Le transfert de compétences vers l’infirmière, bientôt une réalité ?

Le transfert de compétences vers l’infirmière, bientôt une réalité ?

Le transfert de compétences du médecin vers l’infirmière, bientôt une réalité ?

C’est un sujet récurrent dans le domaine médical, et il prend encore plus d’importance en ces temps de troubles de la population des professionnels de santé. Mais aujourd’hui, le transfert de compétences du médecin vers l’infirmière est devenu une nécessité pour garantir l’égalité d’accès aux soins aux patients.

Les infirmières libérales, une profession strictement encadrée

Aujourd’hui, la situation des infirmières et infirmiers libéraux reste relativement simple en matière d’actes, puisque ces derniers sont définis par décret (et le dernier décret de compétences date de 2004). Cependant, la loi du 21 juillet 2009 (dite loi Bachelot) pose les conditions pour déroger à ce principe en autorisant les coopérations entre professionnels de santé. Ces protocoles, signés par les professionnels concernés et validés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), permettent aux infirmières libérales comme à d’autres d’effectuer, à titre dérogatoire, des transferts d’actes, ne figurant pas dans les décrets de compétences.

C’est un transfert de compétences notamment des médecins vers les infirmières et infirmiers, qui est ainsi organisé pour répondre à un problème ponctuel dans un cadre défini. Ce sont ces restrictions, que condamnent la grande majorité des infirmières libérales en soulignant principalement que :

  • La formation délivrée à l’occasion de ces protocoles n’est pas diplômante dans la mesure où elle n’est valable que dans le cadre défini par le protocole
  • Ce transfert de compétences n’est pas reconnu. En cas de départ du médecin par exemple, l’infirmière concernée ne pourra que constater le terme de ce transfert.

La situation n’est donc pas satisfaisante, d’autant plus que les infirmières et infirmiers libéraux et hospitaliers pointent également une problématique de plus grande envergure : si de tels transferts de compétences sont de plus en plus souvent nécessaires, n’est-ce pas une preuve tangible de la nécessité de revoir le décret de compétences des infirmiers ?

Un transfert de compétences médecin-Infirmière de plus en plus sollicité

Pourtant, si « ces protocoles de coopération permettent juste de régulariser de petits arrangements locaux », comme l’affirme Thierry Amouroux, le transfert de compétences du monde médical vers celui des infirmières et infirmiers libéraux est devenu, au fil des ans, une nécessité. L’opposition systématique et le refus en bloc de tout transfert par les médecins font désormais partie d’une période révolue. La pénurie de professionnels de santé, l’hyperactivité de certains médecins, la multiplication des déserts médicaux, …, sont autant de raisons qui expliquent ce changement d’attitude du monde médical. Ce sont aussi les raisons, qui poussent à voir dans ce transfert de compétences une des solutions pour mieux organiser la politique de Santé de demain. C’est aussi un des axes mis en avant par le gouvernement d’Edouard Philippe pour renforcer le plan gouvernemental pour l’égal accès aux soins dans les territoires.

D’un côté, on dénonce donc un régime de transfert de compétences inadapté à la réalité du terrain et ne répondant pas aux attentes des professionnels de santé, alors que dans l’autre on affiche l’ambition de vouloir renforcer ces transferts. La situation serait-elle vouée à amener le système de santé à l’asphyxie ?

Faire évoluer le système vers une véritable reconnaissance de la profession infirmière

Martin Hirsch, le directeur de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), confirme cette nouvelle ambition en expliquant vouloir « passer de 45 soignants impliqués dans des protocoles de coopération et de pratique avancée à 500 puis 1 000 d’ici à fin 2019 ». L’ambition est forte mais représente bien l’évolution des idées en la matière. Le besoin est bien réel donc à Paris comme partout ailleurs sur le territoire.

Les infirmières et infirmiers libéraux sont quant à eux dubitatifs sur le sujet, car tout dépend également des moyens, qui seront consacrés à ces nouvelles tâches, qui pourront leur être assignées dans les années à venir. Il ne s’agit pas, pour les infirmières libérales, d’accepter un tel transfert de tâches, si elles ne sont pas formées ni même rémunérées à leur juste valeur. C’est la position, défendue par Thierry Amouroux, président du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) : « Nous sommes très hostiles au transfert d’actes quand il s’agit d’un simple glissement de tâches, avec une formation théorique de 25 heures sans validation »

Ces protocoles de coopération ne seraient pas, selon certains syndicats d’infirmières et d’infirmiers libéraux, garants de la sécurité des patients dans la mesure où formation et évaluation ne relèveraient pas de la loi mais de ces protocoles eux-mêmes. Pourtant, si certains protocoles représentent un transfert d’actes techniques (prélèvements de cornées sur personnes décédées, réalisation de ponction médullaire en crête iliaque, …), d’autres se révèlent bien plus complexes comme par exemple la « consultation infirmière de suivi des patients traités par anticancéreux oraux à domicile, délégation médicale d’activité de prescription ». L’infirmière sera alors autorisée à la prescription de certains médicaments mais aussi au renouvellement de la chimiothérapie orale.

Infirmier de pratique avancée, la solution pour faire évoluer la situation ?

Pourtant, une autre solution existe déjà, tout du moins dans les textes officiels. En effet, la problématique principale autour de ce transfert de compétences du médecin vers l’infirmière concerne la reconnaissance officielle et nationale de ces pratiques, impliquant notamment une formation suffisante et reconnue et une rémunération appropriée. C’est ce que doit permettre l’infirmière (ou l’infirmier) de pratique avancée.

La loi de modernisation du système de santé, dite loi Touraine (26 janvier 2016) définit le cadre légal de cette nouvelle spécialisation de la profession infirmière. A ce jour, 200 infirmières de pratique avancée ont déjà été formées. Le master sciences cliniques infirmières (cancérologie, gérontologie et parcours complexes de soins) ou encore le master sciences cliniques en soins infirmiers (santé mentale, maladies chroniques, douleur et soins palliatifs) attestent bien de la diversité des actes et des soins, concernés par ces transferts de compétences.

C’est la solution permettant de faire le lien entre les infirmières et le corps médical, sans pour autant remettre totalement en cause le décret de compétences des infirmiers. Cet échelon intermédiaire existe déjà dans un grand nombre de pays à travers le monde, représentant en moyenne pas plus de 5 % des effectifs d’infirmières.

On pourrait donc supposer, que cette délicate question est enfin tranchée, puisqu’on fêtera, dans quelques semaines, les deux ans d’existence de cette nouvelle catégorie d’infirmière. Sauf qu’à cette heure-ci, aucun décret d’application n’a encore été publié pour donner une existence réelle à ces infirmières de pratiques avancées, et qu’aucune discussion n’a encore été ouverte à ce sujet. On peut donc légitimement penser, qu’il faudra encore attendre de longs mois avant de pouvoir les premiers exemples concrets en la matière. Et en attendant, aussi contestables soient-ils, les transferts de compétences continueront de s’articuler autour de la loi de 2009 ?

Et vous, que pensez-vous de ces infirmières de pratiques avancées ? Comprenez-vous l’intérêt de la démarche ou estimez-vous qu’il aurait fallu revoir en profondeur le décret de compétences des infirmières ?

 

By | 2018-04-12T15:13:37+00:00 26 décembre 2017|IDEL au quotidien|113 Comments

113 Commentaires

  1. Mari Na Le 26 décembre 2017 - Répondre

    Il est bien beau votre post mais on s’en tape !!! Rien est fait pr nous aider et d’où sortez vous cette info ? Êtes vous en manque d’inspiration pr votre site??? Ce ne sont que des suppositions alors éditer un contenu d’actualité et qui peux nous rendre service !!! Merci

    • Infirmières Libérales Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Merci Mari Na pour cette brillante contribution au débat qui transpire la magie de Noël.

    • Mari Na Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Exactement, il faut avoir les pieds sur terre …. le monde des bisounours n’existe pas!!! A moins que le père noël ne réalise notre voeux à tous. … revaloriser notre si beau métier ???

    • Migue Ambrosio Sequera Le 27 décembre 2017 - Répondre

      Je suis d’accord avec Mari, c’est pas croyable cette info

    • Celles et ceux qui en bavent le plus ce sont les aides soignant, alors les IDE faut penser aux autres au lieu de penser à soi..

    • Laure Pigeon Le 27 décembre 2017 - Répondre

      Габриел Уриель Декергоммоь et en quoi on en bave moins ??

    • Mari Na Le 27 décembre 2017 - Répondre

      Hors sujet …. étant ancienne aide soignante je connais merci!! Le sujet concerne les ide avec le glissement de tâche. . .. et qui dit glissement de tâche cela ira indirectement envers l’aide soignante comme c’est déjà le cas !!!! On est ds le même panier avec chacun ses difficultés mon cher ?

    • Ouarda Ouai Le 27 décembre 2017 - Répondre

      Commençons déjà par reconnaître notre profession ainsi que les différentes tâches qui nous prennent un temps fou, et qui ne sont reconnu ni par notre NGAP, ni par les autorités sanitaires .
      C’est cela notre urgence et pas d’aller faire des actes médicaux.??

    • Nath Rss Le 28 décembre 2017 - Répondre

      Ouarda Ouai tout à fait d’accord .
      De plus on n’est tellement pas reconnu qu’on confie à d’autres professionnels les actes que nous pouvons effectuer nous mêmes comme les vaccins anti grippaux confiés aux pharmaciens… une honte !
      On doit se battre pour faire reconnaître tous les actes que nous exécutons bénévolement … et que nos actes soient payés à leur plein tarif .

    • Flo Mizze Le 29 décembre 2017 - Répondre

      Mari Na je suis d’accord avec vous!
      Quant aux modérateurs Infirmières Libérales, je ne vois pas en quoi les sarcasmes continuent au débat. Vous lancez un sujet acceptez donc les critiques qui vont avec, la remise en question passe par l’acceptation du positif et du négatif.
      Quant à la magie de noël je crois que nous sommes adultes… les paroles, les actions peuvent changer les choses, mais de mon petit vécu rien à changé par magie dans ma vie! L’espoir et la ténacité oui.
      Bonne fêtes de fin d’année à vous.

    • Claire Favard Le 31 décembre 2017 - Répondre

      Et l’intérêt des patients, il est où ?

    • Anne Sophie Briand Le 1 janvier 2018 - Répondre

      Rôôôhhhhh…..quelle agressivité……qui me plombe le moral. Cette idée ne date pas d.aujourdhui, elle chemine depuis des années. Allez chercher l.historique de notre profession. Elle vous enseignera combien ce métier a évolué juste par l.élargissement de nos compétences et donc la reconnaissance de ce métier. En 1981, mon 1er salaire était de 895F net. Faites la convertion, si vous en êtes capables. A ce sujet bougez nos syndicats….c.est leur boulot !!! Mais, il me semble bien qu.ils ne soient pas à la hauteur…..pour faire ce boulot de reconnaissance en terme financier.
      Bonne année à tous et toutes !!!!

  2. David Clerc Le 26 décembre 2017 - Répondre

    Oui, si bien formé et bien reconnu avec la rémunération qui va avec…
    Mais, il ne faut pas trop rêver. Pour les médecins, il y a toujours des moyens.
    Nous, on peut se brosser…

    • Aurélien Shake Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Normal on est représenté par un ordre en carton

    • David Clerc Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Aurélien Shake, pas faux!! Je me demande bien à quoi il sert d’ailleurs…?

    • Elise Fppo Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Je confirme, je leur ai envoyé un mail la semaine dernière, tjr aucune réponse à ce jour… Pr payer par contre on a de leurs nouvelles … !

    • Aurélien Shake Le 26 décembre 2017 - Répondre

      T auras pas de réponse Elise Fppo ils sont en vacances j’ai eu un retour en envoyant un mail

    • Aurélien Shake Le 26 décembre 2017 - Répondre

      …en gros ils sont en vacances jusqu’à la rentrée

    • Madouce Effah Le 27 décembre 2017 - Répondre

      L’ordre infirmier c’est de la grosse merde. Ils ne répondent pas et sont souvent en réunion sois disant

    • Nath Rss Le 28 décembre 2017 - Répondre

      David Clerc il ne sert à rien si ce n’est prendre notre cotisation .

    • David Clerc Le 28 décembre 2017 - Répondre

      Nath Rss , c’est aussi mon impression…

    • Nath Rss Le 29 décembre 2017 - Répondre

      David Clerc ce n’est pas juste une impression …. j’attends toujours au bout de 5 mois qu’ils répondent à mes mails et qu’ils décrochent le téléphone ..!

    • David Clerc Le 29 décembre 2017 - Répondre

      Nath Rss, ah oui, quand même !! Pas sérieux tout ça !?

  3. David de Pinho Le 26 décembre 2017 - Répondre

    Oui pour les nouveaux actes mais si bien payer équivalent à ce qui est payer au médecin sinon application de dépassement d’honoraires à réaliser pour atteindre le même prix ou refus de pratiquer le soin

  4. Gragele Dedieu Le 26 décembre 2017 - Répondre

    Et quelle formation pour les soins techniques? Par qui? Comment s assurer que l ide sait pratiquer ?

  5. Anne Sophie Briand Le 26 décembre 2017 - Répondre

    J.aimerais franchement savoir suturer….depuis longtemps.

    • Sébastien Cousin Le 26 décembre 2017 - Répondre

      C’est l’utilisation de la Lidocaine qui nous empêche d’apprendre ce soin…
      Mais je reste d’accord avec vous. Cet acte simplifierait beaucoup de prise en charge..

    • Nereida Palf Le 26 décembre 2017 - Répondre

      En Espagne les infirmières peuvent suturer des plaies … On a pas à la base le même diplôme ?

    • Florence Jourdan Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Les sutures font partie des actes exclusifs des ibode

    • Nereida Palf Le 27 décembre 2017 - Répondre

      C’est une question de formation, on l’ajoute au programme base des IDE et c’est tout, les médecins ne sont pas nés en sachant suturer

    • Florence Messika Le 29 décembre 2017 - Répondre

      C est une spécialisation de l IBODE…comme l a dit si justement Florence J….alors si vous voulez suturer…go To the school

    • Zahra Bsm Le 30 décembre 2017 - Répondre

      En espagne on suture.. moi avec mon DE je le fais mais pas ici en France.

  6. Nicole Bernard Le 26 décembre 2017 - Répondre

    Isabelle Rouzé,Elise Loïck Sueur

  7. Mariecarmen Delcano Le 26 décembre 2017 - Répondre

    Ce transfert de compétences est-il fait, inventé pour réconforter l’égo des IDEL qui en ont ras le bol de faire du nursing ? Suis certainement idiote de raisonner ainsi, mais franchement, faudrait peut être que certains et certaines cessent de vouloir jouer au docteur……. Nous avons 1 diplôme IDE alors restons IDE. Que celui ou celle veut adhérer à ce genre d’idées fasse des études de médecine. Après ces mêmes personnes se plaindront de manque de moyens, de personnel, de rémunération adaptées…..

    • David Clerc Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Vous dites n’importe quoi!! Le nursing fait parti de notre travail, je dirai même que c’est la base. Malheureusement, beaucoup d’IDEL ont tendance à l’oublier. Mais pourquoi rester bloqué à des compétences figées depuis des décennies ? Et pour votre information, nous faisons déjà beaucoup trop de choses qui incombent normalement aux médecins et sans grandes contre-parties. Pourquoi que dans un sens?

    • Mariecarmen Delcano Le 26 décembre 2017 - Répondre

      David Clerc, je crois que nous disons la même chose. Je me suis peut-être mal exprimée.

    • Gé Ldine Le 26 décembre 2017 - Répondre

      TOUT a fait D accord avec vous. Que chacun reste à sa place, un peu D humilité!

    • David Clerc Le 26 décembre 2017 - Répondre

      Gé Ldine , un peu d’humilité ?? Je pense que nous en avons trop, justement…
      Et on se fait enfler! Stop!

    • Nath Rss Le 28 décembre 2017 - Répondre

      Gé Ldine si on continue ainsi les IDE n’existeront plus … bouffées par les différents professionnels qui commencent à faire nos actes … comme par exemple les vaccins de la grippe par les pharmaciens .. ce n’est qu’un début .
      Notre diplôme est au rabais … aucune reconnaissance pour le travail effectué .

  8. Caroline Fiquet Le 26 décembre 2017 - Répondre

    François-Xavier Fiquet

  9. Véronique Bourrel Le 26 décembre 2017 - Répondre

    Pourquoi pas pour certains actes si bien former avec la rémunération qui va avec. Avec des protocoles précis de ces actes et des conditions d application précises.
    Mais l’attention nous ne sommes pas des petits médecins.
    Pourquoi pas des preconsultations un peu comme les preconsultations des orthoptistes lors des visites chez l ophtalmologiste par exemple

    • Angelique Bancquart Le 27 décembre 2017 - Répondre

      Oui se serait ça l idée. Dans les autres pays se sont les ide qui vois les patients et ensuite si le problème n est pas régler, le patient est envoyé au dr. Les infirmières sont mieux former. Faut-il encore que les mentalités changent, car notre système est entièrement basé autour du medecin traitant. Il centralise tous mais il va en manquer donc l augmentation des compétences des ide pourrait être une solution.

  10. Patricia Camps Le 26 décembre 2017 - Répondre

    C est ça et puis quoi encore!que chacun face son boulot déjà et ça irait mieux!!

  11. Martial Ternois Le 26 décembre 2017 - Répondre

    pas tes rassurent pour les patients vu que une infirmière et pas un médecin a a pas les même étude et qualifications !!

  12. Touret Èvemhw Le 27 décembre 2017 - Répondre

    Ponction iliaque ?
    Faut faire gaffe à ne pas basculer ….

  13. Cecile Boutonnet Le 27 décembre 2017 - Répondre

    Ça s appelle parler pour ne rien dire. Ce ne sont que des suppositions basees sur ce qui se fait en Angleterre par exemple. Mais la formation de 2 ans supplémentaires va avec bien-sûr. Pour le reste si il s agit de renouvellement d ordo à l identique il n y aura sûrement pas de rémunération supplémentaire. Puis malgré les déserts médicaux nos chers toubibs vont ils accepter aussi facilement que l on empiète sur leurs plate- bandes?

    • Claire Favard Le 31 décembre 2017 - Répondre

      Nos chers toubibs peuvent aller s’installer là où on a besoin d’eux, plutôt que là où ça leur est confortable.

  14. Aurore Mehideb Le 27 décembre 2017 - Répondre

    Arnaud Xii

  15. Сеголен Фише Le 27 décembre 2017 - Répondre

    Ben suffit de pouvoir accéder aux études de médecine par passerelle. Glissement de tâches Oui, mais en les certifiant. Trop facile de faire faire un renouvellement d’ordonnance, mais en cas de problème, qui est responsable et en capacité de?
    Il est facile de dire faite ci faite ça je vous couvre. En attendant quand Il y a le moindre soucis ben les supérieurs se cachent derrières nos compétences certifiées et seulement derrière celles ci.
    Chaque actes exécuté doit faire parti de nos compétences professionnelle. Il est bien chevaleresque de vouloir « dépanner » monsieur Dupont pour son traitement, mais en cas de problème c’est vous qui irez en taule. Désolé pour Monsieur Dupont mais rester à sa place est se garder d’avoir des problèmes.

  16. Nous avons déjà un diplôme ide a défendre pour une reconnaissance alors un transfert de compètences !!!!!!

  17. Jehanne Berquet Le 27 décembre 2017 - Répondre

    A chacun sa place en fonction du métier qu’il a choisi . Les infirmiers ne sont pas là pour éponger les conneries des gouvernements . Il fallait anticiper !! Mais que faites-vous pendant tout votre temps de travail ?? Demmerdez-vous maintenant !! A chacun son job !!

  18. Andréa Karaba Le 27 décembre 2017 - Répondre

    Luna Clavequin

  19. Sophie Casas Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Ça me laisse septique surtout quand on voit le manque de formation sur ne serait ce que l’entretien des PICC à domicile.
    Il serait bon déjà d’aider les IDEL à se perfectionner sur certains actes infirmiers avant de vouloir en faire des apprentis médecins

    • Nath Rss Le 28 décembre 2017 - Répondre

      Rien ne vous empêche de suivre les formations . Pour info vous pouvez effectuer une formation par an entièrement prise en charge et indemnisée.

    • Sophie Casas Le 28 décembre 2017 - Répondre

      Je suis en secteur hospitalier, je constate simplement que sur les retours à domicile il y a parfois quelques manques chez les IDEL et je ne les accable pas pour autant

    • Patricia Camps Le 29 décembre 2017 - Répondre

      L hôpital qui se fout de la charité???régulièrement nous avons des soins de Pic et aucun soucis!!par contre quand des ide de l HAD ne savent même pas monter 1 app.aerosol et insistent en dénigrant l IDEL alors je me pose des questions sur leurs compétences…et quand les patients très âgés sont hospitalisés en urgence et qu ils sont délaissés sur un brancard durant des heures sans même un verre d eau et un petit mot de réconfort j ai la haine contre ce personnel hospitalier qui maltraite nos vieux?

    • Sophie Casas Le 29 décembre 2017 - Répondre

      Non non je constate simplement et je ne jette absolument la pierre à personne. Le simple constat que je fais est que tout un chacun puisse maîtriser ses compétences et ses actes techniques avant de vouloir faire plus… Et d’ailleurs qu’il soit libéral ou hospitalier
      En ce qui concerne les personnes âgées aux urgences c’est un malheureux vaste débat… Je travaille dans un service Onco où on cherche à éviter au maximum les passages par les urgences…

  20. Pour Hannah Smith

  21. Victoire Maréchal Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Avec une formation oui bien sûr

  22. Virginie Vp Le 28 décembre 2017 - Répondre

    C’est déjà le cas !!!!

  23. Edith Kujawa Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Payez déjà mieux le personnel hospitalier infirmière ,aide soignante , ASH avant de vouloir leur donner du boulot en plus

    • Nath Rss Le 28 décembre 2017 - Répondre

      Aucun rapport …
      Vous êtes sur le site des infirmières libérales pas des hospitalières …!

    • Christophe Canot Le 1 janvier 2018 - Répondre

      Illustration parfaite du pourquoi notre métier n’est pas prêt d’évoluer ni d’être reconnu… La guerre intestine entre les différents ide…. Pathétique

  24. Pascal Brulé Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Je suis protocolisé via infirmier sapeurs-pompiers volontaires, cela ne me pose aucun soucis !

  25. Vince Guilbaud Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Toujours faire plus pour gagné moins Québec l infirmier pour 6 patient touche 4000 euro et les loyers ne sont pas exorbitant comme la France….

    • Sylvie Devadder Le 1 janvier 2018 - Répondre

      Quels sont les soins d un IDE au Québec ??? Nursing????

    • Vince Guilbaud Le 3 janvier 2018 - Répondre

      C la mm sauf que si on ce spécialisé on peut prescrire des truc à la con comme écbu ce qui est pas mal car chez nous bien souvent atb et après y a pas contrôle on est obligé de rappeler le doc pour écbu contrôle

  26. Christine Pierre De Jade Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Donnez plutôt les sources des infos de vos posts vous gagnerez en crédibilité

  27. Cynthia Dessenne Blocq Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Manon Dessenne

  28. Cécilia Bnr Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Les infirmières ne cherchent pas à devenir des médecins adjoints ou des mini médecins nous voudrions déjà que nos compétences soient connues dans un premier temps et reconnues a leur juste valeur….C est tout ce qu’ on demande
    En ce qui concerne le transfert de compétence pourquoi pas mais dans un cadre bien précis de formation, de compétences, d évaluation et éventuellement même de spécialisation dans certains domaines bien précis par exemple des ide qui ont des du en cancérologie d autres des du en soins palliatifs….

    • Laurence Scius Le 31 décembre 2017 - Répondre

      Voilà une sage réponse face à un tel article qui nous valorise malicieusement…sans certifier réellement nos pseudo nouvelles compétences qui arrangent bien tout le monde à moindre coût bien évidemment …les économies en matière de santé ne doivent ni se faire au détriment de nos soins propres ni au détriment de notre cadre juridique propre …en collaboration oui mais à la place de ..!

  29. Bruce Bruno Le 28 décembre 2017 - Répondre

    Peut-être que les grandes instances pourraient réfléchir à une sorte de doctorat pour les ide qui veulent avoir plus de responsabilités , bien que nous en ayons beaucoup déjà , et évidemment une rémunération en conséquence, mais faut pas rêver !!! Enfin si restons positifs et soudés…

  30. Coco Calo Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Sans formation adéquat c impossible. Il faut savoir garder son diplôme car en cas d’erreur c notre responsabilité qui est engagé.
    On arrive déjà pas à avoir le droit de prescrire un simple flacon de betadine alors…à mon avis c de l’intoxication cette info

  31. Laurent Kieffer Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Les joies de l’anonymat sur Facebook….

  32. Laurent Majot Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Encore un moyen de faire des économies en faisant faire des actes médicaux par des IDE et non des médecins…
    Attention à l’erreur car on ne loupera pas

  33. Chrystelle Perisse Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Perso la revalorisation de nos métiers me plairait bien mais ne soyons pas trop bisounours lol

  34. Chrystelle Perisse Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Nous a l hôpital on nous parle déjà de ce problème qui évidemment va rejaillir sur tous les soignants bien sûr mais si les choses se font comme soi disant elles vont se faire il y aura formation et rémunération revues à la hausse.mais on ne sait pas dans quelle mesure la est tout le problème!

  35. Anne-Sophie Lara Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Noémie Fossy ClotildeDesaever Ludivine Rose oUi✌

  36. Isabelle Doisy Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Alors après recherche il semble que le poste sera infirmièr(e)clinicien(ne) avec formation bien sur.
    Les premières formations commenceraient à la rentrée 2018 seulement pour infirmièr(e) ayant une expérience en cancérologie.
    Mais il semble que d autre formations pourront voir le jour si cela est concluant en cancero
    Voilà a suivre…

  37. Noémie Fossy Le 29 décembre 2017 - Répondre

    Il manquerait plus que cela …

  38. Mary Toso Le 29 décembre 2017 - Répondre

    nous sommes déjà débordés alors quoi?? Nous allons faire des journées de 24h???

  39. Klo Dyne Le 30 décembre 2017 - Répondre

    Marjorie Domingo

  40. Régine Goyé Le 30 décembre 2017 - Répondre

    Qu’on nous laisse déjà donner du paracetamol ou spasfon sans ordonnance

  41. Emilie Brosseau Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Actuellement un idec a été propulsé directeur de structure. Ça devient n’importe quoi

  42. Alìne Lola Switch Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Kévin les Ide bientôt dans le rôle des médecins ??

  43. Amanda Biz Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Opely Anne Ga on va faire les mini médecins et rien gagner de plus je le sens bien…

  44. Carole Tessukoue Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Rendez vous compte que la profession infirmière évolue au fil du temps. L’infirmière d’il y’a 100 ans n’est pas la même aujourd’hui. A l’époque,ce sont les medecins qui faisaient des prélèvements etc….. Et ça continuera à évoluer

  45. Christophe Saulnier Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Que l’on valorise déjà les diplômes. J’ai 3 DU, les mêmes que les toubibs et ensuite: rien

  46. Christophe Salvignol Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Pourquoi censurer certains propos ?

  47. Corinne Wintrebert Le 31 décembre 2017 - Répondre

    C est inadmissible.

  48. Corinne Wintrebert Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Votre salaire ne suivra pas. L idéal valider les acquis par des grilles validées par des médecins bien sûr. C est comme si ils se tiraient une balle dans le pied. Le dire oui.le faire? Surtout pas. Vous allez toucher à leur diplôme voyons. Leurs salaires. Leur Moi intime…mdr.

  49. Daniele Magnan Kirch Le 31 décembre 2017 - Répondre

    non,…mauvaise idée,…on sera jamais payer comme les médecins,…on continue à nous prendre pour des imbéciles,…On doit faire,..assumer, et n’avoir aucune reconnaissance,…c’est de pire en pire,…!!! et le pire, c’est qu’on laisse faire !!! honteux !!!

  50. Daniele Magnan Kirch Le 31 décembre 2017 - Répondre

    moi, je n’ai pas choisi d’être médecin, mais Infirmière !!!

  51. Daniele Magnan Kirch Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Aucune envi de faire le boulot des doc !!!

  52. Laura Andress Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Et le transfert de l’infirmière à l’aide soignante qui est une réalité … On en parle ?

  53. Odile Castagnet Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Oui pas pour dire on est un complément

  54. Sidi Mohamed Redouane Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Meilleurs voeux

  55. Laetitia Clochette Le 31 décembre 2017 - Répondre

    Marion Uzc Julie Sevestre

  56. Maureen Thi Mang Le 1 janvier 2018 - Répondre

    Krishan Ramsamy

  57. Moun Bnmr Le 1 janvier 2018 - Répondre

    Les transferts de compétences se font déjà sur plusieurs actes tels que extuber un patient ou les sutures post interventionnelles par exemple entre autres
    Effectivement légiférer cela Ns epargnerait un gros cas de conscience !

  58. Audrey Beaumelle Le 1 janvier 2018 - Répondre

    Moi je refuse.je suis ide et si j’avais voulu être médecin sa se serai.sauf que je constate que de plus en plus de médecin se repose sur nous pour nous déléguer leur boulot.(gestion des inr, prescription des pansements…)les patients te disent le docteur m a dit en ABS vous verrez votre idem,elles ont l habitude…
    Ben stop!!!!non!!!!!
    Chacun son métier et en plus à la première boulette,on saute à la corde

  59. Karine Dehove Le 1 janvier 2018 - Répondre

    No comment

  60. Sylvie Devadder Le 1 janvier 2018 - Répondre

    Et dire que certaines IDE ont été condamnés pour exercice illégal de la médecine en faisant des diagnostics ou des gestes médicaux !!?? Mais là c’est différent, on a besoin de nous ! Alors disons  » Non » sans formation, sans reconnaissance financière !!!

  61. Fabienne Jeancolas Le 1 janvier 2018 - Répondre

    Elo Jean’s Cola…

  62. Florence Bagreaux Le 1 janvier 2018 - Répondre

    Faites une formation car une ponction ne se fait pas à la légère. Je parle de ponction car j’en ai eu plusieurs suite à une leucémie et c’est un acte plus que douloureux et délicat.

  63. François Jean Le 2 janvier 2018 - Répondre

    Scandaleux !
    Imaginez une infirmière à son patient diabétique type 1 lui ramenant du chocolat pour les fêtes : « vous penserez à moi hein, pour la prochaine hypo ! »
    N’importe quoi, ce transfert de compétences, une infirmière n’est pas médecin bordel !

  64. Edwige Grignon Le 2 janvier 2018 - Répondre

    Sarah et Isa…..

  65. Brann Tanguy Le 2 janvier 2018 - Répondre

    Je voulais etre réanimateur après le baccalauréat. 🙂

Laisser un commentaire