La formation des infirmières et des infirmiers sur le devant de la scène !

La formation des infirmières et des infirmiers sur le devant de la scène !

 

A quelques jours de la rentrée des étudiantes et étudiants en soins infirmiers, un film de Nicolas Philibert, « De Chaque Instant », nous propose une autre vision de la profession infirmière.

Quand l’infirmière libérale devient l’héroïne du quotidien

Depuis plusieurs années, de nombreuses infirmières libérales ont pris la plume pour raconter leur quotidien. Que ce soit sous forme de blog et/ou de livre imprimé, ces témoignages d’IDEL(s) passionnent les autres infirmières et infirmiers libéraux mais aussi le grand public. Par ces témoignages, les infirmières libérales veulent témoigner de la passion qui les anime d’une part mais aussi des nombreux obstacles, qu’elles doivent surmonter au quotidien. On évoque souvent ces témoignages pour leur aspect émouvant ou pour leur côté pédagogique. De nombreuses étudiantes et de nombreux étudiants en soins infirmiers doivent s’inspirer de ces témoignages pour trouver leur voie.

En cette fin d’été, un nouveau témoignage vient apporter un nouvel éclairage non pas à la profession d’infirmière libérale mais, de manière plus générale, à la profession infirmière. Et ce n’est pas un professionnel de la santé, qui a décidé d’apporter sa contribution mais un réalisateur confirmé : Nicolas Philibert. Ce réalisateur, connu notamment pour son film Être et Avoir, a réalisé le film documentaire « De Chaque Instant », qui sortira sur les écrans le 29 aout 2018. La genèse de ce film explique la démarche particulière du réalisateur. Victime d’une embolie en 2016, il est confronté à l’univers médical et aux soignants. Il explique alors : « Quand vous voyez une infirmière exécuter un soin ordinaire, une injection, une prise de sang, cela paraît assez simple, c’est fluide. A moins d’être du métier, vous n’imaginez pas tout ce qu’il y a en amont, les erreurs qu’elle a appris à éviter, les règles d’hygiène, les protocoles, les mille et un détails que la dextérité a progressivement effacé ».

Un témoignage sur la vocation et sur la formation des infirmières et des infirmiers

C’est à partir de cette expérience, que l’idée du film nait dans l’esprit du réalisateur. Il veut montrer de l’intérieur l’apprentissage des étudiants et étudiantes en soins infirmiers. Comme toutes ses réalisations, De Chaque Instant balaie toutes les problématiques, et si l’émotion est palpable quand on lit la fierté des étudiantes ayant réussi un geste technique, on est aussi confronté aux doutes et aux incertitudes de celles et ceux, qui se destinent à la profession d’infirmières libérales ou hospitalières. Le réalisateur n’hésite pas à leur donner la parole tout au long de ce film.

Le film revient sur les cours et les travaux pratiques (TP), au cours desquels, comme l’explique M Philibert, « les patients n’existent que sur le papier ». Les stages constituent la deuxième partie du film, soulignant à quel point le choc peut être important pour les étudiantes et les étudiants. Ces derniers sont confrontés à la dure réalité des services hospitaliers, avec la découverte du stress, des sous-effectifs chroniques mais aussi des contraintes budgétaires. C’est cette confrontation à la réalité qui est évoquée dans une troisième partie, au cours de laquelle les étudiantes reviennent sur cette plongée dans la réalité.

Une présentation de la formation des infirmières et des infirmiers, à chacun son avis !

Le réalisateur a essayé de restitué la formation infirmière, de la manière la plus fidèle possible, en dévoilant les doutes des étudiantes et des étudiants. Certains estimeront que ce témoignage est un véritable plaidoyer pour cette profession au service des autres, alors que d’autres y verront plus un appel à réformer le système de formation. Il ne s’agit pas de prendre partie mais bien d’appréhender la complexité de ces formations, qui amèneront les étudiantes et les étudiants à prendre en charge la santé de leurs concitoyens. L’objectif est ambitieux, et la formation exigeante.

Dans tous les cas, c’est une belle idée de film à voir à l’approche de la rentrée des Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Et le réalisateur lui-même nous invite au questionnement en nous invitant à « Voir les élèves tâtonner, se tromper, recommencer, les suivre dans leurs efforts, nous les rend plus proches plus humains. Vont-ils y arriver ? Comment auraient-ils dû s’y prendre ? Et moi, serais-je capable d’en faire autant ».

 

By |2018-08-31T00:38:35+00:0031 août 2018|IDEL au quotidien|113 Comments

113 Comments

  1. Edmond Dantës
    Edmond Dantës Le 31 août 2018 - Répondre

    J’espère quils ne vont pas montrer que le diplome est offert a tous ceux qui rentrent dans l’école…

    • Don Phenix Capone
      Don Phenix Capone Le 31 août 2018 - Répondre

      On est d accord

    • Don Phenix Capone
      Don Phenix Capone Le 31 août 2018 - Répondre

      On est d accord

    • Aurelie Altermatt
      Aurelie Altermatt Le 31 août 2018 - Répondre

      avant de parler bête. .il faut bien s’informer 😠😠

    • Elsa Pellegrino
      Elsa Pellegrino Le 1 septembre 2018 - Répondre

      Aurelie Altermatt justement il est donné notre diplôme. Y’a qu’à voir le niveau minable de la plupart des pre pro… ça fait peur.
      J’ai eu mon diplôme il y a 7 ans et je vois la différence entre ma formation et la nouvelle …
      quelle dévalorisation de notre métier, c est triste

    • Aurelie Altermatt
      Aurelie Altermatt Le 1 septembre 2018 - Répondre

      je pense qu’il y a plus de gens qui passent plus facilement mais je n’aime pas les généralités où l’on met tout le monde dans le même sac..moi je suis de la nouvelle réforme suite à une reconversion professionnelle et j’ai bossé pendant 3 ans pour avoir mon diplôme. .on ne me l’a pas donné 😬

    • Sylvie Berthé
      Sylvie Berthé Le 1 septembre 2018 - Répondre

      Aurelie Altermatt on ne dit pas que vous n’avez pas travaillé mais c’est une formation d’un savoir être et d’un savoir faire et les études universitaires ont fait disparaître le savoir faire . Je le rencontre tous les jours dans mes remplaçantes ,élèves ….difficulté dans les gestes techniques et du coup dans la prise d initiative car pas sure d elles 😑😑

    • Mégane Dev
      Mégane Dev Le 1 septembre 2018 - Répondre

      Totalement d’accord! Et d’ailleurs les ifsi recoivent des subventions des lors qu’ils ont 100% de réussite. OUI le diplome est DONNE !

    • Edmond Dantës
      Edmond Dantës Le 1 septembre 2018 - Répondre

      Aurelie Altermatt je suis bien informé puisqu’ on me l’a donné. G rien branlé pendant 3 ans 😝 et pour les belges cest encore mieux , y a pas de concours d’entrée .

    • Isabelle Adeline Gallet Lapouble

      Bonjour chez nous non plus à partir de la rentrée prochaine plus de concours

    • Jonathan Xella
      Jonathan Xella Le 2 septembre 2018 - Répondre

      Y’a des bons et des moins bon comme partout !!!

    • Fabrice Crepeau
      Fabrice Crepeau Le 2 septembre 2018 - Répondre

      Elsa Pellegrino au fur et à mesure des réformes, la génération précédente dit toujours c était mieux avant…de mon temps etc…dans 10 ans certains jeunes diplômés actuels diront que les nouveaux venus sont vraiment mauvais… c est toujours compliqué intellectuellement de se dire que ceux qui arrivent peuvent être aussi bons voire meilleurs pourquoi pas que les anciens. Donc on préfère dire qu ils sont mauvais (alors qu ils n apprennent jamais que ce qu on leur transmet) dans certains services cela va même jusqu’ au harcèlement, au mépris…nous sommes les premiers à precher la bien traitance alors commençons par les jeunes qui nous sont confiés.

    • Patricia Cabioch
      Patricia Cabioch Le 2 septembre 2018 - Répondre

      Et d’où tenez vous ces info vous êtes rentré récemment dans un ifsi vous connaissez les programmes ??? 😡
      Oui je vois dans le genre c’était bien mieux avant !!! Renseignez vous plutôt…

    • Fabrice Crepeau
      Fabrice Crepeau Le 2 septembre 2018 - Répondre

      Sylvie Berthé mais le savoir faire n a t il toujours pas été essentiellement acquis lors des stages? Qu est ce qui a changé ?

    • Elo Ju FL
      Elo Ju FL Le 2 septembre 2018 - Répondre

      Fabrice crepeau, des stages plus long et du coup moins nombreux, permettant de bien connaître le poste, être autonome etc… mais pour peu que vous ayez fait tous les stages sur des terrains avec peu de technicité vous vous retrouvez en difficulté, avec peu de « savoir faire » … je suis de la nouvelle réforme, diplômée depuis 5 ans et HEUREUSEMENT que mon projet était la psy en ce qui concerne la technicité … j ai posé des cat’ qu en 3ème annee, jamais vu de soins de tracheo, jamais posé de sonde urinaire… voilà voilà…

    • Fabrice Crepeau
      Fabrice Crepeau Le 2 septembre 2018 - Répondre

      Elo Ju FL je fais de la chirurgie digestive alors j’ai peut être une vision biaisée. mais ceci dit nous venons d embaucher une jeune diplômée suite à son pré pro

    • Fabienne Gervais
      Fabienne Gervais Le 3 septembre 2018 - Répondre

      Fabrice Crepeau
      MERCI ⁉️⁉️⁉️
      Bravo ! Enfin un raisonnement professionnel !!!! 👍
      Ah ! Vous me réconfortez ! Je commençais à avoir honte de faire partie de cette corporation a l’esprit si étriqué et malveillant envers nos propres collègues !!!!

    • Kristof Pa
      Kristof Pa Le 3 septembre 2018 - Répondre

      Fabrice Crepeau 1000% d accord , c est un discours de pro aigris et pretentieux ( qui participent grandement à la formation sur le terrain … Dc responsable de ce qu ils decrivent comme une calamité)

    • Sylvie Berthé
      Sylvie Berthé Le 3 septembre 2018 - Répondre

      Fabrice Crepeau qu’est ce qui a changé ? des stages plus long dans des lieux moins techniques ,plus de mise en situation etc ma nièce fait la formation infirmière ,je vois ce qu’elle fait et ce qu’elle me demande pour l’aider et je m’aperçois un manque de reflexion , de logique ETC …..

    • Sylvie Berthé
      Sylvie Berthé Le 3 septembre 2018 - Répondre

      Fabienne Gervais faut pas tout mélanger ,nous discutons d’une formation que l’on a voulu universitaire et qui peut être n’est pas adaptée nous n’avons pas dit que nous n’embaucherons pas les nouveaux diplômés !!!

    • Elo Ju FL
      Elo Ju FL Le 3 septembre 2018 - Répondre

      Après Fabrice Crepeau, a mon sens, même si ça a toujours été le cas, chaque étudiant est différent avec son parcours de stage, son vécu etc… et là je trouve que du coup ça accentue encore plus ces différences… après pour ma part, au final, ça n a pas été un soucis car mon orientation fait que je rencontre peu de soins techniques! Mais quand l étudiant n a pas son mot à dire en ce qui concerne ses lieux de stages (car il y a un manque de lieu… aux alentours d ou je suis du moins) et que tu te retrouves à faire que de la bobologie alors que tu veux aller dans un service de pointe… ça pose enorment de soucis et l étudiant se retrouve en difficulté !
      Enfin, je ne râle pas de me retrouver avec des étudiants parfois limités par rapport à leur parcours, mais je pense qu il y a sérieusement quelque chose à réfléchir quant à cette formation…!

    • Roseline Da Costa Soares

      Infirmière depuis 27 ans, je vois beaucoup de différences. Ceci dit, les soins techniques s’apprennent vite. Si on ne pratique pas certains soins spécifiques, ils sont vite oubliés, mais cela revient rapidement si on a une collègue géniale qui nous montre. Ne jamais hésiter à demander. Il est vrai qu’on apprend mieux sur le terrain, d’où l’importance de stages nombreux et variés. Et surtout d’IDEs qui encadrent les stagiaires!!!

    • Valerie Vilain Sol
      Valerie Vilain Sol Le 5 septembre 2018 - Répondre

      30 ans de diplome …la profession et surtout la formation a bien changé et pas toujours en bien …nous nous étions obligés de faire en 2e ou 3e année des urgences et de la rea ou soins intensif les stages devaient être tous différents et couvrir donc l’ensemble des différents poles de formation….en 1ere année le premier Tp etait le lavage de mains ….le 2e faire un lit avec tous les cas possibles puis une toilette etc …stage le matin ecole l’apres midi sauf quelques stages temps plein notamment ceux de l’été et ceux d’examens ….et nuit et we obligatoire …..actuellement je vois des élèves 3e année qui ne savent même pas faire un simple bandage de cheville …qui n’ont vu que des maison de retraites …..qui sont incapables de poser une sonde gastrique ….par contre elles peuvent me reciter le Vidal par coeur …..

  2. Véronique LE Henaff

    Attention aux âmes sensibles ! Ceci est un film d’horreur !

  3. Julie Peronnin
    Julie Peronnin Le 31 août 2018 - Répondre

    Aurélie Chailloux

  4. Valerie de Clercq
    Valerie de Clercq Le 31 août 2018 - Répondre

    Cléa Larguet ..

  5. Sophie Chevret
    Sophie Chevret Le 31 août 2018 - Répondre

    Bientôt toi ma Mathildou!
    Mathilde Arifont

  6. Clem Lmn
    Clem Lmn Le 31 août 2018 - Répondre

    Manon Maillard

  7. Sylvie Bergantz
    Sylvie Bergantz Le 31 août 2018 - Répondre

    Eva Policretti

  8. Marie Sarobert-Woronecki

    Julia Mtu-Rm

  9. Chris Telle
    Chris Telle Le 31 août 2018 - Répondre

    Julie Paré

  10. Delphine Vardanega
    Delphine Vardanega Le 31 août 2018 - Répondre

    Lisa Csa

  11. Lucie Dufrenoy
    Lucie Dufrenoy Le 31 août 2018 - Répondre

    dommage qu’il ne soit pas diffusé dans toutes les salles de cinema

  12. Isabelle Duvignau
    Isabelle Duvignau Le 31 août 2018 - Répondre

    Film vu hier ça rappelle des souvenirs 😉J’ai perçu de la souffrance chez plusieurs de ces futurs soignants
    J’ai beaucoup apprécié les enseignants et leur accompagnement

  13. Jérémie Jung
    Jérémie Jung Le 31 août 2018 - Répondre

    Ifsi croix st simon souvenir 🙋‍♂️

  14. Emilie Innocenti
    Emilie Innocenti Le 31 août 2018 - Répondre

    Vanessa Lemaire avt ta rentrée pr te mettre ds le bain😉😘

  15. El DaGo
    El DaGo Le 31 août 2018 - Répondre

    On peut le trouver ou ce film?

  16. Marjorie Carette
    Marjorie Carette Le 31 août 2018 - Répondre

    Emma Valliez 😉

  17. Belinda Rodrigues
    Belinda Rodrigues Le 31 août 2018 - Répondre

    Margot Ruelle 😉

  18. Marie Capdeville Morazzani

    Dommage que l’info ne soit pas passé

  19. Stéphanie Péchié
    Stéphanie Péchié Le 1 septembre 2018 - Répondre

    La diffusion est limitée…. dommage…

  20. Nzh Nzzh
    Nzh Nzzh Le 1 septembre 2018 - Répondre

    Nanou Nanou courage pour ces 3 prochaines années!

  21. Magali Renault
    Magali Renault Le 1 septembre 2018 - Répondre

    Ludivine Renault Noémie Renault

  22. Mathilde Fourré
    Mathilde Fourré Le 1 septembre 2018 - Répondre

    Marine Ths Melanie Tissier Lola Poupin Justine Fourré Thippa Chane a voir peut être

  23. Al Guer
    Al Guer Le 1 septembre 2018 - Répondre

    Est il possible de le voir sans aller au cinéma?

  24. Patricia Barrère-Fornari

    Anne Vivier

  25. Charlotte Ronze
    Charlotte Ronze Le 1 septembre 2018 - Répondre

    Hugo

  26. Vanessa Ourtal
    Vanessa Ourtal Le 1 septembre 2018 - Répondre

    Laura Guitart

  27. Marie Vienne Maintenant Boyé

    Stephanie Gnr

  28. Cath Dnr
    Cath Dnr Le 2 septembre 2018 - Répondre

    Caroline Dnr

  29. Veronique Parisot
    Veronique Parisot Le 2 septembre 2018 - Répondre

    Anaëlle Parisot

  30. Anne-Marie Le-Merrer
    Anne-Marie Le-Merrer Le 2 septembre 2018 - Répondre

    Léa Verzèle 💜💜

  31. Aurélie Pouthier Sagit
    Aurélie Pouthier Sagit Le 2 septembre 2018 - Répondre

    Noeline Coupet

  32. Thomas Rabelle
    Thomas Rabelle Le 3 septembre 2018 - Répondre

    la réforme a tué le coeur de métier: des heures et des heures de cours magistraux de branlette cérébrale sur la conceptualisation des soins. au rebus les soins techniques. Et en plus les cadres ifsi sont rarement des techniciennes du soin. Elles sont là parce qu’elles voulaient leur mercredi et leur we, oû elles se sont faites virées de tout les services au pire…

  33. Anna CannavAnnoni
    Anna CannavAnnoni Le 3 septembre 2018 - Répondre

    Non

  34. Fabienne Gervais
    Fabienne Gervais Le 3 septembre 2018 - Répondre

    ⁉️ MARRE des SUPERS HEROS ⁉️
    J’aurais préféré commenter quelques points de vues intéressants et constructifs mais puisque la bêtise de certains l’emporte !!!!
    C’est la mode dans ce métier de se sentir un Warrior et de considérer les autres comme des idiots ????
    Merci à ceux et celles qui disent qu’aujourd’hui le diplôme est « donné » de revoir leur réflexion… ASSEZ avec ces raisonnements non professionnels !!!
    CESSEZ de vous penser supérieurs et de vous défiler devant vos responsabilités !
    Vous oubliez que :
    – Le SAVOIR FAIRE c’est de la technique qui s’apprend et en général très vite !
    Par ailleurs, c’est le rôle de l’IDE diplômé d’encadrer et d’apprendre à l’étudiant le savoir faire et la dextérité qu’il n’a pas encore…
    C’est la compétence 10 du référentiel professionnel pour ceux qui l’ont oubliée !
    C’est l’IDE encadrant qui, par sa posture et son expérience, saura guider et donner la confiance dont l’étudiant a besoin pour progresser et grandir !
    – la réforme de 2009 met l’accent sur LE SAVOIR ÊTRE qui demande un grand sens de la réflexivité et de la remise en question : Deux critères fondamentaux au métier qui sont loin d’être innés… (D’où mon commentaire !)
    Pour finir, vous oubliez un troisième critère essentiel qui est le SAVOIR !
    C’est peut être ce qui pêche dans la nouvelle réforme, je vous l’accorde ! Mais là encore à chacun ses lacunes et à chacun de les travailler…,
    (D’ailleurs les IDE formés par l’ancienne réforme s’accordent à dire qu’ils connaissent parfaitement leur spécialité mais seraient incompétents dans d’autres sans les retravailler !)
    ⁉️Les jugements de valeurs raccourcis de certains sont dramatiques et irrespectueux !
    Ils montrent à quel point ceux qui sont certains de tout SAVOIR ont sans doute le SAVOIR FAIRE mais manquent incontestablement de SAVOIR ÊTRE ⁉️
    Comme quoi, à votre époque aussi le diplôme était donné !
    Désolée mais c´est
    L’ARROSEUR ARROSÉ ⁉️

  35. Karine Guiraud
    Karine Guiraud Le 4 septembre 2018 - Répondre

    Cynthia Guiraud

  36. Karen Audigier
    Karen Audigier Le 4 septembre 2018 - Répondre

    Laure Robert

  37. Sylvie Dumartin
    Sylvie Dumartin Le 4 septembre 2018 - Répondre

    Olivier Roubaud c est de ce film dont je te parlais

  38. Floryn Ulin
    Floryn Ulin Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Beark, je n’irai pas voir ce film…on en a assez pour ne pas se prendre encore plus la tête 😂

  39. Isabelle Ledemay
    Isabelle Ledemay Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Oceane Madaa

  40. Karen Cipcia
    Karen Cipcia Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Chloé Carpentier

  41. Carole Urbain-leverd
    Carole Urbain-leverd Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Elena Urbain ….c est le film que tu m as dis.

  42. Lolo Rossi
    Lolo Rossi Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Meeg 😉

  43. Valerie Gobbe
    Valerie Gobbe Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Louisiane Gobbe tu en as entendu parler ?

  44. Jeanne Grenette
    Jeanne Grenette Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Choco Latine

  45. Hélène Chalvignac
    Hélène Chalvignac Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Anne Prx

  46. Virginie Leroy
    Virginie Leroy Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Mag Qqj 😊

  47. Eidreil Parox
    Eidreil Parox Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Je ŕappelle juste aux « vieilles infirmiere » qui dénigrent le niveau des jeunes diplômées qu’avant de cracher dans la soupe il faudrait peut être connaitre le référentiel de 2009. Formation en alternance avec 50% du temps en stage . Vous qui êtes des super techniciens pourquoi ne leur transmettez vous pas votre savoir faire? Vous faites ce que vous pouvez et le temps que vous consacrez aux étudiants n’est ni pris en compte ni valorisé, et la charge quotidienne très lourde, on le sait tous. Alors au lieu de voir les étudiants comme des ignares, on pourrait peut être arrêter ce genre de remarque que j’entendais déjà dès les années 90 et faire de notre mieux pour aider les jeunes diplômés à être PERFORMANTS des le DE en poche. ….. Non? !

  48. Karine CB
    Karine CB Le 5 septembre 2018 - Répondre

    Aurélie Boissy 😘 Annabelle Murat Amelie Lespinas Christelle Clement Blanchard 😘

  49. Aline Straforelli
    Aline Straforelli Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Laura Wolf

  50. Frederica Guerrini
    Frederica Guerrini Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Marie Adé Guerrini

  51. Virginie Barthelat Valy
    Virginie Barthelat Valy Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Maëva Valy

  52. Mélissa Fourmont Audrain

    Florence Chenede ☺

  53. Camille Ribouillault
    Camille Ribouillault Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Cette nouvelle formation s’appuie sur l’enseignement du savoir faire en stage grâce aux encadrants de proximité, ils n’ont pas toujours envie de le faire et surtout dans le contexte actuel ils n’en ont pas beaucoup les moyens, ils sont déjà débordés.

  54. Sylvie Besson
    Sylvie Besson Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Lucie Simon

  55. Nathalies Rousseau
    Nathalies Rousseau Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Corinne ça te tente d’aller le voir ?

  56. Véronique Richer de Forges

    Sophie Berthelot on y ira le voir ma cherie toutes les 2!!

  57. Nathalies Rousseau
    Nathalies Rousseau Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Léa 😘

  58. Carole Bruna Quelard
    Carole Bruna Quelard Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Elisa Quelard Bruna

  59. Mathilde Froyer
    Mathilde Froyer Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Quand j’ai eu mon diplôme, il y a 18 ans, j’étais pas foutue de poser un cathéter en vvp par contre je savais poser une aiguille sur pac
    Donc c’est pas tellement un problème de soins techniques. Il y en a plein qu’on apprend « sur le tas ».
    Non, le problème, qui était le même il y a 18 ans qu’aujourd’hui, c’est d’apprendre aux élèves à réfléchir. A utiliser leurs neurones. Et pas à plaquer bêtement des connaissances théoriques, et encore moins à appliquer connement une prescription.

  60. Sandrine Marchandiau
    Sandrine Marchandiau Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Nadège Meunier

  61. Laurence Besnard
    Laurence Besnard Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Ma fille qui vient d’entrée en 1ere année est allée le voir mercredi matin avec sa promo

  62. Véronique Bernard
    Véronique Bernard Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Zoé Bernard tu veux y aller avec moi?

  63. Virginie Coquerel
    Virginie Coquerel Le 6 septembre 2018 - Répondre

    Chloé Prime

Laisser un commentaire