zote gueule !!?

  41. Marie Schultz Le 22 décembre 2017 - Répondre

    Inadmissible!

  42. Regina Hamon Le 22 décembre 2017 - Répondre

    coup de boule et cela s’arrête net ! lol!!!!!

  43. Claire Chavasse Fretaz Le 22 décembre 2017 - Répondre

    Ma Ca on monte notre affaire ?

  44. Ma Ca Le 22 décembre 2017 - Répondre

    En 2019 on fonce ma Claire Chavasse Fretaz 🙂

  45. Emeline OuOu Le 22 décembre 2017 - Répondre

    Caroline Argillet

  46. Galann Le Prunenec Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Camille Ohier

  47. Chaima Lahmar Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Anais Lenfant euuuh j’ai peur la

  48. Caroline Bidaut Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Prescilia Gantel

  49. Phil Cellier Le 23 décembre 2017 - Répondre
  50. Florent Monin Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Je déteste qu on touche aux femmes ou qu on leur parle mal. Pour moi les filles vous devriez porter plainte tout simplement et avoir des instruments de défense. Il faut mettre les malades hors d état de nuire. On doit respecter les femmes ! C est comme ça et pas autrement !

  51. Loriane Brd Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Léa Zimmer ….

  52. Marion Soler Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Faustine Métivier tu te souviens de notre « sequestration » !

  53. Aliya Malakian Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Camille Rlt ça refroidi …

    • Camille Rlt Le 23 décembre 2017 - Répondre

      Malheureusement même en tant que professionnelle tu restes une femme seule…

  54. Virginie Frantz Pouquet Le 23 décembre 2017 - Répondre

    Do Ha Nassih Florie Extier

Laisser un commentaire