Présidentielle 2017 : quelles propositions pour les infirmiers libéraux ?

Présidentielle 2017 : quelles propositions pour les infirmiers libéraux ?

Après une mobilisation générale en demi-teinte, les infirmières libérales et hospitalières ont bien envie de tirer profit de cette période électorale pour se faire entendre. Les nouvelles formes de mobilisation semblent bien s’adresser aux candidats de demain et non plus aux décideurs d’aujourd’hui !

Fin d’année 2016, festivités pour tous et mobilisation pour les infirmières libérales

Nous le pressentions et nous l’avions annoncé, mais la journée de mobilisation du 08 novembre dernier n’aura été qu’un point de départ, car les revendications, toujours présentes, seront, à en croire les différentes organisations, portées sous d’autres formes par toute la profession. Mais, alors qu’il était difficile, quelques heures après cette journée de mobilisation, de préciser l’ampleur de cette dernière, les chiffres officiels donnent désormais la tendance du phénomène :

  • A Paris, 10.000 infirmières entre la gare Montparnasse et le Ministère de la Santé
  • A Lyon, 2000 infirmières
  • A Strasbourg, 1000 infirmières
  • ….

(Chiffres communiqués par le Syndicat National des Professionnels Infirmiers – SNPI)

Même si la bataille des chiffres ne sera jamais close, le ministère s’est empressé, devant cette mobilisation, de recevoir les représentants des infirmiers pour « calmer le jeu ». Même si toutes les revendications ne peuvent pas être résolues en une réunion, l’approche du cabinet de Mme Marisol Touraine semble aller dans le bon sens. Des mesures ont été annoncées pour toutes les infirmières et infirmiers, y compris pour celles et ceux, exerçant sous la forme libérale.

Des promesses pour les infirmières libérales, entre doute et incertitudes ?

Pour commencer, les services du Ministère de la Santé ont d’ores et déjà fait savoir que le décret réduisant l’exercice infirmier sur la vaccination à la grippe sera abrogée. Les conditions (personnes âgées ou maladies chroniques et première vaccination déjà prescrite par un médecin) sont certes maintenues, mais cette suspension faisait partie des revendications des infirmières libérales, face à la « menace » d’une vaccination par les pharmaciens.

Le décret d’actes et de prescription des dispositifs médicaux devrait également être revu pour évoluer afin de faire face aux nouvelles attentes des patients d’une part mais aussi pour s’adapter aux innovations médicales. L’ensemble des infirmières et infirmiers libéraux ne peut que se réjouir de telles annonces, comme l’a déjà fait le SNPI, qui soulignait :   « Cela répond à une forte attente, car le décret d’acte infirmier n’a pas évolué depuis 2002, contrairement aux techniques médicales, et il convient de sécuriser juridiquement les pratiques des 600.000 infirmières »

Mais en ces temps où les infirmières libérales peuvent être, comme bien d’autres professions, considérés comme un « réservoir de voix » (au vu des prochaines échéances électorales de 2017) , les promesses ne suffisent plus. Des actes concrets sont attendus rapidement, la profession ayant rappelé, qu’il n’était pas possible d’attendre mai 2017 avant de prendre les décisions qui s’imposent. Infirmières et infirmiers libéraux seront-ils entendus ?

Une mobilisation durable ou des revendications guidées par l’opportunité ?

C’est parce que cette période pré-électorale ralentit les avancées pratiques, que la profession infirmière a décidé de rester mobilisé pour faire entendre sa voix. De manière générale, les infirmiers de l’Education Nationale défileront dans les rues de Paris, le 17 novembre prochain, pour contester l’externalisation de leur activité. Les infirmières libérales, aussi, continueront de se mobiliser sous une autre forme.

Le 24 novembre prochain sera la Grande Journée du soignant libéral, avec la mobilisation des infirmières, médecins, kinés, ….. Des revendications sont certes à l’ordre du jour de ces manifestations, organisées dans les Grandes villes de France, mais l’objectif affiché de cette journée consiste à démontrer aux décideurs que les professionnels libéraux de santé sont organisés et prêts à se mobiliser pour leur cause.

Au vu du soutien de l’opinion populaire aux manifestations des policiers depuis plusieurs semaines, les professionnels de santé réfléchissent aussi à l’instauration de « Nuits Blanches de la Santé. » Il s’agirait alors pour les infirmières libérales et tous les soignants de rejoindre les forces de l’Ordre et les pompiers afin d’amplifier la contestation. Le mot d’ordre de ces Nuits Blanches de la Santé est d’ores et déjà connu : contraindre les politiques « à intégrer la santé dans leur programme autrement qu’avec des mesurettes. » C’est donc bien un appel, qui est lancé aux prétendants à la fonction présidentielle, qui est lancée, pour qu’ils viennent prendre des engagements clairs et ambitieux pour le système de santé en France.

Ce glissement des revendications vers la demande d’engagements des candidats vous parait-il de nature à faire avancer les choses ? pensez-vous que les promesses d’aujourd’hui de ces mêmes candidats feront la politique de la Santé de demain ?

 

By |2018-04-12T15:20:03+00:0018 novembre 2016|IDEL au quotidien|48 Comments

48 Comments

  1. les manifestations n ont aucun impacts il faut reflechir a d autres actions

  2. Stéphane Couesnon Le 18 novembre 2016 - Répondre

    C sur que le contexte électoral doit nous permettre de faire évoluer les choses mais pour cela il faut resté uni et solidaire surtout si toutes les professions libérales se rejoignent

  3. Marie Marrouat Cogez Le 18 novembre 2016 - Répondre

    AH cool je viens d’apprendre que les infirmiers scolaires avaient manifesté hier ??!! rien vu moi, etvous ?

  4. Pauline Goeminne Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Il n’y a aucune proposition de candidats dans l’article!
    Tout juste ce que MST a bien voulu nous céder du bout des doigts avec mépris… rien de ce que nous demandons!

  5. Véronique Rnd Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Si voter….changeait quelque chose, ça ferait longtemps que ça serait interdit. (Coluche).

  6. Véronique Rnd Le 18 novembre 2016 - Répondre

    …lol….!!!! Ils claquent le 49’3 !
    C’est de l’hyperthermie MALIGNE à ce niveau
    TOUS À METTRE DANS LE MÊME…URINAL ..!!

  7. Véronique Rnd Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Les ENFANTS croient au père Noël.
    Les adultes votent.
    ….

  8. Armelle Pertzing Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Je ne crois plus en aucun s politiques !

  9. Philippe Joly Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Oh cool des promesses électorales. …

  10. Frédéric Massé Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Rien il n’y aura rien

  11. Imane Ka Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Angelique Vaudel Rousselle Btissam Allouch-chtibi Mareen Cordier

    • Btissam Allouch-chtibi Le 18 novembre 2016 - Répondre

      Rien de concret ds ce texte ! Révision nomenclature? Valorisation de nos actes? Le 2eme a 50% le 3e gratos et en brut ! Pffffffg on est connes

  12. Btissam Allouch-chtibi Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Rien de concret ds ce texte ! Révision nomenclature? Valorisation de nos actes? Le 2eme a 50% le 3e gratos et en brut ! Pffffffg on est connes

  13. Christel Ferriere Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Ça fait longtemps que je n’y crois plus ….. la profession a toujours souffert d’un manque de reconnaissance et pas un de nos politiciens ne s’inquiète pour nous !!!!! Seulement ils oublient qu’ils passeront tous un jour tôt ou tard dans les mains d’infirmières ou d’infirmiers …..

  14. Il faut bouger et se mobiliser tous ensemble pour tenter de se faire entendre si on reste sans rien faire à nous lamenter c’est sûr que rien ne bougera….

  15. Marie-Pierre Lerat Le 18 novembre 2016 - Répondre

    Les vaccinations ? Ils se foutent de nous ! Déjà, ils ont donné le vaccin grippe aux pharmaciens … Et payés 10 euros !!! (Ça, pour faire des économies c’est parfait) . Nous voulons du concret : stop à la décote, nos frais de déplacement revus (2,50 euros…. foutage de gueule) et puis surtout que les AT et la carence de 91 jours soient revus (surtout vu les charges astronomiques que nous payons !!!). Et la retraite !!! La CARPINKO nous vole littéralement pour quoi ? Une misère arrivé à la retraite…
    Que font les syndicats mis à part se taper dessus ? quant à MST…. il n’y a rien à dire sinon qu’on a atteint des sommets d’indifférence, de mépris et de dangerosité pour la santé en règle générale. …

  16. Mat Hilde Le 19 novembre 2016 - Répondre

    On gêne le gouvernement qui voit que par les HAD , ils veulent notre mort !!!

  17. Corinne Lag Le 19 novembre 2016 - Répondre

    Les pharmaciens pourraient vacciner contre la grippe, dans leur officine, à partir de 2017!!! prix facturé : 10 euros … euh … les idel le font pour 6,30 euros … c’est quoi le bénéfice pour la sécu ? Faut qu’on m’explique là !!!

  18. Emilie le Rouvillois Le 19 novembre 2016 - Répondre

    Tous les soignants libéraux dans la rue le 24 novembre….idel kinésithérapeute…..

  19. Philippe Butin Le 19 novembre 2016 - Répondre

    On le saurait si on parlait de nous!!!!!!

  20. Stephanie Paoli Le 20 novembre 2016 - Répondre

    Qu’on nous laisse travailler tranquille qu’on nous augmente et qu on arrête nous faire payer 60 % notre salaire en taxes

  21. Antoine Moret Le 20 novembre 2016 - Répondre

    Je suis désolé de jouer le grain de sable… nous sommes en parti responsable car pour moi un des premier mal qui nous ronge est le manque cruel de confraternité entre nous.

    Sinon courage, à force de mobilisations nous nous ferons peu être entendre un jour.

  22. # Sophie Guillemot

  23. Fred Éric Le 20 novembre 2016 - Répondre

    Ca fait peur…

  24. Gilles Wobedo Le 20 novembre 2016 - Répondre

    Le seul candidat qui a mes yeux lutte contre l’austérité qui frappe notre profession, c’est Jean-Luc Mélenchon. Il est le seul à dénoncer les suppressions de poste dans les hôpitaux, à projeter de ramener la retraite à 60 ans, conscient de la pénibilité, de la charge physique et émotionnelle des professions de santé. Le livret programmatique « santé » est à paraître. En attendant, suivez son mouvement, la France insoumise sur Facebook… @JLMelenchon Manuel Bompard

  25. Laure Pigeon Le 21 novembre 2016 - Répondre

    Ah bon on existe pour eux

  26. Kate Wyne Le 21 novembre 2016 - Répondre

    Notre reconnaissance passera par notre connaissance de nous mêmes dans une confraternité sans faille hors Les syndicats qui ne nous représentent plus depuis longtemps……
    Le chemin est long et le lutte est dure….

  27. Thierry Fasola Le 22 novembre 2016 - Répondre

    aucune

  28. Sophie Varlet Thevenet Le 22 novembre 2016 - Répondre

    non

  29. Manue Rdwz Le 23 novembre 2016 - Répondre

    A quand les charges URSSAF carpimko payé à 50% et la troisième gratuite ??? Comme les soins?? C’est une honte vraiment !

  30. Sophie Tullio Le 23 novembre 2016 - Répondre

    Et les ide tout court ça donne quoi reconnu cat À et paye des clopinettes 🙁

  31. Christelle Lola Renard Le 23 novembre 2016 - Répondre

    et les infirmières maltraitent les patients dans l’ap hp à paris??? on n’en parle pas, on s’en fiche, je préfère augmenter le salaire des médecins, des aides soignantes plutot que ces infirmières inhumains, irrespectueux et ignobles

  32. Véronique Cescau Le 23 novembre 2016 - Répondre

    On croule sous les charges moi jen pe plus !!! On ne nou respecte pas on respecte pas notre travail et on paye encore et encore… pfff moi sui dégoûtée vraiment

  33. Nathalie Rss Le 24 novembre 2016 - Répondre

    Ils veulent des économies ?? À d’autres ! Ils placent leurs copains à la tête des Had qui se remplissent les poches sur notre dos et nous piquent nos patients …! C’est une volonté délibérée de supprimer notre profession…. ! Faut pas se leurrer ….personne n’a jamais rien fait pour nous et personne ne fera rien ….à commencer par les syndicats qui ont à une époque approuvé et signé les cotations à 50% et gratuites ..! Qui accepterait cela ? Personne sauf nous ! On s’est bien foutu de nous ! Nous ne sommes pas des bénévoles .

  34. Marylène Pellissard Le 24 novembre 2016 - Répondre

    j’ai vu évoluer la profession depuis que j’ai commencé en 2005 et pas qu’en bien ; on doit se rassembler plus ; mobilisons nous plus et surtout expliquons à nos patients ce qui risquent d’arriver dans un avenir pas si lointain que ça !!!

  35. Narjes Hassine Le 24 novembre 2016 - Répondre

    Lynda Methlouthi

  36. Nath Beguin Le 29 novembre 2016 - Répondre

Laisser un commentaire