La télémédecine et les infirmières libérales, un nouveau rôle à définir !

La télémédecine et les infirmières libérales, un nouveau rôle à définir !

La télémédecine et les infirmières libérales, un nouveau rôle à définir

Lorsqu’il s’agit de parler de leur quotidien et des difficultés de leur profession, les infirmières libérales évoquent de multiples sujets, parmi lesquels la solitude et l’isolement reviennent régulièrement. En effet en intervenant au domicile des patients, l’infirmière libérale s’impose comme la soignante en lien direct avec la patientèle. Premier soignant aux côtés des patients, l’infirmière libérale s’impose alors comme le lien naturel entre ces derniers et les médecins généralistes ou hospitaliers. Cette situation explique, qu’infirmières et infirmiers libéraux peuvent parfois ressentir cet isolement comme une difficulté supplémentaire. Certes, entre les multiples structures d’hospitalisation à domicile et les innombrables réseaux de santé spécifiques ou polyvalents, les infirmières sont de plus en plus intégrées au sein d’équipes pluridisciplinaires en charge du patient. Et pourtant, dans certaines situations, seule la télémédecine peut garantir un réel travail d’équipe.

 

La télémédecine pour lutter contre la solitude et l’isolement des infirmières libérales

 

C’est pour ce genre de situation, que la télémédecine promet des avancées significatives et bénéfiques tant pour tous les professionnels de santé que pour les patients. C’est ainsi, que le pôle de médecine physique et de réadaptation St-Hélier de Rennes propose, depuis 2014, un service de télémédecine pour les soins des plaies chroniques. Au départ, l’objectif consistait à éviter d’imposer un déplacement du patient ou de la patiente vers l’hôpital.

Que ce soit en structure organisée ou au domicile des patients, les infirmières libérales en charge du pansement du patient peuvent transmettre en temps réel les images de la plaie. De l’autre côté de l’écran, des médecins spécialisés peuvent alors évaluer la situation et accompagner l’infirmière libérale pour le choix du pansement à réaliser. Grâce à l’aide de l’infirmière libérale (au domicile des patients) ou au personnel soignant (dans les EPHAD ou dans d’autres structures), ces médecins peuvent aisément profiter des atouts de la téléconsultation.

A en croire les médecins mais aussi les infirmières libérales, ces téléconsultations pour le soin des plaies chroniques permettent, en outre, ce que tous aiment à désigner comme une « une alliance thérapeutique. ». Les infirmières libérales participent en direct à la prescription du médecin, puisqu’elles restent bien souvent le seul soignant physiquement présent au chevet du patient.

Quand les infirmières libérales s’imposent comme le support de la santé publique

 

Interrogé par les journalistes d’Ouest France, le docteur Sandrine Robineau du pôle de médecine physique et de réadaptation St-Hélier de Rennes confirme les bienfaits de cette nouvelle forme de consultation :

« D’un côté, nous avons les infirmières en première ligne, et de l’autre les experts qui peuvent les aider et donner des conseils. On partage notre savoir en abolissant les frontières. (…) On se concerte sur le meilleur moyen thérapeutique à mettre en place et s’il s’avère optimal, il n’y a pas de raisons de le changer à chaque rendez-vous ».

Si cette aide apportée aux infirmières libérales notamment existe depuis 2014 à Rennes, il ne cesse depuis de monter en puissance. En 2017, ce sont ainsi 177 actes, qui ont été réalisés. Si la mobilisation du personnel soignant explique en partie cette réussite, il faut aussi souligner qu’elle repose également sur les innovations et les progrès accomplis notamment en matière de transmission vidéo (4G, wifi, ..). Ces avancées techniques et technologiques expliquent l’optimisme des professionnels de santé, qui espèrent une généralisation de ces téléconsultations. L’objectif initial est atteint, puisqu’il permet de réduire le nombre de passages à l’hôpital. Mais cela ne se fait pas au détriment de la qualité des soins, puisqu’une récente enquête démontre que si 86 % des patients se déclarent satisfait par cette forme moderne de consultation, le taux de satisfaction atteint même 90 % du côté des infirmières.

On peut légitimement supposer, que cette expérimentation à Rennes comme beaucoup d’autres partout en France ont inspiré le projet du gouvernement en ce qui concerne la politique de santé publique en France. On comprend ainsi mieux pourquoi le rôle de l’infirmière libérale notamment mais aussi hospitalière est appelé à retrouver une place centrale dans la coordination des soins. Il conviendra seulement de le définir précisément et d’encadrer la télémédecine pour que cette dernière reste bénéfique à toutes les parties prenantes de la Santé en France.

 

Et vous, avez-vous déjà participé à ce type de téléconsultations ? Comment jugez-vous ces nouvelles formes de consultations et quels en sont, selon vous, les atouts et les inconvénients pour les infirmières libérales ?

By | 2018-04-12T15:13:00+00:00 16 février 2018|IDEL au quotidien|13 Comments

13 Commentaires

  1. Anonyme Le 17 février 2018 - Répondre

    C’est la désolation !!

  2. Anonyme Le 17 février 2018 - Répondre

    Mon métier c’est le contact humain …. Je vous laisse en déduire mon point de vue

  3. Anonyme Le 17 février 2018 - Répondre

    Le contact et le plus important dans métier connaître sont patient ses connaitre sont métier donc pas d’accord

  4. Anonyme Le 17 février 2018 - Répondre

    So Nia

  5. Anonyme Le 17 février 2018 - Répondre
  6. Anonyme Le 18 février 2018 - Répondre

    Il nous faut le contact et la clinique,sans odeurs,sons,vue pas possible

  7. Anonyme Le 18 février 2018 - Répondre

    De la merde

  8. Anonyme Le 19 février 2018 - Répondre

    déshumanisation soigner à l’aveugle !!!!!! ou va le monde

  9. Anonyme Le 23 février 2018 - Répondre

    rien ne vaut le contact humain, la télémédecine sera certainement une d’erreurs de diagnostics, déjà que l’on à faire des médecins incompétents pour certains d’entre eux

  10. Anonyme Le 25 février 2018 - Répondre

    On n’arrête pas le progres Mais au final toujours moins c’est vraiment dommage !! peut êtres plus rapide pour certain cas …. il manquera toujours des hommes et des femmes Qualifié .

  11. Anonyme Le 25 février 2018 - Répondre

    Mayke de Oliveira

Laisser un commentaire