Les infirmières libérales devront-elles être ultra spécialisées ?

Les infirmières libérales devront-elles être ultra spécialisées ?

 

Les infirmières libérales devront-elles être ultra spécialisées ?

Les infirmières et infirmiers libéraux connaissent actuellement de multiples réformes de leur cursus de formation, avec notamment l’apparition de spécialisations devant permettre de faire face aux nouveaux besoins du Système de santé. Cette spécialisation est-elle appelée à se développer dans les années à venir ?

La refonte des études médicales et paramédicales, une réalité déjà en cours d’application

En dévoilant la réforme de la santé du quinquennat, le Président de la République et la Ministre de la Santé ont tenu réaffirmé leur volonté d’engager dès cette année une vaste refonte des études médicales et paramédicales. Multiplier les passerelles entre les formations, anticiper les besoins de demain en proposant plus de spécialisation, prendre en compte l’émergence annoncée (et déjà en marche) de la e-santé, … A la rentrée 2020, cette refonte devrait être opérationnelle, même si les infirmières et les infirmiers ont déjà constaté des évolutions notables pour leur profession. Il faut dire, que si beaucoup soulignent que la profession infirmière est la grande oubliée du projet Ma Santé 2022, les IDEL(s) d’une part et les infirmières hospitalières d’autre part veulent faire entendre leur voix et imposer la place essentielle qu’occupe la profession dans le système de santé. C’est ce que résume parfaitement le président de l’Ordre National des Infirmiers (ONI), M Patrick Chamboredon, en expliquant attendre « une reconnaissance de notre apport réel dans le système de santé ! Nous sommes les invisibles qui tiennent le système par leur abnégation. 24 heures/24, nous sommes la cheville ouvrière de l’hôpital. En libéral, nous permettons de fluidifier le système ambulatoire, le maintien à domicile… Il faut une juste reconnaissance de ce travail «

Une formation universitaire avec l’arrivée des infirmières de pratiques avancées !

 

Dès la rentrée 2019, la formation des infirmières et des infirmiers fera son entrée à l’Université, répondant ainsi à une attente largement exprimée. Si cette universitarisation des études pour devenir infirmière libérale ou hospitalière est un atout psour les étudiants (accès aux bibliothèques universitaires, restaurants universitaires, …), elle se traduit aussi par la possibilité de faire évoluer les soins au profit du patient en confrontant l’approche clinique à la recherche. C’est enfin un alignement de la formation à la française sur un système d’enseignement, déjà adopté dans de nombreux pays occidentaux. Mais les évolutions ne s’arrêtent pas là, puisqu’il existe aussi, depuis peu, une nouvelle formation des infirmières aux pratiques avancées (IPA). Ce nouveau statut, qui représente une avancée notable (la prescription de certains examens, le renouvellement d’ordonnances, l’adaptation de posologies, …, seront autant de nouveaux droits accordés aux IPA), se traduit par la mise en place d’une formation spécifique, accessible après 3 ans d’exercice et débouchant sur un diplôme de niveau Master II., ces infirmières de pratiques avancées sont qualifiées par certaines de « super infirmières ». Certains ont voulu voir un lien entre ces super infirmières et les assistantes médicales, annoncées avec la Réforme gouvernementale.

La spécialisation, le nouveau mot d’ordre pour les infirmières libérales !

 

D’un côté, les IPA doivent permettre de dégager du temps médical, en se substituant aux médecins notamment pour le suivi des malades chroniques. De l’autre, les assistantes médicales (elles ne sont pas présentées, jusque-là, comme des infirmières même si rien ne semble s’y opposer) sont appelées à prendre en charge les tâches chronophages (accueil des patients, gestion administrative des dossiers, …) afin de permettre au médecin de se consacrer pleinement à son cœur de métier. On est loin de la reconnaissance appelée par le président de l’ONI.

Mais la formation infirmière se diversifie au fil des ans, et on voit apparaitre des spécialisations préfigurant le système de santé de l’avenir. On connait l’importance des infirmières et infirmiers libéraux dans la politique de généralisation de l’ambulatoire. Un Diplôme d’études supérieures universitaires (DESU) « Virage ambulatoire et pratique infirmière libérale » est ainsi proposée à Aix en Provence. La responsable de cette formation universitaire, ouverte aux IDEL(s) justifiant de 3 ans d’expérience, Dr Anne Laure Couderc justifie cette création : « L’objectif avec cette formation est de faire le point sur la pratique ambulatoire en s’adressant aux professionnels qui sont en première ligne, à savoir les infirmiers libéraux et de leur offrir la possibilité de créer un bagage solide sur cette pratique et cette prise en charge ». Ce DESU atteste de la nécessité d’adapter la formation des infirmières aux nouvelles attentes et aux nouveaux besoins, même si cela fait aussi peser la menace de l’ultra spécialisation, alors que les infirmières libérales représentent le premier lien entre les patients et le monde médical.

 

Et vous, pensez-vous que les spécialisations vont se multiplier pour les infirmières libérales ? Comment jugez-vous cette spécialisation ? Nécessaire ou danger potentiel pour la profession ?

 

By |2018-10-13T00:27:06+00:0013 octobre 2018|IDEL au quotidien|13 Comments

13 Comments

  1. Cecile Hardy
    Cecile Hardy Le 13 octobre 2018 - Répondre

    En Belgique, il y a déjà plusieurs spécialisations infirmières (oncologie, pédiatrie, soins intensifs et urgences, psychiatrie, etc….) et elles sont requises dans certains services hospitaliers…avec un salaire qui tient compte de ladite spécialisation et qui est plutôt motivant!!

  2. Carine Crabos
    Carine Crabos Le 13 octobre 2018 - Répondre

    Vero Suhas

  3. El Revmo
    El Revmo Le 13 octobre 2018 - Répondre

    Aucun intérèt de se spécialiser.Si on est infirmière libérale c’est parce que nous pouvons aborder toutes les facettes de notre métier d’infirmière.La chir avec les pst,l’oncologie etc etc avec en plus du temps pour conseiller,soutenir…Nous avons beaucoup de possibilités de nous former et de nous perfectionner dans de nombreux domaines et pas dans un seul;

    • Cecile Hardy
      Cecile Hardy Le 15 octobre 2018 - Répondre

      Je suis assez d’accord…la spécialisation est utile si on travaille en milieu hospitalier genre CHU, avec des services hyper spécialisés et très pointus…car c’est une arme à double tranchant : d’une part, on gère beaucoup mieux un secteur très précis des soins mais, d’autre part, en s’hyper spécialisant, on oublie forcément d’autres choses car on les rencontre moins…du coup, on devient bon spécialiste mais mauvais généraliste!…ce qui est plutôt contre productif pour une infirmière libérale !

    • Marielle Desire
      Marielle Desire Le 15 octobre 2018 - Répondre

      Se spécialiser veut dire aussi avoir une patientele spécifique.
      Est ce viable pour une profession qui est rétribuée à l’acte?

    • Jessica Lequémener
      Jessica Lequémener Le 17 octobre 2018 - Répondre

      Pas forcément….. tout dépend de quel genre de spé on parle…. moi j’ai fait un d.u de psycho oncologie. Je me suis spécialisée sur la prise en charge du patient et de sa famille. Je ne me sens pas meilleure que quelqu’un d’autre qui n’a pas fait cette spécialisation. Mais ça m’a apporté un plus perso. Des cancers on en rencontre de plus en plus . Le d.u pansement est aussi utile car on en rencontre beaucoup. Est ce que ça veut dire que du coup on est mauvais dans nos autres soins?? Je ne pense pas. Après pour faire les ordo et prescrire les examens c’est un autre débat…. Je ne sais pas trop ce que ça va pouvoir donner…. mais effectivement je pense que la pratique va être compliquée car déjà sans ça on a un boulot de fou qui nous prend énormément de temps.alors si on se rajoute ça….. on peut faire des journées de 20h!! A voir!

  4. Solange Milliere
    Solange Milliere Le 14 octobre 2018 - Répondre

    C est la disparition des médecins traitant

  5. Tatiajon Lemguilm
    Tatiajon Lemguilm Le 15 octobre 2018 - Répondre

    Mort du libéral c’est pour cela que j’ai pris la décision de partir ! Et la paperasse !!!! Nous sommes déjà secrétaire à mi temps !

  6. Rachel Staub
    Rachel Staub Le 15 octobre 2018 - Répondre

    Je ne tiens pas dans une case ….

  7. Robin Stratten
    Robin Stratten Le 17 octobre 2018 - Répondre

    Florie Niv

  8. JC Nguyen
    JC Nguyen Le 18 octobre 2018 - Répondre

    Laurent Golfier

  9. Francine Foulon
    Francine Foulon Le 18 octobre 2018 - Répondre

    N’importe quoi encore!!!

  10. Ronan Cadic
    Ronan Cadic Le 7 novembre 2018 - Répondre

    Si on fait un parallèle avec les médecins, les #IDELS sont des Omni-infirmiers, spécialisés en quasiment tout et surtout en rapport humain!!

Laisser un commentaire