Les infirmières libérales et la menace de l’épuisement professionnel, une réalité ?

Les infirmières libérales et la menace de l’épuisement professionnel, une réalité ?

Même si le sujet semble être tabou, l’épuisement professionnel pose question pour les infirmières et infirmiers libéraux. Mais comme pour bien d’autres professions médicales ou paramédicales, l’origine de ce burnout semble être à rechercher dans la nature même de cette vocation, devenue activité professionnelle.

Les infirmières libérales et leurs patients, une relation difficile à construire

Que ce soit à l’hôpital ou au domicile des patients, la relation entre une infirmière ou un infirmier et ses patients apparaît être un difficile compromis à trouver. Il s’agit naturellement d’une relation impliquant un plus grand pouvoir de l’infirmière, qui dispose en effet d’une « position de force » vis-à-vis d’un patient en situation plus ou moins vulnérable. L’infirmière libérale effectue ses soins contre rémunération, alors que le patient dépend de ces derniers pour sa santé et/ou son confort de vie au quotidien. Ce déséquilibre de la relation reste naturel et inhérent à la profession infirmière, et on entend souvent certaines personnes parler d’une injustice de cette relation.

La situation des personnes âgées, préférant le maintien à domicile plutôt que l’hospitalisation, concentre une grande partie des questions liées à cette thématique. Personne ne peut le contester, et nous ne concevons pas de remettre cette relation soignant/soigné en cause, mais il faut aussi attirer l’attention sur l’injustice, ressentie par les infirmières et les infirmiers. D’une nature différente, cette injustice ressentie concerne tous les professionnels de santé et en particulier les infirmières libérales, représentant souvent le lien direct avec les patients et leur famille.

Le malaise des infirmières libérales face à leur patientèle

On ne s’attardera pas -alors que le sujet mériterait néanmoins d’être traité en profondeur – sur l’injustice née d’une rémunération non revalorisée depuis des années ou encore sur celle à venir en ce qui concerne l’accès partiel à la profession. L’injustice principale ne réside pas là mais dans les soins mêmes prodigués par les professionnels de santé, que sont tous les infirmiers de France.

C’est souvent par vocation, que les infirmières libérales ont choisi d’exercer leur activité et cette ambition trouve, depuis peu, une concrétisation officielle : « L’infirmier, au service de la personne et de la santé publique, exerce sa mission dans le respect de la vie humaine. Il respecte la dignité et l’intimité du patient, de sa famille et de ses proches. «

Ces principes de respect sont par contre trop souvent en opposition avec la réalité du terrain. Comment être fidèle à ces principes, lorsque le chronométrage s’est invité dans le quotidien des infirmières libérales ? Des soins ne devant pas dépasser une demi-heure, l’absence de la prise en compte de la nécessité de dialoguer et d’échanger avec ses patients, … Cette contradiction entre « ce qu’il faudrait faire » et « ce qui doit être fait » représente une injustice quotidienne pour les infirmières et les infirmiers libéraux. Ce sentiment est aggravé, dans la mesure où le pouvoir de changer cette approche de la relation soignant/soigné ne dépend plus de ces professionnels de santé mais bien des autorités de tutelle.

Un sentiment d’injustice pouvant mener au burnout

Cette réalité des infirmières libérales se retrouve également dans le malaise du personnel hospitalier. Lorsque les infirmières hospitalières condamnent le glissement de leurs patients vers un nouveau statut de clients, elles expriment également le ressenti des IDEL(s) au quotidien. Certains souligneront que cette injustice structurelle n’est pas unique aux professions médicales. Certes, mais il s’agit en l’occurrence de la santé des patients et des patientes, ce qui confère une importance essentielle à cette question.

Cette injustice de ne pas pouvoir respecter ses engagements originels conduit en outre les infirmières libérales comme tous les autres professionnels de santé sur la voie de la dévalorisation de soi. En effet, même si elles n’en sont pas responsables mais victimes, les infirmières libérales ressentent au quotidien les conséquences de ces soins prodigués dans les règles de l’art et en conformité avec les prescriptions en vigueur, mais sans la prise en compte de l’importance de cette relation soignant/soigné. Et à la longue, cette dévalorisation peut conduire à l’épuisement professionnel. Déjà décrit à de nombreuses reprises en ce qui concerne le milieu hospitalier, le burn out n’est en effet pas étranger aux infirmières et infirmiers libéraux, bien au contraire, même si souvent il est passé sous silence et considéré comme un « mal nécessaire » ….

 

Ressentez-vous cette injustice dans votre quotidien ? Considérez-vous que les infirmières libérales sont particulièrement menacées par cet épuisement professionnel ?

By |2018-04-12T15:18:35+00:006 mars 2017|IDEL au quotidien|104 Comments

104 Comments

  1. Martine La-rt Le 6 mars 2017 - Répondre

    des soins ne devant pas dépasser une demi heure…… vous avez vu ça où vous?
    au contraire les séance de soins de moins de 30 mn ne seraient pas facturables!!!!!…………..

  2. des soins avant de partir à l’hôpital à pas d’heure on passe plût tôt sans tarif de nuit et comme l’hôpital se compte une journée entière c’est encore nous qui fraudons la CPAM!!! J’ai 4 enfants à élever seule on me demande 50000 euros d’indus et 55000 euros d’impôts de retard je fais comment?

    • Ingrid Laval Le 6 mars 2017 - Répondre

      C est honteux
      Il y en a marre de ce système
      Travailler travailler pour toujours payer

    • Cindy Roufosse Le 6 mars 2017 - Répondre

      Répugnant !!!

    • Coco Calo Le 7 mars 2017 - Répondre

      Il y en a à la pelle des impossibilités de facturation ! (les bas de contention que nos anciens ne peuvent pas mettre seuls, des toilettes à 6h du mat pré dialyse qu’on ne peut pas facturer en nuit, le pansement du diabétique qui se facture /2 alors qu’on y passe plus de 30mn…ect…ect…) A quand une facturation Vraie de tous nos actes ? Jamais ! Parceque la CPAM est toute puissante et ne vois que les chiffres sur un écran !

  3. Bonjour ….excusez moi mais pouvez vous m’expliquer ce problème de ne pas pouvoir facturer un soin le jour même de la sortie du patient ???

    • Ange Élise Le 6 mars 2017 - Répondre

      L’hôpital facture la journée ENTIÈRE, dc les passages avant et après une hospitalisation sont CADEAUX ??????

    • Drains Nathalie Le 6 mars 2017 - Répondre

      Faux on facture notre passage et si réclamation d indus par la caisse il suffit de prouver que le patient était présent chez lui. Ds ces cas, la caisse voit avec l’hôpital l’heure d’arrivée ou de sortie du patient.

    • Drains Nathalie exactement il suffit de prouver les choses

    • Coucou Ide Le 6 mars 2017 - Répondre

      Si possible demander l attestation de sortie au patient
      Pour vos soins fait le jour de la sortie
      Car yen a marre de bisser pour des prunes????????

    • Ha ben ca alors …..sincèrement je ne savais pas et – je croise les doigts- j’ai jamais rencontré ce problème !!!

    • Et merci pour ces précisions ……et pour précision ca fait 19 ans que je fais du libéral !!!!

    • Martine La-rt Le 6 mars 2017 - Répondre

      oui mais avec les hospit de jour ça ne fonctionne pas!!! une collègue du cote de Bordeau ce débat abec ce pb

    • Severine Vincent Le 7 mars 2017 - Répondre

      On fait le soin et en plus c’est à nous d’apporter des preuves . C’est le monde à l’envers , c’est une honte . Les autres corps de métier apportent la preuve de leur travail ? Non !!!

    • Jamais eu ce problème non plus, en 33 ans de libéral ! Pour les hospitalisations de jour, ils prennent tout en charge , on récupère nos patients quand ils ont finis!

    • Un collègue a eu ce pb: la caisse lui a dit de se retourner vers l’hôpital afin qu’il rembourse la sécu… autant de battre contre un moulin à vent…

    • Donc si je comprend bien …un patient sort de l’hôpital en début d’am …on a un atc à lui faire à sa sortie car les infirmières de l’hôpital ne l’ont pas fait …on ne peut pas facturer ???????

    • Ange Élise Le 7 mars 2017 - Répondre

      Je répète: l’hôpital facture la journée ENTIÈRE. Cependant bon nombre de CPAM sont tolérantes et ne font pas d’histoire (heureusement) mais lorsque c pas le cas, un bras de fer s’impose et, en effet, il faut alors prouver la présence du patient à son domicile, soit, notre passage.
      Bref, on a que ça à foutre.

    • Gisèle Nice Le 8 mars 2017 - Répondre

      Je confirme ça m’est arrivé aussi , et je n,avais pas pensé au bulletin de sortie , ?je retiens !?

    • Déjà qu on est payé des pâquerettes pr certains soins, si en plus on doit se battre pr etre payé pr des soins effectués ms ou va t on ???

    • Fanny Fa Le 8 mars 2017 - Répondre

      On ne facture plus des soins pour ne pas avoir à les rembourser

    • Karine Ducceschi Le 9 mars 2017 - Répondre

      Il suffit de demander le bulletin de situation ou de sortie. L’heure et la date est indiqué. Il est souvent avec les ordos ?

    • Oui …il suffit de ….mais faut qd mm avouer qu’on a pas que ça à faire ….et qu’on a pas besoin de prouver nos actes ….nous sommes des professionnelles responsables !! Y’en a marre !!

    • Coucou Ide Le 9 mars 2017 - Répondre

      Ben oui Delphine Ludovic Launay
      c edt cela
      Ou tu dis au patient que si on passe c’est de sa poche
      Ou tu y passe le lendemain…

    • Rhooooo…….ben de mieux en mieux ……

  4. Marion Gilot

  5. on régresse à tous les niveaux

  6. Raymonde Chabert Le 6 mars 2017 - Répondre
  7. Audrey Affolter Le 7 mars 2017 - Répondre

    Une triste réalité

  8. Fofi Carpentier Le 7 mars 2017 - Répondre

    Idem les auxiliaires de vie sociale

    • Corinne Barit Le 8 mars 2017 - Répondre

      D’accord on parle toujours des même personnes mais les auxiliaires de vie sa nous arrivent aussi d’être épuisée

    • Alex Lef Le 11 mars 2017 - Répondre

      Je ne vois pas le rapport Corinne Barit. On parle des infirmières aujourd’hui.
      Toutes les professions sont épuisées.
      Si vous voulez parlez des auxiliaires de vie allez sur un forum vous concernant

    • Fofi Carpentier Le 11 mars 2017 - Répondre

      Pufff ouverture d esprit zéro mdr pas grave Corine ?

  9. Marie-a Subiza Le 7 mars 2017 - Répondre

    il y en a marre de tous ces cons qui nous dirigent et qui n ont aucunes consciences de la réalité du terrain.

  10. Cynthia Pini Le 7 mars 2017 - Répondre

    Virge Ou
    Christelle Gerling
    Laetitia Muller

  11. Christine Vivier Le 7 mars 2017 - Répondre

    Malheureusement c est une réalité que l on peut ignorer ….une fatigue morale et physique. …

    • aprés avoir usé mon coeur, mon corps (travaille avec septicemie temperature à41° sur abces uterin ayant révélé kr hemorragie veineuse à 10j post op et hémmorragie arterielle 5 jours apres emi en aout 2011 puis bur out en 2013…… donné ma patientelle à une collègue de secteur, fermeture du cabinet et je paye tjr mes charges urssaf via huissier….. je rempile dans un SSR poste nuit 70% fin du mois

  12. Pierre Nardin Le 8 mars 2017 - Répondre

    Respects à ces DAMES.

  13. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    Le souci c’est que nous sommes règlementer par des bureaucrates qui n’ont aucune idée de la réalité du terrain, qui sont aux 35 et en WE le vendredi à 16h, ayant aussi tout leur WE
    La seule chose qui leur parler c’est les chiffres, c’est trou du cul excuse moi du therme devraient venir passer une journée avec Nous et voir tout ce que l’on fait dans une journée, je suis sur qu’ils seraient épuisés
    Ils n’ont aucun humanité ce qui compte pour eux se sont les chiffres
    Mais un jour ces gens seront malades et auront besoins d’une IDE à domicile à Nous de leur faite comprendre ce jour là que nous avons bcp de mal à faire tout ceux qu’ils nous demande faute de moyens mdr
    D’ailleurs se serait un kiffe de soigner une personne travaillant pour la CPAM je me ferais un plaisir presque jouissif de le remettre à sa place

    • Vanessa Fettet Le 8 mars 2017 - Répondre

      Le vendredi à 16h! T’es gentil chez nous le mercredi… et le vendredi à partir de 12h le monde s’arrête …il n’y a plus que nous …

    • Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

      G dis 16h pour être gentille

    • Fanfan Maïs Le 11 mars 2017 - Répondre

      Déjà fait l année dernière : elle bossait même au contrôle. Elle me l a dit le dernier jour des soins, pas fière, je n avais pas arrêté de tailler la secu pdt la semaine ?

    • Nadiou Ben Le 12 mars 2017 - Répondre

      Pinaise lol et ca va pas de contrôle apres par vengeance mdrr

  14. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    Et puis il est bien connu quand restant devant un écran d’ordinateur ou une feuille de papier on a notion d’une réalité de terrain pff des bouffons ….

  15. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    D’ailleurs il faudrait arrêter de faire des manifestations pacifiques et faire comme tout le monde se rebeller raller
    Quand on fait grève on bosse c pas normal préparons la grève et demandons à ces bureaucrates de venir nous remplacer pd notre absence
    Comment voulez vous qu’une grève soit efficace en bossant … c’est pas crédible

  16. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    Et je sais pas si vous avez regardez l’émission hier sur la 5 au sujet de la santé, les infirmiers hospitaliers sont surchargés et dépassement de fonction ect …
    la solution est de réduire la durée de l’hospitalisation bientôt mammectomie cancéreuse se fera en ambulatoire donc plus de soins à domicile je suis pas ok si aucune reconnaissance
    Depuis des années on voit de plus en plus de complications à domicile car les gens sortent trop tôt et c à Nous petite IDE à domicile de tout gérer alors kon est seule et que d’autres patients nous attendes
    Mais eux sans battent les couilles
    T’appelle le SAMU presque il t’envoie chier ou te prends pour une incompétente
    Quand les patients sortent de l’hôpital aucune transmission entre IDE
    PAr contre toi à domicile on t’impose de faire une traçabilité…
    C’est du foutage de gueule
    L’écart entre IDE hospitalier et à domicile se creuse chacun défend son steack
    Oui on st épuisé oui on est mal payer pour le job qu’on fait, c’est une honte quand tu fais venir un électricien tu lui demande pas de te laver c pareil pour Nous
    On n’est pas des esclaves nous aussi on fait du dépassement de fonction et quand comme moi tu ouvres ta bouche pour dire que tu n’es pas la pour servir un petit dej ou passer à la pharmacie pour chercher les médocs on te dit et surtout on ose te dire que tu manques de dévouements et bien moi je répond que je ne suis pas auxiliaire de vie ni pharmacienne et encore moi assistante sociale
    Cela va peut être choquer certains d’entre vous mais restons très terre à terre les bonnes sœurs infirmières ça fait bien longtemps que cela n’existe plus …

    • Elisabeth Loriot Le 8 mars 2017 - Répondre

      Oui tu as raison….
      J’ai quitté le libéral et bien contente….
      Quelle est l’émission d’hier soir sur la Sante ? Stp merci et bon courage ????????

    • Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

      Ben je c pas si c mieux

    • Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

      Non à 14h

    • Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

      Le magazine de la santé

    • Et en plus on est des voleuses !!!!!!

    • Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

      Ben c malheureux à dire mais je pense qu’il y a quelques années des IDE libéraux s’en sont bien mis les fouilles.
      On arrive la par ce que d’autres en ok bien profité mais on est pas tous pareil

    • Vero Olive Le 9 mars 2017 - Répondre

      ah ben vous etes gonflée parce qu en plus vous n avez pas ouvert les volets, rappelé le kiné qui ne vient plus depuis 15 jours, contrôlé l ordonnance du médecin qui s est trompé de dosage une fois de plus, téléphoné au labo pour les résultats, descendu la poubelle, règlé le chauffage, rassuré la famille, consolé le papi presque centenaire, vérifié que l auxiliaire de vie fait son boulot, qu elle a bien préparé un repas correct, vérifié voire rectifié les interactions médicamenteuses entre les ordonnances des différents médecins, refait pour la 3ème fois le pansement que la mamie s arrache, payé la contravention parce que mal garée et malgré le caducée, monté à pied les 9 étages à cause de la panne d ascenseur encore pas réparée, nourri le chat, pris le courrier, décollé délicatement les yeux gonflés par la conjonctivite, tourné retourné avec douceur un corps souffrant, joué au docker pour transférer un handicapé de 140 kg, massé des articulations, bataillé pour mettre des bas de contention……….. oui madame vous etes gonflée d oser vous plaindre de tout ça alors que des rond de cuir ont calculé très scientifiquement que vous pouviez faire tout ça fraiche et pimpante comme une fleur de printemps. Mais vous etes gonflée de vous plaindre de bosser de jour come de nuit, 365 jours par an, enceinte jusqu aux yeux, choper toutes les grippes et gastro, à accompagner les humains jusqu à la mort oui madame vous etes gonflée de vous plaindre. De vous plaindre un tout petit peu pour vous mais surtout parce que vous avez peur pour vos patients, parce que ça j en suissure c est ce qui vous rend le plus malade

    • Chris Idel Le 9 mars 2017 - Répondre

      Tout est fait …..??….

    • Vero Olive Le 9 mars 2017 - Répondre

      ah et à lire vos autres collègues j avais oublié la comptabilité la paperasse, les règles qui changent toutes les 5 minutes et la lutte avec le mastodonte cpam bien servi par de petits fonctionnaires ratiocineurs …….

    • Vero Olive Le 9 mars 2017 - Répondre

      Je suis aide soignante en ssiad et had pour un organisme privé et je rêverais de pouvoir bosser en collaboration directe avec des ide afin d avoir une structure plus souple, une meilleure collaboration et que l as fasse sa part de boulot et laisser à l infirmière sa part qui demande une grande concentration et à qui on demande de plus en plus de technicité à domicile. Je précise que là ou je bosse les conditions sont optimum et que dans la mesure du possible patients et personnels sont encore respectés mais sous les coups de boutoir de l administration pour combien de temps encore

    • Babette Grenier Le 9 mars 2017 - Répondre

      Je suis entièrement d’accord avec toi. Combien de fois on nos demande de poster des lettres de prendre une baguette etc.. On m’a même une fois demandé de prendre des croquettes pour le chat chez le vétérinaire!! Oui parfaitement. Il faut savoir dire non de suite. Et en ce qui concerne de réduire la durée de l’hospitalisation Ça se fait déjà et c’est loin d’être récent. J’ai eu une mamectomie en 2009 2 jours après j’étais dehors avec 2drains. Et le jour de sortie on m’a simplement dit que je ne devais pratiquement rien faire. Quand j’ai dit que j’étais seule il y a eu un blanc!! Voilà !! Alors oui c’est scandaleux

    • Milène Villa Le 9 mars 2017 - Répondre

      Mastectomie en ambu avec le redonner : vu!!!

    • Vu aussi

  17. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    Il y a tellement de chose à dire qu’il faudrait en écrit un roman chaque fonction doit rester à sa place ce qui pourrait éviter à chacun de se retrouvé épuisé car ce qui Nous fatigue aussi c’est que nos patients nous demandent tout et n’est m’importe quoi à Nous de DIRE que notre job s’arrête à nos fonctions
    En assumant notre fonction arrêtons de jouer les bonnes sœurs, il faut se faire souffrance et même si une personne se retrouve seule nous ne sommes pas responsables de tout le malheur des gens
    Car a fort de s’investir trop et au delà, on peut perdre notre propre famille et apres 17 ans d’expérience je peux vous dire que le plus important dans ma vie est ma famille et pourtant j’adore mon métier

    • Oui tout à fait. Les toilettes sont le gagné pain de certains c vrai surtout en milieu rural, moi depuis peu je ne prend les toilette que d personne casi autonome pour ne compter qu’un ais. J’ai 1 personne en grande dépendance depuis longtemps ou j’en compte 4ais par jour et je pari en compter 5 sur 3 passage mais la nomenclature ne le permet pas.avec elle j’ai en plus plein de soin gratuit sonde urinaire à changer tous les 15j pansement x3 goutte ds les yeux…. et franchement c usant au quotidien…. j’ai même du lever le pied car ma santé se fragilise en 2 ans le libérale a14h par j sur 22 j de boulot

  18. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    Moi bientôt je vous le dis si g une ordo pour une SC je me contenterai de faire ma SC car restons très bureaucrate je suis payer pour ça
    Mais dans quelques années, on nous reprochera d’être des robots soite mais au moins je justifierai Mon salaire auprès de ces branquigniolles
    Pff le monde part en couille
    L’humanité devient obsolète
    COMMENT PEUX T’ON DIRE QU’UN SOINS N’EST QU’UN ACTE : une injection, un pansement PUTAIN ON A FAIRE A DES ÊTRES VIVANT QUI COMMUNIQUENT ET QUI SOUFFRENT ET QUI ONT BESOIN DE DIRE J’AI PEUR ET J’AI MAL … et tout cela prend du temps d’où le choix de nos cotations
    Mais nous sommes dans une société ou pour justifier son salaire il faut que cela soit « physique »
    Le psycho on s’en bat les couilles
    Oui je suis vulgaire mais comment ne pas l’être

    • Corinne Barou Le 9 mars 2017 - Répondre

      Totalement d accord avec vous…. moi même Idel je rencontre les mêmes problèmes de plus je suis installée dans un désert médical 2 médecins au lieu de 3 parti en retraite depuis 1 an

  19. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    Vous savez que les AIS par jour sont compter et c normal
    Par jour on est limiter

  20. Aurelia Person Le 8 mars 2017 - Répondre

    Un AIS EST UN TEMPS malheureusement mais soyons honnête une journee dure 24 h
    On connaît tous la durée d’un
    AIS donc n’abusons pas
    Et d’ailleurs je pense que en tant qu’infirmière l’AIS est loin de Nous valoriser oupps je choque certain syndicat
    Mais trois ans d’études pour faire que des toilettes je trouve cela dommage et apres je vois et lis des gens se plaindre de nos conditions…
    j’aime ma profession mais je ne suis pas la pour ne faire en libéral que des toilettes
    On s’épuise, on se détruit physiquement, putain pour ceux qui me comprenne soyez honnête

    • Lilian Galon Le 10 mars 2017 - Répondre

      Oui mais c est aussi le nerf de la guerre, par contre un ais 3 à 7.95 e quand tu fais une toilette , une injection , pose de contention , etc…de qui se moque t-on? Ce temps d une demi heure c est n importe quoi

    • Aurelia Person Le 10 mars 2017 - Répondre

      Ils veulent nous pousser à bout

    • Cecile Baudat Le 18 mars 2017 - Répondre

      Bonjour et attention un ais ne correspond surtout pas à une « toilette  » lire le décret de toute urgence ! Il concerne tous les actes du rôle propre ….

  21. Oui

  22. Léa Tota ça me fait penser à ton questionnaire tu suis l’actualité ou quoi lol

    • Léa Tota Le 9 mars 2017 - Répondre

      Mdr !!!! Nous cest l’épuisement de la famille du patient !! Mais c’est la même lignée !!!

  23. Aurelia Person Le 9 mars 2017 - Répondre

    Je suis assez surprise de trouver autant de j’aime dans mes commentaires comme quoi je ne suis pas seule à penser tout ça, il suffit simplement qu’une personne ose dire pour que certaines s’expriment. Comme quoi un petit rien fait de grandes vagues…
    il suffirai que chaque IDE en libéral s’expriment, Nous donner la parole en oubliant tout syndicat.
    Je ne veux pas être représenté je veux MOI exprimer mes émotions et non pas passer par divers chemins, qui mieux peut me représenter que moi même..
    Osons en tant qu’individu ouvrir notre gueule et nos ras le bol.
    En tant qu’IDE LIBÉRALE osons dire que nous sommes fatigué(es) par cette non reconnaissance.
    Osons dire que notre passion. qui devient peu à peu une contrainte ne se résume pas à des chiffres et que si nous disons non, à certaines demande ce n’est pas une faute professionnelle au contraire c’est affirmé la valeur de notre profession.
    Un médecin qui Vient en consultation chez un patient si ce dernier, lui demande de le laver le médecin répond ou fait quoi … rien ce n’est pas son job.
    Alors je vous dit à tous et toutes, il est temps de dire stop : infirmiere libérale ne veut pas dire multi service.
    Osé Dire : je ne suis pas là pour aller à la pharmacie, chercher les croquettes du chien chez le veto, ouvrir les volets ….NON c’est pas mon job .. n’est pas une faute.
    Nous sommes la pour apporter des soins et non compenser un manque de vie sociale
    Certains seront choquer je m’en fou, certain n’ose pas encore se l’avouer car trop peu d’expérience en libéral,je m’en fou ce texte et le mien, ces mots sont les miens.Mais je sais qu’avec le temps vous me comprendrai.
    Et même si ce n’est pas le cas je m’en fou car ce que je dis c’est ce que je vis, et subi c’est mon avis.
    Si certains se sentent le courage ou je dirai être esclave de demandes qui dépassent leur fonction, faites le mais ne venez pas juger ceux qui se sont rendu compte que donner Le Bras n’est jamais suffisant.
    Ma vocation ne passera jamais au dessus de mes convictions je suis infirmiere et je suis en aucun cas la BONNE À TOUT FAIRE …

  24. Tiphaine Tif Le 9 mars 2017 - Répondre

    Ça fait douter sur le fait de vouloir faire du libéral ou pas

  25. Veronique Saby Le 9 mars 2017 - Répondre

    Je suis tout à fait d accord avec tous les commentaire ! Souvent en rigolant et pour leur faire comprendre aux patient : je leur dit infirmiere ne veut pas dire multifonctions multiservice 7/jour sur 7 24 h sur 24 h et puis effectivement ce qu il faudrait c est qu un jour il mettent au gouvernement des gens de profession paramédicale et médicale ! Des personnes qui connaissent le terrain et non des bureaucrates incompétent !

  26. Brigitte Ducrocq Le 10 mars 2017 - Répondre

    je comprend et manifeste avec vous

  27. Ghislaine Target Le 10 mars 2017 - Répondre

    vrai ce métier que j’adorais n’est plus représentatif de mes opinions

  28. Idem en milieu hospitalier

  29. Aurelia Person Le 10 mars 2017 - Répondre

    On va devoir investir dans les pointeuses à chaque patients on en met une
    Et on dira à nos patients oups désolé je dois partir j’ai fini mon temps avec vous… oh mince je n’ai pas eu le temps de vous habiller c’est pas grave Demain est autre jour …
    non mais ou vas t’on

  30. Fait attention tina

  31. Cecile Baudat Le 11 mars 2017 - Répondre

    L’AIS est la base de cotation des actes relevant de notre rôle propre ! Le problème est que un ais 3 / demi heure c’est moins que le smic horaire impératif faire des formations et se regrouper bien des corporations unies sont puissantes ! nous chacune dans son coin nous n’arriverons à rien

  32. Bon courage à vous tous infirmières infirmiers bon week-end

  33. Ninie Dulieu Le 11 mars 2017 - Répondre

    Je suis de tt coeur avec vous… Jai des supers Infirmieres qui viennent souvent à la maison à cause de ma sante jleur tire mon chapeau pour leur boulot malgré tout la route et les bouchons la fatigue le stress elles sont toujours agréable et pro Un profond respect aux corps médicale… Un gd bravo car le libéral et l’hospitalier sont complètements différents alors bravo!!

  34. Maxime Gouzy Le 12 mars 2017 - Répondre

    Julie Vaïtilingom…

  35. Melina Bour Le 12 mars 2017 - Répondre

    Maryline Fournel

  36. je suis sophrologue et infirmière, j’interviens en Ehpad pour aider les équipes à prendre conscience et à gérer au mieux, en limitant leur stress et celui des résidents, induit par le timing.L l’exigence de rapidité limite l’accès au relationnel pourtant capital parce que nous sommes des Humains bon sang!

  37. c’est le poids de la cornette . effectivement dans une journée de travail ,il y a facilement plus d’une heure de « bénévolat » et le burn out n’est pas loin.

  38. Avec les aides soignantes c’est pire encore !

  39. Soso Id Le 12 mars 2017 - Répondre

    13 ans de métier

  40. Aurelia Person Le 15 mars 2017 - Répondre

    Recherche urgente d’infirmière libérale pour remplacement sur la région de suze la rousse dans la Drôme pouvez vous partager merci

Laisser un commentaire