Comment le numérique transforme le quotidien des infirmières libérales ?

Comment le numérique transforme le quotidien des infirmières libérales ?

Comment le numérique transforme le quotidien des infirmières libérales ?

Le numérique a transformé tous les secteurs d’activité de notre société, sans épargner l’univers de la santé. Aujourd’hui, les infirmières et infirmiers libéraux doivent s’adapter à ces transformations, que ce soit dans les relations nouées avec leurs patients que pour les soins qu’elles prodiguent au quotidien. Alors à quoi doivent réellement s’attendre les infirmières libérales dans les années à venir ?

 

Quand le numérique vient au secours de la visibilité des infirmières libérales !

C’est un sujet récurrent dans l’univers des infirmières libérales comme pour bien d’autres professionnels de la santé : comment se faire connaître sans faire de publicité ? En la matière, malgré des demandes incessantes de la part des infirmières et infirmiers libéraux, l’encadrement de cette publicité semble être désuète et sans rapport avec l’ère du tout Digital. A une époque, où certains dénoncent l’ubérisation de la société (et le milieu médical n’est pas épargné par le phénomène), certains patients peinent encore à trouver des professionnels de santé pouvant satisfaire à leurs besoins et attentes. Il n’en va pas différemment pour les infirmières et infirmiers libéraux.

Même si on peut attendre une réponse globale et nationale à ce sujet délicat de la mise en relation patient-infirmière, certaines régions se sont engagées pour garantir continuité et qualité de soins. L’outil digital, sous toutes ses formes, doit être au service de la santé des citoyens. Ainsi en est-il de la région Provence Alpes Côte d’Azur, dont l’union régionale des professionnelles de santé (URPS) a réfléchi à un outil de référencement à destination des IDEL(s).

En ligne depuis le mois de septembre 2018, Infirmiere – Paca propose aux patients et aux structures de santé de trouver en quelques clics l’infirmière ou l’infirmier libéral le plus proche. Faciliter l’accès aux soins et éviter les ruptures de parcours, comme après une hospitalisation, sont deux des objectifs principaux de ce site. Pour l’infirmière libérale, l’inscription est gratuite, et elle se fait rapidement. Pour garantir la sécurité des données et des échanges, l’infirmière libérale dispose, après son inscription, d’une adresse de messagerie sécurisée MMSanté. En quelques jours, 500 infirmières et infirmiers libéraux de la région se sont déjà inscrits, et le site entend séduire davantage les 16.000 IDEL(s) concernés. Le site devrait évoluer en proposant de nouvelles fonctions, comme la possibilité de créer des dossiers de soins infirmiers.

 

Vers une digitalisation des relations infirmière libérale – santé ?

 

 

L’initiative de la région PACA n’est pas unique en France et d’autres régions expérimentent des solutions analogues. Ces dernières devraient se généraliser et peut-être, à l’avenir, s’uniformiser pour garantir les mêmes services sur tout le territoire. Si les autorités sanitaires prennent en compte cette nouvelle façon de communiquer et donc de mise en relation entre une infirmière libérale et ses patients, c’est pour ne pas laisser le champ entièrement libre à des sociétés privées. En effet, sans déroger aux interdictions qui sont faites à la profession en matière de publicité, certains sites proposent aux infirmières et infirmiers libéraux de s’enregistrer sur des annuaires de professionnels de santé. Ces sites permettent ainsi aux IDEL(s) de figurer en bonne place lorsqu’un patient effectue une recherche sur Google ou sur un autre moteur de recherche. Avec le développement des services de géolocalisation, ces sites contribuent à satisfaire aux attentes des patients, qui souhaitent avant tout trouver une réponse à leurs besoins le plus rapidement possible.

Que ce soit pour développer sa patientèle ou pour trouver une infirmière libérale remplaçante, ce type de site se multiplient, et certains commencent à jouir d’une très forte notoriété. La frontière peut être ténue en ce qui concerne la présence de l’infirmière libérale sur Internet et la publicité telle qu’elle est appréciée par les autorités, et il est incontestable qu’une évolution de la législation devrait préciser les conditions et les modalités de fonctionnement de ces annuaires d’infirmières et d’infirmiers libéraux.

 

Le numérique, le digital et la e-santé, quelles conséquences pour les infirmières libérales ?

 

Il apparait donc incontestable, que la numérisation de notre société a conduit les infirmières et infirmiers libéraux à changer leur approche. Les professionnels de santé ont du s’adapter aux nouveaux usages et aux nouvelles habitudes des citoyens. Mais le digital et les innovations technologiques ont surtout conduit à l’émergence de la e-médecine ou télémédecine. Depuis le 15 septembre dernier, les téléconsultations sont d’ailleurs remboursées au même titre qu’une consultation traditionnelle. La téléconsultation reste, aujourd’hui encore, très encadrée mais on peut légitimement penser, que cette nouvelle forme de consultation devrait à l’avenir se généraliser, répondant ainsi, en partie, à la problématique de la désertification médicale.

Dans certains cas, la présence d’une infirmière ou d’un infirmier libéral s’impose comme nécessaire, ce qui ne va pas sans poser certaines questions lorsque ces consultations à distance se multiplieront. En revanche, la profession même d’infirmière libérale est trop souvent absente des négociations sur l’évolution des pratiques de santé. Ainsi, en avril dernier, Nathalie Depoire, Présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI) écrivait une lettre ouverte au Président de la République, regrettant de ne pas voir les infirmières et infirmiers libéraux plus engagés dans cette modernisation inéluctable : « Avant de réclamer une juste rémunération, ce qui appartiendrait à nos syndicats, libéraux et hospitaliers réunis, la reconnaissance de nos compétences est indispensable, et renforcerait notre fierté professionnelle, bien malmenée. Le leadership ne se décrète pas, il se vit et se voit par le prisme de nos comportements, notre capacité à se positionner, à être des acteurs incontournables du domaine de la santé. ». La télémédecine, appelée à se développer, ne concerne donc pas seulement que les médecins mais bien tous les professionnels de santé, dont les infirmières et infirmiers libéraux.

Pourtant, le rôle même de l’infirmière libérale réside bien souvent dans la visite quotidienne (ou presque) qu’elle effectue auprès de sa patientèle. Ce rôle social, que personne ne conteste, semble à priori être peu conciliable avec cette médecine à distance. Et pourtant, la télémédecine ne concerne pas que le patient lui-même mais nécessite aussi une meilleure coordination entre les soignants. Ne considère-t-on pas souvent que l’infirmière libérale revêt un rôle de coordinatrice centrale entre les différents intervenants ? La télémédecine, même si ces aspects méritent encore d’être étudiées et encadrées par les autorités publiques, doit également garantir cette amélioration des échanges d’informations entre professionnels de santé. En la matière, les infirmières libérales ne peuvent pas être ignorées plus longtemps.

Les infirmières libérales dans les années à venir, des incertitudes pour une évolution inéluctable ?

 

Le numérique sera à l’origine de cette révolution qui se prépare en ce moment-même. Si la téléconsultation est une étape de cette e-santé, elle n’en est que la première. Pour les médecins, le changement est visible, mais les infirmières libérales doivent elles-aussi à se préparer à une évolution de leur quotidien. C’est ce qu’explique le Pr Guy Vallancien : « Mon rôle de médecin va être moins dans la technique et plus dans l’accompagnement du malade. Dans les prochaines années, les médecins vont être moins nombreux, mieux formés et travailler davantage avec les infirmiers. Ils pourront transférer au moins 50 % de leurs activités à ces derniers qui les pratiqueront remarquablement bien ». L’intelligence artificielle va renforcer cette révolution déjà amorcée par le numérique, et les infirmières libérales seront appelées, de plus en plus, à accompagner le médecin dans ces nouvelles missions. Il reste encore à en définir les formes (délégation, partenariat, collaboration, ….), les limites (relations médecins – infirmières dématérialisées, regroupement des professionnels en unité de soins, …) et les objectifs (Meilleure coordination des professionnels de santé, Simplification du parcours de soins de chaque patient, …). Mais la transformation est en marche, et d’ici quelques années, les autorités publiques auront du prendre les décisions qui s’imposent pour définir la place des infirmières libérales d’une part mais aussi celle des autres professionnels de santé.

 

Avez-vous conscience des évolutions engendrées par le numérique ? Et celles, qui s’ouvrent avec l’avènement de l’intelligence artificielle ? Quelle sera selon vous la place des infirmières libérales dans 10 ans ?

 

By |2018-10-08T19:34:44+00:008 octobre 2018|Actualité Albus|3 Comments

3 Comments

  1. Joujou Papo
    Joujou Papo Le 10 octobre 2018 - Répondre

    Touvater Serge ta vie va être facilitée 👍

  2. Sophie Ergan
    Sophie Ergan Le 11 octobre 2018 - Répondre

    Si cela peut nous permettre d’être plus auprès des patients ! A voir ! 🤔

  3. Isabelle Poinas
    Isabelle Poinas Le 15 octobre 2018 - Répondre

    Simplification, gain de temps ce qui permettra d’avoir plus d’échange et de temps pour avancer sur d’autres tâches importantes contre la paperasserie d’aujourd’hui…

Laisser un commentaire