Stress, pressions et agressions, première étape de la maltraitance subie par les IDEL(s)

Stress, pressions et agressions, première étape de la maltraitance subie par les IDEL(s)

Si la profession d’infirmière et d’infirmier libéral reste une passion ou une vocation pour certain(e)s, elle implique aussi de supporter de multiples agressions de toute nature et en provenance de toute la société. Avant de s’interroger sur la maltraitance subie par les IDEL(s), revenons sur ces sources de stress.

Les IDEL(s), des libéraux soumis à toutes les pressions et agressions

Par définition, les infirmières et infirmiers libéraux connaissent les mêmes doutes et interrogations que toutes les autres professions libérales. Les tracasseries administratives viennent s’ajouter au tumulte et au stress du quotidien. La gestion économique, l’attention aux questions fiscales ou encore la grande vigilance portée aux nouvelles normes réglementaires compliquent un peu plus chaque jour l’exercice infirmier.

A toutes ces pressions du quotidien, vécues comme de véritables agressions par tous les indépendants, les IDEL(s) doivent en outre faire face aux relations avec les CPAM et les mutuelles. Le suivi des transmissions et des remboursements se rajoutent à une liste (déjà très longue) de contraintes administratives et de gestion.

Faut-il enfin rappeler la menace de contrôle et de sanction, pesant sur chaque infirmière ou infirmier libéral ? Les dernières déclarations des autorités de la santé attestent que les IDEL(s) sont, comme l’avait demandé le rapport de la Cour des Comptes, dans le collimateur des responsables de la politique de santé en France.

Prises une à une, ces contraintes peuvent apparaître, aux yeux de tout un chacun, comme compréhensibles, mais à force de les alourdir et de les multiplier, elles en deviennent une véritable agression, face à laquelle les IDELS peuvent se sentir bien seul(e)s.

Les IDEL(s), des professionnels de santé avant tout

Mais contrairement à la majorité des indépendants, les IDEL(s) ont en charge le bien le plus précieux : la santé de leurs patients. A ces tracasseries de tout ordre viennent donc s’ajouter le stress ou le malaise du soignant. Infirmière ou infirmier libéral reste certes une profession mais relève aussi et encore de la vocation voire même du service d’intérêt général.

On ne se concentre pas sur sa patientèle comme on s’occupe de sa clientèle.

La différence de désignation prend alors tout son sens, et c’est aussi pour soulager et soigner leurs patients, que les infirmières et infirmiers libéraux peuvent se retrouver confrontés à des situations difficiles. Nombreux sont les témoignages d’IDEL(s), attestant de la difficulté à exercer cette profession en tant qu’indépendant. Ces difficultés peuvent même, dans certaines situations, être à l’origine de troubles plus sévères mais aussi résulter d’une forme de maltraitance vis-à-vis des soignants. Souvent ignorée au profit de la maltraitance des patients eux-mêmes, comme si l’une pouvait ou devait occulter la seconde, la souffrance des IDEL(s) peut prendre de multiples formes et impliquer d’innombrables conséquences.

Les IDEL(s) face au vieillissement de la population et à la complexification des pathologies

Difficulté de ce statut d’indépendant donc, difficulté de la nature de cette profession elle-même d’autre part, ….les infirmières et infirmiers libéraux doivent enfin faire face à une complexification des soins et des protocoles. La politique de santé a mis en avant, depuis de nombreuses années déjà, les grands principes devant présider à l’organisation des soins en France. Malgré les querelles et les tensions, force est de constater qu’une place de plus en plus importante est dévolue aux infirmières et infirmiers libéraux.

En se déclarant favorable au maintien à domicile le plus longtemps possible pour les personnes âgées, les autorités sanitaires sont conscientes, que l’intervention des IDEL(s) au domicile de ces patients reste une condition sine qua non de cet axe de développement. Pour faire face à un manque de moyens de l’hôpital public, les efforts sont donc demandés aux professionnels de santé, pouvant visiter à domicile les personnes atteintes de pathologies de plus en plus complexes et de plus en plus souvent combinées.

Dans le même temps, les efforts affichés pour renforcer l’importance de l’hospitalisation de courte durée, avec les services ambulatoire, demeure une autre source de suractivité pour les IDEL(s), appelés à effectuer les soins, réservés jusque-là aux services hospitaliers.

En se reposant de la sorte sur les infirmières et les infirmiers libéraux, l’administration de la Santé a placé ces derniers face à de nouvelles tensions et difficultés. Il s’agit pour cette profession de répondre à l’ambition d’une société (moins d’hospitalisation, maintien des patients à domicile, …). On comprend aisément, que cette situation peut, pour ces professionnels libéraux, être à l’origine d’une « maltraitance ordinaire ». Nous évoquerons, dans un prochain billet, les formes concrètes de cette maltraitance, pouvant émaner des patients eux-mêmes, des familles de ces derniers mais aussi des autres professionnels de santé concernés.

Infirmières et infirmiers libéraux, l’accumulation de stress et de tensions n’est-elle pas nuisible à l’exercice de votre profession ? Estimez-vous que l’on fait reposer trop de responsabilités sur votre profession ? Comment prévoyez-vous l’évolution de cette situation dans les années et les décennies à venir ?

 

 

 

By |2018-04-12T15:28:30+00:0020 novembre 2015|IDEL au quotidien|69 Comments

69 Comments

  1. Lise Trempont Le 20 novembre 2015 - Répondre

    La ministre de la santé devrait venir faire un stage à l’hôpital ainsi qu’à domicile, aussi en tant que patiente et la peut être qu’elle ouvrirait enfin les yeux sur notre profession !

  2. Carine Caprini Le 20 novembre 2015 - Répondre

    Pour comprendre notre profession il faut ressentir un minimum d’empathie et certains en sont totalement dépourvu …

  3. Elodie Proust Le 20 novembre 2015 - Répondre

    Tout est dit avec ses 2 commentaires !

  4. Annabel Rinaldo Le 20 novembre 2015 - Répondre

    lors de la maladie de mes parents (alzheimer et parkinson) les infirmières étaient « présentes  » tous les jours, outre les soins, les toilettes, il y a eu beaucoup d’humanité avec l’écoute, les mots gentils, les bisous …etc . Elles restaient souvent plus longtemps que ce qu’elles n’auraient dû, mais ce sont des infirmières qui aiment leur job et leurs patients . Je ne leur dirai jamais assez MERCI Mesdames !

  5. Odile Boedec Le 20 novembre 2015 - Répondre

    allez un peu en campagne profonde ou certains ailleux sont oubliés de tous certains ne pensent qu à la carte vitale et sont trés peu srupuleux des peurs des angoisses du confort des états d ame certains ne voient qu eux nous s car les enfants démissionnent car pris par autre chose ou aussi n en n ont rien à battre écoeuréee de notre systéme de santé on fait de tout course nourrir chat remplacer ampoules remettre chauffage des demandes de dossiers y joindre papiers pour somme modique on ne compte pas …. notre temps on AIME notre métier pour un salaire de femme de ménage. de toute façon personne ne peut changer ce systeme car l hopital et les instances sont devenues elles aussi des commerce préviligiant leur bissness au détriment de la santé de TOUS..

    • Valérie G. Féline Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Un salaire de femme de ménage ? D’ABORD on dit AIDE À DOMICILE OU AIDE MENAGERE. Faire du ménage devrait être mieux payé car le ménage est à la base de tout ! Et une IDE gagne nettement mieux : suffit de voir leur train de vie. Passe une journée en tant qu’aide ménagère, pétasse, tu comprendras le mérite et que, SURTOUT, sans « la femme de ménage » personne ne pourrait bosser.

  6. Sylvie Baiml Le 20 novembre 2015 - Répondre

    alors là je suis totalement ok avec ça, entre nous les AVs – les As et vous j’ai l’impression que ce gouvernement ne se rend pas compte que l’on doit gerer des choses + compliqués qu’une simple toilette au lit, ou un pilulier ou encore une pds, des soins d’escarres ect.. on a l’humain qui est la et qui parfois attend qu’on le rassure qu’on l’ecoute, qu’on prenne en compte sa souffrance et qu’on la gere au mieux.. soit pour nous en bas de l’echelle de prevenir un doc ou vous meme quand on vous voit et aussi la famille et notre patron. et parfois le Samu… et vous pour des explications d’ordonance de soins ou autres examens pttr a prevoir pour une suite positive… alors perso j’ai tjr des super rapports avec la pluri discipline des soignants et je vous Remercie de ne jamais m’avoir prise pour une simple femme de menage. <3

    • Patricia Lopez Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Faire allusion aux femmes de ménage me semble déplacé car nous avons besoin de tout le monde …
      Je suis IDE depuis des siècles et jamais la misère humaine ne m’a autant frappé …les enfants démissionnent ,privent leurs parents de leurs droits pour ne penser qu’à leur futur héritage …il ne s’agit pas seulement de pratiquer des soins bien appris à l’école mais d’être capable de gérer tout un ensemble auquel on n’est pas forcément préparé …le métier d’infirmière ce n’est pas BAC + quelques années d’étude mais de la chaleur ,de la compréhension ,de l’empathie ,et surtout beaucoup d’amour …

    • Sylvie Baiml Le 21 novembre 2015 - Répondre

      En effet… Je soulevais ce terme de femme de ménage car on l’entend souvent de certaines personnes qui mélange tout. Mais jai la chance de rencontrer + de vrai pro que de gens qui me rabaisse. Jaime mon métier et les gens.. Merci pour tout encore. De tout les cotes du miroir vs êtes ds modèles.

    • Sihame Kharbouch Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Vos commentaire en disent long sur les mentalités des infirmières, Sachez que vous n’avez pas plus de mérite qu’une  » simple femme de ménage » ou d’autres professions qui souffres mais qui elle ne profites pas de la secu, et dieux sait qu’il y en a

    • Julie Redempt Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Mme Sihame Kharbouch quel commentaire intelligent! Connaissez vous notre boulot?
      J imagine que vous n avez jamais été malade ou hospitalisée pour avoir ce genre de discours. ..

    • Cé Line Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Sylvie Baiml, J’ai eu l’occasion de faire un stage en clinique… G aimé la façon dont les ASH étaient considérées, et moi même je les respecté autant ?? un vrai plaisir et beaucoup d’admiration face a cette équipe soudée et respectueuse les uns des autres ?

    • Sylvie Baiml Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Avs Céline suis a vos côté a domicile avec nos personnes fragiles. Âgées dépendants.. Mais c’est pareil je lève mon chapeau au ash qui soutienne les équipes en EHPAD

    • Cé Line Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Encore mieux!! La c’est d’autant plus dure puisqu’il faut carrément s’adapter à l’environnement de la personne etc…

      Je trouve que chaque personne composant l’équipe dans le milieux médical est importante, chacun a besoin des autres peu importe sa place ?? bravo pour ton courage en tout cas, on a bien de la chance d’avoir toutes ces personnes comme toi…

    • Sylvie Baiml Le 21 novembre 2015 - Répondre

      Merci bcp

    • Laura Ét Julien Le 22 novembre 2015 - Répondre

      Je crois que mme sihame a une dent contre les IDE! Sûrement une mauvaise expérience! :-/

    • Sonia Chauvetiere Le 22 novembre 2015 - Répondre

      Sihame Kharbouch,vous êtes aussi naze que ce que vous essayez de combattre. Une infirmière a plus de responsabilités qu une femme de ménage, toutefois la qualité du travail fourni par chacune d elle a son importance. Peu importe le niveau d étude. Maintenant je vais vous informer : aujourd’hui j’ai pris sur mon temps personnel pour voir une dame malade sans prescription, écouter son entourage appeler le 3966, parler avec le médecin coordonnateur,…. 35 minutes. Demain je passe à la pharmacie pour 3 de mes patients,en gros 30 minutes car 3 pharmacies différentes. Il peut m arriver de chercher le pain, de rentrer ou sortir le chien de mes patients âgés, d aller chercher un collier anti puces car eux ne se déplacent plus. Alors madame vous et vos généralités je vous emmerde. Aujourd’hui n est pas le jour pour lire ce genre de connerie.

    • Sihame.il ne s agit pas de mérite mais de compétences différentes. Je vous plains .avoir un esprit aussi petit…..vraiment vous me faites pitié

    • Na Nou Le 23 novembre 2015 - Répondre

      On profite de la sécu ???? Encore un mouton qui a lu un article en diagonale… c’est désespérant de connerie…

    • Gaelle Clemanceau Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Sihame : les petites gens (d’esprit ) tel que toi me font vraiment pitié mais tu verras un jour tu auras besoin d’une infirmière …….. Connasse
      PS : désolé je supporte plus ces inepties

    • Gaëlle, vous exprimez exactement mon ressenti face à de telles conneries

  7. Frederic Bellier Le 21 novembre 2015 - Répondre

    IDE. AS. ASH. nous sommes avant tt des êtres humains ne l oublions pas.

  8. Sihame Kharbouch Le 21 novembre 2015 - Répondre

    Merci pour les autres professions, pourquoi vous soutenir je vais m’occupée de mes simples rapport marchand!!!! *

  9. Manon Polin Le 22 novembre 2015 - Répondre

    Brigitte Boureille

  10. Eiléma Seomis Le 22 novembre 2015 - Répondre

    Woodlyne, c’est tellement Ca…

  11. Zaza Vandamme Le 22 novembre 2015 - Répondre

    Moi je voudrais simplement vous dire le respect que j’ai pour mes infirmières à domicile j’ai passer de la toilette au lit à la toilette mornal mais toujours assister par mes infirmières , des soins de différents types mais ce qui m’aide beaucoup à chaque passage des infirmières c’est leurs soins toujours fait dans la douceur et surtout leur soutien moral qui m’aide beaucoup et leurs gentillesse je sais que je peux compter sur elles à chaque fois que je ne serais pas bien pour tout ça je l’ai félicite d’aimer leurs métiers qui me doit pas être tout les jours faciles MERCI MERCI POUR TOUT pour moi vous êtes comme mais anges gardiens gros bisous et encore merci

  12. ben voilà je termine mon we par une grosse deception « ,je suis une moins que rien » +,insultes ,etc etc par la fille d’une patiente agee que je suis depuis 4 ans !pourquoi?rien d eparticulier sinon que je ne veux pas rembouser la telecommande du lit medical que l’aide menagere a casse sans doute sans le vouloir ;;;;vous avez des sous ,vous pouvez payer ,je suis trés amere ,tres deçue 35 ans de metier35ans de we et autres servituudes et pourtant j’aime mon metier

  13. Valérie G. Féline Le 23 novembre 2015 - Répondre

    « La nôtre » traite sa patiente comme une merde. La déshabille d’un coup, balance tout en une boule dans la machine, ne tire pas la chasse et laisse « joyeusement » couvercle et porte ouverts, met de la merde à côté et ne ramasse pas, ne frappe pas à la porte, laisse le linge par terre, coupe les chaussettes soi-disant trop serrées, habille la personne comme un sac non boutonné par exemple, et, SURTOUT appelle cette femme « mamie », ce que je trouve irrespectueux !!!

    • Marie Marrouat Cogez Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Toutes les idel ne font pas pareil 😉 d’ailleurs je ne me sens pas concernée en ce qui concerne ce post …. Par contre , appeler une personne « mamie » n’est, pour moi, pas irrespectueux mais plutôt une marque d’affection …. Il m’arrive d’appeler certains de mes patients par leur prénom

    • Valérie G. Féline Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Je ne souhaite pas que des gens hors famille m’appelle  » mamie » et encore moins par mon prénom, et, j’estime que si la personne s’en défend, il est irrespectueux de ne pas tenir compte de ce qu’elle demande. Même si cette personne à 93ans et qu’elle a des moments d’absence.

    • Veronique Veyret Le 23 novembre 2015 - Répondre

      Changer d’infirmières tout de suite c’est vraiment hobteux

    • Cathy Hoffmann Le 24 novembre 2015 - Répondre

      Changer c inhumain 1 comportement de la sorte

    • Mu Riel Le 24 novembre 2015 - Répondre

      Oui la, cette infirmière ne doit pas aimer son métier ! Aimerais t’elle qu’on traite ainsi sa famille où elle même !

    • Géraldine Faivre Le 25 novembre 2015 - Répondre

      En même tps, nous n’avons qu’un son de cloche hein…

    • Marie Marrouat Cogez Le 25 novembre 2015 - Répondre

      Si cette personne refuse que l’idel l’appelle de cette manière, alors là , je suis d’accord avec vous, elle doit le respecter.

    • Valérie G. Féline Le 25 novembre 2015 - Répondre

      Nous avons changé d’infirmière ! Ça été trés vite ! Une minute ! Le fils de la personne est arrivé un matin à l’improviste ! Je n’étais pas là. Je ne sais pas ce qu’il a vu. On m’a juste dit que « cette » infirmière, qui me qualifiait de « bonne de sa patiente » , ne viendra plus. Elle était en fin de carrière et avait, si j’en crois les rumeurs, de très gros problèmes personnels. Cela ne va pas les arranger. Je ne !’ai vu que deux fois. Mon témoignage ne parle que de ce j’ai vu en arrivant à 9h !!! Les toilettes ouvertes, le P-Cul sur la table, la personne habillée comme un épouvantail, les chaussettes coupées au ciseau, le linge tout d’un bloc…

  14. Zouzou Isabelle Snd Le 23 novembre 2015 - Répondre

    Justement si on était traité comme tout le monde on pourrait établir nos tarifs de soins et de déplacements comme on le voudrait en fonction de la crise …. Le problème c’est que nous sommes en BNC…. donc pas de vraie libérale.

  15. Canelle Corinne Le 23 novembre 2015 - Répondre

    Gaelle Jacob-chia

  16. Sandrine Renault Le 24 novembre 2015 - Répondre
  17. Reine Daroit Le 24 novembre 2015 - Répondre

    Passer plusieurs fois par jour chez des patients en fin de vie. Rester un peu plus longtemps car la famille est en détresse et a besoin d écoute. Être disponible 24h sur 24 car la mort n a ni calendrier ni horaire de bureau. Assurer les soins aux autres patients qui parfois râlent car on arrive en retard. Revenir chez le patient car il faut faire un prélèvement en urgence…Nous ne travaillons pas avec des machines nous travaillons avec des êtres humains fragilisés par la maladie la vieillesse et la peur. De tout cela l’administration s en moque car la qualité et, la disponibilité ne sont pas tarifables. Heureusement notre meilleure récompense reste la reconnaissance de la famille, la certitude d avoir apporté des soins de qualité et une approche globale remplie d humanité.

  18. Isabelle Pauget Le 24 novembre 2015 - Répondre

    et les autres ?? les AS les AMP les ASH on les oublie elles aussi sont victimes de stress !!

    • Géraldine Faivre Le 25 novembre 2015 - Répondre

      Oui biensur, mais comme le nom du groupe l’indique nous parlons ici des infirmières libérales.

  19. Céline Roy Le 24 novembre 2015 - Répondre

    La mqltraotance existe aussi en vers les étudiants

  20. Jocelyne Tht Le 24 novembre 2015 - Répondre

    et vous nous aidez si fort dans nos moments lesplus penibles que vous etes toujours dans nos pensees grosses bises a vous toutes

  21. Isabelle Guy Le 24 novembre 2015 - Répondre

    pas normal les infirmières libérales agressé elle sont compréansible et al’écoute bravo pour leurs proffésions (y)

  22. Géraldine Faivre Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Je trouve que certains patients sont malveillants, ils mentent, nous traitent comme des sous m… Et certains sont de vrais rayons de soleil. Généralement moins c’est grave et plus ils sont chiants.

  23. SoSo Theze Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Je remercie la ministre pour nous détruire par les charges et le fait de passer du temps chez les patients environ 1h …..
    Après 15 années, être une infirmière sans reconnaissance me désespère. ….

  24. Caro Caroline Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Ce matin encore se rendre chez un nouveau patient diabétique, vivant seul et invalide et constater qu’il n’a rien a mangé ( le portage des repas commencera que vendredi). Du coup partir à la boulangerie du coin pour au moins qu’il puisse avoir du pain. Se rendre compte ensuite que bien sûr il lui faut des médicaments et qui va les chercher ??? Ben c’est bibi !!!!! Heureusement un Merci avec le sourire vaut mieux que toutes rémunération mais quand même !

  25. Anita Ferrero Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Je suis d’accord avec vous mais le stress touche tt le monde et dans tt les corps de métiers vous n’êtes pas des cas isolés !!!!!!

  26. Marie-Aline Demauljean Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Juste pour info …. j ai une élève inf en ce moment en stage et elle M a scotché quand elle m’a dit qu a l hôpital on commençait à parler de client !!!!

  27. Olivier Behr Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Corps de métier le plus représenté en consultation..

  28. Nathalie Carmignani Le 25 novembre 2015 - Répondre

    Moi aussi quand ma ma maman était encore de ce monde le groupe d’infirmiers et infirmières ont été d’une humanitė admirable avec elle, mon papa et moi même . Le jour du décès, une infirmière en particulier est restée avec moi toute la matinėe . Je ne n’oublierai jamais ce qu’elle a fait. Je les vois d’ailleurs encore. Elles s’occupent de mon papa… J’ai beaucoup de respect pour les infirmières et aides soignants. C’est un métier très dur pas assez reconnu ā mon goût professionnellement…

  29. Joel Zimmer Le 26 novembre 2015 - Répondre

    Fomez vous à l hypnose
    http://Www.dent-lhypnose.com

  30. So Amorim Le 26 novembre 2015 - Répondre

    Personnellement le cabinet infirmiers qui ont pris en charge mon fils pour ces injections (toutes les 4 semaines) sont extraordinaire, il et elles sont à son écoute, par un sourire, un mot, un geste…Je ne les remercierais jamais assez de le soutenir ainsi…Ce n’est pas un coeur qu’il et elles ont c’est plus que ça…De blanc vêtu se sont anges, les anges de l’espoir… Alors pour l’ensemble de cette.profession au grand Merci

  31. Sév Sev Le 26 novembre 2015 - Répondre

    Pour commencer : c est prise en soins… Pas en charge..

  32. Tony Druard Le 11 décembre 2015 - Répondre

    A POIL SUR LE PÉRIPHÉRIQUE PARISIEN !!!!

Laisser un commentaire