Qui sera la prochaine infirmière libérale à être interviewée ?

Qui sera la prochaine infirmière libérale à être interviewée ?

Si l’heure des bilans de l’année 2015 ou de la période des bonnes résolutions pour 2016 se rapprochent à grand pas, nous vous invitons à vous faire connaître si vous acceptez de répondre à une interview. Retrouvez les grandes thématiques, qui ont rythmé l’année écoulée, et envoyez-nous aussi les questions, pour lesquelles vous souhaiteriez aussi une réponse.

La nouvelle loi de santé et l’avenir des infirmières et infirmiers libéraux

La nouvelle loi de santé, présentée et défendue par Marisol Touraine, Ministre de la santé, aura fait couler beaucoup d’encre. Vous avez été nombreuses et nombreux à réagir à cette ambition affichée de réformer le système de santé français. Nous reviendrons dans notre prochain article sur cette nouvelle loi, qui devrait être finalement adoptée sans faire trop de bruit.

Les orientations réaffirmées par ces nouvelles ambitions demeurent les mêmes que les années précédentes et concernent tous les professionnels de santé, au premier rang desquels les infirmières et infirmiers libéraux. La volonté de développer les maisons de Santé et ainsi revitaliser le maillage médical de notre territoire, l’ambition de renforcer le développement des hospitalisations de courte durée et ses conséquences (implicites) notamment en ce qui concerne l’augmentation des besoins en soins infirmiers, la réorganisation du parcours de santé, …..

Les IDEL(s) apparaissent déçus, mais cette déception semble plus provenir du manque de concertation plutôt que des mesures elles-mêmes. Les revendications, portées par les infirmières et les infirmiers libéraux, semblent ne pas avoir été entendues. Nous ne doutons pas que ce sujet de la nouvelle loi de santé, et plus généralement de la politique menée par notre gouvernement, sera au cœur des sujets, qu’infirmières et infirmiers libéraux souhaitent voir débattus.

Les infirmières et les infirmiers libéraux, les boucs émissaires d’un système de santé à bout de souffle ?

Même si il n’a été publié qu’en septembre dernier, le rapport de la Cour des Comptes sur le système de santé en France aura été un des sujets les plus polémiques de cette année 2015. Il fut surtout le catalyseur des innombrables reproches, adressés aux infirmières et infirmiers libéraux. Il ne serait pas étonnant, que cette publication soit au centre de vos commentaires et de vos réactions. Il faut dire, que non seulement le rapport ciblait particulièrement et sévèrement l’activité même des infirmières et des infirmiers libéraux.

Mais la portée de ce rapport fut également une des grandes raisons de la colère, qu’il suscita. Quelques jours seulement, après cette publication, on apprenait que les contrôles des IDEL(s) allait être renforcé. Il ne fallait pas attendre longtemps, puisque cette intensification du contrôle devenait réalité dès le mois de novembre 2015. De là à voir, que les plus hautes autorités de l’Etat donnaient sens aux accusations de fraudes ….

La colère s’est exprimée sous bien des formes, mais rien n’a fait puisque les magistrats de la Cour des Comptes semblent bien avoir réussi à convaincre du bien-fondé de leurs travaux. Là encore, le malaise, né de cette méfiance, reviendra, nous n’en doutons pas, sur les idées que vous nous soumettrez.

L’activité d’infirmière libérale au quotidien, un sujet récurrent de vos attentes

Bien évidemment, tout au long des mois écoulés de cette année 2015, nous avons aussi fait la part belle à votre activité d’IDEL. Les rapports que vous entretenez vis-à-vis de vos patients, de leur famille ou encore des médecins vous passionnent toujours autant. Vous avez également été nombreuses et nombreux à réagir lorsqu’il s’agissait d’évoquer les infirmières et les infirmiers libéraux, traînés devant les tribunaux pour des indus incompréhensibles. Face à ces tracasseries du quotidien, les sujets, évoquant les progrès de la médecine et les innovations technologiques ou encore les évolutions dans la pratique des soins infirmiers vous ont interpellés.

Impossible donc de dresser une liste de tous les sujets, sur lesquels nous souhaiterions prolonger la réflexion, mais après tout, ce choix vous appartient. Pour bien commencer l’année 2016, nous avons décidé de vous donner la parole, en vous interviewant. Nul doute, que ces sujets brulants susciteront une réflexion de votre part, mais nous vous invitons à nous faire part des autres thématiques sur lesquelles vous souhaitez vous exprimer.

Laissez-nous les sujets d’ordre général ou des points très précis et/ou spécifiques, qui méritent, selon vous, d’être approfondis. Non seulement, nous essaierons de répondre à vos attentes dans les prochains billets de ce blog, mais nous vous donnerons la parole, afin que votre position soit entendue.

Vous avez un sujet à proposer ou vous souhaitez prendre la parole pour faire valoir vos opinions ? Laissez-nous votre message en commentaire, si votre idée est sélectionnée nous prendrons contact avec vous pour réaliser une interview et la publier sur ce blog, qui est lu chaque semaine par plus de 40.000 infirmiers libéraux. Voilà de quoi donner du souffle à vos idées !

 

By |2018-04-12T15:28:06+00:005 décembre 2015|Actualité Albus, IDEL au quotidien|4 Comments

4 Comments

  1. Christophe Morand Le 8 décembre 2015 - Répondre

    Suspense…

  2. Biamuenzé Maloute Le 8 décembre 2015 - Répondre

    Moi j veux bien lol

  3. Steff Le 8 décembre 2015 - Répondre

    voilà ce que cette année 2015 m’inspire …
    Pour la première fois depuis le début de ma carrière d’infirmière il y a 12 ans je doute. Ce métier je l’ai choisi sciemment, à 27 ans, parce qu’il était en accord avec mes convictions, mes envies, et qu’il me permettait pleinement de me réaliser dans ma volonté d’apporter ma petite contribution pour aider ceux qui en avaient besoin. Je l’ai toujours fait avec toute l’humanité et l’empathie dont j’étais capable. Je prends soin de mes patients comme j’aimerais que l’on prenne soin de moi ou d’un membre de ma famille. Je le fais au détriment de ma vie de famille mono-parentale parfois, au détriment même de ma propre santé ( j’ai bossé plus d’un an avec une double tendinite coude/épaule). Aujourd’hui mon métier, mes valeurs, mes convictions sont traînés dans la boue par des bureaucrates qui ne connaissent rien de mon activité, qui ne ce soucient pas de l’humain, qui bossent sur des chiffres et des statistiques pour camoufler l’incompétence de nos dirigeants. Pire encore , les médias, vils chacals en quête de phrases chocs, ont contribué à nous souiller, nous traîner dans la boue pour faire croire à l’opinion publique que nous n’étions que des escrocs nantis. En ces temps difficiles il est tellement facile de taper sur ceux qui gagnent leur vie honnêtement, plutôt que sur les vrais responsables de la dérive de notre société… diviser pour mieux régner, les moutons sont légions, il faut bien trouver des responsables.
    OUI je gagne bien ma vie. J’ai vécu longtemps sous le seuil de pauvreté, j’ai du choisir pendant longtemps, qui mangerait entre mon fils ou moi, alors je connais la valeur de l’argent et du travail. MAIS : je ne compte pas mes heures, je ne me ménage pas, je suis là , 7j/7 , 24h/24 , 365 jours par an pour mes patients et leur famille. Même quand je ne les vois pas, je bosse : administrations, transmissions, interrogations sur les prises en charge avec mon associée…Je côtoie la maladie, la souffrance et la mort et on veut mettre un prix la dessus ? Je suis de garde 24h/24, 15 jours par mois.
    Je me suis déjà déplacée à 1h du matin par -5° avec le taff à assurer le lendemain dès 7h le matin SANS AUCUNE COMPENSATION FINANCIERE OU HORAIRE … Le feriez-vous ?
    J’ai déjà fait des soins en urgence un dimanche soir, après la fin de mes soins habituels sans être payées un centime … le feriez-vous ?
    J’ai déjà passé des heures au téléphone avec un fils ou une fille, désespérée et en souffrance de voir son parent mourir alors que j’étais en repos et que mon propre fils attendait le dîner… le feriez-vous ?
    Je donne mon temps, mon énergie et mon savoir-faire pour soutenir, aider, soigner ceux qui en ont besoin c’est ma raison d’être et c’est ce que j’ai choisi de faire de ma vie, mais en aucun cas je ne peux accepter que l’on me traite de fraudeuse, de nantie, et que l’on me traîne dans la boue parce qu’à ce rythme là , le jour où vous aurez besoin de moi, je ne serai plus là

Laisser un commentaire