L’optimisme, nouveau sentiment des infirmières libérales ?

L’optimisme, nouveau sentiment des infirmières libérales ?

L’optimisme, le nouveau sentiment des infirmières libérales?

 

Certaines convictions ne reposent sur aucun fait concret mais s’appuient plus sur un état d’esprit. Ainsi en est-il de ce vent d’optimisme, qui semble souffler sur la profession d’infirmière libérale. Un optimisme qui devra cependant rapidement se matérialiser avec des décisions …

 

Un optimisme bienvenu pour les infirmières libérales qui s’installent….

 

Les maisons de santé pluridisciplinaires restent une des pistes privilégiées pour lutter de manière efficace contre ce que l’on dénomme les « déserts médicaux ». Le président de la République l’a encore rappelé, au cours de ces derniers jours, mais chaque français doit bénéficier de cette sacrosainte égalité face à l’offre de soins. Même si on ne connait pas encore les détails, qui permettront de stimuler ces maisons de santé, les jeunes infirmières libérales, en préparation de leur future installation, peuvent se réjouir de cette volonté affichée du gouvernement. Car cette politique passera nécessairement par des incitations financières ou matérielles vis-à-vis des médecins d’une part mais aussi de tous les autres professionnels de santé d’autre part.

Cela permettra de renforcer l’action publique en ce qui concerne la gestion des zones sur dotées et sous dotées mais aussi d’accompagner (les infirmières libérales sont encore dans l’expectative en ce qui concerne la nature précise des aides à venir) l’installation de nouveaux cabinets d’IDEL(s). C’est donc une annonce plutôt positive pour la profession. D’autres signes, plus discrets, renforcent cet optimisme naissant pour les jeunes infirmières et infirmiers libéraux.

C’est l’ensemble du territoire hexagonal, qui semble être concerné par cette nouvelle approche, qui dépasse le seul cadre de santé. Ainsi, les autorités ont décidé d’accélérer le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble des départements avec un objectif ambitieux. Même si à priori, cette mesure ne concerne pas directement les infirmières libérales, ces dernières pourront néanmoins se féliciter de disposer d’une connexion sure et rapide partout en France. Que ce soit pour l’utilisation d’Albus, le logiciel infirmier comme pour leur vie privée, cette priorité donnée à la digitalisation de la société française, facilitera l’installation des infirmières et infirmiers libéraux.

 

Des infirmières libérales plus sereines et moins stressées ?

L’installation des infirmières libérales devrait donc être facilitée et aidée par les pouvoirs publics dans les années à venir, et c’est en soi un signe encourageant pour les infirmières libérales. Mais ces dernières peuvent aussi se féliciter d’un changement d’état d’esprit des autorités publiques. En effet, le gouvernement semble bien décidé à faire sienne une ambition du nouveau Président de la République à savoir : le droit à l’erreur. Le principe est simple, puisqu’il consiste à considérer que toute erreur (d’une entreprise, d’un particulier ou d’un indépendant) est possible et qu’elle ne doit pas automatiquement entrainer de sanctions. En clair, chacun a le droit de se tromper sans que l’administration considère cela comme une tentative de dissimulation ou de fraude. C’est une mesure qui séduit les infirmières et infirmiers libéraux comme plus généralement toutes les professions libérales.

Dans cette période d’optimisme, est-il utopique de croire que ce droit à l’erreur sera généralisé ? Certaines infirmières libérales peuvent en effet se poser la question s’agissant notamment des procédures d’indus. A l’avenir, les Caisses d’Assurance Maladie ne seront-elles pas amenées à alerter les infirmières et infirmiers libéraux en cas d’erreur de cotation plutôt que d’initier immédiatement et sans préavis des procédures anxiogènes et couteuses pour les IDEL(s) ? Rien n’a été dit ni précisé sur le sujet, mais un tel changement dans les comportements des caisses d’Assurance Maladie serait aussi de nature à apaiser les craintes des jeunes infirmières libérales.

A ce stade, il est trop tôt pour savoir si toutes ces ambitions affichées se traduiront de manière concrète pour les administrés et notamment pour les IDEL(s). Cependant ces annonces ont créé un sentiment d’optimisme, qui pousse à croire que chaque promesse sera tenue. C’est sur cet élan, que les infirmières et infirmiers libéraux peuvent s’appuyer pour imaginer un avenir plus serein pour leur profession.

Infirmières et infirmiers libéraux, ressentez-vous cet optimisme ambiant ? Ou attendez-vous les premières mesures concrètes ? Estimez-vous que votre profession va être aidée et soutenue dans les années à venir ?

 

By |2018-04-12T15:15:25+00:0024 juillet 2017|IDEL au quotidien|63 Comments

63 Comments

  1. Muriel Carné-Guérard Le 24 juillet 2017 - Répondre

    NON

  2. Nadine Aureilhan Le 24 juillet 2017 - Répondre

    Non.

  3. Isabelle Palveper Le 24 juillet 2017 - Répondre

    Pas un instant!! Foutaise tout ça !!

  4. Aline Roussel Le 24 juillet 2017 - Répondre

    Je crois que ce que je vois ….

  5. Karine Moisan Le 24 juillet 2017 - Répondre

    LOL

  6. David Clerc Le 24 juillet 2017 - Répondre

    Bizarrement, l’administration a droit à l’erreur…
    Pas nous
    L’exemple des DSI est édifiant..
    15 jours avant de pouvoir facturer mais il n’y a que le versant administratif qui est validé.
    Si le côté médical s’en mêle même au bout de 2 ans, des indus peuvent être réclamés.
    Pas normal

  7. Clémentine Rahon Le 24 juillet 2017 - Répondre

    Dans le Maine et Loire, nous sommes les » bons élèves français » et je dois avouer que généralement il y a d’abord discussion et après sanction… Je n’ai reçu qu’une seule fois un courrier menaçant et c’était du RSI . Msa et cpam appellent avant pour savoir ce qu’il s’est passé, notamment pour les « doublons » d’hospitalisation et généralement ils comprennent et valident… Donc je garde espoir . Mais nous ne sommes pas en zone sur dotée donc peut être qu’ils sont moins sur la répression…

    • Profitez en. ça risque de ne plus durer longtemps. En Seine-Saint-Denis, c’est le parcours du combattant pour avoir quelqu’un au téléphone ou en face.

      Quant on à cette agent, il se dit incompétent pour traiter. Puis conseille d’envoyer un email. Il s’ensuit des échanges de mails interminables avec plusieurs jours d’intervalle entre chaque échange stérile. Pour finalement faire appel à un juge pour s’entendre dire, « nous n’étions pas au courant ». ça c’est dans le meilleurs des cas. Car la caisse peut aussi délégué le dossier a un avocat qui n’y connait rien en cotation et dont le seul objectif sera gagner.

      La réduction budgétaire, la réduction du personnel c’est ce qui attend toutes les caisses. Ils n’auront plus le temps de vous appeler. Se sera à vous de saisir la justice.

    • Clémentine Rahon Le 24 juillet 2017 - Répondre

      Relation CPAM – Infirmiers Libéraux j’en suis consciente et je sais aussi qu’il faut se méfier

    • Mag Cuube Le 25 juillet 2017 - Répondre

      Rsi ? Vous payez le RSI ? Bizarre

    • Isabelle Vaudois Le 25 juillet 2017 - Répondre

      Je pense oui parce qu’à montpellier … pas de discussion !! Courrier en recommandé et tu dois rembourser quand bien même la personne a été hospitalisée l’après midi et que tu ais fait ton soin du matin , tu dois le rembourser !!! On est vraiment prises pour des connes parfois !!!

    • Clémentine Rahon Le 25 juillet 2017 - Répondre

      Mag Cuube non et le RSI ne me paie pas non plus d’où le souci ?

  8. Faudrait peut être former les nouvelles infirmières installées!!!!! aucune formation à la cpam ni avec le logiciel!!!!!!!

    • David Clerc Le 24 juillet 2017 - Répondre

      Pas faux !
      Et quand on connaît la complexité des cotations…

    • David Clerc c est clair! Et quand je me plains, on me dit d aller voir des tuto sur le logiciel….??

    • Najat Belahrizi Le 24 juillet 2017 - Répondre

      Tu t’es installé Geraldine Wallet Feliciano?

    • Cindy Gartner Le 24 juillet 2017 - Répondre

      Ça se serait un bon début!!!! Former les nouvelles installées. Parce que La misère quand on commence pour s’y retrouver. Moi quand je reprend mes premières cotations j’en ai fais des boulettes!!!!

    • Cindy Gartner idem

    • Najat Belahrizi oui! ???

    • Sophie Amiel Le 24 juillet 2017 - Répondre

      Tout à fait d accord! Je viens de m installer et aucune formation et très peu d infos…je suis perdue..

    • Sophie Amiel j ai eu la chance d être remplaçante avant sinon, bonjour l angoisse! Mais il y a pleins de termes que je ne connais toujours pas!!!

    • Najat Belahrizi Le 25 juillet 2017 - Répondre

      Cool c’est bien gege

    • Céline Arsac Le 25 juillet 2017 - Répondre

      Prq vous ne faites pas une formation ? Il y a pleins d’organismes et des formations dans toute la France… En vous installant vous créez une entreprise faut vous prendre en mains

    • Mag Cuube Le 25 juillet 2017 - Répondre

      Il n y a jamais eu de formation sur les cotations obligatoire. A vous de la trouver et de vous y inscrire

    • Najat Belahrizi merki?

    • Et ben c est bien dommage que ça ne soit pas obligatoire! ?

    • David Clerc Le 25 juillet 2017 - Répondre

      Geraldine Wallet Feliciano , tout à fait!
      Ça devrait être obligatoire avant toute installation. Et après, les caisses s’étonnent qu’il y ait des erreurs…

    • Naima Assamir Le 26 juillet 2017 - Répondre

      Pas faux et attendez quand au bout de quelques années d exercice vous vous rendrez compte que voys auriez du cinnairre la finance les assurances ect plein d astuce qui pourraient vous eviter le pire

    • Céline Arsac Le 26 juillet 2017 - Répondre

      Arretez d’attendre qu’on vous fasse tout..ce n’est pas parce que ce n’est pas obligatoire qu’il ne faut pas la faire

    • Florence Brun Le 28 juillet 2017 - Répondre

      Céline Arsac Ok mais pour avoir le droit de conduire il faut passer le permis, je trouve que pour avoir ses feuilles (donc être conventionné) il faudrait avoir validé une formation nomenclature et cotations agréé par la CNAM. Pour moi ce serait logique ?

    • Florence Brun ???

    • Céline Arsac Le 28 juillet 2017 - Répondre

      Florence Brun les formations nomenclature ne sont pas du tout agrées par la CNAM. d’ailleurs elles ne sont même plus prises en charge par le DPC… et il est obligatoire de connaitre la NGAP en signant la convention… D’ailleurs pour la connaître il suffit de la lire

    • Valériane Pascal Le 28 juillet 2017 - Répondre

      Effectivement, on se demande pourquoi la NGAP n’est plus dans le DPC? Cela doit bien arrangé certains se revendiquant « expert en NGAP » ?

    • Céline Arsac Le 28 juillet 2017 - Répondre

      Bien d’accord avec toi Valériane Pascal! Et si on est un peu parano on peut même dire que ça arrange les caisses…

    • Veronique Baillet Le 30 juillet 2017 - Répondre

      Moi je vois dans mon secteur plein de nouveaux installés qui font le choix délibéré de ne pas bien coter leurs actes pour faire leur chiffre… Profession vocation ou profession pognon ? Quand je me suis installée il y a 17 ans, les infos je les ai cherché, je rejoins Céline Arsac,

    • Veronique Baillet Le 30 juillet 2017 - Répondre

      Tu t’installes, tu fais tes démarches pour, le minimum.

    • Nathalie Amalou Halley Le 30 juillet 2017 - Répondre

      Personne viendra te donner des infos à toi de les chercher !!!les formations sont la pour t’aider! !!c’est sur ce n’est pas toujours facile……..

    • J ai eu la chance d être remplaçante avant de m’installer mais c est vrai que sans formation ca doit être chaud….?

    • Aline Lepage Diot Le 30 juillet 2017 - Répondre

      Je suis installée depuis 10 ans et je n’ai reçu aucun formation Cpam

    • ça pourrait être utile… c est vrai que l installation est assez « stressante » et ce serait sympa d être un peu plus « accompagnée »… c est mon avis et ca n engage que moi…?

  9. Le droit à l’erreur, est-ce une façon de dire: « citoyens, nous serons bientôt indulgent avec vos erreurs alors soyer indulgent avec les erreurs croissantes de l’administration? »

    Avec l’augmentation de la gestion toute informatisée, l’administration ne cesse d’augmenter son taux d’erreur. Les développeurs ne prennent pas en compte les cas particuliers. La plus part du temps, ils n’en ont même pas connaissance.

    Il faudrait mettre des humaines pour rattraper les oublies des algorithmes. Ce qui serait contraire à l’idée d’augmenter la rentabilité et la productivité en diminuant le cout humain.

    La moindre des choses c’est d’être indulgents avec les erreurs des citoyens. Encore faudra t’il trouver la personne qui accorde cette indulgence.

  10. Cécile Struillou Le 25 juillet 2017 - Répondre

    De grands enfants comme nous qui croient encore au Père Noël !! Comme c’est touchant !

  11. Je le croirai quand je le verrai ….

  12. Elodie Pierron Le 25 juillet 2017 - Répondre

    On peut rêver… pour le moment, c’est encore gratuit.

  13. Dominique Pelard Le 25 juillet 2017 - Répondre

    Je demande à voir

  14. Dominique Vachon Le 25 juillet 2017 - Répondre
  15. Ingrid Jullien Le 26 juillet 2017 - Répondre

    Angélique Lefrancois

  16. David Hartz Le 26 juillet 2017 - Répondre

    Non !

  17. Sev De Ryck Le 26 juillet 2017 - Répondre

    J’y crois pas du tout. … fumisterie

  18. Laurence Marechal Le 26 juillet 2017 - Répondre

    Non pas du tout

  19. Vanessa Andreotti Le 26 juillet 2017 - Répondre

    Maëva Charreteur

  20. Tony Pilia Le 27 juillet 2017 - Répondre

    Le nouveau président est comme les autres promesses et rien de tenu

  21. Dominique Rougier Le 27 juillet 2017 - Répondre

    Je prefererai qu il augmente les deplacements

    • David Clerc Le 27 juillet 2017 - Répondre

      Oui, surtout quand on voit le différentiel avec les IFD et les IK des médecins…

  22. Fati Fati Le 29 juillet 2017 - Répondre

    Lolllllllllllllllllll la bonne blague

  23. DE Clercq Delphine Le 29 juillet 2017 - Répondre

    Pas trop

  24. Fanny Sambinello Le 29 juillet 2017 - Répondre

    Amelie Jesus

  25. Aurélie Mazel Le 29 juillet 2017 - Répondre

    Laetitia Sicard

  26. Qui vivra verra !! On a 5 ans pr ça…

Laisser un commentaire