Intégrer un stagiaire dans un cabinet d’infirmiers libéraux : pensez-y !

Intégrer un stagiaire dans un cabinet d’infirmiers libéraux : pensez-y !

Les IDEL le savent : par décret elles sont tenues de former des élèves infirmiers et cela leur permet à la fois de transmettre leur savoir-faire, leur expérience et de remettre en question leur pratique. Quant aux ESI, ces stages sont une manière de découvrir un autre aspect du métier d’IDE, un autre rapport aux patients et aux actes de soin. De plus, c’est aussi le seul moyen d’avoir une première expérience des démarches administratives liées à l’activité d’IDEL et des outils de gestion d’un cabinet infirmier libéral.

Les modalités de prise en charge d’un stagiaire

Vous le savez toutes et tous : lors de la formation en IFSI, un ESI doit effectuer 20 semaines de stages en milieu professionnel. Ces stages ont pour objectif de mettre l’étudiant en situation professionnelle, lui faire réaliser des soins en situation réelle et lui faire découvrir les différents domaines d’activité du métier d’IDE. Au cours de cette formation, deux stages de « santé publique » peuvent être réalisés en dehors du milieu hospitalier pour une durée maximum de 4 semaines chaque. Un autre, intitulé « projet professionnel » s’étale sur une durée de 8 semaines et est clairement orienté vers les choix d’orientation professionnelle de l’étudiant. Ce sont ces deux stages « santé publique » ainsi que le stage « projet professionnel » qui peuvent être effectués en cabinets libéraux.

transmission infirmières libérales

Le « maître de stage » doit prévenir les patients qui seront visités pendant la durée du stage qu’il/elle accueillera un/une stagiaire. Cette étape est primordiale et est aussi une garantie de maintenir de bons rapports avec ses patients. Une fois l’accord des patients accordé, le cabinet signe une convention avec l’IFSI. Pendant toute la durée du stage, c’est l’établissement de formation qui assure l’ESI, pas le cabinet infirmier, et encore moins l’IDE en charge du stage. C’est pour cette raison que le planning précis du stagiaire doit être fourni à l’IFSI. En outre, l’IDEL chargée de la supervision du stage doit impérativement être présente lors des actes de soin. Hors de question de laisser l’ESI faire la tournée seul ou de le laisser dans la voiture ! Même dans le cas où un patient refuserait que l’acte de soin soit réalisé en présence de l’élève, il convient que l’élève soit à proximité.

La polémique sur la facturation des soins réalisés par les ESI

La convention des IDEL précise que ces dernières ne peuvent facturer que les actes qu’elles ont « personnellement » réalisés. C’est cet adverbe qui pose problème. Comment en effet facturer un acte effectué par l’ESI et non par l’IDE ? Des rumeurs courent selon lesquelles il serait interdit de le faire. En réalité, il n’en est rien. Et ce pour trois raisons. D’abord parce que l’IDEL signe une convention avec l’IFSI et que les actes sont réalisés sous sa surveillance et sa responsabilité. De plus, il serait absurde d’exiger, par décret, que les IDEL encadrent des stagiaires si on ne leur permettait pas de facturer les actes réalisés par les ESI. Enfin, parce que, comme à l’hôpital, c’est le cabinet qui facture les actes et non l’IDE ou l’ESI. Dès lors, le problème ne se pose plus. Prenez donc des stagiaires, c’est une expérience stimulante !

Et vous : avez-vous déjà accueilli des stagiaires ? Êtes-vous satisfaite de cette expérience ? Avez-vous rencontré des soucis ? Avec les patients ? Avec les écoles ? Avec les ESI ? Partagez vos expériences !

By | 2018-04-12T15:50:58+00:00 14 juin 2012|Actualité Albus, IDEL au quotidien|27 Comments

27 Commentaires

  1. Je prend en charge des étudiants infirmiers au sein de mon cabinet depuis environ 1 an et je trouve que c’est une expérience très enrichissante. Diplômée depuis 7 ans ça me permet de me remettre régulièrement en question face aux techniques et méthodes de travail qui évoluent constamment.
    Les ESI sont bien acceptés par les patients et à ce jour tout s’est toujours bien passé.

  2. je partage l’avis de ma consœur. Cependant, j’estime qu’avant la fin de la deuxième année de formation, un stage en libéral n’est pas souhaitable.

    • Michel Michel Le 5 janvier 2013 - Répondre

      continue d’estimer baltringue !

    • ESphère Le 18 janvier 2014 - Répondre

      En tant qu’ESI, je devais faire un stage en libéral durant ma 1ère année de formation, aucun cabinet ne m’a accepté.
      Je l’effectue actuellement en 2 ème année, et je pense sincèrement que j’aurais été à la hauteur en 1A, car le problème qui se pose maintenant, ce sont les ‘habitudes’ que j’ai prises à l’hôpital (confort, hygiène, matériel à portée de main en quantité suffisante…).
      De plus, en première année, un stage en libéral permet de répéter les gestes de sous-cutanée, de prises de sang, de prises de constantes etc, et permet ainsi d’être efficaces sur les bases, de les acquérir. Et le temps passé dans le véhicule offre la possibilité de répondre aux interrogations des ESI, d’avoir un réel encadrement (car les 1ères années ne sont pas toujours très bien observés et considérés en services hospitaliers).
      En somme, il y’à de nombreux avantages, et je trouve regrettable que les 1A ne puissent accéder à la découverte du libéral.

  3. Bruno Autin Le 14 juin 2012 - Répondre

    J’ai tenté l’expérience 2 fois et plus jamais. c’est hyper difficile de pouvoir encadrer correctement des étudiants tout en essayant de tenir le timing dans une tournée. Au bout de 2 jours , elles se lassent, quand elles ont vu faire ou fait 36 lovenox…. Lors de la permanence , les gens s’impatientent dans la salle d’attente, certains de mes patients ont préféré voir la concurrence à cause de leur lenteur d’exécution… merci j’ai donné.

    • Anonyme Le 24 février 2013 - Répondre

      Si tu veux un eleve infirmier pour aller plus vite,tu as rien compris à l’encadrement.Lorsque tu etais eleve infirmier
      tu ne devais pas etre tres rapide ,rappeles toi.Sinon fait venir l’eleve infirmier SCHIVA,il aura plusieurs bras pour t’aider Eric infirmier C H U

    • mart Le 17 novembre 2013 - Répondre

      t’a du tombé sur des mauvais
      moi, mon stage se passe très bien et je suis en début de 2eme année, on ne perd pas beaucoup de temps. je dirais que ça reviens au meme car quand t’en perd à un endroit, tu le rattrappe à l’autre. tu n’est peut etre pas efficace dans tes explications. Il faut anticipé et tu doit expliquer à l’esi avant d’arriver chez le patient : les atcd, sa pathologie, l’intervention…

  4. RESODIL Le 14 juin 2012 - Répondre

    Cela fait depuis plus de 6 ans que nous acceuillons des eleves infirmiers au sein de RESODIL qui est un Reseau de Soins à Domicile d’infirmiers et d’infirmieres liberaux sur la Cote d’azur.
    La duree du stage est de 30 a 45 jours.
    Les eleves sont de tous niveaux 1er, 2eme ou 3eme annees.
    Pres d’une centaine de stagiaires ont decouvert leur future profession en mode liberal.
    Reconnu comme terrain de stage, nous evitons l’obligation de signer une convention individuellement avec chaque stagiaire et IDE liberal.
    Pour en finir, nous pouvons aussi acceuillir des stagiaires venant d’un autre departement.

  5. claire Le 14 juin 2012 - Répondre

    nous prenons des étudiant(e)s avec nous régulièrement. ceci est aussi enrichissant pour eux que pour nous, mais aussi pour les patients qui sont en général ravis de voir une personne supplémentaire au cours de leur journée parfois monotone… malheureusement, et surtout depuis la réforme, fort est de constater que la qualité d’enseignement a changé et cela nous prend encore plus de temps qu’avant parce qu’il reste trop de choses « de base » non acquises, pas normal surtout en fin de 3ème année. alors oui il est important de prendre en charge les élèves, c’est notre rôle, mais à force de devoir tout revoir cela devient difficile car comme le disais un autre idel, ça prend énormément de temps sur la tournée.

  6. Aurélie Senange Le 14 juin 2012 - Répondre

    moi je prends des étudiants en stage et trouves cela très enrichissant. de plus suis tombée à plusieurs reprises sur des perles qui aiment leur futur métier et avec qui il est super agréable de partager la même vocation… par contre dans le lot j’en ai eu un avec qui ca a été la cata… mais bon il y a toujours des cas……. perso je ne prends que des 3eme année…

  7. Benoit Rivet Le 14 juin 2012 - Répondre

    On va tenter notre premiere expérience d’étudiante l’année prochaine … stage prépro, on verra bien … de toute façon avec ma collegue on est d’accord sur le fait de ne pas en prendre avant la 3eme année

  8. Aurélie Idel Le 14 juin 2012 - Répondre

    ns on avait tenté il y a qq années interessant. on a reessayé et la on est vacciné!!! fin de 3 eme année nouveau DE elle est a la rue et ne s’en rend pas compte !!! meme une PS c pas gagné…….. et les patients commence a s’en plaindre………. a ne pas refaire……

  9. Michèle Degroote Le 15 juin 2012 - Répondre

    moi cela fait 20 ans que je prends des étudiants en stage , et je vous avoue que je suis un peu inquiète au sujet de la nouvelle formation! ces étudiants vont sortir diplomés et n’ont que très peu de pratique.Le fait de valider des compétences nous donne une très grande responsabilité et il me semble qu’il n’y a plus de « garde-fou » ! plus de MSP, stages longs mais peu de lieu de stage.J’avoue qu’il est difficile de concilier un bon encadrement et le respect du timing d’une tournée.Par contre les étudiants apprécient leur stage en libéral , ils apprecient la diversité des soins et nous disent pratiquer beaucoup plus qu’ailleurs.J’ai eu une très mauvaise expérience qui a failli me vacciner, mais tout de suite aprés nous avons eu 2 étudiantes super …Je reste persuadée qu »on est « fait  » pour ce métier ou pas…Mais ça demande beaucoup d' »énergie !

  10. Audrey Meyer Le 15 juin 2012 - Répondre

    Pr ma part, on a fait 2 fois l expérience, c très enrichissant. Il faut effectivement prendre plus de temps pr les laisser fr les soins, les encadrer, ms il suffit de le prévoir ds la tournée et dc accepter de commencer plus tot ou finir plus tard. C aussi agreable d etre 2 ds la voiture. Je trouve que ça fait partie de notre rôle d encadrement, ce sont nos futurs collègues. D accord aussi pr les 3ème année…

  11. Aurélie Senange Le 18 juin 2012 - Répondre

    perso je trouve que la nouvelle reforme est … a chier! excusez le terme mais c’est vrai tout comme le dit Michele… qu’est ce que ca va donner……………

    • Frédérique Le 29 septembre 2012 - Répondre

      la nouvelle réforme à quelques lacunes il est vrai mais tous les élèves ne sont pas à mettre dans le même sac!
      pour ma part « ça va donner » une future professionnelle de santé engagée, sachant se remettre en questions, dans un processus d’intégration continu (que ce soit en apprentissage, à de nouvelles techniques, etc…)
      Dans l’idéal, nous étudiants, aimerions un peu plus de reconnaissance et une prise en charge globale (comme celle que l’on applique à nos patients), nous avions une vie avant, des expériences et j’en passe, je ne mets pas tous les professionnels de santé dans le même sac, sachant faire la différence, mais je déplore le manque de professionnalisme de certains!
      En conclusion j’aime ce que je fais et je le fais bien 🙂

    • douillet Le 5 juin 2013 - Répondre

      la nouvelle reforme permet aux étudiants de redémontrer sur tous les stages leurs acquis.UN acquis sur un stage n’est pas forcément OK sur un autre stage, donc nous devons tjrs être capable. Par rapport à une MSP qui dure un temps donné lors d’un stage, grand théâtrale ce jour là car il y a une évaluation mais cela ne démontre pas les compétences à long terme d’un IDE, et les autres jours??? alors. La nouvelle réforme est comme les précédentes il y a du bon et du mauvais, il ne faut pas être réfractaire au changement

  12. rosalie Le 9 novembre 2012 - Répondre

    j’ai commencé ma carrière très jeune et exercé en grande partie en milieu hospitalier et aussi en libéral. je n’ai jamais eu les deux pieds dans le même sabot. je me suis battue dans mon institution pour accéder à la fonction d’encadrement. ce n’est qu’en fin de carrière que j’ai pu me payer le luxe financièrement de faire la formation . j’ai été formée juste au moment de la nouvelle réforme en préparant en parallèle un Master, obligatoire aujourd’hui. j’ai pu me rendre à l’évidence que le problème vient de nous professionnels qui n’acceptons pas le changement, les réformes.le meilleur de l’apprentissage vient de l’expérience du terrain. « step by step », pas à pas; c’est le meilleur moyen d’apprendre.on veut toujours toujours aller trop vite dans les services, pour raison de rentabilité. que faisons nous de la qualité des soins, du « prendre soin » selon la théorie de WALTER HESBEEN. lisons davantage, cultivons nous pour augmenter notre savoir.combien d’étudiants ont travaillé pour réussir leur MSP et sont aussi incompétents aujourd’hui. la preuve, ils prennent les nouveaux étudiants pour des nulles, oubliant qu’ils ont eux aussi été étudiants. ils ont fait les « lèches culs » dans les services alors qu’ils n’appréciaient pas davantage leur encadrement.il faut prendre du temps pour encadrer ceux qui prendront soin de nous demain. arrêtons de leur lancer la pierre comme s’ils étaient nuls. ce qu’il faut blâmer c’est l’insuffisance de terrain de stage.je dirai pour terminer mon coup de gueule, soyons tolérant envers la nouvelle génération de soignants à venir.

    • ESphère Le 18 janvier 2014 - Répondre

      Magnifique!!!

  13. Nouvelle réforme Le 22 janvier 2013 - Répondre

    Merci de prendre la défense de la nouvelle réforme. Etant future diplomée de celle-ci, j’ai pu remarquer que beaucoup d’ide étaient réticents à la réforme et ne s’impliquaient pas dans notre apprentissage. Alors que d’autres avaient cette volonté de nous inculquer la passion et le savoir qu’impliquent notre métier. A chacun de mes stages il n’en ait ressorti que de bonnes choses. Et lorsque finalement je suis allée sur un terrain de stage où ils avaient en horreur la nouvelle réforme, je me suis retrouvée face à un mur. J’étais face à des ide qui « m’empéchaient de faire les soins » car étant de la nouvelle réforme j’étais donc « loin d’être opérationnelle ». Entendre cela lors de mon dernier stage de troisième année, je me suis demandée pourquoi j’avais autant travaillé. Et un jour après un regroupement avec l’une de mes formatrices, elles ont changé d’attitude à mon égard. Depuis je n’ai eu que des compliments lorsqu’elles se sont enfin rendues compte que j’étais le reflet de lors encadrement. J’ai donc eu un excellent rapport de stage. Car par la suite elles m’ont laissé retrouver l’autonomie que j’avais acquis durant mes années de formation et dont elles m’avaient privée. Je pense qu’il serait temps pour les professionnels d’accepter le changement, car les futurs diplômés ont besoin d’un réel encadrement et qu’on les encourage afin d’acquérir de l’autonomie et de prendre confiance en eux. Je peux comprendre que le changement n’est pas facile à accepter, mais il est là. Les étudiants n’ont pas à payer pour les réformes. N’oublions pas que nous sommes votre reflet. Sauf exception. J’espère que vous comprendrais mon regard tout comme j’ai entendu le votre.Et en libéral oui les troisièmes années c’est surement mieux. Bon courage à tous.

  14. étudiante de 3ième année Le 16 mars 2013 - Répondre

    Je suis une ESI de 3ième année je serais diplômée en juillet 2013. Je suis actuellement en stage de 7 semaines en cabinet libéral. Grâce à ce stage, j’ai pu découvrir de nouvelles techniques de soins, améliorer certains actes. Je ne pense pas être un boulet pour la tournée puisque nous sommes toujours dans les temps. Il ne faut pas mettre tous les ESI dans le même sac car oui j’aime mon métier et j’ai ressenti chaque jour de la confiance émanant des 3 IDEL. Mon bilan demi-stage le prouve. Certes certains de mes camarades passent entre les mailles du filet et seront peut-être au début de leur carrière : maladroit et passeront pour des boulets mais ils se formeront dans leur service et connaîtront leur service par coeur ainsi que les pathologies et actes rencontrées. A chaque réforme, il y a eu des réticences ! Au moment de la mise en route de la réforme 92 ne me dites pas que vous aviez confiance dans ces futures élèves ! Quant aux MSP, certains ont été évalués à la MSP du DE sur une injection de lovenox, ça laisse à réfléchir… Je n’ai pas choisi de naître en 91 au lieu de 90 et ainsi rentrer dans la nouvelle formation au lieu de celle de 92. Je suis là pour apprendre un métier que j’aime. Bon courage à tous les ESI car chaque jour nous devons nous battre et merci à tous les IDE et IDEL qui nous prenne en charge et qui le font avec volonté.

  15. CAROLE Le 2 mai 2013 - Répondre

    Moi aussi je suis étudiante infirmière, nouvelle réforme. J’ai exercé durant quinze année comme aide soignante. je peux dire que j’ai vu sortir de l’ancienne reforme des boulets. et qu’il en sortira de la nouvelle. Ca ne vient donc pas de la reforme mais du recrutement des gens passent au travers des mailles, le pire c’est que les IFSI ferment les yeux même si dés le départ il repèrent ces boulets. il est vrai qu’il sortira peut être plus de boulets puisque en plus ce seront quelques fois les boulets de l’ancienne reforme qui auront formé les boulets de la nouvelle. Faute au fait que les techniques de soins ne sont plus dispensées en IFSI

  16. COLLIN Le 10 septembre 2013 - Répondre

    Monsieur, Madame,
    Je suis actuellement étudiant en soins infirmiers en 2ème année à l’IFSI de BEAUMONT S/ OISE (95). Dans le cadre de ma formation, je suis à la recherche d’un lieu de stage qui se déroulera du 18 novembre au 20 décembre 2013.
    Ce stage doit avoir lieu en milieu libéral, je me permets donc de solliciter les personnes qui seraient intéressées. Rigoureux, ponctuel et très motivé je reste à votre disposition pour un rendez-vous. Merci d’avance. Salutations distinguées. J. COLLIN

  17. COLLIN Le 10 septembre 2013 - Répondre

    Je mets ci-joint mon mail pour me contacter éventuellement : collin.jonathan95@gmail.com

  18. COLLIN Le 15 septembre 2013 - Répondre

    Personne n’a besoin d’un stagiaire hyper motivé à 200 %. N’hésitez pas à me contacter :*collin.jonathan@gmail.com

  19. mar59 Le 22 janvier 2014 - Répondre

    Je suis étudiante en 3éme année et je m’apprête à effectuer un stage de 8semaines dans un cabinet libéral … Ma principale crainte est d’être considérée comme un « boulet » car ayant été aide soignante à domicile , je connais le stress du retard dans la tournée et la mauvaise humeur des patients pour cela .
    Cependant , il serait bon d’être considéré par certains professionnels comme des être humains à part entière et de ne pas être sans arrêt dénigrés , en entrant à l’IFSI je n’ai pas choisi de tomber sur la nouvelle réforme , et nous faisons tous ce que nous pouvons face à nos lacunes … heureusement que tous les professionnels ne sont pas comme certains qui font de chaque jour de stage une horreur

  20. ANTOINETTE Elysa Le 14 octobre 2015 - Répondre

    Bonsoir, je suis en 3è et je souhaite réaliser mon stage d’une semaine au sein d’un cabinet libérale d’infirmières.
    J’habite dans le Val de Marne (94) et ayant moins de 14 ans, je ne peux effectuer mon stage d’observation à l’hôpital.
    Très motivée et intéressée par les soins et le service à la personne, je reste déterminée. Qui d’entre vous pourraient accueillir une jeune stagiaire du 14 au 18 décembre ?
    Merci pour vos retours

Laisser un commentaire